Navigation – Plan du site
Varia

Sociologie de l’immigrant : Hiroshi Saito et l’institutionnalisation des études sur les Japonais du Brésil (1940-1960)

Sociologia de imigrante: Hiroshi Saito e institucionalização dos estudos sobre japoneses no Brasil (1940-1960)
Sociology of the Immigrant: Hiroshi Saito and the Institutionalization of Studies on the Japanese in Brazil (1940-1960)
Matheus Gato de Jesus et Gustavo Takeshy Taniguti
Traduction de Emilie Audigier
p. 201-224

Résumés

Cet article étudie la relation entre la trajectoire du sociologue Hiroshi Saito (1919-1983) et son œuvre dédiée aux immigrants japonais au Brésil. Il montre que l’auteur a eu une importance fondamentale pour l’institutionnalisation des études dans ce domaine, tant dans le monde académique et scientifique que parmi les immigrants japonais.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en août 2012 ; approuvé en octobre 2012.

Traduit du portugais.

Texte intégral

Introduction

Comme fils d’immigrant, dont la famille – comme tant d’autres venues soit d’Europe, soit d’Asie – a cherché sur cette terre une vie humble, mais pacifique, j’ai éprouvé très tôt l’envie d’observer la vie des immigrés et d’expérimenter les sensations liées à cette condition. C’était pour ainsi dire un privilège de m’adonner à ce qui a toujours intéressé l’anthropologue ou le sociologue : comprendre son semblable. (Saito 1961)

1Le texte ci-dessus est extrait de la préface écrite par Hiroshi Saito (1919-1983) pour la version brésilienne de sa thèse de doctorat publiée par la Fondation école de sociologie et politique de São Paulo (FESPSP). Ce travail originellement écrit en japonais et soutenu à l’Université de Kobe en 1959 est le résultat d’une série de recherches développées par l’auteur, ainsi que de sa participation à des forums internationaux à partir de la deuxième moitié des années 1940 au sein de la FESPSP. Selon ses propres mots :

Initié d’abord par le professeur Emílio Willems et dirigé ensuite d’une main délicate par le professeur Donald Pierson, j’ai eu le bonheur d’être l’ami du professeur Seiichi Izumi de Tokyo, qui se mit à nourrir comme moi dès le début une immense sympathie pour cette terre. Les travaux et le livre qui en résultent doivent beaucoup à la Fondation école de sociologie politique, et particulièrement à son directeur général, le docteur Cyro Berlinck, qui m’a encouragé sans relâche dans mes activités. Ma gratitude va également à mes autres collègues, notamment les professeurs Alfonso Trujilo Ferrari, Aldemar Moreira et Esdras Borges Costa.
Une partie du livre a été élaborée, comme je l’ai dit, à Kobe, où j’ai séjourné en qualité de professeur-visitant. Je suis très reconnaissant aux professeurs G. Shibata, K. Tanaka et S. Fujii, pour avoir rendu agréable mon séjour dans cette université, et aux professeurs et collègues T. Hara, M. Fujita, Y. Ikushima, Y. Nishimukai, qui m’ont aidé dans mes recherches. Je souhaite également remercier The Rockefeller Foundation et la CAPES (Campagne nationale de perfectionnement des personnels de l’enseignement supérieur), institutions qui ont financé mon voyage au Japon et la préparation de ma thèse. (Saito 1961 : 7-8).

2Ces remerciements effusifs révèlent les principaux cercles universitaires où l’auteur a transité depuis son entrée comme élève à l’École libre de sociologie et politique de São Paulo (ELSP) en 1947. Un cursus qui vaudrait à Hiroshi Saito d’être le premier étudiant japonais à faire carrière dans la sociologie brésilienne. En effet, celui-ci mène des recherches en tant qu’assistant du professeur Seiichi Izumi en 1952-1953 et il publie par chapitres dans la revue Sociologia sa dissertation de mestrado sur la Coopérative agricole de Cotia (CAC) en 1956, dissertation qu’il rédigea sous la direction de Donald Pierson. À la suite de quoi, il fut convié à diriger la Chaire d’études latino-américaines comme professeur visitant de l’université de Kobe au Japon, où il obtint le titre de docteur en économie en 1959. De retour au Brésil, Hiroshi Saito fut nommé directeur de l’école doctorale en sciences sociales de l’ELSP (1961-1964). En outre, pendant les années 1960, il fut titulaire au sein de cette institution de diverses chaires de sociologie et d’anthropologie comme celles intitulées « Études sur l’acculturation au Brésil », « Société et culture des peuples asiatiques », « Désorganisation sociale », « Comportement collectif » et « Écologie humaine ».

3Au cours de son cursus universitaire, Hiroshi Saito enseigna les sciences humaines à l’Université catholique (1963-1964), et il termina sa carrière à l’École de communications et d’arts de l’Université de São Paulo (USP). Cependant, sa formation intellectuelle comme ses principales recherches portent la marque de la sociologie empirique développée par Donald Pierson et Emílio Willems à l’ELSP pendant les années 1940. Elles sont également marquées – il est important de le noter – par les impasses personnelles et collectives vécues par les immigrants japonais pendant les années de nationalisme autoritaire de l’Estado Novo (1937-1945). Au cours de cette période, diverses minorités nationales, notamment celles qui furent perçues à partir de la Seconde Guerre mondiale comme des dangers militaires potentiels sur le territoire brésilien (Allemands, Italiens et Japonais), subirent de sévères persécutions politiques à caractère franchement xénophobe et raciste.

4Les bouleversements sociaux qui eurent lieu au cours de cette période influencèrent profondément les stratégies d’ascension sociale mises en œuvre après-guerre par les nisseis ou danisseis, comme on appelle les enfants de Japonais. L’entrée de Saito dans le monde universitaire, son intérêt pour la sociologie et l’espoir de trouver une explication scientifique aux phénomènes d’« assimilation » et d’« acculturation » des minorités au sein de communautés nationales parfois inhospitalières, sont autant d’étapes emblématiques d’un processus social qui a irrémédiablement ajourné un « retour au Japon » tant rêvé. Composée de livres comme Le Japonais au Brésil (1961), Le coopératisme et la communauté. Le cas de la Coopérative agricole de Cotia (1964), Assimilation et intégration des Japonais au Brésil (1973), La présence japonaise au Brésil (1980), ainsi que de nombreux articles publiés dans des périodiques spécialisés au Brésil et au Japon, l’œuvre de Saito, en dépit de son originalité et de sa valeur scientifique reconnue, peut être interprétée comme une tentative couronnée de succès pour apporter une caution universitaire à un projet d’intégration nationale qui faisait l’objet d’intenses débats au sein de la « colonie japonaise ».

5Cette donnée est importante car le problème de « l’assimilation » fut l’un des thèmes de prédilection de la presse nippo-brésilienne, avant même la Seconde Guerre mondiale, notamment pour les étudiants nisseis. Ces jeunes, qui aspiraient à exercer une profession libérale, étaient pressés de tirer parti des opportunités de mobilité sociale liées à l’important processus d’urbanisation et de cosmopolitisation de São Paulo. Ils s’opposaient le plus souvent à leurs parents et à leurs grands-parents, insistant sur la nécessité, les avantages et les inconvénients de s’intégrer à la société brésilienne. Cette assimilation était selon eux la condition sine qua non pour réaliser leur désir originel de « conquête de l’Amérique ». La nouveauté réside ici dans le fait qu’Hiroshi Saito a eu la possibilité de porter ces défis communautaires sur le terrain de la sociologie pauliste, porté qui plus est par les pionniers de celle-ci.

  • 1  Nous remercions le professeur Luiz Carlos Jackson de nous l’avoir signalé dans la séance du 9 nove (...)

6Ceci dit, notre intérêt pour Hiroshi Saito vient de la singularité de son œuvre, modelée par sa position dans la société : un projet universitaire entièrement consacré au problème de l’immigration. Il s’agissait d’un choix étonnant du point de vue de sa discipline, car une des principales singularités de la sociologie et de l’anthropologie pratiquées au Brésil sinon la plus importante quand on les compare à leur développement aux États-Unis ou chez nos voisins argentins, c’est la faible importance scientifique de l’immigration comme problème sociologique1. Cette circonstance fait des travaux de notre auteur un véritable corps étranger et original dans un espace universitaire marqué par l’intérêt pour la spécificité de la « formation nationale », les particularités de la « culture brésilienne », les caractéristiques du « folklore », le statut des « relations raciales » et les « études sur les communautés » en grande partie provinciales, rurales et/ou issues du sertão.

7Cette différence tranchante suggère que les nombreux remerciements adressés par Hiroshi Saito aux professeurs japonais qui l’ont reçus dans son pays natal au cours de sa vie ne sont nullement gratuits. Ce projet visait à consolider un programme de recherches entièrement consacrées à l’immigration et focalisées sur sa propre communauté d’origine. C’est pourquoi la longévité de celui-ci dépendait au plus haut point de la création d’un réseau international de spécialistes japonais et américains, de programmes d’échange Brésil – Japon, de fondations philanthropiques japonaises, américaines et brésiliennes ainsi que de la formation d’associations intellectuelles internes à la collectivité japonaise elle-même. La production contemporaine sur ce thème porte encore ces marques d’origine, l’appartenance ethnique jouant un rôle important dans la légitimation des chercheurs, l’accès aux sources, les accords de partenariat et l’attribution des bourses de recherche. Ces marques sont également perceptibles dans le contrôle exercé par la communauté sur la délimitation des domaines de recherches.

8Pour toutes ces raisons, notre analyse, attentive à l’intérêt qui a initialement orienté les recherches de l’auteur, privilégiera la relation entre expériences personnelle et collective dans un contexte caractérisé par l’existence : 1) de barrières étatiques entravant l’ascension sociale d’immigrants considérés « inassimilables », 2) d’une « crise dans la colonie japonaise » donnant lieu à l’apparition de la Shindô Renmei, 3) d’un processus d’institutionnalisation des sciences sociales au Brésil.

La famille Saito et la « crise de l’immigration japonaise »

9Hiroshi Saito arriva au Brésil le 11 janvier 1933 à bord du navire Africa Maru à l’âge de quatorze ans. Au début de la décennie, sa famille, originaire de la province de Miyazaki au Japon, a connu une période de crise financière et a perdu une partie importante de son patrimoine foncier. Honteux, Torao Saito, le père d’Hiroshi, résolut de partir au Brésil avec femme et enfants pour « conquérir l’Amérique », espérant revenir riche et prospère dans son pays natal.

10La même année où la famille Saito débarqua dans le port de Santos, le nombre d’immigrants japonais atteignit le niveau maximum de 24 494 personnes, dépassant le chiffre des cinq années précédentes selon l’IBGE (Sakurai & Coelho 2008). En réalité, 1933 avait été l’année la plus dynamique pour l’immigration japonaise au Brésil, révélant une convergence d’intérêts entre, d’une part, les milieux agricoles paulistes en quête d’une main-d’œuvre obéissante, malléable et disciplinée, et d’autre part, le gouvernement japonais désireux de régler les problèmes liés à l’explosion démographique et à la crise économique qui sévissait sur l’ensemble de l’archipel.

  • 2  Pour une étude détaillée de ce problème, voir : Leão Neto (1989).

11Même si le nombre croissant de Japonais nouvellement arrivés était un indice de la bonne santé de l’immigration vers le Brésil, le jeune Hiroshi assista à la fin de sa première année de vie brésilienne au début de la dite « crise de l’immigration japonaise ». Les causes de cette crise furent les débats et les lois approuvées par la constitution de 1934. En effet, à partir de la promulgation de la nouvelle Charte, l’entrée des immigrants étrangers fut limitée à 2 % du nombre d’immigrants de chaque nation qui était arrivée au cours des cinquante années précédentes. Cette mesure réduisit de manière de manière drastique l’entrée des immigrants japonais dès 1935. Certes, le législateur en 1934 se souciait d’interdire l’immigration d’Africains et de Noirs américains, et de privilégier officiellement la venue de paysans européens catholiques. Néanmoins, au cours des débats, l’accent fut surtout porté sur le danger que représentait « l’impérialisme nippon » pour le Brésil, ainsi que la difficile assimilation des Japonais – confirmée par les chiffres sur les mariages interethniques – et leur capacité reconnue d’organisation et d’exploitation du sol, qui menaçait la souveraineté nationale2.

12Dans ce contexte, le discours hostile à la population d’origine japonaise était assumé publiquement, ou plus exactement était devenu officiel. Il importe d’ajouter qu’entre 1920 et le début des années 1940, la plupart des publications non-universitaires sur les Japonais du Brésil véhiculaient ouvertement des conceptions biologiques et raciales. Des personnalités influentes du milieu politique brésilien comme le médecin et politicien Miguel Couto (1865-1934), le journaliste Vivaldo Coracy (1882-1967), l’avocat Teotônio Monteiro de Barros (1901-1974), Antonio Carlos Pacheco e Silva (1898-1988), Arthur Neiva (1880-1943), le sociologue Arthur Hehl Neiva (1909-1967) et Antônio Xavier de Oliveira (1884-1953) étaient les porte-voix de ces idées. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, certaines publications eugénistes comme Le péril japonais (1942) de Vivaldo Coracy et Sélection sociale – campagne antijaponaise (1942) de Miguel Couto devinrent populaires parmi les milieux lettrés paulistes. Les activités de Miguel Couto sont emblématiques de la xénophobie raciste alors en vogue. Celui-ci fut en effet l’organisateur du premier congrès brésilien d’eugénisme (1929), il fut président de l’Académie nationale de médecine et membre de la Constituante en 1934, où il déclara : « L’expansionnisme japonais, celui que Mussolini a appelé “l’impérialisme dynamique du Japon” obéit à un ordre invariable – infiltration, constitution de sphères d’influence, absorption ; ou si vous préférez, immigration, contagion, japonisation [...] » (Leão Neto 1989 : 94).

  • 3  Selon Giralda Seyferth : « L’entrée du Brésil dans la guerre à partir de 1942 envenima les relatio (...)

13Le fascisme fut une référence encore plus oppressive dans la vie des immigrants pendant l’Estado Novo. Au cours de cette période, le gouvernement Getúlio Vargas entreprit une « campagne de nationalisation » civile et militaire, au nom de la défense de la culture brésilienne et de la préservation de l’identité nationale. Cette campagne visait la brésilianisation totale des immigrants installés dans le pays, principalement des groupes qui étaient considérés comme difficilement assimilables voire inassimilables en raison des caractéristiques saillantes de leur culture. Certaines expressions à caractère raciste ou xénophobe comme « le péril sémite », « le péril jaune », « le péril allemand », devinrent populaires dans la presse, intégrant le lexique du discours politique sur l’immigration. De manière plus dramatique, les régions du Brésil considérées péjorativement comme des « bastions germaniques », des « bastions nippons », des « kystes raciaux », des « kystes ethniques », firent l’objet d’interventions gouvernementales et militaires directes, considérées comme des mesures de sécurité nationale3.

14Une des stratégies de la famille Saito pour faire face à cette conjoncture consista à investir dans l’éducation de leur aîné, Hiroshi. Dès 1933, Torao Saito demanda une aide financière à l’administrateur du domaine Serra Azul, où sa famille travaillait dans la culture du coton, afin que son fils puisse aller étudier à l’école pratique d’agriculture M’Boy. Fondée en 1931, cette institution qui avait son siège dans la capitale de l’État de São Paulo, fut saluée par Bruno Lobo, défenseur du métissage, dans De Japonais à Brésilien (1932). Comme l’avait noté ce fervent partisan de l’immigration japonaise, l’école était ouvertement « assimilationniste », et avait pour objectif la formation d’une élite technique et spécialisée apte à administrer les colonies agricoles des immigrants japonais. On y enseignait aux jeunes colons d’un niveau scolaire équivalant au lycée, l’histoire et la géographie du Brésil, les langues portugaise et japonaise, la législation et la comptabilité agricole, les arts militaires, l’agriculture en général et d’autres disciplines. Bien que n’ayant pas le niveau scolaire requis pour être admis, puisqu’il avait seulement fait l’école primaire en entier, Hiroshi Saito intégra l’institution grâce à l’intervention de son patron et se distingua par ses excellents résultats. Au cours de ces trois années à l’institut, le jeune colon acquit une pleine maîtrise de la langue portugaise, ce qui était rare chez les immigrants japonais de l’époque, et il se rapprocha de la culture brésilienne. Enfin, il put bénéficier dès sa première année au Brésil d’un contact avec la grande ville, à la différence de la grande majorité de ses compatriotes, puisque près de 87,2 % de la population d’origine japonaise travaillait dans le secteur agricole en 1940 (Saito 1961). Par conséquent, lorsque ses parents commencèrent à avoir des problèmes de santé à la fin de cette décennie, il savait que São Paulo était plus riche en opportunités de travail bien rémunéré que les plantations de café et de coton de l’intérieur de l’État.

15Quoiqu’il en soit, c’est seulement en 1941, après quatre ans de travail harassant dans les champs, que le jeune immigrant se fixa à São Paulo et commença à travailler à la Chambre de commerce du Japon dirigée par Senichi Hachiya, commerçant prospère et figure de proue de la colonie japonaise. En raison de l’amitié qui naquit entre les deux hommes, mais aussi de la rare maîtrise du portugais manifestée par Saito, l’entrepreneur devint le grand mentor d’Hiroshi dans sa vie professionnelle et intellectuelle. Pendant les dures années de la guerre notamment, il aida la famille de Saito à migrer à São Paulo, la sauvant de la misère lorsqu’en 1942 la fabrique familiale de cigares fit faillite. Au cours de ces années, le directeur de la Chambre de commerce l’engagea comme professeur de portugais de sa fille, comme secrétaire particulier, et à partir de 1947, il finança ses études à l’École libre de sociologie et politique.

  • 4  Initialement, les réunions du Doyokai avaient lieu les samedis chez Hachiya lui-même ou chez d’aut (...)

16La place privilégiée de Hachiya parmi les immigrés japonais de classe moyenne et supérieure, ses relations avec les rares entrepreneurs, commerçants et professionnels libéraux existants dans la colonie, et même avec la diplomatie japonaise, permirent à Saito d’accéder à un nouveau groupe de sociabilité, dont l’association appelée Doyokai (Groupe du samedi). Celle-ci réunissait tous les jeunes intellectuels issei (immigrés japonais) et nikkei (leurs descendants) de l’époque pour discuter de la place des Japonais et de leurs descendants dans la société brésilienne4. Dans cette nouvelle atmosphère, Saito, qui était alors traducteur, put contribuer à la renaissance de la « presse japonaise » dans les premières années de l’après-guerre et devenir une voix toujours plus renommée, influente et polémique dans l’opinion publique du milieu danissei.

« Les Antinippons » : la « page brésilienne » du Jornal Paulista

17Au cours de l’année 1947, Hiroshi Saito découvrit son autre vocation : le journalisme. La nouvelle constitution promulguée l’année précédente permit de nouveau la publication de périodiques en langue étrangère, stimulant la réorganisation de la presse japonaise, bâillonnée pendant presque une décennie. Ainsi, le 1er décembre 1946 paraissaient le São Paulo Shimbun, le Nanbeijiji et Brasil Jihô, et le 1er janvier de l’année suivante le Jornal Paulista (Handa 1987 : 666). L’investissement de l’étudiant en sociologie dans la rédaction du périodique révèle que celui-ci se préoccupait des plus importantes questions communautaires de l’après-guerre, qu’il transformerait plus tard en programme de recherche fort original.

18Le Jornal Paulista était le principal organe du petit groupe appelé « éclairé » ou « défaitiste » par la communauté japonaise de São Paulo. On appelait ainsi ceux qui acceptaient la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, la considérant comme une opportunité pour effectuer la critique du nationalisme autoritaire de l’empire japonais, et pour repenser la relation entre le pays d’origine et ses sujets éparpillés dans le monde. Il s’agissait là de prises de position éminemment polémiques dans la communauté japonaise. En 1952, sept ans après la fin de la guerre, l’anthropologue japonais Seiichi Izumi a conduit une étude de terrain auprès d’un échantillon de 637 personnes dans les colonies japonaises de São Paulo, du Paraná, du Pará et de l’Amazonas. Associée aux données des régions du sud, cette étude a montré que seulement 14 % des personnes affirmaient être « défaitistes » ou « éclairées », 28 % était des « fanatiques », qui n’admettaient toujours pas la défaite et 56,9 % des « durs » (Izumi 1973 : 363). Cette catégorie majoritaire est intéressante, car bien qu’elle admettait la défaite, elle considérait la propagande autour de la reddition du Japon comme une insulte aux traditions japonaises, à la figure de l’empereur et à ses compatriotes. En ce sens, nous pouvons dire que l’orientation idéologique du Jornal Paulista déplaisait à plus de 80 % des immigrants japonais.

19En effet, la fin de la guerre fut vécue de manière très particulière par les immigrants japonais. La grande majorité d’entre eux avait quitté leur pays d’origine avec l’espoir de revenir dès qu’ils seraient parvenus à gagner suffisamment d’argent pour garantir la stabilité économique de leur famille. Les tensions existantes entre les immigrants et l’État brésilien pendant la guerre – emprisonnements arbitraires, interdiction de s’exprimer en japonais dans les lieux publics, confiscation des radios et sabotage des journaux écrits en japonais, fermeture des écoles privées, surveillance par le biais de la police politique (DEOPS) – créèrent dans les colonies japonaises un climat d’insécurité et d’isolement, renforcé par les différences linguistiques et culturelles. Cette conjoncture donna lieu à la formation de plusieurs associations secrètes, dont la plus célèbre était la Shindô Renmei (Ligue du chemin des sujets ou de ceux qui suivent les directives impériales) fondée le 15 août 1945.

20Le principal objectif de cette organisation était la préservation des coutumes et des valeurs japonaises au Brésil. Pour ce faire, l’association prônait la fidélité absolue à l’empereur du Japon, la restauration des écoles japonaises, la construction d’une grande Asie orientale sous l’égide du Japon, ainsi que la chasse aux « défaitistes », comme étaient appelés les immigrants japonais qui rendaient publique la nouvelle de la défaite de leur pays natal. On peut mesurer la prépondérance de cette idéologie dans la colonie japonaise à travers l’estimation suivante : en 1946 la Shindô Renmei aurait compté plus de 100 000 membres sur environ 240 000 immigrants (Dezem 2000 : 75, Handa 1987).

Hiroshi Saito suivait tous ces événements tandis qu’il tentait de surmonter une situation embarrassante pour lui. Secondé par ses amis Kenjiro Massuda et Goro Hashimoto, il éditait dans sa cave avec les moyens du bord des petits bulletins d’information qui avaient pour finalité d’expliquer les conditions de la défaite du Japon, initiative qu’il appelait nishiki undoo (mouvement de persuasion). La publication de ces brochures était financée par M. Hachiya. En raison de leur activité, ils furent tous trois menacés de mort pendant cette période. (Castro 1994 : 111)

21Le Jornal Paulista constituait une réaction critique à l’expansion de l’ultra nationalisme, défendant ouvertement l’intégration à la société et à la culture brésiliennes comme moyen d’ascension sociale des Japonais et de leurs descendants au Brésil. L’équipe qui fonda ce périodique était composée du traducteur José Yamashiro (éditorialiste), de Hideo Onaga (rédacteur en chef), de Massaki Udihara (éditorialiste), de Shuichi Takeuchi (directeur), de Yoshiomi Kimura (rédacteur en chef de la partie japonaise) et de Tokuya Hiruta (gérant). Leur pourvoyeur de fonds était Kenkiti Simomoto, fondateur de la Coopérative agricole de Cotia et l’un des plus importants entrepreneurs de la colonie japonaise (aa vv 1992 : 181).

22Certains membres avaient dès les années 1930 été impliqués dans des incidents polémiques parmi les immigrants. La participation de José Yamashiro comme combattant de la force publique de São Paulo à la Révolution Constitutionnaliste de 1932, avait défrayé la chronique, et avait même été mentionné par le journal O Estado de S.Paulo, qui rapporta dans l’article « À Cedro – dans la colonie japonaise » le témoignage du paysan japonais Riukiti Yamashiro sur l’implication de son fils dans la guerre civile : « Comme Brésilien et Pauliste, il a obéi à un instinct naturel en prenant les armes pour défendre son État » (O Estado de S. Paulo 1932). Le médecin et éditorialiste du Jornal Paulista, Massaki Udihara, eut une conduite plus radicale encore : il combattit du côté brésilien contre les armées de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale.

23Ces informations figuraient à la première page du Jornal Paulista, rédigé entièrement en portugais conformément aux exigences du rédacteur en chef Hideo Onaga, qui pour sa part ne parlait pas portugais. La position du groupe s’affirmait à travers le choix même de la langue. Dès la première édition intitulée « Pour commencer... », les rédacteurs se donnèrent pour objectif principal de ne pas faire de leur journal « l’organe d’information de la colonie japonaise, mais de l’intégrer également à la grande famille de la presse brésilienne » (Jornal Paulista 1947a). Dès la deuxième édition, on pouvait lire des reportages intitulés « Démocratie raciale », à propos de familles brésiliennes, qui souhaitaient prendre en charge l’éducation d’enfants japonais. C’était la preuve que la « tendance générale du Brésil est de recevoir à bras ouverts tous les étrangers et de vivre en harmonie avec eux et leurs descendants, sans se préoccuper de leurs origines ». Et plus loin, on lançait encore : « [le peuple brésilien] peut dès lors s’enorgueillir d’être l’un des peuples les plus démocratiques sinon le plus démocratique du monde » (Jornal Paulista 1947b). Il s’agit donc d’une utilisation culturelle particulière du mythe bien connu de la démocratie raciale brésilienne, dans le but de combattre le nationalisme exacerbé de nombreux immigrants japonais.

24Les attentes des « éclairés » concernant la reconstruction du Japon constituent un autre aspect notable. L’éditorial du 25 janvier 1947, « Un Japon moderne et démocratique » était d’accord avec la voie tracée par le militaire Mac Arthur pour le pays : « Nous aurons bientôt un Japon libre. Libre notamment de la puissante influence des militaires qui l’ont précipité dans la guerre ». Et appelant les citoyens japonais à prendre en main les rênes du pays, l’éditorialiste clamait : « Il faut maintenant que les Japonais, qui ont connu les humiliations du totalitarisme et connaissent à présent les possibles joies de la démocratie, se tiennent en alerte, veillant à la défense des droits qu’ils viennent de conquérir » (Onaga 1947b).

25Ces prises de position, qui déplurent certainement à nombre d’immigrants vivant dans le sud-est du pays, valurent au Jornal Paulista et à ses rédacteurs d’être catalogués comme « antinippons ». Le rédacteur en chef, Hideo Onaga, répondit aux accusations de manière ambiguë : « Sincèrement, je récuse cette qualification absurde. Pourquoi antijaponais ? Je suis fils de Japonais, mon visage est marqué par les traits qui caractérisent ma race. ». Quelques paragraphes plus loin, il avoue sur le ton de la confidence : « Je ne suis pas Japonais, c’est vrai. Je ne me sens pas Japonais. Mais comment être japonais, quand on est né au Brésil, et qu’on ne connaît du Japon que ce qu’on en a vu et entendu parler ? » (Onaga 1947a).

26Hiroshi Saito apparut pour la première fois dans les pages du Jornal Paulista le 15 février 1947 avec un article intitulé « Tabous déchus ». Il y décrivait, selon les principes de la « sociologie moderne », « le triste spectacle offert par les Japonais “fanatiques”, qui ignorent la dure réalité, s’accrochant obstinément à leurs croyances mystiques, et usent de la violence » (Saito 1947a). Le problème était fort grave, car à cette date seize personnes avaient été assassinées par des activistes de la Shindô Renmei, le dernier meurtre remontant à un peu plus d’un mois.

27Cet article était novateur par rapport à la critique d’Hideo contre le « fanatisme ». En effet, selon Saito, les incidents terroristes pouvaient faire l’objet d’une explication scientifique, à savoir, sociologique. Pour comprendre ces incidents, il fallait prendre en compte le fait que tout groupe social possède un ensemble de mœurs, de règles, de traditions et de tabous importants assurant sa cohésion et déterminant le comportement des individus. L’étude objective de ces mécanismes sociaux constituait la clé pour résoudre les principaux problèmes de la population d’origine japonaise de l’après-guerre :

Sans aucun doute, la croyance dans la divinité de l’empereur, le mythe de l’invincibilité japonaise et d’autres idées mystiques composaient les principes « moraux » les plus inviolables du peuple japonais [...] et le sont toujours pour les fanatiques [...]. Il se trouve que les « mœurs » ne peuvent pas être remplacés ou modifiés du jour au lendemain, car ce processus est graduel. Qu’est-ce qui se passe pour les « fanatiques » ? Ils ne veulent pas renoncer à ces croyances anciennes (actuelles pour eux), car ils ne trouvent pas de valeurs de rechange suffisamment satisfaisantes pour être érigées en nouveaux modèles de comportement. Il faut bien comprendre ce point. Il est indispensable de les « éclairer ». Néanmoins, ce n’est pas suffisant. Il ne faut pas seulement qu’ils reconnaissent leur défaite. Il faut leur imposer une orientation, une rééducation, en leur indiquant une voie, plus ample, plus démocratique.
La modification des « mœurs » occasionnée par la défaite du pays, la première en mille ans d’histoire, constitua un bouleversement profond, si profond qu’il provoqua des déséquilibres mentaux chez plus d’un.
Les répercussions au Japon furent du même ordre. Des circonstances locales ont modifié leur expression extérieure. Mais il s’agit au fond de la même chose : un fort déséquilibre provoqué par une altération des « mœurs ». Ce qui le prouve amplement, ce sont les tendances que l’on constate actuellement : la pratique effrénée des orgies, qui désorganisent les bases traditionnelles de l’ordre familial, l’instabilité sociale et l’augmentation vertigineuse du nombre de suicides et de crimes en tout genre. (Idem, ibidem)

28On entrevoit dans cette longue citation les principaux thèmes de recherche développés par Hiroshi Saito au fil de sa carrière universitaire : le problème de « l’assimilation » et de « l’acculturation » des Japonais, l’instabilité sociale et le déséquilibre mental, la question du suicide chez les immigrants, les conflits de l’après-guerre et d’autres encore. Tous ces thèmes renvoient à un projet politique destiné à « éclairer », à « rééduquer » les nisseis, à tracer « une voie plus ouverte, plus démocratique », en d’autres termes à réaliser une pleine intégration dans la société brésilienne. A cet égard, la sociologie est plus qu’une science, c’est une forme efficace et objective d’intervention politique dans la vie des immigrants d’origine japonaise. Elle renvoie à cette responsabilité collective qu’Hiroshi Saito a essayé d’assumer lorsqu’il est entré à l’École libre de sociologie politique. Cette même année, il était arrivé aux conclusions suivantes :

Autant que je sache, il n’existe pas à ce jour de nisseis qui soient disposés à étudier le processus d’acculturation de l’immigration japonaise, études d’importance vitale pour régler les problèmes auxquels sont confrontés issei et nissei. Ce constat est bien entendu déplorable. (Saito 1947b)

Sociologie de l’immigrant : l’institutionnalisation des études sur les Japonais du Brésil

29En mai 1947, le célèbre sociologue Emílio Willems et Hiroshi Saito, alors jeune journaliste, publièrent dans la revue Sociologia l’article « Shindô-Renmei : un problème d’acculturation ». Le début de leur collaboration est incertain, mais tout indique que l’immigrant japonais était l’un des informateurs du sociologue au début de la décennie.

  • 5  Entretien avec Katsunori Wakisaka, 5 avril 2012.
  • 6  Au nombre de ces recherches, qui constituent les premiers efforts d’analyse sociologique de la col (...)
  • 7  Voir : Redfield, Robert, Linton, Ralph & Herskovits, Melville J. (1936).

30Ce texte, bien que peu connu, peut être considéré comme un jalon important dans les études menées dans les années 1940 sur l’immigration et « l’assimilation des populations marginales ». Tout d’abord, c’est la première fois qu’un immigrant japonais publie dans une revue spécialisée en sciences humaines à une époque où ce groupe était très peu présent à l’université5. Cet article marque la reprise des recherches institutionnelles sur l’acculturation des Japonais, recherches initiées par Emílio Willems au cours des premières années de la Seconde Guerre mondiale aux côtés de Herbert Baldus, d’Egon Schaden, et d’autres chercheurs et élèves liés à l’ELSP et à la faculté de philosophie, sciences et lettres de l’USP6. Ces recherches s’intéressaient aux théories modernes sur le processus d’acculturation et d’assimilation des groupes sociaux, théories développées par les sociologues de l’École de Chicago et par l’anthropologie américaine. En opposition avec l’eugénisme, ces théories affirment le caractère non-inné des valeurs culturelles, mettant en évidence la manière dont les groupes humains distincts qui partagent et se disputent les mêmes ressources sociales acquièrent, transforment ou perdent leurs coutumes et leurs habitudes les plus profondément enracinées7.

  • 8  Selon Villas Bôas, son expérience en tant qu’immigrant constitue l’une des sources subjectives de (...)

31Il convient de signaler que Willems, lui aussi immigrant8, était fort engagé dans le débat public sur ce thème, soit par le biais de grands journaux comme O Estado de S. Paulo ou des périodiques spécialisés comme la Revista Imigração e Colonização (Nucci 2010). En 1945, l’auteur avait affirmé dans la Revista de Estudos Pedagógicos que « des termes comme “kyste”, “enkystement”, “affinité ethnique”, “inassimilabilité”, “mixibilité”, et d’autres prononcés par des sociologues béotiens avaient pour effet d’impressionner le public » (Willems 1945 : 173). Ils attaquaient ainsi frontalement l’idéologie eugéniste dans le débat sur l’immigration. Sur un autre front, dans un entretien au Jornal Paulista, Emílio Willems assuma « scientifiquement » le projet de la minorité « défaitiste » : « étant donné que l’assimilation est un processus irréversible, ces tentatives pour “sauvegarder” certains éléments de la culture japonaise sont inutiles, constituant même un handicap à la vie pratique » (Jornal Paulista 1947c). Ainsi, lorsque les auteurs écrivirent leur article inaugural sur la Shindô Renmei, ils possédaient des affinités qui dépassaient de loin le simple intérêt sociologique.

32Ces affinités apparaissent sans ambiguïté dans le texte. Elles se manifestent à travers leur éloge de la réussite de l’immigration japonaise, la condamnation univoque des mesures anti-immigration de l’Estado Novo, la dénonciation du fascisme de la Shindô Renmei. Mais elles apparaissent surtout lorsque les auteurs essaient d’identifier les raisons de la défaite politique et idéologique des immigrants japonais les plus « intégrés » à la société brésilienne. Prenant le contre-pied de ses objectifs déclarés, l’article se demandait pourquoi le groupe des « éclairés », qui avait échoué à faire admettre la vérité quant à la situation du Japon d’après-guerre, était si peu représentatif, malgré ses bonnes intentions universalistes. La réponse était fort originale :

D’une manière générale, on ne prend pas beaucoup de risque en affirmant que les classes dirigeantes de nombreux centres économiquement prospères et relativement bien adaptés étaient sinon franchement favorables à l’assimilation (ce qui n’était pas courant), du moins favorables à une solution de conciliation. Celle-ci consistait, comme chez les immigrants d’autres origines, à conserver certains éléments culturels japonais et à adopter de manière sélective les modèles brésiliens. C’est précisément cette classe modérée que les mesures policières et les interventions de l’Estado Novo destituèrent de leur position dominante dans les compagnies de colonisation, les coopératives, les clubs agricoles, sportifs et d’autres institutions communautaires. Cette classe perdit ainsi le prestige dont elle jouissait dans la colonie japonaise. À la place s’imposa ou plutôt tenta de s’imposer un courant composé de nationalistes extrémistes, d’intellectuels et d’ex-officiers, qui étaient arrivés en côtoyant des immigrants de classes « inférieures ». Certains avaient immigré parce qu’ils avaient échoué dans leur carrière professionnelle, d’autres parce qu’ils voulaient échapper aux conséquences de graves fautes commises au Japon, d’autres encore étaient de simples aventuriers comme on en trouve dans toute colonie d’immigrants. Bien que certains fussent « bien-nés », ils n’atteignaient généralement pas un statut qui correspondait à leur attente. Ils représentaient dans les divers centres les éléments les moins adaptés, mécontents et instables, enclins à retourner dans leur ancienne patrie, puisqu’ils ne pouvaient pas réaliser leurs ambitions dans leur nouveau pays. (Willems & Saito 1947 : 142)

33La richesse de la solution analytique était tributaire de la capacité et de la profondeur avec lesquelles l’explication sociologique incorporait les angoisses et le point de vue du natif. La déroute idéologique du groupe des « défaitistes » était présentée comme découlant de la conjonction entre d’une part l’attaque de l’Estado Novo contre la classe des issei et nissei les plus « modérés », « adaptés » et favorables à l’assimilation, et d’autre part, le déséquilibre implicite de la condition sociale de l’immigrant. Emílio Willems a fourni le schéma théorique qui a permis à l’étudiant de sociologie de comprendre que ses ennemis, « les leaders les plus extrémistes des mouvements anti-assimilationnistes sont en règle générale des éléments inadaptés ou ayant échoués économiquement, désireux de revenir au pays d’origine, mais dans des conditions qui leur assurent un statut social qu’ils ne peuvent pas atteindre dans le pays d’adoption » (Idem :  152). Une découverte analytique qui permettait à Hiroshi Saito de mettre en forme scientifiquement les préoccupations du groupe nommé « les éclairés ». La campagne contre le « fanatisme », menée dans les pages du Jornal Paulista, devait à présent se concrétiser par une étude sur les causes « de l’inadaptation collective » et par une enquête sur les expériences sociales, qui permirent aux immigrants d’atteindre le statut souhaité dans le pays d’adoption.

34L’atmosphère intellectuelle de l’ELSP facilitait la réalisation de ce projet. Les activités du professeur Donald Pierson, fondateur en 1941 de la section des études du troisième cycle au sein de l’École, projet unique en son genre pour les sciences sociales brésiliennes, renforça dans le pays, à travers la formation scientifique des chercheurs, le modèle du sociologue professionnel voué à l’investigation empirique (Limongi 1989). La revue Sociologia était l’organe qui présentait les principaux résultats de ce projet universitaire, organe dans lequel, juste après avoir été formé, Hiroshi Saito publia « Le Suicide chez les immigrants japonais et leurs descendants dans l’État de São Paulo » (1953) et, en collaboration avec Seiichi Izumi, « Recherche sur l’acculturation des Japonais du Brésil » (1953).

35Au mois de septembre 1952, Saito fit la connaissance de l’anthropologue japonais Seiichi Izumi, de l’Institut de culture orientale de l’université de Tokyo. L’intellectuel était venu au Brésil dans le but de réaliser une étude sur le processus « d’assimilation » des descendants de Japonais dans un contexte où la polarisation entre immigrants « fanatiques » et « défaitistes » était encore visible. Ce fait ne manqua pas d’attirer son attention. L’enquête, financée par l’UNESCO, était intitulée « Méthodologie pour une étude sur la tension inter et intracommunautaire chez les immigrants japonais au Brésil ». À cette occasion, Hiroshi Saito et l’anthropologue Nobue Miyazaki devinrent les assistants d’Izumi, menant des études de terrain dans les foyers de concentration de descendants japonais dans les États de São Paulo, du Paraná, du Pará et d’Amazonas (Castro 1994).

  • 9  Entretien réalisé avec Koichi Mori, 21 octobre 2011.

36Ces six mois de recherches avec Seiichi Izumi constituèrent une expérience déterminante pour la carrière universitaire d’Hiroshi Saito. Selon l’anthropologue Koichi Mori, son ancien élève : « Jusqu’à ce qu’il rencontre Izumi, il ne savait pas encore très bien s’il serait universitaire ou journaliste, mais après cette rencontre, Saito opta pour l’université »9. En effet, le contact avec Izumi lui permit également de se rapprocher des chercheurs et des universitaires japonais, et lui donna la possibilité de publier des articles universitaires dans des périodiques étrangers.

Photo : Centre de documentation de la FESPSP (digitalisation Centre de recherches en sciences sociales, FESPSP). Dossier Hiroshi Saito, 2009. Séminaire de troisième cycle d’anthropologie et de sociologie (salle du professeur Müller), à l’occasion duquel Hiroshi Saito (à droite) présente les résultats de ses travaux réalisés en Amazonie (novembre 1956)

37En 1954, à l’âge de 35 ans, Saito entreprit un mestrado en sciences sociales à l’ELSP sous la direction de Donald Pierson, qu’il termina en 1956. Au cours de cette période de formation universitaire, l’auteur proposa d’effectuer des recherches sur « le problème de la stratification sociale dans les communautés d’immigrants », comme en témoigne l’examen final du cours, ou « Séminaire sur l’organisation sociale au Brésil », du 17 novembre 1954 (Centre de documentation de la FESPSP). C’était le premier travail individuel de recherche, où il commence à interpréter la réalité qu’il avait vécue jusqu’alors comme immigrant, au moyen des références théoriques et des outils d’analyse auxquels il avait été sensibilisé.

38Les résultats de ses recherches de mestrado furent publiés dans une série de cinq articles dans la revue Sociologia entre août 1954 et octobre 1955. Par la suite, en 1964, ses écrits furent réunis dans un livre intitulé Le Coopératisme et la communauté. Le cas de la Coopérative Agricole de Cotia, divisé en deux parties : la première rassemble les cinq articles en question et la seconde présente les résultats d’une nouvelle recherche commandée par la Coopérative elle-même et réalisée entre 1961 et 1962.

39Son intérêt pour l’objet de la recherche, la Coopérative agricole de Cotia (CAC), fondée en 1927 par des immigrants japonais dans l’intérieur de l’État de São Paulo, dépassait le simple fait que celle-ci était un des projets de coopérative les plus importants et les plus représentatifs à cette époque, au Brésil. Le fondateur et président de la CAC, Kenkiti Simomoto, était très proche de Saito, et le cercle d’amitiés de l’auteur incluait des employés et des directeurs de cette organisation. L’indéniable réussite économique était une donnée attrayante, car elle pouvait être considérée comme une preuve de l’adaptation des Japonais au Brésil.

40Dans la préface de son livre, Donald Pierson soutient l’hypothèse selon laquelle il y aurait eu « transplantation » d’un complexe culturel donné (à savoir le coopératisme agricole japonais) dans un autre espace. Il en aurait été de même pour les éléments qui permirent ou facilitèrent « l’incorporation » du groupe social japonais à la société brésilienne. Une telle conception privilégie l’existence de contacts entre groupes aux caractéristiques et coutumes différentes.

41En affirmant que ces contacts débouchaient sur un processus « d’acculturation », Saito considérait que les formes sociales internes de l’organisation des Japonais – où l’associationnisme prend une place considérable – possédaient des fonctions spécifiques qui étaient progressivement en train de s’effacer. Suivant son interprétation, les changements expérimentés au sein de la CAC indiqueraient donc que la population japonaise « s’intégrerait » progressivement à la société brésilienne, à savoir, qu’elle « cesserait d’être une population d’immigrants » (Saito 1964 : 168).

42Il existe un double aspect social dans l’expérience de la CAC : le succès de l’organisation coopérativiste japonaise dans l’État de São Paulo et les problèmes découlant de la possible acculturation de la population immigrante de seconde génération. De par ce double aspect, cette coopérative constitue un cas empirique qui s’est imposé d’emblée au sociologue, soucieux de construire et légitimer un récit positif sur l’expérience migratoire du groupe. Il convient de souligner que les références théoriques et les outils d’analyse de Saito, tributaires dans une large mesure des auteurs de l’École de Chicago, lui permettaient de soutenir la thèse de « l’adaptation » réussie des Japonais et, par conséquent, de défendre scientifiquement la possibilité d’une cohabitation sociale, en dépit des préjugés existants.

43La première partie du livre intitulé « Le coopératisme dans la région de Cotia » analyse le développement du coopératisme au Japon par rapport aux formes d’organisation rurale de cette société, l’immigration japonaise au Brésil et la structure de la famille rurale, les caractéristiques géographiques de la commune de Cotia et la fondation de la CAC. La seconde partie, intitulée « La coopérative et la communauté », propose des analyses développées après la fin de sa dissertation. Écrite entre 1961 et 1962, celle-ci étudie six régions où la CAC opérait (Nova Esperança et Joaquim Távora, dans l’État du Paraná et Santo Anastácio, Biguá, Campinas et Ibiúna dans l’État de São Paulo), analysant les changements liés à l’accroissement de la coopérative. Enfin, l’auteur établit une typologie permettant d’analyser les formes « d’intégration » ou de « non intégration » des membres de la coopérative à l’organisation communautaire.

44Saito a étudié les transformations de la CAC, lesquelles se sont accentuées avec l’élargissement de ses activités et son accroissement. Ces changements concernent le « système de comportement » des membres de la coopérative, principalement chez les enfants d’immigrants, qui ne reproduisent plus les modèles culturels de leurs pays, cessant par là même de participer au fonctionnement de la « communauté ethnique » :

En premier lieu, il faut évoquer le processus de transformation qui touche les communautés japonaises en zone rurale. Au cours de cette recherche, nous avons pu étudier ce phénomène de transformation dans ses multiples aspects. Au risque de contrarier ceux qui mettent peu de confiance dans la nouvelle génération, il est vraisemblable que la cause principale de cette transformation réside dans l’augmentation du nombre de nissei, enfants nés au Brésil, dont les aptitudes suppriment ou du moins atténuent la « difficulté » des immigrés à manier la langue et à se familiariser avec les us et coutumes du pays. En somme, la communauté d’origine japonaise dans son processus de rapprochement et de fusion avec la société dominante, dépend de moins en moins des raisons qui déterminaient autrefois l’action collective et la vie en commun des membres d’une même ethnie. Il est évident que plus cette dépendance diminue, plus le pouvoir coercitif de la communauté sur ses individus faiblit. [...]
Ainsi, les immigrants cessent, ou sont sur le point de cesser d’être des « immigrants » à mesure qu’ils s’émancipent du statut qui les définissait par le passé. L’établissement des relations économiques avec le « monde extérieur » exigeait en effet un certain nombre de conditions. Celles-ci étant amenées à disparaître, la fonction sociale de la communauté ethnique d’origine japonaise devait inévitablement subir un profond changement. (Idem : 167-168)

45À la fin des années 1950, les nombreuses publications dans des revues spécialisées, nationales et internationales, ainsi que les relations nouées avec les chercheurs japonais, principalement Seiichi Izumi, ont permis à l’auteur d’être reconnu professionnellement au sein du milieu universitaire. Ses arguments pro-intégrationnistes reçurent ainsi la caution qu’il désirait tant leur donner. Cependant, Saito ne pouvait plus compter sur l’appui de Donald Pierson, qui était définitivement parti aux États-Unis en 1955. Ce départ signifiait la perte de moyens financiers, fournis principalement par la Fondation Rockfeller.

46Dans l’intervalle, entre ses recherches de mestrado et son doctorat, Saito réalisa plusieurs échanges et développa les recherches, aussi bien dans des États du Brésil comme le Mato Grosso, Bahia et le Paraná (1954), qu’à l’étranger, au cours de voyages en Bolivie et au Pérou (1955), en Italie et enfin aux États-Unis (1957), à l’invitation de Seiichi Izumi. Il importe également de souligner sa constante participation aux réunions du groupe Doyokai et sa contribution à l’organisation de la première manifestation universitaire en sciences sociales sur la question de l’immigration japonaise en 1956, le « Premier panorama nippo-brésilien sur : 1) les recherches sur les communautés au Japon et au Brésil ; 2) les recherches sur l’assimilation des immigrants au Brésil ».

47La constitution sous l’égide de Seiichi Izumi d’un réseau international de spécialistes de l’immigration japonaise lui a permis de poursuivre des recherches doctorales en économie (1957-1959) à l’université de Kobe. Dès lors, Saito imprima une autre direction à ses textes, les caractéristiques culturelles japonaises n’étant plus les seuls facteurs d’explication. L’auteur incorpora ainsi les thèmes de stratification, de mobilité sociale et économique dans ses recherches, comme dans l’article « Les changements d’occupation et de statuts dans un groupe d’immigrants » (1960b). Au cours de ces années, une telle étude sur les changements de professions chez les Japonais du Brésil était encore inédite. Saito occupait une position d’avant-garde, connaissant les conceptions américaines sur la stratification sociale, comme celles de Seymour Martin Lipset, Reinhard Bendix et Marvin Harris.

48Dans sa thèse de doctorat considérée comme la principale œuvre de l’auteur, Le Japonais du Brésil – étude sur la mobilité et la fixation, Saito définit ainsi les objectifs de son travail : « Dans l’étude proposée ici, nous chercherons à mettre en relief les facteurs économiques, en recourant à certains concepts qui sont propres à ce domaine et qui ne sont guère utilisés dans les études spécifiquement sociologiques » (Saito 1961 : 14). En utilisant des données sur les immigrants japonais, collectées dans diverses régions du pays entre 1952 et 1959, l’auteur a construit deux classifications en vue de son analyse : l’une est relative aux diverses phases de l’immigration japonaise au Brésil et l’autre aux étapes du processus de mobilité sociale de cette population.

49La première de ces classifications divise l’immigration japonaise au Brésil en trois grandes périodes (1908-25, 1926-41 et 1953-60), chacune d’elles se caractérisant par une relation spécifique entre le volume du flux migratoire et les subsides de l’État. Ces « phases » révéleraient les caractéristiques institutionnelles du flux migratoire. Selon cette étude, les conditions ayant permis les changements de statut et d’occupation des immigrants japonais auraient été créées au tournant de la première et de la deuxième période. Ces changements s’expliqueraient principalement par deux facteurs : 1) le remplacement des subsides du gouvernement de São Paulo par ceux du gouvernement japonais, 2) les changements opérés dans « l’univers mental » des immigrants, à savoir, la décision de se fixer au Brésil.

50Bien qu’il insiste sur ces facteurs pour étayer sa démonstration, Saito n’omet pas les conditions économiques de l’ensemble de la société brésilienne. Les « conditions historiques et écologiques » de la société en question joueraient également un rôle important, comme l’existence dans l’État de São Paulo d’une économie caféière en plein développement, un régime de propriété foncière ayant subi de fortes modifications et l’arrivée, après 1925, d’immigrants avec des caractéristiques différentes de leurs prédécesseurs.

51S’agissant de la seconde classification, créée spécialement pour l’analyse de la mobilité sociale, Saito énumère trois étapes (1908-30, 1931-42 et 1943-59). En décrivant l’établissement de contingents d’immigrants dans de nouvelles zones agricoles, l’auteur a observé un important phénomène de changement d’occupations professionnelles, les colons devenant notamment commerçants, métayers et propriétaires fonciers.

52Ainsi, selon l’auteur, les phases de mobilité géographique suivirent le rythme de la mobilité des zones rurales vers les centres urbains. Après la Seconde Guerre mondiale notamment, cette mobilité a coïncidé avec le changement de profession (Idem : 163). Ceci définit « le triple aspect », comme l’appelle Saito, de la mobilité des Japonais. La distinction analytique entre aspects interne et externe de la « communauté ethnique japonaise » se fonde sur la mobilité sociale de cette population. Selon lui, ces caractères auraient été importants au sein de la société réceptrice, aussi bien du point de vue culturel que du point de vue des activités économiques réalisées par les immigrants.

Graphique 1 – Schéma sur la mobilité du Groupe A durant la période 1914-54
(10 familles, 32 personnes)

Graphique 1 – Schéma sur la mobilité du Groupe A durant la période 1914-54 (10 familles, 32 personnes)

Source : Saito 1961: 199

53Le graphique ci-dessus illustre le modèle créé par l’auteur pour étudier la mobilité des immigrants japonais, modèle qu’il a appliqué à plusieurs échantillons de familles nippones. Disposés en série de dix ans, les individus de A à J (groupe A) sont étudiés en fonction de la mobilité entre les zones rurales (colonne « Áreas » : Araraquara, Paulista, Noroeste, Sorocabana, Subúrbios/banlieues de São Paulo, Cidade/ville de São Paulo et Paraná) et en fonction de leur changement de statut professionnel au fil du temps (Colon, Arrendatário/Métayer, Propriétaire, Commerce, Industrie, professions libérales). Pendant les années 1940, les immigrants ne possédaient plus le statut de colons, ayant accédé à la condition de métayers ou commerçants au cours des années 1920 et 1930, puis à celle de propriétaires terriens ou commerçants.

54Pour Saito, suivant les analyses résultant de son modèle, l’immigration japonaise pourrait être analysée en fonction de grandes phases historiques, chacune ayant ses propres spécificités. Il en arrivait à la conclusion suivante : le changement de statut économique nécessaire à l’intégration sociale des immigrants se produisait en un temps court et à un rythme accéléré. Les positions idéologiques des « éclairés » se trouvaient donc confirmées par les faits : « avec le mûrissement de la nouvelle génération, davantage façonnée par les modèles comportementaux de la culture brésilienne que par ceux du Japon, la communauté japonaise ne peut plus à ce stade être considérée comme “étrangère” ». (Idem : 225)

Considérations finales

55Hiroshi Saito permit d’assurer la pérennité des études in locu sur l’expérience migratoire des Japonais du Brésil, comme le souhaitait Emílio Willems. Sa production universitaire obtint une incomparable reconnaissance publique, de telle sorte que Saito fut considéré comme une référence pour les études sur les minorités, comme le montre le texte suivant d’Antonio Candido « La sociologie au Brésil », publié en 1959 :

Les études sur l’acculturation sont également menées à bien, quoique à petite échelle. Les recherches dans ce domaine ne sont pas parues en livre, mais ces études exercent sur les sociologues un attrait, qui est attesté par les nombreux articles de revue et par les recherches actuellement en cours, comme celles de Florestan Fernandes sur les Syriens, celles de Vicente Unzer de Almeida et Hiroshi Saito sur les Japonais. (Candido 2006 [1959] : 299)

  • 10  Comme l’affirme Simões, l’ex-directeur de l’institution : « le flux des fonds américains fut inter (...)

56En 1958, l’auteur avait déjà assumé la fonction de professeur au Japon, à l’invitation du Research Institute for Economics and Business Administration tout juste inauguré. Peu après son doctorat, Saito revint au Brésil pour enseigner cinq matières en licence de sciences sociales à l’ ELSP et pour diriger le cours de troisième cycle, officiant au sein de cette institution jusque dans les années 1970. Mais tandis qu’il vivait le point culminant de sa carrière, il connut le début du déclin de l’ELSP, qui n’était pas parvenu à conserver son équilibre financier, ni à s’adapter à l’apparition d’autres programmes de troisième cycle dans son domaine. L’École ne réussit pas plus à s’acclimater aux changements survenus dans l’enseignement supérieur sous la pression de la dictature militaire10. Selon Hugo, le fils de Saito, le départ de son père de cette institution était liée à des questions financières, car le budget familial était affecté par les retards de paiement (Castro 1994).

  • 11  Entretien réalisé avec Koichi Mori, 21 octobre 2011.

57À la fin des années 1970, Saito possédait déjà une importante bibliographie : près de 37 articles et 4 livres en japonais, 25 articles et 2 livres en portugais. En outre, il occupa le poste de professeur associé de l’Université de Floride aux États-Unis. Son œuvre revêt une grande importance institutionnelle au cours des années 1940, 1950 et 1960 pour la légitimation d’un programme de recherche consacré à l’analyse des impasses de l’immigration japonaise. Cependant, cette œuvre ne garantit pas à son auteur une position stable dans le champ des études sociologiques. À l’issue de sa carrière, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, Saito enseignait dans un département de Communications de l’Université de São Paulo. Il était donc en marge de l’axe dynamique de la sociologie brésilienne. C’est pourquoi l’auteur songeait sérieusement à revenir au journalisme et à consacrer son énergie à l’élaboration de programmes d’échange culturel entre le Brésil et le Japon11.

58Bien que ce ne soit pas l’objectif de notre article, on peut suggérer une série de facteurs afin d’expliquer pourquoi le rôle de Saito dans la formation de la sociologie brésilienne demeure méconnu. Parmi ces facteurs, il y a le déclin institutionnel de l’ELSP et les transformations internes dans le domaine de la sociologie, initiés par les revues Anhembi (1950-1962) et Revista Brasiliense (1955-1964), qui véhiculaient une série de critiques contre les études sur les minorités. En outre, ces deux revues étaient marquées par la présence croissante de courants sociologiques liés aux travaux de Florestan Fernandes, qui les utilisait comme « caisse de résonance » pour légitimer son projet universitaire sur la formation de la société de classes dans le Brésil moderne (Jackson 2004 : 267). Les critiques adressées aux études sur les minorités rendirent progressivement obsolètes les arguments de Saito – qui resta fidèle jusqu’à la fin de ses jours au « problème de l’assimilation et de l’acculturation ».

59Son départ en 1968 pour l’Université de São Paulo exprime les efforts du sociologue japonais pour tenter de surmonter cette nouvelle situation. Cependant, la faculté de Lettres, philosophie et sciences humaines ne reconnut pas son doctorat obtenu à l’université de Kobe, ce qui l’obligea à enseigner ses matières à l’École de communications et d’arts, le déviant de l’axe dynamique de la production sociologique pauliste. Hiroshi Saito mourut le 31 octobre 1983, laissant inachevés les manuscrits de la nouvelle thèse qu’il préparait en vue de faire reconnaître son titre de docteur par son université.

Haut de page

Bibliographie

Aa vv, 1992. Uma Epopéia Moderna: 80 Anos da Imigração Japonesa no Brasil. Comissão de Elaboração da História dos 80 Anos da Imigração Japonesa no Brasil, São Paulo, Hucitec & Sociedade Brasileira de Cultura Japonesa.

Baldus, Herbert & Willems, Emilio, 1941. « Casas e túmulos japoneses no vale do Ribeira de Iguape ». Revista do Arquivo Municipal, São Paulo, lxxvii, p. 121-135.

Baldus, Herbert & Willems, Emilio, 1942. « Cultural Change Among Japanese Immigrants in Brazil in the Ribeira Valley of Sao Paulo ». Sociology and Social Research, 26, 6, p. 525-537, juin.

Bôas, Gláucia Villas, 1997. « A recepção da sociologia alemã no Brasil: notas para uma discussão ». BIB, 44, 73-80, 2e semestre.

Bôas, Gláucia Villas, 2000. « De Berlim a Brusque, de São Paulo a Nashville – a sociologia de Emílio Willems entre fronteiras ». Tempo Social, 12, 2, p. 171-188, novembre.

Candido, Antonio, 2006 [1959]. « A Sociologia no Brasil ». Tempo Social, 18, 1, p. 271-301, juin.

Castro, Marco Luiz de, 1994. « Entre o Japão e o Brasil: a construção da nacionalidade na trajetória da vida de Hiroshi Saito ». Dissertation de mestrado, Campinas, Unicamp.

Coaracy, Vivaldo, 1942. O Perigo Japonês (ensaio publicado no Jornal do Commercio de abril a junho de 1942). Rio de Janeiro, José Olympio.

Couto, Miguel, 1942. Seleção Social – Campanha antinipônica. Rio de Janeiro, Irmãos Pongetti Editores.

Dezem, Rogério, 2000. Shindô Renmei: terrorismo e repressão. São Paulo, Arquivo do Estado & Imprensa Oficial.

O Estado de S. Paulo, 1932. « Em Cedro – entre a Colônia Japoneza ». année lvii, no 19 287, 19 septembre, p. 3. http://acervo.estadao.com.br/ (consulté le 7 mai 2012).

Handa, Tomoo, 1987. O imigrante japonês: História de sua vida no Brasil. T. A. Queiroz.

Izumi, Seiichi, 1973. « A Estrutura Psicológica da Colônia Japonesa ». In H. Saito & T. Maeyama (coord.), Assimilação e integração dos Japoneses no Brasil. São Paulo, Vozes & Edusp, p. 361-385.

Jackson, Luiz Carlos, 2004. « A sociologia paulista nas revistas especializadas (1940-1965) ». Tempo Social, 16, 1, p. 263-283.

Jornal Paulista, 1947a. « Começando... », année 1, no 1, 1er janvier, p. 1.

Jornal Paulista, 1947b. « Democracia Racial », année 1, no 2, 4 janvier, p. 1.

Jornal Paulista, 1947c. « Condicionada a integração do nissei à sua participação na vida social brasileira » (entretien avec Emílio Willems), année 1, no 32, 29 avril, p. 1.

Kumasaka, Yorihiko & Saito, Hiroshi, 1973. « Kachigumi: uma desilução coletiva entre os japoneses e seus descendentes no Brasil ». In H. Saito & T. Maeyama (coord.), Assimilação e integração dos japoneses no Brasil. São Paulo, Vozes & Edusp, p. 448-464.

Limongi, Fernando, 1989. « A Escola Livre de Sociologia e Política em São Paulo ». In S. Miceli (coord.), História das Ciências Sociais no Brasil v. 2. São Paulo, Vértice, p. 217-233.

Lobo, Bruno, 1932. De japonez a brasileiro (adaptação e nacionalisação do immigrante). Rio de Janeiro, Typ. do Dep. Nacional de Estatística.

Müller, Antonio Rubbo & Saito, Hiroshi (coord.), 1956. Memórias do I Painel Nipo-Brasileiro. Estudos de Antropologia Teórica e Prática, São Paulo, Escola de Sociologia e Política de São Paulo, no 3A, t. i.

Neto, Valdemar Carneiro Leão, 1990. A crise da imigração japonesa no Brasil (1930-1934) – Contornos diplomáticos. Brasília, Fundação Alexandre de Gusmão & Instituto de Pesquisa de Relações Internacionais.

Nucci, Priscila, 2010. Os intelectuais diante do racismo antinipônico no Brasil: textos e silêncios. São Paulo, Annablume.

Onaga, Hideo, 1947a. « Anti-Nipônico ». Jornal Paulista, année 1, no 7, 21 janvier, p. 1.

Onaga, Hideo, 1947b. « Um Japão moderno e democrático », année 1, no 8, 25 janvier, p. 1.

Redfield, Robert, Linton, Ralph, & Herskovits, Melville J., 1936. « A memorandum for the Study of Acculturation ». American Anthropologist, 38, p. 149-152.

Saito, Hiroshi, 1947. « Tabús destronados ». Jornal Paulista, année 1, n° 14, 15 février, p. 1.

Saito, Hiroshi, 1947b. « As modificações somáticas dos descendentes de japoneses ». Jornal Paulista, année 1, no 18, 5 mars, p. 1.

Saito, Hiroshi, 1953. « O suicídio entre os imigrantes japoneses e seus descendentes no Estado de São Paulo ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 15, 2, mai, p. 109-130.

Saito, Hiroshi, 1954. « O cooperativismo na região de Cotia: estudo de transplantação cultural (I) ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 16, 3, août, p. 248-283.

Saito, Hiroshi, 1955a. « O cooperativismo na região de Cotia: estudo de transplantação cultural (ii) ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 17, 1, mars, p. 56-71.

Saito, Hiroshi, 1955b. « O cooperativismo na região de Cotia: estudo de transplantação cultural (iii) ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 17, 2, mai, p. 163-195.

Saito, Hiroshi, 1955c « O cooperativismo na região de Cotia: estudo de transplantação cultural (iv) ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 17, 3, août, p. 254-268.

Saito, Hiroshi, 1955d. « O cooperativismo na região de Cotia: estudo de transplantação cultural (v) ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 17, 4, octobre, p. 355-370.

Saito, Hiroshi, 1958. « Alguns aspectos da adaptação de imigrantes japoneses no Brasil ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 20, 4, octobre, p. 451-462.

Saito, Hiroshi, 1960a « A família do imigrante japonês para o Brasil ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 22, 1, mars, p. 12-28.

Saito, Hiroshi, 1960b. « Mobilidade de ocupação e de status de um grupo de imigrantes ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 22, 3, septembre, p. 241-253.

Saito, Hiroshi, 1961. O Japonês no Brasil: estudo de mobilidade e fixação. São Paulo, Ed. Sociologia e Política.

Saito, Hiroshi, 1964. O cooperativismo e a comunidade. Caso da Cooperativa Agrícola de Cotia. São Paulo, Ed. Sociologia e Política.

Saito, Hiroshi, (coord.), 1980. A Presença Japonesa no Brasil. São Paulo, Editora Universidade de São Paulo.

Saito, Hiroshi, & Ikushina, Yoshiro, 1958. « Estudos sobre o Brasil e América Latina no Japão ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 20, 2, mai, p. 222-232.

Saito, Hiroshi, & Izumi, Seiichi, 1953. « Pesquisa sobre a aculturação dos japoneses no Brasil ». Sociologia: revista dedicada à teoria e pesquisa nas Ciências Sociais. Escola de Sociologia e Política de São Paulo, 15, 3, août, p. 195-209.

Saito, Hiroshi, & Maeyama, Takashi (coord.), 1973. Assimilação e integração dos japoneses no Brasil, São Paulo, Vozes & Edusp.

Sakurai, Célia & Coelho, Magda Prates (coord.), 2008. Resistência e integração: 100 anos de imigração japonesa no Brasil, IBGE.

Seyferth, Giralda, 1997. « A assimilação dos imigrantes como questão nacional ». Mana: estudos de antropologia social, 3, 1, avril, p. 95-131.

Simões, Júlio de Assis, 2009. « Um ponto de vista sobre a trajetória da Escola de Sociologia e Política » In Id., Í. Kantor & D Maciele. A Escola Livre de Sociologia e Política: anos de formação 1933-1953. São Paulo, Ed. Sociologia e Política, p. 35-42.

Willems, Emílio, 1945. « Assimilação e Educação », Revista Brasileira de Estudos Pedagógicos, iv, ii, p. 173-181.

Willems, Emílio, 1948. « Aspectos da aculturação dos japoneses no Estado de São Paulo ».FFCL-USP/Boletim lxxxii - Antropologia no 3, São Paulo.

Willems, Emílio, & Saito, Hiroshi, 1947. « Shindô-Renmei: um problema de aculturação ». Sociologia: revista didática e científica. São Paulo, 9, 2, p. 133-152.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions le professeur Luiz Carlos Jackson de nous l’avoir signalé dans la séance du 9 novembre 2011 du séminaire « Sociologie, politique et histoire » à l’Université de São Paulo.

2  Pour une étude détaillée de ce problème, voir : Leão Neto (1989).

3  Selon Giralda Seyferth : « L’entrée du Brésil dans la guerre à partir de 1942 envenima les relations entre les deux pays, car dès lors allait s’intensifier le processus de “nationalisation” des immigrants (et de leurs descendants) allemands, italiens et japonais – transformés également en “ennemis potentiels de la patrie” » (Seyferth 1997 : 97).

4  Initialement, les réunions du Doyokai avaient lieu les samedis chez Hachiya lui-même ou chez d’autres membres. Ses membres les plus distingués étaient, outre Saito : le peintre Tomoo Handa, le sociologue Zempati Ando, le philosophe Katsunori Wakisaka, le sociologue Takashi Maeyama, entre autres. Par la suite, fut créé à l’initiative de ce groupe le cercle des études en sciences humaines de São Paulo, ancêtre de l’actuel Centre d’études nippo-brésiliennes créé en 1965. Des informations sont disponibles sur le website du Centre d’études nippo-brésiliennes : http://www.cenb.org.br.

5  Entretien avec Katsunori Wakisaka, 5 avril 2012.

6  Au nombre de ces recherches, qui constituent les premiers efforts d’analyse sociologique de la colonie japonaise du Brésil, figurent également les articles parus dans les années 1940, « Maisons et tombeaux japonais dans le Vale do Ribeira de Iguape » (1941) en collaboration avec Herbert Baldus, pour la Revista do Arquivo Municipal, et « Cultural Change Among Japanese Immigrants in Brazil » (1942), également en collaboration avec Herbert Baldus, publié aux États-Unis dans la revue Sociology and Social Research. D’autres résultats recueillis à la même époque vinrent au jour en 1948 avec la parution de l’ouvrage Aspectos da Aculturação dos Japoneses no Estado de São Paulo (1948), entièrement écrit par le sociologue allemand.

7  Voir : Redfield, Robert, Linton, Ralph & Herskovits, Melville J. (1936).

8  Selon Villas Bôas, son expérience en tant qu’immigrant constitue l’une des sources subjectives de l’originalité et de la fécondité intellectuelle d’Emílio Willems. Pour plus de détails, voir Bôas 2000 : 172-73.

9  Entretien réalisé avec Koichi Mori, 21 octobre 2011.

10  Comme l’affirme Simões, l’ex-directeur de l’institution : « le flux des fonds américains fut interrompu également à cette époque, à cause du maccarthysme. Tout le long des années 50, l’ELSP a perdu ses meilleurs professeurs et élèves, attirés par des institutions plus dynamiques et pluralistes. Les années qui suivirent se caractérisent par la présence de quelques professionnels notables dans le corps enseignant de l’ELSP. Malgré tout, cette dernière ne faisait plus partie de l’élite universitaire de São Paulo et a été exclue du processus de modernisation de l’enseignement supérieur qui eut lieu principalement dans les années 70, au moment où s’est établi le modèle actuel de troisième cycle dans le domaine des sciences humaines. L’ESP a ainsi fini par perdre son accréditation comme programme de troisième cycle, dans les années 80. » (Simões 2009 : 42)

11  Entretien réalisé avec Koichi Mori, 21 octobre 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo : Centre de documentation de la FESPSP (digitalisation Centre de recherches en sciences sociales, FESPSP). Dossier Hiroshi Saito, 2009. Séminaire de troisième cycle d’anthropologie et de sociologie (salle du professeur Müller), à l’occasion duquel Hiroshi Saito (à droite) présente les résultats de ses travaux réalisés en Amazonie (novembre 1956)
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Graphique 1 – Schéma sur la mobilité du Groupe A durant la période 1914-54 (10 familles, 32 personnes)
Légende Source : Saito 1961: 199
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matheus Gato de Jesus et Gustavo Takeshy Taniguti, « Sociologie de l’immigrant : Hiroshi Saito et l’institutionnalisation des études sur les Japonais du Brésil (1940-1960) », Brésil(s), 2 | 2012, 201-224.

Référence électronique

Matheus Gato de Jesus et Gustavo Takeshy Taniguti, « Sociologie de l’immigrant : Hiroshi Saito et l’institutionnalisation des études sur les Japonais du Brésil (1940-1960) », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/632 ; DOI : 10.4000/bresils.632

Haut de page

Auteurs

Matheus Gato de Jesus

Matheus Gato de Jesus est doctorant en sociologie de l’Université de São Paulo (USP).

Gustavo Takeshy Taniguti

Gustavo Takeshy Taniguti est doctorant en sociologie de l’Université de São Paulo et chercheur au Laboratoire d’études sur l’ethnicité, le racisme et la discrimination (LEER-USP).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals