Navigation – Plan du site
Dossier : Vies d'esclaves

Fortunata et João José « parents de nation ». Mariage et divorce chez les Africains de l’Ouest à Rio de Janeiro au xixe siècle

Fortunato e João José “parentes de nação”: Casamento e divórcio entre africanos ocidentais no Rio de Janeiro do século XIX
Fortunata and João José, “Parents of the Nation.” Marriage and Divorce Among West Africans in Nineteenth Century Rio de Janeiro
Juliana Barreto Farias
Traduction de Colette Callier-Boisvert
p. 79-102

Résumés

Quelles étaient les significations du mariage et de son annulation devant l’Église catholique pour d’ex-esclaves originaires de la côte occidentale de l’Afrique (plus connus comme pretos ou pretos minas), qui vivaient à Rio de Janeiro au XIXe siècle ? Pour répondre à cette question, les trajectoires de vie des affranchis minas Fortunata Maria da Conceição et João José Barbosa ont servi de point de départ. En examinant le procès en annulation de leur mariage en 1848 ainsi que d’autres fonds d’archives (registres de baptêmes et de mariages, lettres d’affranchissement), les existences et les conflits conjugaux de ces deux Africains du XIXe siècle peuvent être retrouvés et décrits avec précision.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Administrée par la Mairie de Rio de Janeiro, la « Praça do Mercado » de la ville – connue aussi co (...)

1En avril 1848, l’ancienne esclave africaine Fortunata Maria da Conceição envoyait une requête à la Cámara [Assemblée] municipale de Rio de Janeiro, dans laquelle elle se plaignait que son mari João José Barbosa, Noir affranchi, prétendait transférer à un tiers, sans l’autorisation de Fortunata, le droit d’utiliser l’étal qu’ils occupaient tous deux sur la place du Marché (Praça do Mercado) au centre de la ville1. Bien que le bail fût au nom de João, c’était Fortunata qui y tenait un commerce de fruits et de légumes et payait ponctuellement la location avec son propre argent. Le couple était en instance de divorce. Et, peut-être « pour la contrarier », l’Africain avait manigancé ce transfert pour 400 mille réis de pas-de-porte. Pour appuyer ses dires, la marchande avait annexé à sa requête quelques pièces relatives à l’action en divorce.

  • 2  AGCRJ, Códice 61-2-2 : Mercado da Candelária (1844-1849), p. 102-104.

2La réponse à sa plainte fut très succincte. En marge du document, un bref commentaire sans signature était catégorique : la Cámara ne pouvait pas « admettre qu’une femme mariée dépose une plainte contre son mari sans que celui-ci soit entendu » ; au verso, l’employé du marché avait noté que les officiers municipaux ne devaient pas approuver ce transfert. João Barbosa ne se manifesta pas et ne fut pas appelé devant ces derniers2. Au milieu de centaines de rapports, demandes, pétitions et autres pièces envoyés quotidiennement à la Cámara municipal et aujourd’hui déposés à l’Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro, je n’ai pas trouvé d’autres documents qui puissent fournir des éclaircissements sur les développements de cette histoire.

  • 3  On trouve, dans cet ensemble, des procès qui vont du xviiie siècle aux premières décennies du xxe.
  • 4  Alors que le terme crioulo (créole) était utilisé, au cours de différentes périodes et dans divers (...)
  • 5  Cf. AGCRJ, Códice 61-2-2 : Mercado da Candelária (1844-1849), p. 102-104. Dans d’autres requêtes, (...)

3En suivant les pistes laissées par Fortunata, j’ai localisé le long procès en divorce engagé par l’Africaine au Tribunal ecclésiastique de Rio de Janeiro et actuellement déposé à l’Arquivo da Cúria Metropolitana [Archives de la curie métropolitaine] de la ville. Parmi les plus de 1.500 actes qui y sont réunis et qui sont peu exploités par les historiens, j’ai trouvé d’autres actions en recours concernant des couples d’esclaves et d’affranchis en provenance d’Afrique. Pendant la période 1830-1860, par exemple, pas moins de dix-neuf procès furent engagés par des Noires affranchies3. La documentation a été sélectionnée en partant de l’archive elle-même qui, parfois, indique si l’auteur de la plainte et l’accusé étaient des « Noirs affranchis », des « Noirs mina » ou des « créoles » (fils d’Africains nés au Brésil)4. Elle a été chaque fois croisée avec des données provenant de diverses sources, comme dans le cas de Fortunata et João José. Dans la liste nominale des procès de la Cúria, il n’y avait aucune information sur le statut légal, la provenance ou la « couleur » du couple. Malgré tout, en consultant la requête de 1848 et d’autres présentées par Fortunata pour récupérer quelques esclaves vendues par son mari, j’ai pu constater qu’ils étaient libres, Africains de la « nation mina » et « en instance de divorce ».5

  • 6  Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia, feytas, e ordenadas pelo […] Senhor d. Sebastião (...)
  • 7  Dans le Dicionário da língua portuguesa, de António de Morais, Lisboa, édition de 1813, le divorce (...)
  • 8  Sur les accusations de bigamie et autres péchés sexuels dans le Brésil colonial, voir Vainfas (201 (...)

4Le mariage catholique était considéré comme une institution « absolument indissoluble », pourtant, à cette époque déjà, l’Église reconnaissait que pour « de nombreuses raisons il est possible d’admettre la séparation des époux, séparation de lit ou de corps, pour un temps donné ou pour un temps non fixé ». Dans les Constituições primeiras do Arcebispado da Bahia6, traité de droit canonique en vigueur jusqu’aux premières décennies du xixe siècle au moins, ces cas étaient scrupuleusement décrits. Dans des situations de « sévices graves ou condamnables », par exemple, la rupture était certaine quand un des conjoints, « en proie à une haine violente traitait si mal l’autre que celui-ci, vivant sous le même toit, risquait sa vie ou une grave maladie » (Castelnau-L’Estoile 2011 : 355-395). Ces divorces permettaient la séparation de corps selon le jugement ecclésiastique et celle des biens dans le domaine civil7, mais pas un nouveau mariage, puisque, en réalité, il n’y avait pas dissolution de l’union conjugale. Un nouveau mariage aurait entraîné la bigamie8. De plus, on recommandait aux ex-conjoints de continuer à vivre « chastement comme des gens mariés » (Brügger 1995 : chap. 5 ; Silva 1984 : 211).

  • 9  À Rio de Janeiro, l’échantillon de vingt procès analysés par l’historienne Sílvia Brügger (1995) n (...)
  • 10  Dans le Rio de Janeiro du xixe siècle, les esclaves africains qui avaient été embarqués dans le po (...)

5Cependant les femmes ne renonçaient pas à rompre les liens du mariage. Dans diverses villes brésiliennes, c’étaient-elles qui faisaient le plus de demandes de divorce. Les études consacrées à ce sujet ne s’étaient pas, jusqu’ici, intéressées aux affranchies et aux esclaves9. Pourtant, dans l’ensemble des dix-neuf actions judiciaires que j’ai sélectionnées pour la période 1830-1860, presque tous les concernés – époux, épouses et de nombreux témoins – étaient originaires de la région africaine connue sous le nom de Côte de la Mine (Costa da Mina). Dans deux procès seulement il n’a pas été possible de découvrir l’origine des « Noirs affranchis » du litige. Parmi les autres, il y avait deux cas d’hommes minas mariés à des Créoles et un couple formé par un Créole et une Africaine cabinda10. Les quatorze autres actes se rapportaient à des conjoints identifiés comme Minas. Pour au moins sept d’entre eux j’ai pu trouver plus de détails sur leur provenance. Outre deux épouses signalées comme Mina Gege et Mina Haoussa, un homme était Mina Nago. Il y avait aussi trois autres femmes et deux hommes minas qui avaient quitté Salvador pour Rio de Janeiro et apparaissaient parfois désignés comme Nagos (nom donné aux Yorubas dans la capitale bahianaise).

6Pourquoi ces anciens esclaves se mariaient-ils à l’Église catholique et pourquoi renonçaient-ils si vite à ces unions ? Dans quelle mesure les plaintes des Noires mina se rapprochaient-elles ou s’éloignaient-elles de celles déposées par les femmes d’autres « couleurs », d’autres origines et conditions sociales ? Que révélaient ces actions judiciaires sur les nouvelles et les anciennes formes d’identification de ces Africaines ? Comment ces relations, très souvent nouées sur la Praça do Mercado et dans les rues de la capitale de l’empire, principaux espaces de travail, influaient-elles sur leurs vies conjugales, ainsi que le suggère l’exemple de Fortunata Maria da Conceição ?

  • 11  Pour un premier examen de cette documentation dans lequel j’analyse l’ensemble des actions judicia (...)

7Pour tenter de répondre à ces questions, voyons de plus près les histoires de Fortunata elle-même et de son mari João José Barbosa11. En examinant le procès en divorce et d’autres sources dispersées – comme les actes de baptême, de mariage, les registres d’affranchissement ou les mains courantes de la police – il est possible de scruter dans leurs moindres détails les modes de vie et les conflits conjugaux de ce couple. Toutefois, il ne s’agit pas simplement de mettre en évidence des vies singulières, mais d’appréhender aussi des expériences collectives et même d’éclairer des contextes et des processus historiques de plus grande ampleur et complexité (Reis 2008 : 315-316).

De la Côte de la Mine à Rio de Janeiro

  • 12  Nous considérons ces termes comme des noms ou des adjectifs de pays et leur appliquons les règles (...)

8Dans différentes archives du xixe siècle, Fortunata et João José ne sont identifiés que comme Noirs « de la nation mina ». Depuis au moins les débuts du xviiie siècle, l’expression désignait, dans la ville de Rio de Janeiro et dans d’autres parties du Brésil, les esclaves et les hommes libres africains en provenance de la côte de l’Ouest, appelée aussi à l’époque Côte de la Mine. La région portait ce nom depuis la construction au cours du xve siècle du château de Saint-Georges-de-la-Mine (ou Elmina), entreprise par la couronne portugaise dans l’ancienne Côte de l’Or, l’actuel Ghana. Aux premiers temps du trafic transatlantique, le terme « Mina/mina12 » était en usage pour désigner tous les captifs originaires de différents royaumes, villages et groupes ethniques de la région. Peu à peu, la Côte de la Mine engloba, de manière plus précise, la Côte des Esclaves, c’est-à-dire, la côte sous le vent du château Saint-Georges, qui s’étendait du delta du fleuve Volta au Ghana à l’embouchure du fleuve Niger au Nigéria. Et la dénomination Mina désigna alors presque tous les peuples de la baie du Bénin, ce qui correspond aujourd’hui à trois pays : Togo, Bénin et Nigéria.

  • 13  Dans les registres des xviiie et xixe siècles, le terme « nation », utilisé pour désigner les Afri (...)

9Ainsi, les lieux d’où étaient effectivement originaires les Noirs minas étaient bien différents en termes de géographie, groupes ethniques, langues, cultures, environnement, pratiques économiques ou formes d’organisation politique. Loin des formes d’identification en usage dans les diverses régions de la côte occidentale – pour ce qui est des noms et de la structure sociale – la dénomination « Mina » peut être considérée comme une construction forgée aussi bien dans le cadre de la traite que dans l’expérience propre des Africains réduits en esclavage13. Imposée par le système esclavagiste, l’appartenance à une nation était réutilisée par les Africains qui, ainsi regroupés, prenaient peu à peu conscience d’eux-mêmes en formulant leurs propres règles. Ils redéfinissaient les limites de l’affiliation ou de l’exclusion qui orientaient le comportement de leurs membres et servaient à classer socialement les autres. Grâce à ce processus d’appropriation et d’auto-inscription, les noms de nation servaient de point de départ à la reconstruction de processus d’identification plus inclusifs. En partageant la même vie dans les taudis où ils vivaient, dans les rues, dans les équipes de travail urbain, au sein des confréries et pendant les fêtes religieuses, les Minas se trouvaient des ressemblances linguistiques et comportementales, des croyances et des origines communes et, à partir de cela, ils créaient des groupes plus larges dotés de conscience de soi collective (Soares 2000 : 63-92, Oliveira 1997 : 37-73, Parés 2006 : 27-29, Law 2006, Farias, Gomes & Soares 2005).

10Malgré l’imprécision des estimations concernant les Africains de l’Ouest à Rio, il est possible d’avancer que les captifs venus des aires de langue gbe (comme les Fon et les Mahi) étaient les plus nombreux au xviiie siècle, tandis que les Yorubas, importés en plus grand nombre à partir de la fin du xviiie siècle, allaient devenir majoritaires au cours du xixe siècle (Soares 2004 : 231-247). Pendant toute cette période, les hommes et les femmes minas ont toujours été en minorité numérique dans l’ensemble de la population esclave de la capitale de l’Empire car les Africains qui y débarquaient étaient en majorité originaires de la côte du Centre-ouest, comme les Angolas, Benguelas, Cabindas, Cassanges, Congos et Rebolos (Karasch 2000 : 52, Florentino 1997). Entre 1800 et 1843, d’après les calculs de Mary Karasch, sur plus de 600 000 Africains qui débarquèrent à Rio de Janeiro, seulement 1,5 % étaient originaires de la côte de l’Ouest (Karasch 2000 : 67 sqq.). Par ailleurs, les données rassemblées dans la base de données The trans-atlantic slave trade, pendant la période qui court de 1801 à 1825, montrent que 175 200 Yorubas ont débarqué à Bahia pour à peine 1 000 à Rio de Janeiro. Entre les années 1826 et 1850, 116 200 sont restés dans la capitale bahianaise et 28 400 sont partis à Rio (Eltis 2004 : 30-31). Il est certain que ce dernier groupe était constitué d’une part par les esclaves destinés à la vallée du Paraíba et à la région sud en général et, d’autre part, par ceux qui étaient arrivés illégalement, après la fin du trafic, et avaient été recueillis par la Commission mixte (Mamigonian 2000). Si au moins 10 % d’entre eux sont restés dans la ville, comme le propose Mariza Soares (2007 : 18-19), leur présence est déjà significative.

  • 14  Voir aussi Gomes & Soares (2001 : 342).

11À ces contingents, il convient d’ajouter encore les esclaves qui sont arrivés dans la capitale de l’Empire à la suite de la révolte des Malês en 1835 (Reis 2003). Selon Thomas Holloway (1998 : 268), quinze ans après le soulèvement, les Minas représentaient 17 % des captifs africains et 8,9 %, de la population totale de Rio14. Bien que de peu d’importance dans la démographie du trafic, les Minas jouaient un rôle social très particulier parmi la population esclave urbaine de Rio, comme en témoignent diverses études récentes.

  • 15  La lettre d’affranchissement de Fortunata a été annexée au procès en divorce initié par elle en 18 (...)

12Dans ces déplacements transatlantiques, où situer Fortunata et João José ? À la lumière de la documentation disponible, il ne m’est pas possible de préciser quand et d’où ils sont arrivés. Pour l’instant, les archives localisées éclairent succinctement la période où ils étaient esclaves dans la capitale et, de façon plus détaillée, leur vie conjugale. Le 21 mars 1836, Fortunata de nation mina et Maria, sa fille créole, ont reçu leurs lettres d’affranchissement de leur maîtresse Maria José d’Andrade après lui avoir payé 500 mille réis15. Si l’on considère que de nombreux captifs attendaient dix à quinze ans pour réunir assez d’argent pour se libérer, on peut supposer que, depuis au moins 1820, Fortunata vivait comme esclave à Rio ou peut-être à Salvador d’où venaient une bonne partie des Africains occidentaux de la Cour impériale, notamment son futur époux, le Noir mina João José.

  • 16  AN, 2o Ofício de Notas, Livro 68, p. 140. Je remercie Flávio Dos Santos Gomes de m’avoir communiqu (...)
  • 17  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 74-80.

13Parmi les lettres d’affranchissement enregistrées à Rio en septembre 1840, on trouve celle d’un esclave mina-nago, nommé João, qui appartenait à João José Barbosa. Outre le fait d’avoir servi son maître « avec beaucoup de compétence et de bonne volonté », l’esclave avait aussi remis la somme nécessaire à sa manumission16. Il est certain que c’est le même Africain qui des années plus tard s’était marié avec Fortunata, puisque de nombreux esclaves, une fois libérés, adoptaient le nom de leur ancien maître. En outre, selon un de ses amis, le Noir mina João Gonçalves da Silva, João José lui-même « avait obtenu la liberté pour la plaignante [Fortunata Maria da Conceição] pour cinq cents et plus mil-réis et, à cette époque [1836], l’accusé était encore esclave.17 » Nous reviendrons plus loin sur cette question de rachat de liberté. Pour l’instant, il convient de mettre en évidence que le Mina-Nago João avait quitté Salvador comme esclave et était arrivé à Rio dans la décennie de 1830, accompagnant le mouvement de « l’exode mina », ou peut-être le précédant.

14À Bahia, les hommes et les femmes qui parlaient yoruba étaient considérés comme Nagos. À la différence de Rio de Janeiro, les Africains de l’Ouest formaient la majorité des esclaves urbains de Salvador. Ils se présentaient – et étaient présentés – sous différentes désignations : Nagos, Jejes (ou Geges), Haoussas, Bornus, etc. En arrivant dans la capitale impériale, ils devenaient Minas. En agissant ainsi, ils optaient pour la même stratégie que celle des générations antérieures qui s’étaient insérées dans les réseaux sociaux constitués dans la ville de Rio depuis les débuts du xviiie siècle pour se protéger en formant un groupe uni et dense. De cette façon, ils évitaient la dispersion que l’affirmation de petites identités différenciées pouvait entraîner. Une nation nago aurait été nettement minoritaire dans la capitale et aurait rencontré plus de difficulté à négocier sa place dans la vie urbaine, en particulier pour les hommes libres qui devaient entrer dans les réseaux de travail déjà structurés. Comme nous l’avons affirmé dans un autre article :

« En tant que Minas, ils se réservaient des zones d’occupation pour l’habitat, le loisir, le travail et les pratiques religieuses, en minimisant grâce à cette organisation, le fait d’être un groupe minoritaire parmi les Africains de la ville. » (Farias & Soares 2012)

  • 18  Dans l’article « Linguística, etnicidade e organização social entre os africanos minas na cidade d (...)
  • 19  En portugais, Preto/Preta était utilisé pour désigner l’Africain ou l’Africaine esclave et, par ex (...)

15Pourtant, certains d’entre eux ne renonçaient pas à s’identifier – et à être identifiés par leurs maîtres – comme Nagos, Haoussas, Minas-Nagos, parmi d’autres désignations basées sur des critères ethniques, linguistiques ou territoriaux. João José lui-même est considéré comme un Mina-Nago dans sa lettre d’affranchissement alors que, dans d’autres circonstances (pendant toute l’action en divorce, par exemple), il apparaît seulement comme un Mina. Bien que ces registres et d’autres de la même époque révèlent des groupes particuliers et des identités différenciées, une analyse d’ensemble montre le processus récurrent d’agrégation identitaire autour des Minas18. À partir du milieu du xixe siècle, ce phénomène s’accélère encore plus et, finalement, tous les Africains de l’Ouest sont identifiés, de façon globale, comme des pretos minas [Nègres minas] ou des negros minas [Noirs minas]19.

Travail, liberté et mariage

  • 20  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 74-82.

16À Rio de Janeiro, João José semble s’être rapidement inséré dans la commu­nauté des Africains minas de la ville. Malgré la dispersion des informations sur sa vie quotidienne, nous avons réussi à rassembler quelques-uns des fils de son histoire à partir de documents et surtout de dépositions de témoins lors du procès en séparation. Dans les récits des voisins, des amis et des « compagnons de nation » qui témoignèrent en sa faveur, époques et dates précises sont rarement mentionnées. Pourtant, on peut avancer qu’au début des années 1840, João tenait un étal à la Praça do Mercado. D’après le Mina libre Gonçalves Francisco Gunnel, ancien voisin de João José, avant même que ce dernier « contracte une union matrimoniale » avec Fortunata (ce qui eut lieu seulement le 31 juillet 1841), il « était déjà vendeur de fruits et de volailles » dans ce marché. Le créole libre Liandro Santos Maia et le Noir mina João Gonçalves da Silva confirmèrent aussi cette information et ajoutèrent que les denrées étaient vendues « conjointement » avec Fortunata20.

  • 21  Almanak Laemmert, 1844, p. 239. Cf. Regulamento da Praça do Mercado, présenté à la session de la C (...)

17Située sur les bords de la baie de Guanabara, à proximité du Largo do Paço (actuelle Praça 15 de Novembro) la Praça do Mercado – appelée également Mercado da Candelária ou Mercado da Praia do Peixe – formait un quadrilatère divisé en trois zones : le centre, destiné à la vente des primeurs, des légumes, de la volaille et des œufs ; le côté de la mer, pour le poisson frais, sec et salé ; et le côté de la rue (tourné vers la rue du Mercado et le Largo do Paço) pour les céréales, les légumes, la farine de manioc et les oignons. Conformément au règlement approuvé par la Cámara en 1844, les cent douze étals et loges du marché couvert de la Praça pouvaient être loués chaque semestre par des « personnes libres et compétentes »21. Parmi les locataires, il y avait des Portugais, des Brésiliens et aussi des Africains minas.

  • 22  Le document fut demandé par João José Barbosa pour prouver que l’étal 108 – dont la possession éta (...)
  • 23  Les esclaves dits de ganho étaient envoyés dans les rues par leurs maîtres pour exécuter les tâche (...)

18D’après le registre de la Cámara annexés au procès en divorce de Fortunata et João Barbosa, le Noir mina fut locataire de l’étal numéro 108 de 1842 à 1848 (année où sa femme déposa une accusation contre lui) et acquitta chaque semestre le loyer correspondant22. Entre-temps, comme nous l’avons vu, les témoins de la défense et également cinq autres qui déposèrent en faveur de Fortunata assurèrent que tous les deux travaillaient ensemble au marché avant de se marier, c’est-à-dire avant juillet 1841. Comme João ne reçut sa lettre d’affranchissement qu’en septembre 1840 – dix mois avant son mariage –, il est possible qu’il ait travaillé au marché depuis son arrivée comme esclave. Il est certain qu’il ne figurait pas dans les registres comme locataire d’un étal, puisque, d’après le règlement de 1844 et même avant, il était interdit aux esclaves d’en louer à l’intérieur du marché. Fortunata, qui avait gagné sa liberté en 1836, était peut-être la véritable locataire à cette époque. Il est aussi possible que le Mina-Nago João ait été un employé d’un marchand de la Praça ou alors un vendeur ambulant ou pombeiro (revendeur ambulant de poisson) sur les quais de Marinhas et ses environs (Farias 2011), comme de nombreux escravos ao ganho [esclaves de rapport] de sa nation23.

19En outre, comme pour beaucoup de Minas, ces activités ont dû être déterminantes pour amasser de l’argent afin de se libérer et même d’aider Fortunata et sa fille. Sur le marché de la liberté dans le Rio du xixe siècle, les hommes et les femmes de la Côte de la Mine étaient précisément ceux qui devaient payer le plus cher pour obtenir leurs lettres d’affranchissement. Ainsi que le montrent des analyses récentes, la participation élevée de ces Africains – souvent considérée comme une situation de monopole – dans les services de ganho et dans le petit commerce leur permettait d’accaparer des ressources et par conséquent d’obtenir leur manumission. De même, l’efficacité de leurs « institutions ethniques », telles que les confréries catholiques, les associations de secours mutuel et les groupes familiaux, facilitait l’accumulation de ces pécules (Florentino 2002, Farias & Gomes 2005). Beaucoup d’entre eux comptaient sur un père, une mère, un conjoint, des oncles, des parrains, des amis et autres « parents » pour emprunter ou recevoir les sommes nécessaires.

  • 24  Pour d’autres exemples de couples minas qui, au milieu d’un procès en divorce, débattent sur les f (...)

20Dans les documents d’affranchissement, c’est seulement dans un certain nombre de cas qu’on trouve des renseignements plus détaillés sur la manière dont cet argent a été reçu ou sur les personnes qui ont apporté leur aide pour l’amasser. Cependant, en confrontant et en analysant différentes sources, on peut éclairer ces questions. C’est le cas avec les actions en divorce. Dans le jugement ecclésiastique, les ruses – ou les conflits ouverts – autour de l’affran­chissement n’étaient aucunement pris en compte pour la concession d’une séparation temporaire ou définitive. Pourtant, dans quelques procès, ce sujet devient central, au point de constituer le cœur du litige. Dans cinq actions impliquant des couples d’affranchis minas entre 1830 et 1860, ce fut l’homme qui mentionna le sujet le premier pour s’opposer à la demande de son épouse. Comme il leur fallait se défendre des accusations de leurs femmes, les maris essayaient de renverser le processus et de présenter ces dernières comme des épouses ingrates et injustes, mais leurs attaques pouvaient aussi se retourner contre eux24.

  • 25  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026.
  • 26  Idem.

21C’est ce qui arriva à João José Barbosa. Dès le premier alinéa du plaidoyer qu’il déposa contre le recours de son épouse, il affirmait qu’elle et sa fille furent libérées pour 500 mille réis « lesquels furent donnés à cette fin par l’accusé », c’est-à-dire João. En annexe, il joignait les copies des lettres d’affranchissement pour apporter la preuve de ses affirmations. Toutefois, au-delà de quelques informations sur les esclaves et du montant de la somme dépensée pour l’achat de leur liberté (exactement ce qu’avait indiqué le Noir mina), ces actes ne précisaient ni la personne qui avait réuni la somme ni comment elle avait procédé. Fortunata ne se prononçait pas non plus sur la question et le sujet n’a été abordé que pendant les interrogatoires des témoins de la défense. Comme il avait vécu près d’eux, le créole libre Liandro Maia « savait » que João Barbosa avait libéré « la plaignante et sa fille Maria parce que l’accusé lui avait dit qu’il avait de la peine pour la plaignante »25. Le pombeiro mina João Gonçalves da Silva, ami de João, parla davantage : « D’après ses souvenirs, il y avait quinze ans, plus ou moins, que l’accusé avait obtenu la liberté pour la plaignante moyennant cinq cent et quelques mil-réis et à cette époque l’accusé était encore esclave, et à cette même occasion la fille de la plaignante fut libérée aussi, et l’argent lui fut donné par un Fuão Rodrigo ; et lui-même témoin était encore esclave à cette époque et il sait cela parce qu’il s’entendait alors avec lui26. »

22Comme le sujet intéressait peu les juges ecclésiastiques, le débat n’alla pas au-delà des accusations d’une partie à l’autre ou de la confirmation des arguments par les témoins. Comment, dans ces conditions, découvrir de quel côté se trouvait la « vérité » ? Chercher à la dévoiler n’est pas fondamental ici. Les actions en divorce impliquant des Africains minas et d’autres documents examinés laissent entrevoir à quel point étaient importants dans la vie des anciens esclaves la conquête de la liberté qui permettait la légalisation de leurs relations conjugales. Il est certain que Fortunata et João José avaient commencé à se fréquenter à l’époque où ils étaient encore captifs. En vendant leurs marchandises au marché ou dans les rues de la capitale, ils vivaient « sur eux-mêmes » et amassaient peu à peu l’argent pour acheter leur liberté. Comme les femmes et, en particulier les Minas, se libéraient plus facilement, Fortunata s’affranchit la première. Et elle compta probablement sur l’aide de João, car beaucoup d’hommes préféraient que leurs compagnes soient affranchies les premières, pour garantir que leurs enfants naissent d’un ventre libre. Quand, finalement, les deux cessèrent d’être esclaves, ils coururent à l’église pour officialiser leur union.

  • 27  La recherche a été réalisée dans les livres des actes de mariage d’affranchis de la paroisse du Sa (...)

23Cependant ils ne furent pas les seuls à agir de cette façon. En croisant les actes de mariage d’affranchis de la paroisse du Sacramento, entre 1830 et 1860, avec leurs lettres d’affranchissement, j’ai obtenu des données sur au moins un des conjoints pour soixante-dix couples de Minas27. Même s’il n’a pas été possible de calculer un intervalle de temps moyen entre la liberté et le mariage, j’ai pu constater que ces Africains affranchis n’attendaient pas longtemps avant de demander une légalisation de leur union devant l’Église. Dans de nombreux cas, quelques mois ou même quelques jours suffisaient. Le Mina Paulo Joaquim Botelho, par exemple, bénéficia d’un affranchissement gratuit le 13 juillet 1833 et, à peine quatorze jours plus tard, il épousa l’ancienne esclave Maria Rosa de Oliveira, de nation benguela. La Mina-Nago Felicidade et le Mina Joaquim scellèrent leur union à l’église principale du Sacramento le 10 avril 1854. Deux mois plus tôt, l’un et l’autre avaient déboursé mille réis chacun pour se libérer de l’esclavage. Les hommes, dès qu’ils étaient libres, paraissaient avoir plus de hâte à épouser une Africaine, alors que des Noires minas pouvaient attendre plus de dix ans avant de se marier. Ce fut le cas de Thereza Maria, qui bénéficia de la liberté gratuite le 16 juillet 1833 et ne légalisa sa relation avec le Cabinda affranchi João Francisco que le 23 novembre 1844. Il reste maintenant à comprendre pourquoi ces anciens esclaves qui, très souvent, vivaient déjà en concubinage depuis plusieurs années, se décidaient pour une union consacrée par l’Église.

Entre « parents de nation »

  • 28  Il fallait également prouver que l’on était célibataire et que l’on ne s’était pas engagé au célib (...)

24Au xixe siècle, le mariage catholique paressait une affaire bien compliquée. Pour commencer, il était nécessaire de publier les bans – ou d’obtenir une dispense d’empêchement – pour prouver que les conditions permettant le mariage étaient établies. Entre autres exigences il fallait présenter le certificat de baptême et une preuve que la personne souhaitant se marier était libre28. D’où les efforts de nombreux couples pour libérer un des partenaires avant d’officialiser leurs relations. Après la manumission, l’affranchi confirmait l’union consensuelle grâce à une cérémonie religieuse, sans doute pour marquer de façon symbolique le fait que les familles ne pourraient plus être divisées et leurs membres vendus séparément comme il advenait fréquemment au temps de l’esclavage (Karasch 2000 : 474-475).

  • 29  Dans les cas de mariages catholiques entre esclaves, les exigences de l’Église étaient du point de (...)

25Aux yeux de l’Église le mariage avait pour but, essentiellement, de permettre à l’espèce humaine de « croître et multiplier ». Ce n’était pas par amour que les mariés s’unissaient mais pour accomplir leurs devoirs : payer les dettes du ménage, faire des enfants et, enfin, lutter contre la tentation de l’adultère (Brügger 1995). Mais c’était aussi une affaire familiale impliquant presque toujours des intérêts économiques et sociaux jusque dans le choix du conjoint. Dans les milieux sociaux plus riches, la famille de la femme recherchait le soutien, la sécurité et la protection pour leurs filles au moyen d’un mariage susceptible de lui conférer une bonne situation économique. Les hommes, de leur côté, recherchaient des unions leur permettant d’augmenter leurs biens ou les conduisant à un enrichissement facile. Parmi les plus pauvres, surtout les esclaves et les affranchis, la liberté du choix des partenaires était plus grande29. Toutefois, eux aussi ne manquaient pas de prendre en compte leurs intérêts socio-économiques. Certains dons personnels (ou « dots »), comme la « puissance de travail » d’une vendeuse ambulante mina, par exemple, constituaient de puissants attraits. Sans compter que les parents et autres « apparentés » africains pouvaient également pousser enfants et amis à se trouver des conjoints dans leur propre communauté.

26Dans l’Afrique de l’Ouest, chez les Yorubas, les mariages répondaient à des stratégies d’alliance entre familles et la coutume était de les arranger dès l’enfance. Quand une femme yoruba atteignait l’âge du mariage, une cérémonie confirmait l’arrangement. Elle comportait un rituel avec des noix de cola, le paiement de la dot par la famille du marié, des fêtes et des offrandes (ebó iaô) aux dieux. Le jour du mariage était également l’occasion de nombreuses festivités dans la maison de la famille de la femme et dans celle du mari où l’épouse allait demeurer (Reis 2003 : 408).

27D’après Sandra Graham, ces alliances profitaient autant au mari qu’à la femme. En entrant dans une nouvelle famille, une marchande entreprenante pouvait accroître ses réseaux commerciaux. Les hommes, de leur côté, avaient la possibilité de compter sur le soutien économique ou les conseils de leur beau-père. Cependant, en terre yoruba, les mariés étaient les uniques propriétaires de leurs biens, pendant la durée du mariage comme après un divorce. En visitant la région en 1849, le missionnaire Thomas Bowen observa que les femmes étaient des commerçantes indépendantes, qui travaillaient pour elles-mêmes et assuraient leur propre subsistance sans réclamer les biens de leurs maris, ni eux les leurs (Graham 2011).

  • 30  À propos de ces questions et du concept de « parents de nation », voir Reis (1991 : 55), Soares (2 (...)

28Au Brésil, les hommes et les femmes yorubas n’arrivaient que difficilement à suivre le protocole d’un mariage africain ou, même, d’un mariage « à la brésilienne », car il était rare qu’ils puissent trouver une famille pour « négocier » leurs unions conjugales. Pourtant, ils pouvaient adapter ou combiner certaines pratiques et leur redonner vie. Éloignés de leur parentèle consanguine, ils ébauchaient, à partir de l’identification ethnique, les contours d’une grande famille symbolique qui était souvent le principal dispositif de solidarité à partir duquel leurs vies et celle de leurs descendants s’organisaient30. Vivant « au milieu des leurs », pour reprendre l’expression de Cortês de Oliveira, ces « parents de nation » se réunissaient dans des maisons particulières, sur les marchés, dans les confréries religieuses ou dans les casas de feitiço (sanctuaires des cultes africains). Dans ces espaces, ils étaient considérés, du moins à titre symbolique, comme fils, frères, compagnons ou pères des autres membres (Oliveira 1995-1996 : 176-179).

  • 31  La recherche a été réalisée dans les registres des actes de mariage d’affranchis de la paroisse du (...)

29En examinant les registres de mariages d’affranchis à Sacramento, quartier de la ville où se tenaient le plus grand nombre de ces cérémonies catholiques, j’ai pu entrevoir le rôle et l’importance de la « famille de nation » dans les actes de mariage des Africains minas. Entre 1830 et 1860, 344 actes comprenant au moins un conjoint affranchi sont signés dans la paroisse31. Selon les données recueillies par Eulália Lobo, 2 871 mariages y ont été célébrés entre 1835 et 1869, dont 304 entre anciens esclaves, soit 10,5 % des unions enregistrées. Pour la décennie de 1840, nous avons 1 184 actes, dont 166 (14 %) concernent des affranchis. De 1850 à 1859, ils sont 103 (9,24 %) sur 1 114 (Lobo 1978 : 437-438, Brügger 1995).

  • 32  Les calculs concernant les affranchis habitant Sacramento ont été extraits des données du recensem (...)

30Afin de tenter d’établir une relation entre ces chiffres et l’ensemble des affranchis de la paroisse, observons de plus près les informations concernant l’année 1849. D’après le recensement disponible à cette date, il y avait 41 856 habitants à Sacramento, dont seuls 2 480 (5,92 %) furent inscrits comme mariés (Holloway 2008). De nouvelles unions furent contractées pour à peine 248 personnes (6 % de la population). Des 2 206 affranchis (323 créoles et 1 893 Africains) qui y habitaient, seulement huit couples (12 Africains, 3 créoles et une personne dont on ne donne pas la provenance) se sont unis au sein de l’Église catholique cette année-là. Ceci correspondait à 0,7 % des habitants de la paroisse. Si l’on retire ceux qui venaient d’Afrique, le pourcentage tombe à 0,63 %32. Il est certain que tous ces nouveaux mariés affranchis ne résidaient pas dans la paroisse où ils s’étaient mariés, même si la majorité y restait. Ces calculs approximatifs mettent en évidence que les taux annuels de mariage étaient très faibles, mais pas seulement chez les anciens esclaves. Proportionnellement à leur poids démographique, le nombre des unions qu’ils légalisaient correspondait à ce qu’on pouvait trouver dans le cadre plus général de la paroisse et dans celui de la ville.

  • 33  Ont été exclus de l’échantillon 6 hommes et 10 femmes qui étaient identifiés simplement comme affr (...)

31Mais qui étaient ces hommes et ces femmes libres de Sacramento qui choisirent le mariage devant l’Église ? Sur l’ensemble des 344 actes, j’ai trouvé des informations sur l’origine ou la « couleur » de 652 individus affranchis33. Parmi les hommes (328), il y avait 290 Africains, 36 créoles, un mulâtre et un « Brésilien ». En distinguant les Africains par région d’origine, nous avons 114 individus d’Afrique de l’Ouest, 92 de l’Afrique du Centre-ouest et 22 d’Afrique de l’Est. Si nous considérons les « nations » – ou groupes de provenance – se détachent les Minas (100), les Cabindas (26), les Angolas (17), les Congos (14) et les Mozambiques (12). En ce qui concerne les 324 femmes, j’ai trouvé 258 Africaines, 64 créoles et deux mulâtresses. Parmi celles originaires d’Afrique, 90 venaient de la côte de l’Ouest, 87 du Centre-ouest et 13 de la région orientale. Dans ces groupes, on comptait 75 Minas, 23 Cabindas, 18 Benguelas, 15 Congos et 9 Rebolas.

32Il est clair que la majeure partie des mariés venait de la côte de l’Ouest, et quelques-uns furent identifiés par leur sous-groupe : Nago (7), Mina-Nago (10), Haoussa (1), Mina-Haoussa (2), Calabar (8) et Mina-Calabar (1). La prédominance de leurs unions dans cette région s’explique certainement par le fait que nombre d’entre eux habitaient la paroisse de Sacramento. Selon le dénombrement de la population de 1849, Santana et Sacramento étaient les quartiers de la ville où les habitants d’origine africaine étaient les plus nombreux. Ils étaient, de plus, connus pour abriter la plus forte concentration de Minas (Holloway 2008, Farias et ali. 2005, Soares 2001), ce qui facilitait le choix du conjoint parmi les frères et sœurs « de nation ».

33De 1830 à 1859, 75 couples d’Africains de l’Ouest se marièrent à Sacramento. Les femmes minas, en majorité, choisirent des maris de la même « nation ». Des 90 qui se marièrent pendant cette période, 83,3 % (75) choisirent un conjoint de l’Afrique de l’Ouest (Mina, Mina-Nago et Nago). Cinq seulement s’unirent à des africains du Centre-ouest (2 Cabindas, 2 Congos et 1 Benguela), 3 avec des Africains de l’Est ; 2 avec des Africains sans nation identifiée ; 2 avec des créoles ; 1 avec un mulâtre et 1 sans aucune indication d’identification. Parmi les hommes minas, on observe la même tendance endogamique : 65 % trouvèrent des épouses de même provenance qu’eux. Quant aux autres, on a l’éventail suivant : 11 se marièrent avec des femmes du Centre-ouest africain, 2 avec des Africaines de l’Est, 11 avec des Africaines sans indication d’origine et 14 avec des créoles.

34Bien que les études consacrées aux mariages des affranchis soient encore rares, surtout à Rio de Janeiro, dans presque toutes les analyses disponibles on constate la même endogamie (Faria 1998, Brügger 1995, Lima 2000, Reis 2007). En général, un Africain s’unissait à une Africaine, et un créole à une créole. Cette tendance, selon Mariza Soares, faisait déjà partie des habitudes matrimoniales des esclaves de la ville depuis au moins le début du xviiie siècle, peut-être même avant cette époque. Cependant, dans le Rio du xviiie, les groupes en provenance d’Afrique du Centre-ouest étaient plus endogamiques que ceux de la région occidentale. C’est pourquoi, Soares affirme que les esclaves angolas, en majorité à Rio, disposaient de « femmes en nombre suffisant pour les épouser », alors que les groupes africains minoritaires (les Minas, par exemple), ayant peu de femmes, étaient obligés d’en chercher ailleurs. Ainsi, ajoute l’auteur, le mariage est un excellent champ d’analyse pour « penser les différentes alternatives d’organisation pour les groupes de provenance, en montrant comment les choix peuvent être modifiés selon le lieu, l’époque et les conditions auxquelles ils sont soumis ». Pareille flexibilité n’indiquait pas pour autant l’absence de règles, bien au contraire. Elle mettait en évidence une capacité de réorganisation face à une nouvelle situation (Soares 2000 : 123-125).

  • 34  Parmi les 26 affranchis cabindas que se marièrent pendant cette période, 4 le firent avec des femm (...)

35Et, de fait, dans le Rio de Janeiro du xixe siècle, on observe un nouveau modèle dans les mariages catholiques chez les Africains affranchis, au moins chez ceux qui avaient légalisé leurs relations conjugales dans la paroisse de Sacramento. Même s’ils étaient encore numériquement minoritaires dans la capitale, Minas et Nagos avaient plus l’habitude de se marier entre eux que les Africains du Centre-ouest ou ceux de l’Est. De 1830 à 1860, 49 sur 92 (soit 53,2 %) d’hommes d’Afrique du Centre-ouest s’étaient unis à des Africaines de la même provenance à l’église de Sacramento. Mais seulement 16 de ces couples partageaient la même « nation » (cabinda et cabinda, angola et angola, etc.). À la différence des Africains occidentaux, les hommes et les femmes du Centre-ouest africain, aussi bien les esclaves que les affranchis, se présentaient en groupes distincts (Congos, Cabindas, Angolas, Benguelas et Cassanges étaient les plus connus). Ainsi, beaucoup finissaient par choisir des partenaires de la même macro-région africaine, mais de « nations » différentes de la leur34.

36Quoi qu’il en soit, ces données permettent d’induire que, dans le labyrinthe des « nations » de la capitale de l’empire, les Africains libres avaient des comportements différenciés sur le marché matrimonial réduit de la ville. Même si, dans l’ensemble, ils cherchaient des partenaires en provenance d’Afrique, ils ne le faisaient pas tous avec des hommes ou des femmes de la même région d’origine. Cette option n’était pas nécessairement liée au cadre démographique de la paroisse ou de la ville entière. Les Cabindas, par exemple, apparaissent dans presque tous les dénombrements des principales « nations » de Rio comme un des groupes les plus nombreux, à côté des Angolas et des Congos. Une bonne partie d’entre eux habitaient Santana et Sacramento. Pourtant, des 52 Cabindas qui se marièrent dans cette dernière paroisse entre 1830 et 1859, 6 seulement choisirent des partenaires de leur propre « nation ». Option bien différente de celle des Minas qui, comme nous l’avons vu, choisissaient presque toujours des conjoints parmi leurs « parents de nation ». Pourquoi officialiser leur union conjugale semblait-il si important à leurs yeux ?

37Beaucoup mettaient en avant « l’amour réciproque », l’amitié et une « connaissance de longue date » comme motivations pour le mariage. Toutefois, en vérité, d’autres motifs stratégiques semblaient avoir plus de poids. Dans le cas de Fortunata et João José, ils vivaient ensemble depuis quelque temps ; ils avaient, comme on le disait à l’époque, une « relation illicite ». Et, selon les observations contenues dans la lettre d’affranchissement de la Noire mina en 1836, Fortunata avait une fille prénommée Maria. Il est fort probable que l’Africain en était le père. Ce qui, une fois de plus, renforce l’hypothèse que le couple se fréquentait depuis le temps de l’esclavage. En 1848, pendant la procédure de divorce, João réclama un document pour confirmer que « ladite innocente Maria, créole, fille de Fortunata » était « également sa fille légitime en raison du mariage subséquent » célébré avec l’Africaine. N’était-ce pas là la raison principale – ou une des raisons – justifiant la légalisation de leur union ? D’après les Ordenações Filipinas et la législation ecclésiastique, le mariage des parents était une façon de légitimer l’enfant naturel. Appelée légitimation par mariage subséquent des parents, cette procédure garantissait aux enfants reconnus le droit à la succession patrimoniale (Silveira 2005 : 107-142).

38Dans les actes de recours en divorce, on rencontre des hommes et des femmes qui évoquent plus directement les raisons qui les ont conduits « devant l’Église ». Certes, leurs propos sont souvent entremêlés de ressentiments et d’accusations mutuelles. Pourtant, en lisant entre les lignes leurs déclarations et celles des témoins aux procès (pour une grande part des voisins et amis minas du couple), on peut comprendre ce que le mariage représentait en temps de paix conjugale. En plus de leur apporter un certain statut et du respect dans un « monde de Blancs » si souvent hostile, il renforçait la solidarité et le soutien mutuel chez ces affranchis.

39Même saisies en des moments de grand conflit, certaines scènes décrites dans les procès en divorce révèlent un quotidien fait de soins pour la santé du conjoint, de préoccupations pour « recueillir un pécule pour la vieillesse » et surtout un travail commun en vue « d’accroître la fortune du couple ». Chez les Minas que j’étudie, on observe une sorte d’accord tacite qui ne tardait pas à être formalisé : l’argent et les biens acquis par chacun et par son propre travail appartenaient au ménage, de même que les dépenses étaient partagées de façon égale. On ne négligeait pas non plus les problèmes plus stratégiques, liées aux droits d’héritage. Comme le mentionne João Reis, la « légalisation des unions conjugales entre Africains garantissait que le conjoint survivant soit reconnu comme héritier légitime des biens du couple » (Reis 2003 : 410-411). Tout cela paraissait si important que, lorsque ces pactes étaient rompus – ou simplement remis en question – ils débouchaient très souvent sur des divorces difficiles.

En litige

  • 35  En France, les demandes de séparation de corps (à 80 % d’origine féminine) et de divorce (quand il (...)

40Les sévices et les accusations d’adultère étaient les principaux motifs qui conduisaient les femmes à recourir à la justice et à la séparation devant le Tribunal ecclésiastique35. Pourtant, presque toujours des « causes accessoires » explicitées dans leurs demandes avaient plus de poids qu’une allégation de mauvais traitements aisément reconnue. Dans le cas des Noires minas, ce fait est patent. Comme les autres épouses, elles se plaignent de la violence de leurs maris ou de leurs nombreux amants : coups, offenses verbales et rapports extraconjugaux étaient signalés à profusion. Toutefois d’autres griefs apparaissaient aussi ou même tenaient plus de place dans les litiges entre couples.

41Revenons au cas de Fortunata. Les femmes ne pouvant répondre elles-mêmes dans les recours en justice, elle avait eu besoin de contacter un mandataire pour la représenter. Dans l’action présentée devant le vicaire général de l’évêché de Rio, il précisait :

  • 36  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 20.

« Que la plaignante non seulement accomplissait tous les devoirs de la femme mariée, mais aussi grâce à son travail acharné et à son commerce de primeurs, qui était déjà le sien avant de se marier, elle gagnait de quoi vivre, elle et l’accusé, son mari, sans donner de motif à ce dernier pour la maltraiter.
Que malgré cela, l’accusé maltraitait la plaignante, sa femme, en exerçant sur elle de cruels sévices, en la rouant de coups très fréquemment, en lui causant des blessures sur la tête et des contusions sur tout le corps, au point qu’elle en saignait.
Que l’accusé n’avait aucune activité honnête, qu’il ne travaillait pas et ne se souciait pas de gagner sa vie. Il ne cherchait qu’à détruire et à gaspiller ce que la plaignante obtenait à la sueur de son front, jusqu’à vendre les esclaves qu’elle avait achetés grâce au produit de ses incessants efforts, pour dépenser l’argent dans la débauche […]36. »

42Si l’on compare la déclaration de Fortunata à celle d’autres Africaines minas, on a l’impression que, quand elles accusent leur mari, toutes suivent le même modèle. Même si « l’absence d’activité » des conjoints et la dilapidation du patrimoine du couple ne constituaient pas des causes légales pour le divorce ecclésiastique, la majeure partie des plaignantes en faisait état. Elles ajoutaient que ce comportement « déréglé » était la cause ou la conséquence de nombreux adultères et d’une violence démesurée.

43Les femmes d’autres groupes sociaux, y compris les donas des élites bourgeoises, se plaignaient aussi que leurs maris ne subvenaient pas à leurs besoins, accaparaient les biens et gaspillaient leur argent pour entretenir leurs concubines. La législation civile brésilienne de l’époque reconnaissait les mariages en régime de communauté de biens, connu aussi sous le nom de « lettres de moitié ». Comme dans tous les pays régis par le droit romain, ce type d’union était considéré comme une association universelle dans laquelle les biens et les dettes de chaque conjoint, au présent et dans l’avenir, leur appartenaient à égalité. Ceux qui ne voulaient pas suivre ce modèle devaient établir leurs règles au moyen de contrats prénuptiaux (Silva 1984 : 223, Zanatta 2005 : 183-186). En outre, la loi cherchait à mettre les femmes à l’abri des exactions de leurs conjoints.

  • 37  Código filipino ou ordenações do reino de Portugal, recompilados por mandado de el rei D.Filipe I, (...)

44Dans les Ordenações filipinas37, on précisait que le mari ne pouvait vendre « ni aliéner les biens en nue-propriété sans procuration ou consentement exprès de sa femme, ni les biens dont chacun avait seulement l’usufruit, qu’ils soient mariés selon la lettre de moitié, en conformité avec la coutume du Royaume, ou qu’ils le soient avec une dot et des compensations. » Toutefois, pour l’Église catholique, enfreindre ces règles n’était pas une raison suffisante pour que le divorce soit prononcé.

45En fait, les jeux de l’accusation et de la défense chez les Africains minas ne différaient pas sur de nombreux points de ceux des autres groupes ethniques et sociaux dans diverses villes brésiliennes (Silva 1984, Brügger 1995, Zanatta 2005, Silva 1998). Toutefois, leurs litiges conjugaux montraient quelques traits particuliers. Le premier concerne les « rôles sociaux » attribués aux hommes et aux femmes minas. Dans leurs actions en divorce, les épouses utilisaient une rhétorique spécifique pour convaincre le Tribunal ecclésiastique. Comme les Brésiliennes blanches de différentes conditions, les créoles et même les autres Africaines, elles cherchaient à donner des preuves de leur bon comportement afin de faire ressortir l’injustice des mauvais traitements qu’elles recevaient de leurs maris. « En accomplissant tous les devoirs de la femme mariée », elles affirmaient « garder toujours la foi conjugale » et vivre avec « la plus grande honnêteté et réserve, au service de leur mari sans lui donner de motifs pour la moindre contrariété. »

46Quels étaient exactement ces « devoirs » conjugaux ? Conformément à l’Église catholique et aussi à l’État, les femmes, d’après le modèle « idéal », devaient se comporter en épouses fidèles et honnêtes, demeurer au sein du foyer familial où elles devaient prendre soin de l’espace domestique et de l’éducation des enfants. Leur honnêteté dépendait étroitement de ce confinement, de l’anonymat d’une vie entre quatre murs. Alors que la maison était le seul lieu où l’honneur de l’épouse et, par conséquent, de sa famille pouvait être préservé, la rue était l’espace de la femme malhonnête, de la prostituée. De son côté le mari devait protéger les siens, leur sécurité physique et financière. De plus, il devait surveiller les actes de son épouse et, si besoin, la châtier (Zanatta 2005 : 57).

  • 38   ACMRJ, Libelo de Divórcio 1907, 1174, 1026. Les Minas Tibério Thomas de Aquino et Faustina Dourad (...)

47Nous avons vu que les Minas affranchies, par l’intermédiaire de leurs manda­taires, essayaient par tous les moyens de se présenter conformément à ce modèle attendu par l’Église et, ainsi, d’obtenir le divorce convoité. Elles agissaient avec précaution dans un espace juridique où la frontière entre accuser et être accusé se franchissait aisément car le droit canonique confirmait leur situation d’infériorité dans les relations conjugales et attribuait aux hommes certains privilèges (Idem.). Quant aux maris, ils savaient manipuler ces normes de conduite en leur faveur afin d’échapper aux accusations et d’éviter les séparations. Usant et abusant de ces modèles de comportement pour atteindre leurs objectifs, ils se plaignaient très souvent du travail et des sorties fréquentes de leurs femmes. Pourtant, si l’on examine plus attentivement leurs dépositions et d’autres détails présents dans les procès, on observe que la situation n’était pas toujours celle-là. Pratiquement toutes les Minas impliquées dans ces actions en divorce étaient des vendeuses ambulantes dans les rues et les marchés de Rio depuis le temps de leur esclavage. Bien loin de ce qu’enseignait la morale catholique, elles ne vivaient pas recluses dans leurs foyers et presque toujours elles avaient fait vivre ou faisaient encore vivre toutes seules leurs enfants et d’autres parents. Et leurs maris approuvaient ces arrangements. Fortunata Maria da Conceição et João José Barbosa, avant même de se marier devant l’Église, cohabitaient et tenaient leur « petit commerce de fruits et légumes » à la Praça do Mercado où « ils faisaient du négoce ensemble »38.

48Cependant, face à l’Église, ces hommes et ces femmes étaient jugés selon des formes idéales de vies en commun. En conséquence, ils essayaient de donner des images d’eux-mêmes qui, parfois, ne correspondaient pas à leurs vies quoti­diennes. Pourtant, à la différence des litiges impliquant des couples de l’élite ou d’autres conditions sociales, on réussit à discerner, dans leurs querelles conjugales, des expériences de travail partagées et une vie féminine bien plus autonome. Les femmes minas se sentaient certainement négligées par des partenaires qui ne leur donnaient ni aliments, ni vêtements et qui ne payaient pas le loyer car c’était cela, dans cette société, qu’on attendait d’un « bon mari ». Pour autant elles ne manquaient pas de sortir pour garantir la subsistance de la famille « à leurs propres frais » ou pour aller devant le Tribunal ecclésiastique défendre leurs droits.

Sous le gouvernement des femmes

  • 39  En s’opposant au recours de la Noire mina Henriqueta Maria da Conceição, le Mina Rufino Maria Bali (...)

49Dans le Rio de Janeiro du xixe siècle, les Africaines étaient connues pour leur attitude hautaine et leur autonomie39. Comme de « remarquables vendeuses ambulantes », elles sillonnaient les rues de la ville, elles se constituaient des clientèles fidèles dans l’actif Mercado da Candelária et arrivaient même à amasser de « petites fortunes ». Peut-être, comme le suggèrent certains auteurs, recréaient-elles sur place des expériences vécues ou observées en terres yorubas. Là, les femmes avaient l’habitude de travailler sur des réseaux marchands qui s’étendaient des petits villages aux grandes villes. Régnant sur ce commerce, elles gagnaient indépendance, autorité et richesse (Graham 2011, Soares 2005, Gomes & Soares 2002, 2007, Faria 2004, House-Midamba & Ekechi 1995).

50En faisant usage des traditions et des pratiques commerciales africaines ou en les recréant, mais aussi de biens d’autres manières, les Minas – hommes et femmes – surent remarquablement manipuler la « loi du Blanc » aux Amériques. Se marier et, si nécessaire, rompre le mariage, leur apparaissait essentiel pour préserver leur dignité et leur liberté. Sheila de Castro Faria, en analysant récemment les testaments et les inventaires de Minas affranchies à Rio et à São João del Rei au xviiie siècle et pendant la première moitié du xixe, a observé qu’une bonne partie d’entre elles préférait ne pas se marier et, même, choisissait de vivre au sein d’une autre famille formée par leurs esclaves et les enfants qu’elles élevaient. En plus de les affranchir, elles s’efforçaient de leur enseigner une forme de vie plus convenable et préservaient leur patrimoine en le confiant à des mains féminines (Faria 1998). Comme nous l’avons vu, toutes ne choisissaient pas de suivre ce modèle. Pour nombre de femmes minas et, en particulier, pour celles qui tenaient un étal ou pratiquaient la vente ambulante sur la Praça do Mercado de Rio, le mariage signifiait, entre autres choses, la sécurité et le renforcement de liens de travail entre partenaires « de nation ».

51Pourtant, quand ces liens patiemment noués commençaient à se défaire, les épouses ne mesuraient pas leurs efforts pour les rompre définitivement. Dans ces moments, elles manifestaient leurs ressentiments et leurs exigences.

52João José Barbosa fut appelé par le Tribunal ecclésiastique pour se réconcilier avec Fortunata Maria da Conceição, mais il n’y comparut pas. À l’issue de la procédure, elle réussit à divorcer de façon définitive de son mari. Presque toutes les Minas, dont les procès furent retenus pour cette recherche, se séparèrent, sinon pour toujours au moins temporairement, de maris tyrans et inconstants. Devenues femmes divorcées, elles ne pouvaient plus contracter de mariage devant l’Église catholique. Cela ne les a pas empêché de s’occuper de leurs maisons et de leurs enfants, de vendre dans les rues, de préserver leur patrimoine et de trouver un nouvel amour.

Haut de page

Bibliographie

Brügger, Sílvia, 1995. « Valores e vivências conjugais: o triunfo do discurso amoroso (bispado do Rio de janeiro, 1750-1888) ». Dissertation de mestrado, Niterói, Université fédérale Fluminense.

Castelnau-L’estoile, Charlotte de, 2011. « O ideal de uma sociedade escravista cristã : Direito Canônico e matrimônio dos escravos no Brasil colônia ». In B. Feltier & E. Sales Sousa, A Igreja no Brasil. Normas e práticas durante a vigência das Constituições primeiras do Arcebispado da Bahia. São Paulo, Editora Unifesp : 355-395.

Eltis, David, 2004. « The Diaspora of Yoruba Speakers, 1650-1865: Dimensions and Implications ». In M. D. Childs & T. Falola (coord.), The Yoruba Diaspora in the Atlantic World. Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press.

Faria, Sheila de Castro, 1998. A colônia em movimento: fortuna e família no cotidiano colonial. Rio de Janeiro, Nova Fronteira.

— 2004. « ‘Sinhás pretas, damas mercadoras’: As pretas minas nas cidades do Rio de Janeiro e de São João del Rey (1700-1850) ». Mémoire de professeur titulaire, Niterói, Université fédérale Fluminense.

Farias, Juliana Barreto, 2011. « Pombeiros e o pequeno comércio no Rio de Janeiro do século xix ». In M. de Carvalho Soares & N. Bezerra (coord.), Escravidão africana no Recôncavo da Guanabara (séculos xvi-xix). Niterói, Editora da UFF : 175-193.

— 2012. « Sob o governo das mulheres : casamento e divórcio entre africanas e africanos ocidentais no Rio de Janeiro do século xix ». In G. Xavier, J. B. Farias & F. dos Santos Gomes (coord.), Mulheres negras no Brasil escravista e do pós-emancipação. São Paulo, Editora Selo Negro.

— & Gomes, Flávio dos Santos, 2005. « Descobrindo mapas dos minas: trabalho urbano, alforrias e identidades, 1800-1915 ». In J. B. Farias, F. dos S. Gomes & C. E. L. Soares, No labirinto das nações: Africanos e identidades no Rio de Janeiro, século xix. Rio de Janeiro, Arquivo Nacional : 117-121.

—, Gomes, Flávio dos Santos & Soares, Carlos Eugênio Líbano, 2004. « Primeiras reflexões sobre travessias e retornos cabindas, redes do tráfico e diásporas num Rio de Janeiro atlântico ». Textos de História, 12, 1-2 : 65-105.

— 2005. No labirinto das nações: Africanos e identidades no Rio de Janeiro, século xix. Rio de Janeiro, Arquivo Nacional.

— & Soares, Mariza de Carvalho, 2012. « Linguística, etnicidade e organização social entre os africanos minas na cidade do Rio de Janeiro ». In S. de C. Faria, titre non disponible, à paraître.

Florentino, Manolo, 1997. Em costas negras: uma história do tráfico de escravos entre a África e o Rio de Janeiro (séculos xviii e xix). São Paulo, Companhia das Letras.

— 2002. « Alforrias e etnicidade no Rio de Janeiro oitocentista: Notas de pesquisa ». Topoi, 5 : 9-40.

Gorberg, Samuel & Fridman, Sérgio Abram, 2003. Mercados no Rio de Janeiro: 1834-1962. Rio de Janeiro, Samuel Gorberg.

Gomes, Flávio dos Santos & Soares, Carlos Eugênio Líbano, 2001. « Com o pé sobre um vulcão: africanos minas, identidades e a repressão antiafricana no Rio de Janeiro (1830-1840) ». Estudos Afro-Asiáticos, 23, 2.

— 2002. « ‘Dizem as Quitandeiras...’: Ocupações urbanas e identidades étnicas em uma cidade escravista: Rio de Janeiro, século xix ». Acervo. Revista do Arquivo nacional, 15, 2, juillet-décembre : 3-16.

— 2007. « Negras Minas no Rio de Janeiro: gênero, nação e trabalho urbano no século xix ». In M. C. Soares (coord.), Rotas atlânticas da diáspora africana: da baía do Benim ao Rio de Janeiro. Niterói, Editora da UFF, vol. 1 : 191-221.

Graham, Sandra, 2005. Caetana diz não: histórias de mulheres da sociedade escravista brasileira. São Paulo, Companhia das Letras.

— 2011. « Being Yoruba in Nineteenth-Century Rio de Janeiro ». Slavery & Abolition, 32, 1 : 1-26.

Holloway, Thomas H., 1998. Polícia no Rio de Janeiro. Repressão e resistência numa cidade do século xix. Rio de Janeiro, Editora da Fondação Getúlio Vargas.

— 2008. « Prefácio: Haddock Lobo e o recenseamento do Rio de Janeiro em 1849 ». Préface au texte de Roberto Haddock Lobo. « Texto introdutório do recenseamento do Rio de Janeiro de 1849 ». Boletim de História Demográfica, xv, 50, juillet [consultable en ligne : http://historia_demografica.tripod.com/bhds/bhd50/bhd50.htm]

House-Midamba, Bessie & Ekechi, Felix K. (coord.), 1995. African Market Women and Economic Power: The Role of Women in African Economic Development. Westport, CT, Greenwood Press, 1995.

Karasch, Mary, 2000 [1972]. A vida dos escravos no Rio de Janeiro (1808-1850). São Paulo, Companhia das Letras.

Law, Robin, 2006. « Etnias de africanos na diáspora: novas considerações sobre os significados do termo ‘mina’ ». Tempo, 10, 20 : 109-131.

Lima, Carlos A. M., 2000. « Além da hierarquia: famílias negras e casamento em duas freguesias do Rio de Janeiro (1765-1844) ». Afro-Ásia, 24 : 129-164.

Lobo, Eulália Maria Lahmeyer, 1978. História do Rio de Janeiro: do capital comercial ao capital industrial e financeiro. Rio de Janeiro, Instituto Brasileiro de Mercado de Capitais, vol. 1.

Mamigonian, Beatriz, 2000. « Do que o preto mina é capaz: Etnia e resistência entre africanos livres ». Afro-Ásia, 24 : 71-95.

Oliveira, Maria Inês Cortês de, 1995-1996. « Viver e morrer no meio dos seus. Nações e comunidades africanas na Bahia do século xix ». Revista USP, 28, décembre-février 1995-1996 : 174-193.

— 1997. « Quem eram os negros da Guiné? A origem dos africanos da Bahia ». Afro-Ásia, 19-20 : 37-73.

Parés, Luís Nicolau, 2006. A formação do candomblé: história e ritual da nação jeje na Bahia. Campinas, Editora da Unicamp.

Perrot, Michelle, 1998. Les Femmes ou les silences de l’Histoire. Paris, Flammarion.

Reis, Isabel Cristina Ferreira dos, 2007. « A família negra no tempo da escravidão, Bahia, 1850-1888 ». Thèse de doctorat, Campinas, Unicamp.

Reis, João José, 1991. A morte é uma festa: Ritos fúnebres e revolta popular no Brasil do século xix. São Paulo, Companhia das Letras.

— 2003. Rebelião Escrava no Brasil. A história do levante dos malês em 1835. São Paulo, Companhia das Letras.

— 2008. Domingos Sodré, um sacerdote africano: Escravidão, liberdade e candomblé na Bahia do século xix. São Paulo, Companhia das Letras.

Silva, Maria Beatriz Nizza da, 1984. Sistema de casamento no Brasil colonial. São Paulo, EDUSP.

Silva, Marilda Santana da, 1998. « As mulheres no tribunal eclesiástico do bispado de Mariana (1748-1830) ». Mémoire de master, Campinas, Unicamp.

Silveira, Alessandra da Silva, 2005. « O amor possível: um estudo sobre o concubinato no Bispado do Rio de Janeiro em fins do século xviii e no xix ». Thèse de doctorat, Campinas, Unicamp.

Soares, Carlos Eugênio Líbano, 2001. A capoeira escrava e outras tradições rebeldes. Campinas, Editora da Unicamp.

— 2005. « A ‘nação’ da mercancia: condição feminina e as africanas da Costa da Mina, 1835-1900 ». In J. B. Farias, F. dos Santos Gomes & C. E. L. Soares, No labirinto das nações: Africanos e identidades no Rio de Janeiro, século xix. Rio de Janeiro, Arquivo Nacional : 193-247.

Soares, Luís Carlos, 2007. O « povo de Cam » na capital do Brasil. A escravidão urbana no Rio de Janeiro do século xix. Rio de Janeiro, Faperj, 7 Letras.

Soares, Mariza de Carvalho, 2000. Devotos da cor: identidade étnica, religiosidade e escravidão no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Civilização Brasileira.

— 2004. « From Gbe to Yoruba: Ethnic Change and the Mina Nation in Rio de Janeiro ». In M. D. Childs & T. Falola (coord.), The Yoruba Diaspora in the Atlantic World. Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press.

— 2007. « Introduction ». In M. de C. Soares (coord.), Rotas atlânticas da diáspora africana: da Bahia do Benim ao Rio de Janeiro. Niteroi, Editora da UFF.

Soares, Ubirathan Rogério, 2006. « Os processos de divórcio perpétuo nos séculos xviii e xix: entre o sistema de aliança e o regime da sexualidade ». Thèse de doc­torat, Porto Alegre, UFRGS.

Souza, Maria Cecilia Cortez de, 1999. Crise familiar e contexto social: São Paulo, 1890-1930. Bragança Paulista, Editora da Universidade São Francisco.

Vainfas, Ronaldo, 2010. Trópico dos pecados: moral, sexualidade e Inquisição no Brasil colonial. 2 éd., Rio de Janeiro, Nova Fronteira.

Zanatta, Aline Antunes, 2005. « Justiça e representações femininas: O divórcio entre a elite paulista (1765-1822) ». Mémoire de mestrado, Campinas, Unicamp, 2005.

Haut de page

Notes

1  Administrée par la Mairie de Rio de Janeiro, la « Praça do Mercado » de la ville – connue aussi comme le « Mercado da Candelária » ou « Mercado da Praia do Peixe » –fut inaugurée en 1841 (la construction avait commencé en 1834) et resta au même emplacement, sur les berges de la baie de Guanabara, jusqu’en 1908, date où elle fut démolie pour construire un nouveau marché municipal. Dans l’Arquivo Geral da Cidade do Rio de Janeiro [Archives générales de la ville de Rio de Janeiro, dorénavant AGCRJ], il existe près de 20 registres de documents spécifiques à la Praça et autant d’autres organisés en volumes avec différentes rubriques telles que « commerce de poisson » et « agriculture du municipe ». Dans ma thèse de doctorat, j’ai mené une recherche sur ce marché et, plus précisément, sur la présence des Africains de l’Ouest dans ce marché au cours du xixe siècle.

2  AGCRJ, Códice 61-2-2 : Mercado da Candelária (1844-1849), p. 102-104.

3  On trouve, dans cet ensemble, des procès qui vont du xviiie siècle aux premières décennies du xxe.

4  Alors que le terme crioulo (créole) était utilisé, au cours de différentes périodes et dans diverses villes esclavagistes brésiliennes pour désigner les Noirs nés au Brésil (le plus souvent esclaves mais aussi affranchis), l’expression preto (noir) était presque toujours utilisée en référence aux Africains esclaves ou libres (Karasch 2000 : 37).

5  Cf. AGCRJ, Códice 61-2-2 : Mercado da Candelária (1844-1849), p. 102-104. Dans d’autres requêtes, conservées à l’Arquivo Nacional, Fortunata et João Barbosa se disputent, après le divorce, la possession des esclaves qui étaient la propriété du couple. Arquivo Nacional (désormais AN), Relação do Rio de Janeiro, N.7658, Maço 10, 1859-1860.

6  Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia, feytas, e ordenadas pelo […] Senhor d. Sebastião Monteyro da Vida […] propostas, e aceytas em o Synodo Diocesano, que o dito Senhor celebrou em 12 de junho de 1707, Lisboa, 1719. Réédition coordonnée par B. Feltier & E. S. Sousa, São Paulo, EDUSP, 2010.

7  Dans le Dicionário da língua portuguesa, de António de Morais, Lisboa, édition de 1813, le divorce était défini comme « la séparation de conjoints quant à l’habitation et les biens, accordée par décision rendue par le juge compétent ». Dans le cours du présent article, le terme de séparation – comme synonyme de divorce –sera utilisé en accord avec les définitions contenues dans les Constituições primeiras et dans le dictionnaire d’António Morais.

8  Sur les accusations de bigamie et autres péchés sexuels dans le Brésil colonial, voir Vainfas (2010).

9  À Rio de Janeiro, l’échantillon de vingt procès analysés par l’historienne Sílvia Brügger (1995) n’inclut pas de femmes ni d’hommes noirs. Plus récemment la nord-américaine Sandra Graham (2011) a examiné de façon exhaustive un procès de séparation concernant un couple d’affranchis d’Afrique de l’Ouest qui vivait dans la capitale brésilienne au xixe siècle. Voir aussi Graham (2005), en particulier la première partie. Pour d’autres travaux traitant spécifiquement du divorce au cours du xixe siècle dans plusieurs villes brésiliennes mais se consacrant surtout aux femmes appartenant à l’élite voir Silva (1998), Zanatta (2005). Pour le Rio Grande do Sul, consulter Soares (2006).

10  Dans le Rio de Janeiro du xixe siècle, les esclaves africains qui avaient été embarqués dans le port de Cabinda, au nord du fleuve Zaïre, étaient connus comme Cabindas (Karasch 2000 : 51-53 ; Farias et al. 2004 : 65-105).

11  Pour un premier examen de cette documentation dans lequel j’analyse l’ensemble des actions judiciaires entamées par des Africaines minas entre 1830 et 1860, voir Farias (2012).

12  Nous considérons ces termes comme des noms ou des adjectifs de pays et leur appliquons les règles grammaticales et typographiques habituelles du français : majuscule au nom, minuscule à l’adjectif, accord en genre et nombre (Ndt).

13  Dans les registres des xviiie et xixe siècles, le terme « nation », utilisé pour désigner les Africains esclaves et affranchis ne correspondait pas nécessairement à un groupe ethnique particulier mais, plutôt, à un assemblage de plusieurs groupes ethniques embarqués dans le même port.

14  Voir aussi Gomes & Soares (2001 : 342).

15  La lettre d’affranchissement de Fortunata a été annexée au procès en divorce initié par elle en 1848. Voir ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 32.

16  AN, 2o Ofício de Notas, Livro 68, p. 140. Je remercie Flávio Dos Santos Gomes de m’avoir communiqué sa banque de données sur les affranchissements des esclaves de l’Ouest, contenant près de deux mille enregistrements.

17  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 74-80.

18  Dans l’article « Linguística, etnicidade e organização social entre os africanos minas na cidade do Rio de Janeiro » (Farias & Soares 2012), nous développons davantage cette question, en partant d’un ensemble d’annonces de fuites d’esclaves publiées dans les journaux de Rio de Janeiro dans les décennies 1830 et 1840. Flávio dos Santos Gomes arrive à des conclusions semblables dans son travail sur les registres d’affranchissement d’Africains de l’Ouest à Rio, de 1800 à 1871 (Farias & Gomes 2005).

19  En portugais, Preto/Preta était utilisé pour désigner l’Africain ou l’Africaine esclave et, par extension, pour désigner péjorativement tout Africain (voire descendant d’Africain) esclave ou affranchi. Il peut être traduit par « Nègre » en suivant la terminologie du monde esclavagiste français de la Caraïbe. Negro/Negra au contraire était et reste utilisé pour désigner un Noir ou une Noire quel que soit son statut, y compris dans le cas d’une auto-désignation. Ce n’est que récemment et grâce à l’action des milieux militants que le terme « Afro-brésilien » lui a été préféré (Ndt).

20  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 74-82.

21  Almanak Laemmert, 1844, p. 239. Cf. Regulamento da Praça do Mercado, présenté à la session de la Cámara du 17 novembre 1843 et publié le 20 août 1844, transcrit dans Gorberg & Fridman (2004 : 14-23).

22  Le document fut demandé par João José Barbosa pour prouver que l’étal 108 – dont la possession était contestée par Fortunata, comme nous l’avons vu au début de cet article – était loué à son nom. Cf. ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 32-35. En consultant les listes de l’Almanak Laemmert, j’ai remarqué que, même après cette période (et déjà divorcé), João Barbosa était encore le locataire de l’étal.

23  Les esclaves dits de ganho étaient envoyés dans les rues par leurs maîtres pour exécuter les tâches qu’on les obligeait à faire (en général, les activités les plus diverses du commerce ambulant ou le transport des marchandises et de charges en tout genre) et, à la fin de la journée ou de la semaine, ils devaient remettre à leurs maîtres une quantité déterminée des bénéfices, appelée jornal, établie à l’avance. Avec l’argent reçu des leurs esclaves, de nombreux maîtres assuraient leur subsistance et celle de leurs familles. Sur ces esclaves à Rio de Janeiro, voir parmi d’autres, Luís Carlos Soares (2007 : 123-145), Farias, Gomes & Soares (2005).

24  Pour d’autres exemples de couples minas qui, au milieu d’un procès en divorce, débattent sur les formes d’obtention de leur affranchissement, voir Farias (2012).

25  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026.

26  Idem.

27  La recherche a été réalisée dans les livres des actes de mariage d’affranchis de la paroisse du Sacramento (ACMRJ). Je remercie Sirlene Rocha pour son aide à la collecte de ces données. Pour ce qui concerne les registres d’affranchissements, voir la note 17.

28  Il fallait également prouver que l’on était célibataire et que l’on ne s’était pas engagé au célibat (vœu de chasteté, promesse religieuse). En cas de veuvage, il fallait fournir aussi l’acte de décès du conjoint (Faria 1998 : 559, Brügger 1995)

29  Dans les cas de mariages catholiques entre esclaves, les exigences de l’Église étaient du point de vue administratif les mêmes que pour les mariages entre libres ou affranchis. L’autorisation des maîtres n’était absolument pas nécessaire (s’ils s’opposaient au mariage ils ne pouvaient l’empêcher). On exigeait les certificats de baptême ou, le cas échéant, de décès de l’ex-conjoint, et les denunciações (dénonciations) dont l’obtention entraînait souvent une série de problèmes (Silva 1984 : 142).

30  À propos de ces questions et du concept de « parents de nation », voir Reis (1991 : 55), Soares (2000 : 145, 264, no 44, 197-230), Farias et alii, 2005.

31  La recherche a été réalisée dans les registres des actes de mariage d’affranchis de la paroisse du Sacramento (ACMRJ). Je remercie Sirlene Rocha pour son aide à la collecte de ces données.

32  Les calculs concernant les affranchis habitant Sacramento ont été extraits des données du recensement de 1849 publiés par Holloway (2008). Dans son étude, Eulália Lobo (1978) ne détaille pas ces chiffres. Les données sur les mariages ont été compulsées dans les livres 4, 5, 6, 7 et 8 des actes de mariage de la paroisse du Sacramento (ACMRJ).

33  Ont été exclus de l’échantillon 6 hommes et 10 femmes qui étaient identifiés simplement comme affranchis ou pour lesquels on ne donnait aucune information sur leur statut. Les esclaves et les « libres » ont été également écartés de l’analyse.

34  Parmi les 26 affranchis cabindas que se marièrent pendant cette période, 4 le firent avec des femmes cabindas et 5 avec des Africaines du Centre-ouest (2 Angolas, 1 Benguela, 1 Banguela et 1 Cassange).

35  En France, les demandes de séparation de corps (à 80 % d’origine féminine) et de divorce (quand il est légal : entre 1791 et 1816, puis à partir de 1884) invoquaient aussi, en majorité les sévices corporels (Perrot 1998).

36  ACMRJ, Libelo de divórcio 1026, p. 20.

37  Código filipino ou ordenações do reino de Portugal, recompilados por mandado de el rei D.Filipe I, Lisbonne, 1603. Cité d’après l’édition de Cândido Mendes de Almeida, Rio de Janeiro, Instituto Filomático, 1870.

38   ACMRJ, Libelo de Divórcio 1907, 1174, 1026. Les Minas Tibério Thomas de Aquino et Faustina Dourado avaient un accord semblable. En quittant la Bahia pour Rio, Tibério s’était fait marchand de poisson à la Praça do Mercado avant de se marier ; Faustina était vendeuse ambulante sur la même place. Le Mina José Guilherme disait avoir « consenti que [sa femme] devienne vendeuse ambulante » alors que lui, pour « accroître sa fortune », travaillait comme cuisinier.

39  En s’opposant au recours de la Noire mina Henriqueta Maria da Conceição, le Mina Rufino Maria Balita, son époux, disait qu’il y avait une grave impudence de la part d’une femme à vouloir « gouverner son mari ». C’était une réponse à l’insistance que mettait Henriqueta à vouloir faire travailler son mari, car – selon ses déclarations – elle était seule à pratiquer la vente ambulante et à subvenir aux besoins du ménage. L’expres­sion a servi de titre à un autre article que j’ai écrit sur le sujet (Farias 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliana Barreto Farias, « Fortunata et João José « parents de nation ». Mariage et divorce chez les Africains de l’Ouest à Rio de Janeiro au xixe siècle », Brésil(s), 1 | 2012, 79-102.

Référence électronique

Juliana Barreto Farias, « Fortunata et João José « parents de nation ». Mariage et divorce chez les Africains de l’Ouest à Rio de Janeiro au xixe siècle », Brésil(s) [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2012, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/711 ; DOI : 10.4000/bresils.711

Haut de page

Auteur

Juliana Barreto Farias

Juliana Barreto Farias est docteur en histoire sociale de l’Université de São Paulo (USP). Sa thèse intitulée « Mercados minas: Africanos ocidentais na Praça do Mercado do Rio de Janeiro, 1830-1890 » a été défendue en 2012.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals