Navigation – Plan du site
125

Déplacements domicile-travail : état des lieux et perspectives d’action pour les entreprises

Note de synthèse BSI

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Thomas Ermans, Céline Brandeleer, Michel Hubert, Kevin Lebrun et Florentine Sieux publié le 02 juillet 2018

Les déplacements domicile-travail structurent le quotidien des nombreux travailleurs actifs en Belgique. Dans la mesure où Bruxelles est le lieu de travail près de 710 000 travailleurs, soit 15,6 % de l’emploi national pour seulement 10,5 % de la population, on comprend le rôle crucial que jouent ces déplacements dans les enjeux de mobilité de la Région. C’est d’autant plus sensible que le nombre d’emplois en Région de Bruxelles-Capitale a augmenté de 8,2 % entre 2000 et 2016. Mais la mobilité des travailleurs est aussi un problème métropolitain, puisque la capitale accueille 345 000 navetteurs venant des deux autres Régions : 31 % des travailleurs à Bruxelles résident en Région flamande et 17,6 % en Région wallonne.

Certes les déplacements domicile-travail ne représentent qu’une partie du total des déplacements, mais ils sont caractérisés par des contraintes propres, tant au niveau spatial (entre un ou des lieux de domicile et de travail) que temporel (horaires de travail relativement fixes) et ont des implications fortes sur les déplacements pour d’autres motifs. Il est dès lors crucial de bien cerner comment s’organise cette mobilité liée aux activités économiques et quels sont les facteurs qui participent au choix du mode de transport des travailleurs. Il s’agit notamment de déterminer quels sont les leviers qui permettent d’influer sur ce choix et quel est, en particulier, le rôle de l’entreprise en la matière.

Ces questions sont évidemment au cœur des travaux menés par le Brussels Studies Institute dans le cadre de la chaire interuniversitaire de recherche « Entreprises et mobilité durable », mise en place avec le soutien de 11 acteurs privés et publics du secteur. Deux chercheurs de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, Thomas Ermans, géographe, et Céline Brandeleer, politologue, ont synthétisé leurs recherches et les contributions de collègues de l’Université libre de Bruxelles et de la Vrije Universiteit Brussel pour établir une note de synthèse, publiée dans le numéro 125 de la revue Brussels Studies.

Cette note de synthèse dresse un état des lieux actualisé de la mobilité des travailleurs, rassemblant les indicateurs pertinents à partir d’un patchwork de données. Elle s’organise en trois parties. La première est un cadrage général des déplacements domicile-travail, afin de situer ces déplacements dans leur contexte géographique et social et par rapport à l’ensemble de la mobilité. La deuxième partie s’intéresse aux évolutions des modes de déplacement, aux déterminants de la mobilité des travailleurs et aux mesures mises en place au niveau des entreprises en faveur d’une mobilité plus durable. Enfin, la troisième partie identifie trois leviers, tant pour l’action publique que pour les entreprises, susceptibles de réduire la congestion des infrastructures de transport.

Cette note montre que les déplacements domicile-travail ne se résument pas uniquement à une question de transport, mais sont aussi le produit des parcours résidentiels des personnes et de l’aménagement du territoire. L’action dans ce domaine pâtit du morcellement institutionnel belge, appelant à davantage de cohérences et de concertations entre acteurs. Mais malgré ce contexte, l’intérêt de la présente publication est de souligner que la marge de manœuvre des entreprises est loin d’être négligeable, et ceci à travers trois domaines d’action : l’organisation du travail, la gestion de la mobilité des travailleurs et l’accessibilité.

Les entreprises peuvent tout d’abord avoir une influence importante sur la rationalisation du nombre de déplacements effectués par les travailleurs. Les principaux outils de cette rationalisation sont le télétravail et la flexibilisation des horaires. Bien que ces outils ne puissent être appliqués à tous les secteurs, leur mise en œuvre est en progression dans le monde du travail. Sous peine d’effets pervers (détérioration des conditions de travail, isolement des travailleurs…), elle nécessite toutefois d’être réalisée de manière volontaire et accompagnée.

Ensuite, au vu du nombre croissant de mesures prises dans le cadre des Plans de Déplacement des Entreprises (PDE), les acteurs économiques semblent s’impliquer sans cesse davantage dans la gestion de la mobilité de leurs travailleurs. Si les principales mesures prises concernent encore la promotion du covoiturage et des modes alternatifs à la voiture, les chercheurs rappellent l’existence de mesures plus contraignantes (limitation des places de stationnement et diminution du nombre de voitures de société), qui font également partie du panel d’outils de gestion de la mobilité des travailleurs, et sont encore trop peu mises en œuvre au niveau des entreprises. Les nouvelles technologies offrent probablement de nouvelles pistes d’action en la matière, facilitant par exemple le covoiturage, le partage de véhicules ou la gestion du stationnement.

Les différentes mesures prises au niveau de l’entreprise doivent également être modulées en fonction de la localisation du lieu de travail, ce qui amène au troisième domaine d’action potentiel, le plus transversal : l’accessibilité. C’est également celui qui se joue sur le plus long terme puisqu’il porte sur l’implantation même des lieux de travail et mobilise la politique de recrutement de l’entreprise.

Les auteurs de la note concluent donc que les entreprises constituent des acteurs à part entière de la mobilité des travailleurs. Leurs actions ne résoudront pas à elles seules la pénibilité de la navette ou les problèmes de congestion automobile. Cela passe aussi par une coordination des actions entre acteurs impliqués et par des politiques publiques adéquates, notamment en matière de fiscalité et d’aménagement du territoire.

Néanmoins, une action volontariste au niveau des entreprises est d’ores et déjà possible. Elle peut réellement contribuer au développement d’une mobilité plus durable pour les travailleurs, mais également à l’amélioration de la compétitivité des entreprises, qui favorisera ainsi le développement économique de Bruxelles et de sa zone métropolitaine.

Pour citer cet article
Ermans, Thomas, Brandeleer, Céline, Hubert, Michel, Lebrun, Kevin et Sieux, Florentine, « Déplacements domicile-travail : état des lieux et perspectives d’action pour les entreprises », Brussels Studies [En ligne], Note de synthèse BSI, n° 125, mis en ligne le 02 juillet 2018, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1680
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals