Navigation – Plan du site
124

Tout le monde à bord ? Un instrument d'aide à la décision pour le futur de la Jonction ferroviaire Nord-Midi à Bruxelles

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Geert te Boveldt et Cathy Macharis publié le 28 mai 2018

De nombreux projets de mobilité à Bruxelles mettent beaucoup de temps à se concrétiser, non seulement pour des raisons techniques, mais aussi pour des raisons politico-administratives. Si des décisions ne sont pas ou difficilement prises, c’est souvent une conséquence de l’éparpillement des compétences entre un grand nombre d’acteurs, dépendants de niveaux de pouvoir différents. La Jonction Nord-Midi de Bruxelles est emblématique d’une telle situation.

Avec près de 1200 trains par jour, cette Jonction est de loin le tronçon le plus dense du réseau ferroviaire belge. Les trois gares les plus fréquentées du pays s’y trouvent et la moindre perturbation y a des conséquences directes sur l’ensemble du réseau. Diverses études prévoient une croissance du transport de passagers par train dans, de et vers Bruxelles et la capacité de la Jonction subira une pression encore plus forte lors de la mise en service complète du Réseau Express Régional (Réseau S).

Administrativement et politiquement, la Jonction Nord-Midi mobilise en premier lieu les compétences (fédérales) liées au transport ferroviaire, mais aussi d’autres (régionales et communales) dans le domaine de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, des transports publics locaux, de l’économie et de l’environnement. Faire face aux problèmes de capacité de la Jonction est donc du ressort de différentes autorités, liées à divers territoires et niveaux de pouvoir (communal, régional, fédéral). Même la collaboration des autorités qui jouent un rôle relativement restreint dans le projet est nécessaire, étant donné qu’elles ont la possibilité de bloquer celui-ci jusqu’à un certain point.

Dans le numéro 124 de Brussels Studies, Geert te Boveldt et Cathy Macharis de la Vrije Universiteit Brussel (centre MOBI) présentent, pour traiter la question de la capacité de la Jonction ferroviaire Nord-Midi, une méthodologie qui tente de dépasser le piège classique de la décision dans un contexte multiacteurs , à savoir choisir au final non pas la solution la meilleure pour la société, mais le plus grand commun dénominateur entre les intérêts des acteurs présents autour de la table…

Pour la planification d’infrastructures ou de services, les autorités font fréquemment appel à des techniques d’évaluation comme l’analyse coûts-avantages ou l’analyse multicritères. À l’aide de ces instruments, ils comparent l’utilité attendue de diverses variantes du projet. Dans leur forme classique, ces techniques sont cependant moins efficientes pour des projets « transfrontaliers » qui produisent des effets différents selon le point de vue où l’on se place. La question reste donc toujours de savoir selon les coûts et avantages de qui et selon les critères de qui le projet est évalué. Pour de tels projets, les décideurs doivent donc tenir compte de la dimension spatiale et des niveaux de pouvoir.

Pour remédier à ces limitations, les auteurs proposent de recourir plutôt à la méthode participative COMCA (Competence-based Multi Criteria Analysis). Les différents acteurs y sont répartis sur la base de leur rôle dans le projet. Les divers aspects de celui-ci sont alors testés selon les critères présentés par chacun des acteurs. Ainsi, l’opportunité de chaque aspect est évaluée pour chaque acteur, mais aussi pour chaque groupe d’acteurs, responsable d’une tâche déterminée dans le projet.

L’article de Brussels Studies décrit l’application de la méthode à un choix de solutions d’infrastructure pour étendre la capacité de la Jonction ferroviaire Nord-Midi de Bruxelles. Ce qui est intéressant dans leur démarche, ce ne sont pas tant les variantes, longuement examinées, de doublement de l’actuel axe nord-midi, mais plutôt celles qui rendent possibles de nouvelles liaisons ferroviaires (hors Jonction), prometteuses pour l’avenir. Il s’agit notamment d’envisager une meilleure utilisation des lignes de chemin de fer existantes qui traversent ou contournent Bruxelles.

La consultation décrite dans l’article des chercheurs de la VUB n’offre pas de solution définitive, mais donne plutôt forme à un schéma d’évaluation et de concertation susceptible d’amorcer le processus politique de prise de décision qui, à terme, devrait aussi intégrer les modes d’exploitation du réseau (fréquences, correspondances, destination des trains…). Mais c’est déjà un pas significatif dans le contexte institutionnel de Bruxelles.

Pour citer cet article
te Boveldt, Geert, Macharis, Cathy, « Tout le monde à bord ? Un instrument d'aide à la décision pour le futur de la Jonction ferroviaire Nord-Midi à Bruxelles », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 124, mis en ligne le 28 mai 2018, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1674


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals