Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2008L’Expo 58 et le « tout à l’automo...

2008
22

L’Expo 58 et le « tout à l’automobile »
Quel avenir pour les grandes infrastructures
routières urbaines à Bruxelles ?

Communiqué de presse

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Michel Hubert

publié le 20 octobre 2008. Accéder à la publication.

Il y a exactement cinquante ans, le 19 octobre 1958, l’Expo 58 fermait ses portes. Pour autant, son impact sur Bruxelles ne s’est pas arrêté à cette date. 

Dans l’article que Brussels Studies publie aujourd’hui, Michel Hubert s’attache à montrer l’influence décisive et durable de l’Expo 58 sur la ville : en jouant le rôle de catalyseur du « tout-à-l’automobile », elle a contribué à faire de Bruxelles, avec moins de deux habitants par véhicule, l’une des capitales européennes les plus motorisées. En constituant une date-butoir, l’Expo a en effet offert aux Bruxellois un modèle de ville et de déplacement qui s’ajustait parfaitement à leurs attentes au moment précis où démarrait l’équipement automobile des ménages. Alors qu’il fallut plus de quarante ans pour réaliser la jonction ferroviaire Nord-Midi, à peine trois années furent nécessaires pour métamorphoser les boulevards de petite ceinture, aménager ou réaménager une partie des boulevards extérieurs, construire la première partie du ring, reprofiler de nombreuses voies radiales (à commencer par le Boulevard Leopold II et son célèbre viaduc), construire de nombreux parkings et aménager des voies d’accès à l’Expo. Sans l’échéance de l’Expo, les difficultés de la décision politique en Belgique, bien visibles lors de la réalisation d’autres grands travaux, auraient très certainement conduit à un ralentissement des travaux d’infrastructures routières, lesquels auraient alors été confrontés à l’opposition citoyenne qui devait apparaître quelques années plus tard face à d’autres projets majeurs (Quartier Nord, Marolles, périphérique sud,...) ainsi qu’à la crise des grands récits de la modernité.

Après avoir explicité les circonstances qui ont conduit au « tout-à-l’automobile » à Bruxelles (émergence du « traffic engineering », volonté de faire de Bruxelles la capitale de la Communauté européenne naissante...), l’auteur s’interroge sur les difficultés de la reconversion de Bruxelles à un modèle de développement urbain moins dépendant de l’automobile. Le scénario tendanciel pour 2015 que nous prédit la Région de Bruxelles-Capitale annonce une écrasante domination de la voiture sur l’ensemble de la zone dite RER (le territoire concerné par l’extension du futur Réseau Express Régional). Un véritable anneau de congestion entourera alors une Région elle-même fortement encombrée. Cette situation de crise, déjà largement perceptible aujourd’hui, constitue peut-être une chance à saisir pour inverser la tendance. Au moment où un nouveau tournant technologique est en marche, seuls un plan d’investissement massif dans le transport collectif urbain bruxellois et l’insertion de celui-ci dans un système de gestion et d’information situé à une échelle fonctionnelle appropriée (zone RER) pourraient constituer le pendant des plans de développement du réseau routier qui ont marqué trois décennies au départ de l’Expo ’58. Une telle politique ne pourra faire l’économie d’une réflexion sur les conditions de circulation et de stationnement du trafic routier (notamment dans le cadre des « mesures d’accompagnement » à mettre en place avec le RER) ainsi que sur le coût externe du transport automobile et sur la contribution de celui-ci au financement des transports publics. Elle ne pourra davantage se faire sans la mise en place de dispositifs de participation citoyenne. La perte d’attractivité des espaces urbains dégradés par les grandes infrastructures routières du passé peut être combattue, comme le montrent les exemples de régénération urbaine mis en œuvre à Boston et à Madrid.

Une version longue de l’article que publie aujourd’hui Brussels Studies paraîtra prochainement (2008) sous le titre « L’Expo 58 et la mobilité quotidienne à Bruxelles : une influence décisive et durable ? » dans Deligne Chloé et Jaumain Serge (ss dir.), L’expo ‘58, un tournant dans l’histoire de Bruxelles, Bruxelles, Le Cri.

Pour citer cet article
Hubert, Michel, « L’Expo 58 et le « tout à l’automobile » Quel avenir pour les grandes infrastructures routières urbaines à Bruxelles ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 22, mis en ligne le 20 octobre 2008, URL : https://journals.openedition.org/brussels/621


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search