Navigation – Plan du site
126

L’économie culturelle et créative dans la Région de Bruxelles-Capitale

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Caterina Mauri, Jef Vlegels et Walter Ysebaert publié le 10 septembre 2018

L’économie culturelle et créative fait l’objet d’une attention croissante. Dès 2012, la Commission européenne a explicitement encouragé le développement de cette économie pour contribuer à la croissance et la création d’emplois dans l’Union européenne, ce qui a contribué à attirer l’attention de nombreux décideurs politiques à tous les niveaux de gouvernement – européen, national, régional et local – sur l’importance de ce secteur.

Bien qu’une abondante littérature laisse entendre qu’une économie culturelle et créative florissante a un effet positif sur la qualité de vie, l’inclusion et la cohésion sociale, force est de constater que ce concept reste flou. Et à tout le moins mal défini et quantifié. Au niveau belge, le fait que la culture soit une compétence communautaire et l’économie une compétence régionale n’aide évidemment pas à uniformiser les définitions et ne facilite pas la quantification, particulièrement à Bruxelles.

C’est pourquoi une étude cherchant à mesurer l’importance et à analyser la structure de l’industrie culturelle et créative à Bruxelles est bienvenue. C’est ainsi que Caterina Mauri (Syddansk Universitet - Danemark), Jef Vlegels (UGent) et Walter Ysebaert (Vrije Universiteit Brussel) ont passé au crible les statistiques disponibles pour établir, pour la période 2008-2014, le nombre d’entreprises, les chiffres d’affaires, la valeur ajoutée ou encore l’emploi concernés.

Les chercheurs ont ainsi constitué des séries statistiques pour 10 secteurs culturels et créatifs : les arts de la scène ; les bibliothèques, les archives et musées ; la photographie ; le marché de l’art ; l’audiovisuel ; la presse écrite ; la mode ; la publicité ; l’architecture et le design. Ils ont aussi distingué les activités selon l’intensité de leur contenu créatif. Le cercle central, l’Art Core (« cœur artistique ») est censé avoir le contenu culturel et créatif le plus élevé. Il inclut, par exemple, les arts de la scène. Ce contenu créatif diminue à mesure que l’on se déplace vers les cercles extérieurs rassemblant les activités où les logiques de support à la création (et le caractère plus directement commercial) prennent le pas sur la création elle-même. Un exemple d’activité de support est la fourniture de matériel pour les spectacles.

Avec 4,7 % de l’emploi et 4,2 % de la value ajoutée bruxelloise, l’étude estime évidemment qu’à Bruxelles, ville-Région, la part de l’économie créative et culturelle dans l’économie régionale est plus importante qu’en Flandre ou en Wallonie. Dans la littérature, cette composante de l’économie a toujours été intimement liée à l’urbanité, où les activités culturelles et créatives tendent à se grouper parce que la production de ce biens s’appuie fortement sur la concentration et la diversité de ressources humaines, les flux denses d’informations, la complémentarité des expertises et des savoir-faire, mais aussi des concepts plus flous comme une « ambiance » ou un « milieu innovateur ». On peut souligner aussi le rôle de capitale, qui a contribué à la localisation de certaines institutions, logique qui perdure ensuite du fait de contingences techniques notamment. C’est particulièrement sensible pour le secteur audiovisuel.

Les auteurs notent qu’à Bruxelles, la part de l’économie représentée par l’économie culturelle et créative a diminué au cours de la période étudiée. Les causes n’en sont pas tout à fait claires et, si toutes ses composantes sont touchées, elles le sont avec des différences significatives. Certains domaines, comme la presse écrite, se sont très fortement réduits et se sont séparés de nombreux travailleurs. C’est certainement lié à la numérisation. D’autres, tels essentiellement ceux classés dans l’Art Core, ont mieux résisté à la crise financière. Cela est probablement lié au fait que la création artistique se caractérise par une dépendance plus grande aux subsides publics, plus stables durant cette période, du moins en Belgique.

Les secteurs au contenu culturel et créatif important, tels que les arts de la scène, l’audiovisuel, la publicité et l’architecture sont les activités pour lesquelles Bruxelles résiste mieux que les autres régions. Ce sont aussi des secteurs qui se distinguent par une haute valeur ajoutée par travailleur, avec des profils de qualification plus pointus.

L’économie culturelle et créative est à la fois un pôle d’attraction pour les professionnels créatifs et une source d’emploi flexible pour les travailleurs relativement peu formés, notamment via les activités de support. Mais force est de constater que les activités de support sont moins dynamiques à Bruxelles… où vivent pourtant de nombreux travailleurs moins formés. Une piste à creuser pour que les avantages liés à l’urbanité bruxelloise bénéficient plus à ses habitants, notamment par le biais de l’économie culturelle et créative au sens large ?

Pour citer cet article
Caterina Mauri, Jef Vlegels et Walter Ysebaert, « L’économie culturelle et créative dans la Région de Bruxelles-Capitale », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, no 126, mis en ligne le 10 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/brussels/1755
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals