Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusLaurent Vidal, Les Hommes lents :...

Comptes rendus

Laurent Vidal, Les Hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle

Marion Aubrée
Référence(s) :

Laurent Vidal, Les Hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle. Paris : Flammarion, 2020, 306 p.

Texte intégral

1Ce titre, qui attire l’attention dans une période où les technologies de la vitesse informent la plupart des perceptions contemporaines, est le résultat du travail d’un historien sur la longue transformation des rythmes de la vie et du travail au cours du dernier millénaire. De fait, bien qu’il semble situer son propos dans les cinq siècles qui nous précèdent, Laurent Vidal est remonté dans l’histoire du rythme temporel vécu et perçu bien avant. C’est par une étude détaillée des transformations étymologiques et sémantiques du mot latin lentus qu’il inaugure son propos. Ainsi on découvre qu’à l’origine le mot lent, tel qu’il était entendu par Plaute deux siècles avant Jésus-Christ, témoignait d’une harmonie naturelle entre l’univers et l’homme, « le ciel en nous » comme a dit bien plus tard Marcile Ficin. L’adjectif en question, après avoir qualifié la souplesse, la moiteur ou la viscosité en est venu, entre le XIIIe et le XVIe siècles, à prendre le sens de « mou, qui manque de rapidité » (p. 32), s’inscrivant ainsi dans une dialectique temporelle qui ne le quitterait plus jusqu’à nos jours.

2Le livre est divisé en quatre parties, de longueur inégale, mettant en scène durant les cinq derniers siècles la « guerre aux lents » mais aussi la résistance qui s’y oppose à travers les « ruptures du rythme » orchestrées par les travailleurs de la période industrielle.

3En premier lieu, c’est à travers l’analyse de plusieurs traités de théologie chrétienne définissant certains des péchés capitaux que l’auteur explique le glissement de l’akedia grecque (oisiveté) vers la paresse (péché capital) puis vers la lenteur. Dans cette dérive sémantique Laurent Vidal repère une division qui s’applique d’un côté au plan psychologique et, de l’autre, au champ économique, tout particulièrement à travers les écrits de Martin Luther ou de Benedetto Cotrugli instaurant le travail en vertu et la rapidité en élément sine qua non de la modernité. Avec celle-ci la « promptitude au travail » engendre une nouvelle manière culturelle d’aborder le quotidien, professionnel ou domestique, dans laquelle « les plus faibles ou les plus fragiles éprouvent des difficultés à accéder à ce modèle de mise en civilisation » (p. 47).

4Ensuite, l’auteur aborde la période des Découvertes et, en particulier, la vision que les Européens ont des indigènes américains. Ceux-ci, qui vivent sur une terre fertile, semblent avoir au travail un rapport non contraint et les auteurs qui y font allusion ne tardent pas à les réduire à leur propre vision du monde et à tisser ainsi, pour les populations européennes, « la trame serrée de l’imaginaire d’un Indien sauvage-paresseux-lent-immoral-irrespectueux » qui s’oppose en tous points à « l’homme moderne civilisé-prompt-efficace-moral-respectueux » (p. 56). Ce contre-modèle pourrait bien être, nous dit l’auteur, la première forme donnée à la figure sociale de l’homme lent.

5C’est avec l’introduction de l’imaginaire de « l’enchantement de la vitesse », en s’appuyant sur de nombreux écrivains, que l’historien continue son périple et met en évidence le passage d’un rythme à l’autre qui va déboucher sur la modernité industrielle et ses « grandes forces mécaniques ». C’est aussi le moment où sera déclarée, à tous les niveaux (moral, économique, social et psychologique), la « guerre aux lents ». Laurent Vidal passe en revue les diverses « révolutions transatlantiques » (américaine, haïtienne, française) qui ont été des facteurs d’accélération de l’histoire et qui ont fait émerger, au tournant du XIXe siècle, un acteur au rôle encore indéfini : le « peuple ». Ce siècle-là (surnommé « siècle de Watt » par l’auteur) sera l’apogée de la dynamique, chaque fois plus rapide, dans laquelle s’inscrira le « progrès » et son « économie capitaliste du temps », toujours plus dépendante du chronomètre. Il sera aussi le moment où les « hommes lents » prendront conscience de leur dépendance à l’offre d’emploi, de l’attente qui lui est inhérente, mais aussi de la possibilité qu’ils ont de ralentir volontairement le rythme qui leur est imposé. C’est, entre autres, dans le milieu des dockers, aussi bien à Glasgow qu’à Rio de Janeiro, que l’auteur a trouvé ses exemples de rupture du rythme effréné. Cela lui permet d’approfondir une idée suggérée dans un chapitre antérieur : les surnommés « hommes lents » sont avant tout des déplacés (migrants ruraux ou transatlantiques, ex-esclaves ou exilés) qui ont connu, dans une autre phase de leurs vies ou dans leur seule imagination une temporalité rythmée par autre chose que le travail. C’est à travers l’exemple de deux villes américaines (Rio de Janeiro et la Nouvelle-Orléans) que Laurent Vidal construit ces échappées vers un temps moins contraint qui laisseront de très nombreuses traces poétiques et musicales dans ces deux villes.

6Enfin, il explique comment la généalogie de la lenteur, développée tout au long de son ouvrage, lui a permis, en évitant les catégories étanches, de s'interroger sur les dimensions structurelle et conjoncturelle de cette notion chez l'homme et d'en déduire que celles-ci ne sont pas exclusives l'une de l'autre mais, au contraire, reliées par une sorte de « tension élastique » (p. 201). C'est donc de la singularité du rapport au temps et à l'espace des « hommes lents » que traite cet ouvrage.

7Dans un dernier chapitre l’historien s’interroge sur le présent des hommes en question. Les formes de discrimination sociale par le rythme ont évolué et, à ses yeux, les déplacés – de plus en plus nombreux – sont devenus des inutiles, toujours aussi lents et toujours dans l’attente. Toutefois, comme l’ont montré les exemples de Rio de Janeiro et de la Nouvelle-Orléans, cette attente est un temps ouvert sur des possibles qui peuvent changer leur existence sociale et, qui sait, la nôtre.

8On retiendra de ce livre que le fil conducteur de la réflexion socio-historique originale de son auteur lui a permis d’articuler son propos autour d’une grande masse de références. Celles-ci sont non seulement historiques mais aussi littéraires et artistiques. Elles construisent, à travers divers glissements métaphoriques et exemples iconiques, la mise en évidence d’êtres humains que leur particularité rythmique a rendus invisibles aux yeux d’un entourage social obnubilé par la vitesse. Leurs résistances, souvent passives, pourraient bien obliger les « modernes » que nous sommes à repenser notre modèle social, de gré ou de force. Des événements inattendus nous obligent aujourd’hui à rompre avec un carcan technologique qui réduit nos libertés d’être nous-mêmes, bien que censé nous en offrir d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Aubrée, « Laurent Vidal, Les Hommes lents : résister à la modernité, XVe-XXe siècle »Brésil(s) [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/9549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.9549

Haut de page

Auteur

Marion Aubrée

Mondes américains/CRBC – EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search