Navigation – Plan du site
2020
143

Le commerce à Bruxelles : réconcilier l'urbain avec un secteur en reconfiguration

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Benjamin Wayens, Tatiana Debroux, Pernelle Godart, Céline Mahieu, Mathieu Strale et Emmanuel d'Ieteren publié le 4 mai 2020. Accéder à la publication.

L'exceptionnelle période de confinement entamée en Belgique le 18 mars 2020 fut accompagnée de la fermeture de tous les commerces non essentiels. Si l'adaptation aux facteurs extérieurs et à l'évolution de la demande a toujours caractérisé le secteur du commerce, cette crise est sans précédent. Certes, les impacts des mesures exceptionnelles prises pour combattre la pandémie de Covid-19 ne sont pas encore quantifiés, mais ces mesures ont vraisemblablement accéléré des tendances déjà à l'œuvre, à l'échelle du secteur dans son ensemble ou des entreprises en particulier. En ces temps de crise pour le secteur de la distribution, le numéro 143 de Brussels Studies est donc particulièrement bienvenu : rédigé à la veille du confinement par une équipe de chercheurs de l'Université libre de Bruxelles et d'accompagnateurs d'entreprises issus de Groupe One, il fait le point sur les connaissances disponibles sur le secteur du commerce à Bruxelles.

Comptant en 2017 quelque 20 700 points de vente de biens et de services à caractère commercial, le secteur de la distribution à Bruxelles se distingue par son importance économique (9 % de l'emploi régional, dont une part importante ne nécessitant pas de qualifications attestées par un diplôme), mais également par une extrême versatilité. Dans certains noyaux commerciaux bruxellois, les points de vente qui changent de destination – qui disparaissent, changent d'activité ou de fonction, sont reconvertis ou détruits – représentent annuellement entre 4 et 9 % des cellules commerciales. À ces chiffres, il faut comparer la création de nouveaux points de vente, qui permet presque d'équilibrer la balance entre apparition et disparition (entre 1997 et 2017, le taux moyen annuel de diminution du nombre de commerces était évalué à -0,4 %). Le paysage commercial en Région de Bruxelles-Capitale est donc très dynamique : derrière ce constat se cachent des transformations profondes qui résultent notamment de l'adaptation à l'évolution des pratiques de consommation, de nouvelles pratiques logistiques, de logiques de relocalisation associées au maintien du chiffre d'affaires par l'augmentation des surfaces de vente, mais aussi de dynamiques locales qui modifient l'environnement d'accueil de l'activité commerciale.

La question de l'environnement du commerce est particulièrement intéressante dans le cadre d'une réflexion régionale sur ce secteur d'activité qui est aujourd'hui plus nécessaire que jamais. Les auteurs dédient d'ailleurs la dernière partie de cette synthèse à l'énonciation de neuf enjeux clés, assortis de recommandations tant pour les commerçants que pour les gestionnaires urbains.

Aux yeux de ces observateurs attentifs, l'environnement du commerce s'entend d'abord comme l'ensemble des conditions matérielles et réglementaires qui entourent cette activité. À ce titre, les impacts que peuvent avoir les chantiers, les plans de mobilité ou tout autre évènement majeur sur la chaîne d'approvisionnement, sur l'accessibilité des commerces et le passage des clients sont essentiels à prendre en considération. Ils prônent donc le développement d'une réflexion permanente et de tous les acteurs pour maintenir la ville accueillante pour le commerce et encourager sa diversité. Sur ce plan, les auteurs font le constat que le glissement des outils régionaux de soutien au commerce de la sphère de la rénovation urbaine à la sphère des politiques économiques est délicat. Si cela permet d'intégrer une approche entrepreneuriale dans la gestion du commerce urbain, ce glissement fait potentiellement perdre de vue la nécessité de planifier le collectif en tenant compte des besoins spécifiques des commerces. Et vice-versa.

Mais l'environnement du commerce doit aussi s'envisager en ligne aujourd'hui. La part des Bruxellois qui ont acheté sur Internet en 2018, de manière régulière ou occasionnelle, est estimée à 58 %. L'expérience du confinement fera probablement encore évoluer ce chiffre à la hausse. Cela ne signifie pas que toutes les boutiques doivent développer la vente online, car la question du commerce électronique ne se résume pas à la vente sur Internet. De nombreux acheteurs combinent d'ailleurs renseignements en ligne puis achat en magasin, tout autant que l'inverse. Le commerce physique conserve en effet comme atouts indéniables la matérialité des produits ainsi que les services offerts par le commerçant, qui sont au cœur de son métier. Il s'agirait donc plutôt de penser le commerce électronique comme une articulation entre présence en ligne et points de vente physiques, pour des marchandises ou des retraits de commandes. Il n'est pas dit, surtout en ville, que le commerce sera électronique ou ne sera plus. Mais il est clair que le commerce bruxellois va devoir continuer à se réinventer. Les faillites et les réorganisations qui résulteront de la crise du Covid-19 rendront sans aucun doute cette réinvention et son accompagnement d'autant plus indispensables.

Pour citer cet article
Wayens, Benjamin, Debroux, Tatiana, Godart, Pernelle, Mahieu, Céline, Strale, Mathieu et d’Iteren, Emmanuel, « Le commerce à Bruxelles : réconcilier l'urbain avec un secteur en reconfiguration », Brussels Studies [En ligne], Notes de synthèse, n°143, mis en ligne le 04 mai 2020, URL : https://journals.openedition.org/brussels/4311

Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals