Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Comptes rendusBucci, Eugênio. Existe democracia...

Comptes rendus

Bucci, Eugênio. Existe democracia sem verdade factual?

Barueri (SP): Estação das Letras e Cores, 140 p.
Christophe Brochier
Référence(s) :

Bucci, Eugênio. Existe democracia sem verdade factual? 2019. Barueri (SP): Estação das Letras e Cores, 140 p.

Texte intégral

1Ce court ouvrage est tiré du mémoire présenté par l’auteur pour l’obtention du titre de professeur titulaire de l’École de communication et d’arts (Escola de Comunicações e Artes) de l’Université de São Paulo (ECA-USP). Son but est de discuter la relation entre vérité factuelle et démocratie. Il s’appuie d’une part sur l’article d’Hanna Arendt « Truth and Politics » (Between Past and Future, New York, The Viking Press, 1961) et, d’autre part mais plus secondairement, sur le numéro de la revue The Economist du 10 septembre 2016 intitulé : « Post-Truth Politics: Art of Lie: Politicians Have Always Lied. Does it Matter if They Leave the Truth Behind Entirely? ». Alors qu’Arendt postule que la vérité factuelle est l’un des fondements d’une démocratie réelle, le périodique anglais, visant particulièrement Donald Trump, affirme que la communication politique s’appuie de plus en plus sur des mensonges éhontés produits au plus haut niveau de la hiérarchie de l’État. À partir de là, Bucci articule trois niveaux de développements dont l’organisation et la logique ne sont pas immédiatement saisissables : des réflexions personnelles, des exposés érudits et des attaques de type « pamphlet critique ».

2Les réflexions personnelles concernent essentiellement le texte d’Arendt. Il ne s’agit pas d’une discussion philosophique ou historique à proprement parler, puisque Bucci ne cherche pas à replacer les idées de la philosophe dans leur contexte ni à analyser leur pertinence. Il semble plutôt considérer qu’Arendt est un guide pour le sujet et il fait siennes certaines de ses intuitions qu’il développe selon son optique. Ainsi, la vérité factuelle appartiendrait en fait à un monde séparé de la politique puisque « la fonction de dire la vérité requiert une indépendance radicale » (p. 23). Sans vérité factuelle, le monde se distinguerait peu d’un univers de conspirations permanentes. Comment, dès lors, envisager le politique en occident alors que l’exigence imposée par la philosophie se trouve en permanence contrariée ?

3Étrangement, Bucci ne répond pas vraiment à la question (qui, reconnaissons-le, s’accommoderait mal d’une réponse en 140 pages) mais propose de nombreux détours historiques et érudits sur l’information, la vérité, la politique. Sont ainsi évoqués, entre autres, Milton, Malesherbes, Mirabeau, Danton, Bush, Blair, Obama, Poutine et Dilma Rousseff, pour les politiciens. Du côté des penseurs, Bucci convoque Shannon (pour son concept de l’information), mais aussi Aristote, Platon, Kant, Habermas, Machiavel, Weber et bien d’autres. L’étudiant qui cherche des résumés rapides, clairs et bien rédigés d’idées proposées par ces différents personnages trouvera sans doute grand intérêt à cette lecture. Le sociologue qui cherche la réponse à la question que pose le livre, restera plus probablement sur sa faim. Il est évident que la nature du document d’origine, destiné à prouver l’érudition du candidat au poste de professeur, explique au moins en partie cette démonstration de savoir dont on peut parfois légitimement contester l’utilité.

4Le troisième ensemble constitutif de l’ouvrage est fait de réflexions critiques proches de l’écriture pamphlétaire. Cela n’est pas surprenant pour un sujet comme celui-ci dans le contexte politique actuel. C’est dans ces sections que l’auteur expose le plus directement ses idées et l’on remarquera avec intérêt qu’il reste très pondéré. Il se borne essentiellement à signaler ce qui représente selon lui les deux menaces principales à la vérité factuelle dans les débats publics : Internet et le big data dominé par des entreprises privées (Google, Facebook, etc.) auxquels s’ajoute le « populisme » (par exemple, celui de Trump, mais Bolsonaro n’est pas cité). La charge n’est pas très neuve, pas plus que son traitement. Ainsi, Internet multiplierait les fake news tout en permettant la constitution de contre-pouvoirs face aux dominants. Les réseaux sociaux produiraient des rapprochements trompeurs : « [Ils] ne mettent pas les gens en réseaux, mais érigent des murailles en réseau, des murailles privatisées. » La masse de déclarations, d’informations et de fausses nouvelles charriée par Internet serait bien supérieure aux contenus rendus publics par la presse sérieuse. Bucci remarque avec justesse que cette multiplication des données par des sources diverses et peu identifiables tend à gêner le jugement de valeur. Toutefois, son argument perd de sa force quand il place dans un même ensemble confus la bureaucratie, les algorithmes, la justice, l’intelligence artificielle, etc.

5Les effets du « populisme » (terme non défini) sont décrits avec moins de précision, sans doute en raison du consensus actuel chez les intellectuels à son sujet. Les appels faciles au « peuple » conduiraient à obscurcir la réalité factuelle dans un climat où n’importe quel mensonge peut être martelé au plus haut niveau des autorités politiques. La faiblesse de l’argument tient cependant à l’étroitesse de la perspective historique (qu’en est-il par exemple des mensonges de la guerre froide ?) et à l’effet de loupe produit par l’obsession acrimonieuse des intellectuels occidentaux pour le phénomène Trump.

6Finalement, on peut regretter que ce livre, écrit dans un style alerte et particulièrement agréable, ne se soit pas attelé véritablement au défi que proposait le titre. Eugênio Bucci, qui connaît de très près le monde de l’édition et de la presse, aurait pu construire sa discussion à partir du constat qu’il dresse dans les premières pages : les journalistes sont loin de toujours dire la vérité. Il aurait ainsi pu expliquer au lecteur, qui voit en général ces choses de loin et ne connaît pas les contraintes réelles du secteur, comment ce constat se décline au Brésil et si des évolutions sont constatables depuis la fin de la dictature. Bien sûr, je parle là d’un tout autre livre. Si l’on revient au projet initial, une approche plus réaliste aurait pu consister tout simplement à tirer les conséquences du fait que la « démocratie » en Occident ou, plutôt, les diverses formes de gouvernement représentatif ont toujours coexisté avec la propagande d’État, les calomnies des journaux, les informations biaisées produites par les lobbies, les textes idéologiques venus d’intellectuels, les statistiques arrangées, etc. La vérité factuelle n’est jamais garantie. En même temps, le public fait son tri et les conflits au sujet de la vérité opposent entre eux les acteurs qui ont accès au discours public. Comment ces phénomènes se combinent-ils ? La posture du philosophe est-elle d’ailleurs la plus appropriée pour répondre à ces questions sur la relation entre vérité factuelle et politique ? Enfin, traiter le sujet à partir de la question des fake news revient à prendre le monde social par le bout tendu par les médias et le pouvoir. Internet représente en fait, un affaiblissement du contrôle du discours public par les autorités traditionnelles. Les « fausses nouvelles » en sont un effet prévisible et les tweets de Trump ou de Poutine sont une adaptation à cet état de fait. L’analyste peut, s’il le veut, le déplorer, mais il se rend plus utile lorsqu’il propose un schéma descriptif et explicatif qui inclut plus d’acteurs et plus de variables, tout en saisissant avec plus de précision les évolutions dans le temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brochier, « Bucci, Eugênio. Existe democracia sem verdade factual? »Brésil(s) [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/8356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.8356

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search