Navigation – Plan du site
Dossier : Le coup d'Etat militaire 50 ans après

Les métallurgistes de Rio de Janeiro et le coup d’État de 1964

Os metalúrgicos do Rio de Janeiro e o golpe de 1964
The Metalworkers of Rio de Janeiro and the 1964 Coup d´état
Marco Aurélio Santana
Traduction de Annick Grandemange
p. 55-75

Résumés

Cet article expose, à partir de l’expérience concrète des ouvriers de la métallurgie de Rio de Janeiro, comment le coup d’État militaire s’y est réellement déroulé avec, notamment, un impact immédiat sur les syndicats de ces travailleurs considérés à l’époque comme étant aux avant-postes des luttes. Cette étude, qui s’appuie sur la documentation produite par l’organisation représentative de la classe ouvrière, souhaite mettre en valeur l’action des métallos, par le biais de leurs pratiques de résistance ou de collaboration, quelles que soient leurs formes. Face aux visions couramment acceptées qui minimisent leur impact en le considérant comme lacunaire, peu présent et peu efficient, l’importance de leur combat doit être réévaluée dans le contexte de la dictature.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en juin 2013 ; approuvé en décembre 2013.

Traduit du portugais

Texte intégral

Présentation

1Depuis le quarantième anniversaire du coup d’État du 31 mars 1964, plusieurs disciplines ont renouvelé leurs approches de la période militaire au Brésil, en ne s’intéressant plus seulement à ce qu’a été et ce qu’a représenté le putsch de 1964, mais aussi à ses développements en tant que régime. On observe un même processus aujourd’hui alors que se préparent les commémorations du cinquantième anniversaire.

  • 1 Pôle industriel des environs de la ville de São Paulo.

2L’histoire des travailleurs brésiliens et de leurs organisations, aux plus diverses époques, a déjà fait l’objet d’une abondante bibliographie. L’analyse des mouvements ouvriers pendant la dictature militaire, des plus souterrains aux plus exposés publiquement, demeure toutefois largement lacunaire. Pour des raisons diverses – et compréhensibles –, la période d’ouverture et de retour à la démocratie, qui commence avec la grande grève de 1978 dans l’ABC pauliste1 et se poursuit avec la réapparition au grand jour du mouvement ouvrier, est la plus documentée. Il faut à présent mener des recherches systématiques et approfondies sur l’ensemble de la période comprise entre 1964 et 1978.

  • 2 Un certain nombre de travaux fourniront au lecteur d’utiles références sur les différentes perspect (...)

3Un vaste champ d’étude à explorer concerne les répercussions sur le monde du travail et les travailleurs des gouvernements dictatoriaux qui se sont succédé après 1964 au Brésil2. La forte répression n’a pas facilité l’accès aux sources qui ont échappé à la destruction. Certaines archives, ouvertes très récemment, ont permis d’apporter de nouvelles connaissances sur d’autres groupes sociaux, mais elles n’ont pas été pleinement exploitées pour ce qui est du monde du travail. La production des sources orales et leur analyse, qui était elle aussi difficile sous les militaires, n’est devenue possible que vers la toute fin du régime d’exception.

  • 3 L’essentiel des sources utilisées pour cet article est issu d’une série d’entretiens réalisés à la (...)

4Cet article analyse dans le détail, à partir de l’expérience concrète des ouvriers métallurgistes de Rio de Janeiro, le déroulement du coup d’État et ses répercussions immédiates pour les syndicats formant la « ligne de front » à l’époque3. Nous espérons qu’il contribuera à mettre en évidence l’importance et la diversité des formes d’action ouvrière (qu’elles soient des pratiques de résistance ou de collaboration) dans le contexte de la dictature, et ainsi échapper aux visions figées qui se bornent à les juger inexistantes ou incomplètes.

Le coup d’État, la dictature et les travailleurs

5Le coup d’État survenu en 1964 modifie radicalement l’atmosphère dans laquelle baignait le mouvement ouvrier brésilien. L’environnement hostile où il se trouve désormais le contraint à chercher des réponses au-delà de son répertoire traditionnel. L’une des justificatives du putsch militaire, auquel ont participé des milieux de la société civile, était en effet de mettre fin à une « république syndicaliste » que le gouvernement de João Goulart aurait instaurée.

6La décennie 1950 est une période capitale pour le mouvement des travailleurs au Brésil. Le syndicalisme, dominé par l’alliance des militants du Partido Comunista Brasileiro [Parti communiste brésilien] (PCB) et du Partido Trabalhista Brasileiro [Parti travailliste brésilien] (PTB) réformiste, connaît alors de grandes avancées en termes d’organisation et de mobilisation, qui se traduisent par un engagement décisif des travailleurs dans la vie politique du pays.

  • 4  Entre 1962 et le coup d’État, le CGT a coordonné, à l’échelle nationale, la lutte des travailleurs (...)
  • 5  Ensemble de réformes structurelles proposées par le gouvernement João Goulart et soutenues par les (...)

7Les syndicats naviguent à cette époque entre le contrôle par l’État et des pratiques de lutte. L’essentiel de leur base est formée par les salariés des entreprises publiques au sein desquelles le PCB est largement et puissamment implanté. De cette situation résulte la création, en 1962, du Comando Geral dos Trabalhadores [Commandement général des travailleurs] (CGT)4 qui, aux côtés d’autres organisations populaires, apporte son soutien actif à la mise en place des réformes de base5 sous le gouvernement de João Goulart.

  • 6  D’après Erickson, « le gouvernement a établi un contrôle étatique direct dans 67 % des confédérati (...)

8Malgré tout, après plus d’une décennie de croissance et d’activité intenses, toute la structure d’organisation des travailleurs au Brésil, de la base aux dirigeants, est durement atteinte par le coup d’État de 1964. Les interventions du gouvernement du général Castelo Branco (1964-1967) sont de grande ampleur, et l’onde de choc est ressentie dans toutes les sphères de la vie syndicale. Elles sont particulièrement fortes dans les sections où communistes et travaillistes se sont alliés (Santana 2007)6 et qui sont dirigées par les syndicalistes les plus aguerris.

  • 7 Législation consolidée du travail. La CLT désigne l’ensemble du droit du travail brésilien, unifié (...)

9Loin de se cantonner à des attaques directes à l’encontre de ces organisations qui sont immédiatement et sévèrement touchées, la dictature va également mener une lutte à long terme en modifiant la législation et les formes de régulation du monde du travail (Almeida 1975). Le gouvernement renforce par une série de mesures les modalités de contrôle du mouvement syndical, un contrôle déjà prévu par les dispositions de la Consolidação das Leis do Trabalho (CLT)7, mais sous une forme plus souple avant 1964.

  • 8 Caisses de retraite organisées par branches professionnelles (Ndt).
  • 9 Institut national de prévoyance sociale, caisse de retraite centralisée et unique (Ndt).

10Des règles strictes régissent désormais la représentation syndicale, en obligeant les candidats à recevoir l’aval du ministère du Travail et de la police politique. Les Institutos de Previdência8 sont regroupés au sein de l’Instituto Nacional de Previdência Social (INPS)9 et tant l’accès que l’usage de leurs ressources par les syndicats sont restreints. Contrairement aux directions des anciens organismes de retraite que les travailleurs contrôlaient en partie, les cadres dirigeants sont à présent directement nommés par le gouvernement. En outre, la soi-disant réglementation et garantie du droit de grève s’est traduite dans les faits par une interdiction de tout mouvement à caractère politique ou solidaire. Les possibilités de revendication se sont vues ainsi presque exclusivement réduites aux demandes de paiement des salaires en retard.

  • 10 Lorsqu’elle était en vigueur, la stabilité de droit garantissait au travailleur, au bout de dix ans (...)

11Le gouvernement Castelo Branco instaure le Fundo de Garantia por Tempo de Serviço [Fonds de garantie relatif au temps de service] (FGTS) par le vote de la loi 5.107/1966. Ce dispositif, qui abroge le droit à la stabilité de l’emploi10, encourage directement le patronat à recourir à une forte rotation de la main d’œuvre de sorte que l’action syndicale sur le lieu de travail est désormais plus difficile à organiser, et moins efficace.

12La dictature s’attèle par ailleurs à combattre l’inflation par une politique de limitation salariale, aussitôt baptisée « garrot salarial » par le mouvement syndical. Les mesures sont prises progressivement, afin de briser la résistance de certains ressorts de la justice du travail. Après la mise en place de nombreux mécanismes intermédiaires pour empêcher les tribunaux de parvenir à déjouer sa politique, le gouvernement adopte au milieu de l’année 1966 un décret-loi réglementant de manière rigoureuse les dispositions antérieures. Une mesure régit ainsi par exemple leur activité dans le cadre d’un accord salarial : si un pourcentage d’augmentation supérieur au taux légal est concédé, les points supplémentaires accordés au-delà des prescriptions officielles seront soustraits du taux d’inflation utilisé pour la négociation salariale de l’année suivante.

13D’une certaine manière, le mouvement syndical se construira, dans les années qui suivent, autour de deux grandes lignes directrices. L’État modifie sa position tant sur le droit du travail que sur les questions syndicales. Bien que son action se situe toujours dans le cadre de la CLT, il en accentue les dispositions relatives au contrôle et à la répression et il renforce la logique d’assistance des organismes existants. Les syndicats sont ainsi voués à être des courroies de transmission d’une politique de contrôle des travailleurs soumis aux règles dictatoriales, et ils sont chargés de développer les mesures d’assistance pour calmer les ardeurs de la revendication et de la mobilisation.

14Tout ceci n’a pas véritablement pour dessein d’affaiblir les syndicats. Avant toute chose, il s’agit de modifier la nature de leur action. L’intention sous-jacente est de renforcer les syndicats et les organisations corporatives pour qu’ils deviennent des acteurs de la construction de « la nation » et de « la cohésion sociale ». Ce n’est donc pas un hasard si le pouvoir politique a cherché à rendre attractive l’adhésion aux syndicats, à travers les dirigeants qu’il leur imposait, en concédant des avantages sociaux plus importants que ceux garantis par le régime ordinaire de la CLT.

15Le modèle corporatiste s’est étendu au milieu rural. Après avoir fermé les Ligas Camponesas [Ligues rurales], principal canal d’organisation et de mobilisation intenses des travailleurs ruraux avant 1964 (Montenegro 2003 et 2004), le gouvernement a favorisé l’implantation de syndicats officiels sous la coupe de leaders plus arrangeants, qu’il a approuvés au préalable.

16En ce qui concerne le droit du travail, l’intervention directe du pouvoir politique dans les négociations salariales place l’État au centre des conflits. Bien entendu, les luttes surgissent encore de la confrontation avec le patronat pour trouver des solutions à divers problèmes. Mais comme l’État détermine désormais les plafonds des augmentations salariales, une partie des contestations se reporte à présent sur lui. C’est ainsi que l’État, qui maintient les syndicats sous contrôle, commence à être perçu d’une façon différente par les travailleurs. Il n’est plus appréhendé comme interlocuteur proche, facile d’accès et avec lequel il est possible de négocier, mais comme un obstacle à abattre.

17Dans les usines, les ouvriers sont confrontés à la politique du « garrot salarial » et au contrôle dictatorial via les syndicats. Non content d’intervenir au sein de leurs équipes dirigeantes, le régime attaque durement la structure même d’organisations qui, sur le lieu de travail, auraient pu devenir les piliers de la recomposition d’un mouvement syndical plus combatif.

  • 11 Portaria no 40 do Ministério do Trabalho (Ndt).
  • 12 Comme à d’autres époques, le pouvoir cherche à justifier ses interventions. Au rang de cet arsenal (...)

18Afin de couper court à cette possibilité, le ministre du Travail Arnaldo Süssekind prend l’ordonnance no 4011, juste après avoir autorisé la tenue d’élections dans des centaines de syndicats, laquelle limite l’accès aux instances dirigeantes de ceux qui ne sont pas accrédités par le gouvernement. Elle donne instruction de poursuivre devant les tribunaux les directions que le coup d’État a déposées en les accusant de supposées irrégularités de gestion12. Les actions en justice leur interdisent ainsi, selon les termes du texte, de participer aux élections pour tenter un retour sur la scène syndicale.

19Dans tout le pays, des militants de l’opposition et des indépendants doivent se battre pour former les listes, vaincre les sbires de la dictature et réussir ensuite à prendre leurs fonctions. Cette mobilisation syndicale au sommet est liée à celle, plus silencieuse, qui se forme sur les lieux de travail.

  • 13 Confédération internationale des ouvriers et syndicats libres (Ndt).

20La dictature a associé à son plan de subornation des organismes internationaux liés au syndicalisme nord-américain, lesquels ont fondé au Brésil de nombreuses antennes après le coup d’État. L’une d’elles, la Confederação Internacional de Operários e Sindicatos Livres (CIOSL)13 offre par exemple « le paiement d’indemnités journalières, le transport, ainsi que d’autres avantages aux dirigeants syndicaux qui désirent se rendre aux États-Unis, au Mexique, ou dans d’autres pays où ils pourront suivre des cours imprégnés d’anticommunisme » (Frederico 1987, 81).

21Du point de vue des syndicats d’opposition, ces mesures ont pour objectif de les vider de leur substance, de les affaiblir et d’en faire de simples organisations caritatives. La dictature souhaiterait transformer une organisation d’unité et de lutte pour la défense des droits et des revendications des travailleurs en agences « d’assistance sociale ».

L’importance du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro

  • 14 Entre autres, le CGT déjà cité, et la Comissão Intersindical Contra a Assiduidade Integral [Commiss (...)

22Le Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro est un exemple parfait du syndicalisme hégémonique des années 1950. Il en présente toutes les caractéristiques essentielles. Ainsi, il participe à plusieurs intersyndicales régionales et nationales14, auxquelles il fournit des cadres dirigeants ; il est solidement implanté sur les lieux de travail par le biais des conseils syndicaux d’entreprise, dont le nombre dépasse la centaine au début des années 1960 ; il est dirigé par une équipe d’union communiste-travailliste ; il prend part à de grands mouvements de grève ; il adhère à l’idéologie nationaliste. Suivre cette organisation syndicale, l’une des plus importantes de l’époque, au cours des toutes premières années qui succèdent au coup d’État permet donc de mettre en lumière ce qui a pu affecter de manière plus générale d’autres syndicats.

  • 15 De União Democrática Nacional [Union démocratique nationale] (UDN), parti politique créé en 1945. L (...)

23Entre 1955 et 1964, le Syndicat des métallurgistes mène, de la base militante au sommet dirigeant, une politique unitaire. L’alliance communiste-travailliste en a le quasi-monopole, mais y participent aussi des socialistes, des udénistes15, des indépendants et des membres des Círculos Operários Católicos [Cercles ouvriers catholiques]. Le PCB se détache cependant de ces diverses tendances par sa capacité à remporter des luttes tactiques en vue d’un objectif plus stratégique. Ainsi, il passe des alliances pour conquérir des espaces de pouvoir dans l’institution syndicale et, lors des conflits, le travail de la base apparaît comme une caution lui permettant d’amplifier sa force politique.

24On doit aux communistes la forte augmentation à l’époque du nombre et de l’activisme des conseils syndicaux, qui vivent là un de leurs âges d’or. Si l’on reportait sur un graphique la présence des communistes dans les instances dirigeantes et parmi les militants de base, la courbe serait fortement et constamment ascendante.

25Ce pouvoir est toutefois dilué dans la politique unitaire, d’autant que le PCB a pratiquement fusionné avec certains courants du PTB pour ce qui est des positions assumées par la direction. Cette dernière est présidée par Benedicto Cerqueira, qui a dirigé le syndicat de 1955 à 1963, avant de quitter ses fonctions pour un mandat de député fédéral à Brasília.

26Nationaliste convaincu, membre de l’aile national-réformiste du PTB et ami de João Goulart, Cerqueira a joué un rôle de premier plan dans l’adoption de la stratégie unitaire. Vivant dans la clandestinité et l’éternelle crainte d’une dégradation du régime, les communistes voient en lui la personne idéale pour leur servir de « façade ». Malheureusement, de par son importance, cette « façade » devient dans certaines situations le « visage » sous lequel les communistes étaient tenus de se présenter. Si le fait est accepté par les dirigeants intermédiaires des métallurgistes issus du PCB, il passe mal auprès de certains courants de la base, générant ainsi des tensions internes qui s’intensifient au fil du temps.

27Cette fraction dominante de la direction du syndicat finit toutefois par imposer un modèle d’action qui apparaît très clairement lorsque l’on analyse les négociations salariales, où la divergence des intérêts entre les employés et les employeurs se manifeste clairement. On y perçoit les éléments suivants : un discours très revendicatif et une mobilisation de la base au moyen des conseils syndicaux, qui s’accompagnent d’une préférence constante pour la voie institutionnelle, de l’acceptation des limites posées par la loi et d’une forte propension à la négociation pour éviter de s’enfermer dans la grève.

28Les métallurgistes obtiennent souvent des augmentations de salaires inférieures non seulement à ce qu’ils revendiquent, mais aussi aux indices officiels d’augmentation du coût de la vie. Pourtant les dirigeants syndicaux réussissent presque toujours à faire approuver ces taux par la base. Plusieurs dispositifs de contrôle sont mobilisés dans ces situations, afin que les décisions de la direction soient validées par les travailleurs, et que ceux-ci se rallient à ce qu’elle considère comme une analyse correcte du rapport de forces et de la conjoncture. Citons notamment le charisme de Cerqueira et la sympathie des masses à son égard, qui ont joué un rôle important quoiqu’informel, mais aussi celui des nombreux conseils syndicaux placés sous influence communiste, qui permettent de contrôler de larges pans de la masse ouvrière organisée. Ces dispositifs formels ont fonctionné entre autres comme des prescripteurs d’opinion.

29Les travailleurs n’acceptent cependant pas systématiquement les orientations de la direction, y compris lorsque celle-ci fait passer la défense de leurs intérêts au second plan. Ceux-ci rompent parfois avec le modèle proposé, forçant alors la direction à revoir son mode d’action, de façon momentanée ou non. On soulignera que, dans ces cas-là, les militants communistes se sont ralliés à la base qu’ils représentent, prenant par là-même position contre les décisions de leur parti ou de la direction du syndicat au sein de laquelle leur courant est majoritaire. Cette situation, s’ajoutant à d’autres faits, provoque de sérieuses tensions entre la direction du parti et la base qui sont résolues par des moyens bien peu, voire pas du tout, démocratiques.

Les militants communistes dans les instances dirigeantes du syndicat

30Après un long parcours semé d’embûches, les communistes prennent la direction effective du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro dans le tumulte du début des années 1960. Il est important de rappeler qu’ils occupent déjà la majeure partie des postes de l’exécutif (cinq sièges sur les sept existants). Benedicto Cerqueira, à la tête d’une liste unitaire incluant des militants du PCB, a remporté pour la première fois la présidence de l’organisation en 1955. Entre sa première élection et 1964, il y eut quatre campagnes électorales, en 1957, 1959, 1961 et 1963. Au cours de ces affrontements successifs, le soutien de la coalition qui l’avait élu en 1955 a permis à Cerqueira de se maintenir à son poste. S’il tenait donc la présidence, ce qui garantissait une place en tête de liste, il n’en allait pas de même pour les autres candidats qui y étaient inscrits. C’est pourquoi, élection après élection, les communistes ont pu gagner en puissance de feu et négocier de meilleures positions d’éligibilité.

31Cette avancée s’est faite au détriment d’autres groupes qui n’avaient pas les forces nécessaires pour concurrencer les militants communistes dans leur travail auprès de la base. Pour avoir une idée de l’importance numérique des communistes et de leur progression, il suffit de rappeler que la liste victorieuse aux élections de 1963 leur avait donné, ainsi qu’à leur « sphère d’influence », cinq postes sur sept au bureau exécutif de la direction du syndicat. La politique d’alliance compétitive commençait à porter ses fruits de manière visible dans le cadre de la ligne unitaire adoptée.

  • 16 La trajectoire d’Ulisses Lopes a suivi l’ascension du militant communiste type. Elle commence au co (...)

32Au cours de la seconde moitié de l’année 1963, Cerqueira, qui a été élu député fédéral du PTB en octobre 1962, s’éloigne de la direction du syndicat pour prendre ses fonctions à Brasília. La politique unitaire est toutefois maintenue. C’est ainsi que les remaniements opérés au sein du bureau exécutif à la faveur d’une disposition statutaire placent José Lellis da Costa à la présidence et hissent Ulisses Lopes16 aux fonctions de secrétaire-général. Ils sont tous deux membres du PCB. Cette configuration aurait permis à Cerqueira de retrouver son poste si d’aventure il avait été amené à renoncer à son mandat de député.

  • 17 D’après le rapport d’exercice 1963, la base comprend alors 3 747 entreprises affiliées, soit 365 de (...)

33Par ce processus, qu’on le veuille ou non, les communistes ont assumé le pouvoir formel du syndicat17. On ne peut pas dire, pour autant, que l’action de ce dernier en ait été bouleversée. On se souvient que, par bien des aspects, tant généraux que spécifiques, la politique de Cerqueira coïncidait avec celle des communistes, et les modalités de l’intervention du syndicat étaient déjà en grande partie définies par celle-ci.

34Il est important de relever l’augmentation sensible, du fait de la conjoncture, des tentatives des communistes d’articuler les questions propres à la catégorie professionnelle à des problèmes plus généraux. On observe par exemple que, dans les actes des réunions et assemblées, certaines voix s’élèvent pour interroger les orateurs sur leur engagement politique.

35Lors de l’assemblée générale extraordinaire du 14 juin 1963, après que l’un des participants s’est opposé à la tenue de tels propos « dans une assemblée consacrée à l’augmentation des salaires », le communiste Mario Matheus de Lourdes, secrétaire de la Fédération des métallurgistes et militant de longue date de la catégorie, prend la parole :

  • 18 Représentants des partis conservateurs. Carlos Lacerda était gouverneur de l’État de Guanabara [Éta (...)

[Il] regrette qu’une intervention à caractère politique soit condamnée à la tribune. Ce camarade se souvient-il de ce que serait notre syndicat si Lacerda était au ministère du Travail et Borer chef de la Police18. Tout le monde se doute bien du type de climat dans lequel nous devrions négocier les salaires.

  • 19 Sympathisant du PTB, il était représentant de l’aile réformiste.
  • 20 Les militants communistes cherchent constamment à rallier les métallurgistes de Rio de Janeiro à de (...)

Pour l’instant, nous avons un ministre, Almino Affonso19, pour lequel il n’y a pas de grève illégale. Il demande alors s’il n’est pas juste de se préoccuper de politique, de prendre position aux côtés des politiques qui sont avec les travailleurs, contre les éternels oppresseurs de la classe ouvrière. Il conclut en affirmant que seule une intense participation aux luttes politiques permettra à la classe ouvrière de s’affranchir de la misère dans laquelle elle vit20.

36Les communistes cherchent ainsi à amplifier leur présence au sein de la catégorie socioprofessionnelle et à augmenter la participation des métallurgistes à la défense des travailleurs en général. Ce mouvement joue aussi comme un mécanisme de prise de conscience. Pour ancrer ces pratiques, les communistes en première ligne du syndicat utilisent toutes les ressources médiatiques à leur disposition. D’après le rapport de 1963, « au cours de l’exercice écoulé, du fait de l’augmentation des campagnes menées dans la section, le coût de la communication écrite et orale a été assez élevé, alors que nous reconnaissons que cela n’était en fait pas forcément nécessaire ». L’éventail des moyens, écrits et oraux, de cette publicité, est large, et comprend des appels, affiches, conférences, la revue Voz do Metalúrgico [Voix du métallurgiste], ainsi que des programmes radiophoniques.

  • 21 Comme on le constate à la lecture du rapport de 1963, toutes les activités ordinaires de la vie du (...)
  • 22 Service officiel des statistiques sur la retraite et le travail. Sous-section de l’Institut brésili (...)

37Le schéma d’action adopté par la direction au cours des négociations salariales en 1963 témoigne de la continuité avec les années précédentes21. On en retrouve facilement les mêmes composantes. Après avoir identifié et dénoncé les problèmes économiques auxquels les travailleurs de la métallurgie sont confrontés, il est décidé de placer haut la barre des revendications pour y remédier. La stratégie arrêtée se contente cependant de suivre les taux définis par le Serviço de Estatística da Previdência e Trabalho (SEPT)22. S’ensuivent plusieurs débats, au sein de la commission des salaires et en assemblées, où s’expriment des positions pour et contre. On se heurte à l’inflexibilité patronale. On s’assied à la table des négociations, et on négocie. On défend le taux obtenu devant les assemblées. On souligne l’importance de l’acquis et de l’union de tous les métallurgistes.

38Lors de l’assemblée générale extraordinaire du 14 juin 1963, qui approuve l’accord avec les employeurs, deux déclarations de communistes se détachent des autres. João Massena affirme que la volte-face patronale, en acceptant une grille dans un premier temps arbitrairement refusée, constitue en soi une victoire de la corporation métallurgiste. Quant aux avancées pécuniaires que cela représente, il fait remarquer qu’aucun travailleur ne doit continuer à se faire d’illusion sur les augmentations de salaire. Seul un changement de la structure économique du pays serait en effet susceptible d’amener des jours meilleurs pour les ouvriers. Il évoque la nécessité de renforcer la lutte pour la conquête des réformes de base. Lorsque vient son tour, Ulisses Lopes lance un appel

à tous les camarades, afin qu’ils s’engagent toujours plus pour [réaliser] l’union de tous les métallurgistes autour du syndicat, en stimulant les adhésions, en créant de nouveaux conseils, donnant ainsi à l’organisation une base puissante et solide qui lui permettra d’abattre toutes les barrières empêchant nos revendications d’aboutir. [...] Après la campagne pour les salaires, un seul objectif, un seul sentiment doit demeurer au plus profond de nos cœurs à tous, celui de la fraternité, celui du désir ardent de s’unir pour la victoire.

  • 23  La Déclaration de mars 1958 a été un événement marquant, dans la mesure où elle confirme un change (...)

39Si on la considère à un niveau global, l’action communiste a connu deux tournants importants : celui de la Déclaration de mars 195823, et le Ve Congrès qui se tient en août 1960. C’est dans ce contexte mouvementé que les communistes accèdent à la présidence du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro. Ce moment présente deux caractéristiques : la première tient au fait que les militants communistes commencent alors à percevoir que la « façade » ou le « masque » de Cerqueira, supposés rendre possible leur action, est en fait dans bien des cas sont véritable visage. La seconde concerne le lien parti/syndicat, qui nourrit une crise en leur sein. Non pas le lien en soi, mais la forme qu’il revêt.

  • 24  Dans son infatigable lutte pour la légalisation, le PCB approuve un nouveau programme et de nouvea (...)

40Comme nous l’avons déjà évoqué, la seconde partie des années 1950 est marquée par de profonds débats internes au PCB. Le plus vif d’entre eux débute avec la Déclaration de mars 1958 et se conclut par le départ d’une faction dissidente, un départ précipité entre autres par une modification du nom du parti afin de permettre sa légalisation24. Le sigle PCB cessait d’être le Parti communiste du Brésil pour devenir le Parti communiste brésilien. L’objectif était de ne plus apparaître comme un simple satellite du Parti communiste de l’Union soviétique, ce qui avait été le principal argument pour interdire le parti en 1948. Les militants qui s’opposent à ce choix dès l’adoption de la Déclaration de 1958, décident de faire sécession et de maintenir le nom du parti en changeant de sigle. C’est ainsi qu’en 1962 est fondé le Partido Comunista do Brasil [Parti communiste du Brésil] (PCdoB).

41Les débats, ainsi que la scission, n’ont qu’un écho distant auprès des militants communistes métallurgistes. Demeure par contre une relation conflictuelle entre cette base-là et la direction du parti, qui à d’autres moments a déjà conduit à l’adoption de résolutions discordantes sur un même sujet. Bien qu’officiellement ralliée à la ligne antistalinienne, la direction a dans ces cas-là eu recours en interne à des pratiques clairement anti-démocratiques.

42Une remise en question des résolutions de la direction du parti et de ses cadres intermédiaires par des militants de la base métallurgiste vaut à son ou ses auteurs un isolement pur et simple, sans qu’aucune justificative ne soit donnée. Devant l’aggravation des tensions, la direction décide de dissoudre la base communiste chez les métallurgistes et d’affecter d’office les militants concernés aux sections de leur domicile ou de leur quartier d’habitation. Même en tenant compte du contexte particulier d’une dissidence, la divergence d’opinion, toujours salutaire y compris dans une grande organisation centralisée, ne devrait pas être traitée de la sorte. Et encore moins si l’on considère la nécessité de rassembler toutes les forces en présence pour atteindre les objectifs que le parti s’est donné.

43En charge de la direction formelle et informelle de l’organe de classe, et face aux problèmes décrits, les communistes tentent d’adopter une nouvelle ligne sur certaines questions. Ils ont toutefois manqué de temps car 1964 est une année difficile pour les métallurgistes, l’un de ses épisodes les plus marquants se déroulant précisément dans ce qui est alors leur « maison ».

44Sur le plan national, le gouvernement João Goulart s’achemine vers les plus forts remous de son histoire. La crise économique et politique appelle des mesures immédiates, dans un sens ou dans un autre. Le mois de mars 1964 s’annonce décisif. Les forces conservatrices, dans les casernes et au sein de la société civile, sont plus que jamais résolues à empêcher l’avènement au Brésil de ce qu’ils appellent la République syndicaliste. La conspiration avance à grands pas.

  • 25 La gare métropolitaine Central do Brasil, située dans le centre de Rio de Janeiro.

45De son côté, l’aile progressiste de la société, organisations de travailleurs en tête, pèse de tout son poids pour soutenir l’adoption des réformes promises par Jango dans son fameux discours du 13 mars à la Central do Brasil25. Le contenu du discours et le lieu choisi pour le rassemblement déplaisent profondément dans les casernes, ce qui aggrave encore les choses. La crise atteint son apogée après les événements de la fin mars, qui ont eu pour théâtre le Palácio do Metalúrgico [Palais du métallurgiste], le siège du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro.

  • 26 L’auditorium en question était parfois utilisé par des chaînes de télévision pour la transmission d (...)

46Depuis son inauguration, le Palácio do Metalúrgico est une référence pour le mouvement social à Rio de Janeiro. Il doit ce statut tant à l’importance du syndicat qu’il abrite qu’à l’ampleur et à la modernité de son auditorium26. De nombreuses organisations demandent régulièrement l’autorisation d’utiliser cet espace pour la réalisation de leurs assemblées, solennités, festivités, etc. Parmi celles-là, on compte par exemple l’União Nacional dos Estudantes [Union nationale des étudiants] (UNE), l’Associação Metropolitana dos Estudantes Secundaristas [l’Association métropolitaine des lycéens] (AMES), des syndicats, plusieurs associations d’habitants, et même de pompiers et de policiers militaires.

  • 27 Le caporal Anselme (Ndt).

47Au milieu du mois de mars 1964, l’Associação dos Marinheiros [Association des marins], présidée par le marin de première classe José Anselmo dos Santos, le fameux Cabo Anselmo27, adresse une dépêche au syndicat sollicitant de toute urgence l’auditorium pour commémorer l’anniversaire de sa fondation, une cérémonie à laquelle João Goulart en personne doit participer. Une rapide consultation du bureau syndical menée à l’initiative du président José Lellis da Costa aboutit à l’acceptation de la demande.

48De nombreuses activités de la vie des métallurgistes se déroulent également au siège du syndicat : des formations, des bals, des tournois, fêtes, campagnes, congrès, etc. Mais la scène de l’auditorium accueille aussi des événements importants, comme des conférences données par des personnalités politiques reconnues (Leonel Brizola, Almino Affonso, entre autres), ou la réception en l’honneur du cosmonaute soviétique Iouri Gagarine qui revient juste de son odyssée dans l’espace. Le rapport d’exercice 1963 mentionne par exemple :

  • 28 Association des caporaux et soldats de la police militaire de l’État de Guanabara (Ndt).

Le 2 septembre 1963, les locaux de notre siège ont accueilli une grande manifestation publique organisée par l’Associação de Cabos e Soldados da Polícia Militar do Estado da Guanabara28 qui commémorait son 4e anniversaire. De nombreuses délégations militaires d’autres corps d’armées étaient présentes, venues de l’État de Guanabara et d’autres États de la fédération.

49Le jour venu, les membres de l’Associação, c’est-à-dire de très nombreux marins, investissent les locaux du syndicat pour assister aux commémorations. Que cela ait été préméditée ou non, toujours est-il qu’une proposition faite à la fin des solennités va mettre le feu aux poudres : les marins, avec Anselmo à leur tête devraient se rendre au ministère de la Marine pour réclamer la libération d’une partie de leurs dirigeants emprisonnés et la levée des sanctions dont ils sont victimes. Une autre résolution lui est rapidement préférée : l’occupation des locaux du Syndicat des métallurgistes jusqu’à ce que les revendications aboutissent.

  • 29 Église située dans le centre-ville de Rio de Janeiro (Ndt).

50Prise de court, la direction communiste du syndicat s’empresse d’essayer de dissuader les marins. Des parlementaires, des militaires « progressistes » et des leaders syndicaux nationaux se joignent rapidement à eux. Mais rien n’y fait. Les marins ne quittent les lieux qu’au troisième jour d’occupation, alors que la tension avec la haute hiérarchie militaire est à son comble. Ils vont en cortège manifester jusqu’à l’église de la Candelária29.

51Le mouvement prend fin avec l’arrestation d’Anselmo, ce qui incite les milieux militaires « progressistes » à faire pression sur le gouvernement et provoque le remplacement du ministre de la Marine. Cet événement, dans toutes ses dimensions, est l’un des principaux facteurs ayant précipité le coup d’État du 31 mars 1964.

Les communistes, le coup d’État et la junte de gouvernement

52Avec le putsch s’ouvre une nouvelle période de persécutions et d’emprisonnements qui, dans un premier temps, touchent les dirigeants syndicaux les plus organisés et les plus mobilisés, avant de s’étendre à des cercles plus larges. Le mouvement ouvrier vit alors l’un des moments les plus douloureux de son histoire. Le Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro, référence à l’échelle nationale, toujours à la pointe des luttes, devient la cible évidente des « forces de la réaction ».

53La conclusion du rapport d’activités de l’année 1963 commence page 35. On peut y lire les remerciements de la direction à la corporation pour son soutien au syndicat tout au long de l’année écoulée :

Il est évident que notre corporation métallurgiste a joué un rôle important dans les luttes pour ses propres revendications, de même qu’elle a apporté une contribution significative aux luttes générales pour l’émancipation de la classe ouvrière, de tous les travailleurs et des autres forces de progrès, répondant ainsi aux finalités réelles des organisations syndicales. C’est avec confiance que nous pensons que notre rapport de 1964 sortira enrichi de toutes les grandes luttes que nous allons mener, pour notre bien et pour le bien de tous ceux qui luttent pour le progrès, pour le bonheur et pour le bien-être dans un futur radieux.

54La date figurant sur le document est le 31 mars 1964. La signature du président du syndicat José Lellis da Costa, qui devrait suivre, n’y figure pas. Cette absence de paraphe indique également que les bonnes nouvelles que le rapport appelait de ses vœux pour l’année 1964 ne se sont pas concrétisées.

55Après le coup d’État, le siège du syndicat a été envahi par les forces de police qui, telles un ouragan, ont pratiquement tout démoli à l’intérieur : services, salles, mobilier, documentation. Pour compléter le tableau, le ministre du Travail Arnaldo Süssekind a pris quelques jours plus tard une ordonnance permettant d’intervenir formellement dans la vie du syndicat. Celle-ci crée une commission exécutive (Junta governativa) chargée de « normaliser » les activités de l’organisation. Cette junte est composée et soutenue par les personnalités et les sections les plus conservatrices, qui avaient pourtant fait partie de la coalition dirigeante aux côtés des progressistes dans le cadre de la stratégie d’unité.

  • 30 « Déclaration de la commission exécutive aux employés et aux patrons de l’industrie métallurgique d (...)

56Le 20 avril 1964, deux documents signés par la junte exécutive sont distribués aux métallurgistes de Rio de Janeiro. Il s’agit, pour le premier, d’une « Proclamação aos Metalúrgicos » [Proclamation aux métallurgistes] et, pour le second, d’une « Declaração da Junta Governativa aos empregados e patrões na Indústria Metalúrgica da Guanabara e das Extensões de Bases no Estado do Rio »30. En réalité, bien que signée « la junte », la « Proclamation » porte les noms dactylographiés de ses signataires : Izaltino Pereira, Antonio de Almeida, Eurypedes Ayres de Castro, Guiomário Gomes de Brito, José Antonio Pereira, Expedito Aleluia et « autres ». Ils y déclarent qu’étant donnée la situation du syndicat, ils en ont appelé au ministre du Travail qui les a autorisés à lui communiquer des noms pour la constitution de la Junte de gouvernement. Ils auraient donc recommandé David Borges da Silva, Giovanni Américo Maranhão et João Antonio Pereira.

57La mention, dans le texte, du fait que ce groupe de métallurgistes se serait adressé de sa propre initiative au ministère du Travail souligne un aspect intéressant. Elle permet de justifier l’arrivée de celui-ci à la tête du syndicat, mais aussi de l’afficher comme un protagoniste, en montrant qu’il est soucieux de l’avenir de l’organisation. Il est indéniable que les juntes ont été imposées par la dictature mais, s’agissant d’un syndicat important, cela ne pouvait aboutir sans tenir compte du jeu politique mené par les travailleurs eux-mêmes. Il ne s’agit donc pas d’une simple décision venant d’en haut et de l’extérieur – ce qui aurait pu cristalliser immédiatement des foyers de résistance –, mais de la mise en œuvre d’une stratégie de diffusion rapide des soutiens au nouveau régime, en ayant recours à des personnalités influentes au sein des catégories professionnelles et des représentations syndicales.

58Ce document d’une page, bien que prenant des accents de défenseur du syndicat, critique sévèrement « la gestion irresponsable d’une demi-douzaine de cadres » :

[Il est] vraiment lamentable que la majeure partie des camarades qui étaient en charge des destinées de notre organisation aient, au mépris total des intérêts quotidiens de notre classe, engagé notre syndicat dans tous les types d’agitation politique possibles, ce qui outrepasse les objectifs primordiaux de notre organisation. C’est ainsi, et ces camarades en portent l’entière responsabilité, que le syndicat, construit par les efforts de générations successives de militants et d’adhérents, s’est retrouvé au centre de la crise politique et militaire. C’est ainsi qu’il a attiré sur lui des représailles et des coups durs qui, si ce n’était le comportement des dirigeants auxquels nous faisons allusion, auraient dû rester cantonnés à la sphère politique et non [s’étendre] à celle des organisations professionnelles. (« Proclamation aux métallurgistes »)

Le document conclut en demandant aux métallurgistes de collaborer « sans réserve » avec les membres qui ont été désignés pour former la junte. Avec ce soutien, il est certain que le syndicalisme brésilien sera refondé :

La junte saura mener les destinées de notre glorieuse association dans l’esprit du nouvel ordre révolutionnaire qui a fini par triompher afin, notamment, de garantir au syndicalisme brésilien la voie d’un développement indépendant, libéré des influences illégitimes, politiciennes et partisanes.

59Le contenu de la « Déclaration de la commission », qui tient en deux pages, est analogue. Celle-ci prône le soutien à la junte, clame « sa foi et sa confiance »

dans les camarades activistes, les leaders syndicaux, dont la conduite a toujours été guidée par le souci d’empêcher que notre organisation de classe soit entraînée dans des mouvements étrangers à sa mission. Plus précisément, par le souci de la maintenir au-dessus des luttes politiques partisanes, certains que ce chemin ne conduirait qu’à de pénibles désillusions. (« Déclaration de la commission exécutive... »)

60Le document mentionne en outre l’état de dévastation du « Palais ». Ses critiques s’adressent d’abord « à ceux qui n’ont pas su répondre aux engagements qu’ils avaient volontairement pris […]. Sans en mesurer les conséquences, ils ont abandonné leur poste, laissant notre patrimoine à la merci des attaques et des déprédations ». Il s’en prend aussi aux auteurs du saccage, « des éléments refoulés et sadiques, qui n’ont adhéré au mouvement révolutionnaire que pour laisser s’exprimer leurs bas instincts et non pour rendre à la nation sa tranquillité perdue ». Ces « éléments » n’auraient pas eu conscience que « le matériel détruit dans nos locaux n’appartenait pas à un nombre réduit d’aventuriers infiltrés dans la direction de notre association, mais à une vaste et respectable corporation de travailleurs ». La « Déclaration » précise que ces actes n’ont pas l’appui des « illustres chefs de nos forces armées qui ont conduit le mouvement révolutionnaire car celui-ci n’a pas été mené pour détruire mais pour construire. »

61La junte, dans ce document, lance un appel aux employeurs « afin qu’ils contribuent au rétablissement rapide d’une atmosphère favorable à la relance de la compréhension réciproque, sur un pied d’égalité, qui doit présider à nos relations. Dans ce but, les pratiques arbitraires et les persécutions mesquines contre leurs employés ne sont pas justifiées. »

62Elle prie les patrons de comprendre « le sens profond du mouvement d’avril » et de ne pas le rabaisser « en l’interprétant dans un sens anti-ouvrier ». Elle demande aux travailleurs dans les usines de « se soumettre à leurs obligations […] afin que nul ne puisse leur reprocher un quelconque manquement à leur devoir quand ils défendront les droits dont on pourrait vouloir les priver. »

63La « Déclaration » présente ce que l’on peut considérer comme la proposition centrale de la commission pour ce qui est des relations entre capital et travail. D’après elle, « notre but ultime consiste justement dans le rétablissement d’un climat harmonieux entre notre organisation et celle du patronat, climat qui a disparu en raison d’une perte de confiance réciproque ». Mais elle émet aussi une restriction : « La cordialité en question n’implique pas, et ne pourra en aucune façon impliquer que nous renoncions à quelque conquête ou revendication que ce soit ».

64Le document se termine en assurant aux autorités gouvernementales qu’elles peuvent « compter sur les efforts de toute la classe métallurgiste de Guanabara pour que soit rétablie, dans les plus brefs délais, la tranquillité nationale perturbée depuis si longtemps ». Un appel est lancé pour que ces mêmes autorités « veillent à empêcher les injustices envers quiconque et, plus particulièrement, envers les humbles, les petits, les travailleurs ».

65Ainsi, afin de pouvoir reprendre les activités du syndicat et protéger les travailleurs, la commission proposait son soutien aux nouvelles autorités et au « nouvel ordre révolutionnaire », en attribuant la responsabilité des dommages aux « aventuriers infiltrés » et en offrant l’harmonie au patronat.

66Le « Rapport de la commission exécutive » reprendra cette forme et ce contenu, en concluant :

Nous faisons porter aux associés dont le nom est publié ci-dessous la responsabilité des graves dommages portés à notre corporation. Nous excluons seulement de la liste des membres titulaires de la direction le camarade Heraclides Santos, unique voix discordante au sein du groupe dirigeant qui s’est engagé dans une aventure politique sans avenir.

  • 31 Département national du travail, direction du ministère du Travail (Ndt).

67Le document donne ensuite la liste des membres de la direction du syndicat. Par un arrêté ultérieur du directeur général du Departamento Nacional do Trabalho (DNT)31, toutes les personnes mentionnées seront destituées de leur droit d’exercer un mandat syndical quel qu’il soit, y compris Heraclides Santos, pourtant épargné par la junte.

  • 32 L’histoire des Cercles auprès du mouvement ouvrier est ancienne et s’étend sur plusieurs époques. I (...)

68Le « Rapport de la commission exécutive » revêt un caractère historique pour plusieurs raisons. Il reprend la description, déjà présente dans les documents antérieurs, du véritable saccage qu’a subi le siège du syndicat. On peut également y lire que les négociations avec le ministère du Travail pour composer la junte ont compté avec « la collaboration efficace de la Confédération nationale des cercles ouvriers, en la personne de son assistant ecclésiastique, le père Veloso ». Il convient de rappeler ici que Giovanni Américo Maranhão, membre de la junte, était un représentant historique des Cercles ouvriers catholiques au syndicat32.

69Autre élément intéressant, cette archive propose une analyse historique de la trajectoire du syndicat depuis les années 1950, en mettant l’accent sur la progression de la position des communistes qui a abouti à leur hégémonie. Dès l’introduction et comme dans les documents précédents, la commission signale que « le groupe majoritaire à la direction a battu en retraite » :

En s’appuyant sur un groupe d’adhérents, restreint mais très actif, qui leur permettait de mener les assemblées, ils ont fait approuver des propositions souvent injurieuses pour les autorités qui n’étaient pas de leur bord. À d’autres moments, ils ont fait voter des programmes incompatibles avec le système syndical en vigueur. Ces éléments ont constitué la brigade de choc de l’aventurisme politique déchaîné par la direction, excitée et encouragée dans cette voie par quelques irresponsables de syndicats illégitimes ou des hautes sphères du gouvernement.

  • 33   Manoel Cordeiro a dirigé la commission exécutive imposée lorsque le syndicat a été placé sous la (...)

70Le document remonte à 1953 pour procéder à l’analyse de ce qui serait, de son point de vue, « la dernière période de la vie de notre organisation » et qui correspond à la fin du mandat de Manoel Cordeiro33, nommé par le gouvernement Dutra (1946-1951) à la tête du syndicat. Critiquant l’action de ce dernier, il indique que le groupe qui luttait à l’époque pour mettre fin à l’ingérence étatique s’est toujours heurté « à l’opposition totale des communistes. Ces derniers préconisaient d’abandonner le syndicat et d’en fonder un autre ». L’intervention de l’État aurait cessé et, en dépit de l’opposition communiste, le syndicat aurait été « dominé par les démocrates jusqu’en 1959 » :

À partir de cette date […], la position des communistes s’est renforcée au sein de notre organisme, avec la complicité de notre président d’alors, Benedito Cerqueira. Celui-ci poursuivait des objectifs politiques et n’a pas hésité pour cela à sacrifier non seulement notre syndicat mais aussi les engagements qu’il avait pris et qui lui avaient servi dans les moments difficiles. Il est volontairement resté aveugle à la campagne de diffamation que les communistes ont montée contre lui. Il voulait gravir les échelons et c’était ce qui lui servirait d’échelle.

71Récrivant ouvertement l’histoire et sans rendre justice aux faits, la commission affirme que, si l’on observe cette période, tous les acquis de la corporation ont été obtenus précisément « au moment où les extrémistes n’exerçaient aucune influence sur la direction ». Cerqueira, d’allié d’autrefois, se retrouve ainsi promoteur de « manœuvres malhonnêtes », « aveuglé par ses ambitions politiques ». Il aurait laissé le champ libre aux communistes, sans percevoir qu’ils « n’avaient ni n’auront jamais aucun amour pour leur classe, qu’ils ne rêvaient que de la transformer en masse de manœuvre pour des conquêtes politiques. »

72Le document montre clairement que Cerqueira, « qui méprise ses anciens camarades », est approché par « des catholiques et des démocrates » pour former une liste alternative, et qu’il refuse. La gestion du communiste Lellis y est qualifiée de « pire administration de l’histoire de notre syndicat ». D’après la junte, ce dernier aurait été rapidement défait par les urnes, « la révolution de mars n’a fait que précipiter les événements. Elle n’a fait que consommer l’inévitable : l’isolement de la minorité communiste et de ceux qui se sont rendus complices de leurs manœuvres. »

Au cours des quatre dernières années, l’équipe dirigeante de notre syndicat, à l’exception de quelques voix discordantes, et sous hégémonie communiste virtuelle, a mis notre organisation au service de l’agitation politique. Toutes les campagnes légitimes, la défense des salaires, celle de l’industrie nationale, etc. ont été trahies et placées à la traîne de la politique partisane dans le but avoué de modifier l’ordre établi. Nos assemblées ont cessé d’être consacrées à des sujets pertinents pour notre corporation et sont devenues des actes politiques […]. Notre maison a été transformée en centre d’agitation, ses portes ouvertes à une prédication subversive qui n’a rien à voir avec les intérêts spécifiques des métallurgistes, au point que notre si riche patrimoine s’est retrouvé au cœur même de la dernière crise politique.

73La commission tente ainsi de justifier l’ingérence de l’État, qui trouverait sa raison d’être dans toutes ces « déviances » causées par « une minorité » d’« aventuriers ». Tout en ne cachant pas ses sympathies pour « la révolution de mars », la junte s’efforce de se tenir à distance tout autant de ce qu’aurait été la direction de Manoel Cordeiro à la fin des années 1940, que de ce qu’elle nomme « un syndicalisme amorphe » pour le présent, en rappelant sans cesse sa lutte contre toute atteinte aux droits des travailleurs.

Le tourbillon

  • 34 Président du syndicat au moment des élections de 1955 qui portent Cerqueira à ce poste. Il est égal (...)

74Observons le groupe de syndicalistes qui, « étant donnée la situation dans laquelle notre syndicat se trouvait », a accouru au ministère du Travail suggérer des noms pour constituer la commission. On se rend compte que, bien qu’ils soient membres d’un syndicat dominé par l’union majoritaire des communistes et des travaillistes, ils sont engagés activement au sein de mouvements conservateurs. Eurypedes Ayres de Castro34 en fait partie. C’est peut-être pour cela que les critiques épargnent sa gestion. Et peut-être aussi pour cela qu’elles sont particulièrement dures à l’égard de Benedicto Cerqueira. Ce dernier ne s’est pas seulement éloigné de ses anciens camarades pour s’associer aux communistes, il leur a aussi donné l’espace nécessaire pour croître en nombre et en importance et dominer tous les autres. Les conservateurs ont donc utilisé le coup d’État pour se débarrasser de ceux dont ils n’arrivaient pas à se défaire par le libre jeu politique.

75La fin du document « condamn[e] un nouvel épisode de notre syndicalisme ». Selon la junte, il faudrait « que les institutions encadrant notre société jugent ces hommes, afin qu’ils répondent des torts causés à l’organisation et au Brésil ». Et ceux dont le nom se trouve dans la liste dressée par la commission ont payé, comme beaucoup d’autres, un prix élevé. On y trouve des noms que Cordeiro avait déjà envoyés à l’époque au ministère du Travail ; ces personnes représentaient un groupe dominant au sein du syndicat, mêlant communistes et travaillistes réformistes.

  • 35 Figurent également dans la liste du DNT les noms de Heraclides Santos, Jarbas Amorim, Raimundo dos (...)

76Quelques temps plus tard, comme nous l’avons déjà mentionné, le directeur général du DNT a publié une autre liste de personnes destituées de leurs droits syndicaux en attendant que la justice se prononce sur leur sort. Celle-ci reprenait certains noms et en ajoutait d’autres. On remarque en particulier la présence d’Izaltino Pereira ou d’Antonio de Almeida, qui s’étaient pourtant réunis avec le ministre pour composer la junte35.

77Pour toute une génération de militants syndicaux, c’est la fin. Les persécutions et les emprisonnements sont devenus monnaie courante au syndicat et dans les usines. L’enquête de police militaire (Inquérito Policial Militar – IPM) no 709, portant sur le communisme et les activités communistes au Brésil, est lancée, avec des visées spécifiques sur le Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro. Elle aboutit à l’arrestation de plusieurs dirigeants et activistes. Les pressions psychologiques utilisées tout au long de l’opération ont atteint un niveau particulièrement élevé. Le président en exercice du syndicat, José Lellis da Costa, notamment, a eu de sérieux ennuis.

78Le PCB, véritable fil conducteur et organisateur du militantisme au syndicat et dans les usines, est disloqué et le chemin de son retour dans l’organisation semé d’embûches. Il y parviendra bien plus tard, à la faveur d’un changement de contexte.

79La structure et l’activité des conseils syndicaux d’entreprise, sur les lieux de travail, sont aussi très affectées. Ces derniers sont soumis à des réorganisations qui conduisent en peu de temps au démantèlement de leurs réseaux, signant la fin d’un travail de longue date.

80Plus d’une décennie d’efforts d’organisation au sommet et à la base s’effondre comme un château de cartes, sans aucune résistance. Après une période d’intense activité, en accompagnant une fois de plus pas à pas le mouvement de la société brésilienne, le Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro sombre dans une mer d’écueils et d’ostracisme. Toute une génération de militants voit tragiquement compromise son entrée dans l’histoire de la profession.

81Il est important de souligner qu’aucun membre de la direction renversée en 1964 appartenant à cette génération n’a réussi par la suite à réintégrer le syndicalisme. Cela a été pour eux un point de non-retour. Le travail de résistance, la reprise du flambeau syndical, pour le mener au-delà des limites d’action imposées par le nouveau régime et par la junte, sont passés par un retour à la « ligne auxiliaire », au militantisme de groupes politiques actifs auprès de la base des métallurgistes. Tout a alors reposé sur ces militants peu connus qui menaient une action plus discrète dans les usines et au syndicat. Dans ce nouveau contexte, c’est à eux que revenait la tâche de définir les interventions et de débattre des orientations politiques futures pour tout le secteur professionnel.

82Il faut cependant reconnaître que dans les moments qui ont suivi le coup d’État, ces groupes étaient bien plus préoccupés de leur protection et des moyens de rendre possibles des actions, que de résistance proprement dite. Pendant ce temps, ceux qui avaient opté pour soutenir le régime agissaient rapidement et ouvertement. Une inversion s’est produite. Ceux qui appuyaient le précédent gouvernement et étaient en bonne place dans le syndicat sont passés dans l’opposition. Et ils se battaient contre les groupes qui critiquaient l’ancien pouvoir mais qui, avec le coup d’État, avaient pris le contrôle de l’organisation et constituaient une base du nouveau régime. Une chose a toutefois changé : ceux qui avant 1964 n’étaient pas d’accord avec la direction pouvaient librement exposer leurs idées lors des rencontres, assemblées et réunions. Ce ne fut plus le cas après 1964.

83Les retombées du coup d’État sur un syndicat qu’on peut qualifier d’avant-gardiste pour l’époque montrent, d’une part, à quel point ses leaders ont été pris par surprise et, d’autre part, l’étendue des difficultés pour maintenir une articulation minimale du jeu syndical et entretenir l’action dans les usines.

84On note également que des pans entiers et très actifs de l’organisation ont soutenu politiquement le nouveau régime dictatorial et qu’ils ont cherché à justifier leur choix en relisant de manière sélective l’histoire de la catégorie socioprofessionnelle, en faisant peser toutes les responsabilités sur leurs opposants. Ces groupes, auparavant dominés par l’union des communistes et des travaillistes, ont vu dans le coup d’État une chance de changer la donne en leur faveur. Qu’ils aient choisi de résister ou au contraire de soutenir le régime qui s’installait, les travailleurs ont joué un rôle actif, cherchant à répondre au nouvel environnement qui se mettait en place et qui constituerait désormais leur espace d’action.

Haut de page

Bibliographie

Aarão Reis Filho, Daniel. 2000. Ditadura militar, esquerdas e sociedade. Rio de Janeiro: Jorge Zahar.

Aarão Reis Filho, Daniel, Marcelo Siqueira Ridenti & Rodrigo Patto Sá Motta, dir. 2004. O golpe e a ditadura militar 40 anos depois (1964-2004). Bauru: EDUSC.

Almeida, Maria Hermínia Tavares de. 1975. « O sindicato no Brasil: novos problemas, velhas estruturas. » Debate e Crítica 6: 49-74.

Araujo, Maria Paula Nascimento et al., dir. 2004. 1964-2004: 40 anos do golpe. Ditadura militar e resistência no Brasil. Rio de Janeiro: 7 Letras/Faperj.

Carone, Edgard. 1982. O PCB: 1964-1982. São Paulo: Difel, vol. 3.

Erickson, Kenneth P. 1979. Sindicalismo no processo político no Brasil. São Paulo: Brasiliense [éd. originale (1977) : The Brazilian Corporative State and Working-Class Politics. Berkeley: University of California Press].

Ferreira, Jorge & Daniel Aarão Reis Filho, dir. 2007. As esquerdas no Brasil. 3 vols. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Fico, Carlos. 2004. Além do golpe: versões e controvérsias sobre 1964 e a ditadura militar. Rio de Janeiro: Record.

Fico, Carlos & Maria Paula Nascimento Araujo, dir. 2009. 1968, 40 anos depois: história e memória. Rio de Janeiro: 7 Letras.

Figueiredo, Argelina Cheibub. 1993. Democracia ou reformas? Alternativas democráticas à crise política (1961-1964). São Paulo: Paz e Terra.

Frederico, Celso. 1987. A esquerda e o movimento operário 1964/1984. São Paulo: Novos Rumos, vol. 1.

Gorender, Jacob. 1987. Combate nas trevas: a esquerda brasileira: das ilusões perdidas à luta armada. São Paulo: Ática.

Montenegro, Antonio Torres. 2003. « Ligas Camponesas e sindicatos rurais em tempo de revolução. » In O Brasil Republicano. O tempo da experiência democrática: da democratização de 1945 ao golpe civil-militar de 1964, dirigé par Jorge Ferreira & Lucilia de Almeida Neves Delgado, 241-271. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, vol. 3.

Montenegro, Antonio Torres. 2004. « As Ligas Camponesas às vésperas do golpe de 1964. » Projeto História 2 (2): 391-416.

Santana, Marco Aurélio. 2001. Homens partidos: comunistas e sindicatos no Brasil. São Paulo/Rio de Janeiro: Boitempo/Unirio.

Santana, Marco Aurélio. 2007. « Bravos Companheiros: a aliança comunista-trabalhista no sindicalismo dos anos 50. » In As Esquerdas no Brasil. Nacionalismo e reformismo radical (1945-1964, dirigé par Jorge Ferreira & Daniel Aarão Reis Filho, 237-277. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, vol. 2.

Soares, Gláucio Ary Dillon & Maria Celina D’Araujo, dir. 1994. 21 anos de regime militar: balanços e perspectivas. Rio de Janeiro: Ed. FGV.

Sousa, Jessie Jane Vieira. 2002. Círculos operários:a Igreja Católica e o mundo do trabalho no Brasil. Rio de Janeiro: Ed. UFRJ/Faperj.

Toledo, Caio Navarro, dir. 1997. 1964: visões críticas do golpe: democracia e reformas no populismo. Campinas: Ed. Unicamp.

Haut de page

Notes

1 Pôle industriel des environs de la ville de São Paulo.

2 Un certain nombre de travaux fourniront au lecteur d’utiles références sur les différentes perspectives historiographiques concernant la dictature au Brésil. On peut citer, entre autres, Toledo (1997), Soares & D’Araujo (1994), Aarão Reis Filho, Ridenti & Motta (2004), Araujo et al. (2004), Fico (2004) et Fico & Araujo (2009).

3 L’essentiel des sources utilisées pour cet article est issu d’une série d’entretiens réalisés à la fin des années 1980 avec Ulisses Lopes. Leader syndicaliste, membre du PCB, il faisait partie de l’équipe dirigeante du Syndicat des métallurgistes de Rio de Janeiro au moment du coup d’État. Pour des raisons de sécurité, une partie de la documentation syndicale (écrite, sonore et iconographique) avait été emportée au moment du putsch par les militants politiques et syndicaux. Emballés dans des sacs plastiques, ces documents avaient ensuite été enterrés quelque part à la campagne près de Rio de Janeiro, et ils ne sont réapparus qu’au retour de la démocratie. Si l’on se souvient des destructions, patrimoniales et documentaires notamment, auxquelles le syndicat a dû faire face après le coup d’État, on peut affirmer sans ambages que ce sauvetage a été fondamental et a permis de préserver une part importante de l’histoire et de la mémoire de la vie politique et syndicale des travailleurs brésiliens. Une partie de ces documents a été versée au fonds de l’Arquivo de Memória Operária do Rio de Janeiro [Archives de la mémoire ouvrière de Rio de Janeiro] (AMORJ-IFCS-UFRJ), qui est ouvert aux chercheurs.

4  Entre 1962 et le coup d’État, le CGT a coordonné, à l’échelle nationale, la lutte des travailleurs brésiliens. On peut dire qu’il a marqué la consécration des expérimentations intersyndicales qui ont été développées tout au long des années 1950.

5  Ensemble de réformes structurelles proposées par le gouvernement João Goulart et soutenues par les mouvements sociaux. Dans son message – publié par la Bibliothèque de la présidence de la République, non daté – adressé au Congrès national et accompagnant sa proposition, le président les présente comme l’instrument de « la transformation d’une société archaïque en une nation moderne, véritablement libre et démocratique » (p. 5). Bien plus, elles seraient « des réformes destinées à substituer aux structures existantes des structures adaptées aux progrès réalisés et à la conquête de nouveaux échelons de développement et de bien-être » (p. 6). Plus loin, Jango (surnom de João Goulart) souligne qu’[il a] « fait le choix de lutter contre les privilèges et pris l’initiative des réformes de base, par la force desquelles nous réaliserons la substitution de structures et d’institutions incapables de nous maintenir sur la voie d’un progrès serein et continu, incapables de permettre l’instauration d’une cohabitation démocratique pleine et effective » (id. et sqq.). Il proposait notamment des réformes bancaires, fiscales, urbaines, électorales, agraires et éducatives.

6  D’après Erickson, « le gouvernement a établi un contrôle étatique direct dans 67 % des confédérations, 42 % des fédérations et seulement 19 % des syndicats. […] Le gouvernement militaire a tout bonnement décapité le mouvement travailliste radical » (Erickson 1979, 209).

7 Législation consolidée du travail. La CLT désigne l’ensemble du droit du travail brésilien, unifié et consolidé en 1943 sous le gouvernement de Getúlio Vargas et adapté depuis. Elle joue le rôle d’un Code du travail, même si elle s’en différencie sur le plan formel (Ndt).

8 Caisses de retraite organisées par branches professionnelles (Ndt).

9 Institut national de prévoyance sociale, caisse de retraite centralisée et unique (Ndt).

10 Lorsqu’elle était en vigueur, la stabilité de droit garantissait au travailleur, au bout de dix ans de travail dans la même entreprise, la stabilité de l’emploi. Son contrat de travail ne pouvait alors être rompu que pour faute grave ou lourde, et même dans ces cas-là, après enquête confirmant les faits portés par l’accusation. En cas de demande de rupture à la demande du salarié, celui-ci était tenu de se faire assister par une instance représentative, comme un syndicat, le ministère ou la Justice du travail.

11 Portaria no 40 do Ministério do Trabalho (Ndt).

12 Comme à d’autres époques, le pouvoir cherche à justifier ses interventions. Au rang de cet arsenal d’accusations figure presque toujours, sans preuves indéniables, celles de malversations financières perpétrées par les équipes visées.

13 Confédération internationale des ouvriers et syndicats libres (Ndt).

14 Entre autres, le CGT déjà cité, et la Comissão Intersindical Contra a Assiduidade Integral [Commission intersyndicale de lutte contre l’assiduité totale] (CISCAI). Cette dernière, créée dans les années 1950 contre une clause abusive d’assiduité, est considérée comme la toute première « intersyndicale ».

15 De União Democrática Nacional [Union démocratique nationale] (UDN), parti politique créé en 1945. L’UDN réunissait divers courants s’étant opposé au régime dictatorial de Getúlio Vargas, l’Estado Novo (1937-1945). Dissous en 1965, ce parti libéral a constitué, pendant toute la période démocratique, un front contre les courants issus du varguisme.

16 La trajectoire d’Ulisses Lopes a suivi l’ascension du militant communiste type. Elle commence au conseil d’usine, se poursuit au sein de diverses commissions, pour s’achever à la direction du syndicat.

17 D’après le rapport d’exercice 1963, la base comprend alors 3 747 entreprises affiliées, soit 365 de plus qu’en 1962. Cela représente à peu près, selon le document, 75 600 salariés, soit environ 9 000 de plus qu’en 1962. Le syndicat compte pour sa part environ 26 000 adhérents, dont 6 200 avaient pris leur carte au cours de l’année écoulée.

18 Représentants des partis conservateurs. Carlos Lacerda était gouverneur de l’État de Guanabara [État aujourd’hui disparu de la ville de Rio de Janeiro]. Cecil Borer, alors commissaire de police, avait dirigé le Departamento de Ordem Política e Social (DOPS) [Département de maintien de l’ordre politique et social, la police politique].

19 Sympathisant du PTB, il était représentant de l’aile réformiste.

20 Les militants communistes cherchent constamment à rallier les métallurgistes de Rio de Janeiro à des luttes plus globales. Au cours des années 1962 et 1963, ils proposent systématiquement lors des assemblées l’adoption de motions, de télégrammes, etc. en ce sens. Le syndicat prend déjà position pour ou contre certains événements politiques ou syndicaux. Mais au-delà, des campagnes sont par exemple menées au sein de la base métallurgiste pour soutenir des travailleurs ou des gouvernements dont les pratiques seraient en accord avec leurs luttes.

21 Comme on le constate à la lecture du rapport de 1963, toutes les activités ordinaires de la vie du syndicat ont été maintenues, voire renforcées. Il y est fait mention de nombreux événements, bals, campagnes, tournois, festivals, etc. qui malgré un activisme général plus intense, n’ont pas été négligés.

22 Service officiel des statistiques sur la retraite et le travail. Sous-section de l’Institut brésilien de statistiques, il est sous tutelle administrative du ministère du Travail (Ndt).

23  La Déclaration de mars 1958 a été un événement marquant, dans la mesure où elle confirme un changement d’orientation et ouvre un nouveau front de conflits internes. Elle tente de rendre compte des réalités nouvelles en outrepassant la ligne établie par le IVe Congrès, déjà caduque et dépassée au moment de sa définition. La Déclaration confirme, entre autres, la stratégie en deux temps de la révolution brésilienne (d’abord démocratique et nationale, puis socialiste) ; la lutte pour les réformes de structure, afin d’intensifier le développement capitaliste et précipiter la première étape de la révolution ; le choix d’une révolution pacifique. Ce dernier point est réellement sans précédent dans les formulations du parti qualifiant la révolution brésilienne. Pour plus de détails, voir Carone (1982).

24  Dans son infatigable lutte pour la légalisation, le PCB approuve un nouveau programme et de nouveaux statuts lors d’une conférence nationale en septembre 1961. Ceux-ci entérinent le changement de nom, à savoir que le Parti communiste du Brésil devient Parti communiste brésilien, sans faire aucune référence à la dictature du prolétariat ou au marxisme-léninisme. Ces modifications ont clairement pour but de surmonter les obstacles empêchant son enregistrement auprès du Tribunal Superior Eleitoral [Tribunal supérieur de la justice électorale] (TSE).

25 La gare métropolitaine Central do Brasil, située dans le centre de Rio de Janeiro.

26 L’auditorium en question était parfois utilisé par des chaînes de télévision pour la transmission de certaines émissions.

27 Le caporal Anselme (Ndt).

28 Association des caporaux et soldats de la police militaire de l’État de Guanabara (Ndt).

29 Église située dans le centre-ville de Rio de Janeiro (Ndt).

30 « Déclaration de la commission exécutive aux employés et aux patrons de l’industrie métallurgique de Guanabara et des bases excentrées ». Les bases excentrées (extensões de base) désignent les sections syndicales implantées dans les villes des alentours de Rio de Janeiro pour répondre aux besoins des travailleurs de la périphérie.

31 Département national du travail, direction du ministère du Travail (Ndt).

32 L’histoire des Cercles auprès du mouvement ouvrier est ancienne et s’étend sur plusieurs époques. Ils n’étaient pas en position hégémonique, ni même tellement nombreux si l’on considère les soutiens de la base syndicale. Mais après le coup d’État ils ont été un vivier de militants et de cadres pour appuyer nombre d’interventions étatiques. Le cas des métallurgistes de Rio de Janeiro n’a pas dérogé à la règle. Pour plus de détails sur l’histoire des Cercles, on se reportera à Sousa (2002).

33   Manoel Cordeiro a dirigé la commission exécutive imposée lorsque le syndicat a été placé sous la tutelle du ministère du Travail. Ces mises sous tutelle ont été nombreuses sous le gouvernement de Gaspar Dutra.

34 Président du syndicat au moment des élections de 1955 qui portent Cerqueira à ce poste. Il est également membre du PTB (Ndt).

35 Figurent également dans la liste du DNT les noms de Heraclides Santos, Jarbas Amorim, Raimundo dos Santos et José Ferreira Matos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Aurélio Santana, « Les métallurgistes de Rio de Janeiro et le coup d’État de 1964 », Brésil(s), 5 | 2014, 55-75.

Référence électronique

Marco Aurélio Santana, « Les métallurgistes de Rio de Janeiro et le coup d’État de 1964 », Brésil(s) [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/846 ; DOI : 10.4000/bresils.846

Haut de page

Auteur

Marco Aurélio Santana

Marco Aurélio Santana est professeur du département de sociologie et du master en sociologie et anthropologie de l’Institut de philosophie et sciences sociales (IFCS) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals