Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendusBarbosa dos Santos, Fabio Luis. L...

Comptes rendus

Barbosa dos Santos, Fabio Luis. L’Espoir vaincu par la peur : de Lula à Bolsonaro

Paris : Éditions Syllepse, 173 p.
Alexis Saludjian
Référence(s) :

Barbosa dos Santos, Fabio Luis. L’Espoir vaincu par la peur : de Lula à Bolsonaro. 2020. Paris : Éditions Syllepse, 173 p.

Texte intégral

1Comprendre le Brésil d’aujourd’hui n’est pas une tâche aisée tant l’évolution du pays a été rapide depuis le début des années 2000. Présenté comme exemple pour la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales au début du XXIe siècle, il a sombré une dizaine d’années plus tard dans la plus grave crise économique, politique et sociale de son histoire. Pourquoi ce pays, gouverné à partir de 2003 par ce qui a souvent été présenté comme le fer de lance des partis progressistes d’Amérique latine, a-t-il connu des modifications politiques radicales qui ont conduit à l’élection d’un président d’extrême-droite en 2018 ? Fabio Luis Barbosa dos Santos se propose d’analyser ce moment décisif à partir d’une étude des gouvernements du Partido dos Trabalhadores [Parti des Travailleurs – PT] d’abord sous Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010) puis sous Dilma Rousseff (2011-2016). Son travail se veut une lecture critique d’économie politique. En trois parties quelque peu déséquilibrées (la première étant plus approfondie), l’auteur propose de discuter de la crise du Brésil et de la gauche brésilienne (première partie), de l’avènement de Bolsonaro (deuxième partie) et du bilan qui ouvre sur de possibles futurs. Il ne fait pas l’impasse sur les réussites en termes de réduction de la pauvreté et des inégalités mais montre comment la stratégie politique de conciliation de classes du parti arrivé au pouvoir a trouvé ses limites et doit être dépassée.

2La première partie, la plus développée, traite du Brésil dirigé par le PT en discutant des origines du parti, de l’état du Brésil avant son arrivée au pouvoir, de son orientation en 2002 au regard de son histoire depuis 1980, de son traitement de la réforme agraire et de ses relations avec le Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem Terra [Mouvement des travailleurs sans terres – MST]. L’auteur évoque de manière articulée la théorie néo-développementiste (compromis tentant de récupérer les effets positifs du néolibéralisme des années 1980-1990 et du vieux développementisme des années 1950-1960), l’intégration sud-américaine caractérisée comme un régionalisme post-libéral (politique extérieure brésilienne en position de sous-impérialisme et tentative d’être un global player), les manifestations de juin 2013 (étude économique, sociologique, politique) et les limites de la politique des méga-événements (Journées mondiales de la jeunesse en 2013, Coupe du monde de football en 2014 et Jeux olympiques d’été en 2016). Le livre décrit également la situation économique, politique et sociale durant et après les élections de 2014 remportées par Dilma Rousseff puis la procédure d’impeachment/coup d’État parlementaire avec la participation active et à peine voilée du pouvoir judiciaire et des médias.

3L’essentiel de cette première partie, écrite en 2016, conserve toute son actualité et sert de base pour traiter de l’avènement de Bolsonaro dans la deuxième partie du livre. L’auteur dresse les enjeux des élections de 2018 en mettant l’accent sur la défense de leurs intérêts par les classes dominantes et leurs différentes fractions. Il rappelle que la candidature de Bolsonaro était d’abord vue comme anecdotique puis gagna en force après le soutien du capital financier à Paulo Guedes, formé à l’Université de Chicago et ayant fait ses classes sous la dictature de Pinochet. L’auteur souligne également la participation des militaires dans la campagne et notamment l’accès à la vice-présidence d’un général à la retraite. La campagne du PT de son côté a été marquée par la pré-candidature de Lula puis par son remplacement peu de temps avant le scrutin par Fernando Haddad après l’incarcération de l’ancien président dans le cadre de l’opération Lava Jato concernant la corruption au plus haut sommet de l’État, dont le juge Sérgio Moro fut le principal promoteur avant d’être nommé ministre de la Justice par Bolsonaro. Très certainement écrit avant la prise de fonction officielle de ce dernier le 1er janvier 2019, le livre évoque, au vu des déclarations et de la trajectoire politique du candidat, ce qu’il est permis d’attendre de sa présidence : alignement avec les États-Unis de Donald Trump, mise en place d’un État policier, libéralisme économique dans tous les domaines, idéologie méritocratique et discriminations (sexuelles, raciales, idéologiques). Avec un peu plus d’un an de recul (2019 et les premiers mois de 2020), on voit à quel point l’auteur du livre avait vu juste et comment son analyse est pertinente.

4La dernière partie du livre se propose de faire le bilan pour le futur en tenant compte des échecs de la conciliation de classe au Brésil et en s’interrogeant sur la possibilité (et la nécessité) d’une transformation (révolution) qui doit être « subordonnée aux impératifs de l’égalité et de l’écologie » (p. 152). Selon Fabio Luis Barbosa dos Santos, « il est nécessaire de proposer une économie politique du “bien vivre” » (p. 153).

5Ce livre est destiné à un public varié et mobilise plusieurs disciplines (histoire, sociologie, économie, sciences politiques). Facile à lire et bien traduit, il s’ouvre sur une préface d’Olivier Warin, bon connaisseur du Brésil. Écrit en novembre 2019, ce texte liminaire actualise certains aspects de la première année de présidence de Bolsonaro. À l’heure où la pandémie du Covid-19 fait rage dans le monde entier et au Brésil en particulier (avril 2020), les craintes de l’auteur du livre concernant le développement futur du Brésil semblent malheureusement justifiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Saludjian, « Barbosa dos Santos, Fabio Luis. L’Espoir vaincu par la peur : de Lula à Bolsonaro »Brésil(s) [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/8346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.8346

Haut de page

Auteur

Alexis Saludjian

Institut d’Économie de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (IE-UFRJ)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search