Navigation – Plan du site
2015
90

Les musiciens gnawa à Bruxelles : une reconfiguration culturelle

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Hélène Sechehaye et Stéphanie Weisser publié le 24 août 2015

En 2014, la Belgique commémorait le cinquantième anniversaire de la signature de la convention belgo-marocaine du 17 février 1964, qui permit à de nombreux travailleurs marocains de venir gagner leur vie en Belgique. Aujourd'hui, on estime à près de 200 000 les Marocains, naturalisés belges, ou Belges de parents marocains habitant à Bruxelles, ce qui place la capitale en tête des lieux de vie investis par cette communauté en Belgique. Une importante diversité culturelle caractérise cette population souvent considérée à tort comme une entité homogène.

Communauté minoritaire du Maroc, les Gnawa se revendiquent comme descendants d’esclaves d’Afrique de l’Ouest qui auraient développé une pratique culturelle spécifique vers la fin du 19e siècle. De confession musulmane, leurs pratiques rituelles mêlent aussi animisme, culte des saints et musique. Les musiciens gnawa se produisent dans deux contextes : le rituel, où est joué un répertoire de musique sacrée dans un cadre religieux, et le concert public, où le répertoire est tant profane que sacré, en présence d’un public qui n’est pas majoritairement au fait des pratiques rituelles. Créé en 1998, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira (Maroc) met en scène ces deux dimensions et attire des centaines de milliers de visiteurs.

Il semblerait bien que Bruxelles se singularise par l’importance numérique de sa communauté gnawa comprise au sens large, et ce bien que des communautés gnawa existent dans d’autres villes européennes (Paris, Londres, Barcelone…) et nord-américaines (Montréal…). Il n'en fallait pas plus pour susciter l'intérêt de deux musicologues, soucieuses d'examiner la spécificité de la pratique musicale gnawa à Bruxelles, au travers d'une approche ethnomusicologique. Hélène Sechehaye, titulaire d’un Master en musicologie, y consacre actuellement sa thèse de doctorat à l’Université libre de Bruxelles et à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne. Stéphanie Weisser, maître de conférence à l'Université libre de Bruxelles, l'accompagne dans cette démarche, forte de l'expérience de ses recherches antérieures sur des répertoires musicaux africains et indiens.

Leurs investigations montrent que les musiciens gnawa actifs à Bruxelles ont intégré à leurs pratiques des éléments nouveaux, dont l’adoption pourrait s’expliquer par leur relocalisation à l’étranger. Plus encore, la comparaison avec la situation dans d'autres diasporas permet de supposer que la situation bruxelloise présente un caractère unique. On y observe des changements dans les modes d’apprentissage, l’apparition de la mixité de genre tant dans la pratique musicale profane que rituelle, mais aussi la diversification des contextes de jeu, qui pousse les musiciens gnawa à s’approprier d’autres styles musicaux marocains dans lesquels ils n’hésitent pas à puiser de l’inspiration pour leur répertoire gnawa, théoriquement fermé à l’intégration d’éléments extérieurs.

Loin de déplorer une hypothétique perte d'authenticité due à leur migration, les Gnawa bruxellois redéfinissent leurs pratiques musicales et leurs modalités de fonctionnement, adaptant celles-ci à leur nouvel espace de résidence. Ce faisant, ils opèrent une négociation identitaire continuelle, qui leur permet de s'inscrire à la fois dans un héritage culturel et social très spécifique tout en investissant des territoires musicaux nouveaux. Comme quoi, même en matière de musique traditionnelle, une petite ville mondiale comme Bruxelles favorise le métissage et l'émergence d'une avant-garde créatrice. Un des nombreux “sound of Belgium” dont on n'imagine souvent même pas l'existence ?

Pour citer cet article
Sechehaye, Hélène et Weisser, Stéphanie, « Les musiciens gnawa à Bruxelles : une reconfiguration culturelle », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 90, mis en ligne le 24 août 2015, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1290
Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • OpenEdition Journals