Navigation – Plan du site
Varia

Le sens de la dignité sociale et autres spécificités d’un habitus dominant

Senso de dignidade social e outras especificidades de um habitus dominante
The Sense of Social Dignity and Other Peculiarities of a Dominant Habitus
Carolina Pulici
p. 153-179

Résumés

Cet article discute certaines spécificités liées à l’occupation d’une position élevée dans la hiérarchie sociale brésilienne comme la fierté des ancêtres, l’engagement dans la cause de la « Culture » et l’action sociale, la croyance dans l’originalité de son parcours et la participation à des réseaux sociaux. Il postule que de tels atouts d’ordre symbolique ont des effets sur la répartition des ressources sociales dans le Brésil contemporain.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en septembre 2012 ; approuvé en octobre 2012.

Notes de l’auteur

Cet article est une version modifiée du papier « Senso de dignidade social e outras especificidades de um habitus dominante », présenté au congrès de l’anpocs (Associação Nacional de Pós-Graduação em Ciências Sociais) en octobre 2012 au Brésil.

Texte intégral

  • 1  Voir, à ce sujet, Bourdieu 1966 : 201-223.

1La thèse selon laquelle le « sentiment de dignité » – ce que Max Weber a appelé le « réflexe subjectif de l’honneur social » (Weber 2000 : 182) – se manifeste surtout parmi les groupes privilégiés a été proposée par plusieurs auteurs attentifs au comportement des élites (Shils 1975, Gaulejac 1987, Le Wita 1988, Mension-Rigau 1997, Pinçon & Pinçon-Charlot 2007), qui indiquent que « l’assurance de soi » est liée de façon intime à la position occupée dans l’espace social. La proposition selon laquelle une situation sociale privilégiée prédispose à la formation d’auto-évaluations glorificatrices s’est aussi montrée assez pertinente dans notre étude de certaines fractions des hautes classes de São Paulo, de sorte que l’analyse d’un cas particulier a donné à voir certains traits transculturels de classes occupant des positions homologues dans des sociétés différentes1.

2Sur la base d’une recherche qui porte sur les processus de distinction sociale par le goût, cet article discute certaines spécificités de l’habitus associé à l’occupation d’une position élevée dans la hiérarchie sociale brésilienne, comme la fierté des ancêtres, l’engagement dans la cause de la « Culture » et l’action sociale, la croyance dans l’originalité du parcours et les atouts liés à la participation à des réseaux sociaux. Il postule donc qu’au-delà des privilèges politiques et économiques auxquels les élites sont le plus prédisposées, il y a des avantages symboliques qui ont aussi des effets sur la répartition des ressources sociales et qui ne sont pas sans importance dans le cas d’un pays comme le Brésil.

  • 2  Les habitants de la ville de São Paulo. Est appelé « pauliste » ce qui relève de l’État de São Pau (...)
  • 3  S’il est établi, d’un côté, que les recherches mobilisant surtout des méthodes déclaratives produi (...)

3Si les enquêtes sur les élites brésiliennes contemporaines discutent les variables socioéconomiques qui agissent sur la mobilité sociale, professionnelle et financière (Ferreira 2001, Medeiros 2005) – ou soulignent des aspects liés à la consommation des secteurs émergents (Lima 2007) –, la recherche dont nous présentons ici les résultats partiels a saisi principalement les représentations que des « paulistanos »2 aisés construisent d’eux-mêmes et des autres à partir de leurs préférences esthétiques déclarées, lesquelles contribuent aussi à former la « réalité » de ces élites (Pulici 2010)3.

Méthodologie de l’enquête

  • 4  Les études sur les spécificités de l’urbanisation paulistaine ont montré que les expériences de sé (...)

4Cet article présente des résultats partiels d’une recherche qui a utilisé du matériel de presse et des manuels d’étiquette, réalisé des entretiens, mené une analyse secondaire des statistiques culturelles et pris la sociologie du goût comme objet d’étude. D’une part, nous avons repéré les principes classificatoires qui ressortent des traités de « savoir-vivre » récemment publiés au Brésil et des critiques culturelles parues dans la presse pauliste entre 2005 et 2009. D’autre part, trente entretiens semi-directifs ont été réalisés (entre 2008 et 2009) avec des représentants des cercles de l’élite paulistane. Comme il ne serait pas possible de discuter, dans le cadre de cet article, les conditions dans lesquelles s’est développé le travail de terrain avec des individus fortunés qui imposent de fortes résistances au contact et ont tendance à dominer la situation de l’entretien (Chamboredon, Pavis, Surdez & Willemez 1994, Pinçon & Pinçon-Charlot 2005), nous expliciterons seulement de façon synthétique les principes pris en compte pratiquement dans la sélection des enquêtés. Du fait qu’il n’existe pas, au Brésil, un équivalent du « Bottin Mondain » ou du « Who’s Who », ni des enquêtes par échantillonnage qui saisissent ces segments, nous avons identifié les agents socialement désignés comme « riches » à partir de matériel de presse, de livres d’hommage aux élites, de notre cercle de rapports personnels et professionnels, d’un architecte qui a projeté les maisons de certaines de ces familles et de quelques entretiens réalisés. Étant donné l’impossibilité pratique d’introduire dans l’analyse des données de structure – comme les rendements d’opérations financières et/ou des valeurs de patrimoine (Medeiros 2005) –, nous nous sommes encore servi de critères institutionnels en nous adressant à des occupants de positions de pouvoir reconnues, et surtout de paramètres concernant l’appropriation privilégiée de l’espace urbain4.

  • 5  Discutant la question de l’échantillon dans la recherche qualitative, Jean-Pierre Deslauriers et M (...)

5L’énorme difficulté d’accès aux hautes classes et aussi leur faible délimitation empirique ont imposé une flexibilité de sélection des interviewés incompatible avec les exigences de constitution d’un « échantillon »5. En ce sens, l’analyse qui suit est d’abord exploratoire.

  • 6  On a essayé de montrer ailleurs que l’entrecroisement entre « classe » et « groupe de statut » réa (...)

6Inspirée par une approche théorique et méthodologique attentive à des formes de richesse multidimensionnelles saisies d’un point de vue synchronique et diachronique (Bourdieu 1979)6, la recherche dont cet article est issu a donc essayé de rassembler des individus présentant des disparités associées à la structure et l’évolution du volume total du capital dans ses différentes espèces. En ce sens, le groupe qu’il a été possible de former a réuni des représentants des fractions des élites les plus riches en capital économique (banquiers, industriels, entrepreneurs, hauts cadres), des fractions les plus riches en capital culturel (artistes/architectes, professeurs de grandes écoles, journalistes, psychanalystes), des fractions intermédiaires composées par des professions libérales (médecins, avocats, ingénieurs) et des secteurs liés à la haute fonction publique (ambassadeurs, ministres, consuls). Pour ce qui concerne l’origine sociale des enquêtés, nous pouvons dire, de façon approximative, qu’environ la moitié d’entre eux sont de haute naissance, tandis qu’un peu plus d’un tiers provient de différentes fractions des classes moyennes. Enfin, une petite minorité est issue de familles humbles. Alors que quelques-uns d’entre eux doivent leur supériorité sociale principalement à leur rôle professionnel et à leur position au sein du système productif, la plupart d’entre eux cumulent d’autres formes de richesse comme une certaine culture (quelque chose de l’ordre du « mondain-cultivé »), des relations sociales et du prestige. Si ces différences dans la structure patrimoniale et la trajectoire sociale des informateurs – ainsi que dans les branches d’activité dans lesquelles ils s’insèrent –, nous ont permis d’éviter une définition monolithique de la « classe dominante », l’intention spécifique de ce texte d’identifier certaines composantes du sens de dignité sociale nous a conduite à prioriser ici les propos des individus le mieux enracinés dans les élites, car la minorité issue des milieux plus modestes ne se distingue pas par les profits honorifiques que nous nous proposons de discuter.

La fierté des ancêtres

  • 7  Comme on le sait, il est plus difficile de protéger l’identité de personnes qui sont à la tête d’i (...)

7À la différence des recherches par échantillonnage qui construisent des classes économiques à partir de critères comme la possession de biens de confort domestique ou les niveaux de revenu et, pour ce qui concerne la trajectoire des interviewés, se limitent à une référence au niveau d’études du chef de famille, nos entretiens ont essayé de recueillir des informations sur la profession, la qualité des études et la situation économique des grands-parents, des parents, de l’époux et des beaux-parents de chaque informateur7. Au fil des questions qui cherchaient à saisir les déplacements (horizontaux et/ou verticaux) dans la hiérarchie des rapports sociaux, nous avons pu identifier la localisation sociale des manifestations de l’« estime de soi » et les positions dans lesquelles émergent, au contraire, des sentiments d’« indignité socioculturelle ». Ainsi, tandis que certains enquêtés issus de fractions plus modestes ou encore ascendantes des classes moyennes ont vécu des expériences de « honte sociale » quand ils ont été en contact avec des secteurs de l’élite durant leur enfance et/ou leur adolescence, les représentants de familles bien placées depuis plus longtemps ont été plus inclinés aux récits précis et glorifiants de leurs origines.

8La fierté des ancêtres s’est manifestée à toutes les occasions où l’histoire de la famille se confond avec celle de la ville et même du pays. Contrairement aux descendants de ceux qui ont eu des « vies minuscules » (Michon 1984), des oubliés qui disparaissent sans laisser de traces, ceux qui sont issus de familles illustres semblent faire usage de « gloire d’emprunt » tout au long de leur vie, de sorte que la mémoire des fortunés est préservée malgré leur absence physique. Sur son arrière-grand-père, comte et propriétaire de terres qui lui appartiennent encore aujourd’hui et dont la demeure, célébrée par un livre d’architecture, possède des meubles portant les initiales de la lignée, un banquier et philanthrope a dit : « C’était un homme de grande fortune et de grande richesse, un homme extraordinaire pour son temps [qui] a construit des chemins de fer, la voie de S à R et de A à J ». Comme l’observe Béatrix Le Wita, les individus appartenant depuis longtemps aux classes supérieures ont tendance à mémoriser mieux le passé professionnel de leurs ancêtres, de sorte que l’enracinement dans un statut social privilégié semble être un facteur déterminant dans la mémorisation de données généalogiques (Le Wita 1988 : 141).

  • 8  Pour un exemple de la manière dont cette littérature peut être ouvertement hagiographie, voir Grie (...)
  • 9  Nous ne fournirons pas la référence bibliographique pour garantir l’anonymat des informateurs. Ce (...)

9Quand on s’intéresse aux inégalités en matière d’honorabilité sociale, on note qu’aucun groupe social des sociétés modernes ne possède un enregistrement littéraire de son existence aussi intense que les hautes classes. Une telle littérature, rare dans d’autres milieux sociaux, perpétue ces familles au-delà de la finitude biologique de ses agents et semble servir encore à la reconnaissance mutuelle et à l’entretien de réseaux de personnes appartenant « au même monde »8. Dans l’univers étudié, la famille d’une psychanalyste, « grande dame » et épouse d’un industriel, a été le thème d’un livre ; le père d’une restauratrice d’œuvres d’art a fait l’arbre généalogique de la famille et a écrit ses « mémoires » pour raconter l’histoire de leur propriété rurale ; un rentier et philanthrope a été le personnage d’un livre sur les élites brésiliennes et a organisé une exposition sur les demeures de ses grands-parents dans un quartier important de la ville ; un banquier et philanthrope préserve et perpétue la mémoire de la ferme de ses ancêtres barons du café : cette propriété rurale figure dans un livre d’architecture et de décoration présentant des « maisons qui valent la peine d’être montrées », l’« architecture qui mérite d’être publiée » et « les gens qui ont quelque chose à dire »9 ; un des entrepreneurs les plus connus du pays conserve et fait consigner dans des livres les grandes maisons coloniales situées en province et appartenant à la famille de son arrière-grand-père, le comte [x].

  • 10  On appelle « quatrocentões » les Brésiliens d’origine portugaise qui sont implantés dans le pays d (...)
  • 11  Dans ce livre qui lui rend hommage, il a reçu l’éloge suivant d’une collègue : « Rien dans le mond (...)

10L’honorabilité liée à l’ancienneté dans les classes supérieures se donne bien à voir dans le récit d’un chef réputé dans la haute gastronomie qui mentionne l’enregistrement littéraire de l’histoire de ses familles paternelle et maternelle. Il raconte que quand la maison de son grand-père paternel, située dans le quartier exclusif du Jardim América et œuvre de l’architecte Victor Dubugras, a été vendue, il a offert au nouveau propriétaire le livre d’histoire de l’architecture qui l’a étudiée. Un de ses oncles a été aussi le propriétaire d’une de ces demeures qui, bâties dans les (alors nouveaux) quartiers-jardins, sont entrées dans l’histoire de l’architecture de la ville de São Paulo. Durant l’entretien, il nous a recommandé un autre livre écrit par un de ses cousins, un architecte réputé qui, en parlant de ses projets architecturaux, narre aussi une partie de l’histoire de sa famille maternelle d’extraction « quatrocentona »10. À propos de cette branche de la famille, l’interviewé parle de son arrière-grand-père comme d’« un ingénieur qui s’est très bien démerdé, qui a été un grand homme [...], qui est devenu très fameux [...], qui était déjà riche, son père était riche. Il n’a jamais été nouveau-riche, parce qu’il appartenait à une famille ancienne [...]. À sa table à l’Automóvel Clube (Automobile Club), trente personnes mangeaient tous les jours. Même s’il n’était pas là, c’est lui qui payait l’addition ». Son grand-père maternel « était un homme qui s’est également distingué [...], qui a acheté une fabrique quand il avait dix-huit ans [...] en la laissant après à ma mère et à ses frères [qui] l’ont vendue et sont restés avec une grande somme d’argent ». Il n’est pas surprenant, ainsi, que dans ses années vécues en Europe, notre informateur ait été présenté, selon un livre sur lui et son travail, comme un jeune homme « de bonne mine [...], d’une famille traditionnelle [...], des propriétaires terriens [...]. Et très bien élevé aussi »11.

11Le plaisir des œuvres accomplies par les ancêtres est apparu, dans l’entretien avec un entrepreneur, rentier et philanthrope, quand on a évoqué sa formation culturelle. Du côté maternel et paternel, il appartient à de grandes familles de la colonie syro-libanaise de São Paulo. Alors que ses grands-mères ont fait partie du groupe de dix dames qui ont fondé l’Hospital Sírio-Libanês – avec l’Hospital Albert Einstein, œuvre de la communauté juive, l’hôpital le plus prestigieux et le plus cher de la ville –, les grands-pères ont participé au développement économique de São Paulo, d’abord avec le commerce du café et des bovins et ensuite avec l’industrialisation. À la suite du déjeuner que l’enquêté et son épouse nous ont offert, le premier nous a montré les photos de toutes les pièces de l’ancienne demeure de sa famille qui était sur l’avenue Paulista, une de plus célèbres artères de la ville. Ces photos qui composent aujourd’hui l’ensemble d’œuvres qui garnit toute la longueur d’un couloir de la résidence devaient être prêtées à une exposition dans un espace culturel de la ville, en inscrivant de cette façon l’histoire de sa famille dans l’histoire de São Paulo.

  • 12  La proposition selon laquelle le niveau d’aspiration des enfants est déterminé par la position que (...)

12La mémoire d’une famille peut être construite de différentes manières, comme à travers la décoration. La directrice d’une institution philanthropique active aussi comme décoratrice, elle-même issue d’une antique famille, conseille à ses clients de raconter l’histoire de leur famille en ornant les toilettes des résidences avec les photographies anciennes qui montrent les mariages de parents. Personnages de l’histoire locale et/ou nationale, ces ancêtres sont voués à être remémorés de façon positive. Elle a affirmé à propos de sa grand-mère maternelle : « Elle était une grande professeure à Santos, il y a même une école avec son nom ». Une autre informatrice, fière de ses ancêtres, est petite-fille, fille et épouse d’ambassadeurs, hommes politiques et poètes brésiliens : « Mon arrière-grand-père a été académicien à son époque. Je ne l’ai pas connu, mais il a été académicien, enfin, un des fauteuils. Il a cette poésie [nom de la poésie] que nous étudions à l’école ». Ce privilège d’origine accompagne toute l’existence de ces gens qui héritent d’un capital symbolique non négligeable comme une espèce d’usufruit anticipé : « Ma mère est R. T. (nom d’une famille traditionnelle). Il y a donc une tradition intellectuelle » (banquier) ; « Ma mère, par exemple, est issue d’une très bonne famille, de renom et tout [...]. Mes grands-parents paternels étaient des gens de la couche supérieure, de niveau social et financier élevé [...]. Les frères de ma mère étaient aussi de très grand calibre, et notamment deux de mes oncles se sont beaucoup distingués » (petite-fille, fille et veuve d’avocats et d’hommes politiques issus d’anciennes familles paulistes). Elle souligne encore le cosmopolitisme de ses ancêtres : « C’était [le grand-père] un homme très cultivé, professeur de droit. Il a été un homme fameux à son époque [...]. Il collectionnait des œuvres d’art [...], il a habité en Europe à une époque, et papa est resté avec lui ». À la différence de ceux qui souffrent dans leur famille des effets décourageants de trajectoires sociales déclinantes, nos informateurs peuvent se contempler dans leurs aïeux qui se sont bien débrouillés dans la vie12.

13En dépit du fait que notre guide d’entretien n’abordait pas directement le prestige des familles des interviewés, nous avons fréquemment trouvé des références aux tributs d’hommages et de reconnaissance, aux écrits, bref, à tout ce qui éternise la personne à qui on rend honneur, comme les travaux historiques qui l’introduisent dans l’histoire légitime et la font mériter d’être connue : « …mon grand-père a été... Il donne son nom à deux lycées à São Paulo, [x] » ; « mon oncle [...] a été le gouverneur de l’état de Pernambouc en 19.., il a été député fédéral plusieurs fois [...]. Il a été membre de l’Académie brésilienne des Lettres [...]. Il a été le président de l’Institut de l’Alcool et du Sucre [...]. Il a été un grand journaliste et un grand historien, un grand intellectuel [...], il s’agit d’une de grandes figures nationales, [y] » (ministre à plusieurs reprises et homme d’affaires). L’estime de la famille fait aussi partie du discours d’un journaliste occupant de hauts postes dans des institutions culturelles publiques et privées : « Mon père était un homme cultivé. Il était un polytechnicien avec des traits positivistes, le modèle de sa vie était Euclides da Cunha [...]. Mais c’était un homme qui, quand il parlait de Virgile, savait de quoi il parlait. Il avait donc une culture scientifique, littéraire et fondamentalement philosophique très grande ». Imbue des devoirs de représentation exigés par le maintien de la notoriété d’un nom, une restauratrice d’œuvres d’art a fait référence à son grand-père (qui a été ingénieur agronome) comme « un homme du café, un type super important [qui] est parvenu à travailler pour le gouvernement, à être ministre de l’agriculture ». Elle remarque que « si vous vous baladez chez moi, vous verrez qu’il y a des meubles qui appartenaient à un arrière-grand-père, à un arrière-arrière-grand-père, de la porcelaine » et que « c’est chouette d’avoir de l’Histoire ». Évoquant la renommée dont sa famille jouissait déjà en Europe, le président d’une des plus grandes entreprises de construction du pays rappelle que « ça a été un [x] qui a découvert les Açores. Vous y allez, il y a une chapelle aux Açores, de 1453. Vous verrez que quand le Portugal découvrait les Indes, il y avait un [x], un général [x] là-bas qui se battait ».

  • 13  Vincent de Gaulejac remarque aussi que « ce sont toujours les figures les plus prestigieuses, les (...)

14Si l’enracinement dans un statut social privilégié est, comme le souligne Le Wita, déterminant pour la mémorisation de données généalogiques, on comprend bien pourquoi on connait moins de choses sur les parents les plus dépourvus. Même s’il n’a connu aucun de ses grands-pères, un musicien/pianiste/compositeur a été capable de reconstruire le parcours du père de son père qui a été juge et conseiller à la cour d’appel. Cela ne s’est pas produit à propos du parent qui occupait une position généalogique équivalente (le père de sa mère), mais dont la situation sociale était plus modeste : « Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’ils étaient [...], des immigrants portugais essayant de se débrouiller ici ». Quand nous avons demandé si la famille de son père l’avait plus marqué il a répondu : « Oui, bien qu’elle soit morte plus tôt », en mettant en évidence la manière dont la mémoire des gens fortunés est préservée malgré leur absence physique. Un tel usage de la parenté suggère encore qu’à une même distance généalogique, on est plus ou moins parent d’un membre de la famille et que, comme le veut Pierre Bourdieu (2002 : 175-176), la part des « parents utiles » parmi les « parents théoriques » de la généalogie croît quand on s’élève dans les hiérarchies reconnues par un groupe. Si les « grands » ont aussi les plus grandes familles, tandis que les « parents pauvres » sont aussi les plus pauvres en parents, c’est parce que, dans ce domaine comme ailleurs, « le capital va au capital », la mémoire des parents étant fonction des profits matériels ou symboliques que l’on peut obtenir en les considérant comme des parents13.

Engagement culturel et dans des causes sociales

15Ce patrimoine « réputationnel » n’est pas la seule manière de perpétuer ces groupes au-delà de la finitude biologique de leurs membres, ni de constituer comme excellentes les qualités de ceux qui sont socialement dominants. En raison de leur présence dans des institutions caritatives et de diffusion artistique, nos interviewés ont une expérience du monde assez particulière, dans la mesure où ils sont prédisposés à construire des rapports humains qui confirment, à chaque instant, leur respectabilité sociale : l’épouse d’un banquier qui assume les frais de la réforme de l’église principale d’une ville de province (où elle possède des propriétés rurales) jouit d’un immense prestige auprès des notables locaux, comme l’entrepreneur qui assigne une partie de ses profits à des actions sociales sera toujours « le président d’honneur » de l’institution philanthropique qu’il entretient.

  • 14  Une des associations artistiques les plus importantes du pays, dédiée à la valorisation de la cult (...)
  • 15  Indice d’appartenance à un milieu cultivé, le goût pour la musique classique est, à São Paulo, for (...)

16En effet, les postes dans les institutions culturelles apparaissent, dans notre recherche, comme des signes des groupes dominants. Cet engagement nous semble significatif, surtout parce que nous n’avons même pas demandé, au long des entretiens, si les informateurs étaient impliqués dans des associations socioculturelles. Évoquer leurs rôles dans la gestion des arts en réponse à nos questions sur la peinture, le cinéma et l’architecture, par exemple, était une manière de dire, entre autres choses, que cela vaut la peine d’investir dans la familiarité avec la culture réputée la plus « légitime » : « J’ai toujours des invitations [pour le théâtre] car on sponsorise beaucoup de monde » (chef et propriétaire de restaurants de haute gastronomie) ; « Nous avons déjà sponsorisé le Mozarteum14, j’ai été déjà le directeur du MAM (Musée d’Art Moderne), c’est moi qui l’ai recréé » (dirigeant d’une entreprise de construction et philanthrope) ; « Nous avons mis de l’argent dans la création du Teatro Oficina. J’ai été co-fondateur du Teatro Oficina » (journaliste occupant de hauts postes dans des institutions culturelles) ; « J’appartiens au Mozarteum, je suis même directeur du Mozarteum, conseiller du Mozarteum [...]. Aujourd’hui même je vais dîner chez Sabine Lovatelli, qui est la directrice du Mozarteum, qui est la fondatrice du Mozarteum » (banquier)15. Cet interviewé appartient au groupe des membres du Metropolitan et du MOMA, à New York. Un musicien et écrivain (héritier d’un banquier et homme politique) finance une maison d’éditions paulistane. Un collectionneur d’art et médecin propriétaire de clinique (fils d’un médecin propriétaire d’un hôpital) fait partie du comité d’une Biennale internationale. Il a déjà eu sa collection exposée dans des livres d’histoire de l’art et participe à des initiatives culturelles promues par un important musée national.

  • 16  Cette informatrice a construit une évidente hiérarchie de consommation en discutant de son style d (...)

17Plusieurs personnes de la famille d’une collectionneuse d’art et psychanalyste (ex-épouse d’un industriel et collectionneur) sont des artistes, en commençant par son ex-gendre et par une de ses filles : « Super artiste, elle est arrivée hier de New York, n’est-ce pas, il y aura une exposition dans le mois… en juin, au Guggenheim de Bilbao, un étage entier ». Sa fille aînée est aussi une artiste. L’enquêtée et son ex-mari ont vendu une partie de leur collection à un musée international, ils ont fait une donation de certaines œuvres à un musée brésilien et leur collection court les musées du monde entier : « Ici c’est une [œuvre de] Mira Schendel qui est maintenant au MOMA de New York [...], je la leur ai prêtée. Les Tarsilas, je les ai prêtés aussi ». Elle qui a déjà eu sa collection décrite dans des livres d’histoire de l’art (également étrangers) parle avec goût de ses acquisitions artistiques et de ses activités de mécénat16.

18Propriétaire d’une résidence secondaire (signée par un artiste renommé) dans un lieu de villégiature cher aux élites paulistes, une psychanalyste, « grande dame » et épouse d’un grand entrepreneur, occupe la présidence d’une prestigieuse institution culturelle de São Paulo ; une ambassadrice dont le mari fait partie du conseil d’un orchestre national reconnu participe au conseil de ce même établissement. Plusieurs de ses activités sont liées à ses relations familières : elle lit une partie spécifique du journal parce que sa fille y écrit, elle va aux concerts comme invitée parce que son mari est membre du conseil de l’orchestre, elle est au courant de ce qui se passe dans le monde des ventes aux enchères parce que son frère est collectionneur à New York, etc. Un des publicitaires les plus fameux du pays, père d’une artiste plastique que nous avons interviewée, a été le thème d’une exposition dans un des plus grands musées de la ville, a eu ses maisons célébrées dans des revues et est le vice-président d’un musée brésilien ; une historienne de l’architecture et épouse d’un architecte célèbre a dirigé un des musées de la capitale pauliste ; une décoratrice dirige une ancienne association philanthropique de la ville et a participé à des initiatives bénévoles dans le domaine de l’éducation par l’art. Actif dans différents secteurs, le président d’une entreprise de construction dit qu’il n’y a rien qui le satisfasse autant que ses actions sociales : « Mon plaisir le plus grand est de voir un jeune en train de se développer ». Sa femme appartient au conseil d’une association caritative internationale et l’institut qu’il a créé entreprend aussi des projets de protection environnementale, historique et culturelle. Cet institut porte son nom, ce qui indique que dans les hautes classes l’engagement dans la préservation de la vie humaine, des arts et de la nature se confond avec la préservation de l’histoire familiale.

Bénévolat : ostentation de bonne-volonté et appel à la reconnaissance
« La psychologue Maria de Lourdes Egydio Villela a vécu plusieurs années dans l’anonymat. C’était une femme comme beaucoup d’autres, qui dédie son temps à son mari, à ses deux enfants et au quotidien de la maison. Elle assure savoir à peine qu’elle occupait une place extrêmement privilégiée dans l’échelle sociale comme héritière du conglomérat financier et entrepreneurial Itaú. C’est la mort de son frère, en 1982, qui l’a obligée à prendre sa place dans le monde des valeurs matérielles. Dix ans plus tard, un nouveau choc : la fin de son mariage de vingt ans.
À partir de là, tout a été rapide et différent. En peu de temps, Maria de Lourdes devenait Milú Villela en acquérant de la notabilité comme présidente du Musée d’Art Moderne de São Paulo, le prestigieux MAM. Elle a ensuite pris en charge le Centre du Bénévolat de São Paulo et elle est maintenant aussi à la tête du comité qui organise, au Brésil, l’Année internationale du Bénévolat. Et plus encore : elle vient d’occuper la présidence de l’Institut Culturel Itaú. ‘Après ma séparation, j’ai découvert ma vocation de lutter pour un monde meilleur’ ».
(Revista Marie Claire : http://marieclaire.globo.com/​edic/​ed123/​rep_milua.htm)

19Propriétaire d’exploitations agricoles, psychologue, héritière d’un grand exportateur de café et éleveur de bovins, une interviewée observe que de grands espaces, des jardins et de la luminosité sont les caractéristiques les plus appréciées de sa résidence construite par le bureau du célèbre architecte brésilien Vilanova Artigas dans le quartier du Jardim Europa. Elle, qui a été la directrice d’un espace culturel fameux de la ville, entretient douze familles travaillant dans une de ses fermes qui a toujours été déficitaire : « Mais d’une façon ou d’une autre, je maintiens une activité, je maintiens des gens ». Elle prend tous les ans au moins deux abonnements pour des saisons de concerts et, en dépit du fait qu’elle passe plusieurs mois de l’année hors du pays, elle assure que rien ne se perd car elle offre toujours aux amis les billets des représentations musicales auxquelles elle ne peut pas assister, mettant par là en évidence comment l’engagement culturel favorise l’accumulation de capital social.

  • 17  Dans l´original : « Meeting the right people beyond the orbit of economic organizations does indee (...)

20Si toute cette implication dans le monde de l’art n’indique pas forcément un goût avant-gardiste (Pulici 2011), elle suggère au moins que cette population est d’une manière ou d’une autre récompensée pour son engagement dans la promotion culturelle. Étudiant le goût de l’élite managériale britannique contemporaine, Alan Warde et Tony Bennett ont remarqué que l’engagement en faveur de la « Culture » favorise la reconnaissance mutuelle et facilite les rapports sociaux à l’intérieur de ces groupes : « Rencontrer les gens qu’il faut hors du périmètre des organisations économiques permet certainement de lubrifier la vie sociale de l’élite »17 (Warde & Bennett 2008 : 254). En ce sens, la participation à des pratiques culturelles « légitimes », leur gestion et/ou leur financement servent à l’acquisition et à l’ostentation du capital social et, par-là, à la reproduction des classes supérieures. La vision selon laquelle une situation sociale privilégiée prédispose au contact avec la « haute culture » ressort aussi des travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot qui ont montré comment le parrainage des arts produit une sociabilité mondaine qui est « une forme euphémisée et déniée de la mobilisation de la classe » (Pinçon & Pinçon-Charlot 2007 : 53). Par conséquent, nous pouvons dire que si le sens esthétique est une dimension d’un habitus de classe, c’est-à-dire d’un rapport global avec le monde et les autres, le contraire est tout aussi vrai : certaines formes de cohésion sociale dérivent de l’adhésion à l’establishment culturel.

  • 18  Si l’identification de ces réseaux d’interconnaissance peut avoir été favorisée par le fait que no (...)

21Dans l’univers étudié, les activités de mécénat et de philanthropie ont effectivement donné à voir ce que Béatrix Le Wita a appelé l’« endogamie souhaitée » : tout au long du travail de terrain, il nous est arrivé de consulter les colonnes des quotidiens Folha de São Paulo et Estado de São Paulo consacrées aux mondanités et d’y rencontrer nos informateurs réunis dans des cérémonies sociales prévues par le calendrier mondain : une psychanalyste, « grande dame » et épouse d’un industriel, une ambassadrice et critique de décoration et la famille d’un banquier et philanthrope, par exemple, se sont retrouvés dans un dîner pour recueillir des fonds pour une institution artistique de São Paulo. Bien que nous ayons fait appel à des intermédiaires différents pour prendre contact avec nos informateurs, nous nous sommes rendu compte assez rapidement que plusieurs d’entre eux se fréquentaient : un banquier est le cousin-germain d’une décoratrice et philanthrope qui a été mariée avec un entrepreneur et rentier, et est la copine d’une ambassadrice, toutes les deux ayant été témoins au mariage d’une psychanalyste qui, à son tour, a eu comme invités les parents d’une plasticienne ; un économiste et ex-ministre est l’ami d’un banquier et philanthrope qui, à son tour, est le cousin d’un entrepreneur et arrière-petit-fils du même comte, les deux premiers étant des amis d’un journaliste qui occupe de hauts postes dans des institutions culturelles et qui, à son tour, est le parrain d’un musicien et héritier d’une famille de banquiers qui, lui-même, est lié par mariage à la famille d’un banquier et philanthrope18.

  • 19  Le postulat selon lequel une position sociale privilégiée favorise le contact avec la culture érud (...)

22La capacité de convertir leurs actions de mécénat et de philanthropie en moyens d’accumuler du capital social se donne à voir encore dans le fait que plusieurs d’entre eux sont invités aux concerts et aux expositions et sont habitués à se faire offrir – et pas seulement à acheter – des œuvres d’art et des disques de musique lors de leurs lancements sur le marché. Plusieurs d’entre eux ont (ou ont eu) des éditoriaux dans les journaux aux plus grands tirages et détiennent, ainsi, une certaine autorité dans la formation de l’opinion en économie, politique, architecture et décoration. En tant que consommateurs culturels, ils mentionnent des revues étrangères comme des lectures courantes et les plus hautes autorités culturelles sont aussi les plus familières à ceux qui appartiennent aux fractions les plus anciennes des élites : « Sérgio [Buarque de Holanda], Caio Prado Júnior [...], Gilberto Freyre, enfin, tous ces gens [...] ; et l’un d’entre eux que j’ai découvert il y a peu de temps et que je suis en train de trouver très, très profond, c’est José Murilo de Carvalho” (banquier/ philanthrope)19.

  • 20  La plupart des enquêtés s’engage plus dans des pratiques culturelles à l’étranger. La peur de la v (...)

Tchekhov faisait toujours cela et ça a bien marché, n’est-ce pas ? 
Une psychanalyste, « grande dame » et épouse d’un industriel, éminente représentante du pôle « mondain-cultivé » du groupe étudié, dit beaucoup visiter les galeries d’art à l’étranger : « Je suis toujours au courant de tout, il suffit de s’abonner par mail au Canal contemporain et vous recevez déjà toutes les expositions, vous voyez déjà tous les tableaux ». À propos des spectacles musicaux, elle affirme prendre tous les ans des abonnements pour des saisons de concerts, au Mozarteum et à Cultura Artística : « J’aime beaucoup l’opéra, nous y allons toujours quand nous voyageons [...], j’irai voir Lohengrin dès que j’irai à Paris, j’ai déjà les billets, je voyage toujours déjà avec les billets dans la main [...]. Ah, j’aime les ballets, je n’en rate pas, je viens de voir à New York toute la saison possible, toute la saison du New York City Ballet qu’il a été possible de voir ». À l’époque de l’entretien, le dernier spectacle musical qu’elle avait vu était celui de Chico Buarque. En matière de théâtre, elle accompagne le travail de Jorge Takla (« J’aime bien les choses qu’il fait, c’est mon ami et tout ») et elle est parvenue à avoir un fauteuil à son nom offert par Ruth Escobar. À son avis, ce n’est pas fondamental qu’un acteur soit connu du grand public ; néanmoins, à la question « Croyez-vous qu’une pièce de théâtre doive montrer des personnages qui agissent comme on agit dans la vie de tous les jours ? », elle a répondu de façon affirmative, tout en évoquant une référence érudite : « Tchekhov faisait toujours cela et ça a bien marché, n’est-ce pas ? »20.

  • 21  Les conditions socialement distinctives grâce auxquelles la propriété de ces biens se convertit en (...)

23Une autre particularité de ces groupes consiste dans la possession de biens rares, inégalement distribués et, dès lors, favorables à l’accumulation de capital symbolique. Privilège d’un très petit nombre, l’acquisition des œuvres d’art, par exemple, peut amener à croire qu’une telle appropriation matérielle des biens artistiques suffit pour attester de l’engagement dans la cause de la Culture : « J’admire la peinture, mais comme je suis quelqu’un de très actif, je n’ai pas beaucoup de temps pour l’apprécier » (président d’une grande entreprise de construction/philanthrope)21. De la même manière, un collectionneur et médecin propriétaire de clinique a passé une bonne partie de l’entretien en parlant de sa collection et non de son goût proprement dit. D’après Bourdieu, quand le tableau, la statue, le vase chinois ou le meuble ancien sont des objets susceptibles d’être appropriés, on n’a pas besoin « d’attester autrement la délectation qu’ils procurent et le goût dont ils témoignent » (Bourdieu 1979 : 260). Les bourgeois, ajoute encore Louis Pinto, « semblent peu préparés à un exercice qui présuppose une forme exclusivement symbolique d’appropriation de l’œuvre ou, si l’on préfère, une humilité incompatible avec l’image de soi de dominants, enclins à faire servir tous les biens au service de leur gloire temporelle » (Pinto 1991 : 81).

La possession des œuvres d’art et l’accumulation de capital symbolique
Chercheur – Quelles sont les fleurs que vous avez l’habitude d’avoir à la maison ?
Enquêté – Des orchidées, que je reçois toujours, n’est-ce pas, donc… Je n’aime pas énormément les orchidées, j’aime les fleurs plus sauvages, plus rupestres.
Chercheur – Vous recevez toujours des orchidées ? [...]
Enquêté – Oui, parce que je suis collectionneur. Oui, collectionneur... Quand les gens entrent chez quelqu’un qui est riche, ils pensent qu’il faut offrir des orchidées. C’est courant ça.

  • 22  À l’époque de notre entretien, les journaux de la ville ont enregistré la présence de sa femme dan (...)

24Même si nous n’avons pas été suffisamment attentive à des clivages de genre, il a été impossible de ne pas remarquer que ce sont les épouses qui conduisent habituellement leurs maris aux musées. Selon plusieurs témoignages recueillis, l’incorporation symbolique mais aussi matérielle des œuvres d’art est l’initiative des femmes : elles tiennent le plus à acheter des tableaux et des sculptures et c’est le meilleur cadeau que leurs maris peuvent leur offrir : « En général je n’acquiers pas, c’est ma femme qui le fait. J’ai cherché ce Guignard car je voulais faire un cadeau et je l’ai bien aimé » (banquier et philanthrope) ; « Nous collectionnons des meubles du dix-huitième et du dix-neuvième, nous avons une bonne collection, ma femme est considérée comme une experte de ces années [...]. Nous achetons beaucoup. Tous les antiquaires connaissent ma femme, ici, en Europe et aux États-Unis » (dirigeant d’une entreprise de construction/philanthrope) ; « Ma femme a acheté beaucoup de choses [...]. Nous avons un Bonadei qui est très beau... Nous avons un Volpi qui est très beau [...]. Nous avons un Cícero Dias, un très beau tableau de Cícero Dias » (homme d’affaires et ancien ministre) ; « Ma femme est très, très cultivée, elle connait beaucoup l’art, elle étudie beaucoup l’art [...]. Nous allons à plusieurs musées, nous connaissons déjà... Nous sommes même déjà allés une fois en Hollande juste pour y visiter un musée [...]. Nous y sommes allés exclusivement pour cela [...]. Nous sommes allés récemment en France, à Cannes, la région de Cannes, juste pour... Le but principal de ma femme [...], c’était de voir l’église, la chapelle de Matisse. Et de voir aussi ce musée d’art [...], le musée de Saint Paul de Vence » (idem) ; « Je vais avec ma femme [...]. Je vais à des expos à New York, je vais à des expos à Londres. Là, très récemment, où est-ce que j’étais ? C’est parce que je voyage tant… » (président d’une entreprise de construction/philanthrope)22.

  • 23  Les récits des voyages à l’étranger utilisés comme prétexte pour que toute la famille puisse être (...)

25Engagées dans la « culture de soi », ces épouses finissent par s’éloigner nettement de la femme de classe moyenne plongée dans un autre espace de possibles caractérisés par de moindres investissements dans le raffinement culturel. Plusieurs des interviewées ont suivi une formation en psychanalyse ou en décoration, ont assisté à des cours d’histoire de l’art (au MAM, à la FAAP, à la Tate Gallery) et ont entrepris d’apprendre des langues étrangères, de programmer des voyages à l’étranger, de lire des ouvrages de gastronomie et de se livrer à d’autres pratiques « gratuites ». Ces activités témoignent de ce que Weber a appelé la « stylisation de la vie », c’est-à-dire l’expression distinctive d’une position privilégiée qui est, donc, forcément, une revendication de pouvoir par rapport à ceux qui restent dominés par les urgences ordinaires23.

  • 24  Si les conditions dans lesquelles les données ont été recueillies doivent être prises en compte da (...)

26L’expérience directe du monde de l’art, issue d’un apprentissage au sein de la famille, s’est manifestée dans les propos de ceux qui appartiennent à des familles qui ne sont pas seulement bien placées d’un point de vue économique. Pour une ambassadrice et critique de décoration, la peinture n’est pas juste un tableau, mais la mémoire des itinéraires familiaux : « Je me rappelle de mon père et de ma mère en train de nous trimballer à travers toute l’Italie ». Un banquier issu de familles anciennes parle aussi d’une disposition cultivée qu’on acquiert de façon insensible et précoce : « Je me rappelle que chez nous nous lisions comme nous respirions. Toute ma famille [...]. Maman parlait le français comme elle parlait le portugais »24.

27Le monde de l’art comme monde de la famille et des amis se donne à voir aussi dans le récit d’une « grande dame », psychanalyste et épouse d’un important entrepreneur brésilien. Il s’agit effectivement d’un univers auquel on accède de manière précoce et privilégiée : elle a visité l’exposition temporaire « Versailles », qui s’est tenue à la Pinacothèque, en compagnie du conservateur du musée « que j’ai connu à Versailles et qui m’a présenté les pièces privées de Marie-Antoinette et de Louis xvi ». La dernière exposition de photographie qu’elle avait visitée avait été organisée par le fils d’une de ses amies qui, par ailleurs, l’a aussi accompagnée pendant la visite. Ainsi, avant d’occuper un poste de direction dans une importante institution artistique de São Paulo, la culture était déjà pour elle comme un « bien de famille ». Ses visites fréquentes aux musées sont ordinairement faites en compagnie de son mari ou de sa sœur qui a travaillé pendant vingt ans dans un important musée national et est aujourd’hui active dans une institution culturelle liée à une banque. Dans la trajectoire d’un rentier et philanthrope, la présence à des spectacles musicaux s’associe au pouvoir social de sa famille : « Nous étions les propriétaires du Cinéma [x], du Théâtre [x], qui appartenait à la famille [x]. Et la famille y avait deux loges, qui étaient à l’époque appelées des baignoires [...]. Elles étaient toutes rembourrées, comme c’est encore aujourd’hui en Europe, parce que là-bas on sait conserver les choses. Et il y avait une clef, c’était écrit “Família [x]” [...]. Donc on demandait la clef à mon grand-père ou à l’oncle qui en avait une, on y allait et on assistait à tout ».

À la maison, j’ai toujours vécu avec de l’art ...
Sous le regard de João Carlos de Figueiredo Ferraz, 54 ans, l’art est de la pure passion. Et c’est cette passion qui amène l’entrepreneur, un des plus grands collecteurs privés d’art contemporain du pays, à fréquenter la « jet-set » culturelle et à sponsoriser les arts. Propriétaire d’une collection d’environ 750 œuvres, tableaux, sculptures et photographies, Figueiredo Ferraz travaille pour réunir ses « objets précieux » – parmi eux, Amílcar de Castro, Hélio Oiticica, Leda Catunda, Vik Muniz –, dans un musée personnel à Ribeirão Preto (État de São Paulo), principal pôle de canne à sucre du pays [...]. L’entrepreneur avoue qu’il a commencé à acheter des œuvres d’art pour décorer les murs de sa résidence. Il s’est rendu compte qu’il y avait pris goût quand il a continué à acheter des œuvres même quand il n’y avait plus de murs à couvrir. Cela s’est passé à la fin des années soixante-dix, plus précisément en 1979, quand il s’est marié. En dépit du fait qu’il avait déjà vingt-cinq ans quand il a reçu son baptême de collectionneur, Figueiredo Ferraz a commencé à respirer l’art depuis l’enfance, sous une forte influence maternelle. « À la maison, j’ai toujours vécu beaucoup avec l’art, surtout à cause de ma mère [Lydia Machado Chagas]. Elle est de la génération d’[Alfredo] Volpi, de [Francisco] Rebolo, de Tarsila [do Amaral]. Elle a été aussi mariée avec un artiste, qui a exercé une forte influence sur nous » [...]. « J’ai composé ma collection par pure passion. Vous aimez, vous achetez, vous cherchez les choses que vous voulez » [...]. Figueiredo Ferraz ne parle pas de chiffres. Et dit qu’il ne spécule pas sur l’art. (« Os doces frutos da monocultura », Valor Econômico, 28/4/2006).

28L’importance du savoir qu’on n’acquiert que par le fait d’exister se révèle dans les objets de la maison d’une petite-fille, fille et épouse d’avocats et hommes politiques traditionnels de São Paulo. Elle qui a fréquenté les musées européens dès son enfance se montre consciente des pièces précieuses que sa famille a héritées des ancêtres, comme un célèbre tableau d’Almeida Júnior qui, après avoir été exposé dans les plus importants musées du pays, a fini par être donné au patrimoine public. Une restauratrice d’œuvres d’art a aussi pu raffiner son goût dans l’atmosphère domestique : « Ma grand-mère, la mère de ma mère, a été quelqu’un de très important à son époque. Elle récitait de la poésie [...]. Elle a connu des poètes et donc nous avons toujours eu beaucoup de familiarité avec la poésie aussi [...], nous avons les programmes qu’elle faisait au [Théâtre] Municipal, c’était publié dans le journal [...]. L’art a été toujours très présent dans notre famille, depuis toujours ».

29Comme on le voit, l’engagement culturel de ces élites se manifeste de différentes manières, soit par l’acquisition d’œuvres d’art, soit par l’implication dans le mécénat ou encore par la fréquentation des expositions, des galeries et des concerts au Brésil et à l’étranger. Actifs dans le mécénat et dans les actions sociales, nos enquêtés sont prédisposés à fréquenter d’autres philanthropes et d’autres mécènes et à construire des réseaux qui sont, pour une bonne partie, le résultat de l’accumulation de capital social à travers l’engagement dans ces causes socioculturelles.

Croyance dans l’originalité du parcours et capital de relations sociales

  • 25  Dans l’original : « the groups which enjoy higher status positions in their eyes and in the eyes o (...)

30La construction d’une représentation indiscutable de leur propre autorité a été courante parmi ces paulistanos socialement favorisés, ce qui conforte la proposition d’Edward Shils selon laquelle « les groupes qui jouissent de positions d’un statut plus élevé à leurs yeux et à ceux de leur proches auront habituellement une opinion plus forte de leurs prétentions et de leurs mérites que les groupes qui se sentent eux-mêmes inférieurs » (Shils 1975 : 252)25. L’« assurance de soi » comme quelque chose de propre à l’habitus « bourgeois » a été aussi signalée par Gaulejac dans son travail sur la genèse sociale des conflits psychiques (Gaulejac 1987 : 111). Les autoreprésentations marquées par la certitudo sui fournies par nos enquêtés illustrent, de cette manière, une thèse chère à différents courants sociologiques, celle d’après laquelle l’« estime de soi » tend à être plus prononcée parmi ceux qui sont les mieux lotis socialement. Une telle constatation dé-singularise forcément ces trajectoires qui, comme on le verra ensuite, se veulent toujours si « uniques ». En effet, au-delà de la fierté des ancêtres et de l’engagement dans des causes socioculturelles, deux autres composants d’un habitus dominant se sont avérés cruciaux pour la conformation d’une image de soi investie d’un sens de dignité : la croyance en l’originalité du parcours personnel et la mobilisation d’un capital de relations sociales.

  • 26  Créée dans les années 1930 par l’élite pauliste caféière, cette banque a aussi employé le dirigean (...)
  • 27  « Le vrai talent doit être spontané, de naissance, comme la vraie noblesse, car les travaux et l’é (...)
  • 28  « Cul de fer », terme argotique qui fait référence à celui qui est toujours assis en train d’étudi (...)

31Attachés à des aspects améliorés et idéalisés d’eux-mêmes (Goffman 1973 : 40), nos informateurs ont un sentiment très vif de leur valeur personnelle : « Ma vie est très riche. J’ai eu une vie très… Je pourrais écrire plusieurs livres » (président d’une entreprise de construction/philanthrope) ; « Le Bankers Trust m’a embauché et j’ai été un des premiers Brésiliens à aller aux États-Unis, je suis resté huit mois à New York [...], j’ai réussi au Bankers et j’ai fait une belle carrière là-bas » (idem). Un autre descendant d’une famille d’anciens propriétaires terriens (fazendeiros) qui a commencé sa vie professionnelle en travaillant dans des banques et pense avoir fait aussi un beau parcours dans le monde financier, est aujourd’hui un chef et propriétaire de restaurants dans le circuit de la haute gastronomie : « Je suis parti à Londres, je suis revenu après, je suis revenu sur le marché [...]. J’ai travaillé à l’Auxiliar, au Comind 26, dans le Mercantil [...]. J’étais à vrai dire opérateur boursier et je faisais de la vente, donc, je faisais beaucoup de contact. Tout le monde m’aimait là-bas. Travaillant comme agent financier j’étais un bon intermédiaire. Mais au bout d’un moment je n’ai plus aimé cela, ça a commencé à m’ennuyer et donc je suis parti voyager de nouveau ». Exprimant le diagnostic d’après lequel un des traits les plus évidents de l’aristocratisme de notre société traditionnelle réside dans la valorisation du talent qui se passe de l’effort27, un pianiste et compositeur se remémore qu’à l’école, « je n’étais pas CDF28, mais j’étais un bon élève. C’était facile pour moi de capter [...], j’étais un bon élève, mais pas un polard ».

  • 29  Paulo Emílio Salles Gomes, critique et historien du cinéma et fondateur de la Cinémathèque brésili (...)

32Le regard valorisant envers soi-même se manifeste dans tous les propos qui mettent l’accent sur l’originalité du parcours, invariablement jugé comme exceptionnel, comme si ces personnes échappaient toujours aux itinéraires ordinaires auxquels est voué le commun des mortels. Issue d’anciennes familles de São Paulo, une « grande dame » (et épouse d’un célèbre industriel) se présente comme quelqu’un qui a échappé aux parcours les plus courants : « ...personne n’entre tout de suite à la Société [brésilienne de Psychanalyse], les gens tiennent ordinairement un cabinet pendant des années, font le Sedes Sapiência, font d’autres cours de formation psychanalytique et après ils vont faire la Société brésilienne [...] ; mais j’ai réussi [...]. J’ai été à vrai dire très intelligente car j’ai contacté les personnes-clefs de la Société qui donnaient des cours en dehors de la Société. De sorte que quand je suis allée passer mon premier entretien, j’avais déjà sur mon CV…, j’étais déjà en train de suivre ailleurs des cours qui étaient offerts à l’intérieur de la Société, je connaissais déjà tout le monde [...]. Et j’ai fait ma formation à la Société, ça a pris… ça prend toujours beaucoup de temps, il y a des gens pour qui ça prend vingt ans, pour moi ça n’en a pris que dix ». Dans ce même sens, un banquier a révélé avoir occupé des positions institutionnelles de direction au-delà du temps permis par les statuts, un collectionneur d’art et médecin propriétaire de clinique a été le premier latino-américain à recevoir une bourse d’études pour faire son internat en France ; un économiste et plusieurs fois ministre a affirmé qu’il fréquentait déjà la Cinémathèque du Palais de Chaillot « avant que Paulo Emílio29 le fasse », et qu’après avoir été beaucoup sollicité il a fini par accepter d’écrire une fois par semaine dans un des plus grands journaux du pays. Dans leurs autoreprésentations, ils sont souvent des visionnaires : une « grand dame » et épouse d’un entrepreneur se dit « une écologiste avant la lettre », la mère d’un banquier aimait l’art moderne quand cette forme artistique luttait encore pour pouvoir s’affirmer et lui-même parlait bien l’anglais à une époque où aucun de ses collègues du monde financier ne connaissait cette langue. Dans un autre propos qui cherche à attester de l’originalité de son parcours, il se présente comme le premier Brésilien à avoir écrit pour que le dernier président de la période militaire, le général João Figueiredo, renonce au pouvoir : « Je ne travaillais pas dans le journal, je commandais ». Un collectionneur comprenait les œuvres d’art contemporain avant même qu’on commence à en parler : « Ce n’est qu’après qu’on a commencé à parler de cela, aujourd’hui on en parle ». Ayant commencé sa formation musicale auprès d’un professeur européen, un pianiste et compositeur part à Boston pour étudier dans la première école consacrée à la musique populaire : « J’ai été le premier Brésilien là-bas ». Ce professeur même aurait été le premier maître de musique populaire à São Paulo et celui qui, pour lui avoir appris le piano, la lecture et les accords propres à la musique populaire américaine, l’a formé pour intégrer, à seulement quatorze ans, un groupe de jazz : « Je connaissais toutes les chansons. Je savais comment jouer tout dans le ton et je correspondais bien au style que les mecs jouaient ». On note que d’après son témoignage sa trajectoire inhabituelle s’avère impeccable, ce qui indique que la réussite sociale – il est un musicien respecté – et le sentiment de la dignité vont de pair.

33Les références aux singularités du parcours émergent aussi dans le récit d’un collectionneur et médecin propriétaire de clinique : « Les gens, jusqu’à présent, ne me comprennent pas, car, vous vous imaginez, être collectionneur dans un pays latino-américain ! Ce n’est pas courant, vous comprenez ? ». Discutant de la routine alimentaire de sa résidence – une demeure bien entourée d’arbres en pleine métropole –, un rentier et philanthrope a laissé entendre que sa fille a reçu la plus authentique formation culinaire qu’on puisse trouver à Paris :

Enquêté – Le poisson, les crevettes, le homard, quoi que ce soit, ils arrivent très frais. Et alors je les fais descendre [dans la cuisine], elle [la cuisinière] sait déjà [comment faire], elle a été formée par ma fille qui est allée en Europe, qui a étudié l’art culinaire pendant cinq ans [...].
Chercheur – Chez Cordon Bleu ? Ou Le Nôtre ?
Enquêté – Non, elle a fait mieux que ça, elle a travaillé dans la cuisine d’Alain Senderens, place de la Madeleine, comment s’appelle ce restaurant ? Il s’appelle Lucas Carton [...]. Elle a travaillé avec lui, avec le chef, dans la cuisine même.

  • 30  Filière de l’école secondaire centrée sur les humanités, contrairement au cours « scientifique ».
  • 31  Sur l’originalité « personnelle » comme point d’honneur des conversations mondaines, voir Pinto 19 (...)
  • 32  Université confessionnelle (presbytérienne) et privée, réputée moins exigeante d’un point de vue a (...)

34L’épouse d’un entrepreneur brésilien bien connu considère avoir eu une formation « assez exquise, il me semble, car les sœurs avaient cette vision européenne de l’éducation, et nous étudiions donc plusieurs langues ; bon, du latin… on parlait en latin, on écrivait en latin, on écrivait des lettres en latin. Nous traduisions, nous écrivions et nous parlions [...]. C’était du latin, du français bien sûr, de l’anglais, du portugais, que j’ai jusqu’à présent et que je dois, je crois, à mes années de [Santa] Marcelina ». À propos de sa performance dans le cours classique30 – et, aussi, dans le Lareira, formation privée proposée par des dames de la haute société pour que les jeunes filles de l’élite puissent se familiariser avec l’art de la cuisine, l’entretien des habits raffinés, le tricot, le crochet, la couture, la puériculture, l’étiquette, la décoration, l’art floral et quelques disciplines théoriques comme le droit de la famille –, elle a observé : « J’ai fini le cours super bien parce que j’ai toujours été la première de la classe depuis que j’ai commencé [à étudier] ». Au-delà du ton d’auto-congratulation, l’idée qui traverse tout son récit est celle d’après laquelle sa vie a été une succession d’évènements individuels qui ne s’expliquent que par ses choix exclusivement personnels31. Les fiançailles (« ça a été entièrement mon choix »), la rupture de cet engagement (« je voulais donner une autre direction à ma vie »), et, ensuite le choix du Mackenzie32 :

  • 33  Faculté de droit de l’Université de São Paulo.
  • 34  Examen d’entrée à l’université.

[…] je ne voulais pas faire du droit au Largo do São Francisco33 car je voulais aller à l’université pour m’amuser aussi [...]. J’ai été très bien placée dans le vestibular34, j’ai eu la cinquième place et à cette époque le Mackenzie était très couru [...]. J’ai donc commencé mes cours et, comme je l’avais pensé, le Mackenzie était très bon parce qu’il y avait de très bons professeurs [...]. J’ai eu la première place aussi en droit civil avec le professeur Silvio Rodrigues qui m’aimait, qui m’invitait toujours à la fin de l’année pour boire du champagne chez lui pour fêter les notes. Je n’ai eu que des dix avec lui.

  • 35  Cours préparatoire pour passer l’examen d’entrée à l’Université, appelé le « vestibular », comme o (...)
  • 36  On voit bien ici comment une analyse sur l’inégalité de pouvoir entre les sexes suppose la discuss (...)

35Son désistement de la carrière d’avocate est aussi expliqué de sorte à composer une trajectoire affranchie des contraintes et marquée par l’assurance de soi : « Je n’étais pas intéressée par cela, je savais que je pourrais faire ça très bien car j’avais beaucoup de relations sociales, je pourrais rapidement rentrer dans un grand cabinet d’avocat et tout, mais, encore une fois, je me suis révoltée contre moi-même et je me suis dit “non, je vais recommencer à suivre le cursinho35 parce que je veux apprendre des mathématiques, de la biologie, de la physique, tout ce que je n’ai pas appris dans le cours scientifique, parce que vais faire le vestibular de Psychologie” [...]. J’y suis entrée super bien placée et tout ». Elle nous parle d’une deuxième année sabbatique (parce qu’elle voulait « s’amuser ») et du fait d’avoir passé plus d’une décennie sans travailler après une grossesse risquée. Ce parcours est une indication de ce que la morale du travail qui ennoblit n’est pas également partagée par tous les groupes sociaux de la société brésilienne. Dans le cas de cette informatrice, en effet, « l’être » est irréductible au « faire », son loisir n’étant jamais de l’indolence mais plutôt le temps rempli avec des activités non-productives : « Je recevais mes copines, j’offrais des déjeuners, je restais assise à la piscine car j’avais besoin de prendre du soleil car j’étais anémique »36.

36Ils se montrent conscients du fait qu’ils ont beaucoup à attendre de l’avenir : « J’avais beaucoup d’habilité manuelle, j’aurais pu être médecin comme mon père. Je n’ai pas fait médecine, j’ai même fait le cursinho pour la médecine, mais je me suis désisté car je savais que j’allais étudier comme un fou et après j’allais tout de suite être directeur de l’hôpital » (président d’une entreprise de construction/philanthrope). Les opportunités leurs arrivent précocement : « J’étais sous-chef de cabinet d’un illustre gouverneur [d’État] à vingt ans et quelques ! » (journaliste occupant de hauts postes dans des institutions culturelles). Et encore :

[...] j’ai été directeur du [journal brésilien], j’ai été directeur de [revue brésilienne] [...], je n’ai jamais été soldat dans la vie [...], j’ai toujours été dans le commandement, j’ai toujours... Depuis que j’étais petit, je suis sorti de la fac, j’étais à la Faculté de Droit et on m’a appelé pour être sous-chef de cabinet [du gouverneur pauliste], ce qui était un poste de vieux. J’avais vingt-deux ans [...] ; après j’ai été secrétaire de communication de [un autre gouverneur pauliste], adjoint à la culture [...], président de toutes les administrations municipales de la culture du Brésil, après je suis devenu le président de la [chaîne de TV], après j’ai été le président de [une autre chaîne de TV] [...], président de tout !

37Un autre enquêté, un banquier couronné de succès, avait déjà travaillé dans un des cabinets d’avocats les plus renommés de la ville avant même de finir sa licence en droit à l’Université de São Paulo et de partir faire un séjour en Europe :

J’ai fait une année de droit international privé, j’ai pu fréquenter un séminaire, ce qui n’est pas très facile en Allemagne, et après je voulais continuer là-bas et j’ai eu une occasion très sympathique. À l’Université de Heidelberg, il existe un cours de traduction simultanée, de Dolmetscher. Je me suis présenté pour être Dolmetscher, pour donner des cours en portugais, ce qui a été parfait, donner des cours en portugais sur le Brésil. Je suis resté un an à Heidelberg comme lecteur de la faculté [...]. Et ensuite, le cabinet dans lequel j’avais déjà travaillé ici à São Paulo, qui est le cabinet Pinheiro Neto, m’a invité pour travailler avec eux de nouveau [...]. Mais avant, on m’a demandé de faire un stage dans des cabinets d’avocats allemands, ce que j’ai fait à Munich.

38Au-delà de la croyance dans l’originalité de son propre parcours, le sens de dignité semble aussi se nourrir des relations sociales qu’on peut mobiliser, comme en témoigne le propos d’une critique de décoration, fille, épouse et petite-fille d’ambassadeurs, d’hommes politiques et de poètes brésiliens :

  • 37  Pour une analyse de la manière dont l’étendue internationale du cercle des relations, les voyages (...)

Chercheur – Vous avez donc été la première génération [de femmes de la famille à avoir une profession] ?
Enquêtée – Oui, ma sœur et moi, nous avons étudié... Mais bon, j’ai une tante qui s’est aussi mariée à un diplomate, qui a plusieurs enfants fantastiques. [x], par exemple, c’est mon cousin germain, il est fils de la sœur de ma mère. Vous le connaissez ?
Chercheur – Non.
Enquêtée – Vous n’avez pas la moindre idée de qui il est ?
Chercheur – Non.
Enquêtée – Bon, il a une... Il vient de lancer ce livre qui est dans les journaux [...]. Il a la [maison d’éditions] aujourd’hui, mais il est un des grands collectionneurs d’autographes et de choses, il est très branché. Il a un frère merveilleux qui habite à Brasília, qui est marié à une Française tout aussi merveilleuse. Enfin. Et ce cousin est un architecte né, mais il est diplomate, il a une maison éblouissante [...]. Mais il est super international, [x] aussi ; tout le monde voyage, tout le monde connait des tas de gens à l’étranger, donc, vous savez ?37

39Ce capital social qui s’associe étroitement à l’ancienneté dans la classe est en effet une référence constante parmi les mieux établis dans les classes supérieures :

Longtemps j’ai reçu au nom de la [nom de l’entreprise de construction] tous les invités du gouvernement qui voulaient aller en Amazonie [...]. Et je suis devenu l’ami de maints rois, reines, présidents [...]. Et donc la reine Silvia et le roi Carl Gustav sont mes amis intimes. Le prince Frederik est mon ami intime. Et comme ça je vous donne une série d’autres [noms] (président d’une grosse entreprise de construction du pays).

  • 38  Banquier et fondateur de la banque Bradesco.
  • 39  Héritière de la banque Itaú.
  • 40  Un des restaurants les plus distingués de la ville.
  • 41  Au long des entretiens, on nous fournit un grand nombre de données qui illustrent comment le capit (...)
  • 42  Le député Olivier Dassault est en effet photographe reconnu.

40Héritière d’exploitations agricoles qui sont aujourd’hui sous sa direction, une psychologue habitant le Jardim Europa se souvient que son père « ...était ami d’Amador Aguiar38, pour avoir une idée. Mon père se distinguait par la fermeté, par la hardiesse, par le caractère, par l’élégance ». Un entrepreneur et philanthrope prend plaisir à rappeler que « Milú [Villela]39 dit que c’est moi qui l’ai mise dans le MAM… Et c’était bien ça ». Dans le récit d’un collectionneur et médecin propriétaire de clinique, « Edemar [Cid Ferreira, banquier et collectionneur], par exemple, avant d’aller en prison, a offert un dîner en sept plats au Fasano40 auquel j’ai assisté et que j’ai adoré »41. Une psychanalyste et épouse d’un entrepreneur brésilien raconte que « nous sommes allés avec le président [du Brésil] en Chine pour inaugurer une exposition ». Quand nous discutions de son goût en matière de photographie, un entrepreneur et philanthrope s’est souvenu qu’« une fois je suis allé avec un photographe professionnel qui était un... en France, il m’a appris à regarder, à voir. Une fois, il est parti avec une valise remplie d’appareils, et je l’ai accompagné. C’est un député français. Dassault, de la famille Dassault, qui fait des avions » 42. Une ambassadrice (et critique de décoration) a parlé de son grand-père comme de quelqu’un qui « était très ami de Getúlio [Vargas] et qui a fait la Révolution de 1930 avec Getúlio, et a fini par être de nouveau un ministre de Getúlio et d’accompagner Getúlio pendant toute sa vie ». Voilà encore – pour revenir un instant au thème du début de cet article – un exemple de la façon dont le récit familial de ces individus se confond, souvent, avec l’histoire nationale.

  • 43  Dans le sous-chapitre « Parente não é serpente : trunfos familiares e negação da gênese social das (...)

41On voit encore ici, enfin, que la croyance dans l’originalité du parcours – qui, à première vue, devrait signaler l’importance du mérite individuel – ne s’oppose pas forcement aux autres attributs du sens de la dignité sociale passés en revue et qui sont plus directement liés à une appartenance sociale prééminente. Bien au contraire, l’usage de la « gloire d’emprunt » et l’engagement dans des « causes nobles » où les élites ont été historiquement surreprésentées n’empêchent pas de faire en même temps référence à des conquêtes d’ordre « personnel »43.

Conclusion

42Malgré le caractère exploratoire de notre recherche, cette analyse nous a permis de discuter certains des styles de vie et des visions du monde qui correspondent à l’occupation d’une position privilégiée dans la hiérarchie des rapports sociaux au Brésil. Notre approche des manifestations de l’estime de soi comme des réflexes subjectifs de la déférence sociale a cherché à mettre en lumière certains des processus par lesquels on dignifie des manières d’agir très particulières et, en l’occurrence, plusieurs des attributs de ceux qui sont socialement dominants. L’identification de ces composants extra-économiques de l’excellence sociale (appartenance à une famille « qui a de l’histoire », engagement dans des pratiques qui font appel à la reconnaissance, construction d’une image agréable de soi, disponibilité d’un capital de relations sociales, etc.) suggère qu’une classe se définit aussi par l’idée qu’elle se fait d’elle-même et encore que la stratification sociale est bien plus qu’un ensemble de groupes définis à partir d’un seul critère d’appartenance, même s’il s’agit de celui qui, comme le capital économique et/ou la position dans les rapports de production, a le plus de chance d’avoir un impact sur toute la structure patrimoniale.

43Il serait légitime de dire que l’accent que nous avons mis sur la transmission d’un patrimoine « réputationnel » ainsi que sur la socialisation dans des univers distinctifs nous a amenée à prioriser des principes aristocratiques de consécration sociale et non les processus à travers lesquels de telles modalités traditionnelles de reproduction des catégories dominantes sont menacées par les dynamiques socioéconomiques en cours (mondialisation sans précédent de l’économie, émergence de nouvelles élites économiques, innovations technologiques, etc.). Cela est dû au fait que les processus de distinction par le goût visés dans la recherche plus large dont cet article est issu sont particulièrement affectés par les modes traditionnels de reproduction des élites quand on les compare, par exemple, aux classifications actives dans le monde des affaires, plus influencées par l’émergence de nouvelles compétences.

44Le renforcement des élites strictement économiques très récemment enrichies a constitué un thème fréquent des entretiens avec ceux qui sont bien placés dans les classes supérieures depuis un certain temps. Mais de tels changements dans le scénario macroéconomique ne veulent pas dire que les principes distinctifs que nous avons discutés soient devenus inopérants ou incapables d’induire la formation de barrières sociales, comme le donne bien à voir le commentaire d’un banquier cultivé et issu de familles anciennes sur un autre banquier nouveau dans le métier qui est devenu son voisin : « un type de la zone nord de Rio [la banlieue] » qui aujourd’hui, après avoir fait une « carrière fantastique » sur le marché financier, possède des milliards de dollars, habite le quartier distinctif du Jardim Europa et « boit du Magnum Mouton-Rothschild à la bouteille, je ne sais pas comment ». Dans le même sens, un sujet de tête de la revue Carta Capital indique aussi que l’émergence de nouveaux critères de recrutement des élites peut même intensifier les stratégies distinctives des anciens dominants. Selon le reportage, un interviewé qui a vécu l’expérience de la mobilité sociale au long cours (grâce à une agence de publicité) a ainsi décrit son adaptation aux cercles élevés : « Où je vais, il y a beaucoup d’héritiers, des gens de bonne famille, des groupes fermés, des gens qui ne sont pas habitués à voir monter quelqu’un venant d’en bas » (Martins & Vieira 2001 : 32).

45Les restrictions auxquelles les individus bien placés depuis le plus de temps (et qui possèdent en général plus d’une forme de richesse) soumettent ceux qui ont vécu une ascension économique récente démontrent que l’existence de formes de richesse multiples n’est pas une simple question d’orientation théorique et méthodologique de la part du sociologue, mais un critère pratique de positionnement social au sein des rapports réciproques effectifs.

Haut de page

Bibliographie

Botelho, Isaura & Fiori, Maurício, 2005. O uso do tempo livre e as práticas culturais na região metropolitana de São Paulo. CEM/CEBRAP.

Bourdieu, Pierre, 1966. « Condition de classe et position de classe », Archives Européennes de Sociologie, VII, p. 201-223.

Bourdieu, Pierre, 1979. La distinction : critique sociale du jugement. Paris, Minuit [trad. brésilienne : A distinção: crítica social do julgamento. São Paulo & Porto Alegre, Edusp & Zouk, 2008]

Bourdieu, Pierre, 2002. Le bal des célibataires : crise de la société paysanne en Béarn. Paris, Seuil.

Chamboredon, Hélène, Pavis, Fabienne, Surdez, Muriel & Willemez, Laurent, 1994. « S’imposer aux imposants : à propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien ». Genèses, 16, p. 14-132.

Deslauriers, Jean-Pierre & Kérisit, Michèle, 1997. « Le devis de recherche qualitative ». In J. Poupart, J.-P. Deslauriers, L.-H. Groulx, A. Laperrièrre, R. Mayer & A. Pires (coord.), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques. Québec, Gaëtan Morin Éditeur, p. 85-111.

Ferreira, Marcelo Costa, 2001. « Permeável, ma non troppo? A mobilidade social em setores de elite, Brasil – 1996 ». Revista Brasileira de Ciências Sociais, 16, 47, octobre, p. 141-160.

Gaulejac, Vincent de, 1987. La névrose de classe : trajectoire sociale et conflits d’identité. Paris, Hommes & groupes éditeurs.

Goffman, Erving, 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi. Paris, Minuit.

Holanda, Sérgio Buarque de, 1998 [1936]. Raízes do Brasil. São Paulo, Companhia das Letras.

Le Wita, Béatrix, 1988. Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise. Paris, Éditions de la MSH.

Lima, Diana Nogueira de Oliveira, 2007. « Ethos emergente: notas etnográficas sobre o sucesso ». Revista Brasileira de Ciências Sociais, 22, 65, octobre, p. 73-83.

Marins, Paulo César Garcez, 2002. « Habitação e vizinhança: limites da privacidade no surgimento das metrópoles brasileiras ». In N. Sevcenko (coord.), História da vida privada no Brasil. São Paulo, Companhia das Letras, vol. 3, p. 131-170.

Mauger, Gérard, Poliak, Claude F. & Pudal, Bernard, 1999. Histoires de lecteurs. Paris, Nathan, Essais & Recherches.

Medeiros, Marcelo, 2005. O que faz os ricos ricos: o outro lado da desigualdade brasileira. São Paulo, Hucitec & Anpocs.

Mension-Rigau, Éric, 1997. Aristocrates et grands bourgeois : éducation, traditions, valeurs. Paris, Perrin.

Pinçon, Michel & Pinçon-Charlot, Monique, 2005. Voyage en grande bourgeoisie. Paris, Quadrige/PUF, 2e éd.

Pinçon, Michel & Pinçon-Charlot, Monique, 2007. Les ghettos du gotha : comment la bourgeoisie défend ses espaces. Paris, Seuil.

Pinto, Louis, 1991. « L’émoi, le mot, le moi : le discours sur l’art dans le ‘musée égoïste’ du Nouvel Observateur ». Actes de la recherche en sciences sociales, 88, juin, p. 78-102.

Pulici, Carolina, 2010. O charme (in)discreto do gosto burguês paulista: estudo sociológico da distinção social em São Paulo. Thèse de doctorat en sociologie, São Paulo, Université de São Paulo.

Pulici, Carolina, 2009. « Sociologia do gosto: notas sobre um confronto bibliográfico ». BIB – Revista Brasileira de Informação Bibliográfica em Ciências Sociais, 67, 1er semestre, p. 95-110.

Pulici, Carolina, 2011. « O gosto dominante como gosto tradicional: preferências e aversões estéticas das classes altas de São Paulo ». Novos Estudos Cebrap, 91, novembre, p. 23-139.

Shils, Edward, 1975. « Class ». In Id. Center and periphery in microsociology. Chicago, The University of Chicago Press, p. 249-255.

Silva, Frederico Barbosa, Araújo, Herton Ellery & souza, André Luis, 2007. « O consumo cultural das famílias brasileiras ». In F. G. Silveira, L. M. Servo, T. Menezes & S. F. Piola (coord.), Gasto e consumo das famílias brasileiras contemporâneas. Brasília, IPEA, vol. 2, p. 105-141.

Trigo, Maria Helena Bueno, 2001. Os paulistas de quatrocentos anos: ser e parecer. São Paulo, Annablume.

Warde, Alan & Bennett, Tony, 2008. « A culture in common: the cultural consumption of the UK managerial elite ». In M. Savage & K. Williams (coord.), Remembering Elites. Oxford, Blackwell Publishing, p. 240-259.

Wagner, Anne-Catherine, 2007a. Les classes sociales dans la mondialisation. Paris, La Découverte.

Wagner, Anne-Catherine, 2007b. « La place du voyage dans la formation des élites ». Actes de la recherche en sciences sociales, 170, 5, décembre, p. 58-65.

Wagner, Anne-Catherine, 2010. « Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures ». Regards Sociologiques, 40, p. 89-98.

Weber, Max, 2000 (1922). « A distribuição do poder dentro da comunidade. Classes, estamentos, partidos ». In Id. Economia e sociedade: fundamentos de sociologia compreensiva. Brasília, Editora UnB, vol. 2, p. 175-186.

Wolff, Silvia Ferreira Santos, 2001. Jardim América: o primeiro bairro-jardim de São Paulo e sua arquitetura. São Paulo, Edusp/Fapesp/Imprensa Oficial do Estado.

Sources imprimées

Grieg, Maria Dilecta, 2006. Elite: ontem, hoje e sempre. São Paulo, Olho d’água.

Longman, Gabriela, 2007. « Feira aposta no mercado de arte ». Folha de São Paulo, 18 avril, p. E8.

Martins, Rodrigo & Vieira, Willian, 2001. « Privilegiados. E incógnitos: a classe alta cresceu 54 % em oito anos, mas é pouco conhecida. E o país não sabe interpretá-la ». Carta Capital, XVII, 662, p. 28-32.

Michon, Pierre, 1984. Vies minuscules. Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Voir, à ce sujet, Bourdieu 1966 : 201-223.

2  Les habitants de la ville de São Paulo. Est appelé « pauliste » ce qui relève de l’État de São Paulo.

3  S’il est établi, d’un côté, que les recherches mobilisant surtout des méthodes déclaratives produisent des données qui ne peuvent pas être considérées comme des variables comportementales objectives – car les réponses spontanées ont tendance à restituer les normes intériorisées –, de l’autre, le propos selon lequel « être réellement un certain type de personne, ce n’est pas se borner à posséder les attributs requis, c’est aussi adopter les normes de la conduite et de l’apparence que le groupe y associe » reste valable (Goffman 1973 : 76).

4  Les études sur les spécificités de l’urbanisation paulistaine ont montré que les expériences de ségrégation sont plus marquées que dans d’autres capitales d’État du pays, et que cette répartition sociale de la ville s’est renforcée avec la création des quartiers-jardins où nous avons fait la majeure partie de notre enquête (Marins 2002, Wolff, 2001).

5  Discutant la question de l’échantillon dans la recherche qualitative, Jean-Pierre Deslauriers et Michèle Kérisit postulent que l’emploi du terme exprime deux types de recherche empirique : si la structure fermée ou conventionnelle parle d’un « échantillon » car elle sélectionne une population bien délimitée empiriquement, ce n’est pas le cas pour la structure ouverte ou paradoxale, puisque cela supposerait toute une procédure opérationnelle (principe de saturation, de diversification, de cas négatif, d’induction analytique) inexistante dans ce cas (Deslauriers & Kérisit 1997 : 118).

6  On a essayé de montrer ailleurs que l’entrecroisement entre « classe » et « groupe de statut » réalisé par Pierre Bourdieu dans La Distinction a réussi à réconcilier deux approches de la stratification sociale, en dépassant les limites de la perspective unilatérale de chacune d’elles : l’une répartit la société essentiellement dans des ensembles de positions socioéconomiques (inclinées ou non à la mobilisation politique) et l’autre réduit la position sociale à la position perçue, subsumant la « classe » dans le « groupe de statut » (Pulici 2009 : 95-110).

7  Comme on le sait, il est plus difficile de protéger l’identité de personnes qui sont à la tête d’institutions connues de tous. Ainsi, les tableaux synoptiques qui exposaient de façon systématique la trajectoire sociale de chaque informateur ont été retirés de la version publique de notre thèse et, en raison de cette même exigence d’anonymat – condition sine qua non pour que les entretiens fussent réalisés –, ne peuvent pas être présentés ici.

8  Pour un exemple de la manière dont cette littérature peut être ouvertement hagiographie, voir Grieg 2006.

9  Nous ne fournirons pas la référence bibliographique pour garantir l’anonymat des informateurs. Ce principe sera valable pour toutes les autres mentions à des livres sur la vie de nos interviewés.

10  On appelle « quatrocentões » les Brésiliens d’origine portugaise qui sont implantés dans le pays depuis quatre cents ans et qui appartiennent donc aux grandes familles les plus traditionnelles. Voir, à ce sujet, Trigo 2001.

11  Dans ce livre qui lui rend hommage, il a reçu l’éloge suivant d’une collègue : « Rien dans le monde n’est capable de faire de [x] un nouveau-riche. Quel soulagement ! Rien ne le rend nouveau ».

12  La proposition selon laquelle le niveau d’aspiration des enfants est déterminé par la position que les parents ont atteinte (Gaulejac 1987 : 56) figure dans le discours d’un petit-fils d’immigrants qui est devenu médecin propriétaire d’une clinique et collectionneur d’art. Fils d’un immigrant libanais qui était au Brésil le propriétaire d’une boutique de tissu et d’articles de couture, le père de notre informateur a fait sa médecine à Rio de Janeiro et est devenu le propriétaire d’un hôpital dans une ville de la banlieue de São Paulo, où il a été aussi conseiller municipal, adjoint à la santé et premier adjoint au maire. L’interviewé le décrit comme un « vainqueur » et quelqu’un qui « aime construire le Brésil » : « Mon père est le médecin le plus célèbre de C., le plus estimé [...] ; il a été le premier clinicien de la région ». Dans son témoignage, la trajectoire promotionnelle de son père se reflète dans son propre parcours ascendant vers les hautes classes : « Mon père est un vainqueur et ma mère très famille. Nous avons grandi avec ces deux valeurs très fortes. Et je savais donc que s’il y avait une bourse, j’allais la gagner [...]. Dès que nous sommes entrés à Santa Cruz (école traditionnelle de l’élite de la ville), j’ai toujours su que je pouvais compter sur mon intelligence ».

13  Vincent de Gaulejac remarque aussi que « ce sont toujours les figures les plus prestigieuses, les personnages les plus “considérables” qui seront pris comme parents de substitution ou comme références idéales » (Gaulejac 1987 : 175).

14  Une des associations artistiques les plus importantes du pays, dédiée à la valorisation de la culture musicale.

15  Indice d’appartenance à un milieu cultivé, le goût pour la musique classique est, à São Paulo, fortement associé aux classes sociales les plus élevées, et de façon plus intense que les autres pratiques de la soi-disant culture érudite : 14,2 % des classes A/B choisissent ce genre musical comme leur préféré, alors que dans la classe C ce pourcentage est de 4,5 %, pour n’atteindre que 2,8 % auprès des classes D/E (Botelho & Fiori 2005 : 64-65).

16  Cette informatrice a construit une évidente hiérarchie de consommation en discutant de son style de vie : reniant quelques-uns des symboles extérieurs les plus courants de l’estime sociale – comme les habits de griffe ou les repas dans les restaurants de l’élite paulistane –, elle se présente comme quelqu’un qui a surtout investi dans l’achat des œuvres d’art, et des œuvres très cotés actuellement (Chagall, Guignard, Tarsila do Amaral, Di Cavalcanti, Regina Gomide Graz, Mira Schendel, Krajcberg, Tomie Ohtake et d’autres). À propos de son appartement de cinq cent quatre-vingt mètres carrés, elle dit avec fierté que « dans chaque chambre il y a une bibliothèque ».

17  Dans l´original : « Meeting the right people beyond the orbit of economic organizations does indeed lubricate the social life of the elite ».

18  Si l’identification de ces réseaux d’interconnaissance peut avoir été favorisée par le fait que nous avons obtenu trois de ces informateurs par l’indication de deux autres d’entre eux, cela n’explique pas tout car parmi ces onze cas cités, huit ont été contactés à travers des intermédiaires différents.

19  Le postulat selon lequel une position sociale privilégiée favorise le contact avec la culture érudite se manifeste aussi dans les enquêtes par échantillonnage consacrées aux modes de consommation : d’après l’IPEA (Institut de recherche économique appliquée), « les classes A/B se distinguent de la C car elles priorisent la consommation des spectacles et des arts » (Silva, Araújo & Souza 2007 : 126).

20  La plupart des enquêtés s’engage plus dans des pratiques culturelles à l’étranger. La peur de la violence urbaine a rendu les élites encore plus cosmopolites : « J’aime [le cinéma], mais je n’y vais pas beaucoup. Aujourd’hui je ne fais pas beaucoup de ces choses ici, en raison de la brutalité de la ville [...]. Donc, comment faire ? C’est très désagréable. Théâtre ? En habitant à São Paulo ? Théâtre, théâtre, théâtre, je n’y vais qu’en Angleterre pratiquement » (banquier).

21  Les conditions socialement distinctives grâce auxquelles la propriété de ces biens se convertit en bénéfice honorifique sont d’abord économiques. Une critique culturelle sur la 3ª édition de la SP Arte – un événement qui réunit plusieurs galeries d’art brésiliennes et étrangères dans le pavillon de la Biennale en vue de la commercialisation des œuvres, de la réalisation de débats et de la vente de livres – discute le fascicule édité par la foire, dans lequel des collectionneurs et des spécialistes donnent des indications à ceux qui cherchent à initier une collection. Mais après avoir exposé les quatre suggestions de « bons achats » – « Expedição do Amazonas », de Brígida Baltar, qui peut monter jusqu’à cinq mille reais, « Guaritas », de Elaine Tedesco, entre cinq et trente mille reais, « Duomo », de Antonio Manuel, entre trente et cent mille reais et « Bell’s fall », de Tunga, au-dessus de cent mille reais – le texte finit par conclure que, en dépit de telles indications des critiques d’art, des propriétaires de galeries d’art et des artistes, « la recette du collectionneur Gilberto Chateaubriand pour les jeunes acheteurs reste dans la mémoire : “Qu’ils aient un bon flair et un bon compte bancaire” » (Longman 2007 : E8). Un euro équivaut aujourd’hui à environ 2,5 reais.

22  À l’époque de notre entretien, les journaux de la ville ont enregistré la présence de sa femme dans la SP Arte, une foire qui rassemble des galeries d’art nationales et internationales. Étudiant les pratiques culturelles de l’élite managériale anglaise, Alan Warde et Tony Bennett affirment que « les hommes suivaient bien plus les goûts de leurs femmes et souvent de façon très accentuée […]. La culture était une affaire de famille dont la responsabilité première de l’organisation était déléguée à leurs épouses, ce qui était certainement le signe de sa centralité limitée pour la plus grande partie des hommes que nous avons interviewés » (Warde & Bennett 2008 : 254). Dans l’original : « Men followed their wives tastes more, and often to a significant degree [...]. Culture was a family business with primary responsibility for organizing it being delegated to their wives, surely a sign of its limited centrality for most of the men we interviewed. »

23  Les récits des voyages à l’étranger utilisés comme prétexte pour que toute la famille puisse être ensemble expriment bien comment ces groupes sont les plus prédisposés à l’expérimentation aristocratique et cosmopolite du monde prônée par les manuels de « savoir-vivre » récemment publiés au Brésil : « Tous les deux ans nous allons quelque part à l’étranger et nous invitons toute la famille [...] ; les beaux-fils, les belles-filles, les petits-enfants [...] ; la première fois nous avons loué un bateau sur la mer Égée [...]. Après nous sommes allés en Toscane [...] ; en plein hiver, en Provence [...]. Après nous sommes partis au Portugal [...]. Tout le monde vient, c’est-à-dire ils ont le voyage payé et l’hébergement gratuit » (banquier et philanthrope).

24  Si les conditions dans lesquelles les données ont été recueillies doivent être prises en compte dans toute analyse de résultat, il faut souligner que le rapport ostentatoire avec la culture qui ressort de ces témoignages est dû, du moins partiellement, au fait que les entretiens sur les pratiques culturelles prennent inévitablement l’allure d’un examen culturel (Mauger, Poliak & Pudal 1999), conduisant les interviewés à faire des efforts pour ne pas échouer devant l’interviewer.

25  Dans l’original : « the groups which enjoy higher status positions in their eyes and in the eyes of those adjacent to them will usually have a stronger view of their claims and merits than will those groups that feel themselves to be inferior ».

26  Créée dans les années 1930 par l’élite pauliste caféière, cette banque a aussi employé le dirigeant d’une entreprise de construction (et philanthrope) et le père de la restauratrice d’œuvres d’art, tous descendants de familles « quatrocentonas ».

27  « Le vrai talent doit être spontané, de naissance, comme la vraie noblesse, car les travaux et l’étude soignée peuvent conduire au savoir, mais ressemblent, par leur monotonie et leur réitération, aux métiers inférieurs qui dégradent l’homme » (Holanda 1998 [1936] : 164).

28  « Cul de fer », terme argotique qui fait référence à celui qui est toujours assis en train d’étudier.

29  Paulo Emílio Salles Gomes, critique et historien du cinéma et fondateur de la Cinémathèque brésilienne.

30  Filière de l’école secondaire centrée sur les humanités, contrairement au cours « scientifique ».

31  Sur l’originalité « personnelle » comme point d’honneur des conversations mondaines, voir Pinto 1991 : 78-101.

32  Université confessionnelle (presbytérienne) et privée, réputée moins exigeante d’un point de vue académique et ayant une orientation politique plus à droite quand on la compare à l’Université de São Paulo (USP), laïque, publique et historiquement plus à gauche d’un point de vue politique.

33  Faculté de droit de l’Université de São Paulo.

34  Examen d’entrée à l’université.

35  Cours préparatoire pour passer l’examen d’entrée à l’Université, appelé le « vestibular », comme on a vu.

36  On voit bien ici comment une analyse sur l’inégalité de pouvoir entre les sexes suppose la discussion préalable de la différence de pouvoir entre les classes. Discutant la mobilité internationale selon les classes sociales, Anne-Catherine Wagner montre qu’alors que les femmes des classes supérieures abandonnent sans peine leurs carrières pour se consacrer à la gestion du capital social de la famille à l’étranger (organisation de dîners, etc.), « chez les syndicalistes issus des classes moyennes ou des fractions supérieures des classes populaires, les épouses sont presque toujours actives, souvent militantes et, dans la plupart des cas, peu disposées à renoncer à leur activité professionnelle pour suivre leur conjoint à l’étranger. L’attachement au travail féminin est à la fois une valeur revendiquée par les deux conjoints et une nécessité économique » (Wagner 2007a : 92-93).

37  Pour une analyse de la manière dont l’étendue internationale du cercle des relations, les voyages et la connaissance des langues et de cultures étrangères sont des pratiques socialement distinctives essentielles à la formation des élites, voir Wagner 2007b : 58-65 et Wagner 2010 : 89-98.

38  Banquier et fondateur de la banque Bradesco.

39  Héritière de la banque Itaú.

40  Un des restaurants les plus distingués de la ville.

41  Au long des entretiens, on nous fournit un grand nombre de données qui illustrent comment le capital social sert souvent à l’accumulation de capital économique : cet habitant d’une résidence dans une rue protégée par les lois de zonage au Jardim América a acheté ce bien à un prix inférieur à celui du marché car l’ancienne propriétaire était sa collègue au Colégio Santa Cruz, l’école des élites.

42  Le député Olivier Dassault est en effet photographe reconnu.

43  Dans le sous-chapitre « Parente não é serpente : trunfos familiares e negação da gênese social das preferências » nous avons discuté les propos des informateurs qui ont nuancé l’importance de l’origine sociale élevée dans la conduite de la carrière victorieuse qu’ils sont parvenus à faire. Cf. Pulici 2010 : 224-240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carolina Pulici, « Le sens de la dignité sociale et autres spécificités d’un habitus dominant », Brésil(s), 2 | 2012, 153-179.

Référence électronique

Carolina Pulici, « Le sens de la dignité sociale et autres spécificités d’un habitus dominant », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/610 ; DOI : 10.4000/bresils.610

Haut de page

Auteur

Carolina Pulici

Carolina Pulici est professeur à l’Université fédérale de São Paulo (unifesp).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals