Navigation – Plan du site
136

Mauvais appariement spatial, niveau de scolarité et connaissances linguistiques dans la métropole bruxelloise : une analyse

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Tobias Theys, Nick Deschacht, Stef Adriaensens et Dieter Verhaest publié le 17 juin 2019

Malgré le fait que la Région de Bruxelles-Capitale soit le principal pôle d’emploi du pays, le taux de chômage, dont la tendance est à la baisse, y reste particulièrement élevé, de l’ordre de 15 %. Pour les peu qualifiés, la situation est encore plus préoccupante, le taux de chômage pouvant être parmi eux deux fois plus élevé que la moyenne.

On souligne régulièrement la mauvaise adéquation entre l’offre et la demande d’emploi en Région de Bruxelles-Capitale, ce qui justifie des politiques publiques largement fondées sur la formation professionnelle. C’est négliger l’autre aspect de la question : les emplois existants et créés à Bruxelles sont-ils adaptés à ses habitants ? La périurbanisation des habitants, mais aussi des activités à l’échelle métropolitaine contribue à une inadéquation spatiale croissante entre l’offre et la demande d’emploi. Cette inadéquation obligerait les demandeurs d’emploi bruxellois, et particulièrement les peu qualifiés, à élargir leur champ de recherche pour augmenter leurs chances de trouver un emploi. Mais en périphérie bruxelloise, cet élargissement pose évidemment le problème de la maîtrise du néerlandais des travailleurs… et des exigences des employeurs sur ce plan.

Pour examiner cette question de manière chiffrée, trois économistes et un sociologue de la KULeuven, Tobias Theys, Nick Deschacht, Dieter Verhaest et Stef Adriaenssens ont comparé, dans l’aire métropolitaine bruxelloise, la proximité spatiale entre demandeurs d’emploi et offres d’emploi, respectivement pour les personnes et profils faiblement et hautement qualifiés.

Leurs résultats montrent que le mauvais appariement spatial, quelle que soit la définition de la zone métropolitaine, est plus élevé pour les faiblement qualifiés. Cette inadéquation découle principalement du fait que les demandeurs d’emploi ne résident pas dans les communes où se trouvent les offres d’emploi qui pourraient les intéresser. En comparant la situation des faiblement qualifiés avec et sans connaissances de l’autre langue nationale, les auteurs constatent que la concurrence pour les faiblement qualifiés sans connaissances linguistiques est plus forte à Bruxelles, mais que la répartition des offres d’emploi et des demandeurs d’emploi sur les 19 communes de la Région est plus équilibrée pour eux.

Sur la base de ces résultats, les chercheurs concluent tout d’abord que les demandeurs d’emploi gagnent à investir dans l’acquisition du néerlandais : non seulement la concurrence sur le marché du travail est moins forte pour les faiblement qualifiés avec connaissances linguistiques et pour les plus qualifiés, mais l’adéquation spatiale entre demandeurs d’emploi et offres d’emploi est aussi meilleure dans ces cas. Une deuxième conclusion qui s’impose est l’importance de la navette sortante : actuellement, il est inévitable qu’une part considérable des faiblement qualifiés de la Région bruxelloise doive se déplacer vers les communes de la périphérie, mais aussi bien au-delà, pour trouver du travail. Dans un contexte de congestion croissante et de difficulté à desservir les périphéries lointaines par les transports en commun, la question du maintien voire du développement d’activités pourvoyeuses d’emplois peu qualifiés en ville ou en périphérie proche reste donc cruciale.

Enfin, les auteurs attirent aussi l’attention sur le contexte institutionnel. Pour un nombre croissant de travailleurs bruxellois, l’office de l’emploi compétent n’est pas celui qui est actif dans les parties flamande et wallonne de l’aire métropolitaine, où ils doivent se rendre. En outre, la langue véhiculaire des offres d’emploi auprès du VDAB est souvent le néerlandais, alors que la majorité des demandeurs d’emploi bruxellois ne le parle pas. Une collaboration renforcée entre les trois offices (Actiris, VDAB et Forem) pour aboutir à une disponibilité automatique des offres d’emploi dans la langue du demandeur d’emploi semble donc aussi un préalable dans la lutte contre l’inadéquation offre-demande sur le marché de l’emploi de la métropole bruxelloise.

Pour citer cet article
Tobias Theys, Nick Deschacht, Stef Adriaensens et Dieter Verhaest, « Mauvais appariement spatial, niveau de scolarité et connaissances linguistiques dans la métropole bruxelloise : une analyse », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 136, mis en ligne le 17 juin 2019, URL : https://journals.openedition.org/brussels/2793
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals