Navigation – Plan du site
Dossier : Vies d'esclaves

Africain, esclave et roi Ignacio Monte et sa cour à Rio de Janeiro au XVIIIe siècle

African, slave and king: Ignacio Monte and his court in Rio de Janeiro, eighteenth century
Africano, escravo e rei: Ignacio Monte e sua corte no Rio de Janeiro, século XVIII
Mariza de Carvalho Soares
Traduction de Marlène Monteiro
p. 13-32

Résumés

Cet article dessine la biographie d’Ignacio Monte, un esclave africain venu de la «terre des Mahi » en Afrique de l’Ouest, actuel Bénin. Appuyé sur les archives ecclésiastiques du XVIIIe siècle conservées à Rio de Janeiro, le texte montre comment un esclave africain arrivé adulte au Brésil a reconstruit sa vie en captivité. Devenu barbier-saigneur, il a pu racheter sa liberté et être élu « roi des Mahi » en 1762. Sa biographie va bien au-delà de son histoire de vie. Elle éclaire notamment les sociabilités de toute une communauté dont l’identité s’est construite sur la base de son passé africain.

Haut de page

Notes de la rédaction

Commencée grâce à un financement du Harriet Tubman Centre, York University, Canada, cette enquête s’est poursuivie avec l’aide du Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq) grâce à une bourse de productivité en recherche. À York, j’ai bénéficié des innombrables suggestions de Paul Lovejoy et de Robin Law que je remercie pour leur constante sollicitude. Une version préliminaire de ce travail a été publiée dans Mariza de Carvalho Soares (2004).

Texte intégral

  • 1 D’après Robin Law (1991), les Mahi sont un peuple situé au nord du Dahomey, résultat du métissage d (...)
  • 2 Cette approche s’inspire de la lecture de la biographie de saint Louis (Le Goff 1996).

1Se revendiquant du genre biographique, cet article se propose de reconstituer quelques aspects de la vie d’un Africain né au xviiie siècle sur la terre des Mahi au nord de l’ancien royaume du Dahomey en Afrique occidentale, région appelée côte de la Mine par les Portugais à cette époque1. Ignacio Gonçalves do Monte – du nom sous lequel il fut connu au Brésil –débarqua en 1741 dans le port de Rio de Janeiro où il vécut jusqu’à sa mort, en 1783. J’ignore tout de son enfance, des circonstances dans lesquelles il devint esclave, ou encore de sa traversée de l’Atlantique. Le fait qu’il soit passé d’un continent à l’autre comme le caractère fragmentaire des informations le concernant interdisent toute biographie selon les codes aujourd’hui classiques de la micro-histoire. Sont tout autant exclues les approches plus larges propres à l’histoire atlantique dans lesquelles les personnages les plus prisés sont ceux qui croisent les mers en laissant de nombreuses traces de leurs mouvements sur les différents continents. Monte (de son nom d’usage) était déjà adulte – il avait probablement plus de quatorze ans – lorsqu’il arriva à Rio de Janeiro où il établit jusqu’à sa mort des liens forts avec la ville et les gens qu’il y rencontra. Les événements qui ont constitué son existence et dont ses contemporains ont gardé mémoire seront au cœur de cet essai2.

  • 3 Pour une description des ports d’embarquement d’esclaves dans le golfe du Bénin, voir Pierre Verger (...)

2Au début du xviiie siècle, le transport de l’or des mines du Minas Gerais vers Lisbonne par Rio de Janeiro fit de la baie de Guanabara, en retour, un important port de débarquement des esclaves destinés à l’exploitation minière. Les escales de la côte de la Mine (Costa da Mina) étaient déjà bien connues des commerçants bahianais depuis les années 1680 au moins3, mais ce fut pendant les premières années du xviiie siècle que s’établit la voie maritime reliant Rio de Janeiro à ces ports africains (Soares 2007). Il en était de même pour Salvador. Les débarquements de captifs effectués dans les deux villes brésiliennes ont varié selon les périodes mais l’une et l’autre ont continûment commercé avec les mêmes escales d’Afrique.

  • 4 Sur les « nations » et les « terres » à Rio de Janeiro, voir Soares (2004).

3À Rio de Janeiro, les Africains embarqués dans le golfe du Bénin furent connus comme de « nation mina », désignation à laquelle ils ajoutaient l’indication de la « terre » dont ils provenaient : mina-mahi, mina-savalu, mina-coura. Comme ils formaient un groupe minoritaire dans une ville où prédominaient les Africains issus de l’Afrique centrale occidentale (Angola et Benguela principalement), les Mina utilisèrent différentes stratégies pour faire face à leur condition minoritaire4. Le peuple mahi, parmi tant d’autres qui connurent l’esclavage, fut régulièrement attaqué entre la décennie 1730 et la fin de la traite atlantique. Pendant plus d’un siècle, il fut la cible de prédilection des Dahoméennes qui razziaient hommes, femmes et enfants et les vendaient dans les ports du littoral. Si Ignacio Monte se distingue de tous les autres esclaves mahi retrouvés dans les archives de Rio de Janeiro, Bahia et Minas Gerais, c’est parce qu’il fut le fondateur, à Rio de Janeiro, d’une congrégation « de nation » – la congrégation Mahi – dont il devint le premier roi, élu et couronné en 1762. Au-delà de cette singularité, sa vie peut être envisagée comme une introduction à la compréhension des formes de socialisation et d’organisation des Africains dans la ville de Rio de Janeiro au xviiie siècle.

  • 5 Sur les Africains mina dans les confréries catholiques, voir Soares (2000a).
  • 6 La principale source d’information sur cette congrégation est un manuscrit de la Bibliothèque natio (...)
  • 7 « Memórias públicas e econômicas da cidade de São-Sebatião do Rio de Janeiro para o uso do vice-rei (...)

4Parmi les différents processus de socialisation des esclaves africains au Brésil, l’un des mieux connus avait lieu dans les confréries catholiques. Elles rendaient possibles des expériences de vie collective fondées sur la revendication des identités ethniques que ces Africains pouvaient difficilement retrouver dans d’autres sphères de la société coloniale. À Rio de Janeiro ceux que l’on appelait les Angola se rassemblaient dans l’église du Rosário tandis que les Mina se dispersaient dans différentes petites chapelles ou autour de certains autels. Parmi les confréries mina, la plus riche était celle de Santo Elesbão et Santa Efigênia créée en 17405. Ce fut dans cette association que s’installèrent les Mahi et leur congrégation. En 1786, la congrégation Mahi comptait près de deux cents membres, hommes et femmes confondus6. Selon un recensement adressé au vice-roi Luiz de Vasconcellos (1779-1790), la population esclave de la ville pendant cette décennie atteignait près de 9 691 hommes et 7 113 femmes7. Avec un effectif de 200 membres environ, la congrégation représentait donc 1,2 % de la population esclave de la ville.

  • 8 En portugais, à cette époque, les termes gentio [gentil] et gentilidade [gentilité] étaient utilisé (...)
  • 9 Arquivo da Cúria Metropolitana do Rio de Janeiro [Archives de la Curie métropolitaine de Rio de Jan (...)
  • 10 Le testament, daté de 1763, a été enregistré avec l’acte de sépulture à sa mort en 1783 (ACMRJ, Liv (...)
  • 11 Acte d’affranchissement daté du 12 janvier 1757, 2º Ofício de Notas, RJ [2e bureau des actes notari (...)

5La première source archivistique dans laquelle apparaît le nom d’Ignacio Monte est son acte de baptême. Le 22 septembre 1742, un homme du nom de Domingos Gonçalves do Monte fit baptiser deux esclaves adultes dans l’église paroissiale Nossa Senhora da Candelária située dans le quartier du port de Rio de Janeiro. L’un fut baptisé sous le nom de José mina et l’autre d’Ignacio mina. Pour les esclaves africains gentios8 la conversion et le baptême marquaient leur insertion dans l’univers chrétien et dans la société coloniale (Soares 2011b). Le baptême fut par conséquent un événement déterminant dans la vie de cet homme, le point de départ d’une existence de cinquante-deux années dans la ville de Rio. Ignacio eut pour parrain José Gonçalves, esclave d’Antônio Gonçalves, et pour mar­raine Tereza, esclave de Domingos Francisco9. L’absence jusqu’à ce jour d’informations sur ces derniers laisse des lacunes irréparables dans la biographie de Monte. L’interprétation de son acte d’affranchissement daté de 1757 en donne un exemple. On y lit qu’un certain Antônio Gonçalves da Costa, barbier de son état, avait payé à Domingos Gonçalves 350 mille réis pour la liberté de l’esclave Ignacio. Je n’ai pas réussi à déterminer si Antônio Gonçalves (le maître du parrain d’Ignacio) et Antônio Gonçalves da Costa (l’intermédiaire) étaient la même personne. Le plus curieux est que Monte déclara dans son testament, rédigé en 1763, avoir payé lui-même ladite somme à son maître, omettant l’intervention de cet homme, qu’il fût ou non le maître du parrain10. La somme de 350 mille réis payée à vue en monnaie courante et pièces d’or et d’argent était élevée mais justifiée compte tenu des qualifications professionnelles de l’esclave : il était barbier-saigneur11. Il est possible qu’il n’ait pas disposé de la somme mentionnée au moment de sa manumission. Au Brésil, les confréries avaient coutume de payer les affranchissements avec ou sans indemnisation. Quoi qu’il en soit, si l’on en croit son testament écrit en 1763, il est certain que l’accès à la liberté d’Ignacio Monte en 1757 ne fut pas étranger à son élection comme roi des Mahi en 1762.

  • 12 Au sujet des nations mina au xviiie siècle, voir Soares (2004). Les Couranos ne sont pas connus sou (...)
  • 13 Base de données de la paroisse du Pilar, ID 103340, citée par Patrícia Porto de Oliveira (2003 : 11 (...)
  • 14 Sur les routes maritimes entre la côte de la Mine, Bahia et Rio de Janeiro, voir respectivement Pie (...)
  • 15  . Victoria a porté plusieurs noms au cours de sa vie ; ils sont tous cités dans son action en auto (...)

6Le 27 janvier 1742, on baptisa Victoria, « Noire mina courana », esclave de Domingos Correa Campos, dans l’église paroissiale de Nossa Senhora da Conceição de Vila Rica do Ouro Preto, capitainerie du Minas Gerais. Contrairement à Ignacio, désigné mina, Victoria fut enregistrée comme courana12. L’abbé qui rédigea l’acte de baptême prit le soin de noter que l’esclave avait environ vingt-cinq ans, qu’elle était « petite » et « bien faite de corps », et qu’elle avait le « visage scarifié à la mode de sa terre13. » Alors qu’Ignacio avait été envoyé directement à Rio de Janeiro où il demeura, Victoria avait débarqué en un lieu inconnu (Rio de Janeiro ou Bahia) d’où elle fut amenée dans le Minas Gerais14. Ignacio et Victoria sont probablement arrivés au Brésil à la même époque ou peut-être même ensemble. À une date inconnue et pour une raison que l’on ignore, Victoria se retrouva à Rio de Janeiro. Le 13 décembre 1755, deux ans avant l’affranchissement d’Ignacio, elle paya à Domingues Rabello de Almeida, son maître à ce moment-là, 180 mille réis pour son propre affranchissement15.

  • 16 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.
  • 17 Arquivo Histórico Ultramarino [Archives historiques d’Outre-mer dorénavant AHU], Lisbonne, Estatuto (...)

7Dès son arrivée à Rio de Janeiro, Victoria a fréquenté l’église de Santo Elesbão et Santa Efigênia dont elle était devenue paroissienne. Ignacio et Victoria se connaissaient donc depuis l’arrivée de Victoria et, peut-être, depuis plus longtemps. C’est en 1759 que furent publiés les bans de leur mariage dans la paroisse de Candelária. L’autorisation de mariage (habilitação matrimoniai) obligatoire à cette époque en droit ecclésiastique indique qu’ils étaient affranchis, baptisés, célibataires, originaires de la côte de la Mine et qu’il n’existait pas d’empêchement. La cérémonie eut lieu le 27 février à vingt heures. Monte vécut aux côtés de Victoria jusqu’à la fin de ses jours et mourut chez lui le 25 décembre 1783. Victoria accompagna son mari jusqu’à son décès et fut son exécutrice testamentaire16. Je n’ai pas réussi à localiser ni son acte de sépulture, ni son testament. Le dernier document dans lequel elle est citée date de 1788, elle avait alors déjà près de soixante-trois et fréquentait encore l’église de Santo Elesbão et Santa Efigênia17.

  • 18 BN-RJ, Regra ou estatutos

8En 1748, un autre Mahi, connu sous le nom de Francisco Alves de Souza, arriva à Rio de Janeiro en provenance de Bahia. On sait encore moins de choses sur lui. Je n’ai rien trouvé sur son baptême, son affranchissement ou son mariage et encore moins sur son acte de sépulture (ultérieur à 1800) ou sur son testament. J’ignore sa profession et qui fut son maître. La première évocation de Souza nous est donnée par lui-même dans le document mentionné plus haut de la Bibliothèque nationale du Brésil (1786), dont il est l’auteur et dans lequel il relate sa rencontre avec Ignacio Monte à l’église de Santo Elesbão et Santa Efigênia. Souza fut marié à Rita Sebastiana de Souza, savait lire et écrire, avait quelques connaissances de théologie et de philosophie, savait rédiger au moins quelques phrases en latin et était considéré comme « instruit » par ses compagnons de même nation18. Il fut l’« adjoint » de Monte entre 1748 et 1783 puis devint son successeur, ce qui n’alla pas sans conflits.

  • 19 La première série de documents comprend : 1) le statut de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Ef (...)

9L’exploration du mode de vie de ces trois Africains a permis de mieux comprendre l’insertion d’Ignacio Monte dans un groupe social et ethnique institutionnalisé – la congrégation Mahi – dont il fut le roi. Les vies de Monte, Victoria et Souza sont ici racontées conjointement parce qu’ils vécurent ensemble et apparaissent en même temps dans les documents trouvés. C’est donc en m’appuyant essentiellement sur ces archives, pour la plupart de nature ecclésiastique, que je présente ici un ample réseau de relations sous la direction d’Ignacio Monte, bien organisé, renforcé par des liens ethniques, religieux, professionnels, financiers et de parenté. La première série de documents, dispersée dans divers dépôts, concerne l’église et la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia. La seconde se compose d’actes de baptême, de mariage et de sépulture (dans lesquels sont inclus les testaments) de membres de la même confrérie et de la congrégation Mahi, ainsi que d’enquêtes d’autorisation de mariage, le tout étant conservé à l’Arquivo da Cúria Metropolitana do Rio de Janeiro.19

  • 20 ACMRJ, Livro de Batismo de Escravos da Freguesia da Sé da cidade do Rio de Janeiro [Registre de bap (...)
  • 21 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 22.

10La confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia fut fondée en 1740 par des Africains de la côte de la Mine, du Cap Vert, de São Tomé et du Mozambique, tous étant des groupes minoritaires face à la majorité déjà évoquée des Africains issus de la côte centrale occidentale en général appelés Angola. Parmi les fondateurs de cette confrérie se trouvait Pedro Costa, baptisé sous le nom de Pedro « natif de la côte de la Mine » le 12 septembre 1727. Son maître et parrain fut une éminente autorité coloniale, le Dr Manoel da Costa Mimozo, magistrat des cours suprêmes de justice (Desembargador Ouvidor Geral)20.La date et les circonstances du baptême permettent de déduire que Costa, tout comme Monte, était arrivé à Rio de Janeiro déjà adulte, vers 1726. Pedro Costa fut le premier roi de la congrégation Mina à laquelle Monte, Souza et Victoria s’affilièrent dès leur arrivée à Rio. Cette institution était dirigée par un groupe de Dâgomês (terme utilisé à l’époque au Brésil pour désigner les Dahoméens), ce qui laisse à penser que Costa était un des leurs. Un autre Dâgomê, Clemente Proença, lui succéda à sa mort21. À une date inconnue, Monte entra en conflit avec lui ; en 1762, il se rebella et rompit avec la congrégation ou en fut expulsé. C’est alors qu’il fonda la congrégation Mahi.

  • 22 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784. fo 442v-444.

11En 1762, Monte était déjà un homme affranchi, marié et bien installé, aussi bien au sein de la communauté qu’au dehors. Depuis son arrivée à Rio de Janeiro, il avait su tirer profit du réseau des relations de son maître mais aussi de celui des autres Mina pour devenir membre de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia, s’enrôler dans le régiment des Hommes noirs de la ville et apprendre le métier de barbier-saigneur. Il se livrait, de plus, à quelques autres trafics, achetant et revendant de temps à autre un esclave africain récemment débarqué. Son testament fait état de la vente d’un « négrillon » à Pitangui dans la capitainerie de Minas Gerais, ce qui montre que ses affaires dépassaient les limites de la ville et même de la capitainerie de Rio de Janeiro22.

  • 23 Les Mahi apparaissent pour la première fois dans les sources européennes en 1732 (Law 1991 : 19).

12La période de la vie d’Ignacio Monte dont il est ici question – entre les années 1740 et 1780 – est contemporaine de l’expansion du royaume du Dahomey qui fut à l’origine de nombreux conflits dans le golfe du Bénin23. La présence à Rio de Janeiro des Dahoméens et des Mahi, tous considérés comme Mina et réunis dans l’église de Santo Elesbão et Santa Efigênia, était l’une des conséquences de ces guerres et des razzias qui les accompagnaient : pour les hommes et les femmes qui en étaient les victimes, cela finissait presque toujours dans les ports de traite d’esclaves de l’Atlantique. À Rio, ils fréquentaient la petite église de la rue de l’Alfândega où ils apprenaient à vénérer saint Élesban, le saint patron des marins et hommes de mer qui les avaient déracinés. Il y a un apparent paradoxe dans ce regroupement au sein d’une même identité mina de gens issus de peuples qui se faisaient la guerre et qui, de plus, pratiquaient en commun le culte des saints protecteurs de leurs bourreaux. Je dis « apparent » parce que, sur leur terre de naissance tout comme à Rio de Janeiro, ces conflits n’excluaient pas des formes de sociabilité et même des alliances inattendues. Certains cas répertoriés dans l’historiographie africaniste montrent la complexité de cette relation. Tegbesu, roi du Dahomey de 1740 à 1774, fit décapiter son agau [chef militaire] qu’il soupçonnait de désertion au profit des Mahi, et pourtant son épouse qui était la mère de Kpengla – son fils et successeur – était mahi (Law 1991 : 328 ; Bay 1998 : 152). Quant à saint Élesban, il avait permis que non seulement les marins, mais aussi les esclaves parviennent en vie au terme du voyage. De plus, il était « noir », roi d’Éthiopie et héros de la guerre chrétienne contre les juifs, retiré dans un monastère où il mourut en sainteté (Oliveira 2008).

  • 24  Le premier récit détaillé sur les Mahi fut écrit en 1920 par J. A. M. A. R. Bergé, un administrate (...)

13Certes des conflits existaient dans la confrérie : les Mina ranimaient dans l’exil des antagonismes antérieurs. Les guerres entre Dahoméens et Mahi avaient débuté dans les années 1730 après que les premiers eurent conquis les principaux ports du littoral et occupé la côte. L’Histoire du Dahomey publiée en 1962 par Robert Cornevin réunit les informations disponibles sur les Mahi et divers autres peuples voisins à cette époque. D’après lui, en raison des guerres qui marquèrent le littoral du golfe du Bénin au xviie siècle, les Mahi migrèrent vers le nord et occupèrent une région vers laquelle s’étaient également déplacés des groupes yoruba en provenance de l’est. Disséminés dans une zone aride et montagneuse, les uns et les autres constituèrent un territoire multiethnique et multilinguistique connu sous le nom de « terre des Mahi », avec pour voisin le royaume du Dahomey, également en cours de formation24.

14L’épisode du conflit entre Ignacio Monte et Clemente Proença dans la congrégation Mina fut raconté vingt ans après par Francisco Alves de Souza. Son récit témoigne d’une claire volonté de garder le souvenir de cette affaire et de valoriser le courage de Monte. Les Mahi n’admirent jamais leur défaite face aux attaques dahoméennes en Afrique et il en fut de même en exil. Dans un dialogue dont il est non seulement l’auteur mais aussi l’un des protagonistes, Souza fait état de sa rencontre avec le roi qu’il contribua à faire élire, à qui il succéda et dont il fut le biographe :

« Souza : […] C’est en 1748 que je suis arrivé dans cette capitale, en provenance de la ville de Bahia, il y avait déjà cette congrégation ou corporation de Noirs mina de différentes nations de cette côte-là, à savoir, dagomé, maki, iano, agolin, sabaru (tous de langue générale), très unis puisqu’ils avaient pour roi de cette congrégation un certain Pedro da Costa Mimozo, lui aussi issu de la même nation et à la mort de celui-ci, ils nommèrent Clemente de Proença avec le même titre pour reprendre la même charge qu’il exerça il y a de nombreuses années et peu à peu, les Noirs commencèrent à se brouiller, les nations les unes avec les autres, essayant de rallier à eux les majorités. Ce qui fit que les nations maki, agolin, iano, sabaru sortirent du joug des Dagomé, scandalisées et heurtés par certains mots que les Dagomé leur disaient, ils cherchèrent à avoir leur propre roi et en effet, ils le choisirent dans la personne du capitaine Ignacio Gonçalves do Monte en l’année 1762 parce qu’il était un vrai Maki et celui-ci fut le premier qui marqua une rupture et remit les choses en ordre et accrut cette congrégation.
[…]

  • 25 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 21-23. La graphie moderne est mahi, agonli et savalu.

Cordeiro : Ce que je veux c’est la suite de l’histoire.
Souza : Je la poursuis… Avec le temps, les nations évoquées qui étaient avec celle des Maki, Agolin, Sabaru se séparèrent aussi, chacune choisissant son propre roi à part jusqu’à la mort dudit Ignacio Gonçalves le 25 décembre 1783...25. »

  • 26 Sur la centralisation et la décentralisation chez les peuples africains de l’Afrique occidentale, v (...)
  • 27 En yoruba moderne, cela donnerait aiyé olú cocoti de Dassa, autrement dit, seigneur de la terre de (...)
  • 28 Za correspond à Zagnanado chez Cornevin (1962) et à Zassa chez Law (1991). Akinjogbin (1967 : 132) (...)

15En Afrique, les Mahi ne disposaient pas d’une organisation politique centralisée et vivaient sur un territoire où cohabitaient des groupes parlant des langues gbe et yoruba26. Dans son dialogue, Souza fait référence à des sociétés organisées comme les Mahi, les Agonlis, les Ianos et les Savalus, mais il note aussi la présence de membres de la congrégation à qui il attribue des titres correspondant aux terres où ils étaient nés : Boaventura Fernandes Braga est surnommé Aeolû Cocoti de Daçâ [de la ville de Dassa]27 et José Luiz Ajacôto, chaûl de Za [de la ville de Za]28. Comme je l’ai déjà dit, Souza décrit la création de la congrégation Mahi comme le résultat d’une scission au sein de la congrégation Mina.

16Souza cependant livre peu d’informations sur les conflits qui entraînèrent la division de la congrégation Mina et, quelques années plus tard, sur le départ des Ianos, Savalus et Agonlis de la congrégation Mahi. Ce silence peut dissimuler un possible échec de Monte dans sa politique. Il laisse également soupçonner que les conditions mêmes de sa mort auraient pu être directement liées au contrôle disputé de son héritage, dont Souza fut le bénéficiaire, du moins en partie.

  • 29 Il n’a pas été possible d’établir de lien entre ces villes et les quatre groupes dissidents, mais é (...)
  • 30 Gonçalo Cordeiro fut baptisé à Rio de Janeiro en 1750 (ACMRJ, Habilitações matrimoniais, liasse 181 (...)
  • 31  Bien qu’elle n’eût jamais été publiquement disqualifiée dans la congrégation parce qu’elle était C (...)

17Boaventura Fernandes Braga et José Luiz, deux membres importants de la congrégation Mahi, soutinrent Souza et appuyèrent son élection à la succession de Monte29. Le passage cité plus haut peut être éclairé par un autre passage du document qui traite du rôle de la veuve de Monte, Victoria, dans le conflit qui entraîna le départ des Agonlis et des Savalus. Cette fois, c’est Gonçalo Cordeiro, le second interlocuteur du dialogue, qui parle. Il était sous-lieutenant au régiment des Hommes noirs, secrétaire de la congrégation Mahi et, lui aussi, barbier30. Comme Monte et Souza, il se définissait comme Mahi. Il critique Victoria, l’accuse d’être « rebelle »31, et lui impute les problèmes de son défunt mari avec les Agonlis et les Savalus :

  • 32 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 38.

« ...déjà du temps de son mari, elle avait toujours été rebelle et ennemie du succès et de la tranquillité, à tel point que quand les autres nations étaient réunies à la nôtre dont son mari était régent, elle faisait toujours des histoires et cherchait querelle, ce qui provoqua le départ de ces nations, qui étaient les Agonli et les Sabaru, qui sortirent du joug et de la protection dudit régent, son mari, chacune d’elles cherchant à établir un régent de sa propre nation et en effet, c’est ce qu’elles firent, et tous y jouissent d’une bonne paix et tranquillité sans la moindre plainte pour les perturber […]32. »

18Les deux récits scandent la chronologie des relations entre congrégations ­ethniques dans la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia. En 1748, Pedro Costa (Mina-Dahomey) était le roi de la congrégation Mina. À sa mort, Clemente Proença (Mina-Dahomey) fut élu ; il entra en conflit avec Ignacio Monte (Mina-Mahi) qui quitta la congrégation Mina et fonda la congrégation Mahi en 1762.

  • 33 Arquivo da Irmandade de Santo Elesbão e Santa Efigênia [Archives de la confrérie de Santo Elesbão e (...)

19Ce fut une année marquante, aussi bien dans la vie de Monte que dans celle de tous les membres de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia. Une réforme des statuts de cette dernière préparée à la Mesa de Consciência e Ordens [Tribunal consultatif de Lisbonne] semble avoir été le détonateur de ces antagonismes. L’objectif était de créer un Estado Imperial appelé aussi Império (empire) et plus fréquemment Folia (folie). Il s’agissait d’un corps honorifique qui donnait une existence juridique (du point de vue de l’Empire portugais et de sa réglementation ecclésiastique) aux organisations ethniques d’Africains au sein de l’Église. L’autorisation arriva en 1767. La confrérie adressa une supplique au roi D. José Ier à Lisbonne qui donna son accord. L’Império comprenait un empereur et une impératrice, sept rois et reines ainsi que des ducs et des comtes. Comme le stipulait les statuts de la confrérie, toute cette « cour » jouissait du privilège de revêtir, lors d’une journée déterminée, les « costumes qui seyaient aux personnes et aux fonctions » et d’aller de par les rues recueillir des aumônes pour financer les fêtes, les messes ainsi que le paiement des affranchissements et d’autres aides aux vassaux du roi élu. La parure du roi comportait une couronne, un sceptre et un manteau, le tout aux frais du roi lui-même qui devait, pour cela, attester de son patrimoine33. C’est dans ces costumes et avec cette pompe que Monte et son épouse défilaient dans les rues avec leur cortège.

  • 34 José dos Santos Martins est décédé en 1800. Marié à Gertrudes Correa, marchande des quatre-saisons, (...)

20Si Ignacio Monte rédigea son testament en 1763, ce fut certainement moins dans la perspective d’une fin proche que parce qu’il venait d’être élu roi et avait dû prouver qu’il disposait de la fortune exigée par son rang. Pour en interpréter correctement les termes il est donc nécessaire de mieux connaître les évènements qui se produisirent durant ces années de la vie d’Ignacio Monte et de son épouse, son héritière et exécutrice testamentaire. En fait, Monte désigna trois exécuteurs testamentaires : Victoria (sa femme), Francisco do Couto Suzano (un Mina, frère de Santa Efigênia, de profession inconnue) et José dos Santos Martins (lui aussi Mina et frère de Santa Efigênia et, de plus, barbier). En lisant le testament, nous apprenons qu’Ignacio recevait ses clients dans un salon à côté d’une épicerie, ce qui fait de lui un professionnel déjà prospère, contrairement aux autres barbiers qui travaillaient dans la rue ou dans les locaux d’un tiers (Soares 2011a). Monte donne des détails sur ses biens et ses affaires : il affranchit pour moitié un esclave mina qu’il partageait avec sa femme ; prévoit une aumône de 10 400 réis pour la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia, commande des messes pour son âme, celle de sa marraine Tereza et celle de son ancien maître, Domingos Gonçalves. Il ne fait aucune allusion à Antônio Gonçalves – que celui-ci ait été le maître de son parrain ou celui qui avait payé son affranchissement, à supposer qu’ils n’aient pas été la même personne – et, comme je l’ai dit plus haut, il déclara avoir déboursé lui-même les 350 mille réis de sa manumission. Aucun bien immobilier n’est mentionné. La congrégation Mahi récemment créée est passée sous silence, tout juste trouve-t-on une référence à la confrérie34. Malheureusement, on ne sait rien sur le patrimoine de Monte au moment de sa mort, vingt ans plus tard.

21L’absence de codicille lors de l’ouverture du testament laisse planer des soupçons sur une possible manipulation. Il est probable qu’en 1783, son patrimoine ait été plus important que celui présenté vingt ans auparavant. Monte resta alité pendant quelque temps avant de mourir, il aurait dont eu le temps de rédiger un codicille, voire un nouveau testament. S’il le fit en 1763, il aurait eu des motifs plus importants et plus urgents encore de le refaire, une fois à l’article de la mort. À cette époque, il avait des biens personnels et était responsable de ceux de la congrégation, à supposer qu’il ait fait la distinction entre les deux. Il gérait également le patrimoine d’autres personnes qui recouraient à lui pour des affaires, en particulier d’autres Mina de la confrérie. Un litige concernant leurs biens était prévisible et il en avait sûrement conscience.

  • 35 J’emprunte l’expression eredità immateriale à Giovanni Levi (1989).

22Le registre des obsèques de la paroisse date sa mort du 27 décembre, alors que d’après Souza, Monte serait décédé le 25, soit deux jours auparavant. C’est un détail qui a son importance. Ce décalage ainsi que l’absence d’informations actualisées sur son patrimoine et sur ses intentions laissent suspecter que le décès ait pu rester dissimulé pendant deux jours, afin de gérer les conflits impliquant l’avenir de la congrégation et de ses biens. À aucun moment Souza ne mentionne ce décalage. A-t-il pris part lui-même à l’arrangement qui en est la cause ? On ne peut s’empêcher de se demander si Monte lui-même n’avait pas contribué à ce qu’un conflit au sujet de la succession de son héritage matériel et immatériel éclate au moment de sa mort comme ce fut effectivement le cas.35

  • 36 Je remercie Michel Mendes Marta pour la localisation des brevets (patentes).
  • 37 Pour Monte et Cordeiro, les sources font état de leurs autorisations de mariage respectives ; les d (...)
  • 38 Cf. A. J. R. Russell-Wood (1982 : 157 ainsi que les cinquième et huitième chapitres). Au sujet de l (...)

23La biographie de Monte ne s’inscrit pas seulement dans les sociabilités de la congrégation Mahi, d’autres Africains progressivement l’enrichissent, complexifiant ainsi la composition du milieu dans lequel il évoluait. Quelques officiers du régiment des Hommes noirs semblent se détacher du lot : si Ignacio Monte était capitaine, Gonçalo Cordeiro (le second interlocuteur du dialogue déjà cité) était sous-lieutenant36. La confrérie de Santo Elesbão comptait encore d’autres membres de la milice comme les capitaines Manoel Martins da Fonseca et Manoel Mendes da Conceição37. Bien que l’historien A. J. R. Russell-Wood, dans son ouvrage de 1982, décrive les confréries, la profession de barbier et les milices comme une « arène publique » de descendants d’Africains, il affirme qu’en dépit de l’existence de miliciens dans les confréries et vice versa, il n’existait aucune relation formelle ou informelle entre ces communautés et les régiments. La biographie d’Ignacio Monte infirme cette conclusion et permet d’explorer ces connexions dans la ville de Rio de Janeiro38.

24Monte prêtait de l’argent et veillait sur l’épargne de certaines de ses connais­sances. On en prend la mesure lorsqu’il fait mention dans son testament d’un livret qu’il conservait chez lui, au vu et au su de son épouse, et où l’enchevêtrement des sommes en jeu supposait des techniques élaborées de comptabilité :

  • 39 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.

« […] je note les accords et déclarations dans un livret que je garde dans mon tiroir, où je reporte les choses de valeur dont ma femme a parfaitement connaissance et ledit livret contient soixante-quinze folios, marqués de mon nom ou mon nom d’usage, Monte. Tout ce qui y est assigné et déclaré de ma main, est la vérité même. Lesdits accords et déclarations de dettes, je les fais sur une page selon le numéro des folios, et les sorties en face, comme dans les livres de débit et de crédit des hommes d’affaires39. »

25Monte se considérait comme un « homme d’affaires » au même titre que tant d’autres hommes blancs et riches. Les informations qu’il livre dans son testament permettent de repérer non seulement une série de créances mais également un flux de redistribution des biens qu’il administrait. La façon dont il assistait les indigents, finançait des affranchissements, soutenait de petits commerces, aidait en cas de maladie, montre comment il en vint à tisser patiemment son réseau de relations et de pouvoir. Pedro Rodrigues da Silva était l’une des nombreuses personnes qui eurent recours à lui. Membre de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia, Silva déclara dans son testament, daté de 1779, devoir de l’argent à Monte (désigné sous le nom d’Ignacio Gonçalves), à Luiz de Magalhães et à plusieurs autres personnes :

  • 40 Pièce d’or et d’argent équivalant à deux deniers (Ndt).
  • 41 Pièce d’argent équivalant à environ 320 réis (Ndt).
  • 42 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 163v-164v.

« Je déclare devoir à Ignacio Gonçalves une double40 qu’il m’a prêtée et je demande à mes exécuteurs testamentaires de le payer sans dispute juridique. Je déclare devoir une demi-double à Florência, Noire affranchie [...], je dois à Caetano do Rego une demi-double et deux pataques41 [...], je dois à Monsieur Luiz de Magalhães dix-huit pataques [...]42. »

  • 43 Ibidem, fo 42v. et fo 391, respectivement. Alexandre de Carvalho et Boaventura Fernandes Braga sont (...)

26Monte fut témoin de la rédaction du testament de Luiz Francisco do Couto, membre de la confrérie et également barbier, décédé en 1777. Ce dernier signala un des rares affranchissements gratuits ayant été trouvés dans le milieu des Mina de Rio : « Je déclare être natif de la côte de la Mine et je fus esclave de João Francisco do Couto, lequel, à son décès, me fit la charité de me laisser affranchi et libre. » Il laissa aussi une longue liste de dettes, en partie avec des membres de la congrégation Mahi et de la confrérie. Il devait de l’argent à Rosa da Cruz, épouse de Manoel Lobo dos Santos, l’une et l’autre frère de Santa Efigênia, à Alexandre de Carvalho, son filleul, et à Boaventura Fernandes Braga, son parrain, tous deux membres du bureau de la congrégation Mahi pendant le « règne » d’Ignacio Monte43. Les biens accumulés par chacun des membres de la confrérie tout au long de sa vie, d’une certaine manière, ne sortaient pas de celle-ci au moment de leur mort. On les retrouvait sous la forme de quittances de dettes, d’honoraires pour des actes religieux, de paiements de messes et de cierges. Comme dans n’importe quelle association, ces legs étaient toujours administrés par les membres les plus illustres. Dans le cas de la congrégation Mahi, c’était Monte qui en avait la charge.

  • 44 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo24.
  • 45 Tribunal consultatif et des ordres militaires que le roi D. João III a installé auprès de lui en 15 (...)

27J’ai également réussi à identifier quatre barbiers dans ce réseau complexe de services échangés, de dettes et de créances : Ignacio Gonçalves do Monte (roi de la congrégation Mahi), José dos Santos Martins (exécuteur testamentaire de Monte), Gonçalo Cordeiro (secrétaire de la congrégation Mahi), Luiz Francisco do Couto (membre de la congrégation Mahi). En sus des relations profes­sionnelles et financières qu’ils entretenaient, les barbiers, tout comme les officiers du régiment des Hommes noirs, formaient d’importants noyaux au sein de la confrérie, qui parfois se superposaient. En 1783, déjà atteint par la « maladie » qui eut raison de lui, Monte reçut quelques membres de la congrégation à son domicile. Parmi eux se trouvaient des personnes considérées comme éminentes telles que Luiz Rodrigues (ou Roiz) Silva, Antonio da Costa Falcão, Roza de Souza Andrade et Francisco Alves de Sousa44. Luiz Roiz Silva fut mentionné lors de la signature des statuts de la société de dévotion des Âmes ; Antônio da Costa Falcão fut vice-régent de la congrégation dans le bureau élu après le décès de Monte et signa une proposition de statuts pour la confrérie de Nossa Senhora dos Remédios [Notre-Dame des Remèdes]. Après la mort de Monte, Souza soutint et dirigea deux sociétés de dévotion : celle des Almas [Âmes] et celle des Remédios. En 1788 il organisa, au sein de la confrérie, la dévotion à Nossa Senhora dos Remédios comme en atteste la proposition de statuts qu’il envoie à la Mesa da Consciência e Ordens de Lisbonne45. Les barbiers, parmi lesquels au moins quelques officiers du régiment des Hommes noirs, se réunirent sous la protection de cette Vierge, ce qui montre l’ingéniosité de ce groupe pour ce qui est de son activité votive. Grâce à la réorganisation de ces dévotions, Souza luttait pour garantir la succession dont il avait hérité et maintenir à ses côtés les anciens alliés de Monte.

28Pour certains de ces hommes et femmes, au moment de leur mort, ou même avant, lorsqu’ils faisaient leur testament, plus de trente ou quarante ans s’étaient déjà écoulés depuis qu’ils avaient été réduits en esclavage en Afrique et déportés au Brésil. Sur leur propre initiative ou motivés par les exigences des notaires, ils déclaraient le lieu dont ils étaient « nature » (leur lieu de naissance), ce qui les incitait à en forger une mémoire. Les dernières volontés des Mina sont faciles à identifier parce qu’à de rares exceptions près, tous déclaraient être natifs ou natives « de la côte de la Mine ». Les anciens esclaves devaient prouver qu’ils étaient libres pour pouvoir rédiger un testament et avaient donc à présenter leur acte de manumission. Ils donnaient des informations sur celui qui les avait affranchis et sur les conditions de cet affranchissement (gratuit ou payant). Notons que les testateurs parlent rarement de l’Afrique, de leur « terre » et des conditions de leur esclavage. Parmi les quelques documents qui mentionnent ces « terres » et un passé plus lointain, on trouve justement ceux laissés par Antônio Luiz Soares et Ignacio Gonçalves do Monte.

  • 46 La Confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia fut créée en 1740 et installée dans l’église de São (...)
  • 47 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1758, testament d’Antônio Luiz Soares (...)

29Antônio Luiz Soares survécut à différents maîtres, acheta sa liberté et mourut à un âge avancé en 1755. D’après son testament, il s’avère avoir été un des Noirs mina les plus riches de son temps. Bien que sa principale dévotion fût consacrée à São Domingos [Saint Domingue] – c’est d’ailleurs dans la chapelle de ce saint qu’il fut enseveli46 – Soares laissa une aumône de 3 400 réis pour l’église de Santa Efigênia. Si l’on en croit ce qu’il déclare dans son testament, Soares était natif la côte de la Mine et appartenait à la nation Cobu, « terre de brutes et de gentios » précise-t-il. On le débarqua à Bahia où il fut baptisé. Il fut esclave d’un apothicaire. À la mort ce dernier, il acheta son affranchissement à l’exécuteur testamentaire du défunt pour 200 mille réis47. Soares se révèle être le second exécuteur testamentaire de Tereza Gomes da Silva, Noire mina décédée en 1752. Le premier exécuteur testamentaire de Tereza fut Antônio Pires dos Santos, un des quatre fondateurs de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia en 1740. Tout comme Antônio Luis Soares, elle était également vouée à São Domingos.

  • 48 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1758, fo 233. Antônio Pires dos Santo (...)
  • 49 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1759, fo 211-212.

30Les membres de la société de dévotion de Santo Elesbão furent provisoirement installés dans la chapelle de São Domingos jusqu’à la fin des travaux de leur propre chapelle en 175448. C’est ainsi que se sont tissées les relations de Monte non seulement au sein de la confrérie de Santo Elesbão e Santa Efigênia mais également parmi les pieuses âmes vouées à São Domingos. Antônio Luis Soares fut aussi l’exécuteur testamentaire de Luiz Fagundes qui déclara dans son testament être « de la nation mina clará » (pas encore identifiée), baptisé dans la ville de Bahia où il fut esclave de divers maîtres avant de se retrouver à Rio de Janeiro. À sa mort, Fagundes avait deux maisonnettes à Campo de São Domingos, à proximité de la chapelle du même nom, où il vivait avec son épouse et il tenait un étal au marché de la Praia do Peixe [plage du Poisson]. C’était donc un commerçant établi49.

31Les flux financiers qui concentraient efficacement les ressources entre les mains des dirigeants « ethniques » et les redistribuaient, non sans gains, au sein du groupe, fonctionnaient déjà de la sorte dans d’autres « nations » avant l’époque de Monte. Comme il a été dit, Monte semble avoir lui-même bénéficié de ces ressources pour son affranchissement. Ignacio Gonçalves do Monte, Victoria Correa da Conceição et Francisco Alves de Souza entrèrent dans la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia avant 1756 (date de l’inauguration de l’église de Santa Efigênia) et la fréquentèrent donc lorsqu’elle était encore installée à l’église de São Domingos. Ils furent certainement en contact avec Soares et d’autres vieux Africains réunis à Rio de Janeiro.

32Dans son testament, tout comme Soares et au contraire de la plupart de ses contemporains, Monte fournit de précieuses informations qui permettent de comprendre ses connexions, aussi bien avec ses frères déracinés qu’avec son passé et ses ancêtres :

  • 50 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.

« Je déclare être natif de la côte de la Mine, Noir affranchi et libéré, et j’ai été esclave de Domingos Gonçalves do Monte, à qui j’ai donné pour ma liberté, trois cent cinquante mille réis, comme l’atteste mon Acte d’Affranchissement. Je déclare être marié à Victoria Correa da Conceição, noire affranchie, et jusqu’à la rédaction de ce testament qui est le mien, nous n’avons pas eu d’enfants, et je n’en ai pas eu avec tout autre femme quand j’étais célibataire, ni depuis que je suis marié. Je déclare que mon épouse ci-désignée est ma parente de sang au troisième degré, puisqu’elle est la fille de mon grand-père [Eseú Agoa], roi bien connu chez les gentios de la côte du royaume de Maý, ou Maqui50. »

  • 51 Sur le mariage au Dahomey, voir Bay (1998 : 143-145).
  • 52 Le premier roi mahi fut intronisé à la suite d’une alliance entre le Dahomey et Savalu, ville situé (...)

33Si Monte était Mahi tout comme Victoria Coura et, que celle-ci était de plus, fille du grand-père de Monte, cela n’implique pas simplement un mariage interethnique mais aussi, probablement, une incompatibilité avec la patri­linéarité usuelle des peuples de langue dahoméenne, si tant est que les Mahi, leurs voisins, aient suivi cette règle au début du xviiie siècle. Toutefois, cette union reste compatible avec l’endogamie à laquelle pouvait recourir la dynastie royale du Dahomey51. L’autre point qui appelle un commentaire dans cet extrait, est la référence à un « roi » chez les Mahi. L’existence d’un « royaume » Mahi contredit la description des historiens. La première tentative d’unification politique des Mahi semble avoir eu lieu dans le dernier quart du xviiie siècle, sous l’influence du Dahomey52. La mention, à Rio de Janeiro, d’un roi antérieur à cette époque sur la terre des Mahi ainsi que la référence à un roi en territoire Mahi avant la fin du xviiie siècle soulèvent la question de ce que Monte entend par « roi ». Depuis le xve siècle, les Africains convertis élisaient des rois et des reines dans leurs confréries, d’abord au Portugal puis au Brésil. Le « grand-père » de Monte, qu’il fût effectivement son grand-père ou son ancêtre (historique ou mythique), acquit une certaine forme de royauté, du fait de l’interprétation des codes de pouvoir Mahi dans l’univers politico-religieux de l’Empire portugais (Soares 2002).

34Reste la question du territoire et des conceptions qui en sous-tendent l’existence. S’il n’y avait pas de roi mahi, il n’y avait pas non plus de royaume mahi, mais plutôt, comme cela apparaît dans les sources archivistiques de l’époque, une « terre », terme également emprunté au contexte colonial. L’anthropologue Luiz Mott analyse un cas qui peut être rapproché de celui-ci. Josepha Maria, Noire mina-coura, résidant à Paracatu (Minas Gerais) fut dénoncée à l’évêque parce qu’elle organisait une sorte de danse appelé Acotundá. Comme le raconte Mott, au cours de cette cérémonie effectuée régulièrement chez Josepha, les participants parlaient la « langue de coura », faisant des sacrifices au « dieu de leur terre », le dieu de la nation coura,

« un bonhomme de terre avec une tête et un nez imitant ceux du Diable, fixé au bout d’une pointe en fer avec une cape de tissu blanc, placé au milieu de la maison sur un tapis, entouré de poêlons à l’intérieur desquels se trouvaient des herbes cuites et crues, des coquillages, de l’argent de la Côte, et aussi une poule morte, une casserole de haricots, des cruches d’eau, etc. » (Mott 1998)

  • 53 Le travail d’Alban Bensa (1996 : 56) a contribué de façon significative à une discussion sur une «  (...)

35L’usage des termes « terre » et « royaume » propres à l’univers colonial portugais ne doit pas conduire à une interprétation naïve. Cependant, il ne fait aucun doute que ces mots évoquent de façon précise un territoire associé à un passé vécu et représenté53. Ignacio Mahi s’est déclaré petit-fils d’un « roi bien connu », Victoria Coura avait le « visage scarifié à la mode de sa terre », Antônio Cobu venait d’une « terre de brutes », Josepha Coura chantait et faisait des sacrifices au « dieu de sa terre ». Tous, d’une façon ou d’une autre, gardaient en mémoire les traces d’une identité antérieure dotée d’une territorialité qui, pendant les années d’esclavage, redevenait pertinente pour servir de fondement à la construction d’une nouvelle définition de soi, mina cette fois.

36La captivité, l’affranchissement, la vie chrétienne dans laquelle Monte et tant d’autres esclaves Africains s’étaient investis, l’espoir du salut éternel ne les avaient pas éloignés du profond sentiment selon lequel, même loin de leur terre, ils étaient Dahoméens, Mahi, Couras ou Savalus. Les Mahi, réunis dans la congrégation avaient reconstruit leur identité sur la base d’un passé glorieux qui se ritualisait dans la confrérie et dans l’Império de Santo Elesbão avec ses messes solennelles, ses enterrements pompeux et ses processions festives. L’Empire avec ses règnes de folia, dont Monte et Souza furent rois, représentaient une nouvelle hiérarchie dans laquelle la « terre » des Mahi se transformait en « royaume » et le « gentilisme » était éclipsé par la conversion. Le titre du dialogue écrit par Francisco Alves de Souza révèle le projet de vie de ces hommes et femmes issus de la terre des Mahi et de ses environs, qui connurent des années d’esclavage et reconquirent leur liberté :

  • 54 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 1.

« Règle ou statut en forme de dialogue dans lequel sont relatés les Soins et Souffrances des Âmes qu’utilisent les Noirs mina et leurs compagnons de même nation dans l’État du Brésil, en particulier à Rio de Janeiro, par lesquels ils doivent se régir et se gouverner en dehors de tout abus de gentilisme  ou de superstition ; composé par Francisco Alves de Souza, Noir et naturel du Royaume du Makim, un des plus excellents et puissants de cette Côte de la Mine d’où ils sont venus. »54

  • 55 Ibidem, fo 22.

37Ce long titre reformule la mémoire du groupe et, en outre, la biographie d’Ignacio Gonçalves do Monte, le premier qui, aux dires de Souza, « marqua une rupture et remit les choses en ordre et accrut cette congrégation55 »

38Tout comme Pedro Costa, Clemente Proença et d’autres rois mina de la ville de Rio de Janeiro, Ignacio Gonçalves do Monte mourut en laissant quelques documents sur ce que fut sa vie. Ces quelques épisodes racontés par Souza, son successeur et mémorialiste, ont permis qu’existe cette biographie brève et lacunaire. C’est parce que quelqu’un a couché par écrit la lutte pour la succession de Monte que ce roi oublié, régnant sur quelque deux cents sujets, est devenu un personnage de l’histoire. Il a fallu que cette vie s’éteigne pour qu’elle commence à devenir un récit. La biographie de Monte – comme toutes les autres du reste –sera à jamais incomplète. Cependant, une fois écrite, elle contribue à donner du sens à un ensemble segmenté de registres qui ne démontrent leur importance réelle que lorsqu’ils sont comparés entre eux et mis en relation avec cet homme qui a marqué la vie de tous les Africains mina de la ville de Rio de Janeiro de son époque.

  • 56 Sur les détails de cette dispute, voir Soares (2000a : chap. 6).

39Après la mort d’Ignacio, Victoria disputa le contrôle de la congrégation à Souza. Elle recourut pour cela au vice-roi D. Luis de Vasconcellos (1779-1790) qui, prenant en compte ses récriminations, fit citer Souza pour qu’il se justifie. Souza, quant à lui, s’adressa au Tribunal da Relação [cour suprême du Brésil] pour réclamer le coffre de la congrégation qui se trouvait selon lui indûment en possession de la veuve56. La dispute entre la veuve du roi et l’héritier du trône engendra non seulement un conflit de succession, mais aussi la rédaction du dialogue, ouvrant ainsi la voie à la biographie de Monte qui fut construite dans le processus même d’écriture du texte. Outre le fait qu’elle nous éclaire sur le mode de vie d’un groupe ethnique et religieux, elle permet de comprendre le comportement des esclaves Mina-Mahi dans la société coloniale, l’usage qu’ils avaient de ses mécanismes juridico-religieux. Leur manière de rassembler et de redistribuer les héritages, de donner un statut aux pouvoirs ethniques grâce aux charges et titres fonctionnant à l’intérieur de l’Église catholique, de manipuler des autorités coloniales à leur avantage y apparaissent en pleine lumière.

  • 57 Antônio fut baptisé dans la paroisse de São João da Foz, évêché de Porto, Portugal. De là, il parti (...)

40La présence d’anciens alliés de Monte dans les listes de signatures des sociétés de dévotion créées après sa mort, indique que Souza réussit au fil du temps à tirer profit de l’héritage de son prédécesseur et à construire son propre réseau de relations. Je n’ai trouvé aucune documentation ultérieure à 1788 qui permette de savoir si Souza gagna sa requête contre Victoria, s’il resta roi des Mahi ou même s’il fut destitué de sa charge par le vice-roi, sensible aux accusations de la veuve. Son nom apparaît une dernière fois en 1800, lorsqu’il est cité comme témoin dans le testament du Noir mina Antonio Vieira da Costa, membre de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia57.

41Cette mention, aussi brève soit-elle, a une signification particulière. En cette date avancée, Souza agissait toujours selon les règles déjà établies par Monte. Il avait probablement appris avec le vieux Soares et d’autres de l’ancienne confrérie de São Domingos, l’art de diriger des personnes et de gérer des biens. D’une certaine manière, la biographie d’Ignacio Monte a une importance encore plus grande que sa propre existence parce qu’elle montre la persistance de certaines pratiques, transmises de génération en génération, qui enseignèrent à ces « brutes » (pour citer Soares) à agir selon les règles du jeu établies par la bureaucratie et le pouvoir portugais au Brésil, à en tirer profit pour dessiner leurs propres stratégies, dans les limites tolérées par la société coloniale.

Haut de page

Bibliographie

Akinjogbin, I. A., 1967. Dahomey and its Neighbors 1708-1818. Cambridge, Cambridge University Press.

Bay, Edna G., 1998. Wives of the Leopard. Gender, Politics, and Culture in the Kingdom of Dahomey. Charlottesville & London, University of Virginia Press.

Bensa, Alban, 1996. « De la micro-histoire vers une anthropologie critique ». In J. Revel (coord.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris, Gallimard/Seuil.

Bergé, J. A. M., 1928. « Étude sur le pays Mahi (1926-1928), cercle de Savalou, colonie du Dahomey ». Bulletin du Comité d’Études Historiques et Scientifiques de l’A.O.F., tome 11.

Cornevin, Robert, 1962. Histoire du Dahomey avec 10 cartes, 1 croquis et 35 photographies. Paris, Éditions Berger-Levrault.

Gbéto, Flavien, 1997. Le Maxi du Centre-Bénin et du Centre-Togo: une approche autosegmentale et dialectologique d’un parler Gbe de la section Fon. Köln, R. Köppe.

Gudeman, Stephen & Schwartz, Stuart B., 1988. « Purgando o pecado original: compadrio e batismo de escravos na Bahia no século xviii ». In J. J. Reis (coord.), Escravidão e invenção da liberdade. Estudos sobre o negro no Brasil. São Paulo, Brasiliense, p. 33-59.

Klein, Martin A., 2001. « The Slave Trade and Decentralized Societies ». The Journal of African History, 42, 1 : 49-65.

Law, Robin, 1991. The Slave Coast of West Africa 1550-1750. The Impact of the Atlantic Slave Trade on an African Society. Oxford, Clarendon Press.

Le Goff, Jacques, 1996. Saint Louis : biographie. Paris, Gallimard.

Levi, Giovanni. 1989 [1985]. Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle. Paris, Gallimard.

Marta, Michel Mendes, 2011. « As milícias de cor na cidade do Rio de Janeiro, séculos xviii e xix ». In M. de C. Soares & N. R. Bezerra (coord.), Escravidão africana no recôncavo da Guanabara (séculos xvii-xix). Niterói, Editora da UFF : 47-66.

Mott, Luiz, 1998. « Acotundá: raízes setecentistas do sincretismo religioso afro-brasileiro ». In L. Mott, Escravidão, homosexualidade e demonologia. São Paulo, Ícone Editora.

Mulira, Jessie Gaston, 1984. « A History of the Mahi Peoples from 1774-1920 ».Thèse de PhD, Los Angeles, University of California.

Oliveira, Anderson J., 2008. Devoção negra: santos pretos e catequese no Brasil colonial. Rio de Janeiro, Quartet, FAPERJ.

Oliveira, Patrícia Porto de, 2003. « Batismo de escravos adultos e o parentesco espiritual nas Minas setecentistas ». Anais da V Jornada Setecentista, Curitiba, 26 a 28 de novembro de 2003.

Pinheiro, Fernanda Domingos, 2006. « Confrades do Rosário. Sociabilidade e identidade étnica em Mariana, Minas Gerais (1745-1820) ». Dissertation de mestrado, Niterói, Université fédérale Fluminense.

Russell-Wood, A. J. R., 1982. The Black Man in Slavery and Freedom in Colonial Brazil. New York, St. Martin’s Press.

Soares, Mariza de Carvalho, 2000a. Devotos da cor. Identidade étnica, religiosidade e escravidão no Rio de Janeiro, século xviii. Rio de Janeiro, Civilização Brasileira. [trad. Anglaise : Soares, Mariza de Carvalho. 2011. People of Faith. Slavery and African Catholics in Eighteenth-Century Rio de Janeiro. Durham & London, Duke University Press].

Soares, Mariza de Carvalho, 2000b. « Apreço e imitação no diálogo do gentio convertido ». Ipotesi. 4, 1, janvier-juin : 111-123.

Soares, Mariza de Carvalho, 2002. « O Império de Santo Elesbão na cidade do Rio de Janeiro, século xviii ». Topoi, 4 : 59-83.

Soares, Mariza de Carvalho, 2004. « A ‘nação’ que se tem e a ‘terra’ de onde se vem: categorias de inserção social de africanos no Império português século xviii ». Estudos Afro-Asiáticos, 26, 2, mai-août : 303-330.

Soares, Mariza de Carvalho, 2006. « A biografia de Ignacio Monte, o escravo que virou rei ». In R. Vainfas et al. (coord.), Retratos do Império. Trajetórias individuais no mundo português nos séculos xvi a xix. Niterói, Editora da UFF : 47-68.

Soares, Mariza de Carvalho, 2007a. « Can Women Guide and Govern Men? Gendering Politics among African Catholics in Colonial Brazil ». In G. Campbell, S. Miers, J. C. Miller (coord.), Women and Slavery. Vol. 2, The Modern Atlantic. Athens, Ohio, Ohio University Press : 79-99.

Soares, Mariza de Carvalho, (coord.), 2007b. Rotas atlânticas da diáspora africana: entre a Baía do Benim e o Rio de Janeiro. Niterói, Editora da UFF.

Soares, Mariza de Carvalho, 2011a. « Art and the History of African Slave Folias in Brazil ». In A. L. Araújo, M. P. Candido & P. E. Lovejoy (coord.), Crossing Memories. Slavery and Africa Diaspora. Trenton, N.J., Africa World Press : 209-235

Soares, Mariza de Carvalho, 2011b. « A conversão dos escravos africanos e a questão do gentilismo nas Constituições Primeiras da Bahia ». In B. Feitler & E. S. Souza (coord.), A Igreja no Brasil. Normas e práticas durante a vigência das Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia. São Paulo, Editora UNIFESP : 303-321.

Verger, Pierre, 1968. Flux et reflux de la traite des nègres entre le golfe de Bénin et Bahia de Todos os Santos du xviie au xixe siècle. Paris, La Haye, Mouton.

Haut de page

Notes

1 D’après Robin Law (1991), les Mahi sont un peuple situé au nord du Dahomey, résultat du métissage de groupes parlant les langues gbe et yoruba. Il n’existe aucune localité dénommée Mahi. Ce nom désigne une « terre », une « confédération » ou un « pays », selon la nomenclature utilisée. J’adopte ici les graphies « Mahi » et « mahi » parce qu’elles sont plus courantes dans la littérature internationale et le terme « terre » parce qu’il est le plus usité dans les sources du xviiie siècle. Au Brésil, le nom du groupe est orthographié de diverses manières (maí/maý, maqui/maki/makii). Dans son testament, Monte emploie deux formes : « maý » et « maqui ». Celle utilisée actuellement par les linguistes est « maxi » (Gbéto 1997). Le travail le plus complet sur les Mahi en Afrique est celui de Jessie Mulira (1984) qui se concentre sur les années après 1770. Voir également Bergé (1928), Cornevin (1962), Akinjogbin (1967).

2 Cette approche s’inspire de la lecture de la biographie de saint Louis (Le Goff 1996).

3 Pour une description des ports d’embarquement d’esclaves dans le golfe du Bénin, voir Pierre Verger (1968), Law (1991).

4 Sur les « nations » et les « terres » à Rio de Janeiro, voir Soares (2004).

5 Sur les Africains mina dans les confréries catholiques, voir Soares (2000a).

6 La principale source d’information sur cette congrégation est un manuscrit de la Bibliothèque nationale du Brésil à Rio de Janeiro [dorénavant BN-RJ] : Regra ou estatutos pormodo de hûm dialogo onde, sedá notiçias das Caridades e Sufragaçoens das Almas que uzam osprettos Minnas, comseus Nancionaes no Estado do Brazil, expecialmente noRio de Janeiro, por onde se hao de regerem egôvernarem fora detodo oabuzo gentilico e supersticiozo; composto por Françîsco Alvês de Souza pretto enatural do Reino deMakim, hûm dos mais exçelentes e potentados daqûela ôriunda Costa da Minna [Règle ou statut en forme de dialogue dans lequel sont relatés les Soins et Souffrances des Âmes qu’utilisent les Noirs mina et leur compagnons de même nation dans l’État du Brésil, en particulier à Rio de Janeiro, par lesquels ils doivent se régir et se gouverner en dehors de tout abus de gentilisme ou de superstition ; composé par Francisco Alves de Souza, noir et naturel du royaume du Makim, un des plus excellents et puissants de cette côte de la Mine d’où ils sont venus], 1786. Au sujet de ce document, voir Mariza de Carvalho Soares (2000b).

7 « Memórias públicas e econômicas da cidade de São-Sebatião do Rio de Janeiro para o uso do vice-rei Luiz de Vasconcellos. Por observação curiosa dos annos de 1779 até o de 1789 ». Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 47, 1884, p. 27.

8 En portugais, à cette époque, les termes gentio [gentil] et gentilidade [gentilité] étaient utilisés pour désigner les peuples africains que l’on ne considérait pas comme païens (pagans). En effet, les païens étaient ceux qui récusaient la Parole de Dieu alors que les « gentils » étaient ceux qui n’avaient jamais eu l’opportunité de connaître la doctrine chrétienne. Les pratiques de ces derniers relèvent donc du « gentilisme » et non de l’hérésie. Voir Soares 2011b.

9 Arquivo da Cúria Metropolitana do Rio de Janeiro [Archives de la Curie métropolitaine de Rio de Janeiro dorénavant ACMRJ], Livro de Batismo de Escravos da Freguesia de Nossa Senhora da Candelária [Registre des baptêmes des esclaves de la paroisse de Nossa Senhora da Candelária], 22 septembre 1742.

10 Le testament, daté de 1763, a été enregistré avec l’acte de sépulture à sa mort en 1783 (ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé [Registre des sépultures et testaments de la paroisse de la Cathédrale], 1776-1784, fo 442v-444).

11 Acte d’affranchissement daté du 12 janvier 1757, 2º Ofício de Notas, RJ [2e bureau des actes notariaux, Rio de Janeiro], livre 76, fo17v.

12 Au sujet des nations mina au xviiie siècle, voir Soares (2004). Les Couranos ne sont pas connus sous ce nom dans l’historiographie africaine et l’origine du terme est encore incertaine. Au Brésil, Fernanda Domingos Pinheiro a travaillé sur les Couranos à Vila do Carmo [aujourd’hui Mariana dans l’état de Minas Gerais], ville voisine de Vila Rica d’où venait Victoria (Pinheiro 2006).

13 Base de données de la paroisse du Pilar, ID 103340, citée par Patrícia Porto de Oliveira (2003 : 11).

14 Sur les routes maritimes entre la côte de la Mine, Bahia et Rio de Janeiro, voir respectivement Pierre Verger (1968) et Mariza de Carvalho Soares (2007b).

15  . Victoria a porté plusieurs noms au cours de sa vie ; ils sont tous cités dans son action en autorisation de mariage (ACMRJ, Habilitações Matrimoniais [Autorisations de mariage], doc. n° 22 119, liasse 1 648.

16 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.

17 Arquivo Histórico Ultramarino [Archives historiques d’Outre-mer dorénavant AHU], Lisbonne, Estatuto da Irmandade de Nossa Senhora dos Remédios [Statut de la confrérie de Notre-Dame des Remèdes], 1788.

18 BN-RJ, Regra ou estatutos

19 La première série de documents comprend : 1) le statut de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia, ses réformes et sa correspondance entre 1740 et 1767 (la copie appartient à la confrérie et réunit un ensemble de seize documents) ; 2) la proposition de statut de la société de dévotion, évoquée plus haut, de Nossa Senhora dos Remédios qui se trouve à l’AHU à Lisbonne ; 3) le dialogue également mentionné précédemment Regra ou estatutos..., déposé à la BN-RJ.

20 ACMRJ, Livro de Batismo de Escravos da Freguesia da Sé da cidade do Rio de Janeiro [Registre de bap­tême des esclaves de la paroisse de la Cathédrale de la ville de Rio de Janeiro], 1726-1733, fo 38. Il est rare que les maîtres baptisent leurs propres esclaves. Sur les baptêmes d’esclaves et leurs parrains, voir Stephen Gudeman & Stuart B. Schwartz (1988). Les conclusions de ces auteurs montrent le caractère exceptionnel qu’a pu revêtir le baptême de Pedro qui, même par procuration, eut son maître pour parrain.

21 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 22.

22 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784. fo 442v-444.

23 Les Mahi apparaissent pour la première fois dans les sources européennes en 1732 (Law 1991 : 19).

24  Le premier récit détaillé sur les Mahi fut écrit en 1920 par J. A. M. A. R. Bergé, un administrateur colonial français. Bergé fut le premier à mentionner le « Pays Mahi » et le premier à le décrire comme un « terrain de chasse aux esclaves » des Dahoméens. Cette expression (“slave raiding ground”) fut consacrée par Akinjogbin (Bergé 1928, Akinjogbin 1967).

25 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 21-23. La graphie moderne est mahi, agonli et savalu.

26 Sur la centralisation et la décentralisation chez les peuples africains de l’Afrique occidentale, voir Klein (2001).

27 En yoruba moderne, cela donnerait aiyé olú cocoti de Dassa, autrement dit, seigneur de la terre de Dassa. Le terme cocoti n’a pu être identifié. Dassa se trouve à l’intérieur de la terre des Mahi et sa population parle yoruba, d’où l’usage de cette langue dans le titre aiyé olú. Cette explication m’a été fournie par Claude Roger Gbaguidi, informant mahi que j’ai interviewé à Abomey Calavi en 2003. D’après Cornevin (1962 : 57), bien que la dynastie de Dassa fût egba, la plupart de ses habitants provenaient de Oió et étaient yorubaphones.

28 Za correspond à Zagnanado chez Cornevin (1962) et à Zassa chez Law (1991). Akinjogbin (1967 : 132) décrit les guerres du Dahomey (royaume de Tegbesu) contre les Mahi et contre Za comme les plus importantes de son règne. Il subsiste de la guerre contre Za l’épisode des nez coupés qui est reproduit dans les bas-reliefs du palais royal d’Abomey. Je remercie Robin Law pour notre entretien sur ces localités.

29 Il n’a pas été possible d’établir de lien entre ces villes et les quatre groupes dissidents, mais étant donné leur affiliation à la congrégation Mahi, il est sous-entendu qu’ils se joignirent à ceux qui se définissaient comme les « véritables » Mahi. La ville de Dassa se trouve à l’intérieur du territoire mahi, contrairement à celle de Za.

30 Gonçalo Cordeiro fut baptisé à Rio de Janeiro en 1750 (ACMRJ, Habilitações matrimoniais, liasse 1810, doc. n° 27994, fo 7v).

31  Bien qu’elle n’eût jamais été publiquement disqualifiée dans la congrégation parce qu’elle était Coura et non Mahi, elle fut accusée de sorcellerie, soupçon qui s’amplifia après la mort de son mari (Soares 2007a).

32 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 38.

33 Arquivo da Irmandade de Santo Elesbão e Santa Efigênia [Archives de la confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia], Rio de Janeiro, Compromisso da Irmandade... [Statuts de la confrérie...]

34 José dos Santos Martins est décédé en 1800. Marié à Gertrudes Correa, marchande des quatre-saisons, il laissa onze esclaves estimés à 934 mille réis, parmi lesquels deux barbiers et un apprenti barbier. Son inven­taire ne donne pas de détails sur le salon. Mais l’inventaire du barbier Martins nous informe qu’il possédait trois meules d’affûtage, cinq bassines, une enclume, douze rasoirs, deux paires de fers à arracher les dents, un plateau en bois pour aiguiser les lames et deux étuis en cuir (Arquivo Nacional, Inventário de José dos Santos Martins, [Archives Nationales dorénavant AN, Inventaire de José dos Santos Martins], doc. n° 7 129, liasse 628, gal. A, Juízo dos Órfãos [Juge des orphelins]).

35 J’emprunte l’expression eredità immateriale à Giovanni Levi (1989).

36 Je remercie Michel Mendes Marta pour la localisation des brevets (patentes).

37 Pour Monte et Cordeiro, les sources font état de leurs autorisations de mariage respectives ; les deux autres furent cités dans le testament d’Ana Pais da Silva à laquelle tous deux successivement furent mariés. Voir ACMRJ, Habilitações matrimoniais, liasse 1 648, doc. n° 22 119, et liasse 1 799, doc. n° 27 653 ; Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1790-1797, fo 337v.

38 Cf. A. J. R. Russell-Wood (1982 : 157 ainsi que les cinquième et huitième chapitres). Au sujet de l’étroite relation entre milices et confréries, voir Marta (2011).

39 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.

40 Pièce d’or et d’argent équivalant à deux deniers (Ndt).

41 Pièce d’argent équivalant à environ 320 réis (Ndt).

42 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 163v-164v.

43 Ibidem, fo 42v. et fo 391, respectivement. Alexandre de Carvalho et Boaventura Fernandes Braga sont mentionnés dans BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 24.

44 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo24.

45 Tribunal consultatif et des ordres militaires que le roi D. João III a installé auprès de lui en 1532 (Ndt).

46 La Confrérie de Santo Elesbão et Santa Efigênia fut créée en 1740 et installée dans l’église de São Domingos, où existait déjà une confrérie d’Africains mina dévots du Menino Jesus. Les frères de Santo Elesbão y restèrent jusqu’en 1756, date à laquelle fut inaugurée leur église, à proximité de la première (Soares 2000a : 139).

47 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1758, testament d’Antônio Luiz Soares décédé le 27 janvier 1755, fo 298v-301.

48 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1758, fo 233. Antônio Pires dos Santos fut l’un des quatre fondateurs de la confrérie de Santo Elesbão e Santa Efigênia, en 1740. Il fut aussi un des acquéreurs du terrain de l’église, acheté en 1744, pour 233 330 réis. AN, 4o Ofício de Notas [4e Bureau des actes notariaux], livre no 36, p. 109. Je remercie Maurício Abreu pour la localisation et la transcription de ce registre.

49 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1746-1759, fo 211-212.

50 ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Sé, 1776-1784, fo 442v-444.

51 Sur le mariage au Dahomey, voir Bay (1998 : 143-145).

52 Le premier roi mahi fut intronisé à la suite d’une alliance entre le Dahomey et Savalu, ville située dans le territoire mahi et qui en devint la capitale après l’installation de la dynastie Gbaguidi, à la fin du xviiie siècle.

53 Le travail d’Alban Bensa (1996 : 56) a contribué de façon significative à une discussion sur une « conception spatialisée de la temporalité ».

54 BN-RJ, Regra ou estatutos..., fo 1.

55 Ibidem, fo 22.

56 Sur les détails de cette dispute, voir Soares (2000a : chap. 6).

57 Antônio fut baptisé dans la paroisse de São João da Foz, évêché de Porto, Portugal. De là, il partit pour Rio de Janeiro, où il avait une baraque au marché de Praia dos Mineiros près des quais de la ville. ACMRJ, Livro de Óbitos e Testamentos da Freguesia da Candelária [Registre des sépultures et testaments de la paroisse de Candelária], 1797-1809, fo 90v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariza de Carvalho Soares, « Africain, esclave et roi Ignacio Monte et sa cour à Rio de Janeiro au XVIIIe siècle », Brésil(s), 1 | 2012, 13-32.

Référence électronique

Mariza de Carvalho Soares, « Africain, esclave et roi Ignacio Monte et sa cour à Rio de Janeiro au XVIIIe siècle », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/659 ; DOI : 10.4000/bresils.659

Haut de page

Auteur

Mariza de Carvalho Soares

Mariza de Carvalho Soares est professeur à l’Université fédérale Fluminense. Cette biographie fait partie d’une recherche en cours sur l’asservissement des Mahi en Afrique et au Brésil.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals