Navigation – Plan du site
Dossier : Le coup d'Etat militaire 50 ans après

La répression en chair et en os : les listes d’agents de l’État accusés d’actes de torture sous la dictature militaire brésilienne

A repressão em carne e osso: as listas de agentes do Estado acusados de atos de tortura durante a ditadura militar brasileira
Repression in Flesh and Blood: the Lists of State Agents Accused of Practicing Torture under the Military Dictatorship in Brazil
Maud Chirio et Mariana Joffily
p. 77-103

Résumés

Cet article a pour objet des listes, produites entre 1978 et 1985, comprenant des noms d’agents de l’État brésilien accusés d’avoir commis des actes de torture sous le régime militaire. Il analyse leur processus d’élaboration, leurs auteurs, leurs limites et caractéristiques : régions concernées par ces pratiques, périodes, formes de divulgation des listes, organes répressifs impliqués et répercussion auprès de l’opinion publique. L’hypothèse centrale est que ces listes constituent une source privilégiée pour la compréhension d’un aspect peu connu de l’appareil répressif brésilien : sa composante humaine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en août 2013 ; approuvé en janvier 2014.

Texte intégral

Cette recherche est financée par le Conseil national de développement scientifique et technologique brésilien (CNPq). Merci à Kauê Pisetta, étudiant boursier d’Iniciação científica de l’UDESC, pour son aide lors du recueil des données, et à Annick Grandemange-Gurgel, pour son aide à la traduction

  • 1 Le Supremo Tribunal Federal [Tribunal fédéral suprême] est l’équivalent, au Brésil, de la Cour supr (...)
  • 2 Destacamento de Operações e Informações – Centro de Operações de Defesa Interna [Détachement d’opér (...)

1La loi d’Amnistie, promulguée en 1979, est l’un des legs les plus controversés du processus de transition démocratique brésilien. Alors que, depuis le milieu des années 1970, l’opposition réclame à cor et à cri des mesures « amples, générales et sans restriction », le pouvoir militaire impose une amnistie partielle, puisqu’en sont exclus un certain nombre de crimes de sang. Mais elle est surtout réciproque, profitant aux deux camps : les membres des organisations clandestines d’extrême gauche, mais aussi les agents de l’État soupçonnés de violences politiques, d’assassinats d’opposants, d’actes de torture et de barbarie (Greco 2003 et Mazzaroba 2009). L’amnistie des responsables de la terreur d’État n’est pas une particularité brésilienne : des lois de « caducité » et d’amnistie ont également été promulguées dans les pays voisins ayant connu des dictatures de « sécurité nationale » et, sauf en Argentine, n’ont jamais été abrogées. De nombreux tortionnaires et hauts responsables politiques et militaires y ont pourtant été jugés et condamnés, grâce à une utilisation des failles de la législation existante. Au Brésil, rien de tel. La loi d’Amnistie, régulièrement contestée par des organisations de défense des Droits de l’homme, a été tout aussi régulièrement confirmée par les hautes autorités judiciaires du pays. En avril 2010, le Supremo Tribunal Federal (STF)1 rejetait ainsi par sept voix contre deux l’exclusion des agents de l’État de son champ d’application. Plus qu’ailleurs, la loi fait en outre obstacle aux dénonciations individuelles de coupables, à la reconstitution des chaînes de responsabilité et, a fortiori, aux procès. À ce jour, seul le colonel Carlos Brilhante Ustra, ancien commandant du DOI-CODI2 de São Paulo, a été jugé et condamné à une peine symbolique et au paiement de dommages et intérêts à la famille d’une victime. La violence politique concrète a de ce fait au Brésil une moindre visibilité publique, poussant une partie de la droite à affirmer que la dictature militaire brésilienne aurait été plus cordiale, plus amène, plus acceptable qu’ailleurs.

  • 3 Les morts et disparus officiellement reconnus sont, au Brésil, de l’ordre de 500, 3 500 au Chili, e (...)

2Pourtant, et là est le paradoxe, la pratique de la torture est aussi très fortement associée, dans certains milieux, au régime autoritaire brésilien. D’abord parce qu’il y a eu au Brésil, si l’on compare avec l’Argentine ou le Chili, un nombre relativement faible d’assassinats et de disparitions pour motifs politiques3. Ensuite parce que la torture y a été, comme dans les pays voisins, une politique d’État employée de manière systématique contre l’opposition. Enfin, parce qu’il existe un savoir-faire spécifique que les tortionnaires brésiliens ont développé, fruit d’une longue expérience de lutte contre la criminalité et contre certains mouvements politiques, complétée par la formation acquise dans des académies militaires nord-américaines et par l’appropriation de techniques mises au point par la France lors des guerres de décolonisation. Cette sombre compétence leur a notamment permis de participer à leur tour à la formation de certains de leurs congénères du Cône sud. Pour toutes ces raisons, la torture a été au Brésil érigée en symbole de la violence d’État, comme ce fut le cas, en Argentine, pour les disparitions de personnes et les enlèvements de nourrissons. Les tortionnaires sont donc en même temps au cœur symbolique et réel de l’appareil répressif brésilien, et un grand absent des recherches universitaires, des politiques publiques, et même de la mémoire de la transition, centrée pour l’essentiel sur le militantisme et les militants de gauche.

  • 4 Entre autres : Lobo 1989, D’Araujo, Soares & Castro 1994, Souza 1999, Ustra 2006, Netto & Medeiros (...)

3La possibilité d’une consultation élargie aux archives, permise par la promulgation de la loi d’Accès à l’information de 2011, ouvre la perspective d’une meilleure connaissance de ce fondement de l’État répressif. Trois obstacles majeurs demeurent cependant : d’abord, le mode d’organisation des fonds, qui suit la logique de la persécution et donc de la victime, ce qui complique les recherches sur le personnel d’État. Ensuite l’absence de traces documentaires concernant nombre des agissements violents commis par les agents de la répression. Enfin, la forte réticence des militaires à mettre à la disposition des chercheurs et du public les archives de leurs centres de renseignement et de sûreté intérieure. Certes, ces dernières années ont vu se multiplier les publications de témoignages d’anciens agents de la répression4. Il ne s’agit toutefois que d’une part infime du personnel répressif, et pas nécessairement de celle directement impliquée dans des pratiques de torture. La reconnaissance de l’existence de tels actes demeure en effet exceptionnelle, et plus rares encore sont ceux qui en défendent la validité dans le combat contre le communisme, ou admettent les avoir personnellement commis.

4Les portes d’entrées pour enquêter sur le personnel de la répression sont donc peu nombreuses et étroites. Il existe pourtant un document remarquable et peu exploité par les chercheurs : des listes de supposés tortionnaires divulguées, entre 1975 et 1985, par des associations de victimes et de familles, des avocats de prisonniers politiques et des organisations de défense des Droits de l’homme. L’objectif avoué de ces listes est à la fois mémoriel et politique : il s’agit de lutter contre l’oubli et de permettre l’identification et la punition ultérieures des responsables. Cet article se propose de parcourir l’histoire de quatre de ces listes, qui représentent à nos yeux, une source de première importance pour reconstituer le profil de la répression et, plus précisément, de la torture. Trois d’entre elles ont été publiées dans le journal d’opposition Em Tempo, en 1978 et 1979 ; la dernière a été établie dans le cadre du projet Brasil : nunca mais [Brésil : plus jamais ça] et divulguée en 1985. D’autres listes, de dimensions plus réduites, existent (Greco 2003), mais ces quatre documents ont la spécificité d’avoir été constitués lorsque la dictature était encore en place et d’avoir eu un impact public important. L’utilisation des données de ces listes nécessite d’en connaître les biais et les limites, et donc les auteurs, les conditions et les processus d’élaboration. C’est l’objet premier de cet article. Nous tenterons également de présenter leurs modes de divulgation et leur impact auprès de l’opinion, afin de comprendre comment s’est construite, à travers ces listes et au cours de la transition politique, une certaine représentation de la violence d’État. Enfin, nous dresserons à grands traits le portrait du personnel répressif dont ces listes témoignent : régions concernées, période considérée, organes répressifs impliqués et profil des tortionnaires. Notre hypothèse principale est que, malgré d’évidentes difficultés et insuffisances, ces listes constituent une source exceptionnelle pour la compréhension d’un aspect encore peu connu de l’appareil répressif brésilien : sa composante humaine.

La liste des prisonniers politiques de la prison de la justice militaire fédérale

  • 5 Archives nationales de Brasília, BR, AN, RIO, TT, 0, MCP, PRO, 0852.

5Le premier recensement d’agents de l’État impliqués dans des actes de torture date du 23 octobre 1975. Il comprend 233 noms, recueillis par 35 militants politiques incarcérés à la prison de la justice militaire fédérale Barro Branco, à São Paulo, entre septembre 1969 et février 1975 (Melo & Lima 2011). Son premier destinataire est le président du Conseil fédéral de l’Ordem dos Advogados do Brasil [Ordre des avocats du Brésil] (OAB), Caio Mário da Silva Pereira. Le courrier comprend également une lettre et une description détaillée des méthodes et instruments de torture employés sur les prisonniers, un récit des irrégularités juridiques commises, une présentation des conditions d’incarcération et des éléments d’information sur seize prisonniers politiques assassinés ou disparus. Les auteurs du document, qui se présentent comme des « victimes, survivants et témoins », décrivent leur entreprise comme un « rapport détaillé de tout ce qui [leur] a été infligé, au cours de ces six années, ainsi que ce à quoi [ils] av[aient] directement assisté dans l’histoire récente du pays5 ».

6La liste et ses annexes sont adressées à l’OAB pour plusieurs raisons. D’abord parce que le syndicat d’avocats est alors un allié objectif des opposants et victimes de la dictature. En effet, après avoir appuyé le coup d’État civil-militaire de 1964, se justifiant par « tout le jargon et les lieux communs possibles » de l’anticommunisme dominant dans certains milieux de la société de l’époque, et soutenu la dictature dans ses premières années, l’OAB a progressivement évolué vers des positions d’hostilité à l’égard du régime. Elle fait clairement partie de cette opposition depuis 1972 (Rollemberg 2008, 60). Il s’agissait, par ailleurs, de rappeler Pereira à son devoir d’enquête et d’accusation sur les violences commises par les policiers et militaires pendant les « années de plomb », en lui montrant que moult témoignages de prisonniers politiques étaient disponibles : « de nombreuses dénonciations concrètes » auraient déjà été publiées dans la presse à grand tirage, disent les auteurs. Le président Pereira avait en effet récemment déclaré, dans la Folha de S. Paulo, qu’il lui manquait des données précises pour aborder de façon concrète la question des atteintes aux Droits de l’homme.

  • 6 Ibidem.

7Les auteurs de la liste ne témoignent donc pas pour la postérité, ni n’entendent organiser une simple offensive politique : ils se placent dans une perspective judiciaire et, de ce fait, se montrent très soucieux de la précision et de la fiabilité de leur dénonciation. Ainsi distinguent-ils, tout d’abord, les tortionnaires et ceux qui sont simplement « de connivence » ; ceux dont le nom complet est connu et les anonymes identifiés par leur prénom ou nom de guerre ; ceux enfin qui les ont directement torturés et les agents ayant exercé leur art sur d’autres prisonniers. Ils fournissent une multitude d’informations complémentaires : poste ou fonction, organe répressif d’appartenance, période concernée, afin de donner crédit à leurs propos et peut-être permettre d’identifier par la suite les fonctionnaires dont seuls le prénom ou le surnom sont connus. Le document d’accompagnement insiste sur la grande attention portée à la véracité des faits : « Nous avons fait cette collecte avec un souci constant d’exactitude des faits relatés6 ». En apposant leur nom au bas du texte, les prisonniers politiques lui donnent enfin une crédibilité supplémentaire, puisqu’ils se disposent par ce geste à en répondre personnellement devant la justice.

  • 7 Entretien par e-mail réalisé par les auteures le 25 septembre 2012.

8Cesar Augusto Teles explique que les données recueillies ne sont pas seulement issues des souvenirs des 35 prisonniers signataires, dont il fait partie : selon lui, ils avaient constitué un fonds d’archives collectif comprenant des copies de procès recueillis par les avocats auprès des Auditorias [cours de justice] militaires et du Supremo Tribunal Militar7. Certains détenus ayant été incarcérés dans d’autres États, le recensement n’est pas limité à l’État de São Paulo qui est néanmoins fortement surreprésenté. Hamilton Pereira, un autre signataire, déclare au contraire que la liste a été produite de façon individuelle, même si son résultat est collectif :

Non, non. C’était un moment très particulier pour la gauche brésilienne. Elle était très divisée, il n’y avait plus que de petites organisations décimées par la répression. Chaque organisation a cherché à diffuser les informations à sa manière, avec ses propres moyens. En cherchant, à partir de l’expérience de chaque militant, à faire le portrait des tortionnaires. Il n’y a pas du tout eu de comité pour collecter des informations dans les prisons. Elles sortaient par le biais d’avocats, de parents, de personnes solidaires. (Melo 2011)

9Les témoignages divergent donc sur le processus d’élaboration de la liste. Ils s’accordent cependant sur un point : l’importance des avocats dans la collecte et la conservation des données. Cet élément est particulièrement intéressant si l’on se souvient d’une spécificité de la dictature brésilienne : le refus d’abandonner complètement, dans une partie de la machine répressive, un certain nombre de procédures légales et judiciaires, notamment les droits de la défense, même s’il s’agissait seulement d’un respect de façade et que, dans certains organes (les DOI-CODI notamment), cette mise en scène n’existait presque pas (Pereira 2010).

10La manière dont la liste est parvenue à la rédaction du journal alternatif Em Tempo n’est pas clairement établie. Elle avait été initialement publiée dans le livre Documentos dos presos políticos brasileiros, organisé par le Comitê Pró-Anistia dos Presos Políticos no Brasil [Comité pro-amnistie des prisonniers politiques au Brésil] de Lisbonne et publié aux éditions Maria da Fonte en 1976. Depuis la révolution des Œillets du printemps 1974, le Portugal était en effet devenu un important lieu d’exil pour l’opposition brésilienne (Freire 2010, 39). Le comité, fondé le 30 mai 1975 par des hommes politiques et des intellectuels brésiliens et portugais, entretenait des contacts étroits avec les organisations de défense des prisonniers politiques demeurées au Brésil. La liste n’allait pourtant avoir de réel impact au Brésil que deux ans plus tard, le 26 juin 1978, quand, reproduite dans les pages d’Em Tempo, elle s’est imposée sur la scène médiatique. Issu en 1977 d’une scission du magazine Movimento, d’obédience trotskiste, Em Tempo se veut alors l’instrument d’un large front de gauche, décentralisé, sans contrôle éditorial central. Bernardo Kucinski, l’un de ses fondateurs, explique aujourd’hui que le journal voulait prendre place sur la scène de la grande presse nationale, accompagner le mouvement social et s’adresser à des publics variés, en abandonnant l’idéal du « lecteur moyen » (Kucinski 2001, 413-415). Né après l’abolition de la censure préalable (1975), le journal ne fut jamais lourdement censuré et devint l’espace privilégié de divulgation des documents sensibles.

11Em Tempo n’est donc pas alors un titre confidentiel : la répercussion de la publication de cette première liste est considérable. Les 20 000 exemplaires sont rapidement épuisés, la presse à grand tirage se fait l’écho du scandale et les réactions au sein de l’appareil répressif ne se font pas attendre. La première émane du policier mineiro [de l’État de Minas Gerais] Nelson Sarmento, ancien chef du Centro de Informações da Marinha [Centre de renseignements de la marine] (Cenimar), qui obtient le 9 juillet un droit de réponse. Sarmento, accusé de connivence avec le système de tortures, dit comprendre que son nom soit cité mais nie cependant avoir été lui-même auteur de sévices –, ce dont il n’est en fait pas accusé par le journal :

  • 8 « Confissões do ex-chefe do Cenimar. » Em Tempo 1978, 19: 6, 9-15 juillet.

Je comprends. En tant qu’homme du Cenimar, j’ai joué mon rôle en qualité de directeur d’un secteur. Donc c’est juste, je pense que sur ce point le journal a raison. Je ne conteste pas ma responsabilité ni même ma position idéologique, qui reste la même jusqu’à aujourd’hui, d’ailleurs... Peut-être suis-je le seul de toute cette liste, ou peut-être y en a-t-il d’autres, mais je ne crois pas, qui aie moyen de demander une rectification de cette information8.

  • 9 Em Tempo 1978, 26: 9, 27 août-3 septembre.
  • 10 Em Tempo 1978, 43, 21-27 décembre (page de couverture).

12Ces propos, dont le caractère mesuré peut étonner, contrastent avec les violences dont sont victimes le journal et sa rédaction quelques semaines plus tard. Le 25 juillet 1978, une première offensive, revendiquée par le Comando de Caça aos Comunistas [Commando de chasse aux communistes] (CCC), touche la succursale d’Em Tempo à Curitiba. Ses murs sont graffités d’un « CCC – Canal des 233 » (« Ala Os 233 »), en référence aux 233 noms de la liste, et on y vole des documents administratifs. Dans le numéro suivant du journal, Tibério Canuto, son directeur, signale que les représailles n’ont surpris personne et paraissent confirmer la justesse des accusations proférées. En effet, en employant de telles méthodes et en s’identifiant comme « les 233 », les responsables des dégradations ne semblent pas s’indigner contre les accusations faites à leur encontre, mais contre le fait que celles-ci aient été rendues publiques. Trois jours après cette démonstration de force, c’est la succursale de Belo Horizonte qui est à son tour dégradée. Ses murs sont couverts de menaces : « Je me suis incrusté, après je reviens » (« Entrei de sola, depois volto »), « On reviendra ce sera pire » (« A volta será pior »), avec les sigles du MAC (Movimento Anticomunista) et du GAC (Grupo Anticomunista), qui revendiquent l’action. Divers équipements et documents sont de nouveau dérobés. À l’aube du 18 août, c’est à la bombe que cette même succursale de Belo Horizonte est attaquée9. Aucune enquête n’est évidemment diligentée. Certains des collaborateurs d’Em Tempo sont ensuite ostensiblement suivis, voire menacés par des lettres parfois signées du CCC. Pour Em Tempo, 1978 se clôt par une lettre adressée à Tibério Canuto, ornée d’une tête de mort10.

  • 11 Em Tempo 1978, 31: 4, 2-8 octobre.

13Notons que le journal n’est pas le seul touché : dans le seul État du Minas Gerais, on compte entre mai 1977 et août 1978 treize attentats à la bombe et onze actes de violence divers – menaces, dégradations, agressions et violations de correspondance – contre des associations ou des entreprises associées à l’opposition11. Ce type d’acte terroriste ou d’intimidation d’opposants, commis par des membres d’organisations d’extrême droite presque toujours membres de l’appareil répressif, n’a alors rien d’exceptionnel. Nombreux au début des années 1960 et en 1968, ils avaient disparu après le durcissement du régime organisé par l’Acte Institutionnel no 5 (AI-5), et le durcissement de la répression qui avait bâillonné l’opposition officielle et satisfait les activistes d’extrême droite. Peu après l’annonce de la distensão [détente] par le général Geisel, ces violences sont de retour, promues par des membres de l’appareil d’État révoltés par les politiques mises en œuvre et désireux de conserver à la « communauté du renseignement » (comunidade de informações), selon la formule instituée, son autonomie et ses pouvoirs. Comme dans les années 1960, leurs principales cibles sont les membres du clergé progressiste, les journaux et maisons d’édition liées à l’opposition, les organisations et syndicats luttant contre le maintien de l’État répressif (Deckes 1985). Em Tempo est pour ces groupes une cible politique naturelle.

  • 12 Em Tempo 1978, 23, 7-13 août (page de couverture).
  • 13 Em Tempo 1979, 47, 18-24 janvier (page de couverture).

14La terreur ne porte pas ses fruits. D’une part, des personnages publics et des associations se déclarent alors solidaires d’Em Tempo, accroissant la visibilité publique de cette première dénonciation. C’est le cas du président de l’Associação Brasileira de Imprensa [Association brésilienne de presse] (ABI), Barbosa Lima Sobrinho, qui déclare en pleine vague d’attentats : « Si les tortionnaires croient qu’ils peuvent éviter que leurs noms soient connus, ils se trompent. S’ils pensent que la torture est nécessaire, alors qu’ils l’assument. Empêcher que leurs noms soient révélés est impossible12 ». Par ailleurs, le journal ne modifie en rien sa ligne éditoriale et continue de publier des articles défiant les organes répressifs, comme la liste des 251 prisonniers morts dans les geôles du régime élaborée par le Comitê Brasileiro pela Anistia [Comité brésilien pour l’amnistie] ou, une semaine plus tard, un inventaire des lieux clandestins de la répression13. La fermeté de l’hebdomadaire et l’absence de réaction officielle des autorités indiquent que, dès cette époque, le rapport de force politique et médiatique est en défaveur de l’extrême droite militaire. Le pouvoir, qui prépare en coulisses l’absolution des responsables de la terreur d’État par la voie de l’amnistie, n’entreprend pas pour autant de les protéger de l’ire populaire et laisse aux groupuscules activistes le loisir de la vengeance. Avant même que le dernier général-président Figueiredo ne soit « élu », le processus de distensão semble donc commencer, sur le point précis des atteintes récentes aux Droits de l’homme, à échapper au contrôle du pouvoir militaire.

La liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens

  • 14 Em Tempo 1979, 54: 4, 8-14 mars.

15En mars 1979, Em Tempo revient à la charge avec une seconde liste, émanant du Comitê de Solidariedade aos Revolucionários do Brasil [Comité de solidarité aux révolutionnaires du Brésil] et introduite par cette une explicite : « C’est du lourd. Voilà la 2e liste14 ». Nous disposons de fort peu d’informations sur ce comité, si ce n’est qu’il réunissait des militants de tout le pays et qu’il disposait de nombreux contacts auprès de Comités pro-amnistie à l’étranger, auprès desquels le document fut d’ailleurs largement diffusé (Greco 2003, 195). Nous savons aussi que la longue liste de 442 noms fut élaborée collectivement lors de deux réunions du comité : l’une, tenue en février 1974, permit d’identifier 328 individus ; l’autre, en février de l’année suivante, en ajouta 114. L’entreprise est donc à peine plus précoce que celle des 35 prisonniers de São Paulo. Les auteurs des deux documents sont, semble-t-il, rapidement conscients de l’initiative de leurs camarades, puisque les deux listes sont publiées conjointement au Portugal, en 1976 (Comité 1976).

16La structure du document est proche de la dénonciation précédente, un long rapport sur le système répressif accompagnant la liste elle-même. Y sont décrits, d’abord, l’organisation générale de la répression, la structure et le fonctionnement du DOI-CODI, les instruments et méthodes de torture et, enfin, les noms des agents impliqués dans la violence politique, décideurs, tortionnaires et informateurs. La seconde partie relate le sort de 79 militants politiques morts sous la torture et 75 assassinats – des opposants fusillés ou abattus lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. Le dernier point concerne la dénonciation elle-même, insistant sur son caractère collectif et sur la vérification des données présentées :

Depuis notre première réunion, traitant de la Conferência Nacional dos Bispos do Brasil [Conférence nationale des évêques du Brésil] (CNBB), en février de l’année passée, suivie de son compte rendu, nous avons reçu de nombreuses suggestions et critiques, qui nous ont énormément servi. Et nous avons reçu, aussi, beaucoup d’appuis, qui nous ont aidés à surmonter certaines difficultés et à corriger certaines erreurs présentes dans notre premier rapport. (Comité 1976, 156)

  • 15 Le journal ne précise pas de quels secteurs de la gauche il s’agit. À l’époque, le Movimento Democr (...)

17Les auteurs insistent, comme les 35 prisonniers de Barro Branco, sur la grande attention portée à la précision et à l’exactitude des faits, admettant les « insuffisances possibles » dues à « des erreurs et des imprécisions, ainsi qu’à d’innombrables et inévitables lacunes dont ils sont pleinement conscients ». Mais, plus que leurs camarades, ils assument clairement une ambition politique : s’opposer à la « campagne internationale de propagande du fascisme brésilien et de son “Grand Brésil” » en dénonçant une « dictature qui fait tout pour couvrir ses crimes » (Idem, 155). Em Tempo leur emboîte le pas : en effet, sa rédaction n’ambitionne plus seulement d’être un outil public de dénonciation du personnel répressif – une démarche déjà courageuse quand les menaces des groupes anticommunistes demeurent pesantes et qu’une partie de la gauche désapprouve la tentation de « provoquer, jouer avec le feu » dont témoigneraient ces publications15. Le journal entend révéler la composition humaine et la structure de l’appareil répressif, afin de contribuer à son démantèlement, préalable indispensable au rétablissement de la démocratie. L’hebdomadaire s’engage en outre officiellement en faveur de l’inculpation et de la punition des responsables :

  • 16 Em Tempo 1979, 54: 5, 8-14 mars.

[...] nous divulguons cette nouvelle liste avec la même détermination qu’auparavant, parce que nous croyons que la lutte pour les libertés démocratiques dans notre pays passe par le démantèlement de tout l’appareil, de toute la machine, légale ou non, mise sur pied pour réprimer, torturer et souvent tuer ceux qui se sont élevés contre le régime ces dernières années. C’est pour cela que l’on ne peut plus s’en tenir à des généralités : il faut dénoncer concrètement, directement, le fonctionnement des organes de sécurité. Et les hommes qui ont actionné cette puissante machine de boucherie politique doivent être connus de tous, les coupables de la violence contre le peuple ne méritent qu’une chose : la punition16.

  • 17 Le Congrès national pour l’amnistie, qui réunit le secteur du mouvement social pour une amnistie am (...)

18Au-delà d’un « devoir de mémoire », ces listes sont donc l’outil d’un double combat. Un combat judiciaire, d’une part, auquel le Congresso Nacional pela Anistia17 avait d’ailleurs appelé quelques mois auparavant dans ses résolutions finales :

Livrer à la vindicte publique les tortionnaires et lutter pour présenter devant les tribunaux les agents de la répression et du système qu’ils servent, en incitant à ce que cette lutte ne soit pas individuelle, mais collective, portée par les mouvements d’amnistie et par les organisations professionnelles liées aux victimes (Apud Greco 2003, 98).

19Et un combat politique, d’autre part, car les listes sont considérées comme nécessaires au démantèlement rapide de la machine répressive et au retour à l’État de droit.

  • 18 Décret-loi de sécurité nationale n6 620, 17 décembre 1978.
  • 19 Em Tempo 1979, 55: 3, 15-21 mars.

20Dès le lendemain, probablement sous l’effet d’un nouveau décret-loi de sécurité nationale qui permet la saisie unilatérale par le ministre de la Justice de tout média soupçonné d’activités subversives18, le numéro disparaît des kiosques. Par contre, le journal n’est pas la cible d’attentats. Pour les rédacteurs d’Em Tempo, un changement positif a eu lieu : des attaques et menaces de groupes d’extrême droite, on est passé à la saisie du journal, une méthode considérée comme « moins barbare19 ». Ce commentaire indique qu’aux yeux des auteurs, les groupes d’extrême droite et le pouvoir central ne font qu’un : il s’agit du « système militaro-policier » dans son ensemble, engagé dans sa propre protection. On sait maintenant que cette lecture est trop simplificatrice et que de nombreuses tensions traversaient l’appareil d’État, particulièrement à l’époque de l’ouverture (Chirio 2012). Ces conflits, se traduisant par des divergences d’appréciation de la distensão, du pluralisme politique ou encore de la liberté de la presse, ont d’ailleurs en grande partie permis que des dénonciations de la violence d’État acquièrent une visibilité.

La liste des prisonniers politiques du centre de détention Milton Dias Moreira

  • 20 Em Tempo 1979, 64, 18-24 mai 1979 (page de couverture).

21En mai 1979, deux mois après la publication de la liste des 442, Em Tempo diffuse le dernier article de ce type qui reproduit une partie du rapport écrit par quatorze prisonniers politiques du centre de détention Milton Dias Moreira, à Rio de Janeiro. Intitulé « Notre témoignage », le texte comprend la description de 29 méthodes de torture utilisées contre ses auteurs, de 40 affaires d’assassinats et de disparitions politiques, ainsi que des moyens employés pour en dissimuler les preuves, et des leçons de torture avec cobayes humains ; y sont également recensés 27 centres de torture et, de manière partielle, les morts et disparus lors de la guérilla d’Araguaia et sous les dictatures de pays voisins20. Le rapport, daté d’avril 1979, avait été communiqué à diverses instances de la société civile, comme l’OAB, l’ABI, la CNBB, les Comités d’amnistie et le Conselho de Defesa dos Direitos da Pessoa Humana [Conseil de défense des droits de la personne humaine].

  • 21 Idem.

22Le journal cite les noms de prisonniers ainsi que des extraits de témoignages, une dernière liste de 251 tortionnaires et l’inventaire des lieux où se sont déroulés les sévices. La liste est divisée en trois catégories : ceux qui ont torturé directement les signataires (32 %) ; ceux qui ont été vus en train de torturer ou ont acquiescé à la torture (28 %) ; enfin ceux dont l’implication dans des sévices a été racontée par d’autres (40 %)21. Ces distinctions montrent que la méticulosité qui a présidé à la constitution des listes précédentes perdure aux côtés de la détermination à garantir la fiabilité du recensement présenté. Au bas de la page principale, une note en guise d’observation : « Il manque encore beaucoup de monde... » :

  • 22 Ibidem.

Nous attirons votre attention sur le fait suivant : ce « Recensement général des tortionnaires » n’épuise pas le grand nombre de ceux qui ont participé à des actes de torture. Beaucoup n’ont pu être identifiés par leur nom, bien qu’il soit sûrement possible de les reconnaître. D’autres ne pourront pas être identifiés, car beaucoup d’entre nous ont été torturés les yeux bandés (de capuz). Dans les récits que nous ont confiés des centaines de camarades, beaucoup de noms n’ont pas été retenus. Ainsi considérons-nous encore ces listes comme relativement incomplètes22.

  • 23 Em Tempo 1979, 72, 12-18 de juillet (page de couverture).
  • 24 Em Tempo 1979, 74, 26 juillet-1er août (page de couverture).

23Les réactions du camp adverse sont différentes de celles observées après les dénonciations précédentes, et assez déconcertantes. Deux mois après la publication de la troisième liste, le 8 juillet 1979, la succursale de Belo Horizonte est bien l’objet de violences non revendiquées, mais il ne s’agit probablement pas d’une réaction à la seule divulgation de la liste : à cette époque, l’hebdomadaire publie fréquemment des articles fustigeant les milieux opposés à l’ouverture politique. Le titre n’est cette fois-ci pas saisi ou censuré et, mieux, il reçoit le soutien inattendu du président en titre, le général Figueiredo, qui condamne publiquement l’attentat. La rédaction accueille cette déclaration avec ironie, circonspection, et une certaine incompréhension. En couverture, on peut lire : « Les terroristes défient Figueiredo », et plus loin : « Ne nous faisons pas d’illusion. La “main tendue” et le “bras clandestin” font partie du même corps23 ». Enfin, deux numéros plus tard, Em Tempo signale qu’une enquête est cette fois-ci diligentée pour élucider les circonstances de l’attentat. Nelson Sarmento, l’ancien agent du Cenimar qui s’était signalé lors de la publication de la première liste, y témoigne contre le CCC du Minas Gerais, livrant les noms et dénonçant les relations étroites entre l’organisation d’extrême droite et le DOI-CODI de l’État24.

  • 25 Département d’ordre politique et social. Il s’agit de la police politique des États.

24Certes, la rédaction est ensuite informée d’une plainte pour injure, calomnie et diffamation, déposée par quatre policiers du Departamento de Ordem Política e Social (DOPS)25 de São Paulo mentionnés dans les listes, mais le journal ne se heurte nullement à un bloc de défense du personnel répressif. Au contraire, les dénonciations cristallisent les conflits intra-militaires : elles donnent l’occasion de régler des comptes, incitent Figueiredo à réaffirmer son autorité face au personnel du renseignement en guerre ouverte contre lui, et exhibent sur la place publique un système militaire en cours de délitement.

La liste du projet Brasil : nunca mais

25La dernière liste utilisée dans ce travail est de loin la plus célèbre. Il s’agit d’une liste de 444 noms divulguée par l’équipe du projet Brasil : nunca mais (BNM). Elle est née de l’audace d’avocats, d’ecclésiastiques, d’historiens et de journalistes qui, entre août 1979 et mars 1985, entreprennent de reproduire clandestinement les dossiers de procédure de la justice militaire, afin de les protéger d’une possible destruction lors de la transition démocratique. Le projet est le seul à être postérieur à la loi d’Amnistie et en est, d’un certain point de vue, le fruit : l’application de la loi implique en effet le réexamen de chaque affaire par la justice militaire et permet à la défense d’accéder au dossier pendant 24 heures. Les militants s’engouffrent dans la brèche et organisent un vaste système de reproduction de la volumineuse documentation produite par le régime militaire lui-même. Les 707 dossiers de procédure, traces d’autant de procès pour crimes politiques tenus depuis l’Acte institutionnel no 2, en octobre 1965, sont systématiquement retirés, copiés et rendus. L’opération se déroule dans le secret et la clandestinité les plus stricts. Peu de participants ont alors connaissance de son ampleur. Le financement – plus de 350 000 dollars – est assuré par le Conseil mondial des églises, représenté par son secrétaire-général Philip Potter (Weschler 1990 et Figueiredo 2009).

26Cette abondante documentation a ensuite fait l’objet d’un traitement minutieux par une équipe de journalistes et d’historiens qui ont entrepris d’en sélectionner, ordonner et présenter les principales informations, afin de dresser un portrait de la structure judiciaire et répressive qui a sous-tendu la dictature. Leur rapport initial compte 7 000 pages, organisées en 12 volumes, aujourd’hui disponibles sur Internet26. Beaucoup d’éléments étaient déjà connus, révélés par des prisonniers politiques ou des organisations de défense des Droits de l’homme. Mais le rapport BNM va bien plus loin, tant par l’ampleur des données recueillies que par l’éventail des thèmes abordés. Le 15 juillet 1985, un ouvrage qui synthétise ces travaux sort en librairie, sans aucune publicité préalable ni lancement officiel. Cette discrétion n’empêche pas le petit livre rouge Brasil: nunca mais de devenir rapidement le plus vendu du pays ; il est réimprimé vingt fois dans les deux années qui suivent sa publication. Peu après, le révérend James Wright, coordinateur du projet, le traduit en anglais. Il paraît aux éditions américaines Random House sous le titre Torture in Brazil dès l’été 1986 (Figueiredo 2009, 59-60). L’impact du projet est énorme : « On pourrait dire qu’il s’agit de l’acte fondateur de la mémoire sociale sur les crimes de la dictature, qui a favorisé la constitution d’une conscience collective sur la politique répressive de cette époque et sur le statut des survivants » (Teles 2012, 259).

  • 27 « Livro Aberto ». IstoÉ, 27 novembre 1985.

27Quatre mois après la sortie du livre, le 21 novembre, une liste de 444 noms d’agents accusés d’actes de torture, réalisée à partir des données du BNM, est présentée à la presse. L’acte, très solennel, est placé sous la tutelle de Dom Paulo Evaristo Arns, archevêque de São Paulo, dont la curie a porté le projet27. Selon Luiz Carlos Sigmaringa Seixas, avocat chargé de la requête, de la reproduction et de la restitution des actes de procédure dans la ville de Brasília, cette liste a été constituée avec beaucoup de précaution, afin de ne jamais porter préjudice à un innocent et, bien sûr, ne pas risquer de discréditer le projet :

À chaque fois qu’apparaissait un témoignage dénonçant des tortures, nous prenions la peine de vérifier que ce témoignage était accompagné d’un autre type de preuve. Nous cherchions à réunir trois preuves différentes pour ne pas courir le risque de commettre d’injustice. Il pouvait y avoir des lapsus, ou même de la malveillance ou de la vengeance, quelqu’un pouvait donner le nom d’une personne sans qu’elle ait effectivement été impliquée dans ces actes atroces. Si bien que tout a été toujours fait avec beaucoup de précaution28.

  • 29 En espagnol dans le texte.

28La force du BNM est de se fonder sur les documents produits par le pouvoir militaire lui-même ; aucun Nunca más29, dans les pays voisins, n’a pu s’appuyer sur des archives de cette nature. Cela ne signifie pas pour autant, comme on l’avance souvent, que l’ensemble des données de BNM soit irréfutable. Elles le sont, par exemple, en ce qui concerne les innombrables irrégularités des procédures judiciaires, qui enfreignaient jusqu’aux lois d’exception promulguées par le pouvoir militaire lui-même. Mais la liste des tortionnaires supposés est, comme les précédentes, le fruit de dénonciations : celles de 1 843 prisonniers politiques, la petite partie des opposants impliqués dans les procès qui ont pris le risque de désigner nominalement leurs bourreaux lors des audiences. Pas plus que les autres listes évoquées ici, elle n’est issue de l’appareil de répression lui-même. L’inventaire BNM présente néanmoins un surcroît de fiabilité pour plusieurs raisons. Il y a d’une part, les procédures rigoureuses de recoupement et de vérification mises en place par l’équipe ; d’autre part, les grands risques encourus par les accusés au sein des cours militaires, lieu où leurs témoignages ont été enregistrés. En plus d’être « face à des officiers militaires, qui constituaient la crème du régime, qui approuvaient ce système et qui étaient là pour les juger » (Figueiredo 2009, 20), ils allaient ensuite retourner en prison, où ils pourraient être la cible de nouveaux sévices. Accuser à tort paraît, dans ces circonstances, encore plus improbable et dangereux que d’incriminer les véritables bourreaux.

29Les agents de répression mentionnés sont demeurés, selon le mot de Luís Eduardo Greenhalgh, avocat et membre de l’équipe BNM, « atones ». Ils n’avaient pas « les moyens d’affronter de tels arguments », car à toute tentative de réfutation pouvaient être opposées diverses preuves issues des documents officiels du Supremo Tribunal Militar (STM)30. Pour le journaliste Paulo Vannucchi, l’un des responsables de la collecte systématique des documents, quand les résultats du projet ont été révélés, la répression « n’avait déjà plus la même structure fonctionnelle31 ». La déstabilisation du système répressif avait commencé en janvier 1976, avec l’éviction du général Ednardo D’Ávila Mello, commandant de la IIe armée (São Paulo), du fait de la mort, maquillée en suicide, de l’ouvrier Manoel Fiel Filho ; à cette occasion, une partie de la direction du DOI-CODI de São Paulo avait également été remerciée. Le coup suivant avait été la chute du général Sylvio Frota, ministre de l’Armée et porte-parole du mécontentement des « radicaux », en octobre 1977 (Gaspari 2004, 462).

  • 32 Nom d’un centre commercial de Rio de Janeiro.

30En 1979, lorsqu’est mis en route le projet BNM, la torture systématique des prisonniers politiques n’existe déjà plus au Brésil, mais le retour à la démocratie devra attendre encore six longues années ; six ans au cours desquels il était périlleux de se livrer à ce genre d’activités. Rappelons que les deux premières années du mandat de Figueiredo sont celles d’un déchaînement sans précédent du terrorisme d’extrême droite, qui ne prendra fin qu’avec l’échec de l’attentat du Riocentro32, en mai 1981, fatal aux ambitions de cette « droite radicale » inféodée à l’appareil répressif. Quatre ans plus tard, lorsque l’équipe du BNM publie ses résultats, les civils sont de retour à la tête de l’État. Le sentiment d’une défaite consommée, ainsi que le démantèlement annoncé de l’appareil répressif, contribue à la réaction très timide de ses membres. Selon le journaliste Lucas Figueiredo : « Il y a bien eu réaction, mais elle a été en pratique inoffensive. Le cardinal Dom Paulo Evaristo Arns a fait l’objet de trois plaintes, toutes déboutées » (Figueiredo 2009, 46). Le climat politique avait décidément changé : la résistance des organes du renseignement était passée du terrorisme et des mesures d’intimidation, en 1978, aux plaintes non abouties de 1985.

31Notons que la liste de 444 tortionnaires n’est pas reproduite dans le livre de synthèse Brasil: nunca mais, ce qui lui aurait donné une tribune considérablement plus importante. Paulo Vannucchi signale une divergence entre les auteurs de la recherche, qui défendaient personnellement le jugement des responsables de la violence d’État, et l’objectif affiché du projet selon lequel il fallait simplement que le peuple connaisse sa propre histoire. Comme l’affirme Janaína Teles (2012, 269) :

Un esprit de conciliation filtre dans le texte de présentation, ancré dans une certaine image de la justice au Brésil qui, selon les auteurs, est étrangère à l’idée de vengeance. Pour appuyer cette idée, ils utilisent un vocabulaire issu de la rhétorique militaire, comme « revanche » et « vengeance », tandis qu’aucune référence n’est faite à des catégories classiquement associées aux réflexions sur l’État de droit, comme la « loi » ou le « droit ». La perspective affichée est le rétablissement de la « vérité » historique.

32Cet accent mis sur la connaissance du passé au détriment de la justice et de la punition des responsables est l’une des marques de fabrique de la transition démocratique brésilienne – très différente sur ce point de l’Argentine –, qui se perpétue jusqu’à nos jours par des initiatives comme le projet Memórias Reveladas [Mémoires dévoilées], par la loi d’Accès à l’information et, évidemment, par l’absence de remise en cause de la loi d’Amnistie (Joffily 2012).

Résultats et comparaisons

33Toutes les dénonciations, qu’elles soient réalisées auprès de comités de prisonniers ou d’organisations opposantes, comme c’est le cas des listes publiées dans Em Tempo, ou devant une cour militaire (projet BNM), constituent une mise en danger des témoins. Elles sont faites peu de temps après la perpétration des violences, face à deux types de menaces : les représailles par des groupes d’extrême droite pour les victimes déjà libérées qui osent parler, voire une nouvelle arrestation car à cette époque l’appareil répressif a encore les coudées franches ; et la colère et la vengeance du bourreau qui pourra avoir accès au procès-verbal d’audience pour les opposants encore incarcérés. Clandestine ou non, la parole de ces victimes est donc marquée par la peur.

34L’échantillonnage des témoins est différent selon les listes. Les trois premières sont réalisées par quelques dizaines de personnes qui ont généralement été emprisonnées dans une même région du Brésil, voire dans un même établissement. Les témoignages utilisés par le projet BNM, considérablement plus nombreux, recouvrent également des situations géographiques et carcérales beaucoup plus variées. Mais la principale différence porte sur le mode de fabrication des documents : le passage de la dénonciation à la liste. Les recensements publiés dans Em Tempo ont été effectués de manière artisanale et souvent difficile à retracer, même s’il semble que plus le comité qui a pris l’initiative est structuré, plus le travail est collectif. Le souci de vérification des données est pourtant constamment rappelé ; seuls les moyens, plus ou moins importants, diffèrent. L’objectif politique des listes publiées en 1978 et 1979 est assumé de manière croissante : il ne s’agit pas seulement de se souvenir, mais aussi de punir, car les opposants espèrent encore, avant la promulgation de la loi d’Amnistie, que le retour des civils au pouvoir sera accompagné de la mise en jugement des responsables de la terreur d’État. L’objectif affiché du projet BNM est quant à lui exclusivement mémoriel et historique : l’heure est, en 1985, à la réconciliation.

35Signalons pour finir, avant de comparer certains des éléments de ces listes, qu’elles s’entrecroisent et se superposent en partie. En les réunissant, nous obtenons une base de 1 047 noms ainsi répartis : 819 n’apparaissent que dans l’une des quatre listes initiales, 157 dans deux listes, 54 dans trois, et 16 dans les quatre listes.

Noms complets et incomplets

Tableau 1 – Pourcentage de noms complets ou incomplets dans les listes

Listes

Noms complets

Noms incomplets

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale, São Paulo (233 noms)

38

62

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

64

36

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira,

Rio de Janeiro (251 noms)

41

59

Liste du projet Brasil: nunca mais (444 noms)

60

40

36Le premier point à souligner est la difficulté, pour nombre des témoins, à connaître le nom complet de leur bourreau. Le pourcentage de prénoms seuls, de surnoms ou de noms de guerre, varie de 36 % à 62 %, ce qui atteste du caractère clandestin des pratiques répressives. L’usage de pseudonymes et les stratégies mises en œuvre pour empêcher d’être reconnu par les prisonniers pendant les sessions d’interrogatoires indiquent un désir, de la part des agents de la répression, de préserver le plus possible leur anonymat. Dans la base réunissant les quatre listes, 574 des 1 047 policiers et militaires accusés d’actes de torture (55 %) sont identifiables par leur nom complet. Le tortionnaire n’était la plupart du temps évoqué qu’oralement et le prisonnier ne pouvait fournir qu’une transcription phonétique de son nom. De nombreux recoupements – y compris au sein d’une même liste – se font sur la base de graphies différentes pour un même nom, lorsque des informations concordantes permettent de confirmer qu’il s’agit bien de la même personne. On peut remarquer, pour finir, que les recensements comprenant la proportion la plus importante de noms complets sont ceux organisés par le Comitê de Solidariedade aos Revolucionários Brasileiros et par le projet Brasil : nunca mais, qui disposaient probablement de moyens plus importants pour enquêter et pour recouper leurs informations.

Civils et miliaires

Tableau 2 – Répartition civils/militaires (%)

Listes

Civils

Militaires

Situation inconnue

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale, São Paulo (233 noms)

41

36

23

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

46

44

10

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira, Rio de Janeiro (251 noms)

23

62

15

Liste du projet Brasil: nunca mais (444 noms)

36

53

11

  • 33 Fleury s’est illustré, au sein de l’Escadron de la mort, comme assassin de criminels de droit commu (...)

37La répartition civils/militaires n’est favorable aux premiers que dans la liste des prisonniers politiques de São Paulo (41 % de civils, 36 % de militaires) et, plus faiblement, dans celle élaborée par le Comitê de Solidariedade (46 % contre 44 %). Dans les deux autres recensements, les militaires sont de loin les plus nombreux : 62 % de militaires contre 23 % de civils dans le recensement effectué par les prisonniers de Rio de Janeiro, et 53 % contre 36 % dans le projet Brasil : nunca mais. La forte proportion de civils dans la première liste s’explique par le rôle central occupé par le DOPS de São Paulo dans le combat contre le crime politique. Le département y est en effet plus important que dans les autres États, et a accueilli de nombreux policiers de la Divisão Estadual de Investigações Criminais [Division des enquêtes criminelles de l’État], dirigée par le tristement célèbre commissaire Sérgio Paranhos Fleury33. La liste qui, au contraire, possède le plus fort déséquilibre en faveur des militaires est celle établie par les prisonniers politiques de Rio de Janeiro, ville qui concentre les plus importantes unités militaires du pays. Notons enfin que, quelle que soit la liste source, de nombreux civils identifiés comme tortionnaires sont classés dans la catégorie des « complices » du système de torture : entrepreneurs, agents infiltrés, fonctionnaires non directement en contact avec les prisonniers. C’est particulièrement le cas dans la liste du Comitê de Solidariedade aos Revolucionários Brasileiros. Nombreux toutefois sont ceux qui ont directement participé aux sévices, confirmant l’importance du savoir-faire apporté en la matière par la police civile, fruit de décennies de combats contre la criminalité (Huggins 1998 et Souza 2000).

Forces armées

Tableau 3 – Répartition entre armes (%)

Listes

Armée de terre

Marine

Aéronautique

Police militaire

Autre/Arme inconnue

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale, São Paulo (233 noms)

69,5

4,5

2,5

22,5

1

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

68,5

3,5

5

19

4

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira, Rio de Janeiro (251 noms)

62

4,5

15

9,5

10

Liste du projet Brasil: nunca mais (444 noms)

63,5

8

2

14

12,5

38Les données concernant les forces d’origine des militaires identifiés comme tels sont parmi les plus complètes des listes de dénonciation : dans seulement 1 % à 12 % des cas, la victime sait que son bourreau est militaire sans savoir s’il est membre de l’armée de terre, de la marine, de l’aéronautique ou de la police militaire. Comme nous le verrons plus loin, c’est toute l’identité professionnelle des militaires qui semble la plus facilement identifiable par les prisonniers : arme, mais aussi grade et organe d’appartenance. Cette situation contraste avec l’obscurité dans laquelle demeurent les policiers civils, dont on ne connaît la plupart du temps ni la fonction, ni le service ou le département (les taux d’inconnus sont compris entre 20 % et 25 %, sauf pour BNM pour lequel il est de 14 % – hors tableau). Parmi les militaires accusés d’actes de torture, les membres de l’armée de terre constituent une écrasante majorité, de 62 % à près de 70 %. L’autre élément à signaler est l’importance de la police militaire (PM), qui représente entre 9,5 % et 22,5 % des forces militaires engagées dans la répression. Au mois de juillet 1969, au moment même où était créée l’Opération Bandeirante (ancêtre du DOI-CODI), le commandement de la PM a en effet été transféré des secrétariats de sécurité publique des États aux commandements régionaux des armées. La PM est considéré comme l’un des héritages les plus problématiques de la dictature militaire, parce qu’elle représente une militarisation de la sécurité intérieure, mais aussi du fait de ses pratiques répressives. Le taux de « suspects » d’activités criminelles, toujours issus de milieux sociaux défavorisés, assassinés par des membres de la PM, est aujourd’hui proche des taux de pertes lors d’une guerre civile (Barcellos 1992).

Grades militaires

Tableau 4 – Répartition par grades militaires (%)

Listes

Généraux

Officiers supérieurs

Officiers

intermédiaires

Officiers subalternes

Sergents

Autres soldats

et sous-officiers

Grade

inconnu

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale, São Paulo (233 noms)

1

19

26

12

15

24

3

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

13

25

18

12

10

18

4

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira, Rio de Janeiro (251 noms)

8

28

17

15

12

15

5

Liste du projet Brasil: nunca mais

(444 noms)

1

22

26

16

19

9

7

39La répartition des différents grades militaires montre une très forte proportion d’officiers – respectivement 57 %, 55 %, 60 % et 64 %. Il s’agit d’un résultat relativement inattendu, absent de la bibliographie existante. Les officiers intermédiaires et supérieurs – 45 % pour la première et la troisième liste, 43 % pour la seconde et 48 % pour la dernière – représentent à eux seuls presque la moitié des militaires cités. Les officiers généraux sont eux aussi nombreux (de 8 % à 13 %), mais ils sont quasi systématiquement dénoncés comme décideurs ou « complices » : les auteurs des listes ont été désireux d’attirer l’attention sur l’ensemble de la chaîne de commandement de la répression, faisant ainsi porter la responsabilité morale, politique et hiérarchique de la torture par les chefs de sections et d’organismes et les commandants d’armée. Cette inclusion répond à la logique hiérarchique : les chefs sont responsables des actions de leurs subordonnés. Elle sous-entend également que la torture n’était pas clandestine, résultat de l’excès de quelques subordonnés sadiques isolés : c’était une politique d’État, réalisée par un personnel formé, entraîné et encadré.

40Il n’est toutefois pas fait mention des généraux-présidents, dépositaires ultimes de cette responsabilité hiérarchique. Ce trait différencie le Brésil des pays voisins (Argentine, Chili, Uruguay), où les présidents ont été incriminés judiciairement. Cette particularité brésilienne s’explique peut-être par le contraste entre l’apparence de légitimité démocratique du régime (congrès ouvert, bipartisme, élections régulières) et la violence de la répression, jamais assumée en haut lieu.

Organes répressifs et lieux de torture

Tableau 5 - Répartition par organe répressif (%)

Listes

DOPS

DPF

DOI-CODI

CISA, CENIMAR, CIE

PE

Autres unités militaires

Autres

Inconnu

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale,

São Paulo (233 noms)

37

3

42

2

8

6

1

1

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

28

2

34

3

3

8

12

10

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira, Rio de Janeiro (251 noms)

14

1

27

7

10

13

9

19

Liste du projet Brasil: nunca mais (444 noms)

22

6

15

5

13

15

13

11

DOPS : Departamento de Ordem Política e Social [Département d’ordre politique et social].
DPF : Departamento da Polícia Federal [Département de la police fédérale].
DOI-CODI  : Destacamento de Operações de Informações – Centro de Operações de Defesa Interna [Détachement d’opérations de renseignement – Centre d’opérations de défense interne].
ISA, CENIMAR, CIE : Centros de Informações da Aeronáutica, da Marinha e do Exército [respectivement Centres de renseignement de l’aéronautique, de la marine et de l’armée de terre].
PE : Polícia do Exército [Police de l’armée].

  • 34 Respectivement Centres de renseignement de l’aéronautique, de la marine et de l’armée de terre.

41Selon les informations collectées par les victimes, les listes associent soit un lieu, soit un organisme aux agents accusés d’actes de torture, les organismes ayant parfois, mais pas toujours, un lieu dédié. Ainsi, le DOI-CODI et les centres militaires de renseignement – Centro de Informações da Aeronáutica (CISA), Centro de Informações da Marinha (Cenimar) et Centro de Informações do Exército (CIE)34 – fonctionnaient généralement dans des unités de l’armée ou de la police militaire. Les données ne sont donc pas comparables entre elles, ce qui crée un obstacle évident à leur interprétation. On peut toutefois en tirer un certain nombre de conclusions. D’abord, l’importance des DOI-CODIs, qui constituent, projet BNM mis à part, le principal organe d’appartenance des tortionnaires : 42 % selon les prisonniers de São Paulo, 34 % selon ceux du Comité de solidarité et 27 % d’après ceux de Rio de Janeiro. Les 15 % de DOI-CODIs cités par BNM s’expliquent peut-être par le choix d’indiquer plutôt le lieu des sévices (les pourcentages d’unités militaires y sont en effet plus importants). Le DOPS est le second organe mentionné. DOPS et DOI-CODIs assurent donc à eux deux une part très importante, et parfois prépondérante, de la répression par la torture : respectivement 79 %, 62 %, 41 % et 37 % des tortionnaires dénoncés. Celle-ci se déroule également fréquemment (dans 11 % à 28 % des cas) dans des unités militaires, non systématiquement investies par du personnel des organes de sécurité. Les services de renseignement et de répression militaires (CISA, Cenimar et CIE) sont très peu présents dans les listes de dénonciation, ce qui contraste avec leur poids dans l’imaginaire collectif de la torture. Enfin signalons que, quel que soit le statut du personnel impliqué, les lieux et organes sous contrôle militaire dominent ces recensements. Dans cette dictature dont le caractère militaire ou civil-militaire est aujourd’hui mis en débat (Martins Filho 2014), la répression physique des opposants se fait donc majoritairement sous la tutelle castrense [des casernes].

États

Tableau 6 - Répartition géographique (%)

Listes

SP

RJ et GB

MG et ES

CO

(dont DF)

S

(dont RS)

NE

(dont PE)

N

Inconnu

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison de la Justice militaire fédérale, São Paulo (233 noms)

66

6

4

10

(6)

11

(11)

3

(2)

0

0

Liste du Comité de solidarité aux révolutionnaires brésiliens (442 noms)

52

14

2

8

(4)

7

(6)

7

(5)

0

10

Liste établie par les prisonniers politiques de la prison Milton Dias Moreira, Rio de Janeiro (251 noms)

10

47

9

4

(4)

3

(0)

21

(18)

0

6

Liste du projet Brasil: nunca mais (444 noms)

20

30

18

5

(3)

9

(2)

18

(5)

0

0

SP : État de São Paulo ; RJ et GB : État de Rio de Janeiro et du Guanabara ; MG : État du Minas Gerais ; CO dont DF : région Centre-Ouest dont le District fédéral (Brasília) ; S dont RS : région Sud dont l’État du Rio Grande do Su ; NE dont PE : région Nordeste dont l’État du Pernambouc ; N : région Nord.

42Sans surprise, São Paulo et Rio de Janeiro sont les États les plus concernés par la pratique de la torture. Le biais géographique est net pour les trois listes publiées dans l’hebdomadaire Em Tempo. Biais pauliste pour celles établies par les personnes incarcérées dans la prison de Barro Branco et par le Comitê de Solidariedade aos Revolucionários Brasileiros, avec respectivement 66 % et 52 % des localisations dans l’État de São Paulo ; et biais carioca pour le recensement effectué par les prisonniers du centre Milton Dias Moreira (47 % des actes de torture signalés ont été situés dans l’État de Rio de Janeiro). La liste du BNM est géographiquement plus équilibrée, donnant davantage de poids, en particulier, aux États du Minas Gerais et du Nordeste. On peut remarquer que, lorsque le centre de gravité se trouve à São Paulo, la situation dans le District fédéral et dans le sud du pays est mieux renseignée (listes 1 et 2). Lorsque les dénonciations proviennent de Rio de Janeiro, c’est sur la répression dans le Nordeste que les prisonniers donnent davantage d’informations (liste 3).

