Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendusNascimento, Flávia Brito do, Joan...

Comptes rendus

Nascimento, Flávia Brito do, Joana Mello de Carvalho e Silva, José Tavares Correia de Lira & Silvana Barbosa Rubino, dir. Domesticidade, gênero e cultura material

São Paulo: Edusp, 428 p.
Carolina Pulici
Référence(s) :

Nascimento, Flávia Brito do, Joana Mello de Carvalho e Silva, José Tavares Correia de Lira & Silvana Barbosa Rubino, dir. Domesticidade, gênero e cultura material. 2017. São Paulo: Edusp, 428 p.

Texte intégral

1Issu d’un colloque qui s’est tenu au Centro de Preservação Cultural [Centre de sauvegarde de la culture] de l’Université de São Paulo (CPC-USP) en 2014, cet ouvrage collectif réunit vingt contributions portant sur l’espace domestique sous l’angle de la culture matérielle et des inégalités de genre. Dirigé par des historiens de l’architecture, il est un plaidoyer pour un dialogue poussé entre architecture, histoire et sciences de l’homme. Son objectif est de mettre en relation les manières d’habiter avec les processus techniques, esthétiques, spatiaux, moraux, sociaux, économiques et politiques qui leurs sont sous-jacents. Comme les auteurs l’indiquent dans leur texte d’ouverture, l’idée est de faire apparaître l’action des différents agents intervenant dans la production, la diffusion et la réception des lieux de vie étudiés (habitants, promoteurs, architectes, ingénieurs, décorateurs, designers, entrepreneurs, journalistes, juristes, médecins, journalistes). La multiplicité des rôles et des attentes qu’ils représentent est abordée par le biais de sources très diverses : projets, plans, dessins et photographies, règlements, textes législatifs et politiques gouvernementales, archives de famille, inventaires, procès, récits de voyage, journaux intimes et lettres, presse professionnelle et grand public, brochures publicitaires et, enfin, entretiens.

2Puisque la ville est aussi faite de résidences et non pas seulement de bâtiments publics, de monuments et de règlements d’urbanisme, les organisateurs proposent quatre axes thématiques pour aborder les chapitres rendant compte de l’habitat et de la vie domestique qui se sont développés au Brésil – à part deux contributions sur l’Argentine et une sur la France – au cours des XIXe et XXe siècles : « Domesticité, patrimoine et ville » ; « Des maisons modernes et des dispositifs de confort » ; « Corps, genre et domesticité » et, finalement, « Représentations féminines de l’habiter ».

3La première série de textes insiste plus sur les persistances que sur les changements dans les manières d’habiter et, ce faisant, elle réussit mieux le pari consistant à faire la part entre modernité et tradition, contrairement aux démarches – bien plus courantes – qui soulignent à tout prix les ruptures. Alors que la plupart des analyses vouent à l’espace du « privé » une place indéniablement moins importante que celle accordée à l’espace public, Paulo César Garcez Marins montre comment la vie sociale et, en particulier, l’initiative féminine se déploient à l’intérieur d’une demeure à São Paulo au début du XIXe siècle. La façade, habillée de moucharabieh laissait supposer la présence de femmes cloîtrées. En fait, il n’en était rien car cet emprunt à la civilisation mauresque – jugée alors arriérée et carrément interdite en 1809 – était précisément ce qui permettait à sa richissime habitante d’exercer son activité d’usurière tout en restant protégée des regards malveillants.

4La deuxième partie de l’ouvrage fait la part belle au modernisme architectural mais, là encore, il ne s’agit pas de discuter une fois de plus des bâtiments mythiques qui ont fait la renommée mondiale de l’architecture brésilienne, mais d’étudier l’espace domestique prescrit par ce mouvement. Et pourquoi ne pas visiter aussi les lieux de vie que les architectes ont conçu pour eux-mêmes, comme dans le chapitre de Flávia Brito sur la maison de Carmen Portinho et Afonso Reidy à Rio ? Comme l’auteure l’indique, l’ingénieure et l’architecte qui ont été à la tête du projet et de la construction du Musée d’art moderne mais, aussi et surtout, du « Pedregulho », se sont beaucoup investis dans la promotion des nouvelles manières d’habiter proposées par l’architecture moderne. C’est ainsi que leur maison, construite dans le cadre du Departamento de Habitação Popular [Département de l’habitation populaire – DHP] dont Carmen Portinho était la directrice dès 1948, incarnait les idéaux de domesticité qu’ils espéraient diffuser dans les logements sociaux promus par cet organisme. Nonobstant la production d’espaces résidentiels innovants par ce couple qui s’est tant battu pour la mission « civilisatrice » de la nouvelle architecture, leur maison de Jacarepaguá à Rio de Janeiro (Residência Carmem Portinho), n’a pas manqué de rappeler ses liens avec la société brésilienne traditionnelle : la chambre de bonne, interdite dans le cadre de l’habitat social délivré par le DHP, fut tout de même bâtie dans leur maison.

5C’est d’ailleurs un peu ce que suggère encore un texte de la troisième partie du livre, dédié également à une maison « avant-gardiste » un peu trop vite jugée comme en rupture avec la domesticité bourgeoise. Si, comme le soutient José Lira, la maison de la Fazenda Capuava, construite en 1938 par l’ingénieur, architecte et plasticien Flávio de Carvalho fait montre d’originalité dans la mesure où elle ouvre la voie à une domesticité masculine (et libertine), on aurait aimé apprendre davantage sur les manières moins idiosyncratiques d’habiter ces lieux. Et, plus particulièrement sur celles ayant trait à la domesticité élitaire (majordome, gouvernante) qui y était nourrie et logée.

6La quatrième et dernière partie étudie les manières accréditées de parler de l’aménagement de la maison. Elle s’appuie sur l’analyse de la presse professionnelle et grand public et, en particulier, sur les conseils adressés aux femmes dans ces instances de validation des goûts domestiques.

7Domesticidade, gênero e cultura material ouvre, ainsi, un débat indispensable au sein des sciences humaines et sociales au Brésil, jusqu’à présent insuffisamment portées à remettre en cause la place dominée qui revient à l’espace domestique dans la hiérarchie structurant le monde de l’architecture. Les thématiques, les approches et la nature même des textes sont multiples, et les réussites inégales. Toutefois, le postulat sous-jacent à chacun des chapitres mérite d’être retenu. L’architecture domestique ne doit plus se résigner à son statut de parente pauvre de la production architecturale publique et monumentale, étant donné qu’elle n’en exprime pas moins bien, loin s’en faut, les évolutions et les luttes culturelles, économiques et politiques qui traversent les sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Pulici, « Nascimento, Flávia Brito do, Joana Mello de Carvalho e Silva, José Tavares Correia de Lira & Silvana Barbosa Rubino, dir. Domesticidade, gênero e cultura material »Brésil(s) [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/8351 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.8351

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search