Navigation – Plan du site
Varia

Dynamiques de l’interaction chercheur/terrain : un demi-siècle d’observation ethnographique dans l’agreste du Pernambouc

Dinâmicas da interação pesquisador/campo: meio século de observação etnográfica no agreste Pernambucano.
Interaction Dynamics Between the Researcher and the Field: a Half-Century of Ethnographic Observation in the Agreste of Pernambuco
Colette Callier-Boisvert
p. 149-173

Résumés

Cette histoire d’un terrain, étudié de façon discontinue mais sur une longue durée, s’inscrit dans la problématique des revisites par le même ethnographe. Toutefois, elle en diffère parce qu’elle ne se fonde pas sur la comparaison entre deux états du même objet d’étude, l’observation s’étant poursuivie pendant plusieurs décennies. L’exercice se focalise sur la description des changements survenus dans la société étudiée et dans la connaissance du site par l’ethnographe, qui influent sur l’évolution de sa perspective théorique. Ainsi le regard rétrospectif porte-t-il à la fois sur les conditions de réalisation du travail empirique et sur les dynamiques du chercheur et du terrain en interaction.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu pour publication en mai 2013 ; approuvé en novembre 2013.

Texte intégral

Je remercie Mônica Raisa Schpun de m’avoir donné l’idée d’écrire ce texte.

« Je ne peindrai ici ni le Brésil, ni le Pernambouc. Je n’ai vu qu’un petit coin de terre étrangère et je dirai ce que j’ai vu. »
Louis-François de Tollenare (1972, 405)

1L’intention ici n’est pas seulement de décrire « un petit coin de terre étrangère ». Le facteur durée est déterminant, celle de l’observation et celle du sujet observé. L’interaction observateur/terrain s’est déroulée en effet sur le temps long (à échelle humaine), celui d’une vie professionnelle avec des interruptions pluriannuelles. Ces absences suivies de retours sur un terrain en constante évolution ont entraîné de fréquents réajustements de la recherche et de nouveaux questionnements. L’intérêt de cet exercice, inscrit dans le courant des travaux de réflexion sur la pratique ethnographique, vient de ce long dialogue émaillé de péripéties ayant modifié l’interrelation. Ma réflexion portera, dans cet article, sur les circonstances personnelles et sur la dynamique qui se développe au fil du temps entre l’objet observé et l’observateur.

2Certes, le retour sur une situation d’enquête implique l’examen des conditions de réalisation du travail empirique. L’abondante littérature consacrée à l’enquête ethnologique dans les pays anglo-saxons puis dans l’ensemble de la communauté scientifique au cours des quatre dernières décennies montre, en effet, que le terrain n’est pas seulement un lieu où s’exerce une recherche et où se vit une expérience individuelle. Il n’est pas non plus un simple objet d’étude. Il s’inscrit d’abord dans une tradition intellectuelle (Copans 1998, 11-16 et Leservoisier 2005, 5-10). Aussi est-il indispensable de restituer l’équation personnelle du chercheur et d’examiner le contexte socio-historique et institutionnel dans lequel s’exerce la pratique ethnographique. Le terrain est une réalité complexe à interroger, qui transforme l’observateur ainsi que le notait Germaine Tillion à propos de sa longue enquête dans le pays Chaouia : « Le dialogue s’engage, la navette commence son va-et-vient, et à chaque aller et retour quelque chose se modifie, non pas d’un côté mais des deux côtés » (Tillion 2009, 9). En référence à l’essai stimulant que Michael Buroway (2010, 295-351) a consacré à la théorie de l’ethnographie réflexive, on peut considérer que ce travail relève de la revisite « empiriste » de type réaliste (description plus qu’explication des évolutions survenues) mais aussi constructiviste (prise en compte du changement dans la connaissance du site par l’ethnographe et du changement de sa perspective théorique (Buroway 2010, 312-329). En fait, au-delà de la simple revisite ciblée, cette contribution interroge la double dynamique du chercheur et du terrain ainsi que leurs interactions. J’utilise en quelque sorte la réflexivité comme une entrée privilégiée pour montrer les changements survenus sur le terrain et les ajustements successifs de ma grille de lecture. Ce témoignage des deux faces d’une même situation rend compte de mes efforts d’adéquation entre la dynamique de la société que j’étudiais et l’évolution de mes propres centres d’intérêt en fonction de mes contacts successifs avec elle et de nouveaux impératifs scientifiques.

3Mon « histoire du terrain » suit naturellement l’ordre chronologique. Afin d’en clarifier l’exposé, je me propose de découper le temps de l’observation en deux étapes – la découverte et l’initiation à la société rurale (1965-1966) ; les retrouvailles successives (1978, 1982, 1989, 1995, 2002 et 2004) – avant d’en esquisser un bilan en 2013. Je précise que le travail de recherche n’était pas programmé au départ sur le long terme mais que je gardais le contact avec la population grâce à deux fidèles correspondants. Cependant, instruite par l’évolution et l’achèvement d’une autre enquête menée en parallèle (que je commente ci-dessous), je suis revenue en 2002 et 2004, puis en 2013 avec un objectif précis.

4Restituer mon équation personnelle implique la nécessité de fournir quelques indications sur les centres d’intérêt de la communauté scientifique de l’époque au Brésil et sur mon propre bagage théorique et pratique.

Le contexte

5Au début des années 1960, au Brésil, un phénomène accaparait l’attention des sciences sociales de par son ampleur : l’afflux de populations rurales démunies vers les grands centres urbains, surtout les deux métropoles du Sud-est : Rio de Janeiro et São Paulo. Les capitales des États du Nordeste étaient également touchées, avec une ampleur similaire, notamment Recife qui devenait le pôle d’attraction de masses rurales dont l’importance numérique augmentait d’année en année.

  • 1 Dirigé à l’époque par Mauro Mota, sous la présidence de Gilberto Freyre. Par la suite, l’Instituto (...)
  • 2 En tant que boursière de cet Institut.

6L’Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais1 à Recife avait publié en 1961 une série d’études en quatre volumes consacrées à l’essor urbain de la capitale du Pernambouc selon une perspective géographique, démographique, économique et sociale (Melo 1961, Gonçalves 1961, Maciel 1961, Cruz 1961). Je me suis inscrite en 19632 dans la continuité de ces études qui avaient démontré la prédominance des femmes dans l’exode rural, en consacrant ma première recherche à l’intégration des migrantes vivant à Recife dans différents quartiers : le morro (morne) en périphérie, une zone inondable du centre et un quartier de classe moyenne pour avoir un échantillon d’employées domestiques (Callier 1965). L’enquête faisait apparaître qu’un quart environ de ces femmes provenait de l’agreste, zone de transition entre le littoral et la forêt atlantique, d’une part, et de l’intérieur profond, le sertão, de l’autre.

  • 3 Auxquelles il conviendrait d’ajouter Os Donos do poder de Raymundo Faoro (1958) et Formação Econômi (...)

7Je connaissais les trois grandes œuvres où chaque auteur défendait son interprétation de la formation du Brésil, à savoir : Casa Grande e Senzala de Gilberto Freyre (1933), Raízes do Brasil de Sérgio Buarque de Holanda (1936) et História econômica do Brasil de Caio Prado Jr. (1945)3. De la première, j’avais retenu l’ordre patriarcal encore prégnant dans le Nordeste, atténué certes du fait de l’inexistence dans l’agreste du trépied latifundium/monoculture/esclavage condamné par Caio Prado Jr. Je m’interrogeais sur la force de cette organisation sociale dans un contexte socioéconomique différent et je recherchais l’existence éventuelle d’une forme de contre-pouvoir.

  • 4 Circonscription administrative autonome, gouvernée par un maire et un conseil municipal élus.

8En ce qui concerne plus précisément l’anthropologie rurale, les études de communautés dominaient le champ de la recherche. Sur le modèle des monographies nord-américaines et avec l’impulsion de Donald Pierson (1951) qui avait enseigné au Brésil, avaient paru une série de monographies rurales consacrées à l’analyse des différents aspects tant ruraux qu’urbains d’une unité constituée généralement par un município 4. Pour n’en citer que quelques-unes, parmi celles qui ont servi de référence à ce type d’approche, il faut évoquer Costa (1960), Silva (1961), Willems (1961), Nogueira (1962) ou Souza (1964). Il conviendrait toutefois d’y ajouter Benno Galjart (1968) et, pour le Pernambouc, Clóvis de Vasconcelos Cavalcanti et Dirceu Murilo Pessoa (1970).

  • 5 Auxquels il faut ajouter le travail de Lia Freitas Garcia Fukui (1979) dans l’État de São Paulo.

9Par la suite, le champ de la sociologie rurale s’est développé. Les études se sont multipliées en devenant plus thématiques. La catégorie de « paysans », notamment, a été considérée comme une question fondamentale en Amérique latine en général. À titre d’exemple pour le Brésil, je citerai les travaux de Maria Isaura Pereira de Queiroz sur les sociétés rurales (1956-1957, 1957, 1958, 1965, 1973) et, en particulier, sur les sitiantes et les quartiers ruraux paulistes (1967)5, qui avaient été précédés par des recherches sur le pouvoir local (1956-1957) dans la continuité de celles de Victor Nunes Leal (1949) et Raymundo Faoro (1958).

10La formation que j’avais reçue à l’époque de mon arrivée au Brésil était celle de l’Institut d’ethnologie de Paris, dispensée par André Leroi-Gourhan, Roger Bastide et de nombreux autres chercheurs, avec une orientation « américaniste ». Ainsi avais-je suivi les cours de Maria Isaura Pereira de Queiroz sur le messianisme rural au Brésil et d’autres thèmes de sociologie rurale, déjà publiés ou en voie de l’être, puis le séminaire sur la parenté ouvert par Alfred Métraux.

11Les cours de méthodologie insistaient sur la tenue d’un journal de terrain où l’on devait consigner scrupuleusement les faits et gestes de la journée, les rencontres et les échanges, voire les impressions saisies dans leur fraîcheur. Le journal avait pour objectif de compléter ou de nuancer les notes prises dans la fièvre de l’observation. Ces cahiers que j’ai remplis pendant près d’un demi-siècle constituent la source essentielle du récit de mon travail de terrain, permettant ainsi d’éviter les pièges de la mémoire reconstituée.

  • 6 Soajo dans le Haut-Minho, conseillé par mon professeur de portugais à la Sorbonne, José da Silva Te (...)

12Avant ma première enquête à Recife, Roger Bastide qui était mon directeur de recherches, m’avait conseillé de m’entraîner au Portugal afin d’acquérir un peu d’expérience. Comme je m’intéressais aux problèmes des déplacements de population, je n’eus aucune difficulté à trouver, en août 1962, un village de montagne au Nord du Portugal, où se développait une forte émigration clandestine des hommes vers la France6.

13Ce premier terrain s’avéra si fascinant à étudier que j’en ai suivi les transformations au cours des quatre décennies suivantes. J’ai exposé les résultats de mes observations dans une série d’articles et un ouvrage de synthèse publié en 1999.

14En fait, j’allai poursuivre parallèlement mes enquêtes au Portugal et au Brésil, en alternance. Les différences entre les deux terrains étaient telles que la mise à distance requise pour une meilleure objectivité de l’observation intervenait naturellement à chaque retour. La nécessité de recréer les conditions d’un dialogue interrompu, parfois pendant plusieurs années, permettait de compenser une empathie née de la grande familiarité avec mes interlocuteurs.

15Comme le nord du Portugal dans les années 1960, l’agreste que je voulais étudier était affecté par des mouvements migratoires vers les centres urbains. Toutefois la migration n’était pas le thème central de mes nouvelles recherches.

16Alors qu’il y avait déjà une riche littérature en sciences sociales sur la mata [la forêt] et le sertão, l’agreste n’avait pas suscité le même intérêt. Pourtant le géographe Manuel Correia de Andrade avait consacré à cette région un ouvrage important, A Pecuária no agreste pernambucano (1961), et en avait donné les traits distinctifs dans son livre A Terra e o homem no Nordeste (1963). Toutefois c’était encore une zone largement inexplorée. Après l’avoir visitée en compagnie de ce spécialiste, j’ai sélectionné le município d’Agrestina, grâce à ses conseils éclairés, sur la base de critères géophysiques et socio-économiques ne présentant aucune originalité apparente, pour qu’il soit représentatif de l’ensemble, un município ordinaire en quelque sorte.

17Je partais de l’hypothèse que j’allais trouver une organisation sociale distincte de celle qui avait été décrite dans la région des plantations soumise à l’opposition dominants-dominés. Il s’agissait d’une société moins inégalitaire dont les trois-quarts de la population exploitaient une petite ou une très petite propriété où ils pratiquaient une polyculture vivrière et un peu d’élevage en vendant les surplus et quelques produits commerciaux tels que le coton ou le roucou ; une société dont la population urbaine était tournée vers les services, le petit artisanat et le petit commerce, avec quelques spécificités sur lesquelles je reviendrai. Quelles étaient les structures du pouvoir et sur quoi se fondait sa légitimité ? C’était grosso modo ma problématique.

  • 7 Une mission du CNRS de dix-huit mois.
  • 8 L’enquête me montrera rapidement qu’une telle distinction se révélait non pertinente, la société ét (...)

18Avec le peu de moyens dont je disposais, il n’était pas question de me lancer dans une monographie7. Les limites administratives du município servaient de cadre à l’étude. J’avais plus particulièrement choisi comme angle d’attaque les modes de sociabilité des familles en milieu urbain (au bourg, chef-lieu du município) et en milieu rural (dans la grande propriété d’élevage, la fazenda, et au hameau) pour tester la pertinence d’une telle opposition dans l’analyse des relations sociales8. Le point de départ devait être l’établissement de généalogies des familles les plus en vue demeurant autour de la place centrale et dans les rues principales.

19Je préparai alors mon séjour. Par l’intermédiaire de l’Institut Joaquim Nabuco, je pris contact avec le chef politique du município (le manda-chuva ou grand manitou), également député du Pernambouc, qui occupait une charge administrative élevée à Recife. Il s’engagea à m’assurer l’hébergement sur place et à me présenter aux autorités locales.

20Le 18 novembre 1965, je pris un autocar à Recife. Il devait me conduire à destination en quatre heures en faisant un détour par la zone sud, Palmares-Catende. Arriver de la sorte, par mes propres moyens, fut une erreur de jugement.

Découverte et initiation

21L’hébergement est un bon indicateur de l’évolution de mes relations avec la population. Il n’y avait pas d’hôtel dans le bourg. À l’entrée de la ville, au bord de la route fédérale nord-sud qui traverse le município, les camionneurs avaient à leur disposition un dormitório qui attirait les prostituées locales. Il me fallait donc trouver un logement chez l’habitant.

22À mon arrivée, j’ai été accueillie par la sœur du député qui m’a présentée à toutes les autorités locales et, au cours des jours suivants, à ses amis, en tant que « chercheur en science sociale, chargée d’une enquête sur le município à des fins universitaires ». Elle m’installa dans une maison appartenant à un fils du leader, qui résidait dans une autre ville où il était juge. La maison fut ouverte à cette occasion et elle m’y tint compagnie pendant le mois que dura ce premier contact. Une veuve âgée était chargée de l’entretien et de la préparation des repas. Mon hôte dirigeait une institution caritative et une école professionnelle dans le bourg mais elle n’y résidait pas en temps normal et se déplaçait beaucoup à Recife, Rio et São Paulo pour recueillir des fonds.

23J’ai découvert très vite que les présentations avaient été limitées à une partie seulement de la population et qu’il régnait un climat de vives tensions dans le bourg. L’agent chargé des statistiques qui était, lui, tenu de conserver de bons rapports avec tout le monde, me le confirma rapidement.

24En arrivant par mes propres moyens, je pensais garder un semblant de neutralité. Pari impossible puisque, de toute façon, ma venue avait été préparée par le manda-chuva. Ce fut le prétexte saisi par l’opposition pour contester ma légitimité institutionnelle et scientifique.

25À cette époque, les « volontaires de la paix », jeunes nord-américains envoyés quelques années auparavant par le président John Fitzgerald Kennedy en Amérique latine, étaient soupçonnés d’espionnage. Ma qualité d’étrangère justifiait l’amalgame avec eux. On m’envoya deux intermédiaires : un médecin libéral venant de l’extérieur et exerçant dans le cadre d’une association de bienfaisance et l’agent des statistiques lui-même. Ce dernier, qui cherchait à se couvrir, me signifia que je n’obtiendrai plus aucune information et me conseilla de repartir. En tentant de m’intimider, la partie de la population à laquelle la famille du député n’avait pas voulu ou pas pu me présenter, me signifiait son existence et surtout son importance. Le « malentendu » fut vite dissipé. Dorénavant, je serai conduite par une voiture avec chauffeur de l’Institut Joaquim Nabuco à chaque retour sur le terrain.

26Ce « malentendu » éclairait le jeu de positionnement des acteurs de la société, notamment sur les mécanismes sociaux que ma présence était venue perturber. J’avais eu le tort de ne pas accomplir la démarche de présentation auprès de l’opposition pour faire accepter ma légitimité institutionnelle et scientifique avant d’arriver. Le rejet à mon égard était en fait dirigé contre le parti au pouvoir qui m’avait accueillie. Il m’avait suffi d’expliquer aux chefs de l’opposition la raison de ma présence et la « neutralité » de mes objectifs, comme je l’avais fait auprès du leader, pour négocier ma place dans la société et instaurer le dialogue.

  • 9 Shepard Forman & Joyce Riegelhaupt 1979, Moacir Palmeira 1996, Beatriz de Heredia 1996, Márcio Gold (...)
  • 10 Sans compter le centre de culte afrobrésilien, fréquenté également par des catholiques.

27La configuration sociale et économique que je découvris alors me surprit, comme elle frappera par la suite bien d’autres observateurs de l’agreste9. Il faut dire que ce município avait la réputation, dans la région, d’être un cas d’école. En constatant à mon arrivée que le député tenait son territoire d’une main de fer et avait placé ses hommes aux commandes, j’avais largement sous-estimé le poids de l’opposition. En fait, il y avait une lutte opiniâtre pour le pouvoir, aux racines anciennes. Elle prenait la forme d’un duel entre deux chefs et leur parentèle pour s’emparer du pouvoir politico-administratif lié à la mairie et le conserver, afin de s’imposer face à la population. Cette configuration en deux blocs entraînait une bipolarisation sociale, économique et même culturelle de l’existence quotidienne des habitants car elle concernait tous les secteurs de la vie publique et aucun habitant soucieux de son bien-être ne pouvait y échapper. La population dans son ensemble, bourg et zones rurales confondus, ne se contentait pas de la subir, elle y prenait une part active en commentant le moindre événement de la vie personnelle de son champion ou de celle de son adversaire. En effet, la bipolarisation était un facteur de dynamisation des rapports sociaux dans une existence par ailleurs morne et, pour beaucoup, sans perspective d’avenir. Les habitants se partageaient entre deux systèmes de services concurrentiels, le public et le privé, dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la vie culturelle, récréative et sportive. Ces services étaient alimentés grâce à la redistribution de ressources publiques par le chef en place et de ressources obtenues par des réseaux propres par le chef de l’opposition à travers les associations de bienfaisance. Ce clivage concernait même la pratique religieuse, selon que l’on privilégiait l’église catholique ou le temple spirite10.

28En outre, en raison de son appartenance à l’un ou l’autre bloc, on fréquentait tel ou tel commerce, telle ou telle coopérative de crédit. Certains corps de métier, en particulier ceux de la filière viande, solidaires en raison de liens de parenté étroits, choisissaient le même camp.

29Ainsi existait-t-il une « frontière invisible » qui scindait l’espace communautaire en deux parties à peu près équivalentes. Cette configuration n’était pas nouvelle, elle existait au moins depuis la création du município en 1929 ou même avant, bien que dans un cadre administratif différent. Quoi qu’il en soit, à mon arrivée, des familles traditionnellement concurrentes pour l’obtention du pouvoir s’étaient alliées depuis plus de vingt ans pour s’opposer à un homme nouveau, le leader du município, fils du pays qui s’était fait lui-même. La vox populi avait attribué à chaque bloc de partisans un surnom, utilisé en priorité par les adversaires, dans un classement global et dépréciatif qui gommait les individualités. La mémoire collective a perdu l’origine de ces deux surnoms.

  • 11 D’après les recensements de l’époque, ce groupe intermédiaire d’exploitants (entre 10 et 100 hectar (...)

30L’ensemble de mes informateurs considérait que l’agriculture et l’élevage s’équilibraient (Callier-Boisvert 1973) et se fondaient dans la figure représentative de cette zone, celle de l’agrocriador11. Toutefois, la réalité était quelque peu différente. Les agriculteurs, hommes et femmes, s’adonnaient bien à une polyculture vivrière avec vente des excédents (surtout fruits, tubercules et farine de manioc) sur les marchés ou à des courtiers, ainsi qu’à une agriculture commerciale même sur de petites surfaces exploitées en association (coton, roucou, certains fruits) avec ou sans titre de propriété, louées (très peu) ou cédées (cultures à cycle court). Il n’en allait pas de même pour l’élevage. Nombreux étaient ceux qui possédaient quelques têtes de bétail, mais les grands troupeaux de centaines de bêtes ne se trouvaient que dans trois fazendas d’environ 500 hectares et plus, dont les propriétaires absentéistes n’étaient pas originaires du município et venaient de milieux urbains. Seule exception à cette situation, le chef politique était devenu en 1965 le plus gros propriétaire terrien avec plusieurs fazendas totalisant plus de 1 000 hectares et plusieurs centaines de têtes de bétail.

  • 12 Il existait une certaine porosité entre ces activités : la même personne pouvait être à la fois faz (...)
  • 13 Près de 20 % de la population citadine vivaient du commerce de la viande.

31Il n’en demeure pas moins que bovins et chevaux restaient de très forts marqueurs dans la mentalité de cette société. En dressant les généalogies des principales familles du bourg, je me suis rendu compte que beaucoup d’ascendants venaient des zones d’élevage extensif de l’intérieur du Pernambouc ou des États voisins, fuyant les sécheresses du xixe siècle et du début du xxe. Le gros bétail générait la circulation de très grosses sommes d’argent qui attisaient les convoitises et le goût du risque et avaient été à l’origine de plusieurs assassinats. Un grand prestige entourait l’élevage bovin et la filière viande, du fazendeiro, gros éleveur et parfois aussi maquignon12 (boiadeiro) au marchante qui découpe la viande et prépare la carne-de-sol [lamelles de viande salées et séchées au soleil] dans les salgadeiras [saloirs] installées dans les arrière-cours des maisons d’habitation. Cette carne-de-sol était réputée dans toute la zone jusqu’à Recife. Le quartier autour des abattoirs abritait un réseau de familles apparentées d’équarrisseurs (magarefes, cortadores) et de bouchers, clairement hiérarchisés du marchante à l’osseiro selon la qualité plus ou moins noble de la partie de la viande traitée (peau, morceaux de boucherie, abats, carcasse, os et cornes), mais aussi selon le type d’animal abattu (bœuf, porc ou chèvre). Il s’agissait là d’une activité essentiellement masculine mais pas exclusivement. On laissait aux femmes les basses besognes de préparation des abats, par exemple, et leur vente13.

  • 14  Une ou deux familles au bourg fabriquaient ces sonnailles (chocalhos), indispensables à l’élevage (...)
  • 15 Les hommes avaient des armes à feu, les plus pauvres avaient leur machette. La seule femme maquigno (...)

32En marge, s’était développé en ville un petit artisanat de fabricants de cordes, de sonnailles14, de selles, harnais et courroies, activité purement masculine. Le cheval était très présent, non seulement pour se déplacer en zone rurale où il demeure le seul moyen de locomotion en saison des pluies, mais aussi dans les rues du bourg. La figure du cavalier faisait partie du paysage urbain autant que rural. Chaque semaine, les troupeaux traversaient la ville bruyamment en direction des abattoirs, guidés par des vachers. J’avais ainsi l’impression d’être au far-west dont on retrouvait certains aspects culturels dans les cavalgadas et vaquejadas (genres de rodéos) très prisées, les aboios (appels des troupeaux) des vachers et leurs joutes oratoires, la violence dans les paroles et les actes15, le goût du pari et des jeux de hasard.

  • 16 Le terme de rua est d’ailleurs employé pour signifier ville par opposition à la campagne.
  • 17 De tabac, de chaussures et une coutellerie.

33Le bourg comptait alors près de 2 500 habitants, soit environ 20 % de la population totale du município. Il formait une étoile à cinq branches dont le noyau était la place centrale. Deux, en partie pavées, montaient vers la pista, la route fédérale, située en surplomb. Les trois autres devenaient des routes de terre qui rejoignaient des municípios limitrophes. L’habitat était linéaire, de type habitat-rue traditionnel16, avec des lignes de façades de maisons basses peintes de couleurs vives. Les « bonnes familles » se regroupaient autour de la place où ne subsistaient que deux sobrados, demeures à un étage, assez dégradés aux façades recouvertes d’azulejos et aux immenses toits. Ils témoignaient d’une certaine prospérité de la ville à la fin du xixe siècle et au début du xxe, qui comptait alors plusieurs fabriques17 et un négoce actif et diversifié. Il ne restait qu’un petit commerce de proximité – boulangerie, épicerie, bazar, pharmacie – tenu par un prático [praticien]. La ville était entourée de fazendas. Dans les interstices de l’habitat central et à la périphérie, on trouvait le long des rues les masures de gens rejetés du milieu rural et vivant de mendicité et de petits métiers.

34Comme dans les couches populaires de Recife, les femmes étaient des agents économiques bien souvent indispensables à la survie de la cellule familiale. Celles des artisans et des commerçants étaient associées aux affaires de leur mari. D’autres, très nombreuses, tenaient les petites vendas – échoppes où l’on vend de tout et à l’arrière desquelles vit la famille – ou proposaient dans la rue leurs préparations culinaires salées ou sucrées. Quelques jeunes filles suivaient les cours de coupe et de couture ou de dactylographie proposés par les associations de bienfaisance en dehors des heures scolaires. Les premières habillaient les femmes et les enfants de la ville, les secondes occupaient les premiers échelons de la fonction municipale, essentiellement féminins. Les jeunes filles et jeunes femmes de bonne famille, qui avaient reçu une instruction un peu plus poussée que les autres, n’exerçaient qu’une seule profession autorisée par le père ou le mari, celle d’institutrice.

  • 18 En 1989, un ancien marchante m’a affirmé avoir eu trente-huit enfants de cinq femmes différentes.

35Comme dans les sociétés caribéennes, nombreuses étaient les familles monoparentales placées sous l’autorité de la mère. Les hommes vivant dans plusieurs foyers se rencontraient à tous les niveaux sociaux18. On peut parler à cet égard d’un privilège masculin imposé aux femmes et vécu comme tel.

36Les jeunes des deux sexes étaient tentés par l’aventure de la migration vers l’État de São Paulo. Ils n’étaient pas forcément démunis de formation. Ils possédaient souvent une petite qualification et étaient animés de l’ambition de réussir. Dans la majorité des cas, ils allaient rejoindre un parent ou une connaissance déjà installés.

  • 19 La littérature populaire dite de cordel était encore appréciée. Au marché, j’assistais à la prestat (...)
  • 20 Je fus frappée par le faible impact apparent du coup d’État militaire de mars 1964 sur la populatio (...)

37Agrestina n’échappait pas au syndrome des petites villes. J’étais confrontée à une société d’interconnaissance, faite de voisins qui se fréquentent tous et savent tout de la vie des familles des uns et des autres, et où le bouche-à-oreille était le mode normal de circulation des nouvelles. C’était une société entièrement tournée vers l’oralité19 dans laquelle racontars et commérages cimentaient la cohésion des membres autour d’un fonds propre et partagé de savoir local. C’était une société bipolaire qui, en dehors des périodes électorales, avait appris à développer une stratégie d’évitement entre partisans des deux blocs avec surveillance et médisance réciproques mais aussi, lors des scrutins locaux, des attitudes plus agressives avec gestuelle et paroles injurieuses20. Chacun présentait alors une mise en scène de soi qui agissait comme une catharsis, hors de la vie morne du quotidien.

38Pour illustrer ce climat de partage jouissif de dénigrements, je citerai le propos d’un grand propriétaire, observateur critique de sa propre société depuis sa fazenda, dans une lettre qu’il m’avait adressée le 3 février 1967 : « Agrestina, dans sa routine coutumière. Là les gens passent la moitié de l’année à se préparer à la fête du Desterro [Fuite en Egypte célébrée le 2 février], en parlant politique et en jasant sur la vie d’autrui. Ils passent l’autre moitié à faire des commentaires sur la fête, à parler politique et à casser du sucre sur le dos du prochain. Enfin, faut bien dire que là, à part l’église, il n’y a pas d’autre distraction… ».

39Dans une configuration de société bipolaire, l’appartenance à une catégorie socioéconomique se combine avec l’appartenance à un réseau politique et économique, entraînant des rapports sociaux particuliers. Faire partie du réseau d’un leader local, c’est bénéficier d’une solidarité qui dépasse celles de la famille et de la classe, ainsi que de souplesse dans les relations hiérarchiques grâce aux échanges de services non marchands et à l’affectivité qui marque ce type de rapports. Je constatais, à cet égard, que la fluidité des rapports à l’intérieur du réseau concernait l’ensemble de la population du município. La distinction urbain/rural n’avait pas de pertinence car chaque chef possèdait des relais partout. En outre, les relations qui réunissaient dans une même boucle d’échanges le leader et ses partisans, identiques dans les deux blocs, de nature personnelle et affective, basées sur le respect et la confiance, n’engageaient pas que l’individu mais sa famille toute entière et, de plus, sur la durée c’est-à-dire pour au moins deux générations. Aussi était-il nécessaire que je tienne compte dans mes rapports avec les informateurs de l’existence de ces réseaux sur lesquels mes demandes étaient instantanément répercutées.

40La bipolarité de la société locale présente des avantages et des inconvénients pour l’observateur. Une compétition s’était instaurée entre les deux groupes pour me mettre au courant, moyennant quoi, non seulement on me livrait facilement des informations mais aussi on critiquait celles des autres. J’avais ainsi une double vision des choses et je pouvais percevoir les enjeux et les ruses de chacun. Il restait à maintenir autant que possible un équilibre et à éviter le piège de la manipulation.

41Dans le circuit des informations, je faisais les frais de nombreux racontars, mais ils m’étaient utiles pour maintenir le contact et les échanges. Nombre de mes interlocuteurs, hommes et femmes, étaient de remarquables conteurs d’anecdotes sur eux-mêmes ou sur les autres et ils faisaient preuve d’un humour désopilant. Le rire nous rapprochait. En dépit de ma jeunesse et de la différenciation basée sur le sexe, l’univers masculin ne m’était pas fermé. Les deux blocs m’avaient adoptée. Je participais ainsi aux divertissements de leurs groupes de jeunes, en alternance bien évidemment. Afin de ne pas marquer de préférence, je multipliais les contacts avec les familles des deux bords, sans pouvoir échapper à la surveillance comptable de mes relations. Mon statut d’étrangère et d’ethnologue me conférait une certaine liberté pour passer de l’un à l’autre. Aucun ne me demandait de prendre parti.

  • 21 Inalda Heleine Lira de Siqueira, Jacireima Bernardo, Margarida Barbosa de Santana et Myriam de Vasc (...)

42Au cours de cette première mission d’un an, j’ai d’abord été hébergée par le chef du município, dans l’une ou l’autre de ses maisons. Entre deux séjours dans les fazendas ou, pour de courtes durées, dans le bourg, j’étais accueillie par différentes familles de l’opposition et je partageais la chambre d’une fille de la maison. Pendant la semaine de stage de quatre étudiantes de l’Instituto de Ciências Políticas e Sociais21 de Recife qui étaient venues m’aider à appliquer un questionnaire auprès de la population rurale sur la famille et les activités agricoles, nous nous sommes installées au dormitório.

43Ainsi, je jouissais d’une position unique mais ambiguë. Grâce à mon statut d’étrangère à la communauté (doublement étrangère, ce qui fait qu’on me pardonnait beaucoup de maladresses ou de malentendus), j’étais à la fois acceptée par les deux parties et totalement exclue du jeu social ou, plutôt, acceptée par tous parce qu’exclue du jeu social (Simmel 1979). Hors-jeu social, extérieure à la société, je pouvais tenir le rôle de témoin ou parfois de confidente (Géraud 2005, 222).

Les retrouvailles successives, 1978-2004

Nouvelles conditions d’observation

  • 22 Aldenoura F. de Amorim Silva à qui je suis très reconnaissante pour son efficacité et sa gentilless (...)
  • 23 Une seule alerte s’est révélée rapidement sans suite.
  • 24 Ce terme ne se rapporte pas à un commandement exercé dans l’armée mais dans le cadre de la Garde na (...)
  • 25 Aux élections qui suivent l’accord du 15 novembre 1976 imposant un seul parti, il y eut 20 % de vot (...)

44Une douzaine d’années s’étaient écoulées avant le premier retour, en 1978, toujours sous la dictature militaire. J’avais alors le projet d’étudier les éventuels changements intervenus dans cette société de l’agreste à configuration de bipolarisation sociopolitique (Callier-Boisvert 1979). J’entrevoyais un processus de désenclavement consécutif à des travaux d’aménagement de la route fédérale. Je revins en compagnie d’une anthropologue22 de la Fondation Joaquim Nabuco (assurant la logistique de cette deuxième mission). Elle resta trois jours avec moi, le temps de régler le problème de l’hébergement sur place et, grâce à la voiture avec chauffeur dont nous disposions, de revisiter l’intérieur du município ; le temps surtout de donner une couverture institutionnelle à mon travail pour éviter d’éventuelles complications23. En fait, j’avais été immédiatement reconnue et les rapports avec mes anciens informateurs furent rendus plus fluides par l’échange d’informations sur nos vies personnelles : eux et moi avions pareillement fondé une famille. Mon changement de statut personnel, de jeune célibataire à épouse et mère, entraîna une modification dans les attitudes et les discours de mes interlocuteurs. Les dialogues sur leur vécu devinrent plus riches. Les adolescents et les jeunes que j’avais connus étaient des pères et des mères de famille. Pour eux le choix du conjoint s’était fait à l’intérieur de la faction, à l’image de ce cas exemplaire de l’union de deux descendants de coronéis24 représentant les deux familles les plus en vue. La « frontière invisible » entre les deux blocs antagonistes de la population, à effectifs équivalents, était toujours là. Cependant, comme dans le cycle familial, il s’était produit un changement de génération dans l’exercice du pouvoir. Un fils et un neveu de l’ancien chef local avaient assuré en alternance la direction du município. Une seule fois, en 1968, l’opposition avait réussi à s’imposer mais avait dû subir une cohabitation houleuse avec le conseil municipal resté sous la coupe des adversaires. Précisons qu’au début de la dictature, à l’époque du parti unique Aliança Renovadora Nacional (ARENA), ce município avait bénéficié d’une dérogation du tribunal électoral pour présenter au scrutin municipal deux listes concurrentes, ARENA 1 et ARENA 2, recoupant le clivage habituel25.

  • 26 Ce procédé apparentement fictif, après une fréquentation réitérée, est bien connu des ethnologues ( (...)

45Je fus d’abord logée par le maire, neveu de l’ancien leader, dans un local servant à la formation des jeunes mais, par la suite, je fus hébergée par l’habitant. En 1965 j’avais noué des relations d’amitié avec une jeune fille de mon âge, comptable le jour et collégienne le soir. En 1978, je la retrouvai mariée, institutrice et poursuivant ses études après ses heures de travail. À partir de 1982, le couple proposa de m’héberger. À chaque retour, j’accompagnais les péripéties familiales : l’adoption d’un bébé, le veuvage de la mère suivi d’un remariage cinq ans après, la scolarisation de la fille jusqu’à sa formation universitaire dans la ville voisine puis le mariage de cette dernière et son départ du toit familial, enfin la naissance de la troisième génération. Au fil des ans une relation privilégiée s’était créée entre mes hôtes et moi, au point de m’englober dans le cercle familial26. Par ailleurs, ils occupaient une position charnière dans la société. Issus d’un milieu très modeste avec lequel ils avaient gardé des rapports étroits, ils avaient noué successivement des relations affectives avec les leaders des deux blocs, malgré un parcours d’allégeance politique fait d’un aller et retour entre l’un et l’autre à cause de conflits de fidélité qu’ils avaient su négocier. Il s’agit là d’un cas particulier, d’une famille qui dispose de contacts dans chaque réseau et, partant, d’une information plus complète.

46En 1978, je constatai que l’aménagement de la route fédérale, achevé quelques années plus tôt, avait considérablement amélioré la vie des habitants du bourg, en les reliant toute l’année à la ville voisine de Caruaru dont le dynamisme économique accroissait l’attractivité. L’avenir d’Agrestina allait en être définitivement transformé.

Les transformations du terrain

  • 27 De la vingtaine de casas de farinha que j’avais comptées en 1965 il n’en restait plus que deux en 2 (...)
  • 28 La fabrication du fromage queijo de coalho pour la vente sur place s’était aussi raréfiée.
  • 29 Toutefois en 2013 on trouve dans le município deux élevages en batterie de type industriel.

47Le paysage s’était transformé. Les pâturages avaient été développés au détriment des cultures grâce à l’introduction de nouveaux herbages plus performants. Le coton avait disparu, ainsi que le café et l’ananas. La culture du manioc avait été concentrée dans une seule zone du município. L’agriculture avait amorcé ainsi un déclin qui allait s’accentuer au cours des décennies suivantes27. C’était la fin de l’économie mixte, agriculture/élevage, caractéristique de cette région. L’élevage était devenu semi-intensif, avec une amélioration des races bovines et l’introduction de rations alimentaires équilibrées pour le bétail destiné à la viande ; il était intensif pour les vaches laitières dont le lait était expédié aux laiteries de Caruaru28. L’influence de cette ville s’est aussi fait sentir lorsque l’aviculture a été introduite dans toute la région. Deux élevages en batterie (granjas) furent installés dans le município d’Agrestina, suscitant une vague d’enthousiasme auprès de la population. De nombreuses femmes abandonnèrent des activités peu rentables, surtout les épouses de marchantes, pour élever des poussins dans des poulaillers aménagés dans les arrière-cours (de 200 unités à 1.000, selon l’espace dégagé). En fait, cela ne fut qu’un feu de paille. En 1982, il n’en était plus question29.

48L’activité que j’avais jugé la plus marquante dans le paysage urbain d’Agrestina, celle de marchante, perdait graduellement, d’un séjour à l’autre, de sa visibilité et de son importance. Le renouvellement des générations dans la profession se faisait de moins en moins, parce que les jeunes ne voulaient plus reprendre le travail du père. Une fois scolarisés, ils aspiraient à mieux.

49Cependant, jusqu’en 2013, le nombre des points de vente de la viande n’avait cessé de se multiplier dans la ville. En 1965 quand la profession était en plein dynamisme, il n’en existait qu’un : la halle à la viande, l’açougue municipal, qui, le jour de la foire, bourdonnait d’activités. La profession avait perdu de sa visibilité en raison de nouveaux décrets d’hygiène alimentaire. Les salgadeiras, à l’arrière des maisons, où les quartiers de viande étaient découpés et salés, puis séchés au soleil avaient disparu. La traversée hebdomadaire de la ville par des troupeaux de bovins encadrés par des vachers en direction des abattoirs s’était maintenue jusqu’au milieu des années 1980, avant d’être interdite. Les abattoirs, jugés par les instances compétentes non conformes aux normes de santé publique, avaient été fermés en 2009. Les marchantes d’Agrestina devaient depuis se rendre aux abattoirs de Cupira, ville voisine, pour tuer leurs bêtes. On ne voyait plus transporter les quartiers de viande dans des charrettes le long des rues. Actuellement, la carne-de-sol est fabriquée en petite quantité dans les cuisines des bouchers. En fait, les pratiques de consommation de viande se sont peu à peu transformées, la carne verde (viande fraîche) est davantage achetée qu’autrefois.

50La population elle-même a changé, quantitativement et qualitativement. Dans les décennies 1970 et 1980, le nombre d’habitants stagnait à cause des fortes migrations vers l’État de São Paulo, facilitées par l’existence de deux compagnies de transport par autocars faisant le voyage en quarante-huit heures. À partir des années 1990, le mouvement s’était arrêté en raison de difficultés économiques dans cet État. On avait même constaté des retours. Par ailleurs, la croissance de la population urbaine, d’abord assez lente, s’était accélérée, moins par croît naturel que par l’arrivée en ville de ruraux de l’arrière-pays du município, en raison de l’insécurité des campagnes. Ils étaient devenus la proie de bandes de voyous venus de la ville voisine de Caruaru, conséquence funeste des facilités de communication.

Nouvelles orientations de la recherche

51À partir de la décennie 1990, j’ai concentré mon attention sur trois thèmes que j’ai mis en relation avec les transformations de la ville : la situation des femmes, les structures du pouvoir local et le développement des lotissements. Ils m’ont été suggérés par le terrain lui-même et par mon cheminement personnel.

52Le contexte scientifique des années 1980-1990 avait accordé un intérêt grandissant aux études sur les femmes et sur le genre, confortant la validité de mon approche. Cette thématique m’était familière depuis mes premiers travaux au Portugal en 1962 dans un village de migration masculine ancienne du Nord-ouest du pays (Callier 1966), puis au Brésil (Callier 1965). Par la suite, j’avais accompagné ce tournant en m’intéressant à la question des enfants illégitimes et de leurs mères dans le même village portugais (Callier-Boisvert 1988, 1990). Ainsi était-il naturel que je m’y attache aussi sur le terrain brésilien, dans le contexte particulier de la société de l’agreste.

  • 30 Selon le recensement de 2011, le Pernambouc a le taux de violences faites aux femmes le plus élevé (...)

53Cette sensibilité à la question féminine ne m’a jamais quittée pendant toute la durée de l’observation. Femme, mes échanges avec les femmes sont plus faciles et je recours davantage à des informatrices qu’à des informateurs. Ainsi, j’ai cherché à savoir si la modernisation des conditions de vie avait entraîné un changement des mentalités concernant la situation féminine30. Certes, les familles monoparentales et les hommes à familles multiples étaient toujours là, toutefois, on ne peut nier que le changement de générations avait permis un certain nombre d’avancées. La première concernait une progressive maîtrise de la fécondité. De plus en plus de femmes avaient demandé la ligature des trompes, « a operação » [l’opération], après le troisième ou quatrième enfant et même avant. C’en était fini des familles nombreuses.

54Ensuite, le niveau d’études s’était amélioré. De nombreuses institutrices municipales recherchaient une formation universitaire pour devenir fonctionnaires titulaires. Pendant plusieurs années, avec courage et persévérance, il leur fallait se rendre en taxi collectif à l’université de Caruaru pour suivre quotidiennement les cours du soir après une journée d’enseignement, parfois dans deux écoles. Aussi le nombre de filles diplômées était-il devenu supérieur à celui des garçons.

55Le travail dans la confection s’était professionnalisé et ce secteur d’activité était devenu un des plus dynamiques de l’économie locale. De nombreuses femmes travaillaient à leur compte à domicile, spécialisées dans la lingerie féminine et les vêtements pour enfants. La marchandise était soit écoulée sur place dans les petites boutiques de prêt-à-porter qui s’étaient multipliées le long des rues centrales, soit le plus souvent à la foire de la Sulanca (deux jours de suite par semaine) à Caruaru qui exerçait une forte attraction sur toute la région.

56D’autres femmes et jeunes filles travaillaient comme salariées dans une quarantaine d’ateliers de confection, en général dirigés par un homme ou un couple. Un nouveau créneau s’est ouvert ces dernières années : la confection de vêtements pour les familles évangéliques, exportés vers une vingtaine d’États brésiliens.

57Dans cette branche comme dans d’autres, l’économie souterraine s’était développée. Certaines couturières avaient reçu une machine et travaillaient à domicile ou dans un garage pour le compte d’un patron, payées à la pièce et sans être déclarées.

  • 31 Le nombre de veuves parmi mes interlocutrices des premières années est particulièrement élevé.
  • 32 Il y eut une époque, brève il est vrai (2009-2012), où maire, juge, promotor et inspecteur de polic (...)

58Il est un domaine où la place des femmes est sous-estimée, à tort me semble-t-il, celui de la politique locale. Il est vrai qu’elles sont très peu représentées dans les instances, alors que le nombre de femmes et, partant, d’électrices est supérieur à celui des hommes. Pourtant, deux femmes avaient été candidates à la mairie. La première, en 1992, s’était présentée à la place de son mari, élu maire à diverses reprises, face à un homme de l’opposition qui avait gagné avec un très faible écart de voix (340 sur un total de 10 391). La deuxième, appartenant à l’opposition, avait d’abord subi un échec en 2004, avec un faible écart de voix. Elle aussi s’était présentée à la place de son mari, élu maire en 1992 et provisoirement inéligible. En 2008, bien que veuve31, elle avait gagné les élections et s’était appuyée sur ses fils pour gouverner le município. Aux dernières élections, en 2012, elle a à nouveau perdu avec un léger écart de voix. Quant au conseil municipal, il a toujours été très majoritairement masculin. En 2012, seuls deux élus sur neuf ont été des femmes. Cependant dans les dix dernières années, les épouses des maires ont été étroitement associées à la gestion du município en occupant des postes de responsabilité. Certaines autres charges importantes ont été confiées à des fonctionnaires féminines dont les capacités sont reconnues par tous32.

  • 33 Je suis très reconnaissante à Philippe Descola et à Afrânio Garcia de leur soutien à ce projet.

59En fait, la participation des femmes à la vie politique locale ne s’arrête pas là. Je l’ai observé incidemment. Au début des années 2000, les milieux scientifiques avaient trouvé un regain d’interêt pour le vieux problème du clientélisme qui avait suscité au Brésil de nombreuses études depuis l’œuvre pionnière de Victor Nunes Leal (1949), puis celles de Maria Isaura Pereira de Queiroz (1956-1957), Raymundo Faoro (1958), Marcos Vinicios Vilaça et Roberto Cavalcanti de Albuquerque (1965). Je décidai donc de reprendre la question dans le contexte particulier de l’agreste. J’y consacrai deux séjours en 2002 et 200433. Inspirée par les travaux sur les communautés villageoises corses (Ravis-Giordani 1976, Lenclud 1993), je m’intéressai plus particulièrement à la relation clientélaire (Médard 1976, Bayart 1981, Droulers 1990) dans les deux configurations politiques qui se sont succédées à Agrestina, la bipolarisation en 1965 et 1978 et le bifactionisme à partir de 2000 (Callier-Boisvert 2007). Cela fut l’occasion pour moi de voir la mobilisation des femmes aux municipales de 2004. J’ai déjà dit à quel point elles se tenaient informées et répétaient à satiété les potins circulant sur la vie des « puissants » et de leurs familles. En période électorale, l’intérêt passionné s’exacerbe. Chaque faction crée son « mouvement féminin » de partisans, une clientèle enthousiaste qui trouve un antidote à la banalité du quotidien en servant de caisse de résonance au candidat de son choix par la parole et la gestuelle. L’usage des surnoms donnés à chaque bloc est réactualisé dans un registre burlesque. Chants et danses sont de tous les meetings de la campagne. Les paroles, composées pour l’occasion, rivalisent de verve et de truculence sur des rythmes du carnaval (marcha, samba, frevo surtout) et de la Saint-Jean (forró) familiers à tous. Les défilés rassemblent les cavaliers et les motocyclistes en tête, puis les camions, tracteurs, voitures où s’empilent hommes et femmes, jeunes et vieux dans un vacarme ahurissant. Les opposants, qui assistent aux défilés, ne sont pas en reste d’invectives et participent bruyamment au tumulte général. La tension monte à son paroxysme quand les hommes parient des sommes élevées ou des biens de valeur sur le succès de leur champion.

  • 34 Companhia de Habitação, programme d’habitations populaires financé par des subsides fédéraux, la Ca (...)

60Dans cette foule urbaine, vieux habitants et nouveaux-venus se côtoyaient. Ces derniers habitaient les quartiers qui avaient surgi à la périphérie de la ville. En un demi-siècle, le plan en étoile entourée de fazendas s’était effacé. Le développement lent et irrégulier qui divergeait à partir du centre n’avait pas suffi à résorber l’afflux de familles venues de l’intérieur et des campagnes environnantes. Les extensões de ruas, prolongements de l’habitat en ligne de part et d’autre d’une rue de terre, n’avaient fixé, depuis 1978, qu’une faible partie de ces migrants ruraux. En même temps s’étaient implantés les premiers lotissements privés à l’entrée de la ville le long de la pista, pour des habitants plus aisés, surtout des commerçants. Pour sortir les pauvres locaux et les nouveaux-venus des taudis périphériques, un premier projet d’habitat social avait vu le jour en 1982 dans le cadre d’un programme fédéral, avec la construction d’une vila da Cohab34 qui a mis des années à sortir de terre et qui est considérée actuellement comme une favela. De petits lotissements privés illégaux, avec le minimum d’infrastructures, ont mité peu à peu le terrain des fazendas limitrophes, puis les ont éliminées.

61De l’autre côté de la route fédérale, toutes les grandes exploitations agricoles ont été loties, un nouveau quartier s’est constitué à partir des années 1990 avec groupe scolaire, gymnase omnisport, chapelle, commerces de gros et de détail. Ainsi la ville a-t-elle doublé sa superficie et pris la forme d’un rectangle, traversé sur sa longueur par la route fédérale, avec des parties récentes à structure en damier, plus ou moins bien coordonnées avec le plan initial. Deux autres projets d’habitat social, en voie d’achèvement, dans le cadre fédéral du programme Minha Casa, Minha Vida, viennent combler les espaces vides (des terrains vagues) du plan rectangulaire, avec des rues qui se coupent à angle droit.

62Si proche de Caruaru, la ville a attiré les promoteurs. Deux grands lotissements, à proximité de l’axe routier, ont déjà été divisés en terrains à construire. Ils visent une clientèle de classe moyenne, à revenus stables, cherchant des conditions de vie plus calmes qu’à Caruaru. En 2013, un projet d’urbanisation encore plus étendu et d’un niveau supérieur a été prévu au nord de la ville, le long de la route fédérale. C’était une des plus vastes fazendas du leader des années 1965, rachetée à ses héritiers par un gros promoteur de la région.

La course vers l’urbanisation

  • 35 Des gens viennent aussi de Caruaru tenter leur chance dans une petite ville.
  • 36 À noter que ces deux établissements situés dans des quartiers différents et dont l’un est une fonda (...)

63Ces mutations, enclenchées au cours des dernières décennies du siècle passé, se sont accélérées à l’arrivée du nouveau millénaire marquant un tournant dans l’essor de la ville. Celle-ci a alors accru sa force d’attractivité sur l’environnement rural et urbain proche35. J’ai été frappée en 2002 et en 2004 par l’amélioration des conditions de vie des habitants, due aux progrès des infrastructures urbaines et à l’assistance distribuée à la population à tous les âges de la vie. La maîtrise de la gestion de l’eau a mis fin aux coupures quotidiennes. Dans le domaine privé, téléphones, télévisions et antennes paraboliques se sont multipliées. Divers programmes d’assistance aux familles vulnérables ont été mis en place, financés en partenariat par le gouvernement fédéral et l’État avec, parfois, une participation municipale. Ainsi de nombreuses familles ont bénéficié et bénéficient encore de la Bolsa escola, de la Bolsa alimentação, de bons pour le butane et l’électricité. En 2004, 420 enfants du bourg de 6 à 16 ans ont été pris en charge quotidiennement par le Programme d’éradication du travail infantile (PETI), projet fédéral, dans des bâtiments construits à cet effet. Parallèlement aux programmes d’habitat social, la municipalité s’est efforcée de reloger les plus pauvres après avoir détruit leurs masures en torchis et a créé des soupes populaires pour de nombreuses familles démunies. L’ensemble de la population bénéficie de la gratuité des soins et des médicaments distribués dans les dispensaires de quartiers et dans deux établissements médicaux, dotés d’un équipement très moderne et offrant plusieurs spécialités chirurgicales36. En 2006, a été créé un club pour le troisième âge, accessible à tous, où sont proposés gratuitement de nombreuses activités physiques et mentales et des cours d’alphabétisation.

64L’insécurité des campagnes n’est donc pas le seul facteur d’accroissement de la population urbaine, bien qu’il soit l’argument avancé par les personnes concernées. Une meilleure organisation de l’assistance aux familles à tous les âges de la vie dans le bourg a également motivé les déplacements.

65En 2013, la population du município est estimée à 23 840 habitants (IBGE), dont près de 19 000 sont urbanisés, soit plus de 75 %. Nous ne sommes plus dans une société d’agrocriadores : l’agriculture et l’élevage ne constituent plus les assises du pouvoir. La sécheresse qui sévit dans la région depuis quelques années décime le bétail. Par ailleurs, le município a perdu son autosuffisance alimentaire. Au marché hebdomadaire, fruits, légumes et autres produits proviennent essentiellement du marché de gros de Caruaru. Les marchands, en majorité, ne sont que des intermédiaires.

66La figure du fazendeiro, homme de biens et de pouvoir, s’est estompée au profit de celle du gros commerçant, de l’entrepreneur, de celui qui réussit. La population dans son ensemble plébiscite l’esprit d’entreprise, gage de succès. On éprouve du respect pour celui qui fait preuve d’ingéniosité, de débrouillardise. L’ancien leader avait bâti son pouvoir et son prestige sur la possession de terres et de bétail. Actuellement, le foncier agricole a perdu sa valeur symbolique en même temps que sa valeur économique. Le négoce, sous toutes ses formes et avec tous ses risques, est vu comme le principal moyen de réussite et d’enrichissement. Toutefois, le foncier bâti reste une valeur sûre. La plupart des commerçants s’assurent une rente par la location de trois ou quatre maisons ou plus qu’ils possèdent en ville, notamment les boutiques du petit commerce de détail.

67Certains fazendeiros diversifient leurs activités en étant aussi négociants, commerçants ou promoteurs, en lotissant leurs terres en partie ou en totalité. Ils proposent des chácaras pour touristes citadins, des résidences secondaires en location ou à la vente.

68Au cours de la dernière décennie, le paysage urbain du centre-ville s’est profondément modifié. On a construit partout, à l’arrière de l’alignement des maisons, dans les espaces interstitiels. J’observe un processus de gentrification de certaines rues où se regroupent les maisons du juge, du promotor et de riches commerçants. La nouvelle architecture fait table rase de l’ancienne qui était très rurale. Les constructions à deux ou trois étages se multiplient. Le rez-de-chaussée est réservé à l’activité commerciale et au garage, le premier étage à la résidence et le deuxième à une location. Les nouvelles constructions résidentielles ont toutes un garage au rez-de-chaussée et un toit en terrasse pour un éventuel étage supérieur. Le secteur du bâtiment est en plein essor. Même l’église, dont on a fêté le centenaire le 15 décembre 2012, a gagné une deuxième tour pour la grande fête locale du Desterro, le 2 février 2013. Les évangéliques, nouveaux-venus dans la communauté, se sont multipliés dans les lotissements et le centre. Ils installent leurs cultes dans des édifices neufs ou, en attendant d’augmenter le nombre de leurs fidèles, dans de simples maisons louées.

69L’image de la ville s’est banalisée. Elle offre un éventail de petits commerces très diversifiés et de grands établissements dans le secteur du bâtiment, de l’équipement mobilier et de l’électroménager, de l’alimentation (plusieurs supermarchés) et de la santé, soutenus par la consommation locale. Dix ans après, on mesure les effets positifs des programmes sociaux fédéraux, étatiques et municipaux. Une frange de la population est sortie de la misère et est devenue consommatrice, participant ainsi au dynamisme économique de la ville.

70Par ailleurs la technologie numérique s’est rapidement répandue et fait maintenant partie de la vie quotidienne. L’usage généralisé du téléphone portable maintient la priorité de l’oralité dans les échanges. Certains changements sont irréversibles. Les cavaliers se sont raréfiés dans les rues envahies par les motos plus que par les voitures : motos-taxis, motos de coursiers, motos de livreurs avec remorques. Hommes et femmes se déplacent en deux-roues motorisés. Les motocross organisés depuis 2007 à proximité de la ville obtiennent un énorme succès régional et remplacent les vaquejadas qu’aucun fazendeiro ne se risque plus à programmer. Toutefois, la cavalcade, organisée en novembre depuis quelques années sur une vingtaine de kilomètres dans l’intérieur du município, rassemble plus de douze cents cavaliers et suscite un vif enthousiasme.

71En somme, le fort dynamisme de la ville repose actuellement sur les secteurs du bâtiment et de la confection. L’objectif ambitieux des patrons de cette dernière serait d’entrer dans le fameux triangle de l’industrie du vêtement de Caruaru (Santa Cruz do Capibaribe, Toritama et Caruaru) et de faire partie de son imposant pôle commercial. La dépendance d’Agrestina envers sa voisine n’en serait-elle pas dangereusement accrue ? De ville satellite, comme on peut la considérer actuellement, ne risque-t-elle pas de perdre son identité et de devenir ville-dortoir ou faubourg ?

72Deux projets orientent l’avenir du município. Le premier, qui sera réalisé très rapidement, est de doubler l’axe fédéral qui le relie à Caruaru pour en faire une autoroute. Le deuxième, d’intérêt national, concerne la nouvelle voie ferrée transnordestina qui permettra le transport de toute la production fruitière de la zone irriguée du São Francisco vers le complexe portuaire de Suape, au sud du Pernambouc (exportation vers l’Asie et l’Europe). Cette voie ferrée, encore en construction, a déjà un énorme impact sur le développement de villes du sertão comme Salgueiro, Serra Talhada, Custódia et Arcoverde, en plein boom économique et industriel. Il est prévu qu’elle traversera le sud du município dans une zone de fazendas, à peu de distance d’Agrestina.

Conclusion

73Au terme de ce regard porté sur cinquante ans d’observation, je voudrais revenir sur deux thèmes qui ont été constamment au centre de mes préoccupations et que j’ai corrélés : les réseaux d’interconnaissance et la configuration bipartite de la société. Les réseaux d’interconnaissance m’ont permis d’évaluer au cours du temps la perception que la population a d’elle-même et de ses actes. À mon arrivée, tous les gens, même les plus déshérités, se connaissaient, ce qui a facilité mon introduction dans la cité. La configuration bipolaire de la société et son organisation en réseaux renforçaient cet état de connaissance, en intensifiant la surveillance mutuelle. Le renouvellement des générations – j’en ai connu trois – et l’arrivée croissante de nouveaux-venus sans racines locales ont modifié progressivement la situation. Les réseaux d’interconnaissance du fonds ancien de la population ont perdu de leur fonctionnalité lorsque celui-ci est devenu minoritaire dans sa propre ville. Quels comportements les anciens résidents ont-ils adopté face aux nouveaux-venus : indifférence, marginalisation, stigmatisation (Elias 1997) ou, au contraire, accommodement ?

  • 37 L’organisation de la fête de la Saint-Jean en 2013, jusqu’alors préparée sur place par les habitant (...)

74De nouvelles perspectives s’ouvrent ainsi à la recherche. D’autres réseaux d’interconnaissance vont se constituer dans les nouveaux quartiers ou se sont déjà constitués parmi des familles rendues plus stables par l’acquisition d’une maison. Pour les premières arrivées, déjà une génération a été élevée sur place. Ces réseaux multiples, liés à l’inscription spatiale des acteurs, s’intègrent difficilement à la configuration de l’ancienne société basée sur des attaches familiales et sur un lacis d’allégeances. L’hétérogénéité actuelle de la population fragilise la configuration bipartite sur laquelle se fondaient son identité et la structure du jeu social des relations. Dans un contexte de dépendance croissante à l’égard de Caruaru37, l’élection d’un nouveau maire qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2013, issu de cette ville, fait planer un doute sur l’avenir du bifactionisme.

75La microanalyse a fait apparaître un exemple d’urbanisation rapide autour d’un pôle d’accrétion (Caruaru) comme il en existe d’autres dans cette région du Pernambouc. Elle fournit ainsi un aperçu sur une tranche de l’évolution de ce phénomène dans le Brésil contemporain. De plus, la petite ville de l’intérieur, premier degré de déruralisation, constitue dans sa dynamique d’expansion un terrain d’observation fécond des mutations et des continuités socioéconomiques qu’on retrouve à l’échelle des métropoles ou du pays.

76Porter un regard rétrospectif sur un terrain, en marge de l’étude proprement dite, est un exercice complexe. Il est, certes, un retour réflexif sur une situation d’enquête empirique individuelle et sur les conditions de réalisation du travail de terrain, mais pas seulement.

77L’histoire de cette recherche, de par sa durée, est à la fois une histoire des changements intervenus chez un chercheur et dans la société qu’il étudie, mais aussi une histoire commune née d’une interaction prolongée à forte dimension intersubjective. Mes informateurs et moi avons partagé les étapes du cycle de vie : la jeunesse, le mariage ou l’union libre, la paternité/maternité, l’art d’être grands-parents, le veuvage pour nombre d’entre nous.

78Comment mettre fin à une recherche si étendue dans le temps, quand chaque retour conduit à des rebondissements dans le questionnement et l’interprétation ? Pourtant l’âge et le changement d’échelle de l’objet d’étude initial ont imposé leurs contraintes. La ville s’est étalée, le nombre des habitants a explosé face à un seul observateur. Un vrai défi.

Haut de page

Bibliographie

Andrade, Manuel Correia de. 1961. « A Pecuária no agreste pernambucano. » Thèse présentée au concours pour la Chaire de géographie économique. Recife: Université de Recife, Faculté des sciences économiques de Pernambouc.

Andrade, Manuel Correia de. 1963. A terra e o homem no Nordeste. São Paulo: Brasiliense.

Andrade, Manuel Correia de. 1968. « Estrutura fundiária e tipos de exploração agrícola em Pernambuco. » Cahiers des Amériques latines 2: 160-172.

Bayart, Jean-François. 1981. « Le politique par le bas en Afrique noire. Questions de méthode. » Politique africaine 1 : 53-82.

Burawoy, Michael. 2010. « Revisiter les terrains. Esquisse d’une théorie de l’ethnographie réflexive. » In L’engagement ethnographique, dirigé par Daniel Cefaï, 295-351. Paris : Éd. de l’EHESS.

Callier, Colette. 1965. « La migrante d’origine rurale à Recife. » Thèse de doctorat de troisième cycle. Paris : Sorbonne [version abrégée en portugais : 1964-65. « A migrante de origem rural no Recife. » Boletim do IJNPS 13/14: 7-147].

Callier, Colette. 1966. « Soajo, une communauté féminine rurale de l’Alto-Minho. » Bulletin des études portugaises 27 : 237-278.

Callier-Boisvert, Colette. 1973. « Apontamentos para um estudo de economia agrária num município da zona agreste de Pernambuco: Agrestina. » Ciência e Trópico 1 (1): 143-172.

Callier-Boisvert, Colette. 1979. « Evolução socio-econômica de um município da micro-região agreste meridional: Agrestina 1966-1978. » Ciência e Trópico 7 (1): 105-136.

Callier-Boisvert, Colette. 1988. « L’illégitimité en question : les enfants naturels et leurs mères d’après les registres paroissiaux d’une freguesia de l’Alto-Minho. » Meridies 7/8 : 907-940.

Callier-Boisvert, Colette. 1990. « Femmes et mères célibataires dans le Nord-ouest du Portugal (1860-1986). » Ethnologie française xx (2) : 189-202.

Callier-Boisvert, Colette. 1999. Soajo entre migrations et mémoire. Études sur une société agro-pastorale à l’identité rénovée. Paris : Centre Culturel Calouste Gulbenkian [trad. Portugaise : 2004. Soajo entre migrações e memória. Estudos sobre uma sociedade agro-pastoril de identidade renovada. Arcos de Valdevez: Câmara municipal].

Callier-Boisvert, Colette. 2007. « Pouvoir local et clientèle dans un municipe de l’agreste de Pernambouc (Nord-est du Brésil). » In Clientèle guerrière, clientèle foncière, clientèle électorale. Histoire et anthropologie, dirigé par Valérie Lécrivain, 199-218. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, collection « Sociétés ».

Casciarri, Barbara. 2005. « Terrains, statuts, théorie dans l’expérience du travail ethnographique : une réflexion comparée du Soudan au Maroc. » In Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, dirigé par Olivier Leservoisier, 67-97. Paris : Karthala.

Cavalcanti, Clóvis de Vasconcelos & Dirceu Murilo Pessoa. 1970. Vale do Moxotó. Análise sócio-econômica de uma bacia de açude público. Recife: Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais.

Copans, Jean. 1998. L’enquête ethnologique de terrain. Paris : Nathan.

Costa, Esdras Borges. 1960. Cerrado e retiro: cidade e fazenda no Alto São Francisco. Rio de Janeiro: Comissão do Vale do São Francisco.

Cruz, Levy. 1961. As Migrações para o Recife. Caracterização social. Recife: Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais, vol. 4.

Droulers, Martine. 1990. Aspects du clientélisme au Brésil. Paris : CREDAL, document 12.

Elias, Norbert & John L. Scotson. 1997. Logiques de l’exclusion. Paris : Fayard.

Faoro, Raymundo. 1958. Os Donos do poder. Porto Alegre: Editora Globo.

Forman, Shepard & Joyce Riegelhaupt. 1979. « The Political Economy of Patron-Clientship: Brazil and Portugal Compared. » In Brazil: Anthropological Perspectives, dirigé par Maxine L. Margolis & William E. Carter, 379-402. New York: Columbia University Press.

Freyre, Gilberto. 1933. Casa Grande e Senzala, Rio de Janeiro: Maia & Schmidt.

Fukui, Lia Freitas Garcia. 1979. Sertão e bairro rural (parentesco e família entre sitiantes tradicionais). São Paulo: Ática.

Furtado, Celso. 1959. Formação econômica do Brasil. Rio de Janeiro: Fundo de Cultura.

Galjart, Benno. 1968. Itaguaí. Old Habits and New Practices in a Brazilian Land Settlement. Wageningen: Centre for Agricultural Publishing and Documentation.

Géraud, Marie-Odile. 2005. « Une société faussement égalitaire ? Les Hmong en Guyane française. » In Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, dirigé par Olivier Leservoisier, 209-229. Paris : Karthala.

Goldman, Márcio & Ronaldo dos Santos Sant’Anna. 1996 « Elementos para uma análise antropológica do voto. » In Antropologia, voto e representação política, dirigé par Moacir Palmeira & Márcio Goldman, 13-40. Rio de Janeiro: Contra Capa.

Gonçalves, Antônio Carolino. 1961. As Migrações para o Recife. Aspectos do crescimento urbano. Recife: Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais, vol. 2.

Heredia, Beatriz de. 1996. « Politica, família e comunidade. » In Antropologia, voto e representação política, dirigé par Moacir Palmeira & Márcio Goldman, 37-65. Rio de Janeiro: Contra Capa.

Holanda, Sérgio Buarque de. 1936. Raízes do Brasil. Rio de Janeiro: José Olímpio Editora.

Leal, Victor Nunes. 1949. Coronelismo, enxada e voto (o Município e o Regime Representativo no Brasil). Rio de Janeiro: Forense.

Lenclud, Gérard. 1993. « S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse. » Terrain. Liens de pouvoir ou le clientélisme revisité 21 : 81-86.

Leservoisier, Olivier, dir. 2005. Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête. Paris : Karthala.

Maciel, Paulo. 1961. As Migrações para o Recife. Aspectos econômicos. Recife: Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais, vol. 3.

Médard, Jean-François. 1976. « Le rapport de clientèle. Du phénomène social à l’analyse politique. » Revue Française de Science politique 26 (1) : 103-131.

Melo, Mário Lacerda de. 1961. As Migrações para o Recife. Estudo geográfico. Recife: Instituto Joaquim Nabuco de Pesquisas Sociais, vol. 1.

Nogueira, Oracy. 1962. Família e comunidade: um estudo sociológico de Itapetininga. São Paulo: Centro Brasileiro de Pesquisas Educacionais.

Palmeira, Moacir. 1996. « Política, facções e voto. » In Antropologia, voto e representação política, dirigé par Moacir Palmeira & Márcio Goldman, 41-56. Rio de Janeiro: Contra Capa.

Pierson, Donald. 1951. Cruz das Almas: A Brazilian village. Washington: U. S. Government Printing Office.

Prado Jr., Caio. 1945. História econômica do Brasil. São Paulo: Brasiliense.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1956-1957. « O mandonismo local na vida política Brasileira (da colônia à Primeira República). » Anhembi 71: 253-273, 72: 480-507, 73: 51-67, 74: 249-261, 75: 507-521, 76: 43-58.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1957. La guerre sainte au Brésil. Le mouvement messianique du Contestado. São Paulo: Université de São Paulo, Faculté de philosophie, sciences et lettres.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1958. Sociologia e folclore: a dança de São Gonçalo num povoado baiano. Salvador: Livraria Progresso.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1965. O messianismo no Brasil e no mundo. São Paulo: Dominus/Edusp.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1967. « Bairros rurais paulistas. » Revista do Museu Paulista nouvelle série xvii : 63-208.

Queiroz, Maria Isaura Pereira de. 1973. O campesinato brasileiro (ensaios sobre civilização e grupos rústicos no Brasil). Petrópolis: Vozes.

Ravis-Giordani, Georges. 1976. « L’alta pulitica et la bassa pulitica : valeurs et comportements politiques dans les communautés villageoises corses (xixe-xxe siècles). » Études rurales 63-64 : 171-189.

Silva, Fernando Altenfender. 1961. Xique-xique e Marrecas: duas comunidades do Médio São Francisco. Rio de Janeiro: Comissão do Vale do São Francisco.

Simmel, Georg. 1979 [1908]. « Digressions sur l’Étranger. » In L’École de Chicago, dirigé par Yves Grafmeyer & Isaac Joseph, 53-59. Paris : Champ Urbain.

Souza, Antônio Candido de Mello e. 1964. Os Parceiros do Rio Bonito. Rio de Janeiro: José Olympio.

Tillion, Germaine. 2009. Fragments de vie. Textes assemblés et présentés par Tzvetan Todorov. Paris : Seuil.

Tollenare, Louis-François de. 1972. Notes dominicales prises pendant un voyage en Portugal et au Brésil en 1816, 1817 et 1818, T. II : Brésil. Édition : Léon Bourdon. Paris : PUF.

Vilaça, Marcos Vinicios de & Roberto Cavalcanti de Albuquerque. 1988 [1965]. Coronel, Coronéis. Rio de Janeiro: Tempo Brasileiro [trad. Française : 2002. Pouvoir et domination au Nordeste du Brésil. Les seigneurs des terres. Paris : l’Harmattan].

Willems, Emilio. 1961. Uma vila Brasileira, Tradição e Transição. São Paulo: Difusão Europeia do livro.

Haut de page

Notes

1 Dirigé à l’époque par Mauro Mota, sous la présidence de Gilberto Freyre. Par la suite, l’Instituto est devenu Fundação Joaquim Nabuco.

2 En tant que boursière de cet Institut.

3 Auxquelles il conviendrait d’ajouter Os Donos do poder de Raymundo Faoro (1958) et Formação Econômica do Brasil de Celso Furtado (1959), mais je ne les connaissais pas alors.

4 Circonscription administrative autonome, gouvernée par un maire et un conseil municipal élus.

5 Auxquels il faut ajouter le travail de Lia Freitas Garcia Fukui (1979) dans l’État de São Paulo.

6 Soajo dans le Haut-Minho, conseillé par mon professeur de portugais à la Sorbonne, José da Silva Terra qui était originaire de la région et connaissait fort bien la situation des villages proches de la frontière espagnole.

7 Une mission du CNRS de dix-huit mois.

8 L’enquête me montrera rapidement qu’une telle distinction se révélait non pertinente, la société étant la même.

9 Shepard Forman & Joyce Riegelhaupt 1979, Moacir Palmeira 1996, Beatriz de Heredia 1996, Márcio Goldman & Ronaldo dos Santos Sant’Anna 1996.

10 Sans compter le centre de culte afrobrésilien, fréquenté également par des catholiques.

11 D’après les recensements de l’époque, ce groupe intermédiaire d’exploitants (entre 10 et 100 hectares) ne représentait que 10 % du total. On comptait 75 % d’exploitations de moins de 5 hectares.

12 Il existait une certaine porosité entre ces activités : la même personne pouvait être à la fois fazendeiro et boiadeiro, ou boiadeiro et marchante. En revanche, l’osseiro, situé au bas de l’échelle ne pouvait être ni fazendeiro ni boiadeiro.

13 Près de 20 % de la population citadine vivaient du commerce de la viande.

14  Une ou deux familles au bourg fabriquaient ces sonnailles (chocalhos), indispensables à l’élevage extensif de la zone. Elles venaient du village de Santa Teresa, au sud du município, où des enfants des deux sexes étaient associés au travail de la forge du père. Les chocalhos sont un des attributs emblématiques de la ville. On a voulu en faire un produit touristique pour pallier l’absence de débouchés quand l’élevage extensif s’est raréfié.

15 Les hommes avaient des armes à feu, les plus pauvres avaient leur machette. La seule femme maquignon était armée elle aussi. La mort violente était un sujet de prédilection qui suscitait nombre de commentaires.

16 Le terme de rua est d’ailleurs employé pour signifier ville par opposition à la campagne.

17 De tabac, de chaussures et une coutellerie.

18 En 1989, un ancien marchante m’a affirmé avoir eu trente-huit enfants de cinq femmes différentes.

19 La littérature populaire dite de cordel était encore appréciée. Au marché, j’assistais à la prestation d’un lecteur de folheto popular (toujours le même) qui attirait un public d’amateurs, analphabètes pour la plupart comme la majorité de la population de l’époque. Les plus jeunes se passionnaient pour les feuilletons radiophoniques écoutés sur les transistors.

20 Je fus frappée par le faible impact apparent du coup d’État militaire de mars 1964 sur la population dont l’attention restait centrée sur l’enjeu politique local. De la même façon, je m’étonnai que personne n’ait prononcé le nom de Dom Helder Câmara. Toutefois, des camions remplis de pèlerins quittaient chaque année la ville pour se rendre au pèlerinage du père Cícero à Juazeiro. On me parlait aussi beaucoup du frère Damião, missionnaire franciscain d’origine italienne qui parcourait les campagnes où sa parole était révérée.

21 Inalda Heleine Lira de Siqueira, Jacireima Bernardo, Margarida Barbosa de Santana et Myriam de Vasconcelos, élèves de 2e année du cours de sociologie politique.

22 Aldenoura F. de Amorim Silva à qui je suis très reconnaissante pour son efficacité et sa gentillesse.

23 Une seule alerte s’est révélée rapidement sans suite.

24 Ce terme ne se rapporte pas à un commandement exercé dans l’armée mais dans le cadre de la Garde nationale, créée au milieu du xixe siècle par l’empereur Pedro II. Elle a subsisté après la proclamation de la République en 1889 et s’est maintenue de façon informelle dans le Nordeste, plus tard que dans le reste du pays, jusqu’au milieu du xxe siècle (Vilaça & Albuquerque 1988).

25 Aux élections qui suivent l’accord du 15 novembre 1976 imposant un seul parti, il y eut 20 % de votes nuls, les réfractaires au parti unique.

26 Ce procédé apparentement fictif, après une fréquentation réitérée, est bien connu des ethnologues (Casciarri 2005, 82) et doit être relativisé malgré sa sincérité en raison du positionnement de l’observateur.

27 De la vingtaine de casas de farinha que j’avais comptées en 1965 il n’en restait plus que deux en 2002.

28 La fabrication du fromage queijo de coalho pour la vente sur place s’était aussi raréfiée.

29 Toutefois en 2013 on trouve dans le município deux élevages en batterie de type industriel.

30 Selon le recensement de 2011, le Pernambouc a le taux de violences faites aux femmes le plus élevé du pays.

31 Le nombre de veuves parmi mes interlocutrices des premières années est particulièrement élevé.

32 Il y eut une époque, brève il est vrai (2009-2012), où maire, juge, promotor et inspecteur de police étaient des femmes.

33 Je suis très reconnaissante à Philippe Descola et à Afrânio Garcia de leur soutien à ce projet.

34 Companhia de Habitação, programme d’habitations populaires financé par des subsides fédéraux, la Caixa Econômica et d’autres organismes étatiques.

35 Des gens viennent aussi de Caruaru tenter leur chance dans une petite ville.

36 À noter que ces deux établissements situés dans des quartiers différents et dont l’un est une fondation philanthropique, se sont affrontés pendant une décennie par chefs politiques interposés. Ils sont actuellement ouverts sans restriction à l’ensemble de la population.

37 L’organisation de la fête de la Saint-Jean en 2013, jusqu’alors préparée sur place par les habitants, illustre cette dépendance. Le nouveau maire s’est adressé à une entreprise de Caruaru, qui lui a livré « clés en mains » une fête traditionnelle à grand renfort de spectacles, pour la plus grande joie des habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Callier-Boisvert, « Dynamiques de l’interaction chercheur/terrain : un demi-siècle d’observation ethnographique dans l’agreste du Pernambouc », Brésil(s), 5 | 2014, 149-173.

Référence électronique

Colette Callier-Boisvert, « Dynamiques de l’interaction chercheur/terrain : un demi-siècle d’observation ethnographique dans l’agreste du Pernambouc », Brésil(s) [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/bresils/893 ; DOI : 10.4000/bresils.893

Haut de page

Auteur

Colette Callier-Boisvert

Colette Callier-Boisvert est ethnologue, chercheure associée au CRBC. Pionnière en France des recherches sur les migrations portugaises et sur les sociétés rurales au Brésil et au Portugal, elle a été responsable d’un groupe d’anthropologues travaillant sur le Portugal à l’EHESS dans les années 1980-1990. Elle a abordé l’anthropologie historique en s’intéressant à la catégorie de « gentil » à l’époque des Découvertes.

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals