Navigation – Plan du site
122

Identité professionnelle et identité religieuse. Solidarités interminoritaires chez de futur·e·s intervenant·e·s du social

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Maryam Kolly publié le 26 mars 2018.

Bruxelles est le théâtre de fortes disparités socio-économiques mais on y trouve aussi, du fait de l’importante diversité culturelle de cette ville-région, un enseignement que l’on pourrait qualifier d’ethnoségrégé. Les liens entre jeunes s’y construisent dès lors avec force sur des bases identitaires, en référence tant au local (commune, quartier) qu’à l’origine ethnique. Dans ce contexte, la religion peut constituer l’une des facettes des identités des jeunes. Identités qui façonnent de multiples aspects de la vie, y compris professionnelle. Mais comment s’articulent ces identités religieuses avec les identités professionnelles au quotidien ?

C’est la question qu’explore Maryam Kolly, professeure de sociologie à l’Université Saint-Louis – Bruxelles dans le numéro 122 de la revue scientifique Brussels Studies. Sur base d’entretiens avec des étudiant·e·s suivant le cursus d’assistant social, elle fait émerger une « parole minoritaire » propre aux jeunes entrant progressivement sur le marché du travail, catholiques ou musulman·e·s, venant du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne ou dont les parents ou les grands-parents en sont originaires.

Il ressort tout d’abord de ces investigations que la figure de la « femme voilée » constitue une problématique incontournable. Le voile, « la religion que l’on voit », semble engendrer une certaine suspicion (de non-neutralité, d’entrave à l’égalité des sexes et à la liberté d’expression) envers les femmes qui le portent. Suspicion face à laquelle celles-ci doivent sans cesse prouver leur professionnalisme et réaffirmer la norme du « bon travailleur social ». Cette tension est de plus nourrie par les façons concrètes dont le port de ce signe ostentatoire leur interdit l’accès à certains établissements d’enseignement supérieur ou à nombre de métiers du social dans les services publics. Dénonçant le caractère réducteur de l’équation « voile = aliénation », les jeunes interrogé·e·s soulignent ainsi systématiquement les sens très variés qui sont, au contraire, attribués au voile, ses usages contrastés et la diversité des profils des femmes qui le portent.

Pour ces futur·e·s intervenant·e·s du social, le slogan « je suis Charlie » et la façon dont les médias présentent l’islam depuis les attentats terroristes ont aussi contribué à opposer minorités et majorité, non-Européens et Européens. La différence de traitement médiatique entre les violences et les guerres d’ici et d’ailleurs déclenche chez ces jeunes un besoin exacerbé de s’affirmer au travers de leur appartenance à une minorité, et notamment au travers de leur africanité, en contrepoint aux discours médiatiques ressentis comme hégémoniques.

L’auteure interroge également, à travers ces entretiens, la compatibilité entre la croyance religieuse – « la religion que l’on ne voit pas » – et le travail social. Il apparaît que, si les étudiant·e·s interrogé·e·s ont clairement intériorisé la « sortie du religieux » de la société belge et une éthique professionnelle forte, leur religion contribue à justifier en partie leur investissement dans les professions à dimension sociale. Qu’en est-il alors des questions qui fâchent (interruption volontaire de grossesse, homosexualité, etc.) Manifestement, à leurs yeux, une certaine éthique professionnelle préside à l’intervention sociale, la moralité religieuse ne devant pas freiner l’accompagnement des usager·ère·s. De rares témoignages font cependant état de cas où les conflits moraux constituent des freins à l’intervention. Dès lors se pose la question, pour sortir de ce type d’impasse, de la mobilisation d’une sorte le droit à l’objection de conscience.

En conclusion, la recherche menée par Maryam Kolly suggère que les risques d’une future rigidification des lignes de division (Occident/islam, Europe/Afrique, jeunesses d’en haut/d’en bas, croyants/non-croyants) ne peuvent être contrebalancés que par la reconnaissance des particularités et des loyautés multiples de ces jeunes et la valorisation des regards décentrés qu’elles permettent. Une dimension à intégrer pleinement dans la formation et dans l’organisation du monde du travail

Pour citer cet article
Maryam Kolly, « Identité professionnelle et identité religieuse. Solidarités interminoritaires chez de futur·e·s intervenant  », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 122, mis en ligne le 26 mars 2018, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1638
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals