Navigation – Plan du site
Varia

Inégalité raciale au Brésil et aux États-Unis, 1990-2010

Desigualdade racial no Brasil e nos Estados Unidos, 1990-2010
Racial Inequality in Brazil and the United States, 1990-2010
George Reid Andrews
Traduction de Simon Berjeaut
p. 219-247

Résumés

Cette étude met en regard des données statistiques sur les inégalités entre ceux qui se considèrent Noirs et ceux qui se considèrent Blancs au Brésil et aux États-Unis de 1990 à 2010. Ces indicateurs abordent ces différences dans les domaines de la fertilité, l’espérance de vie, la mortalité infantile, la répartition géographique, la scolarisation et la réussite scolaire, la distribution de la population active, ses revenus et ses avancées, et la pauvreté. Entre 1994 et 2010, les Brésiliens ont porté au pouvoir présidentiel des personnes et des administrations soucieuses de réduire les très hauts niveaux d’inégalités sociales et régionales du pays. Les programmes mis en œuvre permirent de réduire la pauvreté et l’inégalité, et d’offrir à 30 millions de Brésiliens la possibilité de passer de la classe laborieuse pauvre à une classe moyenne fortement élargie. L’article révèle que les politiques engagées pour combattre les inégalités de classes contribuèrent également à réduire les inégalités « raciales ». Au regard de la plupart des indicateurs, le Brésil a accompli, dans la diminution de ces disparités, des progrès plus significatifs que les États-Unis. En 2010, ces derniers restaient, en termes statistiques, le pays le plus ethniquement égalitaire ; mais les initiatives brésiliennes de démocratie sociale et de discrimination positive sur des bases sociales et en relation avec les catégories « raciales » produisent des résultats qui méritent une grande attention de la part des citoyens et des politiciens soucieux de réduire les inégalités (sociales et « raciales ») aux États-Unis.

Haut de page

Notes de la rédaction

George Reid Andrews a accepté que la revue Brésil(s). Sciences humaines et sociales publie en français dans une même livraison l’article qu’il avait donné en 1992 au Journal of Social History (26, 2) et celui traduit ici qui, plus de vingt ans après, le prolonge et en précise les conclusions. Le présent article paraîtra simultanément en anglais dans la même revue : Andrews, George Reid. 2014. « Racial Inequality in Brazil and the United States, 1990-2010. » Journal of Social History 47 (4) première publication en ligne le 4 avril 2014 doi:10.1093/jsh/shu026) et en français ici avec l’autorisation d’Oxford University Press que nous remercions vivement.

Traduit de l’anglais

Texte intégral

Je tiens à remercier Martha Vázquez pour sa précieuse contribution à ces recherches. Pour son aide concernant les données sur le Brésil, je remercie Marcelo Paixão, directeur du Laboratório de Análises Econômicas, Históricas, Sociais e Estatísticas das Relações Raciais (LAESER) [Laboratoire d’analyses économiques, historiques, sociales et statistiques des relations raciales] à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ). Guilherme Câmara, membre de l’équipe du LAESER, nous a fourni le tableau spécial utilisé dans la fig. 11.

  • 1 Pour les plus récentes contributions à cette discussion voir Marx (1998), Robinson (1999), Azevedo (...)
  • 2 Voir la traduction française de cet article de 1992 dans cette même livraison de Brésil(s). Science (...)

1Les études comparatives sur la question raciale au Brésil et aux États-Unis ne sont pas nouvelles1. Il y a une vingtaine d’années, je m’étais inscrit dans ce débat en publiant une analyse des indicateurs statistiques de l’inégalité raciale dans les deux pays (Andrews 1992)2. La période abordée était celle du siècle s’étendant de 1890 à 1990, et les matériaux utilisés reflétaient les différences entre Noirs et Blancs sur les plans de l’espérance de vie, de l’éducation, des revenus, de la réussite professionnelle, autant d’aspects de la vie sociale et économique à propos desquels des données étaient disponibles dans les deux pays.

2La principale découverte de cette recherche a été que, pendant les six ou sept premières décennies de la période étudiée, entre 1890 et les années 1950, au regard de tous les indicateurs pour lesquels des données étaient disponibles, le Brésil, comparé aux États-Unis, avait connu des niveaux inférieurs d’inégalités entre Noirs et Blancs. Au cours de la seconde moitié du siècle, en revanche, la comparaison révélait une inversion. Au Brésil, les chiffres démontrant l’inégalité raciale avaient tendance à se stabiliser ou, dans certains cas, à augmenter. Les mêmes indicateurs pour la société américaine montraient une diminution des différences raciales dans les domaines de l’éducation, des revenus, de l’espérance de vie, etc. J’avançai alors plusieurs explications pour cette diminution : la fin d’une ségrégation imposée par l’État dans le Sud du pays, les politiques d’égalité des chances et de discrimination positive mises en œuvre pendant les années 1960 et 1970 et une période de forte croissance économique (1945-1973) pendant laquelle les richesses se sont trouvées réparties de manière plus égalitaire, en terme de classes, que pendant la première moitié du siècle. Chacun de ces facteurs avait, me semblait-il, contribué à la réduction des différences entre les Noirs et les Blancs. Ainsi, en ce qui concerne l’égalité raciale, les États-Unis occupaient dès les années 1990, la place tenue jusque-là par le Brésil.

3Cet article prévoyait que dans un futur proche les États-Unis seraient celui des deux pays qui connaîtrait la plus durable des égalités raciales. Une réserve, toutefois, se dessinait.

D’un point de vue inverse, cependant, on pourrait souligner que les effets positifs des réductions des inégalités régionales, de classe, et entre les villes et les campagnes ne se sont pas encore fait sentir dans la société brésilienne. Si les futurs gouvernements parviennent à réduire certaines des disparités criantes entre le Nordeste et le Sud-est, entre les zones urbaines et rurales, entre les riches et les pauvres, les conséquences indirectes sur l’inégalité raciale pourraient s’avérer déterminantes. Si, également, ces gouvernements à venir s’attachent à combattre la discrimination raciale dans l’emploi et l’éducation, le Brésil pourrait alors sans doute, comme avant les années 1950, redevenir une société plus égalitaire – ou peut-être moins inégalitaire – du point de vue racial que les États-Unis. Avant que ne s’accomplissent de tels changements, toutefois, le grand État fédéral du nord continuera à présenter des preuves de démocratie raciale plus convaincantes que celui du sud. (Andrews 1992, 257-258)

4Lorsque j’écrivais ces lignes, il s’agissait plus d’un exercice d’imagination, d’une simple hypothèse de travail, que d’une prédiction sérieuse sur l’avenir du Brésil. Pourtant, ce qui s’est effectivement produit n’est pas loin du scénario que j’avais imaginé. Depuis 1995, le Brésil a connu une série d’administrations présidentielles – Fernando Henrique Cardoso (1995-2002), Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010), Dilma Rousseff (2011-2014) – et des coalitions multipartites fermement acquises à une vision sociale-démocrate de l’avenir du pays. Ces gouvernements ont mis en œuvre un ensemble d’initiatives dont l’impact a contribué à reconfigurer les anciennes structures des inégalités et des privilèges sociaux dans le pays (IPEA 2010 ; Fishlow 2011).

  • 3  Voir aussi Júlia Carvalho, « O grande erro das cotas ». Veja (29 août 2012), p. 70-72.

5Ces vingt dernières années se sont révélées précieuses pour nous permettre d’observer la mise à l’épreuve et les effets des politiques progressistes contre l’inégalité raciale. L’importance de cette question dépasse le cadre purement théorique. Après avoir ignoré pendant plus d’un siècle les criantes disparités entre les groupes raciaux blancs et non-blancs dans cette région, les sociétés et les décideurs latino-américains ont commencé au cours de ces deux dernières décennies à reconnaître la gravité de celles-ci et à rechercher la meilleure manière d’y répondre. Les mouvements noirs au Brésil, en Colombie ou en Uruguay, notamment, ont vigoureusement milité pour faire admettre le besoin de discrimination positive dans les domaines de l’éducation et de l’emploi (Hernández 2013, 148-170 ; Cottrol 2013, 258-265). Leurs propositions ont suscité un débat animé. Leurs opposants ont soutenu que les politiques sociales-démocrates (ou socialistes) visant à redistribuer les richesses et les chances aux classes pauvres et travailleuses restent le meilleur outil pour combattre l’inégalité raciale (Fry et al. 2007 ; Kamel 2007)3.

  • 4  Depuis le début de la « Période spéciale », dans les années 1990, les différences raciales semblen (...)

6L’expérience postrévolutionnaire de Cuba semble devoir leur donner raison : entre 1960 et 1980, les politiques socialistes en matière de santé, de logement, d’éducation et d’emploi au profit des travailleurs ruraux et urbains du pays ont effectivement permis d’y éliminer presque tout à fait les différences entre Noirs et Blancs quant à l’espérance de vie, l’éducation et l’accomplissement professionnel (De la Fuente 1995)4. L’Uruguay, par contre, nous fournit un contre-exemple. Premier pays d’Amérique Latine, chronologiquement et quantitativement, dans le domaine des mesures sociales, il est l’une des deux démocraties sud-américaines avec le Costa Rica à avoir les plus bas taux d’inégalités sociales. Pourtant, en dépit de cette situation privilégiée confirmée par tous les indicateurs – santé, éducation, revenu, emploi – les Afro-uruguayens souffrent de désavantages plus importants que leurs compatriotes blancs (INE 1998 ; Bucheli & Cabella 2007 ; Scuro Somma 2008 ; Andrews 2010).

  • 5  Dans la traduction de cet article, nous n’avons pas cherché à « euphémiser » le mot « race » et se (...)

7Quelles ont donc été les conséquences pour les Afro-brésiliens des récentes politiques sociales-démocrates au Brésil ? Et, pour revenir à la dimension comparative de mon étude de 1992, que nous révèle la comparaison des indicateurs raciaux actuels avec ceux des États-Unis ? Au cours d’une période pendant laquelle le Brésil plébiscita la social-démocratie, les Américains ont mis en place des politiques sociales et économiques qui redistribuaient les richesses et les revenus vers le haut, à destination des groupes sociaux les plus privilégiés. Si les politiques socialement progressistes ont tendance à réduire les taux d’inégalité raciale, des politiques socialement régressives ont-elles un effet inverse ? La comparaison des récents indicateurs raciaux pour les deux pays permet d’éclairer cette passionnante et importante question5.

