Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2014Le transport de marchandises à Br...

2014
80

Le transport de marchandises à Bruxelles : quels impacts sur la circulation automobile ?

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Philippe Lebeau et Cathy Macharis publié le 13 octobre 2014. Accéder à la publication.

La mobilité (ou, de plus en plus souvent, l’immobilité) est une préoccupation quotidienne des Bruxellois, mais aussi des centaines de milliers de personnes qui s’y rendent chaque jour. La complexité et le coût des solutions à mettre en œuvre pour faire face aux enjeux liés aux déplacements, mais aussi à la qualité de vie en ville justifient l’investissement croissant des chercheurs dans ce domaine. L’Observatoire régional de la mobilité, mais également les nombreux travaux et synthèses publiés dans Brussels Studies en témoignent.

Cependant, l’essentiel de l’attention s’est jusqu'à présent focalisé sur la mobilité des personnes. Mais quelques dossiers récents, comme la piétonnisation des boulevards centraux ou la mise en place du tram sur la ligne 71 à Ixelles, ont soulevé la problématique des livraisons dans les quartiers commerçants, en complément aux débats sur le partage de l’espace public entre les différents usagers. C’est, plus largement, le transport de marchandises en ville qui doit faire l’objet de plus d’attention, car il contribue aussi aux problèmes d’embouteillages et de qualité de l’air dans la capitale. Et, dans un futur proche, il semble bien que cette contribution va s’accroitre plus fortement que celle liée à la mobilité des personnes.

Le numéro 80 de Brussels Studies vient donc bien à point. Mobilisant un grand nombre de données statistiques disponibles, Philippe Lebeau et Cathy Macharis, du laboratoire MOBI de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) dressent un état du transport routier de marchandises à Bruxelles. Sans occulter le fait que les informations restent lacunaires, ils fournissent une première synthèse de la question tout en revenant sur quelques politiques régionales déjà mises en oeuvre dans le domaine.

Les auteurs soulignent notamment que les véhicules de marchandises représentent aujourd’hui 14% du trafic aux entrées et sorties de la Région, en majorité des camionnettes, dont la part est en pleine croissance, réduisant celle des camions. Même si les poids lourds peuvent créer une gêne plus importante dans la circulation, la préférence croissante pour la camionnette implique une démultiplication des véhicules de marchandises sur la route. Combinée à une demande croissante de marchandises (avec l’accroissement de la population bruxelloise) et à un allongement des distances parcourues, cette évolution du parc de véhicules de marchandises utilisés contribue donc de plus en plus à la pression sur le réseau routier.

Dans la mesure où augmenter l’offre d’infrastructures n’est pas une solution à Bruxelles puisque l’espace public doit aussi répondre à d’autres fonctions que la circulation, les solutions mises en œuvre pour le moment ne cherchent qu’à diminuer les flux excessifs par des logiques d’optimisation.

Ainsi, une première solution déjà mise en œuvre consiste à reporter partiellement les marchandises à destination de la Région de Bruxelles-Capitale sur la voie d’eau ou le train. Bruxelles bénéficie d’une accessibilité multimodale potentielle importante. Mais ce potentiel n’est encore que très partiellement exploité, via le Port de Bruxelles. Si des projets existent, le rail, quant à lui, est aujourd’hui totalement absent de la logistique urbaine bruxelloise.

D’autres solutions, comme le développement des livraisons à horaire décalé, le groupage de livraisons ou le recours accru aux véhicules électriques sont encore en phase de test. Une gestion plus proactive des zones de livraison a aussi été mise en œuvre dans certaines communes et est en voie d’intégration dans le Plan régional de stationnement mis en œuvre par la nouvelle Agence récemment créée.

Optimiser la gestion des flux de marchandises à Bruxelles est, on le voit, un chantier qui débute à peine, d’autant qu’aucun des constats posés dans l’article ne porte sensu stricto sur la demande, qui est dépendante de nos comportements de consommation ainsi que de l’évolution de l’activité économique et de la répartition internationale de la production.

Pour citer cet article
Lebeau, Philippe et Macharis, Cathy, « Le transport de marchandises à Bruxelles : quels impacts sur la circulation automobile ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 80, mis en ligne le 16 octobre 2014, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1236


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search