Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2008L’ (in)efficacité des trams et bu...

2008
20

L’ (in)efficacité des trams et bus à Bruxelles: une analyse géographique désagrégée

Communiqué de presse

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Xavier Courtois et Frédéric Dobruszkes publié le 27 juin 2008. Accéder à la publication.

Tout le monde en convient, pour désengorger la ville autant que pour limiter la production de gaz à effet de serre et de polluants de toutes sortes, il est impératif d’accroître le recours aux transports en commun. Les services que ceux-ci offrent aujourd'hui sont cependant souvent critiqués pour leur relative inefficacité. Qu’en est-il exactement ? Un point de vue scientifique sur la question est plus que nécessaire.

L’article que Brussels Studies publie aujourd’hui approfondit et complète celui paru il y a un an (n°7). Il a pour objectif une analyse détaillée et exhaustive de la géographie des conditions de circulation des trams et bus du principal réseau bruxellois de transport collectif. Les données désagrégées de la STIB dont les auteurs ont pu disposer ont permis de calculer et cartographier trois indicateurs (vitesse commerciale, irrégularité, temps perdu) qui rendent possible l’identification des lieux problématiques. Les chiffres montrent par exemple qu’en l’état actuel des choses, moins d’un tiers des tronçons de lignes de tram affichent les performances de vitesse commerciale souhaitées par le nouveau contrat de gestion de la STIB. Et la situation des bus est encore moins bonne. Des lieux problématiques sont ainsi identifiés qui font obstacle à une circulation fluide des transports en commun. Ils sont fortement présents dans la première couronne urbaine (de Saint-Gilles à Schaerbeek via Ixelles), mais se rencontrent également dans des communes plus excentrées où l’irrégularité peut être importante (avenue De Fré, chaussée d’Alsemberg ou chaussée de Wavre). Par ailleurs, si les sites propres permettent d’accroître la qualité du service, ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, avenue Louise ou avenue Fonsny, les trams passent-ils un temps considérable immobilisés aux feux de signalisation, ce qui nuit fortement à leur régularité.

Les auteurs identifient quatre facteurs principaux de l’inefficacité des transports en commun. Le premier est la combinaison d’une topologie peu favorable à la circulation de bus et de trams (tissus dense de voies étroites) et d’un aménagement de l’espace public donnant clairement la priorité à la circulation des voitures. En résulte une “domination automobile” dont seul un arbitrage politique permettra de sortir.

Le deuxième facteur est la gestion des feux de signalisation. Alors que certains d’entre eux ont été aménagés à grands frais pour leur permettre de communiquer avec les trams et bus, l’adaptation de leurs phase n’est possible qu’à la marge. Les transports en commun n’ont pas la priorité, tout au plus peuvent-ils provoquer des modifications de quelques secondes du passage des feux. L’impact en est donc très limité.

Troisième facteur en étroite relation avec les deux premiers : les blocages politiques. Les auteurs mettent en évidence le fait que des choix politiques courageux devraient être faits, mais qu’ils sont empêchés par le poids surdéterminant du point de vue des automobilistes dans l’aménagement urbain et la gestion de la mobilité. Il en résulte une politique de demi-mesures qui ne permet pas d’atteindre les objectifs officiellement fixés.

Enfin, certains problèmes internes aux transports collectifs sont pointés, tels que l’encombrement de certaines infrastructures de transport ou les contraintes liées à l’obligation récente de monter à l’avant des bus.

Au moment où le Gouvernement bruxellois doit adopter le Plan Iris 2 des déplacements, le constat dressé renvoie donc clairement la balle au politique et interroge sa volonté de donner aux transports collectifs une place réellement prépondérante dans les pratiques de déplacement et, donc, dans l’espace public bruxellois.

Pour citer cet article
Courtois, Xavier et Dobruszkes, Frédéric, « Titre L’(in)efficacité des trams et bus à Bruxelles  :

une analyse géographique désagrégée », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 20, mis en ligne le 27 juin 2008, URL : https://journals.openedition.org/brussels/603


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search