Politique sociale récente

8Indubitablement le défi économique et social qui s’imposait aux décideurs brésiliens au début de la décennie 1990 était l’hyperinflation qui minait l’économie du pays depuis les années 1950. Les taux d’inflation annuels approchant les 100 % avaient été l’une des raisons de la chute de la deuxième République et de la prise du pouvoir par les militaires en 1964. Le régime militaire de 1964-1985 s’était avéré aussi incapable que les gouvernements civils de maîtriser une inflation qui, en 1984, atteignait les 200 %, continuant à augmenter jusqu’aux années 1990. Après avoir dû faire face à un taux annuel de 2 500 % en 1993, le gouvernement mit en place l’innovant et extraordinairement efficace « Plan Real » de 1994. L’inflation chuta à 22 % en 1995, et jusqu’à 2 % en 1998 (Baer 2008, 129-150)6. L’ensemble de la société a pu en tirer profit, en premier lieu les pauvres et les travailleurs dont les salaires garantissaient le pouvoir d’achat et ne perdaient plus toute leur valeur du fait de l’hyperinflation. Le taux de pauvreté dans le pays est tombé de 42 % en 1993 à 34 % en 1995 (fig. 1). Les salaires réels ont augmenté à tous les niveaux de la société mais plus rapidement encore chez les dix pour cent les plus pauvres dont les revenus ont doublé pendant ces deux seules années (Lahóz 2002, 76-77 ; Amman & Baer 2009, 32).

9Le pouvoir d’achat des travailleurs s’est trouvé encore renforcé par les hausses du salaire minimum décidées par le pouvoir fédéral. Après avoir stabilisé la valeur de la monnaie, les administrations Cardoso et Lula ont imposé des augmentations substantielles du revenu minimum, permettant ainsi de doubler sa valeur entre 1994 et 2009 (Power 2010, 225). Ces mesures ont directement favorisé les travailleurs à bas salaires employés dans les entreprises du secteur officiel et se sont également répercutées du fait de la hausse des rétributions de l’économie informelle.

10Les transferts conditionnels en espèces et les programmes de sécurité du revenu, mis en place par le gouvernement Cardoso et élargis sous les gouvernements Lula, se sont également avérés très bénéfiques pour les familles aux plus bas niveaux de salaire. Les municipalités de Campinas et de Brasília ont été les pionnières de ces programmes qui proposaient aux familles tombées sous le seuil de pauvreté une allocation payée en espèces à condition que celles-ci s’engagent à envoyer leurs enfants à l’école régulièrement. Encouragée par le succès de ces premières expérimentations, l’administration Cardoso les a étendues à l’ensemble du pays en créant les dispositifs Bolsa Escola [Bourse école], Bolsa Alimentação [Bourse alimentation] et PETI [Programme pour l’éradication du travail infantile]. En 2003, le gouvernement Lula a réuni la Bolsa Escola et la Bolsa Alimentação sous le nom de Bolsa Família [Bourse famille] qui, en 2012, venait en aide à 13,4 millions de foyers, environ un quart de la population nationale, avec des versements allant jusqu’à 170 dollars par mois. Ce programme a suscité une attention internationale par les conséquences qu’il a eues sur la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la santé et des résultats scolaires pour les enfants pauvres (Soares et al. 2010 ; Castro & Modesto 2010 ; Fiszbein & Schady 2009 ; Latin American Regional Report 2012).

11Entre 1990 et 2010, le Brésil a connu des périodes de croissance économique de lente à modérée : 4,8 % par an de 1993 à 1995, 1,9 % de 1996 à 2003 et 4,5 % de 2004 à 2010. Une croissance de cet ordre aurait normalement dû avoir des effets très limités sur la réduction de la pauvreté ou de l’inégalité. En fait, au cours de ces deux décennies, le taux de pauvreté du Brésil a diminué de moitié, de 42 à 21 %, et son indice Gini de concentration des revenus (fig. 1), qui avait été l’un des plus élevés du monde dans les années 1970 et 1980, a baissé de 61 à 54 (Fishlow 2011, 33-86 ; Bezerra & Cavalcanti 2009)7. De nombreux observateurs s’accordent à considérer les programmes mis en œuvre pendant cette période comme largement responsables de ces baisses (Barros et al. 2010b, 169 ; Barros et al. 2011 ; Soares 2011).

Figure 1- Coefficients de Gini et taux de pauvreté, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Figure 1- Coefficients de Gini et taux de pauvreté, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableaux A-3, B-1 – Brésil 1990-2009 : www.ipeadata.gov.br ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.8.16.

12La diminution de la pauvreté et de l’inégalité au Brésil se démarque nettement des évolutions connues par les États-Unis où le taux de pauvreté a baissé de 13,5 % en 1990 à 11,3 % en 2000, avant de remonter à 15,1 % en 2010. Au cours de la même période, l’indice Gini évaluant l’inégalité des revenus a augmenté de 43 à 47 (fig. 1), après une hausse, dans les années 1980, de 40 à 43 (USCB 2011b, tabl. A3, B1).

13Les causes de l’accroissement de la pauvreté et de l’inégalité aux États-Unis sont complexes et ont été largement analysées. Parmi les éléments déterminants, on trouve : la restructuration du marché du travail et le déclin de l’offre de travail à destination des travailleurs sous-qualifiés ; la baisse du pouvoir des syndicats ; la diminution de la valeur du salaire minimum national ; l’assouplissement des règles pesant sur les secteurs financiers du pays ; les réductions d’impôts bénéficiant de manière disproportionnée aux secteurs les plus fortunés du pays (Morris & Western 1999 ; Danziger & Gottschalk 2005 ; Neckerman & Torche 2007 ; Massey 2007 ; Leicht 2008). Quel qu’ait été le poids relatif de ces diverses raisons, le portrait comparatif qui en découle est sans équivoque : tandis que le Brésil faisait de remarquables progrès dans sa réduction des inégalités sociales et économiques, les États-Unis stagnaient ou, dans le domaine de l’inégalité des revenus et de la pauvreté, perdaient même du terrain. Ces considérations nous amènent à la question centrale de cette étude : quels ont été les impacts de ces deux modèles de politique sociale et d’économie politique sur les indicateurs de l’inégalité raciale dans ces deux pays ? Les États-Unis ont-ils conservé leur position de 1990 comme racialement la plus égalitaire ou bien les réductions de l’inégalité de classe au Brésil ont-elles entrainé une baisse comparable de l’inégalité raciale ? Nous prendrons en compte des indicateurs appartenant à trois domaines : la démographie, l’éducation ainsi que l’emploi et le revenu.

Démographie

14Avant d’examiner ces données, il convient de rappeler la composition raciale de chacun des pays et les changements qui l’ont affectée au long des soixante-dix dernières années (fig. 2). Dans les deux cas, la part de la population blanche a culminé en 1940 avant de diminuer constamment jusqu’aujourd’hui. Les États-Unis demeurent une nation à majorité blanche mais connaissent une diversité raciale et ethnique croissante. La plus grande augmentation parmi les groupes non-blancs s’observe chez les « autres races » (généralement les Hispaniques qui ne se reconnaissent ni blancs ni noirs), les Asiatiques et, depuis 2000, les personnes qui revendiquent un statut multiracial (deux origines ethniques et/ou raciales ou plus). Ces « autres » groupes réunis représentent aujourd’hui 15 % de la population américaine, un peu plus que la part de la population afro-américaine (12,6 %). La population totale du pays a atteint 308,7 millions en 2010 (USCB 2011c ; McArdle 2009 ; Blank 2001 ; Sandefur 2001).

Figure 2 – Population par catégories raciales (pourcentages), Brésil et États-Unis, 1940-2010

Figure 2 – Population par catégories raciales (pourcentages), Brésil et États-Unis, 1940-2010

Sources : États-Unis 1940-1980 : Andrews 1992, tableau 1 ; 1990 : USCB 1992, tableau 3 ; 2000 : USCB 2001, tableau 1 ; 2010 : USCB 2011c, tableau 1– Brésil 1940-1980 : Andrews 1992, tableau 1 ; 1991 : IBGE 1996a, tableau 1.2 ; 2000 : IBGE 2003, tableau 1.2.1 ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.3.1.

  • 8  Le recensement brésilien inclut aussi une catégorie « jaunes » (Asiatiques) et, depuis 1991, une c (...)

15Au Brésil aussi, la part de la population blanche a diminué depuis 1940, au point que les Blancs sont aujourd’hui une minorité (47,7 %) dans un pays dont la population totale a atteint 190,8 millions en 2010. Dans leurs recensements des non-Blancs, les Brésiliens font la distinction entre les pretos (Noirs) à la peau sombre et les pardos (Bruns ou Métis)8 considérés comme racialement mélangés. Dans les faits, la délimitation entre les catégories Métis et Noir est particulièrement vague et poreuse et les enquêtes laissent penser qu’un grand nombre de Brésiliens s’identifient indifféremment comme Noirs ou Métis (ils se réclament parfois de l’un et parfois de l’autre), provoquant ainsi de considérables changements dans la composition de la population à travers le temps (Lovell & Wood 1998, 92-94). Au cours des vingt dernières années, un nombre croissant d’Afro-brésiliens a choisi de s’identifier en tant que preto, peut-être en conséquence des efforts entrepris par les organisations noires pour éveiller les consciences. La grande majorité des non-Blancs, pourtant, continue à se définir comme pardos dans le cadre des recensements alors que le terme n’est pas fréquemment utilisé dans le langage du quotidien (Telles 2004, 78-106 ; Bailey 2009, 39-65 ; IBGE 2011a).

16L’un des facteurs déterminants de la perméabilité des frontières entre les groupes Noirs et Métis est qu’au regard de la plupart des dimensions sociales, les différences entre les deux groupes sont relativement faibles. En termes d’éducation, de revenus, d’espérance de vie, etc., les indicateurs pour les Noirs et les Métis sont très similaires. C’est pour cela et aussi parce que les pretos constituent une modeste proportion de la population afro-brésilienne – moins de 15 % en 2010 – que, depuis les années 1970, l’agence de recensement brésilienne, l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística) a souvent mélangé ces deux groupes, dans les rapports qu’elle a publiés, sous l’unique catégorie negros (Noirs). J’adopterai cette convention dans les graphiques et tableaux qui suivent, sauf dans les cas où les différences entre les deux groupes sont significatives. Le cas échéant, je distinguerai alors les chiffres entre pardos et pretos.

Tableau 1 - Distribution des catégories raciale par régions (pourcentages), Brésil et États-Unis, 1980-2010

Brésil

États-Unis

Blanc

Pardo

Preto

Blanc

Noir

1980

1980

Nordeste

14.5

49.6

33.2

Sud

31.1

52.2

Sud-Est

53.2

28.3

51.5

Nord-Est

22.4

18.6

Sud

24.8

5.0

8.5

Midwest

27.1

20.5

Reste du Brésil

7.5

17.1

6.7

Ouest

19.4

8.6

Indice de dissemblance Blancs/non-Blancs

44.7

18.8

Indice de dissemblance Blancs/non-Blancs

21.2

2009

2010

Nordeste

16.8

40.0

33.1

Sud

35.9

56.5

Sud-Est

49.3

32.9

46.8

Nord-Est

18.4

16.8

Sud

23.6

5.7

7.6

Midwest

24.3

17.9

Reste du Brésil

10.3

21.5

12.6

Ouest

21.4

8.8

Indice de dissemblance Blancs/non-Blancs

34.4

18.6

Indice de dissemblance Blancs/non-Blancs

20.6

Sources : États-Unis 1980 : USCB 1989, tableau B ; 2010 : USCB 2011a, figure 2 ; USCB 2011e, figure 4 – Brésil 1980 : IBGE 1983, tableau 1.1 ; 2009 : IBGE 2010, tableau 8.1.

17L’un des domaines où la différence entre les groupes Métis et Noirs est importante est celui de leur distribution régionale. Comme l’indique le tableau 1, les pardos et les pretos sont, plus que les Blancs, susceptibles de vivre dans le Nordeste, la région historiquement la plus pauvre du pays. À l’inverse, les Blancs sont, plus que les Noirs ou les Métis, susceptibles de vivre dans les États du sud, zone la plus dynamique économiquement. Les pardos sont moins nombreux que les Blancs ou les pretos dans le Sud-est, ils sont concentrés dans les régions centrales et occidentales (« le reste du Brésil »). Il résulte de ces schémas, comme le résume l’indice de dissemblance, que la répartition régionale des pretos se rapproche davantage de celle des Blancs, alors que les pardos se distinguent nettement des deux autres groupes (quoique de façon moindre qu’en 1980, où les différences Blancs/pardos étaient encore plus grandes qu’aujourd’hui).

18La répartition régionale des Blancs et des Noirs aux États-Unis suit également, certes moins qu’au Brésil, des modèles distincts. Mesurées par l’indice de dissemblance, ces disparités sont restées plus ou moins constantes au cours des trente dernières années. Quoique légèrement plus grandes que les différences pretos/Blancs au Brésil, elles sont bien inférieures à celles qui existent entre les pardos et les Blancs dans leur distribution territoriale. Les dissemblances raciales dans la distribution régionale sont toutefois plus importantes au Brésil qu’aux États-Unis ; et si les différences régionales dans les domaines des revenus, de l’éducation et de l’égalité des chances y ont décliné ces dernières années, elles demeurent plus grandes que chez les Américains. D’une région brésilienne à l’autre, les variables de la distribution révèlent néanmoins également d’autres disparités raciales (Osório & Souza 2011).

19Comme nous l’avons vu, la part de la population blanche du Brésil n’a cessé de décliner depuis 1940. La principale cause en est le différentiel entre le taux de natalité des Noirs et des Blancs (fig. 3). Très élevé, historiquement, pour les deux groupes, le taux de fertilité des femmes blanches a chuté brutalement entre 1960 et 1980, passant de 6,2 à 3,6 enfants par femme. La fertilité diminua aussi chez les femmes noires, mais moins rapidement. Cette baisse s’est poursuivie jusqu’à la fin des années 1990 et au début des années 2000 (Carvalho & Wong 1996 ; Luna & Klein 2006, 162-170). En 2009, la fertilité chez les Blanches a atteint 1,6 enfant par femme, bien en dessous du taux indispensable au maintien de la population blanche à ses niveaux actuels. Le taux de fertilité chez les Noires a diminué jusqu’à 2,2 enfants par femme en 2009 et le différentiel entre les deux groupes s’est amoindri aussi. En 1980, les femmes noires avaient, au cours de leur vie, en moyenne 1,9 enfant de plus que les Blanches. En 2009, cet écart a atteint 0,6 enfant. Pourtant, il était plus important encore qu’aux États-Unis où, déjà relativement bas dans les années 1980 et 1990, il avait presque été comblé en 2000. Au cours de la première décennie du xxie siècle, les taux de natalité des Blancs et des Afro-américains ont été sensiblement identiques : entre 2 et 2,1 enfants par femme. Du point de vue de ce facteur, les États-Unis figurent comme la plus racialement égalitaire des deux sociétés.

Figure 3 - Taux de natalité des femmes de 15 à 44 ans par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1980-2009

Figure 3 - Taux de natalité des femmes de 15 à 44 ans par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1980-2009

Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 83 – Brésil 1980-2004 : Paixão et al. 2010, figure 3.1 ; 2009 : IBGE 2010, tableau 1.5.

20La comparaison s’inverse, en revanche, lorsqu’on considère l’indicateur peut-être le plus évident du bien-être d’une population : l’espérance de vie moyenne (tabl. 2). Ici, les deux pays ont connu d’importantes améliorations au cours des vingt dernières années. Au Brésil, l’espérance de vie est passée de 66,3 à 73,1 ans, aux États-Unis de 75,2 à 78,2. Comme le suggère le tableau 2, ces améliorations ont été plus équitablement distribuées parmi les Brésiliens de toutes origines que parmi les Américains. Or, tandis que ces différentiels s’amenuisaient dans les deux sociétés (voir dans le tableau 2 les colonnes Blancs-Noirs), le changement était plus rapide au Brésil où, en 2005, les différences d’espérance de vie entre les deux groupes étaient réduites de moitié par rapport à 1991.

Tableau 2 - Espérance de vie par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2005

États-Unis

Brésil

Blanc

Noir

Blanc-Noir

Blanc

Noir

Blanc-Noir

1990

76.1

69.1

7.0

1991

66.1

59.5

6.6

1995

76.5

69.6

6.9

1995

71.5

65.9

5.6

2000

77.3

71.8

5.5

2000

71.5

66.2

5.3

2005

77.9

72.8

5.1

2005

74.9

71.7

3.2

Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 104 – Brésil 1991 et 2000 : www.ipeadata.gov.br ; 1995 et 2005 : Paixão & Carvano 2008, figure 2.18.

21On peut relier directement ces progrès de l’espérance de vie et la diminution des disparités raciales dans ce domaine aux réductions de la mortalité infantile qui ont été obtenues pendant les années Cardoso-Lula (fig. 4). Conséquence des programmes Saúde da Família [Santé de la famille] et Bolsa Alimentação entre 1995 et 2005, la mortalité infantile dans l’ensemble du pays a chuté de 37,6 pour mille à 23,7 pour mille, soit une baisse de près d’un tiers (Barros et al. 2010a ; IPEA 2010, 313-44). Cette réduction a été particulièrement spectaculaire dans la population noire chez qui les taux ont été réduits presque de moitié, passant de 47,3 à 24,4. La mortalité infantile chez les Blancs est passée de 27,1 à 19,4. En 1995, ces taux avaient été supérieurs de 75 % parmi les familles noires par rapport aux foyers blancs. En 2005, ce différentiel était tombé à 25 % ou, en nombres absolus, à une différence de 5,0 décès pour 1 000 naissances. En termes relatifs ou absolus, ce différentiel racial était bien plus bas aux États-Unis où la mortalité infantile chez les Noirs atteignait deux fois et demie celle des Blancs.

Figure 4 - Taux de mortalité infantile par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2007

Figure 4 - Taux de mortalité infantile par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2007

Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 115 – Brésil : Paixão & Carvano 2008, tableau 2.8.

Éducation

22L’éducation est universellement reconnue comme un aspect fondamental des prestations sociales et comme le principal déterminant de la hiérarchie sociale. Au Brésil, l’une des expressions les plus claires de l’inégalité raciale et de classe reste les bas niveaux de réussite scolaire. En 1950, seuls 5 % des Brésiliens blancs et 0,5 % des Afro-brésiliens obtenaient un diplôme d’études secondaires (Andrews 1992, tabl. 10). La dictature militaire, de 1964 à 1985, a fait de l’éducation un domaine prioritaire des investissements gouvernementaux mais elle a concentré ces dépenses sur l’enseignement supérieur en élargissant le réseau des universités fédérales ou d’États (Luna & Klein 2006, 182-191). Ces institutions offrent un enseignement supérieur de bonne à excellente qualité mais destiné à une petite minorité de la population, composée, jusqu’à très récemment, presque exclusivement de Blancs. En 1987, après plus de vingt ans de régime militaire, seuls 1 % des pretos et 2 % des pardos possédaient un diplôme universitaire alors que les Blancs étaient 9 %. Le Brésilien blanc adulte recevait en moyenne moins de quatre ans d’enseignement, l’Afro-brésilien moins de deux ans (Andrews 1992, 245-246).

23Les administrations Cardoso et Lula ont pris conscience qu’il était impossible de faire entrer le pays dans le xxie siècle avec un tel niveau de formation et elles ont lourdement investi pour relever les taux de réussite scolaire (Caixeta 2002 ; Arends-Kuenning 2009 ; IPEA 2010, 163-190 ; Fishlow 2011, 88-105). Tandis que les programmes FUNDEF (Fundo de Manutenção e Desenvolvimento do Ensino Fundamental [Fond d’entretien et de développement de l’enseignement de base], 1996-2006) et FUNDEB (Fundo de Manutenção e Desenvolvimento da Educação Básica [Fond d’entretien et de développement de l’éducation de base], 2007) canalisaient les investissements fédéraux vers les écoles primaires, la Bolsa Escola (plus tard Bolsa Família) proposait des incitations financières aux familles pauvres pour qu’elles maintiennent leurs enfants à l’école au lieu de les envoyer travailler. Ces programmes ont rempli au moins en partie leurs objectifs, en permettant d’augmenter le taux de scolarisation des enfants de 7 à 14 ans de 80 % en 1988 à 95 % en 2008, et en éliminant également les écarts raciaux à ce niveau du système éducatif (fig. 5).

