Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alves, Maria Helena Moreira & Evanson, Philip, 2011. Living in the Crossfire – Favela Residents, Drug Dealers and Police Violence in Rio de Janeiro

Philadelphie, Temple University Press, 241 p.
Christophe Brochier
p. 230-231
Référence(s) :

Alves, Maria Helena Moreira & Evanson, Philip, 2011. Living in the Crossfire – Favela Residents, Drug Dealers and Police Violence in Rio de Janeiro. Philadelphie, Temple University Press, 241 p.

Texte intégral

1Ce livre est le résultat d’une enquête dirigée par Philip Evanson, professeur d’histoire à l’université Temple et par Maria Helena Alves, professeur de sciences politiques à l’université d’État de Rio de Janeiro et consultante pour diverses ONG. Son but est de proposer une description et une sorte de diagnostic des problèmes d’insécurité dans les favelas de Rio dus à la présence des trafiquants de drogue et à la répression policière du trafic. La recherche de terrain repose essentiellement sur des entretiens conduits par les auteurs entre 2007 et 2008 avec l’aide de José Valentin Palacios Vilches et Cristina Pedroza de Faria. Des habitants, des leaders communautaires, des policiers, des responsables du système régional de sécurité et des politiciens dont le président Lula ont été interviewés. Sur la soixantaine d’entretiens effectués par l’équipe, 18 sont partiellement retranscrits dans le livre et en constituent la part la plus substantielle. Deux des membres de l’équipe ont habité pendant 6 mois dans plusieurs favelas et disent avoir pratiqué l’observation participante, mais on ne trouve pas de compte-rendu de cette expérience dans le livre.

2L’ouvrage est composé de deux premiers chapitres donnant un aperçu très général de la vie dans les favelas et des problèmes d’insécurité pour les habitants, suivis de trois chapitres constitués d’extraits d’entretiens auprès d’enseignants, de leaders com­munautaires et d’habitants, destinés à montrer la réalité des violences subies mais aussi différents aspects du quotidien. Suit une seconde partie constituée d’un chapitre général sur l’organisation de la sécurité par les autorités au niveau de l’État de Rio de Janeiro et de deux chapitres de retranscriptions d’entretiens auprès de cadres de la police puis de politiciens de haut rangs dont le président de la République, l’ex-président, le ministre de la Justice, le gouverneur de l’État de Rio. La conclusion du livre est constituée d’une discussion des solu­tions possibles à appliquer pour résoudre les différents problèmes liés à l’action de la police dans les favelas.

3Il n’y a en fait guère de lien analytique entre les différents thèmes et types d’informations et la conclusion. Les auteurs sont essentiellement concentrés sur les exactions policières et ne cherchent pas à utiliser com­plètement les nombreuses données venant des entretiens pour réaliser une analyse sociologique ou anthro­pologique. Chaque participant aux entretiens donne sa vision des choses en décrivant plusieurs aspects de son quotidien ou ses opinions au sujet des problèmes des favelas et les auteurs n’indiquent pas comment le lecteur doit se servir de ces déclarations. Les policiers soulignent le manque de moyens et les efforts accomplis. Les politiciens mettent en avant les progrès réalisés, les habitants se plaignent de la violence et de l’oppression policière et délinquante et les auteurs insistent sur les exactions policières et l’absence relative de l’État. Comme il n’y a pas non plus de problématique claire au début du livre, on se trouve donc en face d’un document de type journalistique combinant des déclarations allant dans diverses directions et des chapitres d’analyse sous la forme d’une liste de « problèmes » et de « solutions possibles ».

4Ce livre n’est finalement ni un livre de sciences politiques ou de sociologie, ni un essai, ni un recueil de témoignages. Il permet cependant de revenir sur la façon dont le public informé et les journalistes peuvent envisager actuellement les problèmes de sécurité dans l’État de Rio. Il ne propose pas de dégager des catégories analytiques nouvelles ni des faits méconnus par le public lisant régulièrement les journaux. Comme souvent dans ce type de cas, ce sont les entretiens qui apportent le plus au lecteur, connaisseur du Brésil ou non, qui gagne toujours à écouter les témoignages des habitants des quartiers pauvres. Les informations concernant les différents types d’autorités parallèles et leurs liens avec le pouvoir politique sont particulièrement intéressantes mais demandent à être étayées. La perspective militante prise par le livre (du type de celle que l’on trouve dans les rapports d’ONG) laisse entrevoir, par contraste, le besoin d’une véritable enquête sociologique de grande ampleur permettant de prendre de la hauteur sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Alves, Maria Helena Moreira & Evanson, Philip, 2011. Living in the Crossfire – Favela Residents, Drug Dealers and Police Violence in Rio de Janeiro », Brésil(s), 2 | 2012, 230-231.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Alves, Maria Helena Moreira & Evanson, Philip, 2011. Living in the Crossfire – Favela Residents, Drug Dealers and Police Violence in Rio de Janeiro », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/648

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Université Paris 8/Laboratoire CREDA (IHEAL-Paris 3)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals