Navigation – Plan du site

AccueilDocumentsCommuniqués de presse2021Fluidité des déplacements et gêne...

2021
158

Fluidité des déplacements et gênes piétonnes dans les rues commerçantes de Bruxelles

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Alexis Creten, Aniss M. Mezoued et Quentin Letesson publié le 21 juin 2021. Accéder à la publication.

La réouverture des cafés et des restaurants après leur longue fermeture a vu fleurir de très nombreuses terrasses à Bruxelles. Là où elles existaient, elles ont gagné en étendue ; là où le trottoir n’en permettait pas, des places de stationnement ont été converties en espaces de consommation, à coup de palettes de récupération, de barrières et de lampions. Derrière le plaisir retrouvé de la sociabilité, toutefois, la reconfiguration de l’espace public par l’augmentation de la place dévolue aux tables sur certains trottoirs a créé des perturbations importantes pour les piétons, particulièrement ceux à mobilité réduite. Comment trouver son chemin lorsque l’on ne voit pas et que le trajet habituel est soudain modifié ? Par où circuler avec une poussette lorsqu’un vélo mal rangé bloque le passage ? Les gênes aux déplacements piétons – celles qui viennent d’être évoquées et bien d’autres – sont au cœur de la présente publication de Brussels Studies. Alexis Creten (sociologue, UCLouvain), Aniss Mezoued (architecte-urbaniste, UCLouvain) et Quentin Letesson (archéologue et urbaniste, UCLouvain) présentent les résultats d’une étude qui s’est appuyée sur une méthodologie originale combinant mesures quantitatives et parcours piétons commentés, afin de saisir la diversité des gênes et leur perception.

Les constats dépassent la simple liste des gênes identifiées pour les piétons et plus encore pour ceux à mobilité réduite. Menées dans plusieurs artères commerçantes de la capitale, en raison de leur caractère exemplaire (concentration des flux piétons et des gênes liées aux étalages et aux déchets associés aux commerces), les analyses qualitatives effectuées nuancent ce que les seuls comptages et descriptions apporteraient. Ainsi, loin d’être perçues négativement, les gênes liées aux établissements de commerce et de l’HoReCa sont bien mieux tolérées que d’autres, qui apparaissent comme illégitimes. Là où les tringles à vêtements, les cartons et les tables font partie de l’ambiance urbaine, trottinettes et panneaux publicitaires sont perçus comme des nuisances qu’il faudrait réguler. Les résultats précisent aussi que le ressenti et les degrés de gêne varient fortement en fonction de l’environnement (combinaison de gênes) et des profils de piétons.

Pour faciliter le déplacement piéton, la solution optimale ne semble dès lors pas relever du strict dégagement de l’espace public, mais bien de la mise en œuvre de multiples solutions locales, tenant compte des divers besoins en présence, de manière à satisfaire au mieux l’ensemble des besoins. Les auteurs plaident donc en faveur d’une prise en compte dynamique de la problématique des gênes piétonnes, adaptée localement et en concertation avec tous les acteurs qui influencent les conditions de circulation sur les trottoirs. Ce n’est qu’à cette condition que la marche, placée au cœur du plan Good Move bruxellois comme meilleur mode de déplacement à courte distance, gagnera en convivialité et en attractivité pour tous les piétons.

Pour citer cet article
Creten, Alexis, Mezoued, Aniss M. et Letesson, Quentin, « Fluidité des déplacements et gênes piétonnes dans les rues commerçantes de Bruxelles », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n°158, mis en ligne le 21 juin 2021, URL : https://journals.openedition.org/brussels/5595
Contact
Tatiana Debroux, Rédactrice en chef :
tdebroux[at]brusselsstudies.be

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search