Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pontes, Heloisa, 2010. Intérpretes da metrópole: história social e relações de gênero no teatro e no campo intelectual, 1940-1968.

São Paulo, Edusp/Fapesp, 463 p.
Mônica Raisa Schpun
p. 232-233
Référence(s) :

Pontes, Heloisa, 2010. Intérpretes da metrópole: história social e relações de gênero no teatro e no campo intelectual, 1940-1968. São Paulo, Edusp/Fapesp, 463 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, résultat de sa Livre-Docência, Heloisa Pontes construit une problématique complexe et originale, réunissant une intersection de thèmes. Débutant par la constatation du processus de métropolisation de São Paulo dans l’après-guerre, l’auteur se focalise sur l’émergence de la vie intellectuelle et théâtrale de la ville dans ses formes modernes. Le moment fort du livre se trouve dans la dense reconstitution du deuxième axe identifié dans ce processus de métropolisation : l’épanouissement du théâtre paulistain. Les années 1940-60 ont été de fait marquées par la formation des premières troupes professionnelles de la ville, qui devient alors le pôle innovateur du théâtre brésilien.

2La vie intellectuelle comme l’univers théâtral, deux facettes marquante de l’urbanisation paulistaine, se développèrent en même temps que croissait la ville, comptant l’un comme l’autre sur la contribution de spécialistes étrangers alors présents à São Paulo. Dans le cas de la vie intellectuelle, il s’agit surtout des professeurs français venus dès 1934 pour la fondation de l’USP. Dans le cas du théâtre, il s’agit d’un nombre significatif de metteurs-en-scène et techniciens européens, aux formations les plus diverses, qui ont contribué de manière déterminante à la rénovation de la scène brésilienne. Dans les deux cas, São Paulo a bénéficié de cette présence étrangère qui a apporté un ingrédient de plus au cosmopolitisme déjà notable de la culture urbaine locale.

3Les deux premiers chapitres relèvent du registre de la sociologie des intellectuels, Heloisa Pontes comparant le Grupo Clima aux new-yorkais de la Partisan review, en fonction notamment des espaces urbains d’insertion de ces intellectuels et de l’environnement plus ou moins cosmopolite dont ils faisaient partie. Employant le genre comme catégorie analytique clé, Heloisa Pontes choisit ensuite trois femmes intellectuelles – Lúcia Miguel Pereira, Patrícia Galvão et Gilda de Mello e Souza – afin d’examiner, au sein de leurs parcours, les contrecoups qu’elles eurent à affronter alors qu’elles cherchaient à s’établir professionnellement.

4Les quatre chapitres suivants sont dédiés au théâtre. C’est dans cette seconde partie que les différents axes qui organisent le livre se rencontrent : l’organisation des troupes et du monde théâtral paulistain et la contribution déterminante des étrangers présents en ville. Au croisement de ces axes, Heloisa Pontes démontre la façon dont opère le genre, dans les relations professionnelles ou d’amour, mettant en contact directeurs, administrateurs et acteurs avec les grandes étoiles du théâtre brésilien. Mais la revue Clima ne disparaît pas pour autant des préoccupations de l’auteur, puisque la lecture de la scène théâtrale se faisait en dialogue constant avec la réflexion de Décio de Almeida Prado, critique de théâtre qui débute dans le métier en 1941, précisément dans la revue Clima. Témoin privilégié du boom qualitatif que connaît le théâtre paulistain dans les années qui suivent, il est à la fois source et personnage du livre.

5Le premier chapitre s’ouvre sur les figures de Louis Jouvet et Henriette Morineau, dont l’influence fut déterminante pour le processus de renouvellement de la scène théâtrale. Le premier travailla au Brésil en 1941-42, pendant la tournée qu’il fit en Amérique latine dans les années de l’Occupation. La seconde se trouvait déjà à Rio de Janeiro à l’époque, mais éloignée de la scène ; elle demeura au Brésil après la guerre. Faisant ses débuts à São Paulo, elle inaugure justement la scène qui marque la première la rénovation de la scène nationale : le Théâtre Brésilien de Comédie (TBC).

6Le chapitre suivant est consacré à Cacilda Becker, dont la carrière, débutée en 1941, coïncide avec celle de Décio de Almeida Prado. Le premier texte de ce dernier sur la comédienne date de 1943, avant qu’elle ne s’installe à São Paulo et domine la scène du TBC, de 1948 à 1957. Il fut, durant cette période, son « critique attitré », suivant l’auteur, et construisit son nom alors qu’il suivait, de sa plume, la carrière de Cacilda. Durant ces années, elle fut dirigée par quelques-uns des plus grands noms du théâtre paulistain, les étrangers là présents, comme le polonais Ziembinski et l’italien Adolfo Celi.

7Après Cacilda Becker, entrent en scène les autres stars : Fernanda Montenegro, Tonia Carrero, Nydia Licia, Cleyde Yáconis, Maria Della Costa, la plupart d’entre elles d’origine modeste, n’ayant que peu de formation scolaire et aucun apprentissage théâtral en dehors de la scène. Leurs carrières se construisirent parallèlement aux partenariats amoureux et professionnels qu’elles nouèrent et desquels il est impossible de séparer leur vie professionnelle et leur renom. Ainsi, Cacilda Becker eut en son mari Walmor Chagas un imprésario, un comédien qui lui donna la réplique, et le metteur-en-scène de spectacles dont elle était la protagoniste, dans la compagnie qu’ils fondèrent ensemble et qui prit le nom de l’actrice. Des partenariats similaires accompagnèrent les autres carrières féminines examinées : Maria Della Costa et Sandro Polloni ; Nydia Licia et Sérgio Cardoso ; Tonia Carrero et ses deux partenaires, l’acteur Paulo Autran et le directeur Adolfo Celi ; Fernanda Montenegro et ses partenaires du Teatro dos Sete ; Cleyde Yáconis et ses partenaires du TBC…

8Parcourant avec finesse et profondeur les carrières et performances de chacune de ces actrices, Heloisa Pontes dépeint de l’intérieur l’histoire du théâtre paulistain dans les années qui ont marqué sa rénovation. Cette histoire, peuplée par les étrangers arrivés dans la ville, procura aux femmes d’origine modeste qui se hissèrent sur les planches une possibilité de carrière et de prestige sans équivalent dans d’autres domaines.

9Les intellectuelles examinées au début de l’œuvre affrontèrent des obstacles bien supérieurs afin de se construire un nom et une carrière, bien qu’elles puissent compter, elles aussi, avec des partenaires dans le même champ. La manière différenciée dont ces femmes s’inscrivirent dans la vie intellectuelle et théâtrale de la capitale pauliste en marqua profondément la structure. Ces femmes, dont le parcours fut rendu possible par le processus accéléré d’urbanisation, l’alimentèrent en retour, participant pleinement du processus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mônica Raisa Schpun, « Pontes, Heloisa, 2010. Intérpretes da metrópole: história social e relações de gênero no teatro e no campo intelectual, 1940-1968. », Brésil(s), 2 | 2012, 232-233.

Référence électronique

Mônica Raisa Schpun, « Pontes, Heloisa, 2010. Intérpretes da metrópole: história social e relações de gênero no teatro e no campo intelectual, 1940-1968. », Brésil(s) [En ligne], 2 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/650

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals