Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2021Résidence des élus et structures ...

2021
163

Résidence des élus et structures socioélectorales en Région de Bruxelles-Capitale

Woonplaats van de verkozenen en sociale verkiezingsstructuren in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest
Residence of elected representatives and social and electoral structures in the Brussels-Capital Region
Christian Vandermotten
Traduction(s) :
Residence of elected representatives and social and electoral structures in the Brussels-Capital Region [en]
Woonplaats van de verkozenen en sociale verkiezingsstructuren in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest [nl]

Résumés

L’article examine d’abord le patron résidentiel des élus de niveau supra-communal résidant sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale et son évolution récente. Il montre que ce patron tend de plus en plus à se conformer à celui de la population bruxelloise dans son ensemble, avec toutefois le maintien d’une surreprésentation des quartiers les plus aisés, où résident près de la moitié des élus MR et DéFI, surtout en deuxième couronne orientale. Les élus CdH et néerlandophones résident plus souvent en deuxième couronne occidentale, mais il y a une forte progression des élus flamands résidant dans les quartiers en voie de gentrification du croissant pauvre. Il en va de même pour les élus écologistes, qui apparaissent au cœur du processus de gentrification des quartiers pauvres centraux. Bien que les élus issus de l’immigration soient toujours très majoritairement socialistes, le patron résidentiel des élus socialistes tend à glisser des quartiers centraux vers la deuxième couronne. Quant aux élus du PTB, ils ne résident pas tant dans les quartiers les plus pauvres que dans des zones de revenu intermédiaire, traduisant un milieu très politisé issu du monde du travail qualifié. L’article examine ensuite les concordances que l’on peut établir entre cette géographie des élus et celle de leur électorat, dans les limites liées à la disponibilité de données à la seule échelle des communes et des élections à ce niveau de pouvoir.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Texte intégral

Introduction

1L’article étudie la répartition résidentielle des élus sur l’ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale, à l’exclusion du niveau communal. Ont donc été pris en considération les élus au Parlement régional, les élus bruxellois au Parlement fédéral et au Parlement européen, les ministres et secrétaires d’État régionaux et fédéraux domiciliés à Bruxelles, qui sont pour la très grande majorité d’entre eux des élus empêchés de siéger. Le référentiel par rapport auquel la répartition résidentielle de ce personnel politique est appréciée est donc la Région dans son ensemble, à la différence d’études qui ont travaillé sur les élus ou candidats aux élections communales, et qui ont dû dès lors considérer comme référentiels les diverses communes considérées séparément [de Borman et al., 2001 ; Van Hamme et Marissal, 2008 ; de Maesschalck, 2009]. Ici, nous souhaitions travailler dans le cadre des structures urbaines à l’échelle régionale. Nous avons toutefois pris aussi en considération les bourgmestres des 19 communes bruxelloises, leur nombre restreint et leur poids politique à l’échelle de la Région justifiant de traiter de leur lieu de résidence en conservant cette échelle de référentiel. Deux études avaient déjà été menées précédemment à Bruxelles à l’échelle régionale [de Maesschalk, 2010 ; Vandermotten, 2014].

  • 1 Par souci de simplicité, nous parlerons dorénavant de 2010 et de 2020 pour les deux situations étud (...)

2L’analyse diachronique menée ici compare deux cycles électoraux. D’une part, la situation en 2014, à la veille des élections fédérales et régionales. Elle concerne donc des candidats élus pour la plupart aux communales de 2012 (pour les bourgmestres), aux élections régionales et européennes de 2009 ou aux fédérales de 2010, sauf remplacement ultérieur par des suppléants. La situation actuelle, début 2021, résulte des élections communales de 2018 (pour les bourgmestres) et des régionales, fédérales et européennes de 20191. Les deux ensembles de données sont donc séparés par un cycle électoral intermédiaire, non examiné.

3L’article examine deux questions, qui seront traitées successivement.

4La première est celle du patron résidentiel des élus. Elle est sous-tendue par l’idée de l’importance d’une représentation équitable des différents types de quartiers parmi les élus, et de la signification politique d’une sous-représentation des quartiers défavorisés dans leurs lieux de résidence ou, à l’inverse, d’une surreprésentation des quartiers aisés. Les hypothèses implicites sont donc que les élus sont représentatifs dans une certaine mesure de la structure sociale du quartier où ils habitent, qu’ils peuvent relayer préférentiellement les préoccupations partagées par les catégories de population implantées dans ces quartiers, surtout à une échelle comme celle d’une région urbaine – ce serait sans doute moins vrai à une échelle plus étendue – et que les choix résidentiels des élus participent aussi de leur propre représentation de la ville et du projet urbain.

  • 2 Par exemple, s’il s’avérait que l’extrême droite faisait des scores importants dans des quartiers o (...)

5Il est cependant évident que la prudence s’impose dans les interprétations des résultats : rien ne permet d’affirmer a priori que les élus bénéficient préférentiellement du vote d’électeurs issus de leur quartier, ni que celui-ci représente leur base électorale. On a par ailleurs montré que, surtout dans les quartiers pauvres, les élus appartiennent en moyenne à des catégories sociales plus aisées que la population de leur quartier prise dans son ensemble, et aussi qu’à la moyenne de leurs électeurs [Jacobs, 2006 ; Van Hamme et Marissal, 2008 ; de Maesschalck, 2010]. L’interprétation des résultats nécessite donc de veiller aux risques classiques de l’ecological fallacy, c’est-à-dire l’interprétation d’une concordance statistique en termes d’explication2, d’autant que nous travaillons sur une population d’ampleur restreinte. Il faut aussi se garder de glissements sémantiques abusifs, qui conduiraient à assimiler mécaniquement la localisation des types d’élus et des types d’électeurs.

6Ces précautions valent d’autant plus pour la seconde question de l’étude, celle des parallèles entre géographie des élus et géographie électorale, avec la difficulté que les données relatives à cette dernière ne sont au mieux disponibles qu’à l’échelle communale et seulement pour les élections tenues à ce niveau.

1. Le patron résidentiel des élus

1.1. Les données

  • 3 Soit, en 2010, 89 parlementaires régionaux (parmi lesquels 12 bourgmestres), 14 parlementaires fédé (...)

7La population étudiée, dont il a fallu identifier les adresses privées ou au moins le quartier de résidence, est de 125 élus (ou ministres) en 2010 et 133 en 20203. L’augmentation traduit une réduction drastique du nombre de cumuls des bourgmestres : sur les 19 bourgmestres bruxellois, 14 cumulaient avec une autre fonction élective ou ministérielle en 2010, alors qu’ils ne sont plus que 5 dans ce cas dix ans plus tard.

8Le tableau 1 et la figure 1 décrivent le patron résidentiel de ce personnel politique au niveau des communes et des quartiers, tels que délimités par le Monitoring des quartiers [IBSA, consulté le 1er mars 2021].

Tableau 1. Répartition des élus par commune de résidence et type de quartier (2010 et 2020)

 

Elus

Elus (%)

Population (%)

Rapport élus/pop.

 

2010

2020

2010

2020

2010

2020

2010

2020

Région de Bruxelles-Capitale

125

133

100,0

100,0

100,0

100,0

1,00

1,00

Bruxelles-Centre, Nord-Est, Louise

14

6

11,2

4,5

6,7

6,8

1,68

0,66

Schaerbeek

12

15

9,6

11,3

11,1

10,9

0,86

1,04

Saint-Josse

5

4

4,0

3,0

2,4

2,2

1,65

1,34

Etterbeek

5

3

4,0

2,3

4,1

4,0

0,98

0,57

Ixelles

16

9

12,8

6,8

7,4

7,2

1,74

0,94

Saint-Gilles

5

6

4,0

4,5

4,3

4,1

0,93

1,11

Forest

6

13

4,8

9,8

4,6

4,7

1,04

2,10

Anderlecht

8

9

6,4

6,8

9,6

9,9

0,67

0,68

Molenbeek

7

10

5,6

7,5

8,1

8,0

0,69

0,94

Koekelberg

1

6

0,8

4,5

1,8

1,8

0,44

2,50

Bruxelles-Laeken

5

9

4,0

6,8

5,8

6,0

0,69

1,13

Berchem Sainte-Agathe

2

2

1,6

1,5

2,0

2,1

0,79

0,71

Ganshoren

4

3

3,2

2,3

2,1

2,1

1,54

1,08

Jette

6

6

4,8

4,5

4,3

4,3

1,12

1,04

Bruxelles-Neder-over-Hembeek

2

0

1,6

0,0

1,6

1,8

1,02

0,00

Bruxelles-Haren

0

0

0,0

0,0

0,4

0,5

0,00

0,00

Evere

3

5

2,4

3,8

3,3

3,5

0,73

1,07

Woluwé Saint-Lambert

3

1

2,4

0,8

4,7

4,8

0,52

0,16

Woluwé Saint-Pierre

7

8

5,6

6,0

3,6

3,5

1,56

1,73

Auderghem

1

4

0,8

3,0

2,8

2,8

0,28

1,06

Watermael-Boitsfort

5

5

4,0

3,8

2,2

2,1

1,80

1,80

Uccle

8

9

6,4

6,8

7,1

6,9

0,90

0,98

Quartiers du 1er quintile de revenus (a)

23

32

18,4

24,1

26,9

26,4

0,68

0,91

Quartiers du 2e quintile de revenus (a)

33

27

26,4

20,3

20,7

21,0

1,28

0,97

Quartiers du 3e quintile de revenus (a)

22

28

17,6

21,1

20,4

20,9

0,86

1,01

Quartiers du 4e quintile de revenus (a)

19

19

15,2

14,3

18,5

18,8

0,82

0,76

Quartiers du 5e quintile de revenus (a)

28

27

22,4

20,3

13,5

12,9

1,66

1,57

Pentagone

11

3

8,8

2,3

4,5

4,5

1,96

0,50

Croissant pauvre

17

28

13,6

21,1

19,8

19,2

0,69

1,10

Première couronne orientale

28

23

22,4

17,3

18,3

17,9

1,22

0,97

Deuxième couronne est Q1-Q3

11

15

8,8

11,3

10,2

10,7

0,86

1,05

Deuxième couronne est Q4-Q5

28

31

22,4

23,3

21,7

21,4

1,03

1,09

Deuxième couronne ouest Q1-Q3

24

26

19,2

19,5

21,3

21,9

0,90

0,89

Deuxième couronne ouest Q4-Q5

6

7

4,8

5,3

4,3

4,4

1,12

1,20

Quartiers en voie de gentrification (b)

46

43

36,8

32,3

35,1

34,3

1,05

0,94

(a) Quartiers classés selon leurs revenus moyens de 2015, répartis en cinq quintiles, par la suite caractérisés de Q1 (quartiers aux revenus les plus faibles) à Q5 (quartiers aux revenus les plus élevés).
(b) Quartiers du Pentagone, du croissant pauvre et de première couronne orientale situés dans les deux premiers quintiles de revenus en 2005 et ayant amélioré leur revenu moyen/hab. relatif entre 2005 et 2015.

Figure 1. Patron résidentiel des élus en 2010 et 2020

Figure 1. Patron résidentiel des élus en 2010 et 2020

Cartographie : Pierre Marissal

Les symboles sont localisés dans le quartier de résidence des élus, un cercle pour les élus du rôle francophone, un carré pour ceux du rôle néerlandophone. Les couleurs les rattachent aux ensembles politiques. Nous avons distingué : l’extrême gauche (PTB-PVDA) ; les sociaux-démocrates, y compris les dissidents Emir Kir et Emin Özdara ; les écologistes d’Ecolo et de Groen ; le MR et les élus du FDF/DéFI, regroupés parce que la géographie et la sociologie de leurs électeurs sont proches (alors que celles de l’Open Vld en diffèrent sensiblement) ; les sociaux-chrétiens (avec ici aussi des sociogéographies très différentes côté francophone et néerlandophone) ; la N-VA et l’extrême droite.

9Au niveau des différences entre communes, il serait imprudent de tirer des conclusions quant à la géographie résidentielle des élus : les nombres absolus sont faibles et la plupart des communes sont hétérogènes. Il est donc nécessaire de partir du niveau des quartiers pour les regrouper en ensembles sociogéographiquement cohérents.

1.2. Les catégories de quartiers

10Les quartiers ont été catégorisés selon deux modalités (figure 2) : d’une part une distribution en 5 quintiles de revenus moyens/hab. (Q1 à Q5) ; d’autre part une géographie distinguant le Pentagone, le croissant pauvre hors Pentagone (qui inclut toute la première couronne occidentale), la première couronne orientale hors croissant pauvre, la seconde couronne, en y séparant les quartiers situés à l’est et à l’ouest de la Senne et en y distinguant les quartiers de faibles et moyens revenus (quintiles 1 à 3, soit Q1-Q3) et ceux les plus aisés (quintiles 4 et 5 – soit Q4-Q5) (tableau 2).

Tableau 2. Revenu moyen relatif par habitant dans les différents types de quartiers

Bruxelles-Capitale = 100

Part dans la population (2015)

Revenu moyen relatif/habitant

2005

2015

Pentagone

4,5

78,9

82,3

Croissant pauvre

19,9

58,5

62,2

Quartiers de première couronne orientale

18,1

58,5

62,2

Quartiers de 2ème couronne est Q1, Q2, Q3

10,3

100,9

95,6

Q4, Q5

21,2

129,8

136,4

Quartiers de 2ème couronne ouest Q1, Q2, Q3

21,7

103,9

94,9

Q4, Q5

4,3

133,5

124,3

Cartographie : Pablo Medina Lockhart

Figure 2. Les catégories de quartiers à Bruxelles

Figure 2. Les catégories de quartiers à Bruxelles

Cartographie : Pablo Medina Lockhart

11Cette répartition met bien en évidence la dichotomie sociale est-ouest à Bruxelles. La première couronne abrite 38 % de la population bruxelloise, pour moitié environ dans le croissant pauvre au nord et à l’ouest, pour l’autre moitié dans les quartiers plus aisés, historiquement bourgeois, de l’est. En deuxième couronne, l’est rassemble 32 % de la population bruxelloise, l’ouest 26 %, mais 67 % de la population de la deuxième couronne orientale habite des quartiers appartenant aux quintiles de revenus 4 et 5, alors que ce pourcentage n’est que de 17 % à l’ouest (tableau 2).

  • 4 Tout en gardant à l’esprit que les statistiques de revenus doivent être maniées avec prudence, surt (...)

12Enfin, les quartiers en voie de gentrification ont été isolés, sur la base d’une définition très sommaire et approximative de ce phénomène, à savoir les quartiers du Pentagone et de la première couronne qui étaient situés dans les deux premiers quintiles de revenus en 2005 et ont amélioré leur revenu moyen relatif/hab. entre 2005 et 20154 (tableau 2).

1.3. La géographie résidentielle des élus et les types de quartiers

13La première question de recherche est donc de savoir si les lieux de résidence des élus sont répartis de manière équilibrée entre les différentes catégories de quartier dans la ville.

  • 5 À l’échelle des quartiers classés par quintile de revenus, l’écart entre la répartition des élus et (...)

14Il n’apparaît pas d’écart outrancier entre la répartition des résidences des élus et celle de la population en général, à l’exception d’une très nette surreprésentation des quartiers les plus riches (tableau 1). En outre, les patrons résidentiels des élus et de la population dans son ensemble tendent à se rapprocher entre 2010 et 2020, par résorption de la sous-représentation des quartiers les plus pauvres5.

15Cette amélioration de l’adéquation entre le profil de répartition des élus et celui de la population dans son ensemble, du fait d’une meilleure représentation des élus dans les quartiers moins favorisés, peut tenir à différents facteurs, interreliés entre eux, qu’il s’agit maintenant d’examiner :

  • les évolutions des résultats électoraux, bénéficiant aux partis dont les élus sont bien présents dans ces quartiers ;

    • 6 Contrairement à une idée assez répandue, le taux de renouvellement des élus d’une élection à l’autr (...)

    le renouvellement du personnel politique, lié pour une part à ces évolutions (tableau 3)6 ;

    • 7 Dans l'étude, deux groupes sont plus spécifiquement identifiés : d'une part, les élus d'origine mag (...)

    en particulier un nombre croissant d’élus issus de l’immigration7 ;

  • une généralisation des phénomènes de gentrification à l’ensemble des quartiers pauvres, qui s’y manifeste par une augmentation du revenu relatif (tableau 4), et à laquelle seraient associées la diffusion et l’élection de nouveaux candidats plus jeunes, par exemple écologistes.

Tableau 3. Évolution de la représentation politique et taux de renouvellement des élus

Pourcentage de l’ensemble des élus en 2010

Pourcentage de l’ensemble des élus en 2020

Pourcentage des élus de 2020 déjà en place en 2010

PTB/PVDA

-

10,5

0,0

Socialistes (y compris SP.A et dissidents)

29,6 (b)

24,8 (b) ↓

54,5

Écologistes (y compris Groen)

20,8 (c)

23,3 (c)

34,4

MR

16,0 (d)

14,3 (d) ↓

36,9

FDF/DéFI

10,4 (e)

10,5 (e) =

35,7

CdH

11,2 (a)

7,5 (a) ↓

60,0°

Partis flamands (y compris SP.A et Groen)

18,4

14,3 (f) ↓

35,0

Total

100,0 (n = 125)

100,0 (n = 133)

38,3

(a) Y compris Bertin Mampaka, passé entre-temps au MR.
(b) Y compris Emir Kir et Emin Özkara devenus entre-temps indépendants.
(c) Y compris Marie Nagy passée entre-temps à DéFI.
(d) Sans Bertin Mampaka.
(e) Sans Marie Nagy.
(f) Sans les deux élus néerlandophones du PTB/PVDA.

La stabilité des élus est la plus forte dans les deux familles politiques qui ont le plus perdu entre 2010 et 2020, les socialistes et le CdH, ce qui traduit le fait qu’en situation de régression électorale ils ont moins aisément pu faire élire de nouveaux candidats et que les élus les plus anciennement implantés se sont relativement le mieux maintenus. Ainsi, au CdH, le recul électoral n’a néanmoins pas empêché des bourgmestres de se maintenir, alors que par ailleurs le renouvellement des cadres semble faible. Chez les socialistes, le bon maintien des élus « historiques » touche tant ceux issus de l’immigration que les autres. À l’inverse, le PTB/PVDA n’avait pas d’élus en 2010. Les autres groupes politiques sont dans une situation intermédiaire (de l’ordre de 2/3 des élus de 2020 qui n’étaient pas en place en 2010).

Tableau 4. Répartition des élus par types de quartier, familles politiques et origines

Tableau 4. Répartition des élus par types de quartier, familles politiques et origines

(a) Quartiers du Pentagone, du croissant pauvre et de première couronne orientale situés dans les deux premiers quintiles de revenus en 2005 et ayant amélioré leur revenu moyen/hab. relatif entre 2005 et 2015.

1.4. Les quartiers pauvres

16Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, l’amélioration de la représentation des quartiers les plus pauvres (Q1) ne provient pas tant de l’apparition d’élus d’extrême gauche (seulement 2 élus d’extrême gauche sur les 32 élus habitant ces quartiers en 2020, ou encore sur les 14 élus d’extrême gauche bruxellois) que d’un très net renforcement des élus écologistes, néerlandophones en particulier : l’attractivité de la zone du canal pour ce type d’élus est remarquable. En totalisant 41 % des élus issus des quartiers du premier quintile en 2020, contre 22 % en 2010, les écologistes en ont fait leur « fief résidentiel ». À l’inverse, le nombre d’élus socialistes se réduit dans ces quartiers, où ils dominaient : si on considère les quartiers des deux premiers quintiles, ils y passent de 23 à 16 élus, quand les écologistes grimpent de 12 à 19. Ainsi, alors que, de 2010 à 2020, les nombres d’élus socialistes et écologistes restent tous deux assez stables dans les quartiers de classes moyennes et aisées (Q3 à Q5), leur prédominance s’inverse dans les quartiers pauvres.

  • 8 Notons que si la fidélité de l’électorat d’origine maghrébine ou turque aux socialistes (y compris (...)

17Il serait toutefois faux de lier cette évolution à une éventuelle modification des comportements électoraux des classes populaires locales issues de l’immigration, parmi lesquelles la pénétration des écologistes était traditionnellement faible [Martiniello et Hily, 1998 ; Rea et al., 2010 ; Teney et al. 2010]. En effet, le tableau 5 montre bien qu’il n’y a pas eu de diminution sensible de la présence très importante d’élus socialistes d’origine maghrébine ou turque dans ces quartiers et que les élus écologistes issus de cette immigration y sont toujours aussi peu nombreux, malgré un discours écologiste ouvert sur les questions liées à l’immigration, le fait que les écologistes furent le premier parti à Bruxelles à accueillir un élu d’origine marocaine et qu’ils sont ou ont été à deux reprises co-présidés par une Bruxelloise d’origine maghrébine : seuls 4 des 31 élus écologistes en 2020, soit 13 %, sont d’origine maghrébine ou turque, alors qu’ils sont 19 dans ce cas sur 45 élus, soit 42 %, dans la gauche socialiste et l’extrême gauche8.

Tableau 5. Nombre d’élus d’origine maghrébine ou turque et d’origine d’Afrique subsaharienne, selon le type de quartier et l’appartenance politique

2010

2020

Social.

Ecol.

Autres

Total

Social. et PTB

Ecol.

Autres

Total

Élus d’origine maghrébine ou turque

Q 1 et Q 2

12

2

3

17

11

3

2

16

Q 3, 4 et 5 Est

2

2

-

4

3

-

1

4

Q 3, 4 et 5 Ouest

1

-

-

1

5

1

-

6

Élus d’origine d’Afrique subsaharienne

Q 1 et Q 2

-

-

1

1

-

-

1

1

Q 3, 4 et 5 Est

1

-

1

2

-

-

-

-

Q 3, 4 et 5 Ouest

-

-

3

3

-

1

3

4

Total

16

4

8

28

19

5

7

31

L’appartenance à ces catégories est fondée sur le patronyme des élus. Si celui-ci constitue une bonne variable proxy de l’origine des élus, nous attirons l’attention sur le fait que son usage présente des limites. Les origines d’une personne peuvent en effet être bien plus complexes que ce que son patronyme peut indiquer. Ceci explique donc, par exemple, que Barbara Trachte, bien qu’ayant notamment des origines subsahariennes, n’ait pas été incluse dans ce tableau.

18Il semble donc que l’on puisse conclure que la croissance du nombre d’élus écologistes résidant dans les quartiers pauvres soit plus le fait des choix résidentiels de pionniers gentrifieurs, peu représentatifs des comportements politiques dominants des populations locales en grande partie issue des immigrations pointées. À l’inverse, une partie des élites politiques socialistes d’origine maghrébine ou turque aurait tendance à se déplacer vers des quartiers plus aisés, surtout dans la partie occidentale de la Région.

19Dans ces quartiers pauvres (Q1 et Q2), les élus de partis du centre et de droite sont de plus en plus minoritaires (41 % de l’ensemble des élus résidant dans ces quartiers en 2010, 27 % en 2020), bien que leur nombre soit quelque peu soutenu par une présence néerlandophone, néanmoins globalement déclinante elle aussi.

1.5. Les quartiers intermédiaires

20Les élus de gauche (extrême gauche, sociaux-démocrates et écologistes) sont aussi majoritaires parmi ceux résidant dans les quartiers intermédiaires (Q3 et Q4), mais moins que dans les quartiers pauvres : 60 % des élus résidant dans les quartiers Q3 et Q4 appartiennent à la gauche (64 % dans les quartiers Q3, 53 % dans les quartiers Q4), contre 70 % dans les quartiers Q1 et Q2.

21À l’intérieur du groupe des élus de gauche, le poids des socialistes augmente dans les quartiers intermédiaires par rapport à celui des écologistes, et ces derniers sont mieux représentés en Q3 qu’en Q4, ce qui renvoie de nouveau à l’accentuation chez les élus écologistes d’un profil de gentrifieurs pionniers ou en tout cas de personnes à la recherche d’une urbanité dense et centrale.

22Mais ce qui est moins attendu est la forte présence dans ces quartiers intermédiaires des élus d’extrême gauche, bien plus présents que dans les quartiers les plus pauvres. Cette résidence préférentielle des élus du PTB-PVDA dans les quartiers intermédiaires de la première couronne orientale pourrait peut-être s’expliquer par le fait que cette première génération d’élus d’extrême gauche ne vient pas majoritairement des classes populaires issues de l’immigration et de leurs quartiers de résidence, mais d’un monde syndical et associatif très politisé, pour une part des universitaires politiquement engagés. Il n’y a d’ailleurs que 3 élus d’origine maghrébine ou turque sur 14 élus au PTB-PVDA, alors qu’ils sont 14 sur 31 chez les socialistes, qui ont pu se construire au cours du temps une clientèle électorale issue de l'immigration au niveau de structures d’encadrement communales, y compris parmi des indépendants et de petits entrepreneurs.

23En ce qui concerne les élus du centre et de droite, les quartiers intermédiaires, en particulier ceux de la deuxième couronne occidentale de la Région sont de plus en plus le lieu de concentration des élus (en nombre déclinant) sociaux-chrétiens. Cela n’est sans doute pas sans lien avec la concentration dans ces quartiers d’une population d’origine subsaharienne. En effet, le profil des élus originaires d’Afrique subsaharienne est tout à fait différent de celui des élus d’origine maghrébine ou turque, tout comme l’est le patron spatial général de cette population : ils résident avant tout dans des quartiers de classes moyennes en deuxième couronne, surtout à l’ouest, où exerce d’ailleurs, à Ganshoren, le premier et seul bourgmestre bruxellois d’origine subsaharienne, social-chrétien (tableau 5).

1.6. Les quartiers aisés

24Dans les quartiers du cinquième quintile, surreprésentés, rappelons-le, en termes de résidence des élus par rapport au volume de leur population, les élus de gauche sont cette fois très nettement minoritaires, seulement 29 % de l’ensemble des élus. Parmi eux, les élus écologistes y font jeu égal avec les socialistes.

25Les répartitions spatiales assez voisines des élus libéraux et DéFI sont très inégalitaires : 73 % des élus de cette famille politique habitent des quartiers des deux quintiles les plus aisés en 2010, 63 % en 2020 (rappelons que ces quartiers ne rassemblent que 32 % de la population bruxelloise). En outre, ils sont bien plus présents à l’est de la Région qu’à l’ouest : 26 élus sur les 35 au total habitent en première et deuxième couronnes orientales en 2020, 8 seulement dans le croissant pauvre et la seconde couronne occidentale. Cela rend compte de la concentration historique des classes sociales aisées – et francophones – dans les faubourgs orientaux. À l’intérieur de l’ensemble des élus MR/Open Vld – FDF/DéFI, la part du MR tend à augmenter avec le niveau social des quartiers : les élus, sinon les électeurs, de DéFI semblent plus appartenir aux classes moyennes que ceux du MR. Ce profil plus classes moyennes est partagé par les 4 élus libéraux flamands de l’Open Vld.

26Dans ces quartiers aisés, il n’y a qu’à Woluwé-Saint-Pierre que les élus CdH parviennent à se maintenir significativement. On est ici sur la radiale historique d’extension vers les faubourgs des élites catholiques [Vandermotten et Ots-Albitar, 1976 ; Dobruszkès et Vandermotten, 2006].

1.7. Premières conclusions

27Parmi les conclusions les plus importantes qui se dégagent de cette géographie des élus, il nous semble qu’il convient d’épingler les points suivants :

  • les lieux de résidence des élus sont de mieux en mieux calqués sur ceux de la population dans son ensemble, sinon la persistance d’une surreprésentation des quartiers les plus aisés ;

  • la croissance du nombre d’élus résidant dans les quartiers les plus pauvres tient principalement à l’arrivée d’élus écologistes gentrifieurs pionniers, mais ne se marque pas en termes d’augmentation de la part des écologistes parmi les élus d’origine maghrébine ou turque ;

  • les élus issus de l’immigration maghrébine ou turque sont de plus en plus nombreux et ils appartiennent pour l’essentiel à la social-démocratie ou à l’extrême gauche. Ils résident de plus en plus dans les quartiers intermédiaires, même si la majorité d’entre eux habite toujours les quartiers pauvres ;

  • les lieux de résidence des élus de l’extrême gauche suggèrent qu’il s’agit d’un personnel politique issu d’un monde du travail qualifié et politisé ou d’intellectuels engagés, habitant dans des quartiers intermédiaires ;

  • la présence d’élus du centre et de la droite va croissant avec le niveau social des quartiers. La grande majorité de ceux-ci sont des élus MR ou FDF/DéFI. Les premiers sont proportionnellement d’autant plus présents que les quartiers sont plus aisés ;

  • les élus sociaux-chrétiens forment aujourd’hui un groupe résiduel, qui ne garde une présence significative que dans deux localisations : les quartiers intermédiaires de seconde couronne occidentale et, parmi les communes aisées, Woluwé-Saint-Pierre ;

  • les élus néerlandophones du centre et de droite (CD&V et Open Vld) résident préférentiellement dans les quartiers intermédiaires de seconde couronne occidentale. Ils ont un profil en général plus populaire que leurs équivalents francophones.

2. Géographie des élus et géographie électorale

28Examiner dans le détail la concordance entre la géographie résidentielle des élus et les résultats électoraux se révèle un exercice difficile, dans la mesure où les résultats électoraux ne sont disponibles au mieux qu’au niveau communal, et encore pour les seules élections communales (2012 et 2018) (figure 3). Or, le découpage communal est hétérogène et très loin d’être le plus adéquat pour appréhender les différenciations sociales dans l’espace urbain.

Figure 3. Principales tendances politiques au niveau communal (élections communales de 2018)

Figure 3. Principales tendances politiques au niveau communal (élections communales de 2018)

Cartographie : Pablo Medina Lockhart

29Une tentative exploratoire peut néanmoins être faite pour appréhender à cette échelle communale la similitude ou non entre la répartition résidentielle des élus et les résultats électoraux. De manière à réduire autant que possible les aléas statistiques des petits nombres, des communes voisines aux profils sociopolitiques proches ont été regroupées : Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren et Jette ; Molenbeek et Koekelberg ; Ixelles et Etterbeek ; les deux Woluwés ; Auderghem et Watermael-Boitsfort. De même, les familles politiques ont été regroupées en seulement six groupes : l’extrême gauche, les socialistes, les écologistes, les libéraux et DéFI, les sociaux-chrétiens, la NVA et l’extrême droite flamande.

  • 9 Nombre de voix par parti dans chaque commune en pourcentage du nombre total de suffrages valables d (...)

Tableau 6. Nombre d’élus résidents et nombre attendu en fonction d’une proportionnalité avec la répartition des voix aux élections communales de 2012 et de 20189

Tableau 6. Nombre d’élus résidents et nombre attendu en fonction d’une proportionnalité avec la répartition des voix aux élections communales de 2012 et de 20189

Les localisations résidentielles plus nombreuses qu’attendu sont soulignées en rouge, celles moins nombreuses en bleu.

30La comparaison entre le nombre d’élus attendu en fonction de la ventilation des voix par groupe politique et groupe de communes et le nombre effectif des élus des différents groupes résidant dans ces groupes de communes doit être interprétée avec une grande prudence en termes de significativité statistique et ne révèle pas de surprise majeure : globalement, la géographie des élus reflète bien celle de l’électorat (tableau 6). Quelques écarts révélateurs se dégagent néanmoins, qui confirment des conclusions déjà esquissées précédemment :

  • les élus d’extrême gauche habitent des quartiers plus intermédiaires que ceux dont est issue une part importante de leur électorat ;

  • les élus écologistes sont proportionnellement mieux représentés que leur électorat dans les quartiers pauvres, et ceci tend à se renforcer : ainsi, la surreprésentation des élus écologistes dans les quartiers intermédiaires d’Ixelles et d’Etterbeek, dans ceux de la seconde couronne occidentale, voire à Watermael-Boitsfort et Auderghem, qui prévalait en 2012, a disparu, alors qu’elle s’est confortée dans les quartiers de l’axe du canal, ainsi qu’à Saint-Josse et Saint-Gilles ;

  • bien que très inégalement répartis sur le territoire régional, les lieux de résidence des élus DéFI et libéraux, surtout les seconds, sont ceux qui reflètent le mieux la géographie (très inégalement répartie elle aussi) de leur électorat.

Conclusion générale

31Cet article ne prétend pas à l’existence d’une concordance parfaite entre la répartition des élus et celle des électeurs des différentes familles politiques. Toutefois, au-delà de l’intérêt d’une géographie des élus, suffisamment de conclusions convergentes se dégagent pour préciser quelques grands traits de la géographie sociopolitique bruxelloise et de ses évolutions récentes, qui permettent d’affiner ce que nous apprend l’analyse des résultats des élections communales, c’est-à-dire le niveau spatial le plus fin disponible, mais qui sont parfois difficiles à interpréter par le fait de l’hétérogénéité des territoires communaux, voire de « fidélités » locales de l’électorat, en particulier à ses bourgmestres.

32Les élus du PTB/PVDA ne résident pas tant dans les quartiers les plus pauvres que dans des zones de revenu intermédiaire, ce qui peut s’expliquer par leur appartenance à un milieu très politisé issu du monde du travail qualifié, de responsables syndicaux aguerris, voire du monde intellectuel.

33Bien que les quartiers les plus pauvres et abritant un grand nombre de personnes d’origine maghrébine ou turque votent toujours très majoritairement socialistes, le patron résidentiel des élus socialistes tend à glisser partiellement de ces quartiers centraux vers des quartiers plus aisés, même dans le chef d’élus issus de l’immigration maghrébine ou turque. Ces localisations rencontrent celles des électeurs socialistes « d’origine belge » liés aux classes moyennes et au secteur non marchand. Comme dans d’autres grandes métropoles européennes, le monde socialiste doit donc composer avec deux segments électoraux très différents, voire aux intérêts antagonistes, avec le risque d’un détachement progressif de son personnel politique en voie d’ascension sociale par rapport à sa base électorale la plus populaire.

34Les élus écologistes relèvent de plus en plus de la catégorie des gentrifieurs pionniers dans les quartiers centraux, en particulier dans la zone du canal, sans que cela ne signifie que ce courant politique n’y morde massivement sur l’électorat issu de l’immigration. Il ne faut toutefois pas négliger que l’implantation des écologistes reste importante dans certaines zones de deuxième couronne (13 de leurs élus en 2010 et 12 en 2020 en proviennent) et que parmi les trois communes où ils sont le premier parti aux dernières élections communales (Ixelles, Watermael-Boitsfort et Forest), la première est située à cheval sur la première couronne orientale et la deuxième couronne, la seconde est en deuxième couronne et la troisième partagée entre le croissant pauvre et la seconde couronne. Les élus écologistes semblent donc bien partagés entre des élus gentrifieurs, sans doute plus jeunes et avec une sensibilité sociale et culturelle tournée vers l’urbanité, et d’autres, sans doute aussi liés de manière privilégiée au secteur non marchand, plus intéressés par la préservation d’un milieu de vie au calme dans les quartiers verts de seconde couronne.

35L’électorat du centre et de la droite est très majoritairement capté par les libéraux et DéFI. Il est fort concentré dans les quartiers intermédiaires et surtout aisés de la deuxième couronne. La géographie résidentielle des élus de ces deux familles politiques reflète bien celle de leurs électeurs, avec cependant une tendance plus classes intermédiaires chez DéFI, plus classes les plus aisées chez les libéraux. En 2020, 63 % des élus de cet ensemble politique habitent des quartiers des deux quintiles les plus aisés, qui ne rassemblent que 32 % de la population bruxelloise. En outre, ils sont bien plus présents à l’est de la Région qu’à l’ouest : 26 élus sur les 35 au total habitent en première et deuxième couronnes orientales en 2020, 8 seulement dans le croissant pauvre et la seconde couronne occidentale. Comme pour bien d’autres caractéristiques de la géographie sociale bruxelloise, cela rend compte de la concentration historique des classes sociales aisées – et francophones – dans les faubourgs orientaux.

36L’inégalité spatiale de la répartition des élus du CdH s’est fortement accrue, ce qui reflète avant tout la forte régression de leur nombre et le repli de ce qu’il en reste sur des niches spécifiques. Les électeurs et les élus CdH résident plus souvent en deuxième couronne occidentale, en particulier là où ils conservent le pouvoir au niveau communal (Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette). Les élus d’origine subsaharienne représentent un apport significatif pour le CdH. Par ailleurs, le CdH conserve un poids significatif dans les quartiers aisés de Woluwé-Saint-Pierre, où il peut aussi s’appuyer sur la possession du maïorat.

  • 10 Ceci explique que 77 % des élus néerlandophones soient des parlementaires régionaux, ce qui n’est l (...)
  • 11 Rappelons que les communes de Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren (ainsi que Evere) n’ont été incorpor (...)

37Dans le cadre d’un nombre total en réduction malgré une représentation garantie de 17 sièges sur 89 au Parlement régional10 et même s’ils sont partout très minoritaires, tout en montrant une tendance à une évolution vers une répartition plus équilibrée, les élus néerlandophones restent mieux représentés à l’ouest, mais avec un glissement vers le croissant pauvre (3 élus en 2010, 7 en 2020). Il faudrait y ajouter les élus résidant dans le Pentagone (4 en 2010, 1 en 2020). De la sorte, il semble donc bien y avoir deux électorats néerlandophones, et deux catégories correspondantes d’élus : d’une part un électorat historique, présent en seconde couronne occidentale, en particulier dans les anciens noyaux villageois11 ; d’autre part un électorat de gentrifieurs et de classes moyennes cosmopolites, qui apprécie certaines portions du croissant pauvre, d’abord localisé autour de l’axe de la rue Dansaert, puis ayant migré dans l’axe du canal. Ainsi, 3 des 6 élus Groen en 2020 habitent cette zone.

Haut de page

Bibliographie

DE BORMAN, L., DOBRUSZKES, F. et MARISSAL, P., 2001. Analyse socio-spatiale du lieu de résidence des élus communaux à Bruxelles et en périphérie, in : Belgeo, no 2, pp. 63-76. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/belgeo/15420

DE MAESSCHALCK, F., 2009. L’intérêt pour le quartier. Le lieu de résidence des conseillers communaux dans la Région de Bruxelles-Capitale, in : Brussels Studies, no 27. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/672

DE MAESSCHALCK, F., 2010. Vers une représentation politique fidèle des quartiers défavorisés ? Le lieu de résidence des parlementaires bruxellois, 1989-2009, in : Brussels Studies, no 44. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/820

DOBRUSZKES, F. et VANDERMOTTEN, C., 2006. Éléments pour une géographie des clivages philosophiques à Bruxelles, in : L’Espace géographique, no 1, pp. 31-43.

IBSA, Monitoring des quartiers, https://monitoringdesquartiers.brussels/, consulté le 1 mars 2021.

JACOBS, D., 2006. Een kandidaat uit mijn buurt? De scheve spreiding van kandidaten voor de Brusselse gewestverkiezingen over armere en rijkere buurten, in: Res Publica, vol. 48, no 1, pp. 25-39.

MARTINIELLO, M. et HILY, M.A., 1998. Les élus d'origine étrangère à Bruxelles : une nouvelle étape de la participation politique des populations d'origine immigrée, in : Revue européenne des migrations internationales, vol. 14, no 2, pp. 123-149.

REA, A., JACOBS, D., TENEY, C. et DELWIT, P., 2010. Les comportements électoraux des minorités ethniques à Bruxelles, in : Revue française de science politique, vol. 60, no 4, pp. 691-717.

TENEY, C., JACOBS, D., REA, A. et DELWIT, P., 2010. Ethnic voting in Brussels: Voting patterns among ethnic minorities in Brussels (Belgium) during the 2006 local elections, in: Acta Politica, vol. 45, no 3, pp. 273-297.

VANDERMOTTEN, C. et OTS-ALBITAR M., 1976. Les médecins à Bruxelles. Différenciation sociale et philosophique de l’espace d’une grande ville, in : Revue belge de Géographie, vol. 100, nos 2-3, pp. 221-230.

VANDERMOTTEN, C., 2014. Bruxelles, une lecture de la ville, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles.

VAN HAMME, G. et MARISSAL, P., 2008. Lectures politiques du lieu de résidence des candidats aux élections bruxelloises, in : L’Espace politique, no 4, pp. 34-52. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/espacepolitique/508

Haut de page

Notes

1 Par souci de simplicité, nous parlerons dorénavant de 2010 et de 2020 pour les deux situations étudiées.

2 Par exemple, s’il s’avérait que l’extrême droite faisait des scores importants dans des quartiers où le pourcentage de Belges issus de l'immigration est important (ce n’est pas le cas), il ne faudrait évidemment pas en conclure que ceux-ci votent préférentiellement pour l’extrême droite.

3 Soit, en 2010, 89 parlementaires régionaux (parmi lesquels 12 bourgmestres), 14 parlementaires fédéraux (dont 1 bourgmestre) et 4 parlementaires européens, plus 9 ministres bruxellois et/ou de la Communauté française (dont 1 bourgmestre), 1 ministre flamand et 3 ministres fédéraux, ainsi que 5 bourgmestres n’exerçant pas de cumul. En 2020, outre les 89 parlementaires régionaux (parmi lesquels 3 bourgmestres), 13 parlementaires fédéraux et 4 parlementaires européens, plus 10 ministres bruxellois ou de la Communauté française et 3 ministres fédéraux, ainsi que 14 bourgmestres n’exerçant pas de cumul.

4 Tout en gardant à l’esprit que les statistiques de revenus doivent être maniées avec prudence, surtout pour mesurer une évolution : d’une part les statistiques de revenus excluent certaines catégories de la population ; d’autre part le traitement statistique des revenus des ménages a évolué dans le temps, et de manière différenciée selon les quartiers ; enfin, les modifications dans la taille des ménages influent sur l’évolution du revenu calculé par habitant.

5 À l’échelle des quartiers classés par quintile de revenus, l’écart entre la répartition des élus et celle de la population passe de 16,9 % de la répartition la plus inégalitaire possible en 2010 à 8,7 % en 2020. Au niveau des types de quartier, de 10,1 % à 5,4 % (la répartition la plus inégalitaire possible est celle qui concentrerait tous les élus dans la seule catégorie la moins peuplée, celle des quartiers du cinquième quintile).

6 Contrairement à une idée assez répandue, le taux de renouvellement des élus d’une élection à l’autre est assez important. Les élus ne le sont pas « à vie ». De Maesschalk [2010] cite des ordres de grandeur de 45 à 50 % de renouvellement d’une élection à la suivante. Considérant que les chiffres mobilisés par la présente étude portent sur des périodes séparées par deux élections, nous arrivons ici à des chiffres plus faibles, mais cohérents avec ceux cités plus haut : sur les 125 élus recensés en 2010, 51 l’étaient toujours en 2020, soit 41 % ; à l’inverse, sur les 133 élus de 2020, 38 % étaient déjà en place en 2010.

7 Dans l'étude, deux groupes sont plus spécifiquement identifiés : d'une part, les élus d'origine maghrébine ou turque et, d'autre part, les élus issus de l'immigration d'Afrique subsaharienne. Ce focus permet d'interroger la représentation politique actuelle d'importantes communautés bruxelloises issues de l'immigration, mais demeurées longtemps mal représentées au sein des instances politiques belges.

8 Notons que si la fidélité de l’électorat d’origine maghrébine ou turque aux socialistes (y compris à leurs dissidents ethniques, Emir Kir et Emin Özdara, voire au PTB) ne se dément pas (15 sur les 22 élus bruxellois d’origine maghrébine ou turque (68 %) en 2010, 19 sur 26 (73 %) en 2020), la résidence des élus de ces origines diffuse progressivement sur l’ensemble du territoire bruxellois : 17 sur 22 (77 %) habitaient dans les quartiers des deux premiers quintiles en 2010, 16 sur 26 (62 %) en 2020 (tableau 5). Cela pourrait traduire le développement d’une classe moyenne d’origine maghrébine ou turque qui se déplace peu à peu des quartiers pauvres vers le reste du territoire régional.

9 Nombre de voix par parti dans chaque commune en pourcentage du nombre total de suffrages valables dans l’ensemble de la Région.

10 Ceci explique que 77 % des élus néerlandophones soient des parlementaires régionaux, ce qui n’est le cas que pour 65 % des francophones.

11 Rappelons que les communes de Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren (ainsi que Evere) n’ont été incorporées dans l’Agglomération bruxelloise qu’en 1954, suite à l’évolution de leur composition linguistique telle qu’elle ressortait du recensement de 1947.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Patron résidentiel des élus en 2010 et 2020
Crédits Cartographie : Pierre Marissal
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/5848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 2. Les catégories de quartiers à Bruxelles
Crédits Cartographie : Pablo Medina Lockhart
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/5848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 4. Répartition des élus par types de quartier, familles politiques et origines
Légende (a) Quartiers du Pentagone, du croissant pauvre et de première couronne orientale situés dans les deux premiers quintiles de revenus en 2005 et ayant amélioré leur revenu moyen/hab. relatif entre 2005 et 2015.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/5848/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 3. Principales tendances politiques au niveau communal (élections communales de 2018)
Crédits Cartographie : Pablo Medina Lockhart
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/5848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Tableau 6. Nombre d’élus résidents et nombre attendu en fonction d’une proportionnalité avec la répartition des voix aux élections communales de 2012 et de 20189
Légende Les localisations résidentielles plus nombreuses qu’attendu sont soulignées en rouge, celles moins nombreuses en bleu.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/5848/img-5.png
Fichier image/png, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Vandermotten, « Résidence des élus et structures socioélectorales en Région de Bruxelles-Capitale »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 163, mis en ligne le 12 décembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/brussels/5848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.5848

Haut de page

Auteur

Christian Vandermotten

Christian Vandermotten est géographe et urbaniste, professeur émérite à l’Université libre de Bruxelles et membre de la Classe des Lettres de l’Académie royale de Belgique, dont il a été directeur en 2019 et 2020. Il est président de la Société royale belge de géographie. Il a publié récemment deux livres de poche : Bruxelles, une lecture de la ville, aux Éditions de l’Université de Bruxelles et La Belgique, dans la collection Que Sais-Je ?

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons Licence CC BY

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search