Figure 5 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, Brésil, 1988-2008

Figure 5 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, Brésil, 1988-2008

Source : Paixão et al. 2010, tableaux 6.15, 6.16, 6.19.

24Ces écarts de scolarisation ont été plus persistants dans le secondaire et le supérieur ; les différentiels raciaux s’y sont même accentués entre 1988 et 2008, de 14 à 19 points de pourcentage pour le secondaire et de 5 à 13 pour l’université. Alors qu’elles disparaissaient à l’école primaire et au collège, les différences se sont creusées dans le lycée et le premier cycle du supérieur (licence) où les Blancs sont plus nombreux que les autres à poursuivre des études avancées.

25Par rapport au Brésil, les États-Unis présentent des taux de scolarisation bien supérieurs et de plus faibles écarts entre les groupes raciaux (fig. 6). Depuis 1990, les différentiels ont été presque réduits à zéro jusqu’à l’âge de 17 ans. Les disparités raciales augmentent ensuite dans le supérieur, montrant en 2009 une différence de 8 points pour les 20-21 ans. Passé cet âge, la scolarisation des Afro-américains est plus importante que celle des Blancs, révélant la nécessité d’une plus longue durée d’études pour acquérir le diplôme universitaire.

Figure 6 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, États-Unis, 1990-2009

Figure 6 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, États-Unis, 1990-2009

Sources : USCB 2003, tableau 203 ; USCB 2011d, tableau 224.

26La figure 7 offre une comparaison entre les taux de réussite des deux pays à travers le temps. Chaque colonne représente le pourcentage d’adultes de 25 ans ou plus qui ont terminé leurs études secondaires ; la partie supérieure de la colonne, le nombre d’élèves du secondaire ayant poursuivi des études universitaires et obtenu un diplôme. Dans les deux pays on peut noter une amélioration dans le temps. Le taux de réussite des étudiants afro-américains dans le secondaire est passé de 66,2 % en 1990 à 84,1 % en 2009, très proche des 87,1 % de celui des Blancs. Pendant la même période, au Brésil, le taux des Noirs a triplé, passant de moins de 10 % en 1987 (10 % pour les pardos, 6,1 % pour les pretos) à presque 30 % en 2009 (28 % pour les pardos, 29,9 % pour les pretos). Les écarts raciaux sont demeurés pourtant très grands, avec des chances de réussite dans le secondaire pour les Blancs de près de 50 % supérieures à celles des Afro-brésiliens et des chances de réussite à l’université trois fois plus importantes.

27Les États-Unis connurent aussi une grande et particulièrement durable disparité raciale dans la formation académique (Stoll 2005, 383-385). Les Blancs et les Noirs ont certes chacun amélioré leur taux de réussite dans le supérieur de 1990 à 2009, mais un fossé persiste sur toute la période, de 10 à 11 points, entre les pourcentages des uns et des autres. En 2009, 29,9 % des Blancs avaient terminé leur premier cycle universitaire (college), pour seulement 19,3 % des Afro-américains.

Figure 7 - Taux de réussite dans le secondaire (lycée) et dans le premier cycle du supérieur (licence) chez les adultes de 25 ans ou plus par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1987-2009

Figure 7 - Taux de réussite dans le secondaire (lycée) et dans le premier cycle du supérieur (licence) chez les adultes de 25 ans ou plus par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1987-2009

Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 225 –Brésil 1987 : Andrews 1992, tableau 10 ; 2000 : Fichário das Desigualdades Raciais, LAESER-UFRJ, http://www.laeser.ie.ufrj.br/​PT/​Paginas/​fichario.aspx ; 2009 : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios (dorénavant PNAD) 2009, Microdados.

28Un dernier indicateur de la réussite scolaire au Brésil est le nombre médian d’années d’enseignement suivies (fig. 8), mesure peu utilisée aux États-Unis. Comme nous l’indiquions plus haut, en 1987 ce nombre était inférieur à quatre ans d’études pour les Brésiliens blancs, et inférieur à deux ans pour les Brésiliens noirs et métis. Au cours des vingt années suivantes, les niveaux absolus de réussite scolaire se sont considérablement améliorés et les disparités raciales ont diminué. En 2009, le nombre d’années de scolarisation moyen avait presque doublé pour les Blancs, atteignant 8,4 ans, et plus que triplé pour les Noirs, allant jusqu’à 6,7 ans. La différence entre les deux groupes s’en trouva diminuée de 2,1 ans en 1990 à 1,7 ans en 2009.

29Malgré ces progrès, le Brésilien moyen recevait en 2009 une éducation limitée au premier cycle du secondaire (voire moins). Ces statistiques ne reflètent pas les autres aspects des inégalités raciales de l’éducation au Brésil : les grandes disparités portant sur la qualité des écoles recevant les Noirs ou les Blancs, sur les redoublements, sur les résultats aux tests standardisés, etc. (Paixão et al. 2010, 205-248). Malgré la réduction des inégalités raciales à l’école primaire et au collège, les taux de scolarisation sont encore très différents entre les Noirs et les Blancs au lycée et dans le premier cycle du supérieur (licence) ; les différentiels pour la réussite secondaire et universitaire se sont réduits mais ils demeurent importants.

Figure 8 - Médiane du nombre d’années de scolarisation, population de 15 ans ou plus, Brésil 1992-2009

Figure 8 - Médiane du nombre d’années de scolarisation, population de 15 ans ou plus, Brésil 1992-2009

Source : IPEA 2012, tableau supplémentaire 3.1.

30Les disparités portant sur la qualité des écoles des uns ou des autres, sur les redoublements, les résultats aux tests et les taux de réussite dans le secondaire persistent aux États-Unis aussi, mais à des niveaux inférieurs à ceux du Brésil (Aud et al. 2010). Alors qu’aucun de ces pays n’a réussi à résorber entièrement les durables écarts raciaux dans le domaine de la réussite scolaire, les citoyens américains avaient en 2010 des niveaux d’éducation bien plus élevés que les Brésiliens et bien plus équitablement répartis entre les catégories raciales.

Emploi et revenus

31Sachant que les disparités raciales dans l’éducation sont plus importantes au Brésil qu’aux États-Unis, on pouvait s’attendre à trouver dans ce pays de plus grandes inégalités de revenus, et c’est effectivement le cas. Les différences dans chacun des marchés du travail contribuent également aux écarts de revenus entre les communautés. L’une des découvertes de mon article de 1992 était qu’entre 1950 et 1980 les États-Unis avaient fait d’impressionnants progrès dans la distribution égalitaire des Blancs et des Noirs dans les divers secteurs de l’économie. Entre ces deux dates, l’indice de dissemblance professionnelle entre les populations noires et blanches avait été réduit presque de moitié, passant de 30,1 à 16,3 (Andrews 1992, tabl. 12). Cette amélioration s’est poursuivie de 1980 à 2009, alors que l’indice de dissemblance diminuait encore de moitié, de 16,3 à 8,7 (tabl. 3, col. 4).

Tableau 3 - Distribution de la population active civile par emplois, sexe et catégories raciales (pourcentages), États-Unis, 1980, 2010

Blanc

Noir

Total

Homme

Femme

Total

Homme

Femme

1980

Emplois administratifs

27.9

19.6

39.9

22.3

14.6

30.4

Professions libérales/Techniciens

15.5

14.1

17.6

11.2

7.6

15.0

Commerce

10.5

9.5

11.9

5.0

3.9

6.2

Emplois manuels non-agricoles

31.7

44.3

13.7

37.1

53.9

19.5

Services

11.4

8.1

16.1

22.3

16.5

28.3

Agriculture

2.8

4.2

0.9

2.0

3.3

0.6

Autre/Non connu

0.0

0.1

0.0

0.1

0.1

0.0

Indice de dissemblance

16.3

18.0

18.1

2010

Emplois administratifs

28.7

23.2

35.0

25.3

19.7

30.1

Professions libérales/ Techniciens

22.1

17.6

27.3

18.8

13.7

23.1

Commerce

11.2

10.7

11.7

10.0

8.4

11.4

Emplois manuels non-agricoles

20.7

33.8

5.5

21.2

36.5

6.9

Services

16.6

13.6

20.1

25.1

21.2

28.3

Agriculture

0.8

1.1

0.4

0.3

0.5

0.2

Indice de dissemblance

8.7

10.3

9.1

Sources : 1980 : Andrews 1992, tableau 12 ; 2010 : USBLS 2011, tableau 5.

32Au cours de cette même période, les différentiels raciaux dans le marché du travail ont diminué aussi au Brésil mais dans une moindre mesure qu’aux États-Unis (tabl. 4). En particulier chez les pardos, les écarts raciaux (mesurés par l’indice de dissemblance) n’avaient pas connu, en 2009, de grande amélioration depuis 1980. Les pretos ont mieux progressé, en particulier les femmes pretas. Toutefois, les disparités raciales sont restées fortes, approximativement deux fois supérieures à celles des États-Unis.

33Du fait de ces différences dans les structures d’emploi ainsi que du meilleur accès pour les Blancs aux emplois les mieux rémunérés et aux plus hautes positions professionnelles, techniques et administratives, les revenus des Afro-brésiliens sont loin derrière ceux de leurs concitoyens blancs. Pourtant, les hausses du salaire minimum ordonnées par le pouvoir fédéral, combinées à une croissance économique relativement forte entre 2004 et 2010, ont permis aux revenus des Afro-brésiliens d’augmenter significativement, plus rapidement encore que ceux des Blancs. Alors qu’en 1991 les travailleurs noirs gagnaient en moyenne 54 % du salaire moyen des Blancs, cette proportion a atteint 64 % en 2010. Dans le même temps, le revenu moyen des Afro-américains a continué à représenter une part plus importante qu’au Brésil du revenu moyen des Blancs, mais cette proportion qui est restée inchangée entre 1990 et 2010 : du début à la fin de cette période, les hommes afro-américains gagnaient en moyenne 74 % du salaire des Blancs et les femmes afro-américaines 87 % du salaire des femmes blanches (fig. 9). Tandis que les salariés afro-brésiliens connaissaient de grands progrès par rapport à leurs homologues blancs, la position relative des Afro-américains pendant cette période ne s’est pas améliorée.

Tableau 4 - Distribution de la population active civile par emplois, sexe et catégories raciales (pourcentages), Brésil, 1980, 2009

1980

Blanc

Pardo

Preto

Total

Homme

Femme

Total

Homme

Femme

Total

Homme

Femme

Emplois administratifs

16.7

15.3

20.1

6.7

6.1

8.5

4.2

4.3

4.0

Professions libérales/ Techniciens

9.0

5.6

17.3

3.8

1.8

9.6

2.5

1.3

5.1

Commerce

9.0

9.0

9.0

6.5

6.3

7.1

4.0

4.2

3.6

Emplois manuels non-agricoles

26.0

30.5

14.6

25.6

29.6

13.8

27.9

36.1

10.3

Services

10.7

5.0

24.9

13.0

4.9

37.0

22.6

6.3

57.9

Agriculture

22.7

27.8

9.8

38.6

44.8

20.3

31.5

38.9

15.7

Autre/Non connu

6.0

6.7

4.2

5.8

6.5

3.8

7.2

8.9

3.4

Indice de dissemblance

18.3

17.0

22.5

23.9

20.2

38.9

2009

Emplois administratifs

18.2

15.5

21.3

10.5

8.6

13.1

11.0

9.3

13.2

Professions libérales/ Techniciens

19.1

16.6

22.1

9.9

8.1

12.4

10.3

8.8

12.2

Commerce

10.0

8.4

11.9

9.7

7.8

12.3

8.0

6.8

9.5

Emplois manuels non-agricoles

22.4

33.3

9.5

24.9

37.1

8.4

26.6

41.4

7.4

Services

17.5

10.4

26.0

23.5

12.8

38.1

30.1

16.8

47.4

Agriculture

12.8

15.8

9.3

21.5

25.7

15.7

14.0

16.9

10.3

Indice de dissemblance

17.7

16.1

19.5

18.0

15.5

22.5

Sources : 1980 : Andrews 1992, tableau 13 ; 2009 : PNAD 2009, Microdados.

Figure 9 - Revenu moyen des Noirs en pourcentage du revenu moyen des Blancs par sexes, Brésil et États-Unis, 1991-2010

Figure 9 - Revenu moyen des Noirs en pourcentage du revenu moyen des Blancs par sexes, Brésil et États-Unis, 1991-2010

Sources : États-Unis : USBLS 2011, tableau 14 – Brésil 1991 : IBGE 1996b, tableau 5.1 ; 2000 : IBGE 2003, tableau 1.2.10 ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.3.5.

Figure 10 - Revenu des ménages noirs en pourcentage du revenu des ménages blancs, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Figure 10 - Revenu des ménages noirs en pourcentage du revenu des ménages blancs, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableau A-2 – Brésil 1990-2007 : Soares 2008, figure 1 ; 2009 : PNAD 2009, Microdados.

34Le schéma est le même lorsqu’on observe le revenu moyen des ménages (fig. 10). Là encore, les ménages afro-américains gagnent en moyenne un pourcentage du revenu des ménages blancs supérieur à ce qui est le cas au Brésil. Toutefois, après être passé de 60 à 69  % entre 1990 et 2000, ce pourcentage a ensuite diminué pour atteindre 59 % à la fin de la décennie, légèrement plus bas que vingt ans plus tôt. Après avoir progressé pendant les années 1990, les familles afro-américaines ont perdu du terrain au début des années 2000 et, par rapport aux familles blanches, ont terminé la période dans une situation légèrement moins bonne qu’en 1990.

  • 9 Le recensement de 2010 montre d’autres hausses des revenus moyens des ménages noirs jusqu’à 56 % de (...)

35Les familles afro-brésiliennes gagnent en moyenne un pourcentage du revenu des familles blanches plus bas encore que celui des familles afro-américaines. Toutefois, alors que les familles noires américaines ont vu cette part diminuer ces dix dernières années, les ménages afro-brésiliens ont connu une hausse de leurs revenus par rapport à ceux des Blancs. Une fois encore, ceci est dû en partie à l’augmentation du salaire minimum et en partie à la croissance économique de 2004 à 2010, ainsi qu’aux programmes d’allocations en espèces soumises à conditions qui ont profité très majoritairement aux familles non-blanches, en particulier celles qui vivent dans les régions les plus pauvres du pays. Entre 1999 et 2009, le revenu moyen des ménages noirs est passé de 42 à 52 % du revenu des Blancs9.

Figure 11 - Taux de pauvreté par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Figure 11 - Taux de pauvreté par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2010

Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableau B-1 – Brésil 1995-2006 : Paixão & Carvano 2008, tableau 6.7 ; 2009 : tableau spécial par LAESER-UFRJ.

36Comme nous l’avons déjà vu (fig. 1), les politiques sociales et économiques du Brésil ont produit une baisse impressionnante des taux de pauvreté dans le pays, en les réduisant de moitié (de 42 à 21 %) entre 1990 et 2009. Les taux de pauvreté des États-Unis, après avoir baissé de 1990 à 2000, ont à nouveau augmenté pour atteindre des proportions supérieures en 2010 à celles de 1990. De manière surprenante, le taux de pauvreté chez les Noirs étaient plus bas en 2010 qu’en 1990 (27 contre 32 %), tandis qu’à l’inverse les familles blanches connaissaient un taux de pauvreté accru, de 11 % en 1990 à 13 % en 2010. Malgré tout cela, le taux de pauvreté chez les Noirs était deux fois supérieur à celui des Blancs, au point qu’un quart de la population afro-américaine vivait sous le seuil de pauvreté (fig. 11).

37Au Brésil, la croissance économique et les programmes d’allocations ont profité aux deux groupes de population : entre 1995 et 2009, le taux de pauvreté a perdu 20 points chez les Afro-brésiliens (passant de 54 à 34 %) et 11 points chez les Blancs (de 28 à 17 %). Pour ces deux dates, le taux de pauvreté des Noirs représentait le double de celui des Blancs et les deux groupes connaissaient des situations moins avantageuses qu’aux États-Unis. Lorsque les données sur les écarts raciaux de la pauvreté seront disponibles pour le début des années 2010, je suis convaincu qu’ils montreront une poursuite de la baisse de ces écarts dans le pays.

Social-démocratie, « démocratie raciale »

38Les indicateurs de l’inégalité raciale pris en compte dans cette étude révèlent à la fois la réussite et les limites de l’expérience brésilienne de la social-démocratie. Dans les domaines de la santé, de l’éducation et des revenus, les politiques sociales et économiques des vingt dernières années ont permis d’impressionnants progrès de la qualité de vie pour la plupart des Brésiliens et, au regard de nombreux indicateurs – fertilité, mortalité infantile, espérance de vie, scolarisation dans le primaire et au collège, nombre moyen d’années d’études, revenus individuels, revenus des ménages et pauvreté –, des améliorations encore plus nettes pour les Brésiliens noirs et métis que pour les Blancs. Ces avancées ont entrainé des réductions visibles des disparités raciales, donnant raison à ceux qui défendent la social-démocratie comme le plus efficace moyen de parvenir à l’égalité raciale.

39Malgré ces progrès, les niveaux de l’inégalité raciale demeurent plus élevés au Brésil qu’aux États-Unis. Seuls deux indicateurs permettent au Brésil d’apparaître comme la société racialement la plus égalitaire : la mortalité infantile et l’espérance de vie. Un autre indicateur, les taux de pauvreté, place les deux pays pied à pied, avec des différences Noirs/Blancs de 2/1. Sous tous les autres aspects – distribution régionale, scolarisation universitaire, taux d’obtention du diplôme secondaire et supérieur, distribution professionnelle, revenus individuels, revenus des ménages –, ce sont les États-Unis qui démontrent toujours une plus grande égalité raciale.

  • 10  Soares a calculé que si la tendance du début des années 2000 se poursuit, le revenu moyen des ména (...)

40Ceci résulte, notamment, du fossé statistique qui séparait les Noirs, les Métis et les Blancs brésiliens en 1990, et que vingt ans n’auront pas suffi à combler10. Il est également important de noter que si les politiques sociales du gouvernement ont réussi à réduire les disparités raciales dans certains domaines, dans d’autres – comme la distribution professionnelle – elles n’ont pas permis de les faire évoluer, voire elles les ont accrues comme dans la scolarisation secondaire et universitaire. Ces résultats quelque peu contradictoires sont dus aux complexités de la hiérarchie raciale au Brésil et aux différentes manières dont l’exclusion raciale opère à divers niveaux de la structure de classes. Débutant dans les années 1970 et 1980 et se poursuivant encore aujourd’hui, les recherches statistiques ont démontré que les barrières de la discrimination et des préjugés sont beaucoup plus présentes dans les classes moyennes et hautes de la société brésilienne que dans les classes pauvres et ouvrières. Les Blancs pauvres et les Afro-brésiliens sont plus susceptibles que leurs concitoyens des classes supérieures de vivre dans des quartiers intégrés, d’aller dans les mêmes écoles, de lier des relations amicales et amoureuses, et de se marier entre eux. La discrimination à l’emploi et au revenu est également beaucoup moins évidente dans les professions de la classe ouvrière, mais elle s’accentue au fur et à mesure qu’on remonte l’échelle professionnelle et éducative (Telles 2004 ; Sheriff 2001 ; Figueiredo 2010 ; Silva & Reis 2011).

41Parmi les réussites les plus frappantes de la social-démocratie ces vingt dernières années, il faut considérer le passage de trente millions de Brésiliens de la classe ouvrière à la « nouvelle classe moyenne » telle que l’on décrite certains observateurs (Neri 2010). Comme le suggère la baisse des différentiels raciaux dans les domaines de l’emploi et du revenu, les Afro-brésiliens ont largement participé au processus d’ascension sociale, dans une proportion numérique au moins égale, sinon supérieure, à celle des Blancs. À l’intérieur de cette nouvelle classe moyenne, toutefois, d’importants écarts raciaux dans les revenus persistent (Monçores et al. 2012). C’est dans les classes supérieures de la pyramide sociale – emplois de bureau et tertiaires et scolarisation secondaire et universitaire – que ces données montrent des différentiels raciaux qui stagnent ou, même, qui augmentent.

42Les militants afro-brésiliens affirment depuis longtemps que c’est justement pour venir à bout de l’exclusion raciale à ce niveau-là de la société que les politiques de discrimination positive sont nécessaires. À l’écoute de ces arguments, le gouvernement Cardoso, en 1996, a inclus des politiques de discrimination positive « compensatoires » dans son Programme des droits de l’homme. Des propositions de quotas raciaux à l’entrée de l’université et à l’embauche dans le secteur public, ainsi qu’une campagne de presse et dans les médias figuraient dans le Statut de l’égalité raciale proposé pour la première fois au Congrès Brésilien en 2000 par le député (aujourd’hui sénateur) Paulo Paim. Le Congrès n’a jamais approuvé ces propositions mais, à partir de 2003, quarante universités d’État ou fédérales, plusieurs ministères publics et agences fédérales et de nombreuses entreprises privées les ont adoptées (Htun 2004).

  • 11  Voir aussi Simon Romero, « Brazil Enacts Affirmative Action Law for Universities », New York Times(...)

43La mise en place au coup par coup de ces quotas a provoqué d’intenses débats sur le principe et la mise en pratique de la discrimination positive. On s’est interrogé sur la constitutionalité de ces mesures. Selon les décisions rendues par la Cour suprême du Brésil en avril et mai 2012, les mesures de préférences raciales ont été unanimement reconnues comme satisfaisant aux critères de constitutionalité en tant que moyens nécessaires pour atteindre l’égalité de condition et de chances garantie par la Constitution brésilienne de 1988 (Hernández 2013, 151-70 ; Cottrol 2013, 259-63). Quelques mois plus tard, en août 2012, le Sénat approuvait par un vote à 80 contre 1 la loi des quotas sociaux qui recommande aux universités fédérales de réserver la moitié de leurs inscriptions aux élèves des écoles publiques du pays. Parmi ces 50 %, les parts des étudiants noirs, métis et indiens doivent refléter la représentation de chaque groupe dans la population locale ; dans le même temps, la moitié des étudiants recrutés par quotas – 25 % du total des inscriptions – doit avoir un revenu familial per capita n’excédant pas 150 % du salaire minimum fixé au niveau fédéral. Ces mesures seront mises en place progressivement entre 2013 et 2017 et leurs résultats devront être analysés par une commission dirigée par le Congrès en 2022 (Telles & Paixão 2013)11.

44Fort de cette nouvelle législation et des récentes décisions de la Cour suprême, le Brésil est aujourd’hui engagé de plain-pied dans l’expérimentation de politiques publiques innovantes qui mêlent une discrimination positive basée sur les catégories raciales et sociales avec une social-démocratie pleinement assumée. Cette approche à deux (ou trois) volets ouvre la possibilité – sinon la forte probabilité – de progrès supplémentaires dans la réduction de l’inégalité raciale au-delà des accomplissements des vingt dernières années. L’expérience brésilienne devrait également inciter les États-Unis à réfléchir sérieusement à la permanence de leurs propres clivages raciaux et à leur ambivalence face aux divisions par classes des prestations sociales d’une part, et à la discrimination positive par catégories raciales d’autre part.

45La dernière décennie pendant laquelle les États-Unis ont connu une baisse de la pauvreté comparable à celle du Brésil actuel remonte à 1964-1973, lorsque les taux de pauvreté ont chuté de 19 à 11 %. Il s’agissait d’une période de guerre à la pauvreté, déclarée par des programmes gouvernementaux qui ont laissé un héritage politique très controversé mais qui ont réussi à ramener la pauvreté dans le pays à des taux jamais atteints dans l’histoire (Cancian & Danziger 2009 ; Orleck 2011 ; USCB 2011b, tabl. A-1). Ces années ont aussi été (jusqu’à la fin de la décennie 1970) celles du grand effort national en faveur des programmes de discrimination positive qui ont permis d’étendre la part de la classe moyenne afro-américaine à 40 % de la population noire en 1980 (Anderson 2004, 111-70 ; Farley 1996, 255). Ce sont ces politiques, combinées à la croissance économique relativement stable de la période 1945-1973, qui ont rendu possible la baisse des écarts raciaux que je soulignais dans mon article de 1992.

46La diminution des efforts de lutte contre la pauvreté dans les années 1970, la réaction contre la discrimination positive dans les années 1980 et 1990 (Swain 2001 ; Anderson 2004, 217-73 ; Deslippe 2012), le déclin du secteur industriel et la diminution du salaire réel dans les emplois sous-qualifiés ont participé dans leur ensemble au ralentissement de la poursuite des réductions des écarts raciaux dans les années 1990 et 2000. La croissance des inégalités de classe pendant cette période a jeté une grande part de la population noire et une portion croissante de la population blanche dans les marges de la société américaine, avec des accès à l’éducation, à l’emploi et à l’avancement drastiquement réduits (Wilson 1987 ; Wilson 1996 ; Blank et al. 2006 ; Murray 2012). Le sociologue William Julius Wilson a défendu, dans ses travaux des années 1980 et 1990, les principes et certaines pratiques de la social-démocratie européenne comme politique susceptible de répondre à la crise croissante de ce qu’il nommait la « sous-classe américaine » (Wilson 1987, 152-157 ; Wilson 1996, 207-217). Les récentes réussites de la social-démocratie brésilienne ne peuvent-elles pas fournir à leur tour un enseignement pour envisager les conditions de vie et l’avenir des pauvres américains sans distinction de race ainsi que le contexte plus vaste de l’augmentation des inégalités sociales aux États-Unis ?

47L’ensemble des récents programmes adoptés au Brésil n’est sans doute pas directement transférable ni pertinent pour la société américaine. Dans les conditions actuelles, tout du moins, peu de parents américains ont besoin d’incitations sous forme d’allocations payées en espèces pour envoyer leurs enfants à l’école élémentaire ou pour leur faire donner des soins médicaux. Les niveaux de pauvreté et d’inégalité générale étaient si élevés au début des années 1990 au Brésil que les transferts relativement modestes du revenu national ont eu dans le pays un impact bien plus grand que ne l’auraient permis de telles dépenses aux États-Unis (Fishlow 2011, 130). Or, si l’inégalité sociale et économique s’est accrue aux États-Unis et a diminué au Brésil, si les barrières de classes à la mobilité sociale sont devenues plus difficiles à franchir dans le premier pays que dans le second, les deux pays semblent néanmoins, et de manière surprenante à la lumière de la disparité de leurs niveaux de développement économique, affronter un grand nombre de défis communs. Il manque précisément aux travailleurs américains et à leur famille les formes de soutien qu’on trouve au cœur des programmes sociaux brésiliens : l’accès aux soins médicaux et à une éducation de qualité acceptable (voire mieux encore), ainsi qu’un salaire minimum adéquat garanti par le gouvernement fédéral (Cancian & Danziger 2009). La décision du Brésil de combiner, à l’entrée de l’université, la discrimination positive basée sur la classe sociale et sur la catégorie raciale pourrait inspirer un pays comme les États-Unis où les étudiants issus de familles pauvres et ouvrières sont gravement désavantagés dans la poursuite de leurs études supérieures (Bailey & Dynarski 2011). Pour toutes ces raisons, les citoyens et les décideurs américains auraient tout à gagner à observer attentivement l’évolution de la démocratie sociale et raciale du Brésil de ces dix dernières années et, bien sûr, des prochaines.

Haut de page

Bibliographie

Amann, Edmund & Werner Baer. 2009. « The Macroeconomic Record of the Lula Administration, the Roots of Brazil’s Inequality, and Attempts to Overcome Them. » In Brazil under Lula: Economy, Politics, and Society under the Worker-President, dirigé par Joseph L. Love & Werner Baer, 27-43. New York: Palgrave Macmillan.

Anderson, Terry H. 2004. The Pursuit of Fairness: A History of Affirmative Action. New York: Oxford University Press.

Andrews, George Reid. 1992. « Racial Inequality in Brazil and the United States: A Statistical Comparison. » Journal of Social History 26 (2): 229-263.

Andrews, George Reid. 2008. « Workers, Soldiers, Activists: Black Mobilization in Brazil and Spanish America, 1800-2000. » Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe 19 (1): 11-34.

Andrews, George Reid. 2010. Blackness in the White Nation: A History of Afro-Uruguay. Chapel Hill: University of North Carolina Press.

Arends-Kuenning, Mary. 2009. « A Report Card for Lula: Progress in Education. » In Brazil under Lula: Economy, Politics, and Society under the Worker-President, dirigé par Joseph L. Love & Werner Baer, 205-220. New York: Palgrave Macmillan.

Aud, Susan et al. 2010. Status and Trends in the Education of Racial and Ethnic Groups. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

Azevedo, Célia Maria Marinho de. 2003. Abolicionismo: Estados Unidos e Brasil, uma história comparada (século XIX). São Paulo: Annablume.

Baer, Werner. 2008. The Brazilian Economy: Growth and Development. Boulder: Lynne Rienner Publishers.

Bailey, Martha J. & Susan M. Dynarski 2011. « Inequality in Postsecondary Education. » In Whither Opportunity? Rising Inequality, Schools, and Children’s Life Chances, dirigé par Greg J. Duncan & Russell J. Murnane, 117-132. New York: Russell Sage Foundation.

Bailey, Stanley R. 2009. Legacies of Race: Identities, Attitudes, and Politics in Brazil. Stanford: Stanford University Press.

Barros, Ricardo Paes de et al. 2010a. « Determinantes do desenvolvimento na primeira infância no Brasil. » IPEA, Texte pour discussion 1 478. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada. http://www.ipea.gov.br/portal/index.php?option=com_content&view=article&id=5032

Barros, Ricardo Paes de et al. 2010b. « Markets, the State, and the Dynamics of Inequality in Brazil. » In Declining Inequality in Latin America: A Decade of Progress?, dirigé par Luis F. López-Calva & Nora Lustig, 134-174. Washington, D.C.: United Nations Development Program.

Barros, Ricardo Paes de et al. 2011. « Sobre a evolução recente da pobreza a da desigualdade no Brasil. » In Situação social brasileira: monitoramento das condições de vida, vol. 1, dirigé par Jorge Abrahão de Castro & Fábio Monteiro Vaz, 41-63. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Bezerra, Jocildo & Tiago V. Cavalcanti. 2009. « Brazil’s Lack of Growth. » In Brazil under Lula: Economy, Politics, and Society under the Worker-President, dirigé par Joseph L. Love & Werner Baer, 67-89. New York: Palgrave Macmillan.

Blank, Rebecca M. 2001. « An Overview of Trends in Social and Economic Well-Being, by Race. » In America Becoming: Racial Trends and Their Consequences, vol. 1, dirigé par Neil Smelser et al., 21-39. Washington, D.C.: National Academy of Sciences.

Blank, Rebecca M et al., dir. 2006. Working and Poor: How Economic and Policy Changes Are Affecting Low-Wage Workers. New York: Russell Sage Foundation.

Bucheli, Marisa & Wanda Cabella. 2007. Perfil demográfico y socioeconómico de la población uruguaya según su ascendencia racial. Montevideo: Instituto Nacional de Estadística.

Caixeta, Nely. 2002. « Educação. » In A Era FHC: um balanço, dirigé par Bolívar Lamounier & Rubens Figueiredo, 537-568. São Paulo: Cultura Editores Associados.

Cancian, Maria & Sheldon Danziger. 2009. « Changing Poverty and Changing Antipoverty Policies. » In Changing Poverty, Changing Policies, dirigé par Maria Cancian & Sheldon Danziger, 1-31. New York: Russell Sage Foundation.

Carvalho, José Alberto Magno de & Laura Rodriguez Wong. 1996. « The Fertility Transition in Brazil: Causes and Consequences. » In The Fertility Transition in Latin America, dirigé par José Miguel Guzmán et al., 397-413. Oxford: Clarendon Press.

Castro, Jorge Abrahão de & Lúcia Modesto, dir. 2010. Bolsa Família 2003-2010: avanços e desafios. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Cottrol, Robert J. 2013. The Long, Lingering Shadow: Slavery, Race, and Law in the American Hemisphere. Athens: University of Georgia Press.

Danziger, Sheldon & Peter Gottschalk. 2005. « Diverging Fortunes: Trends in Poverty and Inequality. » In The American People: Census 2000, dirigé par Reynolds Farley & John Haaga, 49-75. New York: Russell Sage Foundation.

De la Fuente, Alejandro. 1995. « Race and Inequality in Cuba, 1899-1981. » Journal of Contemporary History 30 (1): 131-168.

De la Fuente, Alejandro. 2001. A Nation for All: Race, Inequality and Politics in Twentieth-Century Cuba. Chapel Hill: University of North Carolina Press.

Deslippe, Dennis. 2012. Protesting Affirmative Action: The Struggle over Equality after the Civil Rights Revolution. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Farley, Reynolds. 1996. The New American Reality: Who We Are, How We Got Here, Where We Are Going. New York: Russell Sage Foundation.

Figueiredo, Angela. 2010. « Out of Place: The Experience of the Black Middle Class. » In Brazil’s New Racial Politics, dirigé par Bernd Reiter & Gladys L. Mitchell, 89-122. Boulder: Lynne Reinner Publishers.

Fishlow, Albert. 2011. Starting Over: Brazil since 1985. Washington, D.C.: Brookings Institution.

Fiszbein, Ariel & Norbert Schady. 2009. Conditional Cash Transfers: Reducing Present and Future Poverty. Washington, D.C.: World Bank.

Fry, Peter et al., dir. 2007. Divisões perigosas: políticas raciais no Brasil contemporâneo. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira.

Hernández, Tanya Katerí. 2013. Racial Subordination in Latin America: The Role of the State, Customary Law, and the New Civil Rights Response. New York: Cambridge University Press.

Htun, Mala. 2004. « From “Racial Democracy” to Affirmative Action: Changing State Policy on Race in Brazil. » Latin American Research Review 39 (1): 60-89.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 1983. Recenseamento geral do Brasil, 1980. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia a Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 1996a. Censo demográfico 1991: Características gerais da população e instrução. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia a Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 1996b. Censo demográfico 1991: Mão de obra. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia a Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 2003. Censo demográfico 2000: Características gerais da população. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia a Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 2010. Síntese de indicadores sociais: Uma análise das condições de vida da população brasileira. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 2011a. Características étnico-raciais da população: um estudo das categorias da classificação de cor ou raça 2008. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística). 2011b. Censo demográfico 2010: Características da população e dos domicílios. Rio de Janeiro: Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

INE (Instituto Nacional de Estadística). 1998. Encuesta continua de hogares: módulo de raza. Montevideo: Instituto Nacional de Estadística.

IPEA (Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada). 2010. Perspectivas da política social no Brasil. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

___. 2012. Políticas Sociais – Acompanhamento e Análise, 20. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Kamel, Ali. 2007. Não somos racistas: Uma reação aos que nos querem transformar em uma nação bicolor. Rio de Janeiro: Editora Nova Fronteira.

Lahóz, André. 2002. « Renda e consumo. » In A Era FHC: um balanço, dirigé par Bolívar Lamounier & Rubens Figueiredo, 71-98. São Paulo: Cultura Editores Associados.

Latin American Regional Report: Brazil and Southern Cone. 2012. « The World’s Second Most Powerful Mother Introduces “Caring Brazil”. », 1-2, mai.

Leicht, Kevin. 2008. « Broken Down by Race and Gender? Sociological Explanations of New Sources of Earnings Inequality. » Annual Review of Sociology 34: 237-255.

Lovell, Peggy A. & Charles Wood. 1998. « Skin Color, Racial Identity, and Life Chances in Brazil. » Latin American Perspectives 25 (2): 90-109.

Luna, Francisco Vidal & Herbert S. Klein. 2006. Brazil since 1980. New York: Cambridge University Press.

Marx, Anthony W. 1998. Making Race and Nation: A Comparison of the United States, South Africa, and Brazil. New York: Cambridge University Press.

Massey, Douglas S. 2007. Categorically Unequal: The American Stratification System. New York: Russell Sage Foundation.

McArdle, Nancy. 2009. « Color Lines in a Multiracial Nation: An Institutional Demographic Overview of the United States in the Twenty-First Century. » In Twenty-First Century Color Lines: Multiracial Change in Contemporary America, dirigé par Andrew Grant-Thomas & Gary Orfield, 25-93. Philadelphia: Temple University Press.

McDaniel, G. Reginald. 2006. Race and Multiraciality in Brazil and the United States: Converging Paths? University Park (Penn.): Pennsylvania State University Press.

Monçores, Elisa et al. 2012. « Os pretos e pardos e a ascensão da classe média – Parte 1: Análise da descomposição da população por decis de renda. » Tempo em Curso 4 (11): 1-12.

Morris, Martina & Bruce Western. 1999. « Inequality in Earnings at the Close of the Twentieth Century. » Annual Review of Sociology 25: 623-657.

Murray, Charles. 2012. Coming Apart: The State of White America, 1960-2010. New York: Crown Forum.

Neckerman, Kathryn M. & Florencia Torche. 2007. « Inequality: Causes and Consequences. » Annual Review of Sociology 33: 335-57.

Neri, Marcelo Côrtes, dir. 2010. A nova classe média: o lado brilhante dos pobres. Rio de Janeiro: Ed. FGV. http://www.cps.fgv.br/ibrecps/ncm2010/NCM_Pesquisa_FORMATADA.pdf

Orleck, Annelise. 2011. « Introduction: The War on Poverty from the Grass Roots Up. » In The War on Poverty: A New Grassroots History, 1964-1980, dirigé par Annelise Orleck & Lisa Gayle Hazirjian, 1-28. Athens: University of Georgia Press.

Osório, Rafael Guerreiro & Pedro Herculano Guimarães Ferreira de Souza. 2011. « O efeito da desigualdade regional na desigualdade racial. » In Situação social brasileira: monitoramento das condições de vida, vol. 1, dirigé par Jorge Abrahão de Castro & Fábio Monteiro Vaz, 75-90. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Paixão, Marcelo & Luiz M. Carvano, dir. 2008. Relatório anual das desigualdades raciais no Brasil; 2007-2008. Rio de Janeiro: Editora Garamond. http://www.laeser.ie.ufrj.br/PT/relatorios%20pdf/RDR_2007-2008_pt.pdf

Paixão, Marcelo & Luiz M. Carvano et al. 2010. Relatório anual das desigualdades raciais no Brasil; 2009-2010. Rio de Janeiro: Editora Garamond. http://www.laeser.ie.ufrj.br/PT/relatorios%20pdf/Relat%C3%B3rio_2009-2010.pdf

Power, Timothy. 2010. « Brazilian Democracy as Late Bloomer: Reevaluating the Regime in the Cardoso-Lula Era. » Latin American Research Review 45 (special issue): 218-247.

Robinson, Eugene. 1999. Coal to Cream: A Black Man’s Journey Beyond Color to an Affirmation of Race. New York: Free Press.

Sandefur, Gary D. et al. 2001. « An Overview of Racial and Ethnic Demographic Trends. » In America Becoming: Racial Trends and Their Consequences, vol. 1, dirigé par Neil Smelser et al., 40-102. Washington, D.C.: National Academy of Sciences.

Sawyer, Mark Q. 2006. Racial Politics in Post-Revolutionary Cuba. New York: Cambridge University Press.

Scuro Somma, Lucía, dir. 2008. Población afrodescendiente y desigualdades étnico-raciales en Uruguay. Montevideo: PNUD Uruguay.

Seigel, Micol. 2005. « Beyond Compare: Historical Method after the Transnational Turn. » Radical History Review 91: 62-90.

Seigel, Micol. 2009. Uneven Encounters: Making Race and Nation in Brazil and the United States. Durham (N.C): Duke University Press.

Sheriff, Robin. 2001. Dreaming Equality: Color, Race, and Racism in Urban Brazil. New Brunswick: Rutgers University Press.

Silva, Graziella Moraes da & Elisa P. Reis. 2011. « Perception of Racial Discrimination among Black Professionals in Rio de Janeiro. » Latin American Research Review 46 (2): 55-78.

Soares, Fábio Veras et al. 2010. « Evaluating the Impact of Brazil’s Bolsa Família: Cash Transfer Programs in Comparative Perspective. » Latin American Research Review 45 (2): 173-190.

Soares, Sergei. 2008. « A trajetória da desigualdade: a evolução da renda relativa dos negros no Brasil. » In As políticas públicas e a desigualdade racial no Brasil 120 anos após a abolição, dirigé par Mário Theodoro, 119-130. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Soares, Sérgio. 2011. « Desigualdade de renda. » In Situação social brasileira: monitoramento das condições de vida, vol. 1, dirigé par Jorge Abrahão de Castro & Fábio Monteiro Vaz, 65-73. Brasília: Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

Stoll, Michael. 2005. « African Americans and the Color Line. » In The American People: Census 2000, dirigé par Reynolds Farley & John Haaga, 380-414. New York: Russell Sage Foundation.

Swain, Carol M. 2001. « Affirmative Action: Legislative History, Judicial Interpretations, Public Consensus. » In America Becoming: Racial Trends and Their Consequences, vol. 1, dirigé par Neil Smelser et al., 316-347. Washington, D.C.: National Academy of Sciences.

Telles, Edward E. 2004. Race in Another America: The Significance of Skin Color in Brazil. Princeton (NJ): Princeton University Press.

Telles, Edward E & Marcelo Paixão. 2013. « Affirmative Action in Brazil. » LASA Forum 44 (2): 10-12.

USBLS (U.S. Bureau of Labor Statistics). 2011. « Labor Force Characteristics by Race and Ethnicity, 2010. » Report 1032. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 1989. The Black Population in the United States: March 1988. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 1992. 1990 Census of Population: General Population Characteristics, United States. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2001. Overview of Race and Hispanic Origin. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2003. Statistical Abstract of the United States: 2002. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2011a. The Black Population: 2010. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2011b. Income, Poverty, and Health Insurance Coverage in the United States: 2010. Current Population Reports, P60-239. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2011c. Overview of Race and Hispanic Origin: 2010. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2011d. Statistical Abstract of the United States: 2012. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

USCB (U.S. Census Bureau). 2011e. The White Population: 2010. Washington, D.C.: U.S. Government Printing Office.

Vieira, Vinícius Rodrigues & Jacquelyn Johnson, dir. 2009. Pictures and Mirrors: Race and Ethnicity in Brazil and the United States. São Paulo: FEA-USP [ed. bilingue anglais-portugais, disponible en ligne en portugais: Retratos e espelhos: raça e etnicidade no Brasil e nos Estados Unidos, http://www.academia.edu/530774/Pictures_and_Mirrors_Race_and_Ethnicity_in_Brazil_and_the_United_States].

Wilson, William Julius. 1987. The Truly Disadvantaged: The Inner City, the Underclass, and Public Policy. Chicago: University of Chicago Press.

Wilson, William Julius. 1996. When Work Disappears: The World of the New Urban Poor. New York: Alfred A. Knopf.

Haut de page

Notes

1 Pour les plus récentes contributions à cette discussion voir Marx (1998), Robinson (1999), Azevedo (2003), Telles (2004), McDaniel (2006), Vieira & Johnson (2009), Seigel (2009), Cottrol (2013). On trouve des critiques sur l’utilité de la comparaison Brésil-États-Unis dans Seigel (2005), Andrews (2008), Seigel (2009, xi-xii, 179-80, 294-96).

2 Voir la traduction française de cet article de 1992 dans cette même livraison de Brésil(s). Sciences humaines et sociales (2014, 5, p. 175-217)

3  Voir aussi Júlia Carvalho, « O grande erro das cotas ». Veja (29 août 2012), p. 70-72.

4  Depuis le début de la « Période spéciale », dans les années 1990, les différences raciales semblent s’être accentuées sur l’île (De la Fuente 2001, 317-39 ; Sawyer 2006, 102-53).

5  Dans la traduction de cet article, nous n’avons pas cherché à « euphémiser » le mot « race » et ses dérivés comme on le fait habituellement en France. Aussi bien au Brésil qu’aux États-Unis, on entend par « race » des catégories quotidiennement utilisées dont chacun s’accorde à considérer qu’elles sont des constructions sociales sans substrat « biologique » mais que l’on doit considérer comme des faits sociaux aux effets positifs ou négatifs puissants. Nous avons aussi homogénéisé l’emploi de la majuscule pour les substantifs « Noir » et « Blanc » en l’étendant à « Métis ». Nous avons par contre conservé la minuscule, comme en portugais, à preto/a [Noir(e)] et pardo/a [Brun(e)] utilisés dans les statistiques brésiliennes et que nous n’avons pas traduits (Ndt).

6 Voir aussi : www.ipeadata.gov.br (consulté le 28.02.2014).

7 Voir aussi : www.ipeadata.gov.br (consulté le 28.02.2014).

8  Le recensement brésilien inclut aussi une catégorie « jaunes » (Asiatiques) et, depuis 1991, une catégorie « indigènes ». L’ensemble de ces deux dernières représentait 0,9 % de la population totale en 2000 et 1,5 % en 2010.

9 Le recensement de 2010 montre d’autres hausses des revenus moyens des ménages noirs jusqu’à 56 % des revenus des Blancs (IBGE 2011b, tabl. 1.8.12). Il n’est cependant pas certain que le tableau du recensement de 2010 soit construit de la même manière que les séries de données proposées par Soares (2008). Nous n’avons donc pas inclus les chiffres de 2010 dans la figure 10.

10  Soares a calculé que si la tendance du début des années 2000 se poursuit, le revenu moyen des ménages noirs et celui des Blancs pourraient atteindre la parité en 2029 (Soares 2008, 120).

11  Voir aussi Simon Romero, « Brazil Enacts Affirmative Action Law for Universities », New York Times (31 août 2012) et Júlia Carvalho, « O grande erro das cotas ». Veja (29 août 2012), p. 70-72.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1- Coefficients de Gini et taux de pauvreté, Brésil et États-Unis, 1990-2010
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableaux A-3, B-1 – Brésil 1990-2009 : www.ipeadata.gov.br ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.8.16.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2 – Population par catégories raciales (pourcentages), Brésil et États-Unis, 1940-2010
Légende Sources : États-Unis 1940-1980 : Andrews 1992, tableau 1 ; 1990 : USCB 1992, tableau 3 ; 2000 : USCB 2001, tableau 1 ; 2010 : USCB 2011c, tableau 1– Brésil 1940-1980 : Andrews 1992, tableau 1 ; 1991 : IBGE 1996a, tableau 1.2 ; 2000 : IBGE 2003, tableau 1.2.1 ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.3.1.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 - Taux de natalité des femmes de 15 à 44 ans par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1980-2009
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 83 – Brésil 1980-2004 : Paixão et al. 2010, figure 3.1 ; 2009 : IBGE 2010, tableau 1.5.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 - Taux de mortalité infantile par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2007
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 115 – Brésil : Paixão & Carvano 2008, tableau 2.8.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, Brésil, 1988-2008
Légende Source : Paixão et al. 2010, tableaux 6.15, 6.16, 6.19.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 6 - Taux de scolarisation par âge et catégories raciales, États-Unis, 1990-2009
Légende Sources : USCB 2003, tableau 203 ; USCB 2011d, tableau 224.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 7 - Taux de réussite dans le secondaire (lycée) et dans le premier cycle du supérieur (licence) chez les adultes de 25 ans ou plus par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1987-2009
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011d, tableau 225 –Brésil 1987 : Andrews 1992, tableau 10 ; 2000 : Fichário das Desigualdades Raciais, LAESER-UFRJ, http://www.laeser.ie.ufrj.br/​PT/​Paginas/​fichario.aspx ; 2009 : Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios (dorénavant PNAD) 2009, Microdados.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 8 - Médiane du nombre d’années de scolarisation, population de 15 ans ou plus, Brésil 1992-2009
Légende Source : IPEA 2012, tableau supplémentaire 3.1.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 9 - Revenu moyen des Noirs en pourcentage du revenu moyen des Blancs par sexes, Brésil et États-Unis, 1991-2010
Légende Sources : États-Unis : USBLS 2011, tableau 14 – Brésil 1991 : IBGE 1996b, tableau 5.1 ; 2000 : IBGE 2003, tableau 1.2.10 ; 2010 : IBGE 2011b, tableau 1.3.5.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 10 - Revenu des ménages noirs en pourcentage du revenu des ménages blancs, Brésil et États-Unis, 1990-2010
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableau A-2 – Brésil 1990-2007 : Soares 2008, figure 1 ; 2009 : PNAD 2009, Microdados.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 11 - Taux de pauvreté par catégories raciales, Brésil et États-Unis, 1990-2010
Légende Sources : États-Unis : USCB 2011b, tableau B-1 – Brésil 1995-2006 : Paixão & Carvano 2008, tableau 6.7 ; 2009 : tableau spécial par LAESER-UFRJ.
URL http://journals.openedition.org/bresils/docannexe/image/940/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

George Reid Andrews, « Inégalité raciale au Brésil et aux États-Unis, 1990-2010 », Brésil(s), 5 | 2014, 219-247.

Référence électronique

George Reid Andrews, « Inégalité raciale au Brésil et aux États-Unis, 1990-2010 », Brésil(s) [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/bresils/940 ; DOI : 10.4000/bresils.940

Haut de page

Auteur

George Reid Andrews

George Reid Andrews est professeur (distinguished professor) et président du Département d’histoire à l’Université de Pittsburgh (États-Unis). Il est l’auteur de Blackness in the White Nation: A History of Afro-Uruguay (2010), Afro-Latin America, 1800-2000 (2004), Blacks and Whites in São Paulo, Brazil, 1888-1988 (1991) et de The Afro-Argentines of Buenos Aires, 1800-1900 (1980).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Editions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo Mondes américains
  • Logo Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain
  • Logo Ecole des hautes études en sciences sociales
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals