Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsFact Sheets2022Brussels Studies : 15 ans et 1,5 ...

2022
169

Brussels Studies : 15 ans et 1,5 million de téléchargements. Instantanés d'une ville et d'une revue scientifique locale

Brussels Studies: 15 jaar en 1,5 miljoen downloads. Momentopnames van een stad en een lokaal wetenschappelijk tijdschrift
Brussels Studies: 15 years and 1,5 million downloads. Snapshots of a city and a local academic journal
Tatiana Debroux et Margaux Hardy
Traduction(s) :
Brussels Studies: 15 jaar en 1,5 miljoen downloads. Momentopnames van een stad en een lokaal wetenschappelijk tijdschrift [nl]
Brussels Studies: 15 years and 1,5 million downloads. Snapshots of a city and a local academic journal  [en]

Résumés

Brussels Studies a récemment fêté ses 15 ans. Si son projet éditorial – offrir à un public large une plateforme trilingue de publications scientifiques sur et pour Bruxelles – demeure inchangé depuis 2006, de nombreuses adaptations ont pris place au fil des années et des 168 articles publiés à ce jour. La revue a ainsi réussi à rencontrer un lectorat varié au fil des ans venant à la fois du monde académique, des administrations et pouvoirs publics ou encore du milieu associatif. Brussels Studies constitue de fait un exemple assez exceptionnel, faisant de Bruxelles l'une de rares villes au monde disposant d'une revue scientifique qui lui est dédiée. À travers quelques faits et figures synthétiques, cette fact sheet offre un regard rétrospectif sur l'écosystème éditorial de la revue, les caractéristiques des textes publiés et l'impact qu’ils ont pu avoir sur les débats et l'action publique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Texte intégral

1En décembre 2021, Brussels Studies a célébré ses quinze années d'existence. Si le projet éditorial de la revue – offrir à un public large une plateforme trilingue de publications scientifiques sur et pour Bruxelles – demeure inchangé depuis 2006, de nombreuses adaptations ont pris place au fil des années et des 168 articles publiés à ce jour. A travers quelques faits et figures synthétiques, nous jetons ici un regard rétrospectif sur l'écosystème éditorial de la revue, les caractéristiques des textes publiés et l'impact qu’ils ont pu avoir sur les débats et l'action publique.

La revue et ses évolutions

Figure 1. Développements de la revue Brussels Studies, 2006-2022

Figure 1. Développements de la revue Brussels Studies, 2006-2022
  • 1 Nicolas Bernard (juriste), Michel Hubert (sociologue) et Jean-Paul Lambert (économiste).

2Au début de l'année 2006, trois personnalités de l’Université Saint-Louis – Bruxelles1 eurent l'idée d'une nouvelle revue scientifique qui aurait pour ligne éditoriale la publication de textes sur Bruxelles et comme principes l'interdisciplinarité, le plurilinguisme et l'accessibilité du contenu. Au mois de décembre de la même année, après une étude de faisabilité et la constitution d’un comité scientifique interuniversitaire, interdisciplinaire et international, le pari aboutit à la publication du tout premier numéro de Brussels Studies, consacré aux quartiers centraux en voie de gentrification et au devenir de leurs populations [Van Criekingen, 2006]. La nouvelle revue, financée grâce à un subside de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) et au soutien d’Innoviris (l’administration de la recherche de la RBC), connut une première évolution majeure en 2009 avec la publication d’états de l'art thématiques, appelés Notes de synthèse, largement débattus lors des États généraux de Bruxelles. S’ajoutant aux articles « classiques » et destinée à faire l'état des lieux des connaissances sur un thème, cette collection sera relancée en 2012, dans un format plus long, et tirera parti, pour son alimentation par des équipes interuniversitaires et pluridisciplinaires, de la création du Brussels Studies Institute, la plateforme de recherche sur Bruxelles.

  • 2 L'organisation de la journée d'études Publish locally (and don't perish!) le 17 mars 2022, à l'occa (...)

3À l'occasion de son 50e article [Moritz, 2011], Brussels Studies amorça sa première mue technique et esthétique en lançant un nouveau site Internet et le format de publication ePub adapté aux tablettes et smartphones. Ces améliorations participèrent à l’élargissement de la diffusion de la revue parmi le lectorat bruxellois, puisque le nombre de consultations moyen par article augmenta significativement à partir de ce moment (voir figure 4). En 2016 et pour ses 10 ans d'existence, le cap du 100e article [Bilande et al., 2016] coïncida avec une nouvelle évolution : la pleine reconnaissance de la revue par le répertoire de référence en matière d’open access (Directory of Open Access Journals, DOAJ) et son intégration à la plateforme d'édition électronique scientifique OpenEdition, garante d'une meilleure diffusion et reconnaissance auprès du monde académique. En effet, outre l'importance primordiale accordée par les fondateurs à la diffusion des résultats de la recherche en dehors des cénacles universitaires, le choix de faire de Brussels Studies une revue scientifique à part entière fut posé dès l'origine. Il s’agissait d'offrir aux chercheur·e·s un outil de publication valorisable, dans un contexte d'importance croissante accordée aux publications dans l'évaluation des carrières. L'intégration en 2018 de la revue dans la puissante base de données de publication Scopus (Elsevier) procédait de la même volonté, bien que les différentes équipes éditoriales aient toujours été conscientes du paradoxe qu’il y avait à suivre un modèle de publication globalisé tout en publiant des travaux avec un fort ancrage et impact local2.

  • 3 « Double aveugle » signifie que les auteur·trice·s et les évaluateur·trice·s n'ont pas accès à leur (...)

4Pour garantir l'activité de la revue et son principe d'évaluation des textes en double aveugle3 (un des critères de définition des revues scientifiques), Brussels Studies représente une communauté bien plus large que ses seuls comités éditorial et scientifique. Depuis son lancement, plus de 400 spécialistes des matières traitées ont contribué bénévolement à l'évaluation des textes soumis à la rédaction. Alors que certaines revues disciplinaires ou thématiques fonctionnent avec un groupe d’évaluateur·trice·s assez constant, le caractère multidisciplinaire affirmé de la revue bruxelloise a pour corollaire la recherche permanente de nouveaux noms pour effectuer les évaluations, principalement issus du monde académique, mais pas uniquement.

Les articles et leurs auteur·trice·s

Figure 2. Discipline principale attachée aux auteur·trice·s des articles publiés

Figure 2. Discipline principale attachée aux auteur·trice·s des articles publiés
  • 4 Cette discipline est définie selon le diplôme ou la charge d'enseignement principale de l'auteur·tr (...)
  • 5 Il est à noter également que ces deux disciplines ont toujours été très représentées au sein des co (...)

5Le caractère multidisciplinaire de Brussels Studies se marque lorsque l'on comptabilise les articles en fonction de la discipline principale attachée aux auteur·trice·s4 (unidisciplinaire ou multidisciplinaire, selon les auteur·trice·s en présence – voir figure 2). La revue ayant comme objet un territoire urbain, il n'est pas surprenant de voir apparaître deux des disciplines dominantes des études urbaines, la géographie (25 articles) et la sociologie (21)5. Les sciences politiques, les sciences économiques et les disciplines de l'architecture et de l'aménagement comptabilisent chacune plus de 10 publications à ce jour. Parmi la catégorie « Autres » figurent des textes en nombre très réduit relevant des sciences de l'ingénierie, de l'histoire de l'art, de la criminologie ou des sciences de la santé. Enfin, avec 50 articles sur les 168 publiés, la catégorie « multidisciplinaire » reflète quant à elle l'interdisciplinarité croissante de nombreux projets de recherche portant sur Bruxelles.

Figure 3. Nuage de mots basé sur les titres et les mots-clés des 168 articles publiés

Figure 3. Nuage de mots basé sur les titres et les mots-clés des 168 articles publiés

Le nuage de mots a été réalisé avec https://www.nuagesdemots.fr/​. Plus un mot est fréquent, plus importante est sa taille. Les couleurs ne sont utilisées que pour améliorer la lisibilité du nuage.

6Une autre manière d'appréhender la diversité des articles consiste à en analyser les thématiques plutôt que les disciplines (figure 3). Les articles publiés dans Brussels Studies traitent de plusieurs grands domaines (emploi, mobilité, politique, logement, enseignement, culture…), que les auteur·trice·s abordent souvent de façon dynamique (histoire, développement). Plusieurs phénomènes sociaux et urbanistiques reviennent également souvent (inégalités, immigration, rénovation…), reflétant les principaux enjeux sociospatiaux auxquels est confrontée la région bruxelloise. La faible représentation de thèmes associés aux enjeux environnementaux et de santé publique est interpellante, au vu de leur importance actuelle. Il faut toutefois noter que les auteur·trice·s de publications dans les sciences environnementales et de la santé, plus que d’autres, tendent à privilégier les revues internationales spécialisées plutôt que les publications locales ou généralistes. La multiplication des initiatives de sciences citoyennes, notamment autour des questions de biodiversité ou de qualité de l’air, pourrait toutefois changer la donne – la pression pour un retour accessible et compréhensible pour les co-chercheur·e·s et principaux·ales concerné·e·s se faisant de plus en plus forte.

7Les 168 articles des différentes collections du site (Collection générale, Notes de synthèse et Fact sheets – ce dernier format présentant de manière succincte et graphique des résultats de recherche) ont été rédigés par quelque 277 auteur·trice·s différent·e·s. Il·elle·s proviennent en majorité d'universités bruxelloises (Université libre de Bruxelles : 34 % ; Vrije Universiteit Brussel : 17 % ; Université Saint-Louis – Bruxelles : 13 %), d'universités belges ayant un site dans la RBC (Université Catholique de Louvain : 8 % ; Katholieke Universiteit Leuven : 5 %) mais également du secteur public (11 % des auteur·trice·s publié·e·s font de la recherche dans des institutions ou administrations régionales).

8Quant aux langues dans lesquelles les textes ont été soumis, le français domine (129 textes sur 168), suivi, avec 21 occurrences, par l'anglais (souvent privilégié en cas de collaboration intercommunautaire et par les chercheur·e·s rattaché·e·s aux universités néerlandophones) puis le néerlandais (18 articles, soit un peu moins de 11 %).

Profil des lecteur·trice·s et pratiques de lecture

9La prédominance du français dans les soumissions d'articles est assez similaire à celle qui prévaut parmi les abonné·e·s de la revue, qui reçoivent directement les parutions via une infolettre mensuelle : 70 % d'entre eux·elles se sont inscrit·e·s à sa version française (20 % pour la version néerlandophone, 10 % pour l'anglais). Toutefois, lorsque l'on regarde la consultation effective dans l'une des trois langues disponibles, la répartition se rééquilibre : 45 % des articles sont lus en français, 32 % en néerlandais et 23 % en anglais, ce qui confirme l'importance de la traduction pour le lectorat de Brussels Studies.

10En 2016, les lecteur·trice·s de la revue ont été invité·e·s à remplir un questionnaire destiné à cerner leurs profils et leurs habitudes de consultation des articles. Il en ressortait que le·la lecteur·trice type était un·e Bruxellois·e (73 % des 355 répondant·e·s) qui travaillait (74 %), principalement dans les secteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (17 %), de l’administration et de la gestion publique (16 %) et de l’action sociale (10 %). Ces deux derniers chiffres indiquent que l'ambition de la revue de favoriser l'intervention des résultats de la recherche dans le débat public est – au moins partiellement – atteinte à travers son lectorat.

Figure 4. Nombre de consultations des articles publiés par année académique (avec indication des articles les plus lus)

Figure 4. Nombre de consultations des articles publiés par année académique (avec indication des articles les plus lus)

Chaque bâtonnet représente un article. L'empilement des couleurs indique le nombre de consultations par année académique (la couleur à la base étant l'année de la parution). La série s'arrête au numéro 162, dernier article de l'année académique 2020-21.

11Si certains articles connaissent un succès immédiat lors de leur sortie du fait de leur sujet ou de leur actualité, les statistiques de consultation soulignent également une bonne visibilité des textes sur le long terme, ceux-ci continuant à être téléchargés bien après leur parution. La figure 4 permet de s'en rendre compte, de même qu'elle offre une vision des articles comptabilisant le plus grand nombre de téléchargements. L'intérêt pour des enjeux démographiques et de conditions de vie (notes de synthèse sur la démographie [Deboosere et al., 2009] et sur le logement [Dessouroux et al., 2016]), pour des questions communautaires (l'usage des langues [Janssens, 2008], la structuration de l'associatif musulman [Torrekens, 2007]) ou pour l'environnement urbain (toponymie [Steffens, 2007] et cohabitation de la ville et de sa forêt [Roland, 2012]) est manifeste, puisque ces articles totalisent chacun plus de 20 000 téléchargements. Au total, l'ensemble des textes a été consulté plus de 1,5 million de fois, ce qui, rapporté au nombre d'articles parus, aboutit à une moyenne de 9000 téléchargements par texte.

Histoires d'impact

12L'impact des articles ne se mesure pas seulement à travers leurs chiffres de consultation ou leurs citations dans d'autres revues. Une autre manière de l'appréhender, toujours de manière chiffrée, passe par l'inventaire des citations dans la presse généraliste (plus de 500 en 15 ans) ou dans les comptes-rendus des séances parlementaires en Belgique (plus de 170 citations à ce jour). L'observation conjointe de ces deux modes de diffusion et de valorisation permet d'ébaucher une analyse de la manière dont l'action publique se nourrit des résultats de la recherche, en particulier lorsqu'elle est reprise dans la presse. Parmi les textes qui connurent un tel destin et firent notamment l’objet de questions ou de débats parlementaires figurent par exemple plusieurs articles et notes de synthèse portant sur l'enseignement et la jeunesse [Wayens et al., 2013 ; Sacco et al., 2016 ; Veinstein et Sirdey, 2016 ; Wayens et al., 2016], sur les mobilités quotidiennes [De Witte et Macharis, 2010 ; Hubert et al., 2013 ; Gilow, 2015] et sur le logement [Bernard et Lemaire, 2015 ; Dessouroux et al., 2016].

13En dehors de ces relevés arrivent aussi au comité éditorial des histoires singulières transmises par les auteur·trice·s, ainsi que des réactions de lecteur·trice·s souhaitant entamer un dialogue avec les ces dernier·e·s. Elles illustrent la manière dont des textes peuvent influencer les débats bruxellois et avoir un réel impact local (et non plus théorique, sur la base de chiffres de consultation ou d'une participation aux débats intra-universitaires). Un exemple récent concerne un article remettant en cause les principes de la tarification de l'eau en Région de Bruxelles-Capitale [May et al., 2021]. Issu·e·s d'un projet de recherche portant sur la vulnérabilité hydrique6, les auteur·trice·s avaient étudié et remettaient en cause le schéma tarifaire en vigueur. La publication de leurs résultats dans la revue permit au gouvernement de s'accorder sur un changement de tarification et d'adopter finalement le modèle proposé dans l'article. D'autres échos parvenus à la rédaction indiquent l'utilisation d'informations publiées dans la revue notamment par les bureaux d’étude, le secteur public ou le secteur associatif bruxellois dans leur travail quotidien, de la même manière que la rédaction constate l'utilisation croissante des publications dans les travaux d'étudiant·e·s et les rapports de recherche, preuves du rôle majeur joué par la revue pour la recherche bruxelloise.

14Brussels Studies constitue de fait un exemple assez exceptionnel, faisant de Bruxelles l'une de rares villes au monde disposant d'une revue scientifique qui lui est dédiée. Son existence repose sur le soutien toujours renouvelé de la Région mais également sur celui d'une communauté scientifique d'une rare densité [Vaesen et Wayens, 2014], qui a adopté la revue comme l'un des canaux de diffusion et de valorisation de ses résultats de recherche. Les évolutions successives de Brussels Studies depuis quinze ans traduisent la volonté de maintenir la rigueur scientifique nécessaire à la communauté de chercheur·e·s, tout en adaptant régulièrement sa forme et ses formats aux besoins et aux réalités bruxelloises.

15La crise sanitaire, économique et sociale du Covid-19 n'a fait que renforcer le besoin de disposer d'analyses précises sur les conditions de vie et de travail à Bruxelles. Pour donner plus de poids à la voix des chercheur·e·s qui se positionnent sur les enjeux contemporains de la ville, la rédaction a imaginé en 2021 un projet parallèle de publication, les BSI Position Papers, qui sont des articles d'opinion argumentés publiés sur un blog complémentaire au site principal de la revue. En revenant sur les initiatives mises en place pour l'accueil d'urgence des personnes sans abri durant les confinements et sur les enjeux associés au développement du métro Nord face aux défis qui attendent la Région, les premiers textes parus [Keymeulen et al., 2021 ; Fontaine et al., 2022] reflètent les ambitions de cette nouvelle collection. Gageons que les chercheur·e·s et leurs partenaires sur le terrain sauront se saisir à l'avenir de cette nouvelle collection.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie citée (l’intégralité des publications est à retrouver sur brusselsstudies.be)

BERNARD, N. et LEMAIRE, V., 2022. La régionalisation du « bonus logement » : vers une politique adaptée au contexte bruxellois ? In : Brussels Studies, Collection générale, no 83, 26/01/2015. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1251 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1251

BILANDE, A., DAL, C., DAMAY, L., DELMOTTE, F., NEUWELS, J., SCHAUT, C. et WIBRIN, A.-L., 2016. Tivoli, quartier durable : une nouvelle manière de faire la ville à Bruxelles ? In : Brussels Studies, Collection générale, no 100, 13/06/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1354 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1354

DE WITTE, A. et MACHARIS, C., 2010. Commuting to Brussels: how attractive is “free” public transport? In : Brussels Studies, Collection générale, no 7, 19/04/2010. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.755

DEBOOSERE, P., EGGERICKX, T., VAN HECKE, E. et WAYENS, B., 2022. The population of Brussels: a demographic overview. In : Brussels Studies, Notes de synthèse EGB, no 3, 12/01/2009. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/brussels/898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.898

DESSOUROUX, C. , BENSLIMAN, R., BERNARD, N., DE LAET, S., DEMONTY, F., MARISSAL, P. et SURKYN, J., 2016. Le logement à Bruxelles : diagnostic et enjeux. In : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 99, mis en ligne le 06/06/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1346

FONTAINE, M., HUBERT, M., DROBRUSZKES, F., KĘBŁOWSKI, W., KESTELOOT, C. et LACONTE, P., 2022. Un avenir meilleur sans le Métro Nord. In : BSI Position Papers, no 2, 19/04/2022. Disponible à l’adresse : https://bsiposition.hypotheses.org/389

GILOW, M., 2015. Déplacements des femmes et sentiment d’insécurité à Bruxelles : perceptions et stratégies. In : Brussels Studies, Collection générale, no 87, 01/06/2015. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1274

HUBERT, M., LEBRUN, K., HUYNEN, P. et DOBRUSZKES, F., 2013. La mobilité quotidienne à Bruxelles : défis, outils et chantiers prioritaires. In : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 71, 18/09/2013. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1184

JANSSENS, R., 2008. Taalgebruik in Brussel en de plaats van het Nederlands. In : Brussels Studies, Collection générale, no 13, 07/01/2008. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/515 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.515

KEYMEULEN, F., REA, A., ROSA, E. et STRIANO, M., 2021. Une stratégie pour mettre fin au sans-abrisme à Bruxelles. In : BSI Position Papers. no 1. 14/06/2021. Disponible à l’adresse : https://bsiposition.hypotheses.org/165

MAY, X., BACQUAERT, P., DECROLY, J.-M., DE GUIRAN, L., DELIGNE, C., LANNOY, P. et MARZIALI, V., 2021. Pourquoi ne pas en finir avec la tarification progressive de l'eau à Bruxelles ? In : Brussels Studies, Collection générale, no 156, 09/05/2021. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/5494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.5494

MORITZ, B., 2011. Concevoir et aménager les espaces publics à Bruxelles », In : Brussels Studies, Collection générale, no 50, 21/06/2011. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1036 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1036

ROLAND, L. C., 2012. Quand les arbres cachent la ville. Pour une analyse conjointe de la forêt de Soignes et du fait urbain. In : Brussels Studies, Collection générale, no 60, 02/07/2012. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1098

SACCO, M., SMITS, W., K. D., SPRUYT, B. et D’ANDRIMONT, C., 2016. Jeunesses bruxelloises : entre diversité et précarité. In : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 98, 25/04/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1339

STEFFENS, S., 2007. La toponymie populaire urbaine hier et aujourd’hui. In : Brussels Studies, Collection générale, no 9, 01/10/2007. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.441

TORREKENS, C., 2007. Concentration des populations musulmanes et structuration de l’associatif musulman à Bruxelles. In : Brussels Studies, Collection générale, no 4, 05/03/2007. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.369

VAN CRIEKINGEN, M., 2006. Que deviennent les quartiers centraux à Bruxelles ? In : Brussels Studies, Collection générale, no 1, 12/12/2006. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.293

VAESEN, J. et WAYENS, B., 2014. L’enseignement supérieur et Bruxelles. In : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 76, 23/04/2014. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1214

VEINSTEIN, M. et SIRDEY, I., 2016. La formation qualifiante : une transition vers l’emploi pour les jeunes chercheurs d’emploi bruxellois peu scolarisés ? In : Brussels Studies, Collection générale, no 96, 29/02/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1324

WAYENS, B., JANSSENS, R. et VAESEN, J., 2013. L’enseignement à Bruxelles : une gestion de crise complexe. In : Brussels Studies, Notes de synthèse, no 70, 29/08/2013. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1181 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1181

WAYENS, B., DELVAUX, B., MARISSAL, P., VERMEULEN, S., BENOIT, Q. et RUDI, J., 2016. Besoin en enseignants en Région bruxelloise à l'horizon 2020. In : Brussels Studies, Fact Sheets, no 101, 20/06/2016. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.1378

Haut de page

Notes

1 Nicolas Bernard (juriste), Michel Hubert (sociologue) et Jean-Paul Lambert (économiste).

2 L'organisation de la journée d'études Publish locally (and don't perish!) le 17 mars 2022, à l'occasion des célébrations du 15e anniversaire de la revue, partait précisément de ce constat. Les enregistrements des interventions sont disponibles sur YouTube / Brussels Academy / Knowledge for the City – Publish locally #1 à #12 (https://www.youtube.com/watch?v=_zYpxDcu5lE)

3 « Double aveugle » signifie que les auteur·trice·s et les évaluateur·trice·s n'ont pas accès à leur identité respective au cours du processus éditorial.

4 Cette discipline est définie selon le diplôme ou la charge d'enseignement principale de l'auteur·trice.

5 Il est à noter également que ces deux disciplines ont toujours été très représentées au sein des comités éditoriaux successifs, ce qui peut renforcer leur présence – non par un biais de sélection des textes, mais grâce aux réseaux de recherche personnels des administrateur·trice·s de la revue, plus enclins sans doute à y soumettre un texte.

6 https://msh.ulb.ac.be/fr/team/lieu/projet-hyper (consultation : 28/03/2022)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Développements de la revue Brussels Studies, 2006-2022
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/6085/img-1.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 2. Discipline principale attachée aux auteur·trice·s des articles publiés
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/6085/img-2.png
Fichier image/png, 189k
Titre Figure 3. Nuage de mots basé sur les titres et les mots-clés des 168 articles publiés
Légende Le nuage de mots a été réalisé avec https://www.nuagesdemots.fr/​. Plus un mot est fréquent, plus importante est sa taille. Les couleurs ne sont utilisées que pour améliorer la lisibilité du nuage.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/6085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 4. Nombre de consultations des articles publiés par année académique (avec indication des articles les plus lus)
Légende Chaque bâtonnet représente un article. L'empilement des couleurs indique le nombre de consultations par année académique (la couleur à la base étant l'année de la parution). La série s'arrête au numéro 162, dernier article de l'année académique 2020-21.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/6085/img-4.png
Fichier image/png, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Debroux et Margaux Hardy, « Brussels Studies : 15 ans et 1,5 million de téléchargements. Instantanés d'une ville et d'une revue scientifique locale »Brussels Studies [En ligne], Fact Sheets, n° 169, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/brussels/6085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.6085

Haut de page

Auteurs

Tatiana Debroux

Tatiana Debroux est géographe et docteure en sciences. Ses activités de recherche et d’enseignement se partagent entre le laboratoire d’études urbaines Cosmopolis à la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT) à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Depuis 2020, elle est rédactrice en chef de la revue Brussels Studies, au sein de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur Brussels (IRIB) de l’Université Saint-Louis (USL-B).
tdebroux[at]brusselsstudies.be

Articles du même auteur

Margaux Hardy

Journaliste de formation, Margaux Hardy travaille comme Secrétaire de rédaction de Brussels Studies et est coordinatrice scientifique de l’Institut de recherches interuniversitaires sur Bruxelles (IRIB) à l’Université Saint-Louis (USL-B).
margaux.hardy[at]brusselsstudies.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons Licence CC BY

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search