Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Green, James N., 2010. We Cannot Remain Silent: Opposition to the Brazilian Military Dictatorship in the United States

Durham, NC, Duke University Press, 468 p.
Amy Chazkel
p. 227-230
Référence(s) :

Green, James N., 2010. We Cannot Remain Silent: Opposition to the Brazilian Military Dictatorship in the United States. Durham, NC, Duke University Press, 468 p.

Notes de la rédaction

[trad. brésilienne (2009) : Apesar de vocês: Oposição à ditadura militar nos EUA, 1964-85. São Paulo, Companhia das Letras].

Texte intégral

1James N. Green est un historien qui a toujours eu des liens étroits avec le Brésil, comme chercheur, mais aussi antérieurement comme militant des droits de l’homme. En 1998, durant un colloque, il dut faire face à une désagréable question. Pourquoi, lui demanda-t-on, les universitaires états-uniens ont si peu fait pour dénoncer les atrocités du régime militaire brésilien entre les années 1960 et le début des années 1980 ? De fait, le gouvernement des États-Unis a soutenu le régime militaire et l’opinion publique américaine soit a fait de même, soit s’est désintéressée des problèmes politiques de l’Amérique latine. Toutefois, dans une étude réellement neuve sur l’opposition aux mesures militaires autoritaires au Brésil et aux États-Unis, Green change la donne : il dévoile les liens de solidarité qui se sont tissés entre, d’un côté les progressistes états-uniens – intellectuels, militants ou univer­sitaires – et, de l’autre, les Brésiliens qui protestaient contre les violences et la répression.

2Green propose dans son livre une histoire vraiment transnationale qui conduit le lecteur des événements survenant au Brésil aux réactions qu’ils engendrent aux États-Unis. Les intellectuels, les universitaires, le clergé et les autres militants qui réagirent à la répression au Brésil sont réinstallés dans le contexte du malaise croissant à l’égard de la politique états-unienne face aux dictatures militaires oppressives qui se succédèrent en Amérique latine, parti­culièrement après le coup d’état de 1973 au Chili. Du côté Nord-Américain, en retraçant les origines des organisations, des journaux, des réseaux activistes qui se développèrent partout dans le pays, l’auteur met en évidence la montée en puissance d’une sensibilité militante et des infrastructures qu’elle produisit. Les exilés brésiliens vivant aux USA ou ailleurs ont été une part cruciale de cette histoire. Les militants basés aux États-Unis sont entrés en contact avec les Brésiliens politisés et ont demandé à leur propre gouvernement de rendre des comptes à propos du soutien continu qu’il apportait au régime militaire brésilien.

3La structure innovante du livre renforce l’approche transnationale choisie par Green : le lecteur est invité à passer de chapters en capítulos. Dans ces derniers se déploie l’expérience des militants brésiliens que l’auteur connecte, dans les chapters, avec des histoires politiques et diplomatiques jusque-là ignorées et avec les trajectoires individuelles des militants installés aux États-Unis.

4L’ouvrage commence par la reconstitution des évènements qui, au Brésil, ont conduit au régime militaire. L’implication des USA au Brésil se fondait sur la théorie des dominos de la Guerre froide : la pauvreté d’un pays le rend réceptif à l’idéologie socialiste et le meilleur moyen d’empêcher le développement du communisme est de distribuer des aides financières internationales. Green a entrepris des recherches archivistiques de grande ampleur pour reconsidérer le rôle des États-Unis dans le coup d’État et dans les deux décennies de promulgation de lois militaires de plus en plus répressives qui en découlèrent. Le gouvernement américain avait soutenu l’éviction du président Goulart en 1964 mais avait toujours refusé de considérer le régime qui l’avait remplacé comme une dictature. Il avait engagé une campagne de désinformation pour cacher les tendances autoritaires du gouvernement brésilien et le rôle des États-Unis pour le soutenir et le prolonger. Du fait de la faible mobilisation politique de la gauche et du peu d’intérêt de l’opinion publique pour l’Amérique latine, le gouvernement des USA rencontra peu d’opposition à la poursuite de sa realpolitik de Guerre froide aux dépens des droits de l’homme au Brésil.

5À la fin des années 1960, après l’instauration de l’Acte institutionnel no 5 qui fut le moment de bascule vers la phase la plus répressive de la dictature, les universitaires américains lancèrent la première campagne réellement organisée pour protester contre les politiques autoritaristes du Brésil. Aux yeux de Green, les membres les plus radicaux du clergé des églises chrétiennes jouèrent un rôle aussi important. Les catholiques progressistes en particulier, en appelant avec la frange la plus radicale de l’Église à la « conscientisation » (développement de la conscience politique) plutôt qu’à l’anticommunisme, donnèrent aux protestations contre les dictatures de la région une impulsion décisive (p. 111). Ce mouvement de protestation, faiblement structuré, dénonça le gouvernement brésilien, l’abrogation des institutions démocratiques, la restriction de la liberté de parole et de rassemblement. Beaucoup de ces militants politiques transnationaux en vinrent à se focaliser sur l’usage systématique de la torture que le gouvernement brésilien continuait à nier. Green aborde la question de la torture des prisonniers politiques au Brésil avec une exceptionnelle sensibilité, parvenant à écrire un récit poignant qui évite tout sensationnalisme.

6Le régime militaire brésilien et ses soutiens d’un côté, les dissidents de l’autre, étaient engagés dans une violente guerre de communication. Les allégations de torture y jouaient un rôle décisif. La critique contre la dictature est montée graduellement en puissance aux États-Unis. Au milieu des années 1960, les parlementaires qui s’élevèrent contre l’aide militaire aux dictatures latino-américaines eurent peu d’écho. Toutefois, à la même époque, les éditorialistes commencèrent à prendre le gouvernement à parti, particulièrement après 1968. Green montre comment les autorités américaines tentèrent d’empêcher que les critiques contre le gouvernement brésilien ne fassent la une des journaux, prétextant que « cela rendrait très difficile pour toute administration de ce pays de poursuivre à ce niveau la coopération et l’assistance mutuelle » (p. 95). Le gouvernement brésilien aussi, se souciait de son image publique. Les recherches de Green montrent comment il surveillait les protestations aux USA. Le régime militaire intervenait directement sur la couverture journalistique dont il était l’objet à l’étranger en organisant, par exemple, des voyages luxueux pour des reporters américains triés sur le volet qui, ensuite, publiaient passivement des articles élogieux. De son côté, le réseau international des militants faisait sortir clandestinement du Brésil les informations sur la torture et les emprisonnements politiques, grâce à des documents qui étaient largement distribués à l’étranger. Green suggère que le régime militaire perdit finalement la bataille de la propagande en grande partie à cause de cet infatigable activisme. « Vues de manière rétrospective, explique Green, les campagnes menées en défense des prisonniers politiques brésiliens servirent de base pour des mouvements qui contestèrent les innombrables violations des droits de l’homme qui submergèrent l’Uruguay, le Chili et l’Argentine, lorsque des régimes militaires y prirent le pouvoir entre 1973 et 1976 » (p. 203).

7Ce livre ajoute aussi un important chapitre à l’histoire du développement du discours international sur les droits de l’homme. Bien que des organisations comme Amnesty International aient considéré le Brésil comme hors de leur champ d’action dans les années 1960, la bataille pour la diffusion internationale des informations sur la torture mit finalement ce pays au centre du débat sur les droits de l’homme. Ce furent les idées élaborées et codifiées à ce propos dans la décennie 1940 qui, en cette occasion, trouvèrent leur application.

8Tout au long de son ouvrage, Green n’hésite pas à reconnaître le caractère limité de l’engagement militant contre la dictature brésilienne sur le sol américain. Cependant il montre aussi que les protagonistes qu’il évoque, en dépit de leur nombre restreint, ont eu un impact indiscutable. Leurs « modestes efforts », en se cumulant, conduisirent à une transformation significative de la politique états-unienne à l’égard du Brésil et, plus largement, de l’Amérique latine. Compte tenu de l’influence des États-Unis, ils contribuèrent à la défaite des régimes autoritaires de cette région (p. 18).

9Green engage directement la discussion à propos de l’hypothèse souvent avancée que le néo-impérialisme états-unien mit au point son programme idéologique grâce au cas brésilien. Sans en refuser cette possibilité, l’auteur montre que cette histoire est beaucoup plus complexe et intéressante qu’un récit de l’impérialisme américain. De la même manière, le livre enrichit signifi­cativement notre compréhension de l’historiographie des recherches sur les aires culturelles aux États-Unis. Bien qu’indéniablement nées de l’anti­communisme et de l’impérialisme de la Guerre froide, les études latino-américaines y ont été aussi le fruit des mouvements protestataires radicaux des années 1960-70.

10Grâce à un grand nombre d’interviews, à une lecture perspicace de sources diverses, notamment diplomatiques et policières, Green tisse magistralement des récits singuliers et des trajectoires de vie avec des événements majeurs. Pour comprendre les décisions mûrement réfléchies de ne pas rester silencieux des militants brésiliens et de leurs camarades américains, il dévoile les contextes politiques, sociaux et culturels qui ont été les leurs. Leurs décisions, montre-t-il, continuent à faire écho jusqu’à aujourd’hui d’une manière dont les acteurs eux-mêmes n’étaient apparemment pas conscients.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amy Chazkel, « Green, James N., 2010. We Cannot Remain Silent: Opposition to the Brazilian Military Dictatorship in the United States », Brésil(s), 2 | 2012, 227-230.

Référence électronique

Amy Chazkel, « Green, James N., 2010. We Cannot Remain Silent: Opposition to the Brazilian Military Dictatorship in the United States », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/645

Haut de page

Auteur

Amy Chazkel

City University of New York, Queens College & Graduate Center

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals