Navigation – Plan du site
Varia

L’urbanisation de l’Amazonie au Brésil

A Urbanização Brasileira da Amazônia
Urbanization of the Amazon in Brazil
José Carlos Matos Pereira
Traduction de Emilie Audigier
p. 181-199

Résumés

L’urbanisation du Brésil a été le plus souvent présentée par le biais de l’opposition métropolitain-non métropolitain. Cependant, nous voulons envisager la question sous une autre perspective qui met en valeur les espaces sous-nationaux et l’urbanisation à partir des espaces discontinus. Cette approche nous montre que l’abondance de la nature, la contigüité des zones rurales et urbaines, ainsi que les indigènes et les quilombolas constituent, ensemble, la ville.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en avril 2012 ; approuvé en août 2012.

Traduit du portugais

Notes de l’auteur

Cet article est le résultat de notre thèse de doctorat intitulée : Les modes de vie dans la ville : Belterra une étude de cas en Amazonie brésilienne (2012). Disponible à l’adresse suivante : http://www.bdtd.uerj.br/tde_busca/index.php.

Texte intégral

Le « métropolitain » et le « non métropolitain » dans l’urbanisation brésilienne

1L’urbanisation brésilienne se caractérise par l’urbanisation de la société et du territoire. La première, l’urbanisation de la société, correspond au mouvement de croissance démographique des villes et à la multiplication des strates urbaines de différentes tailles. La seconde, l’urbanisation du territoire, est liée à la technicisation, au quantum de technique, connaissances et informations agrégées à l’espace, qui garantissent la parfaite division territoriale du travail et l’accumulation consécutive du capital. Cette accumulation est favorisée par le développement du milieu technico-scientifico-informationnel, qui assure la réalisation d’activités de production, de commerce et de fiscalité complexes ainsi que la création des services exigés par le système capitaliste mondialisé (Santos 2005).

2Il s’est ainsi constitué au Brésil une hiérarchie de villes et la métropole est l’expression maximale de cette urbanisation. Une urbanisation qui illustre le processus de « métropolisation » dans toute sa complexité : concentration de pauvreté, de diversification des types de travail et de capitaux, de multiplication des flux d’informations et de matières. Or, Santos montre qu’il existe aussi en parallèle d’autres phénomènes, comme la « démétropolisation » et l’« involution métropolitaine », qui correspondent au surgissement de villes nouvelles – grandes, moyennes, intermédiaires, régionales et locales – en dehors de l’orbite des métropoles.

3En cherchant à expliquer ces phénomènes urbains, les analyses privilégient deux types d’approche : l’une traite du Brésil des métropoles – le « Brésil métropolitain » –, l’autre se consacre au « Brésil non métropolitain », comme le montrent les études menées par des observatoires, des groupes de recherches et les réseaux de plusieurs universités brésiliennes (Ribeiro 2007 ; Sposito et al 2007).

4Dans le premier cas, Telles (2006 : 49) fait observer qu’à partir de 1970 un type d’urbanisation s’est développée, caractérisée par l’expansion de la périphérie, forme d’expression la plus aboutie de la métropole. Ce phénomène influe sur les politiques d’investissement public et sur les flux migratoires de plusieurs régions du Brésil, ainsi que sur les recherches universitaires qui visent à une meilleure compréhension de la situation. Pour la période récente, dit l’auteure, on constate une centralité de la métropole « dans les dynamiques nationale et régionale, et dans les circuits de l’économie mondialisée ». La métropolisation exprime ainsi le processus socio-spatial de transformation des villes en métropole : haute densité, flux immatériels, relations avec d’autres métropoles qualifiées de villes globales (Lencioni 2006 : 45).

5Le poids des métropoles dans le revenu national et leur importance au sein de la dynamique économique du pays sont amplement reconnus. Or la forte densité de population au km², le développement des périphéries, la montée de la violence, la fragilité des institutions et, enfin, le défaut de gouvernance et la faiblesse des politiques proposées pour lutter contre ces problèmes jouent en défaveur de ce système urbano-métropolitain complexe. Sans oublier la stigmatisation, le rejet et la criminalisation de certains groupes sociaux, principalement les habitants des favelas. La distribution inégale des groupes sociaux au sein de la ville et la création de frontières matérielles et symboliques sont l’expression et le socle de la ségrégation socio-spatiale capitaliste (Ribeiro & Santos Jr. 2007 ; Ribeiro 2007, 2011).

6Dans le second cas, l’étude des petites villes, et du rôle joué par les villes moyennes dans le réseau urbain brésilien, est devenue une problématique d’analyse au sein de plusieurs disciplines. Les travaux de Sposito (2001), Pontes (2001), Santos & Silveira (2001), Amorim Filho & Rigotti (2002) sont la preuve que le débat sur les villes moyennes n’est pas une chose récente au Brésil ; il remonte aux années 1970, à l’époque des premières tentatives de réflexion autour de la question. Ces approches inaugurales faisaient du critère démographique le principe de classification pour définir la taille, moyenne ou non, d’une ville. Des études plus récentes proposent néanmoins de nouveaux outils théoriques et conceptuels pour éclairer la fonction de ces villes dans le réseau urbain. Les nouveaux éléments de définition d’une ville moyenne reposent ainsi sur sa distance par rapport aux métropoles, sa situation géographiquement favorable, sa capacité à retenir les populations migrantes, son rôle politique au sein de la région d’implantation et l’existence en son sein d’offres de biens et de services (Pereira, 2004).

7Dans le cas des villes moyennes, les activités productives sont liées, à en croire certaines études, à la croissance démographique et économique, à la diversification des biens et des services et à la distribution géographique de capitaux nouveaux dans diverses régions et États du Brésil. Comme l’ont montré Sposito et al (2007), ces analyses suivent les axes suivants : l’expansion de l’agriculture scientifique, la déconcentration industrielle, la diffusion du commerce et des services spécialisés, l’approfondissement des inégalités socio-spatiales.

8Pour étudier l’urbanisation en l’Amazonie, nous privilégions cependant une autre approche théorique, qui pense la ville à partir des notions d’universalité, de particularité et de singularité, comme le propose Lefebvre (1987). Ce qui revient à examiner ce que les villes d’Amazonie ont de commun avec l’urbanisation brésilienne en général, et, surtout, à mettre en lumière leurs spécificités.

9Notre réflexion obéit aussi à la proposition de Ribeiro (2005 : 411) : ce dernier a souligné combien il est essentiel, dans les recherches sur l’urbanisme, de valoriser le contexte et le quotidien des modes de vie propres à chaque lieu. D’où la nécessité, dans le cas de l’Amazonie, de rattacher la théorie urbaine à un « parcours empirique », comme le suggère Telles (2006), pour introduire au coeur du débat en sciences sociales les notions de contexte, de pratique et de trajectoire insuffisamment analysées jusqu’ici.

10Dans le cas de l’Amazonie, la manière dont le capital soutenu par l’État déstructure, ou anéantit, les modes de vie préexistants par l’instauration de nouvelles rationalités mercantiles et prédatrices qui ont un impact sur la nature, est devenu un terrain d’observation. Une telle situation n’avait pas été aussi clairement soulignée avant le lancement de grands projets, remontant à la fin des années 1960 et au début des années 1970 (Castro 1995), et qui se sont prolongés dans les décennies suivantes.

  • 1  Ndt. : descendants d’esclaves fugitifs réunis dans des quilombos.

11La région en vient ainsi à présenter certains traits spécifiques car la formation des villes d’Amazonie n’est pas toujours associée au binôme urbanisation/industrialisation (Castro, 2009) comme dans d’autres régions, même si l’on peut aussi y déceler les mêmes phénomènes. La région est, ici, entendue comme sous-espace et partie d’une totalité plus ample (Santos, 2006). À noter également que l’omniprésence de la nature, la coexistence du rural et de l’urbain et la présence de quilombolas1 et d’une population indienne sont des caractéristiques urbaines qu’il faut regarder comme des particularités et des singularités importantes, propres à l’urbanisation brésilienne de cette région.

Caractéristiques de l’urbanisation en Amazonie

  • 2  Santos (2005 : 42-43, 53) attire l’attention sur l’inégale distribution géographique de la moderni (...)

12L’urbanisation brésilienne s’est amplifiée à partir des années 1940. En Amazonie, cette intensification s’est produite une vingtaine d’années plus tard. À partir des années 1960, c’est le principe de modernisation sélective, visant à circonscrire des « îlots » au sein du vaste territoire régional, qui a été appliqué2. Pour ce faire, il a fallu une intervention de l’État caractérisée par : 1) le contrôle des ressources naturelles ; 2) la création d’un ensemble d’institutions de planification, de gestion, de financement et de recherches ; 3) la mise à disposition de ressources publiques au service d’entreprises privées ; 4) la mobilisation de la main-d’œuvre par le biais de la réalisation de projets de colonisation, et la consolidation des colonies déjà existantes à la faveur de regroupements économiques ; 5) la régulation du marché du travail par le biais du salariat ; 6) la construction d’infrastructures (routes, ports, aéroports et tout un système de communication) ; 7) la fondation de villes qui, en qualité de frontières urbaines, devaient servir de bases d’occupation rapide de la région, avant même l’implantation de grands projets.

13Conséquence de cette stratégie, les noyaux urbains sont devenus des espaces qui ont favorisé la concentration du flux migratoire et de la main-d’œuvre. Dans ces espaces, on a assisté à la mise en place d’un marché du travail fondé sur le salariat, d’une économie urbaine et d’un contrôle social des nouveaux-venus. C’est dans la ville que s’opère la (re)socialisation de la population migrante, par la transmission des valeurs et des comportements propres à la vie urbaine ; en somme, la constitution d’un mode de vie urbain. Ce sont là des questions inhérentes au processus d’urbanisation de la région, comme l’ont analysé Becker (1990), Becker & Miranda (1987), Corrêa (1987, 1989) et Machado (1990).

14Selon Becker (1990) et Becker & Miranda (1987), l’urbanisation de la frontière urbaine entre 1970 et 1980 présente les caractéristiques suivantes : 1) expansion et consolidation de centres régionaux, sous-régionaux et locaux, comme socles de projets productifs soutenus par des investissements publics ; 2) concentration de la population dans les capitales d’État, principalement Belém (PA) et Manaus (AM) ; 3) multiplication de noyaux dispersés en raison de la mobilité de la force de travail ; 4) déclin des anciennes localités situées sur les rives des fleuves, qui ont vu leur importance décroître avec la création de routes ; enfin 5) postes avancés qui correspondent aux villes où se sont implantées les entreprises.

15Nous constatons à l’heure actuelle une concentration de la population dans les capitales d’État, une multiplication des petites villes et un renforcement du rôle des villes moyennes comme nouveaux agents économiques, populationnels, politiques et culturels. (Trindade Jr. & Pereira 2007).

16Il faut encore évaluer les différences intra-régionales d’urbanisation entre les principales métropoles de la région. Selon Trindade Jr. (2010), nous avons en Amazonie occidentale un type d’urbanisation qui concentre population et capital autour du pôle industriel de Manaus (AM). À l’inverse, l’Amazonie orientale, malgré le poids de Belém et de sa région métropolitaine, bénéficie d’une dynamique issue de la dispersion de la main-d’œuvre, du capital, des investissements et des réseaux techniques, dispersion qui est un effet des stratégies du capital, soutenu par l’État, à partir de la deuxième moitié du siècle dernier.

17L’Amazonie peut ainsi jouer un rôle dans la division internationale du travail, comme circuit spatial de production. Ces changements se produisent dans le cadre d’un « territoire vivant » (Santos 2006), où la ville sert de trait d’union entre la structure technique, politique et sociale d’une part, et les interventions qui ont eu lieu dans la région, d’autre part. C’est donc une organisation complexe du réseau des villes qui se manifeste à travers les capitales régionales, les « company towns », les villes moyennes ou sous-centres, les villes intermédiaires, les villes planifiées, les villes fluviales et les espaces métropolitains, par exemple. On peut dire la même chose des modes de vie qui s’y développent, car ils résultent des pratiques socioculturelles des différentes classes sociales, ethnies et champs de pouvoir, lesquelles forment un ensemble de situations qui dépassent les limites des responsabilités municipales. L’expérience urbaine est dans tous les cas de nature transversale (Oliveira 2001 ; Vicentini 2004 ; Ribeiro 2005 ; Trindade Jr. & Pereira 2007).

  • 3  À propos de cette période, on dit également que « la richesse produite en Amazonie à l’époque du c (...)

18Cela ne signifie pas pour autant que les villes n’existaient pas avant les années 1960 et que cette hypothèse interprétative (l’industrialisation conduisant à l’urbanisation) peut, à elle seule, expliquer l’urbanisation de la région. Pendant le boom du caoutchouc, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, les villes de Belém (PA) et de Manaus (AM) faisaient alors office d’entrepôts commerciaux et de locus de la vie sociale, culturelle et politique3.

19À cette époque, l’intendant Antônio Lemos, inspiré par l’urbanisme moderne français, cherchait à introduire en Amazonie un modèle de ville européenne à petite échelle. Belém, considérée comme la « petite Française du Nord », est devenue le coeur de la modernité, le lieu de vie des propriétaires de plantations d’hévéas, des commerçants, des propriétaires de fazendas, des financiers. L’entrée de l’Amazonie dans le monde dit « civilisé » était illustrée, selon l’intendant, par l’existence de ports dans la ville, par les édifices publics, les banques, un théâtre, les lignes de tramways, un système de distribution d’eau et de gaz, un réseau d’assainissement, une législation municipale, par les liens avec d’importants pays européens, les manifestations internationales, sans oublier un système d’hygiène et de contrôle disciplinaire des habitants. Ces travaux, notons-le, ont eu lieu dans le centre-ville, où résidaient les classes aisées, et non en périphérie où vivait la population pauvre et ouvrière. Cette vision éclaire le rôle régulateur de l’État, aussi soucieux de l’espace intime de la population que de l’usage des espaces publics (Sarges 2002).

  • 4  La ville de Manaus (AM) est passée par un processus de modernisation similaire, caractérisé par l’ (...)

20Dans la ville de Belém, le capital commercial a artificiellement créé la vie urbaine en important des produits mobiliers et immobiliers. N’oublions pas les tramways, les boulevards, les cafés et les théâtres, les normes disciplinaires régissant conduites individuelles et collectives, à l’instar du code de conduite qui visait à implanter chez les habitants, pendant le boom du caoutchouc, les us et valeurs en vigueur en Europe. Et ce sans que l’industrialisation – évidente alors en Europe – soit à l’origine de ce mode de vie urbain, comme l’a analysé Sarges (2002)4.

21Piquet (1998) fait remarquer que les villes brésiliennes précèdent l’industrialisation puisque, dans la plupart des cas, leur développement découle du capital commercial et/ou de la présence d’institutions publiques. Cette auteure affirme que, jusqu’au milieu du xxe siècle, la fonction administrative des villes était liée au secteur primaire. Le binôme industrialisation/urbanisation n’est pas pour autant visible dans toutes les réalités urbaines car il existe des situations d’urbanisation sans industrialisation, ou accompagnées d’une faible industrialisation, comme le montre l’exemple cité.

22Par ailleurs, la création de villes-entreprises par la Compagnie Industrielle Ford du Brésil (CFIB), à Fordlândia et à Belterra, pendant la période 1928-1945, correspond à un autre type d’urbanisation et de pratique productive alors inconnu dans la région. Le lien entre urbanisation et industrie n’y est pas le même que celui qui a prévalu à Belém et à Manaus pendant le boom du caoutchouc, ni dans la « frontière urbaine ». Selon Becker, ce mode d’urbanisation est représentatif de l’Amazonie des années 1970. Il s’agit d’une urbanisation marquée par la verticalité ou qui prend la forme d’espaces discontinus. C’est le capital qui a rendu possible cette urbanisation en implantant des îles ou des points dits lumineux – du point de vue du fordisme – sur le territoire de la région, phénomène dont la durée n’excéda pas dix-huit années. (Santos 2008 ; Telles 2006 ; Gramsci 1988).

23Les considérations présentées jusqu’ici ne sont pas sans importance car elles s’inscrivent dans une réflexion plus générale qui replace l’urbanisation en Amazonie dans un contexte plus vaste d’accumulation du capital. Or, il convient de prendre aussi en compte le processus d’urbanisation comme production de formes et de contenus à l’intérieur des villes. Aussi chercherons-nous à établir un lien entre la réflexion interurbaine sur les réseaux entre villes (Corrêa 1987) et la réflexion intra-urbaine sur les configurations existantes à l’intérieur de la ville (Villaça 2001). Cette analyse permettra de comprendre l’interconnexion entre l’universel, le particulier et le singulier, autant de niveaux simultanément à l’œuvre dans un même processus, comme le montre Lefebvre (1987).

Particularités et singularités de la vie urbaine en Amazonie

  • 5  Almeida (2009 : 76) définit comme populations traditionnelles les « peuples indigènes, les habitan (...)
  • 6  Recherche réalisée en 2006 par l’auteur dans le cadre du projet « Ville dans la forêt », coordonné (...)

24En Amazonie, dans certaines situations urbaines, les caractéristiques rurales sont frappantes en raison de la présence de populations dites traditionnelles5. Les pêcheurs qui habitent et travaillent au bord des fleuves traversent les banlieues ; les cultivateurs apportent leur récolte de fruits et légumes dans les supermarchés, ou la vendent directement aux populations qui vivent aux alentours des zones urbaines illégalement occupées. Des cultivateurs d’herbes médicinales s’efforcent de maintenir leur pratique vivante et s’organisent en association pour créer des emplois et obtenir des revenus. La production urbaine de fruits et de légumes est souvent l’objet d’une autoconsommation, activité qui améliore l’alimentation des familles à bas revenu et leur fournit un complément de salaire (Pereira 2009)6.

25Selon Fernandes (1968 : 119), l’agriculture est non seulement à l’origine de l’accumulation du capital, mais elle a aussi permis l’insertion de l’homme dans l’espace de la vie urbaine. Ainsi, « l’immigrant s’est détaché, économiquement et socialement, du monde rural tout en apportant avec lui les conceptions rurales qui régissent sa vie ».

  • 7  La vie urbaine s’organise autour des activités familiales de commerce et de services, et des emplo (...)
  • 8  En nous appuyant sur Lefebvre (1991), nous faisons une distinction entre la ville et l’urbain. La (...)
  • 9  Pour plus de détails voir Pereira 2012.

26Au cours de notre travail de terrain à Belterra, dans l’Ouest de l’État du Pará, nous avons rencontré diverses situations qui confirment empiriquement cette thèse. À Belterra7, la vie rurale s’organise à partir de la production agricole, de la culture maraîchère ainsi que de l’élevage des abeilles, d’oiseaux et d’animaux de petite taille8. En circulant dans la ville, on s’aperçoit rapidement que les lopins de terre (d’anciennes exploitations d’hévéas) situés le long des routes ne sont pas sans importance et sont plantés de nombreux d’arbres fruitiers. Dans les vergers que nous avons visités, nous avons vu des papayes, des cupuaçu, des bacaba, des citrons, des mandarines, des oranges, des noix de coco, des açaí, des goyaves, des cajous, des muruci, des mangues, des bananes, des jambo, des parépous… En somme, une variété de fruits dont la production est à perte, car ils ne sont pas exploités à échelle industrielle, ils ne sont pas commercialisés, et la consommation familiale ne suffit pas à écouler la quantité cultivée. Dans certains lopins, on plante des légumes et des herbes comme la ciboulette, la salade, le chou, la tomate ; dans d’autres, par exemple, on élève des poules et des porcs9.

27Le récit suivant illustre cette situation :

À Belterra, les jardins sont grands. On peut planter des fruits, comme des avocats, des cupu [cupuaçu], des oranges. On peut planter des arbres fruitiers et faire des potagers [...]. Il y a des gens qui font le potager dans le jardin. Ceux-là, ils plantent de la salade, du persil (Rosana, 2009).

28Une autre habitante de la ville, âgée de 47 ans, déclare que sa famille travaille dans l’agriculture depuis plus d’une trentaine d’années. Elle a commencé à travailler avec sa mère et, depuis environ dix ans, la gestion du lopin est placée sous sa responsabilité. On plante de l’igname, du maïs, du riz, du maxixe, des courges, mais on trouve également des avocatiers, des cupuzeiro, des muricizeiro, des péjibaies, des pois doux, des cocotiers, des mandariniers, des citronniers, des manguiers, des arbres à cajou, des arbres à pain et des bois durs comme le bois-brésil, le lapacho et le jarana. Le travail manuel est rendu plus ardu par le manque d’outils modernes et par le problème de l’eau qui n’arrive qu’une fois par jour, apportée par des camions citerne dans différentes parties de la ville. Chez la plupart des personnes sondées, la production agricole urbaine est destinée à leur propre consommation et n’a pas de visée commerciale.

29La production de miel est une autre activité. D’après un dirigeant de l’Association des Apiculteurs de Belterra, la ville compte environ 100 producteurs d’abeilles sans dard. Mais, pour beaucoup ce n’est qu’un hobby ; certains n’en élèvent que lorsqu’ils ont besoin de miel, d’autres en font une activité commerciale.

30Autre cas de figure : bien que demeurant et travaillant en ville, certaines personnes vont à la campagne pendant les week-ends pour faire des travaux agricoles, s’occuper de l’organisation communautaire et cultiver les champs. Et ils rapportent en ville les produits qu’ils consomment pendant la semaine. Ce phénomène se répète systématiquement, car la famille possède une maison en ville et une autre à la campagne, à une distance d’environ douze kilomètres, parcourue en moto ou en bicyclette. C’est en zone rurale que ces personnes vont chercher la matière première nécessaire au développement de leurs activités, comme le rapporte une artisane.

Ces derniers temps j’ai travaillé en ville : je fabrique des produits artisanaux, des friandises par exemple. Je fais du chocolat, des liqueurs, des sucreries, et je fabrique des produits à base de graines, de coquilles, de racines. Je confectionne [...] des colliers, des bracelets, des sacs, des ceintures, des arbres de noël, tous ces objets faits à partir de matières mortes qui viennent de la nature.
[...] J’utilise, je recycle ce que la nature m’offre. Je tire profit de la nature. En fait, je n’ai pas besoin de détruire l’environnement, au contraire il donne de quoi vivre à ma famille, pas vrai ? Il m’apporte un revenu, à moi et à ma famille.
[...] Graines d’açaí, graines de tonte, graines de haricots, il y a plusieurs types de graines, on a des graines de bois-brésil ici, du bois-brésil natif, comme ça on peut montrer aux gens qui ne sont pas d’ici que tout ne se perd pas. (Socorro, octobre 2009).

31Ce témoignage montre que le fait de vivre en ville n’efface pas pour autant le passé. Les gens continuent de faire référence à l’expérience rurale qui, d’une certaine mesure, reste bien vivante. Ce vécu antérieur est réaffirmé dans la pratique par ces déplacements hebdomadaires aux champs et par la prodigalité de la nature, présente dans le quotidien. C’est pourquoi nous pensons que les flux engendrés par les déplacements campagne-ville, urbain-rural ne sont pas fondés sur une opposition.

  • 10  Dans les États du Pará, de l’Amazonas, de Rondônia, de Roraima, de l’Acre, de l’Amapá, du Tocantin (...)
  • 11  Parmi les 37 896 habitants de la commune de São Gabriel da Cachoeira, 29 017 déclarent être Indien (...)
  • 12  L’article premier, paragraphe unique, établit que dans « la commune de São Gabriel da Cachoeira da (...)

32La présence ethnique dans la ville constitue une autre particularité de l’Amazonie10. Il existe ainsi des endroits où le portugais coexiste avec d’autres langues, comme dans la commune de São Gabriel da Cachoeira11, de l’État d’Amazonas, où une grande partie de la population est indienne : le Nheengatu, le Tukano et le Baniwa sont, à côté du portugais, des langues officielles, en vertu de la loi municipale no 145, du 11 décembre 200212.

33Dans cette commune, il existe 22 ethnies (Araposo, Baniwa, Barasana, Baré, Desana, Hupda, Karapanã, Kubeo, Kuripako, Makuna, Miriti-tapuya, Nadob, Pira-tapuya, Potiguá, Siriano, Taiwano, Tariana, Tukano, Tuyuka, Wanana, Werekena e Yanomami), qui parlent 20 langues différentes et qui sont dispersées dans 500 communautés ; 20 d’entre elles sont présentes dans plusieurs quartiers de la ville, notamment les Barés et Tukanos (Nakano & Comarú 2007 ; Nakano 2009).

  • 13  « Dans le Alto Rio Negro, il me semble impossible de faire une distinction entre “société brésilie (...)

34Andrello (2006) affirme que les Indiens ont initialement rejoint les villes à l’instigation des missionnaires salésiens qui, dans les années 1920, proposaient de scolariser la population de la région pour la « civiliser ». À la suite de cette expérience, au cours des décennies suivantes, la solution trouvée par les familles indiennes pour garder leurs enfants à l’école consistait à aller en ville, principalement à São Gabriel da Cachoeira et à Santa Isabel (AM). La population indienne s’est organisée politiquement au sein de la Fédération des Organisations Indiennes du Alto Rio Negro (FOIRN). Celle-ci a joué un rôle dans la lutte pour la délimitation des terres indiennes et a favorisé, de manière décisive, la participation aux élections municipales, en raison du poids démographique des Indiens qui représentent 90 % de la population totale de la région du Rio Negro. Nous avons là une ville indienne, comme l’a définie l’auteur13.

  • 14  Farias Jr. & Almeida (2011) font référence à diverses ethnies (Yanomami, Hiskariana, Tukano, Dessa (...)
  • 15  Ndt. : Le grileiro fait usage de faux papiers pour justifier de la propriété de la terre. Le posse (...)

35Nous pouvons également affirmer, au regard des données de 2003, que dans cet État environ 9 000 Indiens de 47 ethnies vivaient à Barreirinhas, Maués, Parintins, Nova Olinda do Norte et surtout à Manaus, la capitale de l’État de l’Amazonas14, réceptacle de la plus grande partie de ce flux. Les raisons de ces déplacements vers les villes sont des plus diverses, et nous pouvons citer, par exemple, l’implantation de grands projets dans les zones indiennes. Il y a, autre exemple, la construction de routes et la prospection pétrolière par des entreprises françaises ; mais aussi la prise de possession des terres par les orpailleurs ou par des posseiros et grileiros liés à l’industrie agro-alimentaire15 ; la dégradation des conditions de vie dans les zones réservées aux Indiens ; la recherche d’un emploi, de soins médicaux et d’une école pour les enfants et les adolescents. Parmi les principales ethnies de la ville, nous pouvons citer « les Ticunas et les Cokama, du Alto Solimões, les Tucanos, Baré, Desana e Tarianos, du Alto Rio Negro et les Sateré-Mawé, du Médio Amazonas » (Teixeira, Mainbourg & Brasil 2009 : 540).

36On trouve une situation similaire dans l’État du Pará, où l’on relève des flux migratoires de milliers d’Indiens errant en périphérie des villes et luttant pour la reconnaissance de leurs droits ethniques et humains par le biais des politiques sociales. Environ 2 000 Indiens vivent dans les villes d’Altamira, São Félix do Xingu et Uruará. À Altamira, il y a 1 500 Indiens : les ethnies Xipaia et Curuaia sont les plus nombreuses. Si la construction de l’usine hydro-électrique de Belo Monte se confirme, certains de ces quartiers seront exposés aux inondations (Alonso & Castro 2006).

37Pour en revenir à Belterra, un Indien de l’ethnie Munduruku décrit la vie au village de Takuara dans la forêt du parc national de Tapajós (Flona) ; il évoque les activités pratiquées : la chasse, la pêche, la réutilisation de produits de la forêt, le travail agricole ; et il raconte comment sa vie a changé lorsqu’il est allé habiter en ville pour y faire ses études. Voici son témoignage :

Mon quotidien au village, c’était récupérer des produits de la forêt, pratiquer la chasse [au tatau, au paca, au pécari à collier, au cerf], la pêche et l’agriculture ; je cultivais l’igname, le riz et certains plantaient des haricots [...]. Je fabriquais des produits artisanaux en récupérant des noyaux de tucum [tucumã], de la paille et des fibres de tissume [...]. Dans la forêt, on extrayait de l’huile de copaíba et d’andiroba, et on utilisait le bois pour faire des maisons, des malocas. Certaines personnes vendaient également le bois dans leur propre communauté, il n’y avait pas d’exportation vers le dehors.

La question culturelle est très différente pour les villages indiens. Ce qui est différent, c’est la question de la survie. Au village, cela se passe comme ça, on partage tout, en ville non, c’est complètement différent. Si tu n’as pas d’argent, tu ne manges pas, tu ne bois pas. Et au village, tu arrives à survivre, que tu aies de l’argent ou pas. Mais en ville, il faut travailler et étudier. Il faut faire avancer les mentalités sur la question des Indiens [...] (Indien Munduruku, octobre 2009).

38Nous pouvons également mentionner la présence de populations qui continuent à vivre le long du fleuve Jaú dans des quilombos, remodelés suite à la création du Parc National du Jaú. Après leur déplacement vers la ville de Novo Airão (AM), ces populations luttent de manière organisée pour transformer l’endroit où elles vivent en « quilombo urbain ». Ce transfert vers la ville a bouleversé leur unité de production, leur structure familiale et les relations de coopération ; il a également entraîné l’adoption de nouvelles règles et conduites sociales (Farias Jr. 2007 : 8). Ces gens sont également présents à Santarém (PA), parce qu’ils y trouvent des services publics et des débouchés pour leurs excédents de production, mais aussi parce que cette ville est le siège de l’association réunissant les habitants des quilombos de la région du Médio Amazonas (Amaral 2008).

39Pour Castells (2006) est urbain tout ce qui se produit à l’intérieur de la ville. Dans les années 1970, ce type d’explication avait sans doute sa légitimité. Il n’est pas certain que ce soit encore le cas. En effet, en raison des progrès technologiques et de l’intensification des flux d’informations, les échanges socioculturels entre la vie urbaine et la vie rurale se sont multipliés. Les valeurs et les références urbaines s’ancrent de plus en plus dans les zones rurales et s’y consolident. Et, de la même manière, les populations rurales qui s’installent en ville ne tirent pas nécessairement un trait sur leur passé.

40D’où l’idée que le mode de vie urbain, comme espace relationnel et relatif, comme pratique humaine et sociale passée et présente, contient d’autres réalités non urbaines, et vice versa. (Harvey 1980). Ainsi pouvons-nous affirmer que « la multiplication des modes de circulation immatérielle » (internet, télévision et téléphone) permet le transfert d’informations et d’images sans déplacement de marchandises et de personnes, et rend ainsi possible l’établissement de liens et d’interactions entre zones séparées (Sposito 2009 : 20).

41Dans les petites villes et dans les zones rurales de l’Amazonie, internet est d’ores et déjà une réalité, grâce au « Projet d’insertion numérique » promu par le gouvernement fédéral. Les antennes paraboliques fleurissent également près des fleuves et des forêts de la région. Les valeurs de la société peuvent se diffuser par ce biais (Ribeiro 2006), valeurs qui ne touchent pas uniquement les villes, ni ne s’y diffusent exclusivement, bien que celles-ci soient un centre de rayonnement privilégié.

  • 16  Ndt. : Rythme musical caractéristique de l’État du Pará.
  • 17  Il écrit : « j’entends par hybridité des processus socioculturels par lesquels des structures ou p (...)

42L’expérience urbaine en vient à produire une forme hybride, illustrée ici par les villes de Baião, Cametá et Mocajuba, dans la micro-région du Baixo Tocantins, dans l’État du Pará, où coexistent la terre battue et le fleuve, le poisson et la boîte de conserve, le « brega »16 et la samba traditionnelle, la voiture et le bateau, l’antenne parabolique et l’église, l’Indien et l’homme blanc. En somme, ce sont des « villes hybrides dans leurs objets, relations et signifiés » (Trindade Jr. & Malheiro 2009 : 82). Pour illustrer son propos, Canclini (2011) décrit les mélanges interculturels d’un monde multiconnecté, d’une grande fluidité, qui réorganise les structures historiquement stables telles qu’ethnies, nations et classes sociales converties et intégrées, d’après lui, aux nouvelles conditions du marché et de la production17.

43Il y a encore d’autres formes de vécus qui semblent contredire l’affirmation selon laquelle est ville une agglomération de plus de 20 000 habitants, comme le fait Veiga (2003). Cet auteur critique la position de l’État, qui élève au rang de ville toute localité dotée d’une mairie. De même, il critique l’abandon par l’État de ses prérogatives au profit des conseils municipaux qui décident, par arrêté, si la commune est, ou non, une ville. D’après lui, affirmer que « le Brésil a plus de 5 600 villes où vivent 82 % de la population, relève de la pure fiction » : si l’on suivait d’autres critères démographiques, fonctionnels et géographiques, le pourcentage de la population urbaine brésilienne chuterait à 57 %.

44Veiga affirme qu’il s’agit de « villes imaginaires », car 4 485 des 5 507 communes brésiliennes sont, en réalité, des « communes rurales », ce qui correspondrait à 30 % de la population. Le Brésil véritablement urbanisé se concentre dans 12 agglomérations métropolitaines (34 %), dans 37 agglomérations non métropolitaines (13 %), et dans 77 centres urbains qui n’appartiennent pas à des agglomérations (10 %). Les 13 % restants sont de « nature ambiguë », même si elles prétendent au statut de « villes » (Veiga 2003 : 56). L’hypothèse que nous proposons est la suivante : la définition de la ville étant abordée par cet auteur uniquement dans son aspect quantitatif et selon des critères posés par l’État ; les villes-entreprises ne sont pas prises en compte. Comme l’a analysé Piquet (1998), ce type de ville a été créé par le capital dans des endroits ciblés pour développer une activité industrielle et qui furent dotés de services et d’infrastructures urbaines, sans pour autant recevoir le statut de ville.

45Les company towns ou new towns, par exemple, même si elles n’ont pas une population supérieure à 20 000 habitants, sont l’expression de la vie urbaine. Ces villes-entreprise, créées pour l’exploitation de minerais en Amazonie, sont des enclaves à l’intérieur du territoire d’une commune. Leur importance se mesure à l’aune de leur capacité à offrir des biens et des services aux fonctionnaires de l’entreprise – offre qui ne s’étend pas à l’ensemble de la population des endroits où se réalisent ces travaux d’extraction (Trindade Jr. & Rocha 2002 ; Vicentini 2004). Nous pouvons prendre en exemple Monte Dourado, Vila de Tucuruí, Porto Trombetas, Carajás et Vila dos Cabanos, dont la population varie entre 3 200 et 12 000 habitants (Trindade Jr. 2010). La ville-entreprise n’est pas reconnue par l’État, puisque sur le territoire de la commune, si l’on suit la législation fédérale, il ne peut y avoir qu’un noyau central, élevé au rang de ville et donnant son nom à cette commune, conformément au Décret-Loi no 311, du 2 mars 1938, qui régit la division territoriale du pays.

  • 18  Les communes d’Altamira (160 755 km²) et de Santarém (24 154 km²), dans le Pará, s’étendent à elle (...)

46Il ne faut pas non plus négliger la dimension des communes18, la distance entre les villes et la difficulté de déplacement à l’intérieur de la région, qui entraînent souvent l’isolement de régions entières pendant la période hivernale, comme c’est le cas pour les villes situées le long de la Transamazonienne. L’étendue du territoire et la difficulté d’accès sont les principales caractéristiques des communes amazoniennes et, particulièrement, des villes (Cardoso 2006).

47Soulignons que l’on ne peut gagner de nombreuses villes d’Amazonie qu’en bateau, faute d’accès routiers. L’expression « ce fleuve est ma rue » qu’on entend dans les chansons et les commentaires des gens renvoie à un réseau ramifié (Corrêa 1987), où le fleuve est le principal moyen de déplacement des personnes, des marchandises, des idées et des informations.

  • 19  Nous attirons l’attention sur le fait que les politiques gouvernementales ne financent pas ce type (...)

48Cette situation exige l’utilisation du bois pour la construction aussi bien des maisons que des pontons qui font office de véritables rues posées sur l’eau. Cardoso (2011) fait la remarque suivante : malgré les normes et paramètres techniques qui déconseillent l’utilisation du bois dans la construction des maisons en raison de sa prétendue faible durabilité, on l’emploie depuis des siècles avec succès, comme en témoignent les pratiques de la population des rives, largement dépendantes de ce matériau. Cet usage ne concerne pas seulement cette population ; dans de nombreuses villes d’Amazonie, les maisons en bois constituent le modèle d’habitation prédominant19.

  • 20  La population qui occupait les rives du fleuve a été réduite à des données statistiques abstraites (...)

49Mais on observe également la situation inverse à celle de l’isolement. Ainsi, suite à la mise en œuvre de grands projets, comme la construction de barrages hydro-électriques, des populations riveraines sont obligées de gagner la périphérie des villes. Quittant le fleuve contre leur gré et dans un mouvement compulsif, elles abandonnent ainsi la pratique de la pêche ou encore le spectacle du coucher de soleil sur les eaux20.

50Dans le cas étudié ici, les binômes urbain/rural, nature/société, village/ville, moderne/traditionnel se caractérisent à la fois par leur hétérogénéité et leur multiplicité ; ce sont des formes hybrides qui ne s’expliquent pas par la théorie des oppositions et des omissions.

Un nouveau regard est nécessaire

51Il faut attirer l’attention sur le point suivant : les études urbaines sur l’Amazonie doivent prendre en considération, comme le souligne Castro (2009), l’insuffisance du cadre théorique qui, pour expliquer la formation des villes, oppose l’urbain au rural et associe urbanisation et industrialisation. La présence d’habitants issus des quilombos et l’importante composante indienne dans la démographie, la culture et les langues sont caractéristiques de la pluralité et de la singularité de ces villes.

52Nous voulons mettre en avant trois éléments, dont il faut tenir compte dans toute politique urbaine et territoriale et dans toute étude sur les villes. Ce sont des éléments qui, pour nous, définissent les spécificités de la région : d’abord, la présence ethnique au sein de la ville, (populations indiennes et habitants issus des quilombos) ; ensuite, la richesse de la nature, puisque l’abondance et la diversité des ressources naturelles peuvent améliorer la vie des habitants de la région, dans la mesure où les relations dans de nombreuses villes ne s’établissent pas sur le mode de la marchandisation de la vie et de la nature ; et enfin, l’intégration réciproque du rural et de l’urbain. Ce qui implique une pensée non en termes d’opposition, mais de complémentarité et d’hybridation culturelles.

53Comme nous l’avons avancé à la suite de Fernandes (1979), on ne peut effacer les expériences antérieures du migrant, qui a apporté en ville un mode de vie acquis à la campagne. La population « translocale » (Sahlins 1997) peut habiter simultanément plusieurs mondes.

54Les trois éléments présentés plus haut définissent les composantes qui structurent la médiation entre le lieu (singulier), l’Amazonie (particulier) et la totalité-monde (capitalisme). En ignorant les particularités et les singularités régionales, ou comme le dit Ribeiro (2005), le contexte, le quotidien et le lieu, il est peu probable que les politiques gouvernementales répondent aux divers « Brésils », inégaux et différents et qui, d’un point de vue pratique, politique et analytique ne sont pas homogènes. De la même manière, les études urbaines fondées sur des théories et des méthodes doivent valoriser le parcours empirique, comme le souligne Telles (2006), afin de décrire des situations qui n’ont pas encore été suffisamment analysées.

55Selon Fernandes :

Il est impossible de saisir les multiples aspects du changement social au Brésil au moyen de formules générales. Le pays n’est pas seulement excessivement grand et hétérogène. Les différences géographiques, économiques, démographiques, sociales et culturelles sont significatives même au niveau régional, de sorte que le passé, le présent et le futur coexistent de manière indissociable (1968 : 107).

56Voilà pourquoi le terme « Brésils » est moins une métaphore qu’un synonyme de complexité.

Haut de page

Bibliographie

Almeida, Alfredo Wagner Berno de, 2009. « Agroestratégias e desterritorialização: os direitos territoriais e étnicos na mira dos estrategistas dos agronegócios ». In A. W. B. de A. & G. Carvalho (coord.), O Plano IIRSA visão da sociedade Pan-Amazônica. Belém, Fase/Comova/Ufpa, p. 57-105.

Alonso, Sara & Castro, Edna Maria, 2006. « Processo de transformação e representação do rural-urbano em Altamira ». In A. C. Cardoso (coord.), O Rural e o Urbano na Amazônia: diferentes olhares em perspectiva. Belém, Edufpa, p. 162-215.

Amaral, Assunção José Pureza, 2008. « Populações quilombolas no interior da Amazônia: organização cultural e conflito ». Anais do Seminário Internacional: Amazônia e fronteiras do conhecimento (9-11 décembre 2008).http://www.ufpa.br/naea35/anais/html/geraCapa/FINAL/GT1-259-1295-20081128220546.pdf. (consulté le 18 février 2012).

Amorim Filho, Oswaldo & Rigotti, José Irineu Rangel, 2002. « Os limiares demográficos das cidades médias ». Communication présentée à la xiii réunion de l’Association brésilienne d’études démographiques, Ouro Preto (Minas Gerais), 4-8 novembre 2002, manuscrit. http://redbcm.com.br/arquivos/bibliografia/os%20limiares%20demogr%C3%A1ficos%20na%20caracteriza%C3%A7%C3%A3o.pdf. (consulté le 13 juillet 2012).

Andrello, Geraldo, 2006. A cidade do Índio: transformações e cotidiano em Iauaretê. São Paulo, ISA/Unesp/NuTI.

Becker, Bertha, 1990. Amazônia. São Paulo, Ática.

Becker, Bertha, & Miranda, Mariana P., 1987. « O Papel das cidades na ocupação da Amazônia ». Convênio Ipea/Cepal, Brasília, manuscrit.

Canclini, Nestor, 2011. Culturas Híbridas. São Paulo, Edusp.

Cardoso, Ana Cláudia, 2006. « Possibilidades do Estatuto da Cidade para as cidades da Amazônia ». Belém, Observatório de Políticas Públicas, Conhecimento e Movimento Social na Amazônia, CD-ROM.

Cardoso, Ana Cláudia, 2011. « O Espaço da cidade amazônica tomado como ponto de conexãoentre escalas e dinâmicas globais, regionais e locais ». Anais do ix ENANPEGE (8-12 octobre 2011), CD-ROM.

Castells, Manuel, 2006. A Questão Urbana. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Castro, Edna, 1995. « Industrialização, transformações sociais e mercado de trabalho ». In E. Castro, E. A. F. Moura & M. L. Maia (coord.), Industrialização e grandes projetos: desorganização e reorganização do espaço. Belém, EDUFPA, p. 91-120.

Castro, Edna, 2009. « Urbanização, pluralidade e singularidades das cidades amazônicas ». In Id. Cidades na floresta. São Paulo, Annablume, p. 13-39.

Corrêa, Roberto Lobato, 1987. « A periodização da rede urbana da Amazônia ». Revista Brasileira de Geografia, 3, p. 39-68.

Corrêa, Roberto Lobato, 1989. A rede urbana. São Paulo, Ática.

Farias Jr., Emmanuel de Almeida, 2007. « Quilombos na Amazônia: um esboço preliminar do estudo de “comunidades de pretos” no complexo do rio Madeira ». Anais do II Encontro de Ciências Sociais e Barragens (19-22 novembre 2007). http://www.ecsb2007.ufba.br/layout/padrao/azul/ecsb2007/anais/st10_Quilombos%20na%20Amaz%C3%B4nia.pdf (consulté le 17 février 2012).

Farias Jr., Emmanuel de Almeida, & Almeida, Alfredo Wagner Berno de, 2011. « Etnicidade e urbanidade: a aldeia beija-flor ». Novos Cadernos do NAEA, 1, p. 131-146.

Fernandes, Florestan, 1968. « A dinâmica da mudança sociocultural no Brasil ». In Id. Sociedade de classe e subdesenvolvimento. Rio de Janeiro, Zahar, p. 107-133.

Fernandes, Florestan, 1979. « Obstáculos extra-econômicos à industrialização no Brasil ». In Id. Mudanças sociais no Brasil. São Paulo, Difel, p. 61-92.

Gramsci, Antônio, 1988. « Americanismo e fordismo ». In Id. Maquiavel, a política e o Estado moderno. Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, p. 375-413.

Harvey, David, 1980. A justiça social e a cidade. São Paulo, Hucitec.

Ibge, 2010. Censo Demográfico. http://www.ibge.gov.br (consulté le 4 novembre 2011).

Lefebvre, Henri, 1987. Lógica Formal e lógica dialética. Rio de Janeiro, Civilização Brasileira.

Lefebvre, Henri, 1991. O direito à cidade. São Paulo, Moraes.

Lencioni, Sandra, 2006. « Reconhecendo metrópoles: território e sociedade ». In C. A. da Silva, D. G. Freire & F. J. G. Oliveira (coord.), Metrópole: governo, sociedade e território. Rio de Janeiro, DP & A, FAPERJ, p. 41-57.

Machado, Lia Osório, 1990. « Significado e configuração de uma fronteira urbana na Amazônia ». In B. Becker, M. Miranda & L. O. Machado (coord.), Fronteira amazônica: questões sobre a gestão do território. Brasília, UnB, p. 30-115.

Nakano, Kazuo Anderson, 2009. « São Gabriel da Cachoeira: planejamento e gestão territorial imbricada ». In E. M. Castro (coord.), Cidades na floresta. São Paulo, Annablume, p. 237-279.

Nakano, Kazuo Anderson, & Comarú, Francisco de Assis, 2007. « São Gabriel da Cachoeira: o planejamento e a gestão territorial num município indígena da Amazônia ». In A. C. Cardoso & G. Carvalho (coord.), Planos Diretores Participativos: experiências amazônicas. Belém, Edufpa, p. 155-192.

Oliveira, José Aldemir, 2000. Cidades na selva. Manaus, Valer.

Oliveira, José Aldemir, 2001. « As pequenas cidades da Amazônia: espaços perdidos e reencontrados ». In A. L. Damiani, A. F. A. Carlos & O. C. de L. Seabra (coord.), O espaço no fim do século: a nova raridade. São Paulo, Contexto, p. 199-213.

Oliveira, José Aldemir, & Schor, Tatiana, 2009. « Manaus: transformações e permanências, do forte à metrópole regional ». In E. M. Castro (coord.), Cidades na floresta: São Paulo, Annablume, p. 59-98.

Pereira, José Carlos Matos, 2004. « Importância e significado das cidades médias na Amazônia: uma abordagem a partir de Santarém (PA) ». Dissertation de mestrado, Belém, Université fédérale du Pará.

Pereira, José Carlos Matos, 2009. « O papel de Santarém como cidade média na Amazônia ». In E. M. Castro (coord.), Cidades na Floresta. São Paulo, Annabrume, p. 329-352.

Pereira, José Carlos Matos, 2012. « Os modos de vida na cidade: Belterra, um estudo de caso na Amazônia brasileira ». Thèse de doctorat, Rio de Janeiro, Université de l’état de Rio de Janeiro.

Piquet, Rosélia, 1998. Cidade-empresa: presença na paisagem urbana brasileira. Rio Janeiro, Zahar.

Pontes, Beatriz Maria Soares, 2001. « As cidades médias brasileiras: os desafios e a complexidade do seu papel na organização do espaço regional (década de 1970) ». In M. E. Sposito (coord.), Perspectivas Geográficas, s/n, p. 569-607.

Ribeiro, Ana Clara Torres, 2005. « Sociabilidade, hoje: leitura da experiência urbana ». Caderno CRH, 45, p. 411-422.

Ribeiro, Ana Clara Torres, 2006. « Presenças recusadas: territórios populares em metrópoles brasileiras ». In B. N. Ferreira (coord.), Sociologia de capitais brasileiras. Brasília, Líber, p. 11-33.

Ribeiro, Luiz Cesar de Queiroz, 2007. « Metrópoles, reforma urbana e desenvolvimento nacional ». In Id. & O. A. dos Santos Jr. As metrópoles e a questão social brasileira. Rio de Janeiro, Revan/Fase, p. 21-47.

Ribeiro, Luiz Cesar de Queiroz, 2011. « Proximidade social e distância social: reflexões sobre o efeito do lugar a partir de um enclave urbano ». In S. Carneiro & M. J. Sant’ana (coord.), Cidades: olhares e trajetórias. Rio de Janeiro, Garamond, p. 43-72.

Ribeiro, Luiz Cesar de Queiroz & Santos Jr., Orlando, 2007. « As metrópoles brasileiras: territórios desgovernados ». In Id. As metrópoles e a questão social brasileira. Rio de Janeiro, Revan/Fase, p. 7-17.

Sahlins, Marshall, 1997. « O “Pessimismo Sentimental” e a Experiência Etnográfica: por que a cultura não é um “objeto” em via de extinção (parte ii) ». Mana, octobre, 2. http://www.scielo.br/pdf/mana/v3n1/2455.pdf (Consulté le 14 juin 2009).

Santos, Milton, 2005. A urbanização brasileira. São Paulo, Hucitec.

Santos, Milton, 2006. A natureza do espaço. São Paulo, Edusp.

Santos, Milton, 2008. Técnica, espaço, tempo. São Paulo, Edusp.

Santos, Milton, & Silveira, Maria Laura, 2001. O Brasil: território e sociedade no início do século xxi. Rio de Janeiro, Record.

Sarges, Maria de Nazaré, 2002. Belém: riquezas reproduzindo a Belle-Èpoque (1870-1912). Belém, Paka-Tatu.

Sposito, Maria da Encarnação, 2001. « As cidades médias e os contextos econômicos contemporâneos ». In Id. (coord.), Perspectivas Geográficas, s/n, p. 609-643.

Sposito, Maria da Encarnação, 2009. « Para pensar as pequenas e médias cidades brasileiras ». Belém, Fase/Icsa/Ufpa.

Sposito, Maria da Encarnação,, Elias, Denise, Soares, Beatriz Ribeiro, Maia, Doralice Sátyro & Gomes, Edvânia Tôrres Aguiar, 2007. « O estudo das cidades médias brasileiras: uma proposta metodológica ». In M. E. Sposito (coord.), Cidades médias: espaços em transição. São Paulo, Expressão Popular, p. 35-67.

Teixeira, Pery, Mainbourg, Marie Thérèse & Brasil, Marília, 2009. « Migração do povo indígena Sateré-Mawé em dois contextos urbanos distintos da Amazônia ». Caderno CRH, 57, p. 531-546.

Telles, Vera da Silva, 2006. « Debates: a cidade como questão ». In Id. & R. Cabanes (coord.), Nas tramas da cidade: trajetórias urbanas e seus territórios. São Paulo, Humanitas, p. 35-64.

Trindade Jr., Saint-Clair Cordeiro da, 2010. « Cidades na floresta: os “grandes objetos” como expressões do meio técnico-científico informacional no espaço amazônico ». Revista IEB, 30, p. 113-137.

Trindade Jr., Saint-Clair Cordeiro da, & Rocha, Gilberto de Miranda, 2002. « Cidade e empresa na Amazônia: uma apresentação do tema ». In S.-C. C. da Trindade Jr & G. de M. Rocha (coord.), Cidade e empresa na Amazônia: gestão do território e desenvolvimento local. Belém, Paka-Tatu, p. 13-23.

Trindade Jr., Saint-Clair Cordeiro da, & Pereira, José Carlos Matos, 2007. « Reestruturação da rede urbana e importância das cidades médias na Amazônia Oriental ». In M. da E. Sposito (coord.), Cidades médias: espaços em transição. São Paulo, Expressão Popular, p. 313-342.

Trindade Jr., Saint-Clair Cordeiro da, & Malheiro, Bruno Cezar P., 2009. « Entre rio, rodovias e grandes projetos: mudanças e permanências em realidades urbanas no Baixo Tocantins (PA) ». In S.-C. C. da Trindade Jr., G. Carvalho, A. Moura & J. Gomes Neto (coord.), Pequenas e médias cidades na Amazônia. Belém, Fase/Icsa-Ufpa/Observatório Comova, p. 59-91.

Veiga, José Ely da, 2003. Cidades imaginárias: o Brasil é menos urbano do que se calcula. Campinas, Editores Associados.

Vicentini, Yara, 2004. Cidade e história na Amazônia. Curitiba, Edufpr, 2004.

Villaça, Flávio, 2001. Espaço intra-urbano no Brasil. São Paulo, Nobel/FADESP/Lincols Institute.

Haut de page

Annexe

Entretiens réalisés dans la ville de Belterra (PA)
Indien Munduruku, 30 ans, village de Takuara, octobre 2009.
Rosana, 49 ans, agricultrice, ex-présidente du Syndicat des Travailleurs et Travailleuses Ruraux de Belterra, octobre 2009.
Socorro, 43 ans, artisane, octobre 2009.
Lara, chômeuse, 46 ans, agricultrice en ville, novembre 2009.
Créateur d’abeilles, 27 ans, mars 2011.

Haut de page

Notes

1  Ndt. : descendants d’esclaves fugitifs réunis dans des quilombos.

2  Santos (2005 : 42-43, 53) attire l’attention sur l’inégale distribution géographique de la modernisation capitaliste au Brésil : la « région concentrée » correspond aux États du Sud, à une partie du Sud-Est et au Centre-Ouest. On y observe une « modernisation généralisée » « qui manifeste l’existence d’un “capitalisme mature” ». Pour le reste du pays, nous avons affaire à une « modernisation sélective », qui se traduit par l’existence d’« îlots » dispersés au sein d’un vaste territoire. Il n’y a pas entre les régions brésiliennes une distribution équitable de l’information, de la technique et de la connaissance.

3  À propos de cette période, on dit également que « la richesse produite en Amazonie à l’époque du caoutchouc provenait de deux liquides : la sève de l’hevea brasiliensis et le sang des collecteurs de caoutchouc » (Oliveira 2000 : 200).

4  La ville de Manaus (AM) est passée par un processus de modernisation similaire, caractérisé par l’expansion de ses infrastructures et des services urbains. Cette expansion a pour origine la production et l’exportation du caoutchouc d’Amazonie qui, au cours de cette période, représentait 28 % du total des exportations brésiliennes. La ville des « avenues, des cafés, du théâtre, des petits palais et de l’urbanisme de type hygiéniste et organiciste est le fruit du rationalisme triomphant, qui s’est traduit par la création de rues, la construction de ponts et de terre-pleins dans les marais. L’objectif de cette forme d’urbanisme était la recherche, par le biais de la technique, de solutions aux différents problèmes d’une ville marquée par de profondes inégalités sociales » (Oliveira & Schor 2009 : 66).

5  Almeida (2009 : 76) définit comme populations traditionnelles les « peuples indigènes, les habitants des quilombos, les casseurs de noix de coco babassou, les populations vivant au bord des fleuves, les saigneurs d’hévéa, les cueilleurs de châtaignes, les communautés d’élevage traditionnel, les planteurs de thé fumé, les habitants du Sertão, etc. ».

6  Recherche réalisée en 2006 par l’auteur dans le cadre du projet « Ville dans la forêt », coordonné par la professeure Edna Castro du Centre des Hautes Études Amazoniennes (NAEA/UFPA) et financé par la Fondation Ford.

7  La vie urbaine s’organise autour des activités familiales de commerce et de services, et des emplois publics offerts par la commune. Il n’existe donc pas d’activités industrielles. Les banques n’existent pas et les transferts bancaires sont effectués à Santarém – ville distante de 50 km – ainsi que les retraits permettant aux gens de toucher leur retraite, leur pension ou leur salaire. Siège du pouvoir municipal, on trouve à Santarém des écoles, des crèches, un hôpital, des secrétariats du gouvernement, le bâtiment de la mairie, des succursales de l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA) et de l’Institut des terres du Pará (ITERPA), qui répondent aux demandes et aux besoins locaux. On y applique également la législation qui régit la politique sectorielle, l’utilisation et l’occupation du territoire et les mécanismes de participation sociale dans la définition des politiques municipales : Loi du Plan Directeur Participatif (PDP), Loi Organique Municipale (LOM), Plan Pluriannuel (PPA), Loi Directrice Budgétaire (LDO) et Loi Budgétaire Annuelle (LOA).

8  En nous appuyant sur Lefebvre (1991), nous faisons une distinction entre la ville et l’urbain. La ville correspond à une pratique sensible, aux objets et aux représentations. L’urbain se rapporte aux relations et aux flux socioculturels.

9  Pour plus de détails voir Pereira 2012.

10  Dans les États du Pará, de l’Amazonas, de Rondônia, de Roraima, de l’Acre, de l’Amapá, du Tocantins et du Mato Grosso, le nombre de personnes se déclarant Indiens s’élève à 348 411. Parmi elles, 67 341 ont déclaré vivre en ville (IBGE 2010). Ces données se réfèrent à l’Amazonie légale, ce qui exclut l’État du Maranhão.

11  Parmi les 37 896 habitants de la commune de São Gabriel da Cachoeira, 29 017 déclarent être Indiens. Parmi eux, 11 016 vivent en ville (IBGE 2010).

12  L’article premier, paragraphe unique, établit que dans « la commune de São Gabriel da Cachoeira dans l’État d’Amazonas, le Nheengatu, le Tukano et le Baniwa sont désormais langues co-officielles ».

13  « Dans le Alto Rio Negro, il me semble impossible de faire une distinction entre “société brésilienne” et “société indienne”. En un sens, on peut affirmer que si les sociétés indiennes sont inclues dans la société brésilienne, ces sociétés englobent également la société brésilienne. » (Andrello 2006 : 34)

14  Farias Jr. & Almeida (2011) font référence à diverses ethnies (Yanomami, Hiskariana, Tukano, Dessana, Sateré-Mawé) qui vivent dans la région métropolitaine de Manaus, dans la commune de Rio Preto das Evas, par exemple, comptant une population indienne de 300 personnes.

15  Ndt. : Le grileiro fait usage de faux papiers pour justifier de la propriété de la terre. Le posseiro occupe la terre sans avoir des papiers de propriété, il revendique cette propriété en arguant du nombre d’années d’installation et du travail agricole effectivement réalisé.

16  Ndt. : Rythme musical caractéristique de l’État du Pará.

17  Il écrit : « j’entends par hybridité des processus socioculturels par lesquels des structures ou pratiques discrètes [...] se conjuguent pour engendrer de nouvelles structures, objets et pratiques. [...] [il s’agit d’]un terme traduisant l’idée de métissage, de syncrétisme, de fusion et renvoyant à tout vocable qui désignerait des mélanges particuliers. » (Canclini 2011 : xix-xxxix).

18  Les communes d’Altamira (160 755 km²) et de Santarém (24 154 km²), dans le Pará, s’étendent à elles seules sur un territoire supérieur aux zones métropolitaines existant aujourd’hui au Brésil, où vivent plus de 70 millions d’habitants, concentrés sur 167 000 km² (Ribeiro & Santos Jr. 2007).

19  Nous attirons l’attention sur le fait que les politiques gouvernementales ne financent pas ce type de construction.

20  La population qui occupait les rives du fleuve a été réduite à des données statistiques abstraites ou rangées dans des catégories non moins abstraites comme « victimes du barrage », « population en aval du barrage », termes qui enrichissent le jargon universitaire ou celui des rapports orientés conçus au sein des cabinets officiels (Oliveira 2000 : 117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Carlos Matos Pereira, « L’urbanisation de l’Amazonie au Brésil », Brésil(s), 2 | 2012, 181-199.

Référence électronique

José Carlos Matos Pereira, « L’urbanisation de l’Amazonie au Brésil », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/623 ; DOI : 10.4000/bresils.623

Haut de page

Auteur

José Carlos Matos Pereira

José Carlos Matos Pereira est docteur en Sciences sociales du Programme de doctorat en Sciences sociales de l’Université de l’état de Rio de Janeiro (PPCIS/UERJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals