Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2015Évaluation des actions transversa...

2015
85

Évaluation des actions transversales du New Deal : des partenariats opérationnels au service de l’emploi des Bruxellois ?

Communiqué de presse

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Sabrine Cipriano, Catherine Fallon, Perrine Fastré, Jordan Halin publié le 30 mars 2015. Accéder à la publication.

En 2011, lorsque le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale et les Ministres de l’Environnement, d’une part, et de l’Économie et de l’Emploi, d’autre part, signent avec les partenaires sociaux (patrons et syndicats) du Conseil économique et social bruxellois (CESRBC) le « Pacte de Croissance Urbaine Durable », appelé aussi « New Deal bruxellois », ils ambitionnent de renforcer la cohérence de l’action publique par la voie de partenariats entre acteurs, qui n’ont pas, ou peu, l’habitude de travailler ensemble.

Le renforcement de la coordination entre ces partenaires doit permettre d’améliorer la lisibilité de la politique de l’emploi, tant pour les demandeurs d’emploi que pour les entreprises qui souhaitent recruter. Et l’on sait combien les compétences de l’emploi et de la formation sont réparties de manière complexe entre de multiples acteurs, particulièrement dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale.

Dès le départ, les signataires du Pacte avaient programmé une évaluation avant la fin de la législature 2009-2014. Une telle évaluation transversale, portant sur les compétences de plusieurs entités administratives, est une première en Région de Bruxelles-Capitale. Elle a d’ailleurs conduit à internaliser la pratique de l’évaluation des politiques publiques au sein de l’administration, par un élargissement des compétences de l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse (IBSA).

Le numéro 85 de Brussels Studies pose un regard réflexif sur les résultats de cette évaluation du New Deal, qui fait par ailleurs l’objet d’un Cahier de l’IBSA reprenant un rapport plus détaillé, publié simultanément. Article et Cahier ont été rédigés par Sabrine Cipriano et Perrine Fastré, économistes à l’IBSA. Elles ont travaillé en étroite collaboration avec Catherine Fallon et Jordan Halin, tous deux politologues à l’Université de Liège. Sur la base d’études de cas et de « focus groups » - technique permettant de refléter l'interaction entre les participants invités à s’exprimer sur un processus -, les quatre chercheurs dressent un bilan opérationnel des dispositifs de coordination mis en place.

Que révèle l’analyse de ces modes de coopération renforcés par le New Deal ? Avant tout, une réelle volonté de transversalité de l’action publique. Le Gouvernement et les partenaires sociaux bruxellois ont été impliqués, sur un pied d’égalité, pour mettre en œuvre un nombre restreint d’actions. Ces acteurs traditionnels, entre lesquels il n’existe pas de rapport hiérarchique, ont dû fonctionner ensemble pour opérationnaliser ces actions. En défendant les approches transversales, en favorisant la coopération entre acteurs, en rusant avec les partages institutionnels et territoriaux, le Pacte a contribué à mettre à l’épreuve la structuration spécialisée et sectorielle de l’administration publique et des politiques. Il invite tous les partenaires à développer des réponses coordonnées sur les problèmes politiques qui se posent, et ceci au-delà de leur référentiel et de leur logique d’intervention propres.

Mais les résultats de l’évaluation montrent aussi les limites à cette approche souple de la coordination. Les mutations en matière de gouvernance voulues par le New Deal restent in fine limitées par le poids du découpage institutionnel qu’il prétend dépasser. La méthode de coordination, trop informelle et dépendante des acteurs en présence, voire des personnes, et de leurs moyens, gagnerait à être renforcée. Assurer la pérennisation éviterait que la coordination ne se résume parfois à une juxtaposition d’acteurs.

Cette analyse, invite gouvernements régional et communautaires, administrations et partenaires sociaux à saisir les opportunités offertes par de nouveaux leviers d’action issus de la 6ème réforme de l’État, en allant plus loin que la coordination non contraignante. C’est l’occasion de s’engager conjointement sur des objectifs convergents, en dépassant concurrences et prés carrés. N’oublions pas que tous ces acteurs se côtoient sur un territoire, Bruxelles, où l’ampleur des besoins génère une obligation de moyens et, aussi et surtout, de résultat.

Pour citer cet article
Cipriano, Sabrine, Fallon, Catherine, Fastré, Perrine et Halin, Jordan, « Évaluation des actions transversales du New Deal : des partenariats opérationnels au service de l’emploi des Bruxellois ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n°85, mis en ligne le 30 mars 2015, URL : https://journals.openedition.org/brussels/1261

Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search