Navegação – Mapa do site

InícioApresentaçãoObjectifs scientifiques

Objectifs scientifiques

Le rôle que tient le Brésil dans le monde contemporain n’est plus à démontrer. Avec plus de 210 millions d’habitants (2019) répartis sur 8,5 millions de km2, cette économie complexe, particulièrement sensible aux soubresauts internationaux et confrontée à l’un des plus importants défis écologiques de la planète, ne connaît pas le développement humain que l’on devrait en attendre. Les disparités sociales, les inégalités et les violences qu’elles engendrent restent une part de son quotidien et rendent le pays politiquement fragile. Sa démocratie, mise à mal par de longues années de dictature, ne s’est affermie que depuis la fin des années 1980. Toutefois, elle ne s’est pas consolidée aussi vite que ce que les observateurs espéraient. Ce riche laboratoire des luttes contre la pauvreté, la discrimination raciale et de genre a montré, en 2018, qu’il pouvait céder au populisme. Le Brésil est aussi héritier d’une histoire longue qui se confond avec les colonisations brutales qui, dès le XVIe siècle, ont lancé les empires maritimes de l’Europe à l’assaut du continent américain. Le « premier contact » y a pris des dimensions singulières. Les formes successives de l’occupation du territoire et de l’organisation du travail esclave (amérindien ou africain) y ont laissé des traces jusqu’à ce jour indélébiles, tout comme l’immigration massive des dernières décennies du XIXe siècle et du début du XXe. Celle-ci a fortement contribué à la première industrialisation du pays et à l’urbanisation rapide et brutale de ses grandes villes, devenues au cours du XXe siècle des métropoles mondiales, caractérisées par leurs problèmes structuraux et leurs compositions démographiques complexes. Mieux connaître ce territoire exceptionnel et les multiples ensembles internationaux dans lesquels il s’insère est, plus que jamais, une nécessité : de nombreux paradigmes de la modernité et de la postmodernité s’y sont forgés. C’est à cette tâche que la revue Brésil(s). Sciences humaines et sociales se consacre.

Le choix du titre et le pluriel qu’il affiche manifestent le souci d’élargir le débat : cet immense pays ne saurait s’envisager au singulier. Le Brésil est fait de sociétés et de groupes sociaux multiples qui n’ont cessé d’interagir pour redessiner une réalité nationale extrêmement dynamique. Dès ses origines, il s’est donné à lire depuis les divers points de vue des empires en conflit qui, à divers titres, le convoitaient, et la construction de son identité a été un long et complexe processus relativement différent de celui de ses voisins. Dans le même temps, la construction de la jeune République dans le contexte de l’abolition, des flux migratoires et du métissage marque l’insertion du pays dans une histoire plus globale des Amériques, même si les habitants de ses grandes villes, particulièrement sur la côte, n’ont jamais cessé de tourner leurs regards vers le Vieux Continent. Dans le second XXe siècle, l’intégration continentale s’est confirmée, notamment par la triste cohabitation en Amérique latine des dictatures militaires dont les héritages sont toujours présents. C’est cette complexité souvent singulière que la revue veut contribuer à mieux comprendre.

Certes, la recherche brésilienne et la recherche brésilianiste internationale se sont attelées à cette tâche depuis de nombreuses années. L’une et l’autre ont atteint la masse critique et la maturité qui leur permet de jouer un rôle de premier plan dans le débat mondial et dans les échanges interuniversitaires. Le Brésil offre un impressionnant panorama de revues de sciences humaines et sociales de très grande qualité. Toutefois, la plus grande partie de cette production reste en portugais ou, dans l’édition internationale, en anglais. Il est nécessaire d’offrir à un public francophone ces aspects ignorés de la compréhension d’un territoire qui, depuis sa plus lointaine histoire, s’est situé à l’échelle du monde.

Ouverte à toutes les sciences sociales et humaines, Brésil(s) souhaite non seulement faire connaître les avancées de chacune des disciplines qui les composent mais aussi être un lieu de convergence de leurs débats. C’est le cas pour la plupart des thèmes qui sont abordés où anthropologues, économistes, historiens, littéraires, sociologues, géographes, politistes, historiens de l’art, archéologues, urbanistes dialoguent à propos des questions qui leur sont posées. De, plus, la revue se veut une plateforme de la recherche brésilianiste internationale et souhaite multiplier les mises en perspectives, les commentaires croisés, les confrontations. Une série d’événements, liés à son calendrier éditorial, renforcent ces échanges. La parution de chaque nouveau numéro est l’occasion d’une rencontre internationale (atelier, journée d’étude, colloque). En outre, des conférences publiques diffusées en ligne, les Midis de Brésil(s), offrent régulièrement à un brésilianiste reconnu l’occasion de dialoguer avec un large public international.

Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search