43La surreprésentation des quatre États de São Paulo, Rio de Janeiro, Minas Gerais et Espírito Santo dans l’ensemble des listes (de 66 % à 76 %) correspond à une réalité : la répression politique fut, de fait, particulièrement forte dans les villes qui concentraient le gros des militants d’extrême gauche et les principaux foyers de mobilisation sociale. C’est d’ailleurs à São Paulo et Rio qu’eurent lieu la plupart des manifestations de masse hostiles au régime, et c’est dans la capitale pauliste qu’a été mis en place le plan pilote de la répression politique, l’Opération Bandeirante, en juillet 1969. Cependant, les récentes collectes de témoignages des Caravanes de l’amnistie et de la Commission nationale de la vérité ont révélé que de très nombreuses violations des Droits de l’homme, y compris des tortures et des assassinats politiques, ont été commises également dans d’autres régions du pays, notamment à l’encontre de paysans résidant près des lieux de la guérilla de l’Araguaia et dans des territoires indigènes. Cet élément traduit un biais, et par là-même une insuffisance, des listes étudiées : le contenu des trois premières est conditionné par l’accès à des réseaux d’entraide particulièrement développés dans les grandes capitales du pays ; celui du BNM, au fait d’avoir pu bénéficier d’un procès. Ces données ne reflètent donc pas la complexité de la répression dans le pays. Il s’agit, plus probablement, d’un portrait relativement fiable et précis de la répression urbaine dans le sud-est du Brésil.

Répartition dans le temps

44Enfin, la répartition dans le temps montre une concentration des violences dans les années immédiatement postérieures à la mise en œuvre de l’AI-5, en 1968, et à l’expansion de l’appareil répressif, en 1969. On observe une nette décrue de la violence en 1973-1974, sauf dans le cas de la liste du Comité de solidarité. Le projet BNM, fondé sur les procès devant la justice militaire, insiste davantage sur l’année 1964, lors de la toute première vague d’emprisonnements et de tortures.




  • 35 Le Parti communiste du Brésil est d’obédience maoïste ; le Parti communiste brésilien, de ligne sov (...)

45Cette courbe de la torture, centrée sur les années 1969-1974, c’est-à-dire les « années de plomb », avec un apogée en 1970 et 1971, peut paraître une évidence. Elle devient plus intéressante quand on la compare à la courbe des morts et disparus, qui décroît seulement après 1974, avec un pic en 1972 et 1973. Les courbes de la torture et des assassinats se ressemblent, mais sont décalées de deux ans. Ce décalage s’explique par deux phénomènes. Le premier est que, à partir de 1971, les séances de torture causant le décès du prisonnier se font plus nombreuses, ce qui explique la diminution du nombre d’actes dénoncés : un mort ne peut témoigner. Le second concerne un changement de stratégie répressive, impliquant davantage d’exécutions au cours d’affrontements directs ou bien au bout de séances de torture, que ce soit contre les militants urbains des partis communistes – Partido Comunista do Brasil (PCdoB) et Partido Comunista Brasileiro (PCB35 – que contre les guérilleros de l’Araguaia (PCdoB).

Considérations finales

46L’existence de listes de « tortionnaires » démontre le fort intérêt porté, dans certains milieux de l’opposition brésilienne, à la dénonciation des individus qui ont participé à l’engrenage de la répression politique dans le pays. Les personnes ayant témoigné ne représentent, évidemment, qu’une petite partie des victimes de sévices à l’époque de la dictature : nommer publiquement son bourreau, quel que soit le cadre de cette dénonciation, était un acte extrêmement périlleux auquel peu de personnes étaient prêtes à se risquer. Nombreux sont ceux également qui n’ont disposé d’aucune tribune pour le faire.

  • 36 L’ufanismo est la fierté, l’orgueil exagéré.

47Ces listes témoignent toutes d’un effort pour penser la torture dans le cadre plus général de la répression politique, désignant non seulement la main-d’œuvre tortionnaire, mais aussi l’ensemble des acteurs (haut gradés considérés comme responsables, agents infiltrés, membres de groupes d’extrême droite, entrepreneurs financeurs) ayant contribué à l’efficacité du système. Les « camarades » morts ou disparus ont toujours également été au centre des attentions, à côté des méthodes et des lieux de torture, ainsi que de la structure du système de sécurité et de renseignement. L’objectif constamment poursuivi a été, au-delà des dénonciations individuelles, de faire connaître l’autre visage du régime des généraux, dissimulé derrière le rideau du « miracle économique », de la propagande ufanista36 de glorification du régime et de la censure.

48C’est malgré tout la logique de la dénonciation qui prime. Les listes sont remplies de détails destinés à reconnaître les accusés : lieux, grades, années. Ces informations peuvent varier entre les listes pour un seul et même agent, sans que cette discordance reflète pour autant une erreur. En effet, les témoins ne disposent que d’indications correspondant strictement au moment de leur emprisonnement. Or un même fonctionnaire peut opérer, au fil du temps, dans plusieurs localités et organes différents, et évoluer dans sa carrière. Les croisements de listes peuvent donc non seulement permettre de mieux identifier les agents, mais aussi de reconstituer la dynamique des trajectoires au sein de l’appareil répressif.

49Ces inventaires ne sont pas sans poser problème : noms incomplets, erreurs, homonymies, oublis. Les informations dont nous disposons sur les circonstances de leur fabrication témoignent toutefois d’une vive préoccupation en termes de précision et de fiabilité. Bien que la cartographie de l’appareil répressif que ces listes permettent d’établir soit biaisée par la nature des sources elles-mêmes – déclaratives, constituées sans possibilité de systématisation ni garantie d’exhaustivité ou de représentativité statistique –, elles offrent une documentation très riche pour comprendre la terreur d’État sous la dictature.

50Soulignons cependant que la plupart des militants politiques ayant pu témoigner sont ceux dont la détention avait été officialisée. Beaucoup d’opposants ont été enfermés, temporairement ou plus durablement, hors de tout cadre juridique. Il n’existait alors aucune possibilité de dénoncer les pratiques de torture. D’une part parce que, en l’absence de contact avec un avocat, il était impossible de transmettre des informations à l’extérieur. D’autre part, parce que le risque d’être purement et simplement éliminé était trop grand. Certains ont pu témoigner après avoir été relâchés, mais il ne s’agit probablement pas d’un phénomène massif, car les dénonciations sont beaucoup plus précoces que les grandes vagues de libérations. Ces listes se trouvent donc au cœur d’un paradoxe : elles n’ont été possibles que du fait de l’apparence, et même d’une certaine réalité, de normalité démocratique et judiciaire, qui différencie la dictature militaire brésilienne des autres régimes autoritaires du Cône sud. Celle-ci explique que la parole dénonciatrice ait osé exister (en dehors ou à l’intérieur des tribunaux où, probablement, certaines victimes gardaient espoir que justice soit faite), que des avocats et des associations y aient eu accès et qu’une publication ait été possible, avant même la chute du régime. D’un autre côté, beaucoup de ceux qui ont souffert de sévices mais qui, pour diverses raisons, n’ont pas fait l’objet d’une procédure judiciaire formelle – et qui sont autant de symboles d’un régime fondamentalement arbitraire et d’exception – n’ont pas témoigné. Les listes reflètent donc seulement une partie de ce que fut la répression politique et l’emploi de la torture sous la dictature. Elles ont pourtant une fiabilité et une pertinence importante pour l’étude de la répression urbaine contre des militants de gauche, comme en témoigne la présence de nombreux noms dans plusieurs bases et, souvent, à des périodes différentes.

51Le modèle brésilien de transition démocratique a valorisé certaines revendications au détriment d’autres. La recherche d’informations sur les circonstances des assassinats et des disparitions de personnes, ainsi que les réparations pécuniaires et symboliques à l’égard des victimes, ont été les principaux mots d’ordre des associations de familles et d’organisations de défense des Droits de l’homme ; pas la punition des responsables d’actes de torture. Cette situation politique et mémorielle, ainsi que la confirmation réitérée de la loi d’Amnistie, ont relégué au second plan ces documents de première importance que sont les recensements des agents de l’État accusés d’actes de torture. Ceux-ci continuent cependant d’alimenter, ponctuellement, les débats sur la révision de l’amnistie et l’impunité dont ces milliers d’hommes continuent de bénéficier.

52Or cette impunité pèse, aujourd’hui encore, sur la société brésilienne, d’autant plus que la torture est quotidiennement pratiquée dans le cadre de la lutte contre la criminalité, sans jamais être véritablement assumée ou légitimée par aucun acteur politique ou social. D’où l’importance de ces listes qui mettent le doigt sur la nécessité de rappeler, encore et toujours, l’incompatibilité de ces pratiques avec une société démocratique ; sur l’importance d’en comprendre les logiques et les manières qu’a un État, autoritaire ou non, de les produire ; et sur les failles d’une culture politique brésilienne supposément marquée par un perpétuel consensus entre élites, qui permettrait d’éviter la rupture et le conflit.

Haut de page

Bibliographie

Arquidiocese de São Paulo. 1985. Brasil: nunca mais. Petrópolis: Vozes.

Barcellos, Caco. 1992. Rota 66: a história da polícia que mata. São Paulo: Globo.

Chirio, Maud. 2009. « La politique des militaires. Mobilisations et révoltes d’officiers sous la dictature brésilienne (1961-1978). » Thèse de doctorat. Paris : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chirio, Maud. 2012. A política nos quartéis. Rio de Janeiro: Zahar.

Comitê pró-amnistia geral dos presos políticos no Brasil. 1976. Dos presos políticos brasileiros. Lisboa: Edições Maria da Fonte.

D’Araujo, Maria Celina, Gláucio Ari Dillon Soares & Celso Castro, dir. 1994. Os anos de chumbo: a memória militar sobre a repressão. Rio de Janeiro: Relume-Dumará.

Deckes, Flávio.1985. Radiografia do terrorismo no Brasil – 1966/1980. São Paulo: Icone.

Figueiredo, Lucas. 2009. Olho por olho: os livros secretos da ditadura. Rio de Janeiro: Record.

Freire, Américo. 2010. « Ecos da estação Lisboa: o exílio das esquerdas brasileiras em Portugal. » Sociologia, problemas e práticas 64: 37-57, septembre.

Gaspari, Elio. 2004. A ditadura encurralada. São Paulo: Companhia das Letras.

Greco, Heloísa Amélia. 2003. « Dimensões fundacionais da luta pela anistia. » Thèse de doctorat. Belo Horizonte : Université fédérale de Minas Gerais.

Huggins, Martha K. 1998. Polícia e política: Relações Estados Unidos/América Latina. São Paulo: Cortez.

Joffily, Mariana. 2012. « Direito à informação e direito à vida privada: os impasses em torno do acesso aos arquivos da ditadura militar brasileira. » Estudos Históricos 25 (49): 129-148, janvier-juin.

Kucinski, Bernardo. 2001. Jornalistas e revolucionários: nos tempos da imprensa alternativa. São Paulo: Edusp.

Lobo, Amílcar. 1989. A hora do lobo, a hora do carneiro. Petrópolis: Vozes.

Martins Filho, João Roberto. 2014. « Adieu à la dictature militaire ? » Brésil(s). Sciences humaines et sociales 5 : 17-32, mai.

Mazzaroba, Glenda. 2009. « Anistia de 1979: o que restou da lei forjada pelo arbítrio? » In Desarquivando a ditadura, dirigé par Cecília MacDowell Santos, Edson Teles & Janaína de Almeida Teles, 372-385. São Paulo: Hucitec, vol. 2.

Melo, Alice. 2011. « Memórias do porão. » site web de la Revista de História, décembre. http://www.revistadehistoria.com.br/secao/entrevista/relatos-de-um-torturado (dernière consultation en avril 2009).

Melo, Alice & Vivi Fernandes Lima. 2011. « A lista dos acusados de tortura. » site web de la Revista de História, décembre. http://www.revistadehistoria.com.br/secao/na-rhbn/a-lista-de-prestes (dernière consultation en avril 2009).

Netto, Marcelo & Rogério Medeiros. 2012. Memórias de uma guerra suja. Rio de Janeiro: Topbooks.

Pereira, Anthony W. 2010. Ditadura e Repressão: o autoritarismo e o Estado de Direito no Brasil. São Paulo: Paz e Terra.

Projeto Brasil: nunca mais. http://www.dhnet.org.br/memoria/nuncamais/index.htm. (dernière consultation en avril 2009).

Rollemberg, Denise. 2008. « Memória, Opinião e Cultura Política. A Ordem dos Advogados do Brasil sob a Ditadura (1964-1974). » In Modernidades Alternativas, dirigé par Daniel Aarão Reis Filho & Denis Rolland, 57-96. Rio de Janeiro: Ed. FGV.

Souza, Percival de. 1999. Eu, cabo Anselmo. São Paulo: Globo.

Souza, Percival de. 2000. Autopsia do medo: vida e morte do delegado Sérgio Paranhos Fleury. São Paulo: Globo.

Teles, Janaína de Almeida. 2012. « A constituição das memórias sobre a repressão da ditadura: o projeto Brasil: nunca mais e a abertura da vala de Perus. » Anos 90 19 (35): 252-292, juillet.

Ustra, Carlos Alberto Brilhante. 2006. A verdade sufocada. Brasília: Ser.

Weschler, Lawrence. 1990. Um milagre, um universo: o acerto de contas com os torturadores. São Paulo: Companhia das Letras.

Zelic, Marcelo. Armazém da memória. http://dhnet.org.br/memoria/nuncamais/videos.htm. (dernière consultation le 10 juin 2012).

Haut de page

Notes

1 Le Supremo Tribunal Federal [Tribunal fédéral suprême] est l’équivalent, au Brésil, de la Cour suprême, et sa principale fonction est de vérifier la constitutionnalité des lois. Il juge également les crimes commis par les parlementaires. Une fois validée par le STF, une loi ne peut être révoquée par aucune autre instance.

2 Destacamento de Operações e Informações – Centro de Operações de Defesa Interna [Détachement d’opérations et de renseignement – Centre d’opérations de défense interne].

3 Les morts et disparus officiellement reconnus sont, au Brésil, de l’ordre de 500, 3 500 au Chili, et 30 000 en Argentine.

4 Entre autres : Lobo 1989, D’Araujo, Soares & Castro 1994, Souza 1999, Ustra 2006, Netto & Medeiros 2012.

5 Archives nationales de Brasília, BR, AN, RIO, TT, 0, MCP, PRO, 0852.

6 Ibidem.

7 Entretien par e-mail réalisé par les auteures le 25 septembre 2012.

8 « Confissões do ex-chefe do Cenimar. » Em Tempo 1978, 19: 6, 9-15 juillet.

9 Em Tempo 1978, 26: 9, 27 août-3 septembre.

10 Em Tempo 1978, 43, 21-27 décembre (page de couverture).

11 Em Tempo 1978, 31: 4, 2-8 octobre.

12 Em Tempo 1978, 23, 7-13 août (page de couverture).

13 Em Tempo 1979, 47, 18-24 janvier (page de couverture).

14 Em Tempo 1979, 54: 4, 8-14 mars.

15 Le journal ne précise pas de quels secteurs de la gauche il s’agit. À l’époque, le Movimento Democrático Brasileiro [Mouvement démocratique brésilien] (MDB) agrège des groupes très différents opposés au régime militaire, où émergent trois courants principaux : les « authentiques », les plus à gauche, les « modérés », centristes et les « adesistas » [du mot adesão, adhésion], partisans d’une transition qui convienne à tous les camps en présence. Nous pouvons supposer que les groupes cités par le journal sont membres des deux derniers courants.

16 Em Tempo 1979, 54: 5, 8-14 mars.

17 Le Congrès national pour l’amnistie, qui réunit le secteur du mouvement social pour une amnistie ample des condamnés politiques, s’est tenu en novembre 1978 à São Paulo.

18 Décret-loi de sécurité nationale n6 620, 17 décembre 1978.

19 Em Tempo 1979, 55: 3, 15-21 mars.

20 Em Tempo 1979, 64, 18-24 mai 1979 (page de couverture).

21 Idem.

22 Ibidem.

23 Em Tempo 1979, 72, 12-18 de juillet (page de couverture).

24 Em Tempo 1979, 74, 26 juillet-1er août (page de couverture).

25 Département d’ordre politique et social. Il s’agit de la police politique des États.

26 Projet Brasil : nunca mais http://www.dhnet.org.br/memoria/nuncamais/index.htm (consulté en janvier 2013).

27 « Livro Aberto ». IstoÉ, 27 novembre 1985.

28 Luiz Carlos Sigmaringa Seixas http://www.dhnet.org.br/memoria/nuncamais/videos.htm (consulté en janvier 2013).

29 En espagnol dans le texte.

30 Luis Eduardo Greenhalgh. http://www.dhnet.org.br/memoria/nuncamais/videos.htm (consulté en janvier 2013).

31 Paulo Vannucchi. http://www.dhnet.org.br/memoria/nuncamais/videos.htm (consulté en janvier 2013).

32 Nom d’un centre commercial de Rio de Janeiro.

33 Fleury s’est illustré, au sein de l’Escadron de la mort, comme assassin de criminels de droit commun.

34 Respectivement Centres de renseignement de l’aéronautique, de la marine et de l’armée de terre.

35 Le Parti communiste du Brésil est d’obédience maoïste ; le Parti communiste brésilien, de ligne soviétique.

36 L’ufanismo est la fierté, l’orgueil exagéré.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 7- Périodes d’action : nombre d’actes dénoncés par an
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Chirio et Mariana Joffily, « La répression en chair et en os : les listes d’agents de l’État accusés d’actes de torture sous la dictature militaire brésilienne », Brésil(s), 5 | 2014, 77-103.

Référence électronique

Maud Chirio et Mariana Joffily, « La répression en chair et en os : les listes d’agents de l’État accusés d’actes de torture sous la dictature militaire brésilienne », Brésil(s) [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/864 ; DOI : 10.4000/bresils.864

Haut de page

Auteurs

Maud Chirio

Maud Chirio est maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs, ACP–EA 3350) et docteur en histoire contemporaine de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est l’auteur de A política nos quartéis. Revoltas e protestos de oficiais na ditadura militar brasileira, publié au Brésil aux éditions Zahar (Rio de Janeiro, 2012).

Articles du même auteur

Mariana Joffily

Mariana Joffily est professeur à l’Université de l’État de Santa Catarina (UDESC) et docteur en histoire sociale de l’Université de São Paulo (USP). Elle est l’auteur de O socialismo na França e no Brasil durante a II Internacional Socialista (1889-1918), publié aux éditions Alameda (São Paulo, 2012) et de No centro da engrenagem. Os interrogatórios da Operação Bandeirante e no DOI de São Paulo (1969-1975). São Paulo/Rio de Janeiro: Edusp/Arquivo Nacional, 2012.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals