Navigeren – Plan van de website

HomeDocumentenThematisch dossierDossier thématique : Enseignement

Dossier thématique : Enseignement

Traductions :
[nl] Thematisch dossier: onderwijs
[en] Thematic bibliography: Education

Les questions associées à l’enseignement à Bruxelles sont nombreuses et variées. Qu’il s’agisse de l’accueil de la petite enfance, de l’enseignement obligatoire ou des formations supérieures, tous les niveaux ont connu leur lot de réformes destinées à en améliorer la qualité et l’accessibilité. Plus d’une douzaine d’articles, de fact sheets et de notes de synthèse ont donc abordé ces problématiques depuis la création de la revue, les remettant régulièrement sur le métier à mesure des changements observés. Le présent dossier thématique vous propose de retourner dans les archives de Brussels Studies et de (re)découvrir les réflexions et les résultats publiés autour du thème de l’enseignement.

Accueil de la petite enfance

HUMBLET Perrine, 2011. Croissance démographique bruxelloise et inégalité d’accès à l’école maternelle, in : Brussels Studies, Collection générale, no 51, 19/09/2011. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1041

Quelle est l’équité sociale d’accès à l’école maternelle, voie d’entrée par excellence dans le système éducatif ? À Bruxelles, la croissance démographique combinée à la fracture sociale et économique met en danger l’accès pour tou·te·s à l’école maternelle. L’étude présente l’examen des statistiques de fréquentation par commune et montre qu’en 2011 déjà, dans de nombreuses zones, la saturation des écoles maternelles était généralisée. L’autrice pose également la question de l’aggravation de la pénurie de places qui s’annonçait alors, prédisant que l’inscription d’enfants en classe maternelle serait de plus en plus pénible, du fait de la saturation, mais aussi des modes de régulation des inscriptions qui étaient en train de se mettre en place. Un accroissement de l’inéquité dont étaient déjà victimes les familles socioéconomiquement défavorisées se profilait selon l’autrice : moins informées des normes en vigueur, moins conscientes de l’ampleur des démarches à entreprendre et moins à même de se dépêtrer dans la jungle de l’enseignement, elles courent un risque accru de voir leurs enfants accéder à l’école plus tardivement, ainsi qu’à des établissements qu’elles n’auront pas librement choisis.

HUMBLET Perrine, AMERIJCKX Gaëlle, AUJEAN Stéphane, DEGUERRY Murielle, VANDENBROECK Michel et WAYENS Benjamin, 2015. Les jeunes enfants à Bruxelles : d’une logique institutionnelle à une vision systémique, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 91, 21/09/2015. Disponibilité : http://journals.openedition.org/brussels/1299

Cette note de synthèse relève d’emblée le paradoxe dans lequel se trouve la Région bruxelloise : son avenir dépend largement de la manière dont seront corrigés les différents déficits touchant le développement des enfants, alors que les outils principaux relèvent de la compétence de deux communautés : l’ONE ou Kind & Gezin d’une part, et les deux ministères de l’Enseignement d’autre part. Il en résulte une conception administrative scindée de la petite enfance. Or, les inégalités socioéconomiques font qu’une partie des enfants bruxellois ne sont pas dans les conditions nécessaires pour développer pleinement leur potentiel. Un enfant sur 4 (ou un sur 3 selon l’indicateur) vivant dans une famille précarisée (dont un grand nombre d’enfants dans des familles monoparentales), peut-être jusqu’à 50 % d’enfants en situation de plurilinguisme, un retard scolaire observable dès le début des cursus scolaires, un nombre inconnu de familles et d’enfants sans statut légal : ce sont autant d’éléments qui justifient aux yeux des auteur·trice·s un plan d’urgence global pour l’enfance à Bruxelles.

HUMBLET Perrine, ROBERT Emmanuelle, HUYNEN Philippe, AMERIJCKX Gaëlle, AUJEAN Stéphane et WAYENS Benjamin, 2020. Modalités d’accès et public des milieux d’accueil francophones de la petite enfance en Région de Bruxelles-Capitale, in : Brussels Studies, Fact Sheets, no 151, 06/12/2020. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/5197

Cette fact sheet reprend les principaux résultats d’une enquête réalisée auprès de milieux d’accueil de la petite enfance francophones à Bruxelles entre les mois de juillet et d’octobre 2018. Elle relève que les places d’accueil disponibles étant moins nombreuses qu’attendu par les usagers potentiels, les structures de la petite enfance ont souvent établi des critères à l’inscription. Diversifiés, parfois complexes, ces critères influent sur le niveau d’accessibilité primaire des services. Dans les milieux d’accueil « classiques » (crèche, prégardiennat et maisons d’enfants), les familles biparentales et actives professionnellement sont les plus nombreuses et le critère « commune du domicile » a visiblement un impact sur la sélection des enfants. Les haltes-accueil se singularisent sur le plan de la contribution financière, mais aussi de tous les autres indicateurs. La participation parentale moyenne de 11,4 € par jour, contre respectivement 18,7 € pour l’ensemble des structures, reflète un public de familles plus fragiles, marquées notamment par la monoparentalité (seuls 69 % des enfants y vivent avec leurs deux parents contre 86 % pour l’ensemble des structures). Les haltes ont donc un public spécifique dont les besoins sociaux sont plus aigus.

Enseignement fondamental

État des lieux

JANSSENS Rudi, CARLIER Donat et VAN DE CRAEN Piet, 2009. L’enseignement à Bruxelles, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, EGB no 5, 19/01/2009. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/922

La situation de l’enseignement obligatoire en Région de Bruxelles-Capitale est au cœur de cette note de synthèse issue des États généraux de Bruxelles en 2009. Les auteur·e·s abordent la relation existant entre l’école et la ville sous quatre aspects : (1) le contexte politico-institutionnel (l’organisation de l’enseignement), (2) le processus pédagogique et d’enseignement (qu’enseigner et comment le faire, dans quelles circonstances et avec quels résultats), (3) les données démographiques et géographiques (population à laquelle l’enseignement est destiné), et (4) le contexte socio-culturel (développement urbain).

CANTILLON Estelle, 2009. Réguler les inscriptions scolaires à Bruxelles, in : Brussels Studies, Collection générale, no 32, 30/11/2009. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/720

Cet article de 2009 se veut une contribution aux réflexions concernant la politique d’inscriptions scolaires la mieux adaptée aux besoins de la Région de Bruxelles-Capitale. À cette fin, Estelle Cantillon recadre dans un premier temps les débats de l’époque sur les inscriptions scolaires en distinguant les objectifs politiques poursuivis de la procédure qui mettait en œuvre ces objectifs, argumentant que l’analyse de ces deux aspects peut être entreprise de façon indépendante. Dans un deuxième temps, l’autrice décrit les enjeux spécifiques auxquels fait face la Région en ce qui concerne les inscriptions scolaires.

WAYENS Benjamin, JANSSENS Rudi et VAESEN Joost, 2013. L’enseignement à Bruxelles : une gestion de crise complexe, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 70, 29/08/2013. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1181

Cette note de synthèse actualise et complète la note de synthèse issue des États généraux de Bruxelles de 2009 [Janssens, Carlier et Van de Craen, 2009]. La première partie de la note précise le cadre institutionnel et politique dans lequel fonctionne l'enseignement à Bruxelles. Elle souligne combien l’enseignement bruxellois n’existe pas au sens strict : l’enseignement y est géré par une multitude de structures (les pouvoirs organisateurs) fonctionnant souvent de manière autonome et se concertant au niveau de réseaux (structurés sur une base philosophique), dans un cadre strictement communautaire (et donc linguistique). La deuxième partie constate entre autres la saturation des infrastructures scolaires bruxelloises, une grande diversité de la population scolaire notamment en ce qui concerne les langues parlées au domicile, et une dualisation des qualifications en Région de Bruxelles-Capitale, qui connaît à la fois une forte proportion de personnes très diplômées, mais aussi de personnes faiblement diplômées. La troisième partie ouvre la discussion sur les chantiers futurs, tels qu’ils étaient imaginés en 2013.

WAYENS Benjamin, DELVAUX Bernard, MARISSAL Pierre, VERMEULEN Sofie, QUITTELIER Benoit et JANSSENS Rudi, 2016. Besoin en enseignants en Région bruxelloise à l'horizon 2020, in : Brussels Studies, Fact Sheets, no 101, 20/06/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1378

Une équipe interuniversitaire issue de l’Université libre de Bruxelles, la Vrije Universiteit Brussel, l’Université Saint-Louis et l’Université catholique de Louvain a mobilisé les données disponibles pour tenter d’y voir plus clair sur les besoins en personnel enseignant dans une perspective bruxelloise. Le Cahier de l’IBSA n5, synthétisé dans cette Fact sheet, détaille leur estimation concernant ceux-ci à l’horizon 2019-2020.

Diversité à l’école

REA Andrea, NAGELS Carla et CHRISTIAENS Jenneke, 2009. Les jeunesses bruxelloises : inégalité sociale et diversité culturelle, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, EGB no 9, 02/02/2009. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/951

Cette note de synthèse des États généraux de Bruxelles interroge la tendance persistante à disqualifier certaines jeunesses bruxelloises, l’accroissement de leur précarité d’existence, l’adversité croissante entre les jeunes aux origines sociales et ethniques diverses. Constatant que les résultats scolaires sont généralement moins bons à Bruxelles qu’en Wallonie et qu’en Flandre, les auteur·trice·s rappelent que la scolarisation des jeunes reste un processus sélectif par lequel les inégalités sociales se traduisent en inégalités scolaires qui reproduisent les premières. À Bruxelles, les différences sociales se superposent aux différences ethniques. Les auteur·trice·s soulignent notamment que la majorité des élèves dont les familles ressortissent des indicateurs d’origine sociale les plus faibles sont surreprésentés dans l’enseignement technique et professionnel.

LENEL Emmanuelle, 2010. La mixité à l’école comme levier de réussite ?, in : Brussels Studies, Collection générale, no 40, 06/09/2010. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/782

Cet article interroge l’idéal démocratique de mixité, au sens large, dans le champ scolaire. À partir de deux études de cas d’écoles bruxelloises qui répondent de manière opposée aux enjeux de la diversité à Bruxelles, la sociologue Emmanuelle Lenel met en perspective, sur la base de données ethnographiques, les modèles d’intégration de types universaliste et communautariste. Elle montre que ces deux modèles-types d’école ne constituent pas une simple alternative éthicophilosophique, mais qu’ils contribuent à façonner des élèves différent·e·s. Au-delà de leurs effets sur la réussite et la ségrégation scolaire, chaque modèle d’école favorise en effet différemment les trois logiques – stratégies de réussite, intégration et épanouissement personnel – que l’élève se doit d’articuler au sein de l’espace scolaire.

MC ANDREW Marie, 2016. L’accès aux institutions scolaires des communautés dont la langue est fragile : une perspective canadienne, in : Brussels Studies, Collection générale, no 95, 25/01/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1320

La question du contrôle de l'accès aux différents systèmes d'enseignement dans un contexte bilingue n'est pas une spécificité bruxelloise. Au Canada, cette question se pose aussi, de deux manières : d'une part, pour les communautés de langue minoritaire (souvent francophones) dans la partie anglophone du pays et, d'autre part, au Québec, pour la communauté francophone majoritaire dont la langue est toutefois en situation de fragilité à l’échelle nationale. Après avoir examiné quelques éléments du débat relatif au contrôle de l’accès à leurs institutions scolaires par les communautés dont la langue est en situation de fragilité, l’autrice présente les choix contrastés effectués à cet égard depuis une quarantaine d’années par la minorité francophone au Canada selon qu’elle jouit ou non d’un statut de majorité régionale et certaines de leurs conséquences. L’expérience canadienne illustre deux logiques, celle de protection d’une minorité fragile ou une logique d’utilisation dynamique de la scolarisation dans un objectif de transformation des rapports ethnolinguistiques.

Enseignement supérieur

VAESEN Joost et WAYENS Benjamin, 2014. L’enseignement supérieur et Bruxelles, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 76, 23/04/2014. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1214

Cette note de synthèse rassemble un grand nombre de données relatives à Bruxelles, souvent fragmentées au plan institutionnel. Elle montre notamment que si l'on s'en tient aux seules institutions d’enseignement supérieur (IES) reconnues (« subsidiées »), on compte plus de 86 000 étudiants dans le supérieur à Bruxelles (chiffres 2010-11), ce qui représente pour ce niveau d’enseignement près d'un quart des étudiants en Belgique et fait de Bruxelles – et de loin ! – la plus grande ville étudiante du pays. L'enseignement supérieur dépasse bien sûr la formation des étudiants et est, surtout dans les universités, constamment irrigué par la recherche. Sur ce point, les auteurs soulignent que la Région bruxelloise a toujours en 2014 un taux d'investissement en recherche et développement (R&D) très faible, tant en regard des objectifs européens que de la moyenne européenne et de la situation des autres régions belges. Les IES constituent aussi un important acteur économique, ne serait-ce que par le volume de leurs dépenses. Les revenus des quatre universités actives à Bruxelles (ULB, VUB, USL-B et UCL-Woluwe) s’élevaient pour 2012 à quelque 617 millions d’euros, soit l'équivalent de 23 % du budget de la Région de Bruxelles-Capitale. En tant qu'employeurs, les IES (en ce compris les hôpitaux universitaires) occupaient en 2011, plus de 28 000 personnes, soit 4,5 % de l’emploi salarié de la RBC. L’ampleur de la présence des IES est donc manifeste dans plusieurs domaines et touche, de façon directe, plus de 115 000 personnes (étudiants et travailleurs). Cette note de synthèse se clôt sur les grands débats actuels relatifs au rôle des institutions d’enseignement supérieur dans une ville-région.

Transition vers l’emploi

FRANSSEN Abraham, CARLIER Donat et BENCHEKROUN Anissa, 2014. Les transitions des jeunes entre l’enseignement et l’emploi à Bruxelles : défis pour la gouvernance, in : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 73, 27/01/2014. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1198

Dualisation et décrochage scolaires, taux de chômage élevé des jeunes peu qualifiés, précarité chronique soulignent les difficultés des transitions des jeunes entre l’enseignement et l’emploi. Cette note de synthèse vise à mieux comprendre les transitions des jeunes de l’école à l’emploi, du chômage à la formation, de la formation à l’emploi et au sein même du marché du travail. Elle s’appuie sur les travaux du « LaboJeunes », qui pendant deux ans a rassemblé, au travers d’analyses en groupe, responsables institutionnels, enseignants, employeurs, professionnels de terrain et évidemment jeunes sans emploi. Dans un premier temps, après avoir rapidement rappelé le contexte bruxellois et précisé la catégorie des « jeunes en transition », le dispositif d’action publique destiné aux jeunes en transition est caractérisé. Dans un deuxième temps, un diagnostic partagé de la mise en œuvre de cette action publique et de ses effets est établi. Il identifie, avec ceux qui en sont les acteurs, quelques-uns des enjeux de ce qui s’apparente plus à un « patchwork » tissé de relations de « coopération conflictuelle » qu’à un dispositif cohérent. Dans un troisième temps, prospectif et propositionnel, les auteur·trice·s s’interrogent sur les conditions et pistes d’amélioration d’une action publique en matière de transition des jeunes vers l’emploi.

VEINSTEIN Matthieu et SIRDEY Isabelle, 2016. La formation qualifiante : une transition vers l’emploi pour les jeunes chercheurs d’emploi bruxellois peu scolarisés ?, in : Brussels Studies, Collection générale, no 96, 29/02/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1324

Cet article montre que le dispositif bruxellois francophone de formation professionnelle améliore significativement les chances d’insertion professionnelle des participants, en particulier s’agissant de formation qualifiante. L’impact qui pourrait en résulter, notamment comme seconde chance pour les jeunes les moins diplômés, est cependant atténué par les pratiques de recrutement des entreprises. Si elles privilégient, de manière générale, les sortants de formation qualifiante, d’autres critères sont pris en compte, dans un contexte de pénurie d’offres emploi. Les jeunes les plus vulnérables bénéficient moins de leur passage en formation qualifiante, surtout en termes de stabilisation en emploi. Les auteur·trice·s concluent donc qu’il apparaît nécessaire de conjuguer développement économique et sécurisation des parcours formatifs pour agir sur le chômage bruxellois.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search