Navigation – Plan du site
131

Quel financement pour les jeunes entreprises technologiques bruxelloises

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Nicolas Pary et Olivier Witmeur publié le 11 février 2019

Les jeunes entreprises technologiques sont créées dans le but d’exploiter une invention ou une innovation technologique. Elles jouent un rôle central dans la matérialisation des nouvelles technologies et innovations au sein de produits et services concrets. Cependant, le développement de ce type d’entreprises n’est pas simple. Elles supportent des frais de recherche et développement importants. Et la complexité technologique et l’incertitude sur leur viabilité peuvent effrayer les investisseurs et limiter les fonds disponibles.

Ces difficultés dans la phase initiale du développement sont amplifiées en Europe car le capital entrepreneurial y est moins disponible qu’aux États-Unis. Conscients de cette situation, les pouvoirs publics interviennent en complétant le financement privé. La Région de Bruxelles-Capitale s’est dotée, depuis plusieurs années, d’instruments financiers à destination des jeunes entreprises technologiques. Le gouvernement régional rappelle d’ailleurs fréquemment son ambition de faire de Bruxelles la « capitale belge et européenne de l’esprit d’entreprendre et de l’innovation ». Tout cela se concrétise dans le Plan régional pour l’Innovation 2016-2020, qui confirme la hausse des budgets dédiés à ces dispositifs fréquemment utilisés aux premiers stades du développement des entreprises technologiques.

Néanmoins, malgré ces efforts, la complexité du système régional est fréquemment soulignée et la difficulté persistante des entrepreneurs à naviguer entre les dispositifs est pointée. Il y a donc un réel intérêt à mieux comprendre comment les jeunes entreprises technologiques bruxelloises se financent et quel usage elles font des aides publiques.

C’est l’objet du numéro 131 de la revue Brussels Studies, où deux ingénieurs de gestion et docteurs en économie de l’Université libre de Bruxelles, Nicolas Pary et Olivier Witmeur, à partir d’études de cas, analysent le recours des entrepreneurs bruxellois aux dispositifs existants et, sur cette base, proposent des recommandations pour en améliorer le fonctionnement.

Bien que limités à leur échantillon, les résultats montrent un financement varié des jeunes entreprises technologiques à Bruxelles et ce, dès les premiers stades. De nombreuses sources de fonds sont sollicitées pour que ces entreprises parviennent à se financer, même si plusieurs tentatives sont parfois nécessaires. En cas de difficultés, les subsides sont une alternative au financement privé.

Cependant, les auteurs relèvent quatre points d’attention : (1) la disponibilité des subsides permettant un certain opportunisme à leur égard (2) la coordination opérationnelle qui reste largement informelle et, par conséquent, fragile (3) l’absence de capital public au stade de lancement alors que les subsides y sont largement utilisés et (4) la concurrence interrégionale qui conduit les entreprises à multiplier les implantations et contribue à une hausse des aides allouées.

Sur base de ces constats et d’un « focus group » avec des acteurs de terrain, les auteurs formulent trois recommandations. Premièrement, la création d’un mécanisme de coordination formel rassemblant l’ensemble des acteurs afin de proposer une aide concertée et assurer un meilleur suivi. Deuxièmement, l’attribution d’un gestionnaire public unique pour chaque dossier, afin d’épauler les entrepreneurs tout au long de leur parcours de financement. Troisièmement, un refinancement des prêts et du capital public et une limitation des subsides aux stades précommerciaux afin de diminuer l’opportunisme, améliorer le retour sur investissement des aides pour la Région et accélérer la réinjection des fonds dans les dispositifs et l’économie bruxelloise.

Pour citer cet article
Nicolas Pary et Olivier Witmeur, « Quel financement pour les jeunes entreprises technologiques bruxelloises », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 131, mis en ligne le 11 février 2019, URL : https://journals.openedition.org/brussels/2137
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals