Navigation – Plan du site
130

Travail social dans les prisons bruxelloises : un puzzle aux nombreuses pièces

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Liesbeth Naessens publié le 10 décembre 2018

Les manifestations liées à l’implantation des prisons bruxelloises à Haren, mais aussi les récentes Journées nationales de la prison ou encore les conflits sociaux qu’ont connus les établissements pénitentiaires dans tout le pays, ont rappelé aux Bruxellois la présence dans la ville de ces espaces forcément quelque peu coupés du monde.

Les conflits sociaux dans les prisons ont notamment mis en lumière, du fait des blocages qu’ils ont induits, la multitude des intervenants judiciaires et extrajudiciaires amenés à travailler derrière les barreaux, bien au-delà de la gestion strictement pénitentiaire de ces lieux. En particulier, les besoins d’aide sociale des détenus sont souvent complexes et difficiles à satisfaire parce qu’ils se manifestent dans des domaines aussi variés que l’enseignement, la culture, l’emploi, le sport, la santé, le bien-être…. Diverses organisations s’efforcent de répondre à ces besoins. Mais, comme dans bien des domaines à Bruxelles, les services d’aide sociale aux détenus et à leurs proches doivent faire face à l’interpénétration de compétences relevant de différents niveaux de pouvoir.

Suite à la fédéralisation, les différents gouvernements compétents (Communauté française, Communauté flamande et Commission communautaire commune) ont en effet développé une politique d’aide sociale indépendamment les uns des autres. Ainsi, il y a actuellement dans les prisons bruxelloises pas moins de six services généralistes actifs d’aide sociale aux justiciables et à leurs proches. Ces six services sont régis par des réglementations différentes, mais leurs offres au groupe cible se ressemblent. De plus, ils travaillent indépendamment du Service public fédéral Justice, tout en partageant le même terrain d’action. Bref, vu de l’extérieur, c’est un puzzle complexe.

Ce morcellement de l’aide sociale aux détenus à Bruxelles engendre un manque de clarté aussi en interne, tant pour les travailleurs sociaux et le groupe cible que pour les acteurs de la justice (directions de prison notamment). Cette fragmentation rend nécessaires coordination, collaboration et vision partagée entre les services d’aide sociale aux justiciables. C’est précisément ces modalités de coordination qui font l’objet du numéro 130 de la revue Brussels Studies. Liesbeth Naessens, maître de conférences à la Haute école Odisee, mais aussi professionnelle de l’aide sociale aux justiciables, y décrit comment les acteurs de terrain tentent de gérer la complexité de la situation institutionnelle bruxelloise.

La logique institutionnelle, qui veut que chaque communauté développe une offre spécifique destinée à son propre groupe cible, n’est pas évidente sur le terrain. L’harmonisation et la collaboration au-delà des barrières institutionnelles sont donc indispensables. Des progrès ont été enregistrés dans la formalisation de cette coordination : réseau des services bruxellois d’aide sociale aux justiciables, comité de concertation, plan stratégique d’aide sociale aux justiciables intra-muros de la Région de Bruxelles-Capitale… Mais cette mise en réseau reste lente et difficile, surtout dans un contexte où le fonctionnement « normal » des prisons est souvent perturbé ou restructuré. Si les travailleurs sociaux attendent un soutien concret de leur pratique, pour le moment, les structures de concertation sont encore très souvent cantonnées à l’échange d’informations et à l’accueil. Le risque d’utiliser la structure de concertation existante principalement comme boîte aux lettres pour les situations problématiques individuelles en attente plutôt que comme un vecteur d’amélioration systémique est donc bien réel.

Ce n’est donc pas une prison flambant neuve qui va régler tous les problèmes des prisons bruxelloises. Un investissement réel, mais surtout concerté dans l’accompagnement des détenus et de leurs proches reste plus que jamais à l’ordre du jour.

Pour citer cet article
Liesbeth Naessens, « Travail social dans les prisons bruxelloises : un puzzle aux nombreuses pièces », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 130, mis en ligne le 10 décembre 2018. URL : https://journals.openedition.org/brussels/2102
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals