Navigation – Plan du site
2020
145

Externalisation, internalisation ou réinternalisation ? Le cas de l’administration régionale bruxelloise

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Jonathan de Wilde d’Estmael, Elise Dermine, Nick Deschacht, Nicola Francesco Dotti, Kelly Huegaerts, Barbara Janssens, Maria Cecilia Trionfetti et Christophe Vanroelen publié le 6 juillet 2020. Accéder à la publication.

Le terme d’outsourcing fait référence à une tendance de fond observée depuis les années 1980 dans les administrations publiques et les entreprises privées. Des activités nécessaires à leur fonctionnement, telles que la maintenance informatique, la sécurité, la restauration ou le nettoyage, ne sont plus assurées en interne, mais sous-traitées à des entreprises privées spécialisées. Cette tendance semble avoir atteint aujourd’hui un point d’inflexion, et on observe dans certains pays et dans certaines organisations un mouvement inverse, visant à (ré)intégrer certaines de ces activités – ce que désignent les termes d’insourcing ou de backsourcing. Le numéro 145 de Brussels Studies se penche sur ces phénomènes, en analysant les pratiques et les positionnements de plusieurs grandes administrations publiques bruxelloises face à la sous-traitance et à l’éventualité de rapatrier ces fonctions en leur sein. Cosigné par huit auteurs travaillant dans plusieurs disciplines et universités, le texte présente les principaux résultats d’un projet de recherche encadré par le Brussels Studies Institute.

Quelle est donc la situation parmi les administrations publiques régionales ? Dans quel sens évolue la tendance actuellement, pour quels types d’activités en particulier, et quelles en sont les raisons ? Quelles sont les conséquences internes d’un éventuel backsourcing en matière d’organisation du travail, et pour ces travailleurs dont la plupart exercent des métiers faiblement qualifiés ? Pour répondre à ces questions, les auteurs ont entrepris un vaste dépouillement de la documentation produite par les administrations retenues comme cas d’étude, et recueilli les propos de leurs directeurs, des responsables des ressources humaines et des représentants syndicaux.

Ce qui ressort de l’étude indique que les administrations bruxelloises suivent la tendance observée dans les pays voisins, bien qu’aucune situation particulière ne soit entièrement réductible aux autres, en fonction des modes d’organisation interne. Face au renforcement des clauses sociales et environnementales dans les contrats de sous-traitance et au questionnement sur l’avantage économique réel à long terme, des réflexions sont bel et bien menées sur la réintégration de certaines tâches. Aujourd’hui, celles qui sont le plus fréquemment sous-traitées sont relatives aux activités de sécurité, de nettoyage et de jardinage.

Le backsourcing de ces activités fait pourtant partie des solutions avancées pour améliorer les conditions de travail de travailleuses et travailleurs souvent peu qualifiés, dépendant de contrats flexibles et exerçant des tâches pénibles. Toutefois, les auteurs identifient trois obstacles à cette réintégration de fonctions nécessaires aux administrations. En premier lieu, les chercheurs pointent le fait que les conditions de travail pour une même activité ne sont pas forcément meilleures lorsque celle-ci est intégrée au service public. Ensuite, le backsourcing de ces opérations nécessiterait d’adapter le cadre du recrutement et des contrats de travail (horaires atypiques, fluctuations saisonnières). Enfin, le dernier obstacle est sans doute politique : il semble aujourd’hui beaucoup plus acceptable d’allouer des budgets considérables à l’externalisation que d’assurer le financement à long terme de ces fonctions à travers des embauches supplémentaires au sein des administrations.

Pour citer cet article
Jonathan de Wilde d’Estmael, Elise Dermine, Nick Deschacht, Nicola Francesco Dotti, Kelly Huegaerts, Barbara Janssens, Maria Cecilia Trionfetti et Christophe Vanroelen, « Externalisation, internalisation ou réinternalisation ? Le cas de l’administration régionale bruxelloise », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n°145, mis en ligne le 6 juillet 2020, URL : https://journals.openedition.org/brussels/4893
Contact
Tatiana Debroux, Rédactrice en chef :
tdebroux[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals