Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2022Exnovation : imaginer autrement l...

2022
174

Exnovation : imaginer autrement les transitions durables à Bruxelles

Exnovatie: duurzame transities in Brussel anders voorstellen
Exnovation: imagining sustainable transitions differently in Brussels
Ela Callorda Fossati, Solène Sureau, Bonno Pel, Tom Bauler et Wouter Achten
Traduction(s) :
Exnovatie: duurzame transities in Brussel anders voorstellen [nl]
Exnovation: imagining sustainable transitions differently in Brussels  [en]

Résumés

Avec le concept d’exnovation, les Sustainability Transitions studies (ST) connaissent un changement de paradigme. Leur focale typique sur les niches d’innovation durables se déplace pour éclairer désormais le revers de ces processus d’émergence : les voies de sortie des systèmes sociotechniques qui posent des problèmes de non-durabilité. Cet article introduit l’exnovation shift qui s’opère au sein des ST et illustre sa pertinence pour appréhender les enjeux de la gouvernance des transitions à Bruxelles. Sur la base d’une revue de la littérature et d’une analyse exploratoire, l’article traite des limites des stratégies de transition fondées uniquement sur le soutien aux niches d’innovation, présente deux cas emblématiques qui structurent la littérature sur l’exnovation et souligne la nécessité de considérer de nouveaux domaines qui intègrent les enjeux de l’exnovation à l'échelle de la ville. Appliqué au cas bruxellois, le concept d’exnovation permet de faire une lecture systémique et critique des enjeux de la zone de basses émissions.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Notes de l’auteur

Financement d’Innoviris (2020-2022), appel Anticipate – Prospective research sur « gouvernance du futur ».

Texte intégral

Introduction

1La référence à « la transition » est de plus en plus présente dans les arènes politiques. À Bruxelles, les exemples sont nombreux : le service public régional de l’environnement (Bruxelles Environnement) identifie sur sa page internet « les acteurs de la transition »1, un collectif de personnalités et de plus de 70 associations appelle à « la constitution immédiate d’un Conseil régional de la transition »2, Barbara Trachte (parti Ecolo) est ministre de « la transition économique », le successeur du PREC3 pourrait être baptisé « Stratégie Régionale de Transition Économique » (SRTE), etc. Dans la littérature scientifique, « la transition » est ce que Voß et Freeman [2016] nomment un knowing of governance : un concept investi par le politique, véhiculant un ensemble d’idées qui décrit et prescrit l’horizon de l’action politique, les relations sociales désirables et des modes de gouvernance renouvelés. En même temps, depuis une quinzaine d’années un champ de recherche interdisciplinaire, appelé Sustainability Transitions (ST4), s’est structuré autour de l’étude des processus de transition des systèmes sociotechniques et, notamment, sur le rôle facilitateur de l’innovation dans ces processus. Plus récemment encore, une approche critique de l’innovation a émergé en marge du champ des ST, qui a donné une emphase à l’autre versant de l’innovation : l’exnovation [Arnold et al., 2015 ; David, 2017, 2018 ; David et Gross, 2019 ; Heyen et al., 2017]. Cet article interroge ce tournant et en illustre les enjeux pour Bruxelles.

2D’une manière générale, l’exnovation désigne la sortie délibérée des configurations sociotechniques non durables de l’économie [Callorda Fossati et al., 2023]. Le concept touche directement aux régimes non durables bien établis (ex. le régime automobile) et aux nouvelles tendances négatives (ex. les véhicules SUV). Il se différencie du déclin « subi » (creative destruction), en appelant à identifier les problèmes de non-durabilité systémiques et à penser les stratégies de sortie, les principes de planification démocratique et de justice sociale qui les meuvent, ainsi que l’incertitude associée aux instruments politiques adaptés.

3Force est de constater que, alors que la référence à « la transition » se généralise, plusieurs éléments indiquent une exacerbation des tensions autour de l’agenda du développement durable [Zaccaï, 2019]. D’une part, les recherches scientifiques sur le rythme et les impacts du changement climatique sont de plus en plus alarmantes [IPCC, 2022]. D’autre part, la gouvernance globale de la question climatique est confrontée à de puissantes incertitudes quant à la réalisation effective des objectifs négociés. S’ajoute à cela le fait que d’autres limites planétaires sont dépassées (ex. en termes de préservation de la biodiversité), engendrant des risques élevés de dommages environnementaux irréversibles [Steffen et al., 2015]. Ces développements environnementaux paraissent d’autant plus déterminants que les capacités économiques, sociales et démocratiques de nos sociétés semblent également se fragiliser d’année en année, avec la montée des inégalités, de la pauvreté, des problèmes de santé physique et psychique... De manière plus conjoncturelle, face aux conséquences de la pandémie du COVID-19, des plans de relance se déploient, avec le risque qu’ils viennent renflouer des industries intensives en carbone et/ou soulevant d’autres problèmes de non-durabilité et qu’ils soient en concurrence au niveau budgétaire avec les plans d’investissement dans l’économie décarbonée et circulaire [Markard et Rosenbloom, 2020]. Aujourd’hui, enfin, face à la crise ukrainienne et la crise énergétique, on assiste, dans nos économies toujours dépendantes des énergies fossiles et nucléaire, à la multiplication des appels à sobriété énergétique.

  • 5 Pour une discussion sur le concept de gouvernance voir par exemple Roger et al. 2017.
  • 6 « GOSETE » est un projet de recherche pionnier sur l’exnovation dans une perspective métropolitaine (...)

4L’enjeu de cet article est de montrer que le concept d’exnovation constitue une piste prometteuse pour repenser la gouvernance5 des transitions, c’est-à-dire les efforts de coordination et de pilotage d’actions vers un objectif de changement systémique et durable. Or, la gouvernance des transitions a été jusque-là tournée vers « les pionniers » et limitée à des dispositifs de soutien à l’expérimentation et à la diffusion d’innovations (technologiques et sociales) dites « de système » [Frantzeskaki et al., 2012 ; Loorbach et al., 2016]. Au-delà de l’ancrage national et supranational des exemples qui ressortent des premières recherches sur l’exnovation, nous soutenons que le concept est aussi pertinent pour l’échelle urbaine et pour Bruxelles en particulier. Tel est l’objectif du programme de recherche ouvert par le projet GOSETE6, introduit ici à travers un cadrage théorique général et de réflexions sur les enjeux d’exnovation qui se dégagent dans le cas du futur de la zone de basses émissions (LEZ).

  • 7 Ces entretiens ont permis de : 1) recueillir les interrogations que soulève le concept d’exnovation (...)

5L’article présente le champ des ST et les limites d’une gouvernance des transitions uniquement axée sur l’innovation (section 1), au regard de cas emblématiques représentant le tournant de l’exnovation dans la littérature internationale (section 2) et à l'échelle d’un débat émergent à Bruxelles (section 3). Enfin, la conclusion discute du recadrage des actions et du répertoire d’interventions susceptible d’intégrer la « gouvernance des transitions ». Il se base sur une revue de la littérature centrée sur le champ des ST (sections 1 et 2) et sur une analyse exploratoire des enjeux bruxellois sur le cas du futur de la LEZ (section 3). Pour les identifier, une dizaine d’entretiens exploratoires ont été menés avec les « parrains » du projet : deux administrations (Bruxelles Environnement et Hub.brussels), des membres du principal organe de la concertation socio-économique (Brupartners) et un mouvement citoyen pour une ville durable (BRAL)7. L’analyse exploratoire s’est également penchée sur la documentation relative à la LEZ (ex. Plan Good Move, articles de presse, travaux préparatoires du roadmap 1.0 Low Emissions Brussels). Si ce matériel est essentiellement mobilisé dans la dernière section, il a aussi orienté le choix de structurer la revue de la littérature sur l’exnovation autour de cas emblématiques. Le concept n’étant pas connu a priori des « parrains », ils ont en effet soulevé l’importance de disposer d'exemples « parlants ». Il s’agit là d’un aspect central de la facilitation de l’interface science-politique, comme le documentent également les exemples à l’étranger [Turnheim et al., 2020].

1. L’innovation au cœur des processus de transition

6Les recherches en ST [Köhler et al., 2019] expliquent comment les transitions sociotechniques se déploient, et comment elles peuvent être gouvernées, tout en se penchant sur le rôle facilitateur de l’innovation dans ces processus.

1.1 Une conception évolutionniste et institutionnaliste du rôle de l’innovation

7Les transitions sont souvent désignées au singulier (« la transition »), renvoyant ainsi à une orientation normative ou à un état final. En revanche, la recherche en ST se réfère aux transitions au pluriel et les définit comme « des processus de transformation profonde, multidimensionnelle et à long terme par lesquels les systèmes sociotechniques en place évoluent vers des modes de production et de consommation plus durables » [Markard et al., 2012 : 956].

  • 8 Le régime correspond à la croyance dominante à un moment donné à propos de la voie à suivre dans un (...)

8Cette définition met en évidence la façon dont les transitions se produisent dans plusieurs secteurs de production/consommation (systèmes sociotechniques). Elle propose de lire les problèmes de non-durabilité en termes de gouvernance orientée vers l'innovation systémique (system innovation) [Grin et al., 2010]. Les diagnostics associés sont éclairés par l'économie évolutionniste, l'histoire des techniques, la théorie de l'innovation et la théorie institutionnelle, entre autres. Ces perspectives disciplinaires convergent vers l'analyse des régimes non durables, c'est-à-dire des ensembles de règles qui maintiennent les systèmes sociotechniques sur des voies de développement non durable : infrastructures et technologies « dépendantes au sentier » (path dependency – poids des choix effectués par le passé), routines administratives rigides, modèles d’entreprise inefficaces, expertise établie et idéologies hégémoniques [Geels, 2005]8. Des exemples saillants sont le carbon lock-in, le système de mobilité dépendant de la voiture, ou la production systémique de déchets de l’économie dite linéaire (par opposition à l’économie circulaire) [Seto et al., 2016 ; Kotilainen et al., 2019 ; Aminoff et Sundqvist-Andberg, 2021].

  • 9 Un rôle central est accordé aux niches qui fournissent un espace protégé au sein duquel des innovat (...)
  • 10 Le paysage sociotechnique forme le contexte plus large dans lequel les régimes et les niches se dév (...)

9La question centrale pour les recherches en ST est de savoir comment les innovations peuvent induire des changements de régime, au lieu de corrections incrémentales [Geels et Schot, 2007]. Des niches9 comme les coopératives énergétiques ou les systèmes alimentaires alternatifs nécessitent un soutien économique pour survivre dans le cadre des structures existantes et éventuellement réussir à les faire évoluer dans un second temps [Smith et Raven, 2012]. Les confrontations entre innovation radicale de niche et innovation incrémentale de régime sont arbitrées par des changements sociétaux plus larges qui ouvrent et ferment des « fenêtres d'opportunité » : la révolution des TIC, l'individualisation sur le plan sociologique, les cycles économiques ou les crises soudaines comme celle du COVID-19 sont des exemples de ces dynamiques dites de paysage10.

10Les recherches en ST ont permis de montrer que les changements de régime ne sont pas uniquement une question de rupture initiée par le bas (bottom–up disruption) [Smith et al., 2005]. En effet, il est important de noter que ces travaux suivent une conception évolutionniste du changement : ce sont des changements institutionnels lents, mais stables et profonds qui influencent les liens entre les multiples processus d'innovation en cours [Kemp et al., 2007 ; Grin et al., 2010].

1.2 La gouvernance des transitions au-delà du soutien direct aux niches d’innovation

11La gouvernance des transitions repose largement sur des stratégies de « culture de niches ». L'idée est de donner aux alternatives initialement fragiles les moyens de survivre, de percer et de se généraliser. D'innombrables projets de recherche-action et actions collectives ont ainsi été entrepris en vue de développer des incubateurs, des écosystèmes favorables à l'innovation, des hubs ou des ancrages institutionnels pour les systèmes alimentaires alternatifs, les coopératives énergétiques ou les nouvelles mobilités. À Bruxelles, les exemples ne manquent pas : le programme Co-create financé par Innoviris (« projets de co-recherche de résilience urbaine »), l’incubateur Coopcity ou encore le cluster Circlemade initié par le PREC.

12La gestion stratégique des niches [Kemp et al., 1998] a souligné l'importance de développer des réseaux de soutien, de créer des attentes positives concernant la nouveauté et d'organiser l'apprentissage social pour réaliser des innovations sociotechniques plus viables. La recherche en ST fonde donc de grands espoirs sur les acteurs de l’économie sociale, les start-ups et autres outsiders [Seyfang et Smith, 2007]. La gouvernance des transitions est, plus que la gouvernance environnementale, guidée par de fortes convictions en matière de gouvernance « au-delà de l'État », privilégiant la formation de nouveaux espaces de délibération et de co-création [Cobut et al., 2019 ; Swyngedouw, 2005].

13La « culture de niche » (niche creation and support) a toutefois ses limites. L'engouement pour la nouveauté et les projets innovants sous-estime divers phénomènes d'innovation latents [Pel et Kemp, 2020], qui rétablissent et réinventent des pratiques abandonnées (ex. le Slow Food, les écovillages, les banques de temps, rouler à vélo). Un problème particulièrement persistant est que la culture de niches reste limitée aux pionniers qui enclenchent les processus de transition ou aux early adopters, pour reprendre les termes de Rogers [1962] à propos de la diffusion des innovations (cf. la « courbe en S », basée sur la propension à l’adoption de l’innovation). Ce rôle de pionnier est important, surtout dans les premières phases d’expérimentation et de décollage des innovations [Geels et Raven, 2006].

14Qu’en est-il des phases plus avancées ? En effet, la culture de niche a tendance à négliger les obstacles plus structurels : les habitudes de consommation qui freinent le développement de l'économie de la fonctionnalité [Roman et al., 2020] ou l'enracinement politique qui « balise le débat » autour « des solutions réalistes » face aux problèmes environnementaux et sociaux posés par la voiture de société [May et al., 2019 : 35-6], entre autres exemples.

15En outre, les recherches en ST ont été critiquées car elles prôneraient une gouvernance et un pilotage technocratique et post-politique [Avelino, 2017]. Le langage du changement systémique a tendance à contourner les questions de pouvoir. L'accent mis sur l'innovation, le changement d’échelle et les trajectoires de transition reflète certaines convictions : la modernisation écologique et les solutions gagnant-gagnant. D’un autre côté, l’argument principal des ST est que l'innovation systémique est nécessaire : pas seulement des solutions incrémentales, mais des changements institutionnels profonds. D'où l’amplification et l’intégration progressive de critiques internes soulignant les risques de capture et de cooptation de l'innovation [Smith, 2007 ; Pel, 2016], les échecs dans les transitions [Wells et Nieuwenhuis, 2012] et la résistance active par les acteurs du régime en place [Geels, 2014]. À Bruxelles, les questions de pouvoir dans la transition vers un système écologique de collecte et traitement des bio-déchets ont été mises en évidence par De Muynck et al. [2020]. La négociation politique tend à renforcer les positions existantes en faveur des solutions industrielles (ex. la future usine de biométhanisation) et à marginaliser les acteurs alternatifs (ex. composts de quartier) qui visent une approche « régénérative et réflexive ». In fine, ces derniers sont mis en position de devoir consentir à la solution industrielle, sans possibilité de parvenir à un accord unanime et avec des incertitudes quant à la prise en compte de leurs réserves et propositions.

16Enfin, les inégalités de pouvoir et les questions de justice qui y sont associées sont de plus en plus reconnues comme des défis majeurs des processus de transition [Avelino, 2017 ; McCauley et Heffron, 2018 ; Frenken et Schor, 2017]. Les processus de transition s'accompagnent de gagnants, mais aussi de perdants et génèrent des anticipations pessimistes pour certains acteurs (ex. en termes d’actifs irrécupérables ou de pertes d'emplois). Les économies industrialisées sont secouées par des préoccupations concernant les secteurs, les régions et les travailleurs vulnérables, et ce, même avant la crise du COVID-19. En somme, les chercheurs en ST s’interrogent sur ce que pourrait être une gouvernance des transitions qui puisse gérer aussi les aspects politiquement complexes du déclin délibéré de certaines activités et des pertes potentielles qui y sont associées.

2. L’autre face des transitions : l’exnovation

17Pour tout un pan des recherches récentes en ST, l'exnovation, que nous avons définie comme la sortie délibérée des configurations sociotechniques non durables de l’économie, est appelée à devenir une composante plus importante des stratégies de transition.

2.1 Le cas paradigmatique de la Energiewende

18La transition énergétique allemande (Energiewende), avec la sortie programmée du nucléaire et à plus long terme du charbon, a joué un rôle paradigmatique dans la littérature sur l’exnovation. En effet, une majorité des publications se focalise sur cette étude de cas. S'y intéresser permet d’interroger les lignes de structuration d’un champ de recherches émergent.

19Le cas allemand montre que sans exnovation, les innovations se superposent au régime existant sans le remplacer. Dans un premier temps, les énergies renouvelables se diffusent, mais le mix énergétique reste très dépendant du charbon, du nucléaire, du gaz naturel et du pétrole [David, 2017 : 143]. Un tournant s’opère dans la Energiewende à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima, avec l’engagement en 2011 sur la sortie du nucléaire pour 2022. Sur base d’une enquête auprès de 400 producteurs allemands d’énergie renouvelable, des chercheurs ont montré que c’est la politique claire de sortie du nucléaire qui a permis d’accélérer la diffusion des innovations dans les énergies renouvelables, en stimulant les investissements des industriels du secteur [Rogge et Johnstone, 2017].

  • 11 Les instruments politiques dits « soft » se caractérisent par leur caractère informel et non instit (...)

20L’engagement pour une sortie du charbon est plus tardif (en 2020, pour 2038). La littérature s’est penchée sur les raisons qui ont bloqué cette politique d’exnovation. Des enjeux socio-économiques (perspectives de pertes d’emplois dans certaines régions peu dynamiques) et géopolitiques (dépendance énergétique) expliquent la résistance à la sortie du charbon en Allemagne, malgré le caractère contesté de cette industrie (sur-subventionnée, dépourvue d’un imaginaire technologique attractif, incompatible avec les objectifs climatiques, etc.) [David et Gross, 2019]. David [2018 : 339] analyse le rôle des collectifs organisés tels que des ONG environnementales et mouvements sociaux dans ce contexte de blocage, c'est-à-dire « lorsque l'élaboration d’une politique officielle de décarbonisation semble impossible ». Ces collectifs parviennent par des instruments politiques dits soft (ex. protestation, campagnes d’information, lobby) à arrêter la construction de nouvelles centrales à charbon qui étaient prévues et ainsi à enclencher un désinvestissement11.

21Ainsi, la Energiewende est emblématique de politiques volontaristes à l’échelle nationale visant le démantèlement d'industries entières (productrices d’électricité et de vecteurs énergétiques) qui posent différents problèmes environnementaux (climat, ressources, risques sanitaires, etc.). Les décideurs politiques peuvent s’engager dans des politiques « de sortie de », notamment si la dimension de désinvestissement est devancée par des acteurs non gouvernementaux.

22L’érosion de la légitimité de ces industries est une donnée importante. Des impacts et facteurs climatiques, environnementaux, économiques, sociaux ou sociétaux peuvent entrer en jeu, comme l’existence d’un mouvement antinucléaire de longue date ou la prise de conscience engendrée par la catastrophe de Fukushima. Plus généralement, comme l’explique Stegmaier [2014 :122] « une perception nouvelle du problème [sense-making and problem construction] est une condition préalable nécessaire au changement de l’agenda politique, […] si la perception du problème reste inchangée, tout appel à l'action est perçu comme futile et reste sans conséquence ». Aujourd’hui, toutefois, la perception du problème semble à nouveau modifiée et l’Allemagne s’apprête à retarder la fermeture de ses dernières centrales nucléaires. La sortie du nucléaire et celle du charbon (prioritaire par rapport à la première au vu des objectifs climatiques) sont de plus en plus présentées comme difficilement conciliables dans un contexte marqué par les conséquences de la guerre en Ukraine sur l’approvisionnement en gaz russe et par la publication de la taxonomie européenne qui inscrit le nucléaire comme une énergie « verte » et « de transition ».

23Quant à la relation exnovation-innovation, elle est bi-directionnelle [Turnheim et Geels, 2012]. L’exnovation est susceptible de « faire de la place » pour le déploiement des innovations systémiques. La maturation des alternatives conditionne de son côté la crédibilité et le calendrier de politiques ciblant la sortie d’industries non durables. Les multiples instruments et points d’intervention associés aux politiques d’exnovation s’inscrivent par ailleurs dans le débat plus large sur les policy mixes [Roberts et Geels, 2019]. Celles-ci visent à compléter les approches de gouvernance de réseau qui sous-tendent la culture de niches et à développer des ensembles cohérents d'instruments réglementaires et financiers [Kivimaa et Kern, 2016], en s'attaquant également aux interactions avec des politiques non environnementales [OCDE 2015].

24L’exnovation concerne certes des questions de policy termination (ex. interdictions, arrêt des subsides aux industries carbonées, remplacement des acteurs dominants dans les conseils consultatifs, etc.), mais aussi des questions dites d’aftercare et d’ajustement socio-économique. La dimension aftercare est mise en évidence par Stegmaier [2014 : 115] qui précise que « les efforts de gouvernance pour mettre fin à un système sociotechnique peuvent durer plus longtemps que la gouvernance même du système sociotechnique qui a été interrompu » (ex. gestion des déchets nucléaires).

25Les processus d’exnovation tendent à être conflictuels et politiquement clivants. Comme l’explique Galgóczi et al. [2020 : 373], s’il n’y a pas de futur pour l’industrie du charbon, c’est-à-dire pas de reconfiguration technologique qui soit compatible avec l’objectif de décarbonisation, l’enjeu est, dans une perspective de transition juste, de s'assurer que les travailleurs et les communautés qui en dépendent aient un futur (« they must have a future »). Les défis de l’exnovation mettent alors en évidence la place toute particulière que doit avoir l’anticipation des politiques dites d'ajustement socioéconomique [Heyen et al., 2017 ; Green et Gambhir, 2019]. Cela inclut le dialogue social avec les syndicats, une gestion active de la réorientation professionnelle et de la reconversion territoriale [Galgóczi et al., 2020].

  • 12 Le cas allemand bénéficie d’éclairages issus d’autres cas dans le domaine de l'énergie : Stegmaier (...)

26Si le cas de la Energiewende permet d’identifier une série d'enjeux d’exnovation, leur formulation à partir de ce seul ancrage pourrait limiter sa généralisation12.

2.2 Déstabilisation et sortie de l’automobile thermique à l’échelle européenne

27Si les politiques volontaristes d’exnovation formulées autour d’enjeux de non-durabilité sont encore rares [Geels, 2019], il est toutefois possible d’examiner la littérature au-delà du cas paradigmatique de la Energiewende et des autres cas européens de transition des systèmes énergétiques. En effet, Galgóczi [2020] explique que les enjeux de l’exnovation varient significativement non seulement selon les trajectoires et politiques nationales, mais aussi selon les industries ou selon les systèmes sociotechniques considérés. Dans ce sens, le régime automobile offre un cas contrasté, pertinent pour la conceptualisation.

  • 13 Avantageux au niveau des émissions locales liées à l’utilisation (dans le cas d’un mix énergétique (...)

28De quoi le cas du régime automobile est-il emblématique ? Tout d’abord, il renvoie à la déstabilisation de technologies spécifiques qui posent problème (celles liées aux moteurs thermiques) et à une possible réorientation industrielle, plutôt qu’au démantèlement d’une industrie entière. Le futur de l’automobile semble relativement plus ouvert que celui du charbon (cf. les propos de Galgóczi dans 2.1). Cela s’explique par la possibilité de rupture technologique que représente l'électrification de la motorisation [Kotilainen et al., 2019]. Pourtant, l'électrification du transport suscite des controverses, y compris sur le plan de son impact environnemental [Pardi, 2020]13.

  • 14 Une de ces flexibilités est « l’ajustement de masse ». Il rend la cible moins contraignante selon l (...)

29Le cas en question pointe l’importance de la gouvernance multiniveau et de l’échelle supranationale en particulier. L’UE est identifiée comme le principal acteur de la déstabilisation [Kaufmann et al., 2017]. Depuis 1999, l'UE régule les émissions de CO2 de l’industrie en fixant des cibles évolutives pour les émissions moyennes des voitures neuves vendues et, plus récemment, en sanctionnant par des amendes dissuasives les constructeurs non conformes. Mais cette politique s’accompagne de flexibilités réglementaires permettant aux constructeurs d’atteindre plus facilement la cible14. Pour le CO2 et les autres polluants, la régulation n’a pas produit les résultats attendus. Wells et Nieuwenhuis [2012 : 1689] parlent même de « transition failure ».

  • 15 En 2015 le Dieselgate a révélé au grand public les stratégies frauduleuses des constructeurs pour ( (...)

30En effet, le cas du régime automobile, en particulier la fin des moteurs thermiques, met en lumière la résilience des régimes sociotechniques, leur capacité à développer des réponses stratégiques dans un élan d’autopréservation et à éviter ou retarder des formes plus structurelles d’exnovation. Pardi [2020] explique que malgré le Dieselgate15 et la tendance observée à la hausse des émissions de CO2 dans ce secteur, les failles structurelles de la réglementation européenne n’ont pas été traitées. La récente décision (juin 2022) d'interdire la vente de voitures thermiques neuves dès 2035 dans l’Union européenne intervient donc à la suite de décennies d’échec de la régulation.

31Le tableau 1 synthétise les traits saillants des deux cas d’exnovation présentés dans cette section. Le propos n’est pas l’analyse détaillée de cas empiriques étudiés ailleurs, mais de soulever leur valeur emblématique au niveau conceptuel ainsi que sur le plan de l’interface science-politique. Si les cas montrent respectivement l’importance des échelles nationale et supranationale, qu’en est-il de l’échelle métropolitaine en matière d’exnovation ? La section suivante explore cette dernière question, en l’appliquant au territoire bruxellois.

Tableau 1. Récapitulatif des enjeux observés pour deux cas emblématiques d’exnovation

Energiewende

Déstabilisation et sortie de l’automobile thermique à l’échelle européenne

Principal type d’intervention

(termination instruments)

Interdiction du nucléaire et du charbon planifiée à un horizon de plus de 10 ans

Régulation évolutive du niveau des émissions (polluants et CO2) des véhicules neufs

Interdiction de la vente de voitures thermiques neuves dès 2035

Principale échelle de gouvernance

Nationale (Allemagne)

Supranationale (UE)

Facteurs de perte de légitimité du régime

Fukushima, désinvestissement promu par des mouvements sociaux (antinucléaire, pour le climat), sur-subventionnement

Dieselgate, impacts sanitaires de la pollution de l’air, impacts climatiques, (désinvestissement par les générations jeunes post-voiture)

Dynamique innovation-exnovation (et interactions multirégime)

La sortie du nucléaire augmente à court terme la dépendance au charbon, mais accélère aussi la diffusion des énergies renouvelables ; report important aussi sur le gaz importé de Russie (jusqu’à la crise ukrainienne)

L’impact environnemental de la sortie des moteurs thermiques dépend des avancées en matière de transition énergétique

L’importance du substitut technologique (véhicule électrique [VE]) dépend des alternatives (ex. mobilité douce), mais aussi d’éventuelles politiques d’exnovation plus ambitieuses (post-car cities)

Aftercare

Traitement des déchets nucléaires

Traitement de la fin de vie des véhicules thermiques

Délocalisation des traitements de déchets (réglementation EU sur les transferts transfrontaliers)

Conflits et ajustements socio-économiques

Régions et emplois miniers

Délais de sortie et indemnisations des exploitants et des acteurs du régime négativement affectés

Qui va réduire sa consommation d’électricité et de gaz (depuis la crise ukrainienne) ?

Emploi dans l’industrie automobile européenne (le VE nécessite moins de main-d'œuvre et une qualification différente), métiers de la réparation et autres métiers dépendants de l’automobile thermique

Flexibilité de la régulation pour les constructeurs

3. Le futur de la zone de basses émissions : une problématique d’exnovation pour Bruxelles

  • 16 Hansen et Coen [2015] parlent d’une littérature biaisée dans ce sens.
  • 17 En 2018, la Région de Bruxelles-Capitale a mis en place une zone basses émissions (ou LEZ acronyme (...)

32La ville et le territoire sont désormais des sujets de recherche importants dans la littérature sur les transitions durables [Hodson et Marvin, 2010 ; Hansen et Coen, 2015 ; Köhler et al., 2019]. Toutefois et à l’exception notable de Graff et al. [2021], ces travaux sont largement orientés innovation (ex. géographie de la formation des niches et expérimentations)16. Sur la base des entretiens réalisés et de la documentation rassemblée, nous soutenons que le futur de la LEZ bruxelloise peut être efficacement lu comme une problématique d’exnovation17. Cette problématique est intrinsèquement liée à la déstabilisation de l’industrie automobile à l’échelle européenne (section 2.2). En effet, le futur de la zone de basses émissions préfigure une nouvelle phase d’un processus multiniveau, marqué par les failles passées de la régulation européenne et de l’autorégulation des constructeurs. Pour pallier de telles failles, les villes pourraient jouer un rôle clé en poursuivant des politiques ambitieuses sur les différentes dimensions de la durabilité plutôt que simplement disruptives sur le plan technologique.

  • 18 Pour une analyse des modèles de déploiement de l’infrastructure de recharge publique voir l’article (...)

33Le plan Good Move qui donne les grandes orientations politiques dans le domaine de la mobilité à Bruxelles intègre une mesure visant à sortir de l’usage des véhicules à moteur thermique (SMT – sortie des moteurs thermiques) à l’horizon 2030/35 [Bruxelles Mobilité, 2020]. Cette mesure s’inscrit dans le prolongement et l’approfondissement de la LEZ et a récemment fait l’objet d’une feuille de route en vue de son implémentation [Bruxelles Environnement, 2021]. C’est l’idée de planification d’une « sortie de » qui s’aligne explicitement avec une problématique d’exnovation. Par ailleurs, on retrouve une focale technologique : la planification porte sur l'abandon progressif, à Bruxelles, de l’usage des technologies qui ont caractérisé le développement du régime automobile depuis sa création (les moteurs thermiques). Cette focale technologique se manifeste dans les critères retenus pour établir le calendrier de l’abandon progressif (selon le type de moteur et les normes européennes d’émissions dites « normes Euro ») et dans l’importance accordée dans la feuille de route aux questions de substitution technologique (en particulier celle de l’infrastructure de recharge nécessaire au déploiement des véhicules électriques)18.

  • 19 « En cohérence avec la décision du Gouvernement de sortie des moteurs thermiques à partir de 2030, (...)
  • 20 L’accord de gouvernement fédéral [2020 : 60] prévoit « que tous les nouveaux véhicules de société d (...)
  • 21 À Bruxelles, les taxes de mise en circulation et de circulation annuelle sont fixées à un niveau mi (...)

34Certains éléments semblent indiquer les prémisses d’une approche systémique de l’exnovation, notamment le fait que la mesure de SMT soit intégrée au plan Good Move. En effet, elle apparait comme une composante d’un policy mix plus large qui pondère les enjeux d’innovation et d’exnovation dans le domaine de la mobilité. Néanmoins, cela comporte un risque important de compartimentation. La SMT est une mesure mue par des objectifs de réduction de la pollution de l’air local et de lutte contre le réchauffement climatique et non pas par une logique visant à défaire le « tout à l’automobile » [Hubert, 2008]. Cette dernière impliquerait la diminution de la possession/utilisation de véhicules particuliers, la réorientation de l’aménagement du territoire et des infrastructures, des alternatives suffisantes en matière de modes de transports collectifs ou actifs, etc. La SMT ne prétend pas s’attaquer à ces aspects qui sont « couverts » du moins en partie par d’autres mesures. Toutefois, les interactions entre les différentes mesures envisagées et leurs impacts croisés sur les usages de mobilité semblent sous-problématisés. Par exemple, l’étendue et les caractéristiques du « parc résiduel » 19, c’est-à-dire celui qui sera effectivement converti à l’électrique, restent floues. Ce point est d’autant plus critique que la SMT est à l’heure actuelle amenée à « faire avec » la décision du fédéral de maintenir le régime des voitures de sociétés [May et al., 2020]20. De plus, la politique régionale semble ignorer ou minimiser le problème des voitures type SUV, ces voitures « déraisonnables », fortement consommatrices de ressources (énergie, matériaux, espace urbain, budget des ménages) qui tendent à devenir la norme pour la voiture électrique21.

  • 22 Prime Bruxell'Air pour le transfert modal des bruxellois qui radient la plaque d’immatriculation de (...)

35L’exnovation invite aussi à problématiser la SMT en termes d’ajustements socio-économiques. Cet aspect est abordé dans la stratégie régionale par la mise en place de mesures d’accompagnement telles que des primes (prime Bruxell'Air et prime LEZ)22 ou encore par l’identification de « groupes cibles » « d’utilisateurs précarisés » ou « de ceux qui pourraient rencontrer davantage de difficultés pendant cette transition » [Bruxelles Environnement, 2021 : 35]. Si la question des inégalités sociales est (enfin) posée dans le cadre des politiques de transition/mobilité urbaine, les mesures d’accompagnement envisagées pourraient être insuffisantes au regard des enjeux d’un droit à la mobilité (ex. non-recours aux primes, alternatives insuffisantes pour certains usagers – pauvres, excentrés, en horaire atypique). Par ailleurs, l’impact net sur l’emploi de la SMT et ses transformations plus qualitatives sont des questions sous-problématisées à ce stade dans la stratégie régionale, ce qui est susceptible de limiter ou de retarder l’action en matière de gestion active de la réorientation professionnelle et de reconversion territoriale (ex. garagistes, quartier Heyvaert, métiers et secteurs indirectement affectés). À une échelle plus globale, des communautés qui sont « loin de chez nous » seront impactées par des pollutions nouvelles et importantes résultant de la production des composants des véhicules électriques et de l’extraction des matières premières nécessaires [EEA, 2018] ainsi que de l’exportation des véhicules thermiques bannis à Bruxelles [UNEP, 2020]. Cette question de justice environnementale [McCauley et Heffron, 2018] est virtuellement absente du débat bruxellois sur la SMT. En somme, la problématique des impacts négatifs et de la gestion des pertes pour les usagers précarisés, l’emploi local et les communautés lointaines est peu ou pas anticipée, alors que le bénéfice d’une demande induite (et haut de gamme) pour les constructeurs automobiles, par le renouvellement accéléré du parc automobile, est habilité d’entrée de jeu.

  • 23 Le démontage/destruction des véhicules est organisé en Belgique par Febelauto. La filière d’exporta (...)

36Enfin, une lecture « exnovation » du futur de la LEZ invite à accorder une plus grande importance aux enjeux d’aftercare. Cela concerne en particulier la gestion des véhicules hors d'usage qui sera amenée à anticiper des flux plus importants23, ou dans une moindre mesure l’exception que représentent les voitures de plus de 30 ans (dites old timers et immatriculées « O »).

Conclusion

37Cet article contribue à poser les jalons d’une pensée systémique de l’exnovation, concept qui renvoie à l’abandon délibéré (planifié) des modes de production/consommation non durables. Nous sommes partis du constat que l’exnovation reçoit peu d'attention dans la société, elle est même taboue pour certains, ne générant pas d'opportunités commerciales immédiates, ni de projets facilement mobilisateurs. Dans les études sur les transitions, elle émerge seulement depuis peu comme un objet de recherche à part entière, dans un contexte où les appels à accélérer les transitions se multiplient, tout comme les appels à des transitions justes, alors que les stratégies de « culture de niches » ne semblent plus suffisantes.

38Ancrée dans l’édifice théorique des ST, l’exnovation apporte un cadre évolutionniste et institutionnaliste pour aborder des problématiques telles que l’abandon programmé du nucléaire, du charbon ou encore la sortie des moteurs thermiques. À la lumière de ces cas, le concept vient nuancer les fortes convictions en matière de gouvernance des transitions – et du rôle de l'État – qui prévalent lorsque la focale des transitions porte sur l’innovation de niche. Si les cas emblématiques mobilisés par la littérature mettent l’accent sur le volontarisme et la planification étatique et sur certains types de configurations sociotechniques non durables (articulés autour de technologies matures), la définition proposée est de nature générique et a vocation à comprendre les formes variées que peut prendre l’autre face des transitions (y compris le ciblage des nouvelles tendances négatives, type généralisation des SUV).

  • 24 https://praxilience.fr/blog-post/arreter-la-construction-neuve-en-idf-pour-faire-face-aux-limites-p (...)
  • 25 https://www.ecoconso.be/fr/content/plusieurs-objets-jetables-en-plastique-sont-desormais-interdits
  • 26 https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/qanda_21_3298

39Nous avons suggéré que le concept était également utile pour Bruxelles, par exemple dans le domaine de la mobilité. On peut aussi penser à la sortie des chaudières à mazout qui est planifiée pour 2025, à l’arrêt de la construction neuve24, à l’interdiction du plastique jetable25, ou encore, et dans un autre domaine, à la fin de l’élevage en cage26. Mais l’exnovation n’est pas synonyme d’interdiction. D’une part, les instruments pour amorcer la sortie sont multiples (retrait des aides publiques, remplacement des acteurs dominants, promotion du désinvestissement, etc.). D’autre part, et ce point est central, le futur de la LEZ sous l’angle de l’exnovation met en évidence le caractère systémique et multiple des enjeux, au-delà de la préparation d’un calendrier pour la sortie. Les enjeux d’exnovation montrent une stratégie de substitution technologique alignée avec le régime (véhicule électrique) et les ambitions limitées de cette stratégie en lien avec la nécessité de transformations plus profondes de l’aménagement des territoires et de la mobilité, d’ajustements socio-économiques et d’aftercare (voir aussi [Callorda Fossati et al., 2023]).

40Enfin, en soulignant le caractère éminemment complexe, conflictuel et divers de ces processus « de sortie de », l’exnovation apparait être un concept qui ne vient pas simplement décrire ou expliquer, mais qui participe à la politisation des arbitrages pour des futurs plus durables [David et Gross, 2019]. Il propose une piste concrète pour imaginer autrement les défis que posent les processus de transition vers la durabilité des systèmes sociotechniques (annexe 1), c’est-à-dire au-delà de l’approche dominante centrée sur les « pionniers » de l’innovation d’abord et puis les problèmes de « retard » d’adoption de l’innovation.

Haut de page

Bibliographie

ARNOLD, A., DAVID, M., HANKE, G., et SONNBERGER, M. (Eds.), 2015. Innovation-Exnovation: Über Prozesse des Abschaffens und Erneuerns in der Nachhaltigkeitstransformation. Metropolis-Verlag.

AMINOFF, A., et SUNDQVIST-ANDBERG, H., 2021. Constraints Leading to System-Level Lock-Ins—the Case of Electronic Waste Management in the Circular Economy. In : Journal of Cleaner Production 322: 129029.

AVELINO, F., 2017. Power in Sustainability Transitions: Analysing Power and (Dis)Empowerment in Transformative Change towards Sustainability. In : Environmental Policy and Governance 27, no 6: 505‑20.
DOI :
https://doi.org/10.1002/eet.1777.

BRAMBILLA, M. et UCCELLI, I., 2019. Regulating Vehicle Access for improved Liveability: Process evaluation and impact assessment framework. ReVeAL Research Deliverable 4.1.

BRUXELLES ENVIRONNEMENT, 2021. Low Emission Mobility Brussels. En route vers une mobilité basses emissions. Roadmap 1.0. Février 2021. Disponible à l’adresse : https://environnement.brussels/sites/default/files/user_files/roadmap1.4_lowemissionmobility_fr_final_clean.pdf ; https://environnement.brussels/thematiques/mobilite/strategie-low-emission-mobility

BRUXELLES MOBILITE, 2020. ‘Good Move’: Plan régional de mobilité 2020-2030 - Plan stratégique et opérationnel. Disponible à l’adresse : https://mobilite-mobiliteit.brussels/sites/default/files/2021-04/goodmove_FR_20210420.pdf

CALLORDA FOSSATI, E., PEL, B., SUREAU, S., BAULER, T., et ACHTEN, W., 2023. Implementing exnovation? Ambitions and governance complexity in the case of the Brussels Low Emission Zone. In : KORETSKY, Z., STEGMAIER, P., TURNHEIM, B., et VAN LENTE, H., (eds), Technologies in Decline: Socio-Technical Approaches to Discontinuation and Destabilisation. Routledge.

COBUT, L., ORSINI, A., BIEDENKOPF, K., BLONDEEL, M., FUCHS, G., KAVVATHA, E., MISONNE, D., NIET, I., et PAPIN, M., 2019. Focusing on non-state actions instead of non-state actors in the context of sustainability transitions. In : Global Policy. 14/10/2019. pp. 10-18. Disponible à l’adresse : https://www.globalpolicyjournal.com/articles/climate-change-energy-and-sustainability/focusing-non-state-actions-instead-non-state

DAVID, M, 2017. Moving beyond the heuristic of creative destruction: Targeting exnovation with policy mixes for energy transitions. In : Energy Research and Social Science, 33, 138–146.
DOI :
https://doi.org/10.1016/j.erss.2017.09.023

DAVID, M. 2018. The role of organized publics in articulating the exnovation of fossil-fuel technologies for intra-and intergenerational energy justice in energy transitions. In : Applied Energy. Vol. 228, p. 339–350.

DAVID, M., et GROSS, M., 2019. Futurizing Politics and the Sustainability of Real-World Experiments: What Role for Innovation and Exnovation in the German Energy Transition?. In : Sustainability Science 14, no 4 (1 juillet 2019): 991‑1000.
DOI :
https://doi.org/10.1007/s11625-019-00681-0.

DE CLERCK, Q., et VANHAVERBEKE, L., 2021. « Quels modèles pour le déploiement d’une infrastructure de recharge publique pour véhicules électriques en Région de Bruxelles-Capitale ? » Traduit par Céline Ponsard. Brussels Studies. 7 novembre 2021.
DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.5807.

DE MUYNCK, S., KAMPELMANN, S., DAVILA, F., AMAZ, A., DENNEMONT, L., et SAVINO J.-M., 2020. Opération Phosphore : le système de collecte et de traitement des biodéchets bruxellois en 2025. Bruxelles : Innoviris Co-create. Rapport scientifique n°3.

EAA, 2018. Electric vehicles from life cycle and circular economy perspectives. Transport and Environment Reporting Mechanism. Copenhagen : European Environment Agency. No 13/2018. Disponible à l’adresse : https://www.eea.europa.eu/publications/electric-vehicles-from-life-cycle
DOI : 10.2800/77428

ELZEN, B., GEELS, F.W., et GREEN, K., (Eds), 2004. System Innovation and the Transition to Sustainability: Theory, Evidence and Policy. Edward Elgar.

FEBIAC, 2022. Analyse du marché des véhicules au 1er semestre 2022. Disponible à l’adresse : https://www.febiac.be/public/pressreleases.aspx?ID=1425&lang=FR

FRANTZSESKAKI, N., LOORBACH, D., et MEADOWCROFT, J., 2012. Governing societal transitions to sustainability. In : International Journal of Sustainable Development. 15, no 1‑2 (1 janvier 2012): 19‑36.

FRENKEN, K., et SCHOR, J., 2017. Putting the sharing economy into perspective. In : Environmental Innovation and Societal Transitions. 22/01/2017. vol. 23, pp. 3-10.

GALGÓCZI, B., 2020. Just transition on the ground: Challenges and opportunities for social dialogue. In : European Journal of Industrial Relations. 1/10/2020. vol. 26, n°4, pp. 367-382.

GEELS, F.W., 2002. Technological Transitions as Evolutionary Reconfiguration Processes: A Multi-Level Perspective and a Case-Study. In : Research Policy. 31, n 8‑9 (2002): 1257‑74.
ttps://doi.org/10.1016/S0048-7333(02)00062-8.

GEELS, F.W., 2005. Processes and patterns in transitions and system innovations: Refining the co-evolutionary multi-level perspective. In : Technological forecasting and social change. 12/05/2005. vol. 72, n°6 pp. 681-696.

GEELS, F.W., et RAVEN R., 2006. Non-linearity and expectations in niche-development trajectories: ups and downs in Dutch biogas development (1973-2003). In : Technology Analysis & Strategic Management. 3/08/2006. vol. 18, n°3-4, pp. 375-392.

GEELS, F.W., 2014. Regime resistance against low-carbon transitions: introducing politics and power into the multi-level perspective. In : Theory, Culture et Society. 27/06/2014. vol. 31, n°5, pp. 21-40.

GEELS, F.W., 2019. Socio-technical transitions to sustainability: a review of criticisms and elaborations of the Multi-Level Perspective. In : Current Opinion in Environmental Sustainability. 29/07/2019. vol. 39, pp. 187-201.

GRAAF, L., WERLAND, S., LAH, O., MARTIN, E., MEJIA, A., MUNOZ BARRIGA, M.R., NGUYEN, H.T.T., TEKO, E., et SHRESTHA, S., 2021. The Other Side of the (Policy) Coin: Analyzing Exnovation Policies for the Urban Mobility Transition in Eight Cities around the Globe. In : Sustainability. 13 (16): 9045.
DOI :
https://doi.org/10.3390/su13169045.

GREEN, F., et AJAY G., 2019. Transitional Assistance Policies for Just, Equitable and Smooth Low-Carbon Transitions: Who, What and How? In : Climate Policy. 29/08/2019. vol. 20, n°8, pp. 902-921

GRIN, J., ROTMANS, J., et SCHOT, J., 2010. Transitions to sustainable development: new directions in the study of long term transformative change. Routledge.

GOUVERNEMENT FEDERAL, 2020. Accord de Gouvernement. 30/09/2020. Disponible à l’adresse : https://www.belgium.be/sites/default/files/Accord_de_gouvernement_2020.pdf

HANSEN, T., et COENEN, L., 2015. The Geography of Sustainability Transitions: Review, Synthesis and Reflections on an Emergent Research Field. In : Environmental Innovation and Societal Transitions 17 (1 décembre 2015): 92‑109.

HAVEAUX, C., 2020. Les batteries de voitures électriques trouvent une deuxième vie et un recyclage quasi complet en Belgique. In : Renouvelle (blog). 7/11/2020. [Consulté le 16/12/2020]. Disponible à l’adresse : https://www.renouvelle.be/fr/actualite-belgique/les-batteries-de-voitures-electriques-trouvent-une-deuxieme-vie-et-un-recyclage

HEBINCK, A., DIERCKS, G., VON WIRTH, T., BEERS, P.J., BARSTIES, L., BUCHEL, S., GREER, R., VAN STEENBERGEN, F., et LOORBACH, D., 2022. An Actionable Understanding of Societal Transitions: The X-Curve Framework. In : Sustainability Science. 18 janvier 2022.
DOI :
https://doi.org/10.1007/s11625-021-01084-w.

HEYEN, D.A., HERMWILLE, L., et WEHNERT, T., 2017. Out of the comfort zone! Governing the exnovation of unsustainable technologies and practices. In : Gaia. 1/01/2017. vol. 26, n°4, pp. 326–331.

HODSON, M., et Marvin, S., 2010. Can Cities Shape Socio-Technical Transitions and How Would We Know If They Were? In : Research Policy 39, no 4 (mai 2010): 477‑85.

HOFFMANN, S., WEYER, J., et LONGEN, J., 2017. Discontinuation of the automobility regime? An integrated approach to multi-level governance. In : Transportation Research: Policy and Practice. 20/07/2020. vol. 103, pp. 391-408.

HUBERT, M., 2008. L’Expo 58 et le « tout à l’automobile ». In : Brussels Studies. 20 octobre 2008.
DOI :
https://doi.org/10.4000/brussels.621.

IPCC, 2022. Summary for Policymakers [H.-O. Pörtner, et al. (eds.)]. In: Climate Change 2022: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press. In Press.

KEMP, R., LOORBACH, D., et ROTMANS, J., 2007. Transition management as a model for managing processes of co-evolution towards sustainable development. In : The International Journal of Sustainable Development et World Ecology. 24/11/2009. vol. 14, n°1, pp. 78-91.

KIVIMAA, P., et KERN F., 2016. Creative destruction or mere niche support? Innovation policy mixes for sustainability transitions. In : Research Policy. 22/10/2015. vol. 45, n°1, pp. 205–217.

KÖHLER, J., GEELS, F., KERN, F., ONSONGO, E., WIECZOREK, A.J., ALKEMADE, F, AVELINO, F., BERGEK, A., BOONS, F., FUENFSCHILLING, L., HESS, D., HOLTZ, G., HYYSALO, S.A., JENKINS, K., KIVIMAA, P., MARKARD, J., MARTISKAINEN, M., MCMEEKIN, A., MÜHLEMEIER, M.S., NYKVIST, B., PEL, B., RAVEN, R., ROHRACHER, H., SANDEN, B., SCHOT, J., SOVACOOL, B., TURNHEIM, B., VAN DEN BERGH, J., WELCH, D., et WELLS, P., 2019. An agenda for sustainability transitions research: state of the art and future directions. In : Environmental Innovation and Societal Transitions. 31/01/2019. vol. 31, pp. 1-32.

KOTILAINEN, K., AALTO, P., VALTA, J., RAUTIAINEN, A., KOJO, M., et SOVACOOL, B., 2019. From path dependence to policy mixes for Nordic electric mobility: Lessons for accelerating future transport transitions. In : Policy Sciences. 7/11/2019. vol. 52, pp. 573-600.

LOORBACH, D., WITTMAYER, J.M., SHIROYAMA, H., FUJINO, J., et MIZUGUCHI, S., 2016. In : Governance of Urban Sustainability Transitions: European and Asian Experiences. 1st edition. Springer, 2016.

MARKARD, J., RAVEN, R., et TRUFFER, B., 2012. Sustainability transitions: An emerging field of research and its prospects. In : Research policy. 20/02/2012. vol. 41, n°6, pp. 955-967.

MARKARD, J., et ROSENBLOOM, D., 2020. A tale of two crises: COVID-19 and climate. In : Sustainability: Science, Practice and Policy. 10/06/2020. vol. 16, n°1, pp. 53-60.

MAY, X., ERMANS, T., et HOOFTMAN, N., 2020. Les voitures de société : diagnostics et enjeux d’un régime fiscal. In : Brussels Studies. 25/03/2019. n° 133.

MCCAULEY, D. et HEFFRON, R., 2018. Just transition: Integrating climate, energy and environmental justice. In : Energy Policy. 24/04/2018. vol. 119, pp. 1-7.

PARDI, T., 2020. Everything Must Change for Everything to Stay the Same? Prospects and Contradictions of the Electrification of the European Automotive Industry. In : Development Today: Accumulation, Surveillance, Redistribution. SASE virtual conference. 20/07/2020. Disponible à l’adresse : https://sase.confex.com/sase/2020/meetingapp.cgi/Paper/15984

PEL, B., 2016. Trojan horses in transitions: A dialectical perspective on innovation ‘capture’. In : Journal of Environmental Policy et Planning. 28/09/2015. vol. 18, n°5, pp. 673-691.

PEL, B. et KEMP, R., 2020. Between innovation and restoration; towards a critical-historicizing understanding of social innovation niches. In : Technology Analysis et Strategic Management. 8/04/2020. vol. 32, n°10, pp. 1182-1194.

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE, 2019. Plan énergie climat 2030, The right energy for your Region. Version définitive – Octobre 2019. Disponible à l’adresse : https://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/Plan_Energie_climat_Klimaatplan_2030_FR

ROBERTS, C., et GEELS, F.W., 2019. Conditions for politically accelerated transitions: Historical institutionalism, the multi-level perspective, and two historical case studies in transport and agriculture. In : Technological Forecasting and Social Change. 21/12/2018. vol. 140, pp. 221-240.

ROGER, C., HALE T., et ANDONOVA, L., 2017. The Comparative Politics of Transnational Climate Governance, International Interactions, 43:1, 1-25.
DOI :
10.1080/03050629.2017.1252248

ROGERS, E.M., 1962. Diffusion of innovations. New York: Free Press.

ROGGE, K. S., et JOHNSTONE, P., 2017. Exploring the role of phase-out policies for low-carbon energy transitions: The case of the German Energiewende. In : Energy Research et Social Science. 2/11/2017. vol. 33, pp. 128-137.

ROMAN, P., MUYLAERT, C., RUWET, C., THIRY, G., et MARECHAL, K., 2020. Intégrer la territorialité pour une économie de la fonctionnalité plus ble. In : Développement durable et territoires. 30/04/2020. vol. 11, n°1.

SETO, K.C., DAVIS, S.J., MITCHELL, R.B., STOKES, E.C., UNRUH, G., ÜRGE-VORSATZ, D., 2016. Carbon Lock-In: Types, Causes, and Policy Implications. In : Annual Review of Environment and Resources 2016 41:1, 425-452.

SEYFANG, G., et SMITH, A., 2007. Grassroots innovations for sustainable development: Towards a new research and policy agenda. In : Environmental Politics. 17/07/2007. vol. 16, n°4, pp. 584-603.

STEFFEN, W., et A.L., 2015. Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. In : Science. 13/02/2015. vol. 347, n°6223, pp. 736-748.

SMITH, A., et RAVEN, R., 2012. What is protective space? Reconsidering niches in transitions to sustainability. In : Research policy. 23/03/2012. vol. 41, n°6, 1025-1036.

STEGMAIER, P., KUHLMANN, S., et VISSER, V. R., 2014. The Discontinuation of Socio-Technical Systems as a Governance Problem. In : BORRAS, S. et EDLER J. E. (Eds.), The Governance of Socio-Technical Systems: Explaining Change. Edward Elgar Publishing Ltd. pp. 111-131.

SWYNGEDOUW, E., 2005. Governance Innovation and the Citizen: The Janus Face of Governance-beyond-the-State. In : Urban Studies. 2005;42(11):1991-2006.
DOI :10.1080/00420980500279869

T&E, 2020. Mission (almost) accomplished - Carmakers' race to meet the 2020/21 CO2 targets, and the EU electric cars market. Bruxelles : TRANSPORT AND ENVIRONMENT. 7/10/2020. Disponible à l’adresse : https://www.transportenvironment.org/sites/te/files/publications/2020_10_TE_Car_CO2_report_final.pdf

TURNHEIM, B., ASQUITH, M. et GEELS, F.W., 2020. Making sustainability transitions research policy-relevant: Challenges at the science-policy interface. In : Environmental Innovation and Societal Transitions. 16/01/2020. vol. 34, pp. 116-120.

TURNHEIM, B., et GEELS, F.W., 2012. Regime Destabilisation as the Flipside of Energy Transitions: Lessons from the History of the British Coal Industry (1913–1997). In : Energy Policy. 9/06/2012. vol. 50, pp. 35-49.

UNEP. (2020). Used Vehicles and the Environment—A Global Overview of Used Light Duty Vehicles: Flow, Scale and Regulation (DTI/2302/NA; p. 108). United Nations Environment Programme. Disponible à l’adresse : https://www.unenvironment.org/news-and-stories/press-release/new-un-report-details-environmental-impacts-export-used-vehicles

VOß, J.P., et FREEMAN R., 2016. Introduction: Knowing Governance, In: Voß JP et Freeman R (Eds.) Knowing Governance: The Epistemic Construction of Political Order. Basingstoke: Palgrave Macmillan, 1-34.

WELLS, P., et NIEUWENHUIS, P., 2012. Transition failure: Understanding continuity in the automotive industry. In : Technological Forecasting and Social Change. 27/07/2012. vol. 79, n°9, pp. 1681-1692.

ZACCAÏ, E., 2019. Deux degrés : les sociétés face au changement climatique. Presses de Sciences Po.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Innovation et exnovation (la courbe en X)

Adapté de Hebinck et al. 2022.

Haut de page

Notes

1 Dans l’alimentation : https://environnement.brussels/thematiques/alimentation/ca-bouge-bruxelles/les-acteurs-de-la-transition

2 https://www.lalibre.be/debats/opinions/nous-appelons-a-la-constitution-immediate-d-un-conseil-regional-de-la-transition-5ebc1ee69978e24cfcb51349

3 Le PREC est le Plan Régional en Économie Circulaire (2016-2020). Son successeur (SRTE ou Shifting Economy) est en cours d’élaboration.

4 Ce champ étudie les problèmes de durabilité que connaissent les systèmes sociotechniques et leurs possibilités de transformation (cf. la revue Environmental Innovation and Societal Transitions). L'approche « perspective multi-niveaux » sur les transitions (MLP) [Geels, 2002] est un modèle heuristique très influent dans le champ des ST. Niche, régime et paysage sont trois concepts clés de cette approche (voir infra dans le texte pour la définition de ces concepts).

5 Pour une discussion sur le concept de gouvernance voir par exemple Roger et al. 2017.

6 « GOSETE » est un projet de recherche pionnier sur l’exnovation dans une perspective métropolitaine. Il est financé par Innoviris dans le cadre de l’appel Anticipate ‘gouvernance du futur’. Notre site web : https://exnovation.brussels/

7 Ces entretiens ont permis de : 1) recueillir les interrogations que soulève le concept d’exnovation ; 2) identifier la LEZ comme un cas emblématique de problématique d’exnovation pour Bruxelles ; 3) identifier des acteurs et points de vue impliqués.

8 Le régime correspond à la croyance dominante à un moment donné à propos de la voie à suivre dans un certain domaine de production/consommation en ce qui concerne la technologie, l'infrastructure, les pratiques de consommation, les modèles d’entreprise, les réglementations, etc. Comme l’explique Markard et al. [2012], l'idée principale du régime consiste à imposer une logique et une direction pour un changement sociotechnique incrémental (plutôt que transformatif/transitionnel).

9 Un rôle central est accordé aux niches qui fournissent un espace protégé au sein duquel des innovations radicales peuvent se développer (ex. grâce à des laboratoires de R&D, subsides, incubateurs, ‘écosystèmes’). Ces espaces sont nécessaires dès lors que les innovations rencontrent des formes puissantes de résistance de la part des acteurs du régime en place qui eux bénéficient du statu quo.

10 Le paysage sociotechnique forme le contexte plus large dans lequel les régimes et les niches se développent. Il s’agit du niveau par rapport auquel les acteurs ont le moins de prises et comprend des mégatendances (ex. l’évolution lente des structures spatiales, des idéologies politiques, des valeurs, de la démographie) ou encore des chocs exogènes (ex. une guerre, une pandémie). Les pressions du paysage sont susceptibles de déstabiliser les régimes en place et de créer « une fenêtre d'opportunité » pour que les alternatives prennent de l'ampleur.

11 Les instruments politiques dits « soft » se caractérisent par leur caractère informel et non institutionnalisé. Ils sont employés par des collectifs organisés qui cherchent à faire pression sur les décideurs politiques et à infléchir les politiques publiques [David, 2018].

12 Le cas allemand bénéficie d’éclairages issus d’autres cas dans le domaine de l'énergie : Stegmaier et al. [2014] travaillent sur l'interdiction des ampoules à incandescence à l’échelle européenne, ou encore, Turnheim et Geels [2012] analysent le cas historique de la déstabilisation de l’industrie du charbon en Grande-Bretagne.

13 Avantageux au niveau des émissions locales liées à l’utilisation (dans le cas d’un mix énergétique décarboné), le véhicule électrique le serait moins au niveau des impacts générés ailleurs, notamment par la phase d’extraction (polluante) des matières premières [EEA, 2018]. De plus, la question de la fin de vie des batteries reste problématique même si des solutions commencent à être avancées [Haveaux, 2020].

14 Une de ces flexibilités est « l’ajustement de masse ». Il rend la cible moins contraignante selon la masse moyenne de la flotte vendue, à la faveur des constructeurs de modèles plus puissants et plus lourds de type des SUV [T&E, 2020]. Cet aspect de la règlementation apparait comme une des explications de la montée en gamme de l’industrie – c.-à-d. la généralisation des véhicules de type SUV.

15 En 2015 le Dieselgate a révélé au grand public les stratégies frauduleuses des constructeurs pour (ne pas) réduire les émissions de polluants atmosphériques.

16 Hansen et Coen [2015] parlent d’une littérature biaisée dans ce sens.

17 En 2018, la Région de Bruxelles-Capitale a mis en place une zone basses émissions (ou LEZ acronyme de Low Emissions Zones) qui interdit progressivement la circulation des véhicules les plus anciens, ces véhicules étant associés a priori à des niveaux plus élevés d’émissions polluantes. Chaque année, la liste des véhicules concernés s’agrandit et est vouée à couvrir l’ensemble des véhicules thermiques à l’horizon 2035. Les LEZ font partie d’une famille de mesures dite UVAR (Urban Vehicle Access Regulations) [Brambilla et Uccelli, 2019]. Contrairement à la problématique de l’exnovation, l’approche UVAR ne porte pas sur les voies de sortie des grands systèmes sociotechniques. Elle comporte toutefois l’avantage de spécifier des instruments de termination/sortie dans le domaine de la mobilité urbaine.

18 Pour une analyse des modèles de déploiement de l’infrastructure de recharge publique voir l’article de De Clerck et Vanhaverbeke [2021].

19 « En cohérence avec la décision du Gouvernement de sortie des moteurs thermiques à partir de 2030, il convient d’accompagner l’émergence des véhicules zéro émission comme alternative pour le parc résiduel de véhicules. On rappelle ici que l’idée est avant tout de réduire à moyen et long terme le nombre de véhicules individuels sur nos routes au profit de la mobilité douce, des transports en commun, du covoiturage ou encore de l’autopartage » [Région Bruxelles-Capitale, 2019 : 12].

20 L’accord de gouvernement fédéral [2020 : 60] prévoit « que tous les nouveaux véhicules de société devront être neutres en carbone d’ici 2026 ».

21 À Bruxelles, les taxes de mise en circulation et de circulation annuelle sont fixées à un niveau minimum pour les véhicules électriques quels qu’ils soient. Les SUV électriques bénéficient de cette réduction fiscale au même titre que des véhicules électriques plus petits (ex. citadines). Les SUV représentent plus d’une voiture neuve sur deux (50,8 %) immatriculée lors du 1er semestre 2022 en Belgique [FEBIAC, 2022].

22 Prime Bruxell'Air pour le transfert modal des bruxellois qui radient la plaque d’immatriculation de leur véhicule et Prime LEZ pour l’achat d’un nouveau véhicule pour les petites entreprises affectées par la LEZ. Le non-recours est élevé pour ces deux primes, qui sont en cours de réforme.

23 Le démontage/destruction des véhicules est organisé en Belgique par Febelauto. La filière d’exportation est encadrée par la règlementation européenne sur le transfert transfrontalier de déchets.

24 https://praxilience.fr/blog-post/arreter-la-construction-neuve-en-idf-pour-faire-face-aux-limites-planetaires/

25 https://www.ecoconso.be/fr/content/plusieurs-objets-jetables-en-plastique-sont-desormais-interdits

26 https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/qanda_21_3298

Haut de page

Table des illustrations

Légende Adapté de Hebinck et al. 2022.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/6273/img-1.png
Fichier image/png, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ela Callorda Fossati, Solène Sureau, Bonno Pel, Tom Bauler et Wouter Achten, « Exnovation : imaginer autrement les transitions durables à Bruxelles »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 174, mis en ligne le 04 décembre 2022, consulté le 26 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/brussels/6273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.6273

Haut de page

Auteurs

Ela Callorda Fossati

Ela Callorda Fossati est chargée de recherche au centre de recherche SONYA de l’ULB, membre associée du CIRTES de l’UCLouvain et chargée de cours à la faculté ESPO de l’UCLouvain. Issue d’une formation en économie du développement (doctorat de l’université de Bordeaux), elle s’intéresse aux transformations de l’économie sociale, à l’innovation sociale et aux transitions en faveur du développement durable. Actuellement, Ela étudie les « défis de l’exnovation » dans le cadre des transitions en faveur de la durabilité à Bruxelles (cf. le projet GOSETE qu’elle coordonne).
CALLORDA FOSSATI, E., PEL, B., SUREAU, S., BAULER, T., et ACHTEN, W., 2023, Implementing exnovation? Ambitions and governance complexity in the case of the Brussels Low Emission Zone, in KORETSKY, Z., STEGMAIER, P., TURNHEIM, B., et VAN LENTE, H., (éds), Technologies in Decline: Socio-Technical Approaches to Discontinuation and Destabilisation, Routledge.
ela.callorda.fossati[at]ulb.be

Solène Sureau

Solène Sureau est chargée de recherche au centre de recherche SONYA de l’ULB. Issue d’une formation en macroéconomie et en gestion de l’environnement, elle a consacré son doctorat au développement méthodologique de l’analyse sociale du cycle de vie. Elle s’intéresse actuellement à l’analyse des processus d’exnovation du point de vue de leurs effets en matière de développement durable.
Sureau, Solène, 2021, The LEZ and its future from an exnovation perspective. Potential sustainability impacts and alternative paths. In : Rapport de recherche du projet GOSETE 3.1, https://exnovation.brussels/mobilite-tranport.Description
solene.sureau[at]ulb.be

Bonno Pel

Bonno Pel est chargé de recherche et chargé de cours au centre de recherche SONYA de l’ULB. Issu d’une formation en planification environnementale et en philosophie politique, il s’intéresse à la dynamique de l’innovation sociale et des transitions en faveur du développement durable, à leur gouvernance et aux politiques connexes. Ces dernières années, il a publié de nombreux articles sur les aspects des transitions liés à l’innovation sociale, aussi bien sur le plan conceptuel que sur le plan empirique.
Pel, B. (2021), Transition ‘backlash’: Towards Explanation, Governance and Critical Understanding. In: Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 41, p. 32-34.
bonno.pel[at]ulb.be

Tom Bauler

Tom Bauler est professeur au centre de recherche SONYA de l’ULB. Ses recherches portent sur les indicateurs de remplacement pour le PIB, sur l’innovation sociale et l’exnovation sociotechnique, ainsi que sur les solutions citoyennes et les processus de transition, et plus largement sur la dynamique et les discours de la décroissance. Il est titulaire de la chaire « Environnement et économie » à l’ULB.
tom.bauler[at]ulb.be

Wouter Achten

Wouter Achten est professeur au centre de recherche SONYA de l’ULB. Ses recherches portent sur l’évaluation des incidences sur l’environnement et l’évaluation de la durabilité, principalement à travers une réflexion sur le cycle de vie. Il est titulaire de la chaire « Environnement et économie » à l’ULB.
wouter.achten[at]ulb.be

Haut de page

Financement

Innoviris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search