Navigation – Plan du site
2016
101

Besoin en enseignants en Région bruxelloise à l'horizon 2020

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Benjamin Wayens, Bernard Delvaux, Pierre Marissal, Sofie Vermeulen, Benoît Quittelier et Rudi Janssens publié le 20 juin 2016. Accéder à la publication.

En 2019-2020, la Région de Bruxelles-Capitale accueillera environ 24 000 élèves de plus qu’en 2013-2014 dans l’enseignement maternel, primaire et secondaire. Cette croissance génère des besoins supplémentaires en infrastructures, mais aussi en enseignants. Une équipe interuniversitaire issue de l’Université libre de Bruxelles, la Vrije Universiteit Brussel, l’Université Saint-Louis et l’Université catholique de Louvain a mobilisé les données disponibles pour tenter d’y voir plus clair dans une perspective bruxelloise. Le Cahier de l’IBSA n°5, synthétisé dans une Fact sheet de Brussels Studies, détaille leur estimation des besoins en personnel enseignant en 2019-2020.

500 équivalents temps plein supplémentaires, pour continuer comme maintenant

Si la situation au niveau de l’encadrement ainsi que des entrées et sorties de carrière reste identique, les écoles situées en Région de Bruxelles-Capitale devront recruter au minimum 436 équivalents temps plein enseignants supplémentaires afin de faire face à la croissance estimée de la population scolaire : 281 pour l’enseignement francophone et 155 pour l’enseignement néerlandophone. Ce scénario minimaliste part du principe que la situation actuelle est acceptable, avec ses classes parfois fort peuplées et/ou occasionnellement sans professeur. Il sous-estime donc le besoin réel d’enseignants permettant un enseignement de qualité. Notons que l’on parle ici en équivalents temps plein (ETP), qui ne correspond pas toujours à un individu, puisqu’un enseignant peut travailler à temps partiel et dès lors prester moins d’un ETP. Le nombre d’enseignants nécessaire est donc plus élevé que le nombre d’ETP.

2 000 équivalents temps pleins supplémentaires, pour atteindre l’excellence ?

Idéalement, toutes les classes et tous les cours devraient être dotés d’un professeur tous les jours. Ce cas de figure ne correspond pas à la réalité, le système actuel ne permettant, par exemple, pas toujours de remplacer au pied levé un enseignant annonçant le matin qu’il est malade. Ce scénario idéal permet toutefois d’estimer le nombre maximum d’ETP enseignants supplémentaires dont les écoles bruxelloises auraient besoin pour faire face à la croissance de la population scolaire, mais aussi pour assurer tous les remplacements immédiatement : 1 822 ETP pour l’enseignement francophone et 342 ETP pour l’enseignement néerlandophone.

Le besoin réel se situe entre ces estimations minimales et maximales. Il repose sur la volonté de maintenir et même d’améliorer l’encadrement des élèves, facteur déterminant de la qualité de l’enseignement, en particulier dans une Région multiculturelle telle que Bruxelles.

Tableau 1. Nombre d’ETP enseignants nécessaires en Région de Bruxelles-Capitale à l’horizon 2019-2020

Image 10016504000064B200001424F6D7F332CDF96AEC.emfImage 10000201000003CE000000C346B2752203A69E8E.png

Source : Cahier de l’IBSA n°5, calculs des auteurs, sur base des données fournies par la Communauté française 2015 (fichiers de paiements) et la Communauté flamande (fichiers de paiements). Les totaux peuvent légèrement différer en raison des arrondis.

Des besoins importants dans le primaire et le secondaire

Après l’enseignement maternel, l’augmentation de la population scolaire bruxelloise gagne dorénavant les âges du primaire et du secondaire et se fera particulièrement sentir, en 2020, chez les élèves de 9 à 13 ans. Les besoins d’enseignants supplémentaires à l’horizon 2019-2020 se concentrent donc essentiellement dans l’enseignement primaire, avec une hausse estimée du nombre d’élèves de 13 %. Le premier degré de l’enseignement secondaire devrait aussi connaître rapidement un besoin croissant de professeurs. En ce qui concerne le deuxième et le troisième degré du secondaire, les pics de croissance arriveront après 2020. Dans l’enseignement francophone, les défis de recrutement se situent surtout dans l’enseignement secondaire, mais certaines tensions existent aussi au niveau du primaire. Pour l’enseignement néerlandophone, les défis sont tout aussi importants en primaire qu’en secondaire.

Comment rencontrer ces besoins ?

Les auteurs livrent plusieurs pistes de réflexion pour faire face à cette forte demande d’enseignants. La première option est de réduire la demande, et donc le besoin d’enseignants. Il ne s’agit aucunement de limiter le nombre d’élèves, mais par exemple, de réduire le redoublement et de veiller à encadrer les élèves éprouvant des difficultés scolaires en amont afin de limiter les réorientations vers les filières à fort taux d’encadrement (enseignement spécialisé, technique et professionnel).

Ensuite, la deuxième option est d’augmenter l’offre, et donc le nombre d’enseignants sur le marché du travail bruxellois. À ce niveau, plusieurs pistes d’intervention sont proposées : maintenir davantage les enseignants en fonction, tant en début qu’en fin de carrière, former davantage d’enseignants, attirer de nouveaux enseignants, en recrutant hors de Bruxelles et dans des secteurs autres que celui de l’enseignement, réduire le ratio enseignant par élève en améliorant les conditions de travail et les besoins de remplacement…

Ces pistes d’interventions sont détaillées dans le Cahier de l’IBSA n°5 et résumées dans la Fact sheet de Brussels Studies. Certaines relèvent des compétences régionales, d’autres des Communautés. Les besoins sont balisés, reste au monde de l’enseignement, mais aussi aux acteurs de l’emploi à répondre durablement et structurellement à ce défi.

Pour citer cet article
Wayens, Benjamin, Delvaux, Bernard, Marissal, Pierre, Vermeulen, Sofie, Quittelier, Benoît, Janssens, Rudi, « Besoin en enseignants en Région bruxelloise à l'horizon 2020 », Brussels Studies [En ligne], Fact Sheets, n° 101, mis en ligne le 20 juin 2016, URL : http://journals.openedition.org/brussels/1378

Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • OpenEdition Journals