Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2022Enquête sur l'encastrement territ...

2022
173

Enquête sur l'encastrement territorial des pratiques de l’économie circulaire en Région de Bruxelles-Capitale

De territoriale inbedding van circulaire economische praktijken in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest onder de loep
Investigating the territorial embeddedness of circular economic practices in the Brussels-Capital Region
Deborah Lambert, Mariana Santos et David Bassens
Cet article est une traduction de :
Investigating the territorial embeddedness of circular economic practices in the Brussels-Capital Region [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
De territoriale inbedding van circulaire economische praktijken in het Brussels Hoofdstedelijk Gewest onder de loep [nl]

Résumés

L’économie circulaire (EC) figure parmi les priorités de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC), car elle permet de concilier durabilité et objectifs économiques, tels que la fixation des activités productives dans la région et la création d’emplois. Le présent document s’appuie sur six études de cas dans le secteur agroalimentaire pour examiner la manière dont l’EC s’imbrique dans les tissus sociospatial, économique, culturel, financier et institutionnel de la région. Nous constatons que l’EC englobe une pluralité de pratiques, ce qui augure de nombreuses possibilités pour son expansion. Nous recommandons de tenir compte de cette diversité, dans la mesure où les politiques visent à créer des coalitions entre la Région, des entreprises dont les modèles économiques et les missions divergent, ainsi que des initiatives de proximité dans différents domaines. En outre, il apparaît nécessaire de valoriser les « emplois circulaires » et nous préconisons d’accorder plus d’attention aux activités d’EC urbaines au-delà 1) de celles centrées sur les marchés ciblant des consommateurs à revenus moyens ou élevés, et/ou 2) de celles qui font grimper la valeur marchande de l’immobilier.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Texte intégral

Introduction

1La transition vers une économie circulaire (EC) plus développée figure parmi les priorités de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC). L’EC s’entend généralement comme un système économique dont le but est de « fonctionner en circuit fermé ». Solution de rechange à l’économie linéaire qui prévaut actuellement, l’EC vise à optimiser l’utilisation des matériaux et de l’énergie grâce à la mise en place de nouveaux modes de conception, de production et de consommation, à l’allongement de la durée de vie des produits et à leur réutilisation, ainsi qu’au recyclage des matériaux. La principale politique publique en la matière est ancrée dans le Programme régional d’économie circulaire 2016-2020 [PREC, 2016] visant à transformer les enjeux écologiques en opportunités économiques, à attirer la production dans la région et à créer des emplois. Si l’accent est clairement mis sur les objectifs écologiques, ceux-ci sont liés à des préoccupations de longue date au niveau régional concernant l’encastrement territorial des activités économiques au sein de la RBC. Les objectifs du PREC rejoignent ceux de la stratégie régionale « Good Food », dans laquelle la relocalisation de la production alimentaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire occupent une place importante. Sur la base des résultats d’un projet de recherche d’une durée de quatre ans (intitulé « Circular Economy and the City ») parrainé par Innoviris, le présent document examine ces préoccupations et analyse l’encastrement territorial de l’EC au sein de la RBC.

2Notre projet répond à une préoccupation politique majeure soulevée par Innoviris dans son appel à projets de 2017 : celle de parvenir à un « équilibre » entre la diversité socioéconomique des habitants de la RBC et les exigences liées à la transition potentielle de la région en faveur d’un paradigme économique circulaire. Il s’agit là d’une question essentielle, mais qui tend à réduire une problématique complexe à un simple problème d’acceptation de solutions circulaires et de technologies par les citoyens en tant que consommateurs. En revanche, notre approche à l’égard de l’encastrement territorial de l’EC consiste à considérer les activités économiques comme fondamentalement intégrées et façonnées par les rapports sociaux et institutionnels [Hess, 2004]. De ce point de vue, la transition vers l’économie circulaire soulève la question plus fondamentale de savoir quelles structures et institutions sociales sont nécessaires au niveau urbain pour favoriser cette transformation sans pour autant négliger les dangers d’une déconnexion entre les solutions d’économie circulaire et les univers de vie des ménages. 

3Dans la mesure où il s’agit de situer et de comprendre les transitions par rapport au paysage diversifié de l’EC dans la RBC, la présente étude va au-delà des entreprises à but lucratif qui cantonnent l’EC au seul monde des affaires et qui ont tendance à dépolitiser le débat [Corvellec et al., 2021], et repère les parties prenantes qui jouent un rôle important quoique invisible [Wuyts et Marin, 2022]. Cette approche met en avant le rôle de l’innovation sociale, en soulignant l’action des habitants dans l’initiation et la progression des transitions vers l’économie circulaire [Hobson, 2016]. L’encastrement des pratiques économiques circulaires a donc des conséquences importantes en matière de gouvernance, faisant écho aux préoccupations connexes relatives au retour ou au maintien des activités productives dans la région [De Boeck et al., 2017 ; Orban et al., 2021]. Plus précisément, nous soutenons que les politiques destinées à favoriser les transitions urbaines vers l’EC peuvent s’appuyer sur les enseignements d’une analyse des pratiques économiques circulaires au niveau des tissus sociospatial, économique, culturel, financier et institutionnel de la ville [Keblowski et al., 2020]. Les pratiques économiques circulaires liées à l’alimentation dans la RBC sont étudiées en fonction de ces cinq dimensions, ce qui permet de formuler des recommandations stratégiques à l’appui d’une EC plus encastrée.  

4Le présent document est structuré comme suit. La section 1 expose notre cadre analytique et établit une notion opérationnelle de l’encastrement en précisant les cinq dimensions clés interdépendantes. Y sont présentés les cas sélectionnés pour cette étude et les méthodes de recherche utilisées. Dans la section 2, il s’agit d’examiner chaque dimension en s’appuyant sur les données recueillies à partir des cas de l’échantillon. La dernière section contient nos conclusions et nos recommandations stratégiques. 

1. Un Cadre pour étudier l’encastrement territorial de l’économie circulaire 

5Afin de démêler les enchevêtrements sociopolitiques complexes qui sous-tendent les pratiques économiques relatives à l’EC, nous utilisons la notion d’encastrement. Ce terme désigne généralement l’intégration des pratiques dans les systèmes socioéconomiques et renvoie plus particulièrement à l’imbrication des échanges économiques dans les rapports sociaux [Polanyi, 2001 ; Keblowski et al., 2020]. Les chercheurs utilisent différents cadres pour étudier l’encastrement des acteurs économiques. Ces diverses approches s’inscrivent dans des traditions disciplinaires distinctes. Chacune de ces disciplines apporte son lot de nuances [Hess, 2004, p. 173] : i) l’approche des systèmes d’entreprise examine à quel point les entreprises s’inscrivent dans des cadres institutionnels et réglementaires ; ii) la sociologie économique étudie la mesure dans laquelle particuliers et entreprises font partie de réseaux sociotechniques et professionnels ; iii) les études organisationnelles et commerciales analysent l’encastrement des entreprises et des réseaux au niveau des structures sociales, des marchés, des systèmes technologiques et des systèmes politiques ; et iv) les spécialistes en géographie économique s’intéressent à une échelle spatiale bien précise.

6L’encastrement offre un éclairage utile pour étudier l’hétérogénéité et la complexité des cas sélectionnés en les plaçant dans un continuum qui englobe un large éventail de pratiques, allant de celles qui sont axées sur le profit à celles qui sont davantage encastrées et qui reposent sur des systèmes d’économie non marchande plus « substantiels », tels que la réciprocité et la redistribution. À l’instar de Hess [2004] qui reconceptualise l’encastrement spatiotemporel comme une interaction entre des processus sociétaux, de réseaux et territoriaux, nous élaborons un cadre géographique économique que viennent enrichir les considérations importantes soulevées par les autres disciplines citées. Nous étudions les cinq dimensions interdépendantes suivantes qui, ensemble, aident à déterminer la mesure dans laquelle les organisations actives dans le domaine de l’économie circulaire sont localement encastrées dans des réseaux existants.

  • L’encastrement sociospatial correspond à l’imbrication des pratiques dans les réseaux sociaux et les quartiers : nous comparons les liens entre les cas étudiés et les quartiers qui les environnent, leur ancrage dans l’espace, la provenance de leur public et les bénéficiaires de leurs activités.

  • L’encastrement économique fait référence à l’imbrication dans les échanges axés sur le marché capitaliste : nous recherchons des formes d’échange, de réciprocité et de redistribution qui tendent à réencastrer les pratiques économiques dans les rapports sociaux. Nous étudions les formes d’organisation et les modalités de production, d’appropriation et de distribution des excédents. Le travail étant un élément organisationnel central, nous examinons les multiples façons dont il est exécuté et rémunéré.

  • L’encastrement culturel désigne l’imbrication des pratiques dans les conceptions communes du monde, ce qui se traduit par des normes et des valeurs communes : nous faisons appel à la notion d’« imaginaire » et étudions les divers positionnements des cas par rapport à des imaginaires urbains plus généraux en matière de réaménagement urbain. Nous examinons comment les différentes parties prenantes utilisent l’imaginaire de l’économie circulaire.

  • L’encastrement financier renvoie à l’imbrication dans des écosystèmes concrets d’institutions et de pratiques financières : nous examinons les trajectoires financières des cas étudiés, en ce compris leurs sources de financement, l’utilisation de différents instruments financiers et l’influence de l’intermédiation et des rapports entre crédit et endettement sur différents projets d’EC.

  • L’encastrement institutionnel concerne l’imbrication des pratiques dans les réseaux institutionnels régionaux : nous comparons les formes d’appui dont les organisations bénéficient de la part des institutions locales et régionales, ainsi que les différentes manières dont les parties prenantes peuvent mettent en avant l’argument de l’EC en vue d’obtenir des financements. Nous examinons en quoi les rapports avec les dispositifs institutionnels et les acteurs publics influent sur leurs trajectoires.

Tableau 1. Études de cas

Type

Année de mise en place

Localisation

Activités

Public

Atelier Groot Eiland

Organisation à but non lucratif

1986

Molenbeek (siège, supermarché, jardin et deux restaurants) (projets complémentaires à Anderlecht, à Jette, à Bruxelles, à Saint-Gilles et à Schaerbeek)

Ateliers de menuiserie, agriculture urbaine, restaurants, supermarché biologique

Personnes exclues du marché du travail

BEES coop

Coopérative

2016

Schaerbeek (Dailly)

Supermarché proposant des produits en vrac et une cuisine collective

Coopérateurs

BIGH

Holding SCA

2018

Anderlecht (Cureghem, marché des Abattoirs)

Ferme aquaponique urbaine (pisciculture, serre et jardin urbain sur le toit)

Consommateurs

Brussels Beer Project

Entreprise

2013

Anderlecht (brasserie sur le quai de Biestebroeck), Bruxelles (salle de dégustation rue Dansaert), Ixelles (salle de dégustation rue du Bailli)

Brasserie

Consommateurs

Collectmet (Cultureghem)

Organisation à but non lucratif

2012

Anderlecht (Cureghem, marché des Abattoirs)

Collecte et redistribution des excédents alimentaires + activités de cuisine

Bénévoles et bénéficiaires

Too Good To Go

Entreprise par actions

2018

Plusieurs sites dans la RBC, notamment dans le centre et le sud-est

Application de marché de services pour les excédents alimentaires

Utilisateurs de l’application

7Notre analyse porte sur un échantillon diversifié composé de six cas (voir le tableau 1), à savoir l’atelier Groot Eiland (AGE), la BEES coop, la société Building Integrated GreenHouses (BIGH), l’entreprise Brussels Beer Project (BBP), l’organisation Collectmet et l’application Too Good To Go (TGTG). Ces structures ne se présentent pas toutes comme circulaires, à l’instar de BIGH. Toutefois, chacune a un objectif de circularité (BEES coop, AGE), propose des produits à caractère circulaire (BBP) ou met l’accent sur la réduction du gaspillage alimentaire (TGTG, Collectmet). Certaines de ces structures s’occupent de production alimentaire : BIGH est une ferme aquaponique urbaine high-tech à but lucratif, tandis que l’AGE est une organisation sociale de réinsertion professionnelle qui gère plusieurs jardins et fermes en milieu urbain, ainsi que des restaurants. D’autres projets concernent principalement la transformation des aliments ; ainsi, la brasserie BBP recherche différents moyens de réduire son utilisation des ressources. D’autres encore portent sur la distribution de denrées alimentaires : la BEES coop est un supermarché coopératif spécialisé dans les produits biologiques, locaux, équitables et zéro-déchet, l’application mobile TGTG permet aux utilisateurs d’acheter des invendus alimentaires à prix réduit et Collectmet est un projet de redistribution de denrées alimentaires au niveau local. TGTG et Collectmet interviennent tous deux en bout de chaîne, avec des activités visant à réduire le gaspillage alimentaire.

8Les cas étudiés reflètent différentes situations géographiques, puisqu’ils se trouvent aussi bien dans des quartiers pauvres (BIGH, Collectmet) que dans des quartiers en voie de gentrification (BEES coop, BBP). Ils disposent parfois de plusieurs implantations (AGE) ou n’existent qu’en ligne (TGTG). Ils représentent différents types de structures, de la coopérative (BEES coop) à l’organisation sociale (AGE, Collectmet) en passant par l’entreprise privée (BIGH, TGTG). Ils se trouvent à différents stades de développement, allant de la création récente (BBP et BEES coop) à l’implantation de longue date (AGE). Enfin, en ce qui concerne leurs liens avec les institutions, la sélection vise à illustrer le contraste entre les projets phares soutenus par les pouvoirs publics (BBP, BEES coop) et les initiatives axées sur le marché (TGTG, BIGH).

  • 1 L’un des chercheurs associés au projet était membre de la BEES coop, où il a travaillé trois heures (...)

9Pour cette étude, les trois principales méthodes de collecte de données ont été les suivantes : observation participante (notamment lors de visites sur le terrain, avec prise de notes et de photographies1), entretiens semi-directifs et analyse documentaire. Il est à noter que 31 entretiens ont été réalisés entre 2018 et 2022 auprès de responsables des différentes initiatives alimentaires, ainsi que d’experts en alimentation et de représentants d’institutions publiques.

2. Analyse de l’encastrement pluridimensionnel des organisations actives dans le domaine de l’alimentation circulaire dans la RBC 

2.1. Encastrement sociospatial

10Nos études de cas révèlent que les activités d’économie circulaire ont tendance à être davantage encastrées dans leurs quartiers respectifs lorsque leur objectif premier est de renforcer la cohésion sociale.

11L’AGE et Collectmet illustrent le fait que les initiatives d’EC qui mettent l’accent sur la cohésion sociale s’encastrent mieux dans leur quartier, tout en mettant au point leurs propres stratégies d’expansion. Depuis son installation à Molenbeek en 1986 et ses premiers ateliers de menuiserie, l’AGE a étendu ses activités le long du canal. Cette stratégie d’expansion vise à réinsérer davantage de personnes sur le marché du travail, tout en assurant la durabilité et la rentabilité. Collectmet se situe à Anderlecht, sur le site des anciens Abattoirs qui accueille le marché alimentaire le plus grand et le moins cher de la RBC. Collectmet a été mis en place en 2012 par l’organisation sociale Cultureghem, afin d’occuper le vaste espace des Abattoirs lorsque celui-ci est inutilisé et de renforcer la cohésion sociale. Grâce à leurs différentes activités liées à l’alimentation (collecte de denrées, cuisine et mise à disposition de repas), ces structures sont devenues incontournables dans le quartier, que ce soit auprès des habitants bénévoles, des marchands ou des travailleurs des entreprises locales.

12Le BBP et la BEES coop montrent que si les activités d’EC peuvent être rattachées à la population locale et améliorer la cohésion sociale, il arrive toutefois qu’elles se heurtent à des contradictions sociospatiales. Le BBP constitue un exemple représentatif de ce phénomène. Bien qu’il s’agisse d’un projet résolument axé sur une démarche responsable et de proximité, les produits sont écoulés auprès d’une clientèle internationale et aisée provenant principalement du sud-est du canal, comme l’a fait remarquer l’une des personnes interrogées (2022). Implanté dans le quartier Dansaert en pleine gentrification, le BBP a inauguré en 2022 une nouvelle brasserie au cœur du nouveau quartier « Port Sud », réaménagement urbain qui attire de nombreux investisseurs. La BEES coop, quant à elle, a installé ses locaux en 2017 à Schaerbeek, à la jonction entre une zone marquée par la pauvreté et un quartier plus riche en cours de « revalorisation », afin d’avoir accès à un public plus diversifié. Pourtant, les coopérateurs sont pour la plupart des personnes blanches, très instruites et financièrement aisées, ce qui témoigne de la contradiction entre le discours sur un accès équitable à une « alimentation de qualité » et le manque d’inclusivité auquel ce type de projet est confronté.

13Enfin, BIGH et TGTG montrent que les activités d’EC se concentrent parfois essentiellement sur leur expansion européenne et internationale plutôt que sur leur ancrage local. La société BIGH, qui occupe le toit des Abattoirs, vise à développer un réseau européen de fermes aquaponiques urbaines et est déconnecté des résidents locaux. Elle interagit principalement avec des parties prenantes privées lors de dégustations et d’événements d’entreprise. En dehors de ces occasions, le toit n’est pas accessible au public. Il existe un contraste manifeste entre le niveau de vie des usagers du marché et les activités de BIGH : les truites produites sur le toit sont commercialisées non pas sur le marché local, mais dans les quartiers plus aisés situés sur la rive orientale du canal. De même, l’application TGTG est axée sur l’international et depuis sa création au Danemark en 2015, elle est désormais active dans 15 pays européens, aux États-Unis et au Canada. Elle est exploitée dans toute la Région de Bruxelles-Capitale, où le nombre de détaillants, d’hôtels, de restaurants, de boulangers et de fabricants abonnés ne cesse d’augmenter. Néanmoins, elle est plus activement utilisée dans les quartiers riches du sud-est de la RBC et les personnes les plus défavorisées ne comptent pas parmi ses utilisateurs (entretien de 2019).

2.2. Encastrement économique

14Nos études de cas mettent en évidence que les initiatives d’EC peuvent être amenées à osciller entre des objectifs non lucratifs et une orientation commerciale, et qu’elles se heurtent à des contradictions et à la nécessité d’un compromis lorsque l’orientation commerciale est dictée en premier lieu par un souci de stabilité financière et d’indépendance au service d’objectifs sociaux et environnementaux.

15Le cas de Collectmet montre que les pratiques d’EC sont susceptibles de s’affranchir de la logique marchande du fait de l’absence de transactions pécuniaires, de la place centrale accordée au partage (aliments, préparations culinaires, repas, mais aussi connaissances sur l’art d’accommoder les restes et de cuisiner des plats végétariens, des plats de saison et des ingrédients inhabituels), ainsi que du recours au bénévolat.

16À l’inverse, BIGH et TGTG illustrent une approche de l’EC axée sur le marché. La société BIGH entend développer ses exploitations « à grande échelle et, si possible, un jour à l’international » (entretien de 2019). En ce sens, elle peut être considérée comme une vitrine destinée à commercialiser un modèle reproductible à l’étranger. De même, le principal objectif de TGTG est de croître aussi vite que possible afin de mettre en place un plaidoyer politique et de sensibiliser le public : « nous devons nous endetter pour embaucher plus de monde, pour nous agrandir, pour nous développer [...] et faire le maximum, eh bien, pour éviter autant de pertes alimentaires que possible » (entretien de 2019).

17L’AGE, le BBP et la BEES coop se caractérisent par une approche mixte à l’égard de l’économie axée sur le marché. Le BBP est un exemple représentatif d’organisation à but lucratif qui s’efforce véritablement de réduire son impact sur les plans environnemental et social (avec sa certification « B Corp », par exemple). L’AGE et la BEES coop font très attention à leur rapport coût-efficacité. Notamment, pour la BEES coop, la rentabilité est devenue un objectif clé afin de montrer qu’un autre modèle économique est possible.

18La question de la main-d’œuvre vient encore complexifier la donne, puisque l’on trouve différentes approches à l’égard du travail. À la BEES coop, abstraction faite de quelques employés, toute la gestion quotidienne du magasin est assurée par des coopérateurs qui sont autorisés à y faire des achats en contrepartie. En ce qui concerne Collectmet, le bénévolat et d’autres formes d’échanges non marchands limitent sa prise en compte dans les pratiques commerciales. La société BIGH, quant à elle, fait largement appel à une main-d’œuvre subventionnée et à des intérimaires issus d’organismes sociaux pour les activités nécessitant peu de qualifications, telles que la récolte et le conditionnement. En mettant en avant le recours à cette main-d’œuvre sociale, elle se présente comme un projet à caractère social. Or, il s’agit de contrats extrêmement précaires (à court terme et rémunérés au niveau de salaire minimum), ce qui soulève des interrogations quant à la possibilité de créer des emplois de qualité dans le secteur alimentaire circulaire de la RBC. En revanche, le BPP, qui s’affiche comme une entreprise à vocation sociale enchâssée dans une collectivité, déploie le concept d’actionnaire salarié : son capital est ouvert aux salariés de façon à assurer la pérennité de leur engagement et à renforcer leur sentiment d’appartenance à la communauté (entretien de 2022).

2.3. Encastrement culturel 

19Nos études de cas mettent en évidence le fait que l’économie circulaire est un domaine où rivalisent différents imaginaires. Les cas de BIGH, de l’AGE et du BBP montrent que les activités d’EC peuvent être en phase avec les récits régionaux concernant la « ville productive », qui constituent un ensemble d’imaginaires urbains existants : i) la ville durable tournée vers le développement d’activités et de modèles économiques durables ; ii) le métabolisme urbain, qui oriente l’économie vers une utilisation rationnelle et intelligente des ressources et limite ses externalités ; et iii) la ville mixte, qui mélange spatialement en son sein des fonctions résidentielles et professionnelles.

20Pour l’AGE, l’idée de « produire en ville » constitue une philosophie importante. L’AGE génère une économie locale limitée, en circuit fermé, grâce à laquelle les légumes et les fruits produits dans les jardins sont servis dans des restaurants dont les restes alimentaires peuvent être compostés. L’excédent de production est ensuite écoulé dans son supermarché à proximité. En phase avec le discours public sur la mixité fonctionnelle, le BBP se veut exemplaire d’un nouveau type d’industrie urbaine, encastrée dans le tissu économique local et urbain. Sa communication s’appuie sur un solide imaginaire artisanal et postindustriel, en adéquation avec l’approche régionale de la ville productive. Dans le même ordre d’idées, pour le fondateur de BIGH, « [l’] objectif est de faire en sorte que l’industrie circulaire se développe d’elle-même, c’est-à-dire de pouvoir produire localement en utilisant les effluents de la ville ou de l’industrie » (2019).

21Le cas de BIGH fait également écho à un imaginaire prédominant en matière d’EC qui circule dans les milieux de la consultance [Lambert, 2020]. Sa serre sur le toit, faite d’acier et de verre, évoque les fermes verticales que l’on voit apparaître dans les grandes villes du monde entier. Cet imaginaire de l’agriculture urbaine, dans lequel un réseau de technologies urbaines permet de nourrir les citadins, rejoint l’imaginaire de la ville intelligente mobilisé par TGTG. L’initiative TGTG traduit un imaginaire selon lequel le progrès technologique permet de relever aisément les défis environnementaux et économiques. Sur son site web, il est préconisé d’« [essayer] de garder un œil sur les nouvelles technologies disponibles qui facilitent la sauvegarde de notre planète » et indiqué qu’il s’agit d’« un moyen simple de faire quelque chose de bien en obtenant quelque chose en retour ».

22La BEES coop et Collectmet illustrent la manière dont les imaginaires liés à l’EC peuvent mettre en avant des notions de réciprocité et de solidarité. Par exemple, les imaginaires de Collectmet mettent l’accent sur le développement d’une communauté solide autour de l’échange d’expériences et du partage. Ce cas montre comment, à partir d’une certaine pratique de redistribution alimentaire, un fort imaginaire du partage s’est instauré et a guidé le déploiement des autres activités liées à l’alimentation, telles que la cuisine temporaire.

2.4. Encastrement financier 

23Nos études de cas font apparaître que les activités d’EC se caractérisent par un « bricolage » financier : des complémentarités sont souvent recherchées entre subventions publiques, prêts bancaires et financements « alternatifs » (ex : financement participatif ou crowdfunding, fonds d’investissement à impact). Ces trajectoires financières s’accompagnent de différents modèles économiques et d’un certain encastrement sociospatial.

  • 2 La responsabilité sociale des entreprises (RSE) désigne les pratiques et les politiques au moyen de (...)

24Les situations de l’AGE et de Collectmet indiquent que les initiatives peu axées sur le profit élaborent des solutions combinant des subventions publiques, des financements par des fondations publiques et privées, ainsi que des dons et partenariats ad hoc dans le cadre de programmes de responsabilité sociale des entreprises2. Notamment, dans le cas de l’AGE, les dons (en particulier de la part de KBC) ont permis de répondre à certains besoins en investissements matériels (ex : achat d’une camionnette) en évitant le processus fastidieux d’élaboration d’une analyse de rentabilité dans le cadre d’une demande de subvention publique (ex : BeCircular), selon le témoignage de l’une des personnes interrogées (2022).

25La BEES coop et le BBP illustrent la manière dont l’EC se fraye un chemin à travers les écosystèmes de la finance « traditionnelle » et de la finance « alternative » en fonction des modèles économiques et de l’encastrement sociospatial. Pour pouvoir ouvrir son magasin en 2016 à Schaerbeek, la BEES coop a combiné une campagne de reward-based crowdfunding (financement participatif avec contreparties en nature) sur la plateforme française KissKissBankBank avec un emprunt pour l’achat du bâtiment du 19 rue van Hove contracté auprès d’un « trio de banques éthiques », comprenant la banque néerlandaise Triodos et les coopératives de crédit social et d’investissement Crédal et Hefboom, basées à Bruxelles. À titre de comparaison, pour ses nouvelles brasserie et salle de dégustation à Anderlecht, le BBP a combiné une campagne de reward-based crowdfunding (autogérée) avec des prises de participation du fonds d’investissement social Invest for Jobs (basé à Bruxelles), qui vise « non seulement le rendement financier mais aussi l’emploi », ainsi que des investisseurs providentiels ou business angels. Ce financement a été complété par un prêt de BNP Paribas Fortis pour l’achat des locaux, faisant écho à l’achat de la première brasserie du BBP grâce à un prêt octroyé par Belfius. En l’occurrence, comme l’a souligné une personne du BBP interrogée (2022), l’emplacement dans un quartier de premier ordre (rue Dansaert) a joué un rôle important dans l’obtention du prêt.

26Si les actifs immobiliers sont déterminants pour accéder à des financements classiques (prêts bancaires), le crowdfunding apparaît comme un catalyseur essentiel des diverses trajectoires financières empruntées par l’EC. Eu égard au recours de Collectmet, de la BEES coop et du BBP au crowdfunding, il semble que cela tienne à la flexibilité qu’offre ce système pour compléter différentes combinaisons de financement. Pour les structures peu axées sur le marché, il peut servir de source de financement autonome (Collectmet), assurer le relais entre des subventions ou permettre de constituer un capital propre dans le cadre de demandes de prêt (BEES coop). Pour les structures très axées sur le marché, il occupe une place importante par rapport au financement par emprunt (prêts bancaires) et par fonds propres (fonds d’investissement), en tant qu’outil permettant de lever des capitaux tout en présentant une validation de principe aux créanciers ou investisseurs. Par ailleurs, la comparaison de Collectmet avec l’AGE, autre cas peu axé sur le marché mais où le crowdfunding n’a pas été utilisé, met en évidence les limites de ce système lorsqu’il ne s’agit pas d’introduire un produit sur un marché.

27Le BBP et BIGH illustrent les possibilités de financement hybride (associant emprunts et fonds propres) et de financement sur projet (fondé sur les flux de trésorerie prévisionnels d’un projet plutôt que sur le bilan du porteur de projet) dans les structures davantage axées sur le marché. Le cas de TGTG montre que les capitaux propres (y compris le capital-risque) prennent une place prépondérante au fur et à mesure que l’on se rapproche des modèles économiques des plateformes numériques. S’agissant des financements par capitaux propres, le cas de BIGH témoigne du rôle que jouent les promoteurs immobiliers (Bopro, Fidentia) en tant que fournisseurs de fonds propres pour l’EC, à travers le trope de l’augmentation de la valeur des propriétés grâce à l’agriculture urbaine et aux technologies de construction intégrées. Il faut y voir un avertissement quant au fait que les configurations du lien entre économie circulaire et alimentation plus axées sur le marché et l’encastrement territorial peuvent profiter à la dynamique de gentrification. Enfin, il convient de noter que des personnes fortunées en viennent à avoir des intérêts financiers dans les transitions vers l’EC en milieu urbain, notamment en qualité de business angels (BBP) et par le biais de fonds d’investissement privés (Talence pour BIGH ; Blisce pour TGTG).

2.5. Encastrement institutionnel

28Il ressort de nos études de cas que le soutien institutionnel est essentiel aux fins de la mise en place de pratiques d’EC plus encastrées. Certains projets nécessitent une aide publique pour se concrétiser, tandis que d’autres bénéficient de petites subventions pour des investissements précis. Pourtant, même dans le cas de projets à but lucratif qui ne dépendent pas d’un financement public, le soutien de l’État reste important sur le plan de la visibilité ou des stratégies, par exemple.

29La BEES coop et le BBP montrent bien comment des initiatives d’EC peuvent se transformer en projets phares à l’échelle régionale. La BEES coop a bénéficié de subventions et de soutien de la part de nombreuses organisations et administrations publiques. D’après une personne interrogée (2018), la commune de Schaerbeek a été d’une aide précieuse pour l’achat du bâtiment, car elle voyait en la BEES coop un atout pour le quartier. Bien que son objectif premier soit d’ordre politique, les acteurs publics se sont apparemment emparés du projet pour en faire un de leurs fleurons en matière d’EC. En tant qu’entreprise privée, le BBP ne dépend pas des fonds publics, mais il a été soutenu grâce à l’organisation, par le bouwmeester, d’un concours d’architecture pour la nouvelle brasserie. C’est surtout devenu un projet phare au regard de la question de la relocalisation des activités productives dans la ville. La société BIGH non plus n’a pas fait appel à des subventions régionales. Toutefois, à l’instar de la BEES coop, elle a bénéficié d’un appui informel pour pouvoir construire la serre sur le toit. Son fondateur, en retour, a collaboré avec la Région en tant que consultant.

30Les parties prenantes peuvent mettre en avant l’EC pour encourager des pratiques existantes. L’intérêt porté par la Région à Collectmet s’est accru récemment, ce qui a permis l’embauche d’une coordinatrice et a ouvert de nouvelles possibilités de subventions, assurant ainsi la viabilité du projet. Voilà qui montre comment certaines pratiques existantes gagnent en popularité lorsque la mission qu’elles remplissent est en phase avec la politique régionale en vigueur. De même, l’AGE a d’abord dû développer ses activités écologiques, et ce n’est que lorsqu’il a commencé à prendre de l’ampleur qu’il a obtenu le soutien de Bruxelles-Environnement pour son caractère circulaire.

31La situation de TGTG est tout à fait différente, puisque cette société s’est établie sur le marché international et entend se positionner comme un partenaire essentiel mais surtout indépendant des différentes régions et pays dans lesquels elle est présente.

Conclusions et recommandations stratégiques 

32Dans le plan de la RBC en matière d’EC, la transition vers des modèles de production et de consommation plus circulaires en ville est envisagée en étroite corrélation avec les objectifs de création d’opportunités économiques, de création d’emplois et de mise en place d’activités productives dans la région. Compte tenu de cet engagement stratégique visant à intégrer les transitions vers l’EC dans le tissu socioéconomique régional, le but du présent document était de présenter un panorama pluridimensionnel des diverses activités d’EC et de leur encastrement dans la région. Nous avons examiné les formes que prend l’EC au sein de la RBC suivant divers contextes sociospatiaux (urbains), modèles économiques, discours culturels, relations financières et cadres institutionnels, en nous concentrant sur différentes études de cas dans le secteur agroalimentaire, ce qui nous a permis d’établir des distinctions et d’obtenir un certain niveau de détail.

33Dans l’ensemble, d’après nos constatations, l’EC est un ensemble de pratiques variées et bien distinctes du point de vue sociospatial, et cerner la réalité qu’elle recouvre est un exercice parfois arbitraire, si ce n’est en contradiction avec la manière dont les parties prenantes la mettent en œuvre. Si certains acteurs se définissent clairement comme faisant partie intégrante de l’économie circulaire, d’autres ont des objectifs et des pratiques circulaires, mais ne s’identifient pas comme tels à proprement parler. Une recommandation générale est donc de tenir compte de la pluralité des pratiques en la matière, dans la mesure où les politiques visent à créer des coalitions au sein de la Région. La perspective d’un passage à l’EC est encore lointaine, mais la pluralité des formes d’EC déjà encastrées dans la RBC offre de nombreuses pistes pour assurer son développement tout en essayant, au cours de ce processus, de répondre aux questions sociales et écologiques et d’établir des liens avec un public diversifié.

34Comme le montrent les études de cas, le chemin à parcourir pour accomplir une transition en faveur de l’EC est semé d’embûches. Premièrement, si un certain nombre de projets sont bien encastrés dans les principaux quartiers de la ville, beaucoup présentent des contradictions. Celles-ci sont liées aux décalages entre les initiateurs, les collaborateurs et les clients des projets et le profil socioéconomique des quartiers concernés, qui risquent de favoriser la gentrification écologique [Braswell, 2018]. Ce phénomène, flagrant dans les cas les plus axés sur le marché, pose également des difficultés pour les coopératives à but moins lucratif. Comme en témoignent notamment les cas de l’AGE et de la BEES coop, la mise en place d’une entreprise à la fois soucieuse des aspects sociaux et écologiques, économiquement viable, et qui favorise les relations de proximité, est un processus qui nécessite du temps et de la réflexion. Par conséquent, nous préconisons l’adoption de politiques qui tiennent compte de l’entreprenariat et des initiatives citoyennes au-delà des classes moyennes blanches, et cherchent activement à créer des coalitions à partir de la base dans des quartiers diversifiés.

35Deuxièmement, nous constatons une contradiction frappante entre les ambitions écologiques et les types d’« emplois circulaires » créés, qui empêche la réalisation de l’objectif stratégique consistant à transformer la transition vers la durabilité en opportunité économique pour les travailleurs également. En grande partie, les activités d’EC fonctionnent grâce au travail non rémunéré (bénévolat), ne sont toujours pas rémunérées au moyen d’applications mobiles de clôture, ou sont précaires et à court terme en dépit des bonnes intentions en matière de réinsertion sur le marché du travail. Même si les projets très axés sur le marché (ex : BBP, BIGH) tiennent compte des questions relatives au développement des collectivités et à la création d’emplois de qualité au niveau local, le constat général est que les emplois liés à l’EC correspondent en grande partie à ceux de l’économie au sens large, d’où la nécessité de politiques accordant plus d’attention à la qualité des emplois qu’à leur nombre. L’un des principaux défis consiste à trouver des moyens d’améliorer les emplois actuellement précaires sans forcément passer par le système classique à but lucratif. Le développement d’une importante quantité d’entreprises sociales peut s’appuyer sur des stratégies de formation par la pratique à l’intention des habitants, favorisant ainsi l’insertion sur le marché du travail – ce type d’approche étant d’ailleurs également viable dans le secteur de l’économie plus axé sur le profit. Afin de mieux valoriser financièrement les emplois circulaires, qui sont souvent peu attrayants, salissants ou banals, il faut sensibiliser davantage la société aux secteurs essentiels qui permettent à une région comme la RBC de fonctionner [Bassens et De Boeck, 2022]. Pour cela, il convient d’accroître la visibilité de modèles plus prosaïques que ceux de l’entrepreneur éclairé, du combattant du gaspillage, etc.

36Troisièmement, en lien avec ce qui précède, nous affirmons que les politiques doivent adhérer à un ensemble plus large d’imaginaires, au-delà de ceux de la ville circulaire en tant qu’utopie essentiellement technologique [Lambert, 2020]. Comme le montrent nos études de cas, les transitions vers l’EC relèvent autant de l’innovation sociale que de l’évolution technologique. La lutte contre le gaspillage alimentaire suppose de multiplier les modes de collecte, de partage et de redistribution des denrées par le biais de réseaux sociaux directs ou relayés par des plateformes. Dans bien des cas, il n’y a guère besoin de solutions novatrices, outre la bonne vieille recette de la solidarité et les moyens de la déployer dans les activités au quotidien [Miret, 2022]. Dès lors, les politiques en matière d’EC gagneraient à encourager des mesures bien plus ordinaires pour éviter le gaspillage alimentaire, plutôt que d’associer de telles mesures à des objectifs très ambitieux en matière de compétitivité territoriale proprement dite.

37Quatrièmement, nos études de cas montrent que les transitions vers l’EC sont actuellement rendues possibles de différentes manières par des écosystèmes financiers distincts (ex : services bancaires traditionnels, crowdfunding, fonds à impact) dans lesquels des préoccupations relatives à la finance durable sont apparues. Nous constatons que sur le plan des acteurs et outils financiers, les initiatives d’EC disposent d’un plus grand nombre de possibilités lorsqu’elles s’adressent à des consommateurs privilégiés. Notamment, l’élaboration de produits alimentaires à partir de rebuts agroalimentaires récupérés en circuit court a trouvé un écho particulier auprès des plateformes de crowdfunding civique. Ce lien entre le crowdfunding et un type spécifique d’innovation sociale fondée sur le marché en milieu urbain concorde avec ce que les chercheurs ont constaté dans d’autres villes européennes [Langley et al., 2020 ; McFarlane et al., 2021]. Les structures peu axées sur le marché, quant à elles, ne survivent actuellement que grâce à un « bricolage » alliant subventions publiques et stratégies d’entreprise en matière de responsabilité sociale et de valorisation des biens. Il est à noter que le paysage financier actuel est plus propice aux initiatives d’EC qui proposent des produits commercialisables à forte valeur ajoutée et/ou qui occupent des terrains de valeur dans la ville. Dans un tel contexte, il importe d’adopter des politiques qui permettent de réduire les obstacles à la mise en œuvre d’initiatives plus diverses, viables sur le plan socioécologique et destinées à des groupes plus importants de consommateurs lambda.

38Cinquièmement, et pour finir, afin de favoriser la diversité des activités d’EC sociales et collaboratives au niveau de la ville et de la région, il est impératif de mettre en place des formes d’appui institutionnel (y compris des financements publics) moins axées sur des modèles économiques fondés sur le marché. À cet égard, nous estimons que la société finance&invest.brussels (qui finance des entreprises en démarrage ou en expansion, des PME, des entreprises sociales et des coopératives) dispose d’une marge de manœuvre pour renforcer son rôle de catalyseur d’une innovation sociale très diversifiée, notamment par l’adoption de pratiques de sélection des investissements plus conformes à l’intérêt général et aux valeurs collectives que ne le sont les critères des investisseurs privés. Dernier aspect important : afin d’inscrire l’EC dans le tissu même de la ville, les politiques doivent prendre sérieusement en considération la question de l’accès à des terrains à des prix abordables, afin d’éviter le risque de voir des activités à faible valeur marchande évincées des zones en cours de revalorisation [De Boeck et al., 2017 ; Williams, 2021]. Il conviendrait d’envisager de retirer des parcelles du marché, de façon à ménager de l’espace pour ces activités et à circonscrire les objectifs sociaux et écologiques des entreprises dans le cadre du découpage en zones pour les activités circulaires.

Haut de page

Bibliographie

BASSENS, David et DE BOECK, Sarah (éds.) 2022. De Essentiële Economie: Motor voor een sociaal-ecologische transitie, Bruxelles : Academic & Scientific Publishers.

BRASWELL, Taylor Harris, 2018. Fresh food, new faces: community gardening as ecological gentrification in St. Louis, Missouri, in : Agriculture and Human Values, vol. 35, no 4, p. 809-822.

CORVELLEC, Hervé, STOWELL, Alison F. et JOHANSSON, Nils, 2022. Critiques of the circular economy, in : Journal of Industrial Ecology, vol. 26, no 2, p. 421-432.

DE BOECK, Sarah, BASSENS, David et RYCKEWAERT, Michael, 2017. Easing spatial inequalities? An analysis of the anticipated effects of Urban Enterprise Zones in Brussels, in : European Planning Studies, vol. 25, no 10, p. 1876-1895.

HESS, Martin, 2004. ‘Spatial’ relationships? Towards a reconceptualization of embeddedness, in : Progress in human geography, vol. 28, no 2, p. 165-186.

HOBSON, Kersty, 2016. Closing the loop or squaring the circle? Locating generative spaces for the circular economy. Progress in Human Geography, vol. 40, no. 1, pp. 88-104.

LAMBERT, Deborah, 2020. Recycling old ideals? A utopian reading of ‘circular’ food imaginaries, in : NELSON, Anitra et EDWARDS, Ferne (éds.), Food for Degrowth, Abingdon : Routledge, p. 159-172.

KĘBŁOWSKI, Wojciech, LAMBERT, Deborah et BASSENS, David, 2020. Circular economy and the city: an urban political economy agenda, in : Culture and Organization, vol. 26, no 2, p. 142-158.

LANGLEY, Paul, LEWIS, Sue, MCFARLANE, Colin, et al., 2020. Crowdfunding cities: Social entrepreneurship, speculation and solidarity in Berlin, in : Geoforum, vol. 115, p. 11-20.

MCFARLANE, Colin, LANGLEY, Paul, PAINTER, Joe, et al., 2021. Interrogating ‘urban social innovation’: relationality and urban change in Berlin, in : Urban Geography, p. 1-21.

MIRET, Carlos, 2022. How does the circular economy interact with urban food system transformation?, in : Social and Cultural Aspects of the Circular Economy, Abingdon : Routledge, p. 64-85.

ORBAN, Alexandre, TRENADO, Corentin Sanchez et VANIN, Fabio, 2021. À qui profitent les activités productives ? Analyse du cas de Cureghem, in : Brussels Studies – La revue scientifique pour les recherches sur Bruxelles, vol. 153, no 53, p. 1-26.

POLANYI, Karl, 2001 [1944]. The Great Transformation: The Political and Economic Origins of our Time, Boston (Massachusetts) : Beacon Press.

WILLIAMS, Jo, 2021. Circular cities: a revolution in urban sustainability, Abingdon : Routledge.

WUYTS, Wendy et MARIN, Julie, 2022. “Nobody” matters in circular landscapes, in : Local Environment, p. 1-18.

Haut de page

Notes

1 L’un des chercheurs associés au projet était membre de la BEES coop, où il a travaillé trois heures par mois au cours de la période couverte par cette recherche (2018-2022) ; il a également pris part aux activités de collecte et de cuisine des denrées alimentaires menées par Collectmet et Kookmet au marché des Abattoirs en tant qu’observateur participant pendant une période de deux mois (avril-mai 2022). Outre cette observation participante approfondie, des visites de terrain ont été effectuées, dont trois au BBP, une lors d’un entretien dans la société BIGH, une lors d’un entretien dans l’Atelier Groot Eiland, ainsi que dans sa cuisine BelO un matin, et une avec un représentant commercial de TGTG dans le cadre d’une recherche de clients potentiels à Uccle.

2 La responsabilité sociale des entreprises (RSE) désigne les pratiques et les politiques au moyen desquelles les entreprises s’efforcent de prendre en considération, dans leur stratégie commerciale et leurs activités, les questions sociales, environnementales, éthiques, ainsi que celles relatives aux consommateurs et aux droits de l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deborah Lambert, Mariana Santos et David Bassens, « Enquête sur l'encastrement territorial des pratiques de l’économie circulaire en Région de Bruxelles-Capitale »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 173, mis en ligne le 06 novembre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/brussels/6265 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.6265

Haut de page

Auteurs

Deborah Lambert

Deborah Lambert effectue un doctorat à la the Vrije Universiteit Brussel. Avant d’étudier la géographie, elle a milité plusieurs années auprès d’organisations environnementales qui se concentrent sur les politiques et pratiques des acteurs privés. Dans le cadre de son doctorat, elle analyse les politiques, les pratiques et les imaginaires de l’économie circulaire dans le secteur alimentaire à Bruxelles. Parmi ses récentes publications figure l’article Circular economy and the city: an urban political economy agenda paru dans Culture and Organization (vol. 26, no 2, 2020).

deborah.lambert[at]vub.be

Mariana Santos

Mariana Santos est titulaire d’un doctorat en géographie économique de l’université de Durham, au Royaume-Uni. Ses travaux portent sur les approches de l’économie de la culture à l’égard des géographies de l’argent et de la finance. Dans le cadre de ses recherches postdoctorales au Cosmopolis Centre for Urban Research (Vrije Universiteit Brussel), elle s’intéresse à l’intégration financière européenne, aux évolutions du secteur bancaire européen liées à la numérisation et au financement de l’économie circulaire. Son doctorat portait sur le secteur de la gestion de patrimoine et sur la manière dont il façonne les imaginaires et les pratiques des personnes fortunées en matière de capital.
mariana.fa.santos[at]gmail.com

David Bassens

David Bassens est professeur associé de géographie économique à la Vrije Universiteit Brussels (Belgique) et codirige le Cosmopolis Centre for Urban Research. Ses recherches portent sur les différentes économies urbaines, sur les villes mondiales et villes globales, ainsi que sur les géographies financières. Il a récemment publié un ouvrage intitulé De essentiële economie: Motor voor een Sociaal-Ecologische Transitie, paru aux éditions Academic and Scientific Publishers.
david.bassens[at]vub.be

Articles du même auteur

Haut de page

Financement

Innoviris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search