Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2014Un RER à Bruxelles ? Socio-histoi...

2014
74

Un RER à Bruxelles ? Socio-histoire des rivalités et des régulations politiques (1989-2013)

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Ludivine Damay publié le 17 février 2014. Accéder à la publication.

Le projet de Réseau Express Régional (RER) de, vers, dans et autour de Bruxelles est souvent synonyme de chantiers pharaoniques (et des retards qu’ils impliquent), de contestations des riverains et d’une date de mise en service hypothétique maintes fois repoussée. Mais les tensions plus fondamentales de ce dossier sont moins connues. L’histoire du RER bruxellois est émaillée dès l’origine de rivalités autour des usagers qu’il devrait privilégier (Bruxellois et/ou navetteurs), des visions de la ville qu’il favoriserait, ainsi que des politiques de mobilité à développer… Sans oublier les interrogations quant aux intentions et au rôle de la SNCB.

Le grand mérite du numéro 74 de Brussels Studies est de fournir une synthèse analytique, et donc forcément historique, du dossier RER. Le tout dans un registre plus politique que technique, car son auteure, Ludivine Damay (USL-B et UCL), est docteure en sciences politiques et sociales. Elle a épluché débats parlementaires, articles de presse, mémorandum associatifs, rapports de bureaux d’études et du comité de pilotage RER, etc. Elle a aussi mené vingt entretiens avec des acteurs-clés. Cela lui permet de mettre en lumière des antagonismes qui n’ont jamais été vidés de leur substance, et de faire le point sur la situation actuelle du dossier.

L’analyse fait d’abord émerger la question des rivalités d’usage et du projet de ville sous-tendu. A qui servirait ce RER ? Quels types d’usages privilégierait-il ? Quels seraient ses effets sur la mobilité, mais aussi sur les migrations résidentielles et l’implantation des acteurs économiques ? Doit-on privilégier le renforcement de l’accessibilité des pôles de bureaux de l’hypercentre ? Doit-on prévoir plus de points d’arrêt pour que les Bruxellois bénéficient également du RER pour leurs déplacements au sein de la ville ? Le moins que l’on puisse écrire, c’est que les réponses sont évidemment différentes selon les acteurs, mais surtout contradictoires. Si on caricature (à peine) le débat, les Wallons et les Flamands veulent accéder le plus vite possible au centre de Bruxelles, par la Jonction Nord-Midi ou par le quartier européen. Autant les points d’arrêt doivent être nombreux hors de Bruxelles, autant ils doivent être limités sur le territoire de la Région bruxelloise pour ne pas allonger le temps de parcours. Pour les Bruxellois, par contre, maximiser le nombre d’arrêts dans la ville favoriserait l’utilisation du réseau ferré existant pour la mobilité interne.

L’article retrace aussi les phases d’avancées et de blocages qui jalonnent l’histoire du RER, mettant ainsi en lumière la régulation politique du dossier. Il montre bien que l’expertise technique des entreprises de transport ne rencontre pas forcément les temporalités du politique. La SNCB a par ailleurs ses propres stratégies, privilégiant incontestablement ce qu’elle considère comme son core business en tant qu’entreprise « fédérale », à savoir une desserte nationale et interurbaine plutôt que régionale.

Finalement, selon l’auteure, ce dossier est encore une illustration du compromis à la belge. Si les questions liées aux travaux, à l’infrastructure et au matériel roulant ont été résolues, on n’a toujours pas réglé les aspects plus sensibles de l’offre concrète de transport (fréquences, plages d’exploitation, horaires, tarifs…). Comme s’il était donc logique de construire une machine avant de savoir exactement à quoi elle va servir. Mais dans cet imbroglio, les incertitudes qui perdurent permettent à chacun des acteurs d’espérer voir ses propres visions triompher un jour…

Pour citer cet article
Damay, Ludivine, « Un RER à Bruxelles ? Socio-histoire des rivalités et des régulations politiques (1989-2013) », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 74, mis en ligne le 17 février 2014, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1205


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search