Navigation – Plan du site
Varia

Le Massacre des affranchis. Race, émancipation et la République de 1889 à São Luís

O massacre de libertos. Raça, Emancipação e a República de 1889 em São Luís
The Massacre of Freedpeople: Race, Emancipation and the 1889 Republic in São Luís do Maranhão
Matheus Gato
Traduction de Christine Douxami

Résumés

Cet article s’attache à la conjoncture des fusillades ayant visé les « affranchis monarchistes » le 17 novembre 1889 à São Luís do Maranhão. Le conflit qui, jusqu’ici a été peu traité par les historiens, résultait des tensions entre, d’un côté, les républicains qui, la veille, avaient annoncé dans O Globo la déroute du régime impérial et, de l’autre, un groupe important de Noirs qui menaçaient de détruire le siège du périodique et d’attaquer ses dirigeants car, comme en témoignent les archives, ils craignaient que la chute de la princesses Isabel remette en question la liberté conquise le 13 mai 1888. Cet événement est une précieuse clé analytique pour mieux comprendre les processus de racialisation de la société brésilienne après l’abolition. Il permet notamment de voir pourquoi, dans la périphérie économique et politique du pays, le changement de forme du gouvernement a suffi pour faire éclater, par le biais de la protestation des Noirs, les contradictions de la réorganisation de la hiérarchie sociale due à la déstabilisation du monde des seigneurs de la terre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en décembre 2018 ; approuvé en mars 2019.

Texte intégral

  • 1 O Globo, 16 novembre 1889, p. 2.

1Le 17 novembre 1889, la ville de São Luís se réveilla agitée. Personne ne savait quoi penser des dernières nouvelles venues de Rio de Janeiro et annonçant la fin du long règne de la monarchie brésilienne. Les autorités avaient été informées par différents messages qui avaient commencé à arriver dès le 15. Le jour suivant, seul le journal républicain O Globo avait proclamé la nouvelle par le biais de la publication d’un télégramme reçu par le rédacteur en chef du journal : « Dr. Paula Duarte. République proclamée. Ministère neutralisé. Grand enthousiasme. L’armée et le peuple fraternisent. Répondre au télégramme à la Rue de l’Ouvidor. Sá Valle1 ». La nouvelle était aussi brève qu’explosive. Tous devaient s’attendre à un changement radical dans le pays. Peu de temps auparavant, la capitale du Maranhão avait été envahie par des manifestations festives et des cortèges de Noirs, de gens du peuple, d’étudiants et de politiciens rendant hommage à l’abolition définitive de l’esclavage survenue le 13 mai 1888. C’était toute la structuration économique et sociale du Brésil qui avait volé en éclats ce jour-là. Avec la nouvelle de la fin de l’Empire, il n’en était pas de même : cette fois-ci, les groupes de musique et les manifestations spontanées tardaient à envahir les rues.

2Le coup d’État militaire du Maréchal Deodoro, au centre névralgique et politique de l’Empire, avait pris par surprise ce lointain État agricole du nord du pays. À São Luís, on disait qu’il n’y avait pas plus qu’une demi-douzaine de républicains (Godóis 2008 [1904] 361). En apprenant les événements, le président de la province, Tito Augusto Pereira de Mattos, ne fit même pas une déclaration publique sur le sujet. Il se retira dans le Palais du gouvernement et demanda au commandant des forces armées qu’il garantisse l’ordre. Les militaires eux-mêmes n’osèrent pas assumer le pouvoir du fait des rumeurs. Les députés se réunirent à la chambre en attendant des éclaircissements et ne firent aucune proclamation.

3C’est dans cette conjoncture de désorganisation institutionnelle qu’eut lieu le massacre du 17 novembre. Une multitude de personnes décrites comme des « affranchis », des « hommes de couleur », des « citoyens du 13 mai » ou encore d’« anciens esclaves » se retrouva dans la rue et improvisa une grande manifestation pour protester contre la proclamation de la République annoncée par les informations qui arrivaient. Pour eux, le nouveau régime allait restaurer l’esclavage dans le pays. Les manifestants parcoururent les rues du centre-ville se dirigeant vers le siège du journal O Globo qui avait annoncé une conférence républicaine pour la fin de journée. Un peloton de 14 soldats fortement armés fut mobilisé à la demande du capitaine républicain José Lourenço da Silva Milanez du 5e Bataillon militaire (Milanez 1889, 22), pour protéger le siège du journal, mais cela n’intimida pas les manifestants qui menacèrent de saccager l’immeuble et d’attaquer ses dirigeants. Le peloton tira sur la foule, et, selon les chiffres officiels, laissa quatre morts et plusieurs blessés sur le sol.

  • 2 La junte provisoire maranhense avait une orientation militaire et inclut peu de républicains connus (...)

4La protestation et son issue violente firent reculer d’un jour supplémentaire l’institution officielle de la République au Maranhão. La cérémonie eût lieu toutes portes fermées, le 18 novembre 1889, trois jours après que le Marechal Deodoro eût assumé la présidence du pays (Meireles 1994, 110-111). L’affrontement semble avoir intimidé jusqu’aux sympathisants du nouveau régime dans la capitale du Maranhão, car c’est seulement à partir du 22 du mois que commencèrent les manifestations en faveur de la République (Ferreira 2004, 226). Le gouvernement provisoire, mis en place dans le feu de l’action2, décida de s’imposer par la répression : il décréta que tous les symboles de la Monarchie existants dans la ville devaient être supprimés. La police enquêta, mit des individus en prison, tortura tout suspect susceptible de conspirer contre le nouveau régime. Cette situation créa une série de conflits entre la police et les « hommes de couleur », arbitrairement appelés monarchistes, surtout après la manifestation. Il y eut tant d’abus et de violences qu’en moins de vingt-neuf jours le gouvernement fédéral dut démettre celui du Maranhão.

5Les chroniques contemporaines comme les analyses produites ultérieurement s’inscrivent toutes dans le déni de la gravité des événements ayant eu lieu ce jour-là. S’agissait-il vraiment d’un « massacre » s’est-on inlassablement demandé ? Selon l’historien Mario Mereiles (2001 [1960], 269), la froideur avec laquelle le nouveau régime a été effectivement reçu au Maranhão est la conséquence de la manière dont « les gens du peuple » ont parlé des événements de novembre : « Les circonstances de cet incident – en réalité sans grande gravité – ont été évoquées comme s’il s’était agi d’un massacre. Les fusillades du 17, disait-on […]. » Dans une analyse plus récente, l’historien Carlos de Lima (2010, 33) est encore plus catégorique : « L’incident des Noirs a pris de l’importance dans la bouche du peuple, se transformant en "Massacre du 17 novembre". » Ainsi, le mot « massacre » ne serait qu’une invention de l’imagination populaire.

6De fait, l’historiographie traditionnelle n’a pas pris en compte la question soulevée dans cet article : de quel « massacre » s’agissait-il et pourquoi cette évocation a-t-elle eu tant d’impact sur le dit « peuple » qui l’a incorporé à l’expression de sa mémoire et de ses souvenirs de l’instauration du régime républicain au Brésil. Je me réfère, plus particulièrement, aux Noirs. L’argument que je développe ici est que la rumeur qui circulait parmi les esclaves récemment émancipés et les autres Noirs de la ville – d’abord quant à un retour de l’esclavage et ensuite sur l’existence d’un massacre – avait du sens. De fait, la manière dont ces personnes comprenaient les événements était nourrie de leur très ancienne expérience de coercition et de subordination qui, juste après l’abolition, se mesurait à l’aune de l’utilisation de différentes classifications de couleurs et des nouvelles significations raciales qu’elles avaient acquises tout au long du XIXe siècle.

7L’hypothèse qui sous-tend cet article est que le massacre du 17 novembre, à São Luís do Maranhão, est un événement-clé pour comprendre l’établissement d’un contexte de clivage racial des droits qui se consolide lors de la période post-abolitionniste. Il s’agit d’un marqueur dans la formation d’une citoyenneté noire au Brésil, non pas parce qu’il constitue un fait extraordinaire, comme cela a pu être remarqué par différents chroniqueurs, mais parce qu’il permet de voir les pratiques, les sentiments, les attitudes et les valeurs qui firent de la race une frontière économique, politique et imaginaire entre les groupes sociaux.

La construction du silence

8Malgré la dimension du conflit du 17 novembre, le climat de répression qui a suivi et ses effets dans le processus de légitimation du nouveau régime dans la région, l’évènement n’a pas attiré l’attention des chercheurs. Ce silence se doit, en partie, au succès des républicains du Maranhão pour l’éliminer de la mémoire historique et politique brésilienne. Le 23 décembre 1889, un peu plus d’un mois après les faits, le poète républicain Sousândrade conseillait aux citoyens maranhenses d’oublier cet épisode :

S’il y eût quelques heures troubles un jour au Maranhão, peu importe, nous sommes tous en pleine renaissance à la lumière du divin qui s’associe à l’ensemble des vertus, de la joie de l’ordre, du progrès, du travail, de l’honneur du droit et à la bénédiction des lois. (Williams & Moraes 2003 [1889], 514)

9Le conseil semble avoir été promptement suivi. Il n’y a pas, aujourd’hui, de mémoire publique sur ce sujet. Dans ses Memórias de um Histórico, Dunshee de Abranches (1895, 218) s’y réfère comme à « une succession de faits qui semblent avoir été oubliés, mais que je ne me refuserai pas à considérer comme une curiosité historique ». L’observation suggère que, depuis la fin du XIXe siècle, le massacre avait déjà été oublié ou considéré comme devant l’être. Viriato Corrêa l’évoque avec les mêmes expressions dans sa chronique « Pela Redentora » [Pour la Rédemptrice] (1927). L’historien affirme que « du sang anonyme, sans importance politique, sans envergure historique, a coulé durant les premiers jours ayant suivi la chute de l’Empire » (Corrêa 1927, 131). L’écrivain noir Raul Astolfo Marques, en revanche, a dédié au conflit un chapitre entier de son roman historique, A Nova Aurora (1913). Toutefois, ce récit eut peu de visibilité : l’auteur est uniquement connu des spécialistes de la littérature maranhense et son livre, rejeté par la critique de l’époque, est devenu, avec le temps, une rareté.

10Les histoires du Maranhão publiés au XXe siècle ont accordé encore moins d’attention au 17 novembre et, le plus souvent, ont vidé les protestations de tout sens politique. Dans História do Maranhão: manual para os alunos da Escola Normal (1904), l’avocat et pédagogue Barbosa de Godóis affirme que, « abstraction faite d’un groupe d’esclaves libéré grâce à la loi du 13 mai qui étaient convaincus de l’idée grossière que la République allait les réduire de nouveau à l’esclavage […] aucune autre manifestation en défaveur du régime ne survint dans toute la province » (Godóis 2008 [1904], 359). Pour l’auteur, contemporain des faits, la manifestation fut isolée et mue par « l’idée grossière » de la crainte de l’esclavage.

11L’historien Mario Meireles, dans son História do Maranhão (1960) – œuvre acclamée qui constitue une citation obligée dans toutes les études sur cet État, et qui a été valorisée par ses nombreuses rééditions actualisées (1981, 2001) –, décrit également l’épisode comme étant une réaction unique et isolée vis-à-vis du nouveau régime :

  • 3 Dans les citations, les passages mis en italique sont le fait de l’auteur de l’article, Matheus Gat (...)

[…] l’unique anomalie qui se produisit fut une manifestation d’esclaves, récemment libérés, contre Paula Duarte, le seul républicain du nouveau gouvernement, et ce parce qu’il se disait que le régime allait annuler la loi Áurea. Les manifestants se rendirent à la rédaction d’O Globo, son journal, la police intervint immédiatement et les dispersa, ceci se passa à la veille de l’adhésion [de la province à la République]. Mais le fait que, dans la bouche du peuple, cet évènement, sans grande gravité, ait été relaté comme s’il avait s’agit d’un massacre – celui des fusillés du 17, comme il se disai – a contribué au climat de froideur, d’indifférence et de doute, contre la République3. (Meireles 2001 [1960], 269)

12Il est important de noter que l’auteur écrit « manifestation d’esclaves », pour dire « manifestations de Noirs ». Il n’est fait à aucun moment mention de la violence militaire lors de l’incident. Au contraire, dans la description de Meireles, les fait ont eu lieu « sans grande gravité » et l’intervention de la police a juste « dispersé » les manifestants. Selon l’historien, l’idée de massacre et la rumeur des « fusillades » sont des exagérations de l’esprit populaire, un commérage qui a juste réussi à créer un climat hostile vis-à-vis de la République.

13Une description qui atténue encore plus le conflit est celle relatée dans Subsídios para a História do Maranhão (1978), du juge Milson Coutinho. Selon lui les personnes auraient agi sous l’influence des monarchistes de la ville, à l’origine de la rumeur selon laquelle la République allait soumettre à nouveau les Noirs à l’esclavage :

Nos historiens ne sont pas d’accord quant à l’origine des troubles provoqués au Maranhão, principalement par d’anciens esclaves, lors de la proclamation du régime républicain. La rumeur circulait dans toute la ville que le régime récemment implanté allait révoquer la loi Áurea voulue par la princesse Isabel et que les Noirs devraient revenir à la condition de captifs. Il est pratiquement sûr que ces absurdités émanaient des Sebastianistas, c’est-à-dire, de ceux qui regrettaient la monarchie agonisante, et, qu’on le croit ou non, elles eurent un fort écho dans les esprits des Noirs qui ne pourront jamais accepter le retour au tronc, au fouet du surveillant, au travail forcé. (Coutinho 1978, 17)

14Ainsi, selon l’auteur, les protestations collectives ne sont que des « troubles ». Les « anciens esclaves » étaient motivés par des idées absurdes, selon lesquelles le régime républicain allait révoquer la loi Áurea. C’est-à-dire des mensonges diffusés par les monarchistes de São Luís (Milanez 1889, 32-33). Cependant, l’existence de politiciens et d’organisations intéressés par une préservation du statu quo, ayant agi dans le but de permettre une réaction au coup d’État, ne répond pas à la question que je considère la plus importante : pourquoi ces rumeurs sur le retour à l’esclavage avaient-elles tant de signification pour les gens qui étaient allés manifester dans les rues ?

15Le point de vue du juge est qu’il n’y eut pas vraiment de massacre aux portes du journal O Globo, mais un échange de tirs à la tombée de la nuit :

16Les horloges annonçaient un peu plus de 19h, quand la multitude en furie au sein de laquelle beaucoup étaient armés, est revenue à la charge pour passer à l’épreuve du feu.
La fusillade commença. Il en résulta la mort immédiate de trois manifestants, des blessures pour onze personnes et pour plusieurs soldats, colonels et sergents placés en tête du peloton ; un manifestant mourut sous les balles de la troupe, peu de temps après, à la Santa Casa. (Coutinho 1978, 20)

17Selon Coutinho, le peloton chargé de défendre le siège du journal n’avait pas eu recours à la force de manière disproportionnée. Au contraire, il avait réagi contre une foule en colère et armée. Cette version des faits est conforme aux informations du rapport de l’officier Bello, qui a donné l’ordre de tirer. Le nombre de morts indiqué dans ce passage est également celui des estimations officielles.

18Une critique de cette approche se trouve dans une thèse sur le mouvement républicain au Maranhão. L’historien Luiz Alberto Ferreira s’y intéresse au caractère violent de la confrontation afin de comprendre comment les républicains percevaient le peuple. L’auteur s’oppose notamment à l’idée que les manifestants agirent sous l’influence de tiers et valorise l’intervention politique des couches populaires :

Peu importe ici si la manifestation a été incitée par les encouragements de A ou de B. Ce qui compte, c’est qu’il y ait eu une manifestation populaire, bien qu’anti-républicaine. Non pas que les manifestants fussent des monarchistes convaincus, ils ne pouvaient tout simplement pas concevoir que celui qui leur avait accordé la liberté ne puisse les gouverner. Cela montre que le discours des républicains historiques était (ou était devenu) une simple rhétorique pour une partie de la société, car il manquait de crédibilité pour les affranchis du 13 mai. Que ceux-ci n’aient pas été conscients que leur liberté ne leur avait pas été accordée mais qu’ils l’avaient conquise, est une autre histoire. (Ferreira 2002, 55)

19L’auteur laisse percer, dans son analyse, le thème de « l’inconscience des affranchis », suggérant que les manifestants avaient agi parce qu’ils ne comprenaient pas que la liberté n’était pas un présent de la famille royale, mais une conquête politique qu’ils ne devaient à personne. On peut affirmer au contraire que le peuple était dans la rue parce qu’il avait bien compris que ses faibles droits avaient été acquis par ses efforts personnels et collectifs pendant la longue lutte pour la liberté, par son courage lorsqu’il s’enfuyait pour retrouver de petites communautés de marronnage ou des cachettes dans la ville, par la mobilisation nationale des abolitionnistes sous l’égide de la monarchie. Ce même peuple était conscient que le changement de régime pourrait entraîner le recul de la consolidation politique et sociale de la récente abolition.

Le regard des contemporains

20Bien que la manifestation de novembre ait été volontairement oubliée ou qu’elle n’ait pas largement attiré l’attention d’experts, de chroniqueurs et de mémorialistes, elle avait préoccupé néanmoins les gouverneurs, les hommes politiques, les journalistes et les intellectuels de l’époque. L’impopularité du régime républicain dans la région était notoire et dangereuse aux yeux des chefs successifs de l’État du Maranhão. Dans le rapport présenté par le gouverneur José Tomás da Porciúncula à son successeur, le 7 juillet 1890, une introduction est presque entièrement consacrée à l’épisode, décrit comme l’un des deux événements politiques les plus importants depuis la proclamation du République brésilienne. Il s’exprime en ces termes :

Quant aux événements du 18 novembre 1889, date glorieuse de la proclamation ici de la République, moment où Pedro Augusto Tavares Junior a quitté le gouvernement, il y a deux épisodes auxquels je dois me référer, car ils sont les seuls de par leur ampleur à avoir attiré l’attention du public.
Je me réfère au mouvement populaire du 17 novembre et au décret n° 7 du 23 décembre de Pedro Tavares Junior. (Porciúncula 1890, 4)

21Porciúncula considère que seuls deux faits méritaient d’être signalés dans son rapport d’activité, compte tenu de son ampleur et de l’intérêt public qu’ils suscitaient encore plusieurs mois plus tard : le « mouvement populaire » du 17 novembre 1889 et le décret n° 7, publié le 23 décembre de la même année. Ce décret concernait la liberté de culte. Il supprimait les subventions d’État accordées à l’Église catholique et fermait les postes de confesseurs et d’aumôniers de la fonction publiques du Maranhão. Cependant, à l’exception de cette brève mention, pratiquement toute l’introduction au rapport du gouverneur est consacrée au premier problème longuement évoqué par des articles de journaux et des documents. Il est probable qu’il ait cherché à fonder son jugement à partir d’informations provenant de l’hôpital de la Santa Casa da Misericórdia qui a fait état du nombre des morts et des blessés au cours du conflit. L’ancien gouverneur fait sien le récit imprimé en première page d’O Diário do Maranhão, le 18 novembre 1889 :

ÉVÉNEMENTS D'HIER – Une grande masse d’hommes a encerclé le siège du journal O Globo, où se tenait son rédacteur en chef, le docteur Francisco de Paula Belfort Duarte. Ces hommes voulaient l’empêcher de faire une conférence, à laquelle il avait invité le peuple, indiquant la mairie pour point de rencontre de cette réunion.
Une fois que les forces de l’ordre eurent conseillé à ces individus de dissoudre leur rassemblement et que l’heure fixée pour la conférence ait été passée, le groupe entreprit de parcourir les rues en acclamant la monarchie, se rendant devant la maison du gouverneur Tito Mattos. Ce dernier, venu à la fenêtre, a demandé le retour à l’ordre nécessaire pour la tranquillité publique et a sollicité la dissolution du rassemblement.
Les esprits se sont alors calmés mais, dans l’après-midi, d’autres groupes ont continué à parcourir les rues et une grande masse de gens est restée devant le siège du journal O Globo.
Une force d’infanterie a été déployée pour éviter les désordres et les perturbations, mais la nuit, les cris ont continué. Puis il y eut des coups de feu et un grave conflit faisant des blessés et des morts, ces derniers au nombre de trois. (Porciúncula 1890, 4)

22Afin de confirmer l’exactitude des faits relatés dans O Diário do Maranhão, José Tómas da Porciúncula utilise des données de l’hôpital de la Santa Casa da Misericórdia, reproduites ci-dessous, conformément au document original. Les tableaux officiels (documents n° 1 et n° 2) confirment les chiffres du journal, qui fait état de trois morts et de plusieurs blessés graves dans le conflit. Ces tableaux ajoutent toutefois une victime supplémentaire, décédée des suites du tétanos provoqué par une balle en métal. Il n’est pas impossible qu’il y ait eu plus de victimes car les chiffres ne concernent que les personnes secourues à l’hôpital de la Santa Casa. L’historien Luiz Alberto Ferreira, s’appuyant sur ces registres hospitaliers, affirme que le 17 novembre a été un véritable massacre, attirant l’attention sur le fait que neuf des quatorze blessés ou morts avaient été touchés en haut du corps (bras et avant-bras), confirmant l’intention de l’armée de tuer et pas seulement d’effrayer ou de « disperser » la foule (Ferreira 2004, 226).

23Les registres de l’hôpital décrivent les hommes décédés dans le conflit comme des hommes célibataires, nés au Maranhão, noirs ou mulâtres. Dressés environ un an et demi après la signature de la loi d’abolition de l’esclavage interdisant formellement le travail forcé dans le pays, ces tableaux ne permettent pas de savoir si ces hommes étaient libres ou non avant le 13 mai 1888. Cependant, nous pouvons constater que le plus jeune des défunts, Sergio, avait 22 ans à la date de la confrontation. Ainsi, toutes les victimes étaient-elles nées avant la loi sur le ventre libre (1871) et la plupart d’entre elles avaient été témoins de la crise politique et économique du système esclavagiste au Brésil à l’âge adulte, en tant qu’esclaves, en tant qu’affranchis ou en tant qu’hommes libres.

Document n° 1 – Personnes mortes lors du massacre du 17 novembre

Document n° 1 – Personnes mortes lors du massacre du 17 novembre

Source : José Thomaz da Porciúncula, Relatório com que o Exmo Im. Dr. Thomaz da Porciúncula passou à Administração do Estado em 7 de Julho de 1890, 1890, p. 6.

Document n° 2 – Personnes blessées lors du massacre du 17 novembre

Document n° 2 – Personnes blessées lors du massacre du 17 novembre

Source : Id., p. 7.

24Je souligne ces aspects car les questions portant sur la couleur des manifestants et sur leur statut – hommes libres, affranchis ou esclaves au moment de la signature de l’abolition – sont invoquées dans différentes sources à propos de l’épisode. Le rapport du département de police du Maranhão que Porciúncula a joint à sa relation attribue une cause, une couleur et une origine sociale à la manifestation, dans la rubrique « Tranquillité publique » :

L’instauration de la République fédérale le 15 novembre dernier, transformant complètement le système de gouvernement au Brésil, a donné lieu à des rumeurs gênantes, drapées de spéculations visant à exploiter pour la première fois l’ignorance de la population, à des fins inavouables. Cela a provoqué un conflit qui a eu lieu dans la capitale, dans la nuit du 17 du même mois, devant l’atelier typographique du journal O Globo, entre la force postée pour le défendre et un gang d’hommes de couleur voulant l’attaquer ; ce conflit qui, heureusement, prit fin aussitôt, donna lieu à plusieurs morts et blessés.
Dans la ville de Caxias et dans Povoação de Pedreiras, il y eut également un début de désordre public, dû à un groupe d’esclaves affranchis qui avaient abandonné toute retenue (desregramentos) et essayaient de se regrouper. La tentative avorta et il n’y eut aucun événement désagréable à déplorer. (Porciúncula 1890, 147-148)

25Dans la version de la police, l’attaque a une connotation raciale : elle a été orchestrée par un « gang d’hommes de couleur ». C’est la catégorie qui rend la description de la contestation intelligible dans l’extrait ci-dessus, même si le compte rendu n’éclaircit pas pleinement les raisons des motivations « gênantes » ou « inavouables » invoquées. Cependant, le texte lui-même offre des indices qui permettent de comprendre pourquoi cette classification sociale est utilisée pour raconter la confrontation. Pour les responsables de la police du Maranhão, le conflit devant le journal O Globo s’inscrit dans un contexte plus large d’insubordination populaire, de « débordement (desregramento) » des affranchis, survenu dans diverses régions et villages de différentes régions de l’État. Par conséquent, si le rapport évoque une supposée absence de raisons valables de se révolter chez les manifestants, c’est que le conflit ne remettait pas en question le nouvel ordre institué mais manifestait plutôt l’indiscipline caractéristique des « affranchis ».

26Toutefois, un doute demeure : quelle est la relation observée par la police entre « le gang d’hommes de couleur » dans la capitale de l’État et le « débordement » des affranchis dans le Maranhão, c’est-à-dire comment s’articulait la motivation raciale de certains et le prétendu « passé d’esclave » des autres ? La question est complexe car les personnes libres constituaient la majorité des « hommes de couleur » du Maranhão (Faria 2004, 94). Nombre de ceux qui avaient été identifiées par la police comme tels ne partageaient probablement pas le même statut social au moment où l’esclavage avait été définitivement aboli. Nombre d’entre eux pouvaient avoir été « émancipés » le jour de l’abolition mais d’autres pouvaient aussi être des Noirs et des Métis libres, affranchis préalablement ou descendants d’affranchis. Cependant, les informations faisant état du massacre ont effacé ces différences grâce à des qualifications emplies de préjugés tels que gangsters, arnaqueurs ou indisciplinés, disant des manifestants qu’ils étaient non préparés, ignorants et dangereusement manipulables :

La patrie est en danger [...]. Les ennemis du bien public, de la tranquillité et de l’ordre se multiplient, propageant des idées criminelles et subversives contre le gouvernement établi de la République, le gouvernement de la raison et de la morale, le gouvernement, bref, digne d’un peuple libre et indépendant !
[...] Ils marchent ces pêcheurs en eaux troubles, qui mentent aux citoyens de la loi Áurea du 13 mai – en leur disant que la République veut les rendre à nouveau esclaves !
Citoyens ! Qui peut croire à une telle arnaque ? Quel cerveau malade peut donner foi à une telle ineptie ?
Qu’est-ce que le gouvernement de la liberté par excellence, sinon celui de la République ? (O Globo, 21 décembre 1889, p. 2)

27L’indignation de l’écrivain vise principalement la nature des rumeurs qui auraient influencé la manifestation : « l’arnaque » selon laquelle la République réduirait les « citoyens de la loi Áurea » à la condition d’esclaves. Selon le journal républicain de São Luís, aucune idée ne pouvait être plus étrange et seul « un cerveau malade » pouvait croire en une telle contradiction. De plus, le texte demandait : « Qu’est-ce que le gouvernement de la liberté par excellence, sinon celui de la République ? » Le problème est que tout le monde ne répondait pas à cette question conformément à de tels idéaux. Après tout, l’éloquence rhétorique des républicains ne semble pas avoir suffi à convaincre les personnes qu’ils appelaient « masse », « peuple », « hommes de couleur », « affranchis » ou même « citoyens de la loi Áurea du 13 mai ».

  • 4 Selon Abranches (1895, 216-217) : « La masse populaire, formée en sa majorité d’affranchis, précédé (...)

28Et cela n’eût pas lieu qu’au Maranhão. À Rio de Janeiro, la fameuse Garde noire – un groupe de type paramilitaire d’anciens abolitionnistes, de capoeiras et de travailleurs urbains – avait été créée à la fin de 1888 pour défendre la liberté et exprimer la gratitude de leurs membres à la princesse Isabel. Elle ridiculisait les réunions publiques des républicains et revendiquait le statut de parti politique par l’intermédiaire de José Patrocínio, l’un de ses porte-paroles (Gomes 1991, 79). Le mémorialiste Dunshee de Abranches, dans son compte rendu du 17 novembre, insère ce conflit dans l’ensemble des différentes « résistances à la République » qui se sont manifestées dans les provinces agraires du nord et raconte la confusion créée entre les hommes libres et les hommes de couleur dans la ville de Salvador lorsque, le 15 juin 1889, le tribun républicain et propagandiste Silva Jardim et le comte d’Eu, époux de la princesse Isabel, sont arrivés dans la ville à bord du même navire4. Ce fut l’occasion d’un affrontement semblable à tous ceux qui avaient opposé les royalistes et les républicains au cours de l’année tumultueuse de 1889. Le conflit politique se racialisait. La presse avait décrit les événements de Salvador comme un conflit entre civilisation et barbarie, une action des royalistes noirs contre des étudiants, des enseignants, des politiciens républicains blancs, de bonne famille (Albuquerque 2009, 148). Le journal Diário do Povo avait même émis l’hypothèse de l’existence d’une « lutte contre les Blancs », organisée par la Couronne et menée par la section de la Garde noire de Bahia.

29Il y eut également des manifestations populaires d’hostilité envers la République à Recife. Un télégramme envoyé de la capitale de Pernambuco au journal du Maranhão, Pacotilha, publié le 19 novembre 1889, signalait que des sympathisants de l’empereur s’étaient emparés du poste de télégraphe de la ville dans laquelle « le peuple royaliste avait participé à une grande parade de cavalerie » (Pacotilha, 19 novembre 1889, p. 1). Au Mato Grosso, à l’embouchure de la rivière Apa, où l’on n’avait reçu la nouvelle de la proclamation de la République que le 20 novembre, au moins 25 postes d’un détachement militaire s’étaient rebellés contre le coup d’État : « La nuit, des soldats ont annoncé la mort de la République et ont acclamé la Monarchie en déclarant qu’ils n’avaient pas adhéré à la nouvelle forme de gouvernement, car ils avaient été libérés le 13 mai par la princesse Isabel. » (Castro 1995, 194) Les documents de police de l’intérieur de São Paulo, analysés par le sociologue Karl Monsma, enregistrent les appréhensions du baron de Ribeiro Barbosa. Ce dernier avait été informé par le chef de la police le 25 novembre, que les anciens travailleurs « pens[aient] que le nouveau gouvernement [allait] les réduire en esclavage, et qu’il avait expulsé la princesse dans ce but ». Le rapport ajoutait : « Ces affranchis ont eu plusieurs réunions et samedi, ils ont acclamé le citoyen Bonifácio Sinzenado [...]. » (Monsma 2011, 7-8)

30La pertinence du 17 novembre pour soutenir une analyse sociologique se révèle lorsque l’on songe à la portée nationale de ces incidents conflictuels pris dans leur ensemble, en dépit de leur nombre limité. La possibilité d’un rétablissement de l’esclavage par le régime républicain inquiétait effectivement de nombreuses fractions de la population dans les différentes régions du Brésil. Les diverses références aux supposées motivations raciales et au passé esclave de ceux qui se sont rebellés contre la propagande républicaine en 1889 sont également révélatrices. Il en est de même de l’évocation de la résistance contre le coup d’État militaire ayant institué la nouvelle forme de gouvernement. En ce sens, le conflit aux portes du journal O Globo est un « événement » (Sahlins 2003, 15) qui souligne la relation entre un fait singulier et une structure sociale en mutation ayant radicalement mis à nu le lien entre race et citoyenneté dans la formation du Brésil moderne.

Le massacre

31Un des aspects qui scandalisa le plus les historiens, les chroniqueurs et les contemporains de la manifestation ayant abouti au massacre du 17 novembre fut sa motivation : la peur de revenir à l’esclavage. Bien que le ton de surprise domine dans toutes les sources énumérées dans cette recherche, l’une des découvertes les plus intéressantes de l’historiographie contemporaine est que les frontières entre esclavage et travail libre étaient bien plus poreuses que ne le suggéraient leurs définitions juridiques. Le danger du retour à l’esclavage était une constante de la vie des affranchis. Ils savaient que leur liberté était précaire (Chalhoub 2012, 233-234).

32La manifestation de São Luís nous montre que la peur de l’esclavage avait perduré après l’abolition, révélant la fragilité matérielle de la citoyenneté conquise le 13 mai. Dans la capitale du Maranhão, des dénonciations avaient révélé que certains propriétaires avaient profité de vides juridiques pour affirmer que la loi Áurea ne révoquait pas l’obligation de servir pour les adolescents et les enfants nés après la loi du « ventre libre » (ou loi Rio Branco), signée le 28 septembre 1871. Ils soutenaient que ces enfants – les soi-disant « ingénus » – devraient rester sous le contrôle des anciens maîtres de leurs mères jusqu’à l’âge de 21 ans.

Un « ingénu » qui avait été donné ou loué par l’ancien maître ou l’ancienne maîtresse de sa mère et qui lui devait ses services jusqu’à l’âge de 21 ans, en vertu de la loi Rio Branco, souhaitait se retirer de la maison où il se trouvait en se louant à une autre, où le salaire lui appartiendrait. Il fut contraint par un employé de la Compagnie des apprentis de la marine de retourner là où sa maîtresse ou son maître l’avait loué, sous peine de prison s’il osait répéter cet acte.
C'est le comble du sordide.
On informe également, que les enfants « ingénus » (nés de ventre libre) d’une femme affranchie et tous ses enfants de moins de huit, qui vivaient avec elle, lui ont été retiré, car elle avait compris, et avait bien compris, qu’elle ne devrait pas continuer à rendre des services, ni ses enfants, à ceux qui l’avaient libérée.
On nous a rapporté que les trois enfants de cette malheureuse, âgés de moins de sept ans, ont été envoyés à Guimarães, sachant que l’aîné dut rester dans la maison de l’ancien maître de sa mère, qui prétend avoir le droit de bénéficier de ses services jusqu’à l’âge de 21 ans. (Pacotilla, 22 mai 1888, p. 3)

  • 5 Messieurs les cajurubebas : manière moqueuse dans le langage de l’époque pour se référer à des escl (...)

33Le non-respect de la loi a laissé perdurer le fantasme de la remise en esclavage. La logique paternaliste qui prévalait dans l’affranchissement des esclaves a retardé l’émancipation et restreint la citoyenneté de ceux qui, bien que relevant du bénéfice de la loi de 1871, n’étaient pas considérés comme totalement libres. Le Club artistique abolitionniste maranhense a également dénoncé des arrestations arbitraires, comme celle de l’ancienne esclave Candida – appartenant autrefois à Dona Maria José Franco Mattos – qui avait été emprisonnée pour avoir provoqué des troubles par son état d’ivresse lors des célébrations du 16 mai. La prise de corps aurait été exécutée par un « agent de l’autorité habitué à escorter des prisonniers en utilisant cordes et fers, comme ce fut le cas pour Esmeralda, Paulino, Jordão et tant d’autres, dont la capitale était témoin à l’époque révolue des messieurs les cajurubebas5 » (Pacotilha, 22 mai 1888, p. 3). Le même jour, des dénonciations de remise en esclavage ont été rendues publiques dans la capitale : « On nous dit aussi que certains philanthropes, par on ne sait quel droit ou à quel titre, détiennent prisonniers, sous sept clés, comme on dit, des anciens libérés de la loi du 13 mai. On nous dit que cette gentillesse est pratiquée dans la région de Caminho Grande. » (Pacotilha, 22 mai 1888, p. 3)

34Le fait que l’on n’ait pas payé d’indemnités aux propriétaires d’esclaves était un autre prétexte de la légitimation de l’esclavage illégal juste après l’abolition. Une lettre publiée en juin 1888, envoyée de Vargem Grande, expliquait au président de la province : « Il est possible que d’ex-esclaves soient encore détenus, sous le prétexte que leurs maîtres n’ont pas été indemnisés de leur valeur. Nombre d’entre eux sont toujours prisonnier et toujours sous leur contrôle. Un ancien esclave s’est même échappé pour jouir de ses droits. » (Diario do Maranhão, 28 juin 1888, p. 2)

35En ce sens, la « peur de l’esclavage » avait des fondements très concrets, non seulement à cause de l’expérience vécue des remises en esclavage et/ou du non-respect de la loi du 13 mai, mais également à cause de la permanence de la culture esclavagiste après l’abolition. Ce problème taraudait ceux qui étaient descendus dans les rues le 17 novembre 1889. Le capitaine Milanez, témoin oculaire des événements, avait décrit ses impressions :

Je suis la Rua do Sol en direction de la caserne et, presque à mi-chemin, je découvre un groupe considérable d’affranchis qui montent dans la même rue torche au poing et qui ovationnent la monarchie. Je m’arrête et je veux revenir au Globo lorsque le groupe, que j’ai pu évaluer entre 2 000 et 3 000 hommes, prend une direction différente. J’étais convaincu qu’il s’agissait juste d’une manifestation du fait de la direction choisie. (Milanez 1889, 24)

36Il y avait beaucoup de monde. Le militaire a pu exagérer son estimation mais si nous imaginons une foule de la moitié du nombre indiqué, il s’agirait toujours d’une manifestation gigantesque pour une ville comme São Luís à la fin du XIXe siècle. Le militaire ajoute : « Le groupe n’était pas hostile, cela me semblait une simple manifestation de reconnaissance à celle qui leur avait accordé la liberté le 13 mai. » (Milanez 1889, 26) Le symbole de la lutte contre l’esclavage était fort. La manifestation commença au Largo do Carmo, où se trouvait le pilori de São Luís, et où nombre de ces hommes et femmes avaient célébré l’abolition. De ce même Largo do Carmo, était partie la « marche pour la liberté » le 15 mai 1888 (Santos 2017, 13). Ainsi, le 17 novembre, les souvenirs des temps de la captivité et de la « rédemption » étaient pour ainsi dire à fleur de la peau.

37Les trois récits connus de la contestation qualifient mieux cette hypothèse. Dans la chronique Pela Redentora, l’écrivain Viriato Corrêa estime que la principale cause de protestation à São Luís réside dans la brutalité de l’esclavage du Maranhão. « Le 13 mai était là, plus que partout ailleurs, une date de rédemption. Les Noirs ne voyaient pas dans l’abolition une conséquence logique de la marche de transformation du pays, mais un geste charitable de la princesse Isabel. » (Corrêa 1927, 133) Ce facteur explique, pour l’auteur, pourquoi la manifestation aux portes du journal qui avait annoncé la proclamation de la république à Rio de Janeiro était avant tout une affaire de Noirs : « À sept heures du soir, on avait l’impression que tous les Noirs de la ville étaient regroupés là. » (Corrêa 1927, 136) L’ampleur de la foule dans laquelle se trouvaient, selon l’auteur, des personnes armées de revolvers, de pierres et de verre brisé, incita les troupes à ouvrir le feu faisant trois morts et plusieurs blessés.

38Pour Dunshee de Abranches dans ses Memórias de um histórico (1895), le conflit était la conséquence des hésitations du gouvernement local à confirmer la proclamation de la République. « Les affranchis sont sortis dans la rue, ignorant ce qui se passait dans le reste de la nation, sans qu’aucun gouvernement ne les informe, sans qu’aucune police ne les contienne. C’étaient d’importants groupes dispersés dans toute la ville, saluant la monarchie. » (Abranches 1895, 220) Contrairement à l’insistance de Viriato Corrêa sur le caractère violent de la réaction populaire, le mémorialiste souligne qu’il s’agissait « de manifestations pacifiques et que s’il y avait des cris vindicatifs la masse populaire ne se rendit coupable d’aucune violence, n’attaqua personne » (Id.). En ce sens, pour l’auteur, le fait que la troupe ait empêché l’invasion du journal O Globo en début de soirée sans aucun ménagement est un acte de lâcheté : « [Ils] ont, depuis le haut de la pente, déchargé leurs fusils sur le peuple amassé en bas, ce qui face à un si grand nombre d’individus ne pouvait qu’entraîner des morts et de nombreux blessés. » (Ibid.) En ce sens, il y avait bien une intention claire de tuer dans la décision prise par le peloton. Et pourtant, n’oublie pas de mentionner Abranches, cela n’empêcha pas un homme de résister jusqu’à son dernier souffle :

Il s’agissait d’un homme qui portait le drapeau de l’empire. C’était un homme noir. Voyant les soldats descendre à la poursuite des fugitifs, il saisit le drapeau l’enleva de son support et se pelotonna dedans, déjà couvert de blessures, et cria avec une voix forte et résolue : « Longue vie à la princesse rédemptrice, longue vie à la monarchie ! »
On lui intima l’ordre de se rendre, il résista. Blessé de nouveau, il descendit la pente, toujours enveloppé dans son pavillon bien-aimé et, à la toute fin de la descente, exhalant presque son dernier souffle, il eut encore la force de se lever à mi-hauteur et de crier : « Vive la rédemptrice ! » (Ibid., 221-222)

39La question de la dévotion à la princesse Isabel est un point central des deux récits analysés. Cependant, si la compréhension de l’abolition en tant qu’aimable libéralité de la famille impériale avait du sens pour les manifestants du 17 novembre, les données rassemblées dans cette étude suggèrent que cette perception était renforcée par l’expérience concrète de la menace de retour à l’esclavage et du déni des droits acquis le 13 mai. Plus que la gratitude, l’enjeu dans les rues de São Luís était le clivage entre citoyenneté noire et blanche dans la formation de la République.

40Le récit le plus complexe de la contestation est le roman de l’écrivain noir Raul Astolfo Marques (1876-1918). Bien qu’il soit inclus dans un texte de fiction, presque toutes les déclarations peuvent être corroborées par les sources de l’époque. L’auteur avait 12 ans au moment des faits et a peut-être été un témoin oculaire des événements. Le texte se distingue par sa description détaillée et l’abondance de détails non minorés sur l’organisation de la manifestation :

Au Largo do Carmo, là où la foule était la plus nombreuse, les messagers des leaders anonymes de la rébellion furent actifs tout au long de la journée. C’était le lieu de rassemblement désigné par des invitations elles aussi anonymes. Il fut converti en centre des opérations. Il semblait que tous les hommes qui divaguaient l’année précédente à la suite de l’abolition de l’esclavage étaient rassemblés sur la place, formant une avant-garde pour apercevoir le trône sur lequel ils souhaitaient voir Isabel la Rédemptrice, nom béni, acclamé sans relâche, dans un enthousiasme électrisant avec la conviction profonde de suivre un idéal qu’ils ne comprenaient pas totalement.
Et quand, les quelques orateurs les plus déterminés, qui manipulaient intelligemment la situation, trouvèrent le fil directeur de leur mouvement, ils se souvinrent vite que c’était le Club artistique abolitionniste qui devait les guider dans cette bataille dans laquelle ils allaient s’engager résolument et patriotiquement. Les messagers se mirent alors rapidement à la recherche de l’adhésion des pionniers abolitionnistes.
De cette mission, ils ne sont pas revenus en chantant une victoire complète, car ils ne ramenèrent pas un aussi grand nombre de combattants qu’ils auraient souhaité, mais ils étaient radieux, car ils avaient trouvé deux vaillants compagnons : Victor Castelo et José Santa Rosa.
Il y avait des gens, des leaders. Il manquait juste une tête pensante ou un bras fort pour diriger le mouvement. Des travailleurs de Jerônimo Tavares, des travailleurs de la compagnie das Sacas (Presse) et da União (Trésorerie), des ouvriers de l’usine de Raposo, des dockers, des bateliers, des pêcheurs des plages de Caju et de Desterro, tous étaient venus rejoindre ceux qui, présageant une saga féline impitoyable, restaient inertes, se contentant d’élever des cris de joie et de brandir des objets menaçants, auxquels s’ajoutait un morceau de tonneau qu’on faisait tinter. (Marques 1913, 53-55)

  • 6 Lire à ce sujet Alonso (2015, 230).

41Le récit permet d’entrevoir la complexité de la protestation. Dans le texte de Marques, les personnes que la plupart des sources désignent comme des « affranchis » deviennent des dockers, des travailleurs, des ouvriers, des bateliers, des pêcheurs des plages de Desterro et de Caju et des caractères plus typés comme les « leaders d’émeute ». L’auteur déclare que les abolitionnistes étaient dans la rue le 17 novembre. Il est à noter que ceux qui entraînaient les manifestants anonymes ont cherché le soutien du Club artistique abolitionniste, la principale institution anti-esclavagiste de Maranhão durant les années 1880. En ce sens, l’organisation d’une manifestation de rue – « meeting », « marche » – mobilise les répertoires d’action diffusés au Brésil par le mouvement abolitionniste6. Selon l’auteur, il y eut une véritable intention, de la part des manifestants que le mouvement soit mené par des abolitionnistes renommés de la ville tels que Victor Castello, homme de couleur, qui faisait partie des personnes célébrées par la population lors de la commémoration du 13 mai (Santos 2017, 13 ; Abranches 1992, 148).

42Aux yeux de l’auteur, la défense de la princesse Isabel était une motivation essentielle mais sa description n’en reste pas à cet aspect. Il souligne l’importance du moment rappelant que ce qui se produit dans le feu de l’action, acquiert une magnitude et des résultats imprévisibles. L’écrivain souligne, par exemple, un moment de grande agitation au cours duquel un « créole costaud et bien fait » a gravi le pilori le plus haut du Largo do Carmo et a improvisé, « sur un bâton déformé, le drapeau vert avec la couronne de la monarchie récemment renversée déclenchant des applaudissements frénétiques sur toute la place » (Marques 1913, 57).

43Contrairement à d’autres informateurs, Astolfo Marques a noté que la violence contre les affranchis et les autres Noirs ne se limitait pas au conflit avec la troupe dans la nuit du 17 novembre. D’autres sources viennent confirmer ces faits, justifiant l’importance du livre de l’écrivain et sa manière de tisser écriture fictionnelle et données factuelles.

44Dans une déclaration au journaliste César Teixeira, dans les années 1970, le chanteur de Madre de Deus, Zé Igarapé, a déclaré que son père était royaliste et faisait partie des manifestants du 17 novembre, raison pour laquelle il lui manquait un bras. « Il a été coupé par la République » (Teixeira 2002, 2) disait l’artiste, à l’époque relativement populaire. À l’hôpital de Santa Casa, le médecin responsable des opérations aurait déclaré : « Dans les histoires de Blanc, le Noir ne met pas son nez. » (Teixeira 2002, 2) Astolfo Marques reconstruit précisément cette scène dans son livre de 1913, dans un passage dans lequel il relate le conflit entre un médecin de la Santa Casa et le barbier Macedo qui se révolte contre les amputations sommaires effectuées sur les blessés. Dans le roman, le chef du service hospitalier réagit en remettant le barbier à sa place : « Bonjour l’arrogant, ici ce n’est pas une boucherie où des gens de ton espèce rejettent les os ! Mêlez-vous de vos affaires et ne tentez pas de mettre le nez là où on ne vous a pas appelé. Tous ceux qui s’intéressent de trop près aux affaires de Blancs ont la même malchance ici que tes compagnons. » (Marques 1913, 77) Dans la mémoire d’hommes noirs tels qu’Astolfo Marques et Zé do Igarapé, la République du 15 novembre 1889 est indissolublement confondue avec l’expérience de subordination raciale.

45Le problème de la torture policière sous le gouvernement intérimaire a certainement contribué à cristalliser cette image. Comme le rappelle Meireles (1994, 113), « Casemiro Júnior [le responsable de la sécurité publique] a pourchassé sans relâche les ennemis du nouveau régime. Et pour ceux qui n’avaient aucune notoriété, en plus de les arrêter et de leur infliger des coups de férule sur les mains, il ne les faisait libérer qu’avec la tête rasée afin de les stigmatiser. En cela, ce sont les Noirs, les anciens esclaves, qui ont le plus souffert alors qu’ils continuaient à exprimer leur gratitude face à leur rédemptrice. » Les journaux ont commencé à rendre compte de ces faits dès la dissolution du gouvernement provisoire, le 17 décembre 1889. « Un sous-délégué à la sécurité, au milieu de la place du marché, a sorti son revolver et a tiré sur un citoyen arbitrairement arrêté. Hier encore, cette même autorité a ordonné l’arrestation et la punition à coups de férule d’Engracio Ferreira qui a les mains en sang. » (Pacotilha, 19 décembre 1889, p. 2) Maria da Paz Rubim a eu la tête rasée pour s’être battue avec une compagne. « L’opération a été si bien faite que cela lui a causé plusieurs écorchures au cuir chevelu qui ont dû être soignées par le Dr Henrique Alvares Pereira. » (Pacotilha, 19 décembre 1889, p. 2) Joaquina, résidente de la Rua da Misericórdia, et Clara Maria da Conceição, résidente de la Rua do Mercado, ont également eu la tête et les sourcils rasés. Le symbole de ces actes et les humiliations qu’ils entraînaient étaient forts : la « noix de coco rasée » était l’un des traits distinctifs du traitement policier des esclaves en fuite au cours des dernières années de l’esclavage (Needell 2010). Après l’abolition, l’humiliation des esclaves est devenue une stigmatisation raciale.

46Lorsque le premier gouvernement provisoire a été dissout le 17 décembre 1889, le nouveau gouverneur de Maranhão, Pedro Augusto Tavares Júnior, a tenu une audience pour écouter ceux qui se plaignaient des tortures infligées par la police. Il a effectivement reçu quelques victimes et a publié une déclaration publique condamnant les abus commis et recommandant « la plus grande prudence dans tous les actes dans lesquels l’autorité intervient, l’action ne devant pas être celle d’un pouvoir discrétionnaire et arbitraire mais, au contraire, droite, juste et mesurée » (Journal de Maranhão, 20 décembre 1889, p. 3). Il y eut une réponse. Le journaliste déjà évoqué, Casimiro Dias Junior, l’un des directeurs du journal O Globo et le chef de la police pendant le gouvernement provisoire, a publiquement réfuté les plaintes reçues par le gouverneur. Se justifiant, il a décrit les victimes comme « une procession de cinq prostituées noires qui avaient juste les cheveux coupés ! » (O Globo, 21 décembre 1889, p. 2). Le 17 novembre, Dias Junior faisait partie des personnes assiégées par les manifestants. Dans l’article susmentionné, il a assumé les actions de la police placée sous ses ordres pendant et après les affrontements :

47Même si je n’ai jamais demandé de couper les cheveux ou de frapper les gens, et cela par tempérament, je suis néanmoins disposé à assumer l’entière responsabilité de ces actes et à prouver que les autorités qui l’ont fait ont exercé un droit : celui de la légitime défense.
Pendant deux jours [les 16 et 17 novembre 1889], la population fut maîtresse de la ville. Les autorités policières impassibles ont assisté à toutes sortes de violences. Le chef de la police a même dit à l’un des employés typographes du journal de dire à la presse de O Globo qu’il ne se considérait plus comme responsable de ma vie ou de celle de Paula Duarte.
Eh bien, quel était le bon moyen de forcer cette populace non éduquée et sans aucune limite qui voulait profiter du mouvement pour manquer de respect aux familles et pratiquer des vols ? (O Globo, 21 décembre 1889, p. 2)

48Comme le montrent les rapports disponibles, considérer que, le 17 novembre et les jours suivants, régnait dans la ville un climat de désordre généralisé semble grandement exagéré. D’ailleurs, certains historiens et chroniqueurs ont noté que cette agitation était plus la conséquence de la truculence du gouvernement provisoire que du refus de ce nouveau gouvernement par le peuple. Casimiro Dias Júnior a déclaré que sa brutalité se justifiait face à une « populace » « sans éducation et sans aucune limite », que d’autres sources appelaient « gangs d’hommes de couleur » ou « citoyens du 13 mai ». Les gens ordinaires étaient « disqualifiés », des femmes désignées comme « prostituées de couleur noire » (raparigas de cor preta), terme particulièrement insultant. Dans le feu de l’action, d’autres acteurs avaient les mêmes références comme le médecin qui disait que « dans les affaires de Blanc, le Noir ne met pas son nez ! ». Les fusillades, les amputations et les tortures sont survenues dans un contexte de culture persistante de l’esclavage. Un préjugé largement diffusé d’infériorité des Noirs affranchis, comme des autres Noirs, prévalait, propagé et amplifié par le mouvement de demandes d’indemnisation des anciens maîtres d’esclaves et par les théories du racisme scientifique.

49Un massacre n’est pas fait seulement du nombre de corps qu’il laisse au sol, mais également de mots, de bruits et, surtout, de mémoire. Il n’est donc pas surprenant que les rumeurs sur le « massacre du 17 novembre », qui ont prospéré dans la mémoire collective, ne se réfèrent pas uniquement à l’incident impliquant des militaires à la porte du journal O Globo. Le « massacre » désigne toute une gamme de violences physiques et symboliques, justifiée par des critères de race. Massacre est le nom d’une expérience qui ne permet pas d’oublier la peur de l’esclavage, le souvenir du bras amputé d’un père et la routine de la torture policière. Le massacre en tant qu’événement et mémoire reflète la force structurante du critère de la race dans la formation du Brésil moderne.

Haut de page

Bibliographie

Abranches, Dunshee de. 1895. Memórias de um histórico. Rio de Janeiro: Tip. Official do Jornal do Brasil.

Abranches, Dunshee de. 1992. O Cativeiro. São Luís: Alumar.

Albuquerque, Wlamyra. 2009. O Jogo da dissimulação: abolição e cidadania negra no Brasil. São Paulo: Companhia das Letras.

Alonso, Angela. 2015. Flores, votos e balas: o movimento abolicionista brasileiro (1868-1888). São Paulo: Companhia das Letras.

Chalhoub, Sidney. 2012. A Força da escravidão: ilegalidade e costume no Brasil oitocentista. São Paulo: Companhia das Letras.

Corrêa, Viriato. 1927. O Brasil dos Meus Avós. Rio de Janeiro: Ed. Nacional.

Castro, Celso. 1995. Os Militares e a República. Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Coutinho, Milson. 1978. Subsídios para a história do Maranhão. São Luís: Sioge.

Faria, Regina Helena. 2004. « Demografia, escravidão africana e agroexportação no Maranhão oitocentista. » Ciências Humanas em Revista 2 (2): 79-99.

Ferreira, Luiz Alberto. 2002 « O Movimento Republicano e a Gênese da Reestruturação Oligárquica no Maranhão (1888-1894). » Dissertation de mestrado en histoire. Recife : Université fédérale de Pernambuco (UFPE).

Ferreira, Luiz Alberto. 2004. « Os Clubes republicanos e a implantação da República no Maranhão (1888-1889). » In História do Maranhão: Novos Estudos, dirigé par Wagner Cabral da Costa, 205-230. São Luís: Edufma.

Godóis, Antonio Batista Barbosa de. 2008 [1904]. História do Maranhão: manual para os alunos da Escola Normal. São Luís: AML/Eduema.

Gomes, Flavio dos Santos. 1991. « No meio das águas turvas (racismo e cidadania no alvorecer da República: a Guarda Negra na Corte – 1888-1889). » Estudos Afro-Asiáticos 21: 75-96.

Lima, Carlos de. 2010. História do Maranhão – A República. São Luís: Instituto Geia.

Marques, Astolfo. 1913. A Nova Aurora. São Luís: Tip. Teixeira.

Meireles, Mario. 1994. Dez estudos históricos. São Luís: Alumar.

Meireles, Mario. 2001 [1960]. História do Maranhão. São Paulo: Siciliano.

Monsma, Karl. 2001. « Pânico e Repressão: a Reação à Abolição das Elites nas Regiões de Cafeicultura Paulistas. » Anais do XXVI Simpósio Nacional de História – ANPUH.

Needell, Jeffrey D. 2010. « Brazilian Abolitionism, Its Historiography, and the Uses of Political History. » Journal of. Latin American Studies 42: 231-261.

Sahlins, Marshall. 2003. Ilhas de história. Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Santos, Cristiane Pinheiro Jacinto dos. 2017. « Festejando a liberdade: o 13 de maio no Diário do Maranhão e na Pacotilha. Manuscrit.

Teixeira, César. 2002. « Zé Igarapé (I): O Gigante do Boi da Madre Deus”. Jornal Pequeno 14 juin.

Sources primaires

Casimiro Jr. 1889. « A Farça da Especulação. » O Globo, 21 décembre, p. 2.

Castello, Victor. 1888. « O Club Artístico Abolicionista Maranhense ao Público. » Pacotilha, 22 mai, p. 3.

Milanez, José Lourenço da Silva. 1889. Apontamentos escritos pelo Capitão do Exército José Lourenço da Silva Milanez. Maranhão : décembre.

Moraes, Manuel João de. 1888. « Seção Geral. » Diario do Maranhão 28 juin, p. 2.

Porciúncula, José Tomás da. 1890. Relatório com que o Exmo Im. Dr. Thomaz da Porciúncula Passou a Administração do Estado em 7 de Julho de 1890. São Luís: Tip. Frias e Filho.

Willians, Frederick G. & Jomar Moraes, dir. 2003 [1889]. Poesia e prosa reunidas de Sousândrade. São Luís: Edições AML.

Journaux

Diário do Maranhão (1888)

A Pacotilha (1888-1889)

O Globo (1889)

Haut de page

Notes

1 O Globo, 16 novembre 1889, p. 2.

2 La junte provisoire maranhense avait une orientation militaire et inclut peu de républicains connus de longue date. Ses sept membres étaient : i. le lieutenant-colonel João Luís Tavares, président et commandant du 5e bataillon ; ii. le lieutenant Floriano da Costa Barreto, capitaine des ports ; iii. le 1º lieutenant Augusto F. Monteiro da Silva, commandant de l’École des apprentis de marine ; iv. le capitaine José Lourenço da Silva Milanez ; v. Francisco Xavier de Carvalho, commerçant, membre du parti conservateur ; vi. José Francisco de Viveiros, politicien conservateur ; vii. Francisco de Paula Belfort Duarte, avocat connu comme républicain (Ferreira 2002, 49).

3 Dans les citations, les passages mis en italique sont le fait de l’auteur de l’article, Matheus Gato, sauf indications contraires (NdT).

4 Selon Abranches (1895, 216-217) : « La masse populaire, formée en sa majorité d’affranchis, précédée des plus illustres détenteurs de titres et de mandats, des plus distingués et des plus nobles conseillers, anciens ministres, sénateurs et députés, parmi lesquels figuraient les plus puissantes sommités de l’actuel congrès républicain, salua avec impatience l’envoyé impérial. À l’opposé, des étudiants, dont certains à lunettes, des journalistes et des hommes de lettres, applaudirent et lancèrent des vivats pour saluer le célèbre tribun républicain : le résultat ne se fit pas attendre. Un conflit inévitable s’ensuivit et Silva Jardim ne put parler que dans le hall de la Faculté de médecine. Les étudiants, avec à leur tête M. Virgilio Damasio, organisèrent la résistance. [...] À partir de ce moment-là, ils furent poursuivis et menacés, voire obligés de dissoudre leurs républiques [leurs colocations étudiantes], car la masse considérait ce nom, traditionnellement utilisé pourtant, comme une provocation [...] envers la monarchie et la princesse impériale, à qui ils étaient incroyablement dévoués depuis la loi du 13 mai. »

5 Messieurs les cajurubebas : manière moqueuse dans le langage de l’époque pour se référer à des esclavagistes (NdT).

6 Lire à ce sujet Alonso (2015, 230).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document n° 1 – Personnes mortes lors du massacre du 17 novembre
Légende Source : José Thomaz da Porciúncula, Relatório com que o Exmo Im. Dr. Thomaz da Porciúncula passou à Administração do Estado em 7 de Julho de 1890, 1890, p. 6.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/5984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Document n° 2 – Personnes blessées lors du massacre du 17 novembre
Légende Source : Id., p. 7.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/5984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matheus Gato, « Le Massacre des affranchis. Race, émancipation et la République de 1889 à São Luís », Brésil(s) [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 11 décembre 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/bresils/5984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.5984

Haut de page

Auteur

Matheus Gato

Matheus Gato est professeur de sociologie à l’Université de l’État de São Paulo à Campinas (Unicamp).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals