Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendusMarcos Nobre, Ponto-final: a guer...

Comptes rendus

Marcos Nobre, Ponto-final: a guerra de Bolsonaro contra a democracia

Yves Cohen
Référence(s) :

Marcos Nobre, Ponto-final: a guerra de Bolsonaro contra a democracia. São Paulo: Todavia, 2020, 80 p.

Texte intégral

1Marcos Nobre nous offre un nouveau livre, petit, d’une soixantaine de pages de texte, mais extrêmement dense. L’enjeu est de penser Bolsonaro. Il s’agit de ne pas en rester à la sidération. Il est trop facile de dire qu’il est stupide, ignorant et fou. La question de la bêtise s’était déjà posée à propos de Staline. Nombreux étaient ceux qui lui refusaient l’intelligence. Il s’est appuyé là-dessus pour s’assurer une puissante position de pouvoir dans le parti communiste bolchévique au début des années 1920. M. Nobre cherche à sortir de ce piège, ce qui « suppose de traiter Bolsonaro pour ce qu’il est, […] un politique qui agit selon la rationalité et la logique de la politique ».

2Pour l’auteur, la culture bolsonariste est une logique de guerre et de mort, ce qu’il n’a cessé d’afficher dans ses déclarations de député pendant 37 ans, puis de président. Son objectif est clair, il est de détruire la démocratie. Il se pose comme un champion antisystème et le héraut d’un pouvoir autoritaire qui n’hésiterait pas à arrêter, torturer, tuer, sinon par les organes de l’État du moins par la population dûment armée. Le « Point final ! » qui ponctue nombre de ses déclarations affiche son projet autoritaire.

3Le livre documente comment Bolsonaro a suivi depuis toujours une ligne qui est celle de la provocation (« La méthode, c’est le chaos ») dont la forme la plus extrême consiste à se présenter sans masque au contact de ses partisans. Il « attaque sans cesse tout ce qui continue de fonctionner ». Les informations sur cette destruction méthodique sont quotidiennes, sans parler du sabotage revendiqué des mesures contre l’épidémie.

4Il est difficile de ne pas reconnaître ici un Hitler au petit pied. Si Bolsonaro a une culture, c’est celle du fascisme et du nazisme. Sa conduite ne saurait que rappeler celle de Hitler, telle que Ian Kershaw la décrit dans Hitler. Essai sur le charisme en politique, d’action hors des institutions dans le but de les ruiner. Ainsi, il laisse ses feudataires agir à leur manière, et arbitre en dernier ressort au risque d’accroitre la désorganisation. Il ne perd surtout pas une occasion de s’afficher avec les plus radicaux de ses soutiens, même lorsqu’ils réclament l’abolition de la cour suprême. « La mise en scène quotidienne de la présidence est celle d’un unique homme libre dans un pays de confinés », écrit M. Nobre.

5Ce président « ne prétend même pas savoir gouverner ». Il ne s’occupe ni de l’État, ni de l’économie, ni de la santé, ni d’aucune cause publique, mais du seul salut des « authentiques Brésiliens », du « vrai peuple ». Il avait conspué « le Grand Centre » du parlement comme champion de la corruption et a fini par faire appel à lui pour éviter l’impeachment. L’antisystème s’est fait le pilier de la défense du système, désormais sous sa tutelle.

6Ce pouvoir s’appuie sur trois pôles principaux : évangélistes, militaires et « lavajatistes » (ou partisans de l’action du juge Moro et de son opération Lava Jato). Les réseaux en ligne qui se forment sur ces assises finissent par constituer un nouvel acteur politique. La base électorale du candidat dictateur est formée de moins d’un tiers de l’électorat (au moment où le livre est écrit), ce qui ne lui suffit pas pour supprimer d’un revers de main « les institutions démocratiques et éliminer physiquement les opposants ».

7Une des forces du livre est de ne pas se contenter de considérer les tribulations du pouvoir. Il tente de penser les entrelacements complexes entre le système politique qui s’est installé à la faveur de la constitution post-dictature de 1988, le mouvement de l’économie et l’irruption sur la scène d’une nouvelle rue brésilienne au moment et à la suite des Journées de juin 2013.

8Ainsi, 2013 s’impose comme une charnière à l’échelle de décennies. Il convient d’y distinguer deux phases : la première, celle de début juin où la rue inédite emporte des millions de Brésiliens contre l’augmentation du prix des transports sous l’impulsion d’un « Mouvement pour le transport gratuit » animé d’un esprit nouveau fondé sur l’autonomie et l’horizontalité ; et la seconde phase où, la victoire acquise, le mouvement est capturé par une extrême droite qui profite de la dynamique critique pour affirmer dans la rue une démarche politique contre-institutionnelle. Ceci conduit à des moments comme la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016. M. Nobre souligne l’importance de la phase première d’une révolte qui résonne avec toutes celles de la décennie dans le monde. Il parle d’une remarquable « énergie sociale » détournée et captée par des opérations politiciennes, entre autres appuyées sur une logique du chef.

9Les interprétations de ces phénomènes se partagent selon M. Nobre entre celle qui veut qu’on ait eu affaire à « l’œuf du serpent » à la Shakespeare – qui ne se forme et se développe que pour le mal – et celle qui ne considère que la casse des règles informelles des institutions. La première montrerait les limites des modes de règlement des conflits sociaux, justifiant les voies les plus négatives et destructrices, quand la seconde mettrait en évidence à quel point le ver était dans le fruit depuis la mise en place d’une constitution de 1988 traversée de failles dangereuses.

10Nul besoin de souligner davantage combien ce petit livre stimule la réflexion politique et permet de sortir de l’accablement où nous jette le bolsonarisme. Il a cependant pris le risque de ne pas être suffisamment bien lu du fait d’une rédaction dépourvue d’un ordre apparent et de l’absence de sous-chapitres et d’une progression clairement annoncée de l’argumentation. Sur le fond, on regrette l’insuffisance du traitement du rapport entre l’expérience sinistre de Bolsonaro et le fascisme, sur lequel on aurait volontiers entendu Marcos Nobre.

11Mais ne boudons pas le plaisir de profiter pleinement de ce magistral exercice sur le vif de pensée politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Cohen, « Marcos Nobre, Ponto-final: a guerra de Bolsonaro contra a democracia »Brésil(s) [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/bresils/9643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bresils.9643

Haut de page

Auteur

Yves Cohen

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search