Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2023Être ou ne pas être NEET ? La com...

2023
175

Être ou ne pas être NEET ? La complexité des transitions études-marché de l’emploi à Bruxelles

Wel of niet NEET? De complexiteit van de transitie van onderwijs naar arbeidsmarkt in Brussel
To be or not to be NEET? The complexity of school-to-work transitions in Brussels
Géraldine André et Andrew Crosby
Traduction(s) :
Wel of niet NEET? De complexiteit van de transitie van onderwijs naar arbeidsmarkt in Brussel  [nl]
To be or not to be NEET? The complexity of school-to-work transitions in Brussels [en]

Résumés

Dans le sillage des recommandations de l’Union européenne, les pouvoirs publics à Bruxelles ont mis en place des dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes. Néanmoins, ces programmes qui mobilisent la catégorie « NEET » (neither in education, employment or training) ont une approche standardisée et finissent par réduire la problématique à une question d’employabilité individuelle. Notre contribution avance une analyse critique de la catégorie NEET que nous proposons d’affiner en plusieurs types et dont l’utilisation dans les politiques publiques bruxelloises permettrait de mieux cibler les jeunes qui en ont le plus besoin. A partir d’un matériel ethnographique récolté auprès de jeunes des quartiers populaires de Bruxelles, nous proposons une approche sociologique qui permet de dégager une typologie plus fine des situations NEET/non-NEET. Notre analyse contribue, d’une part, à déconstruire la catégorie statistique de NEET en des situations sociales diversifiées, d’autre part, elle indique combien les situations NEET résultent de trajectoires façonnées par des dynamiques structurelles et par des processus d’inégalités, qu’ils soient relatifs à la classe et/ou à l’origine migratoire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est basé sur certains résultats du projet « Empower Youth » lequel été financé par Innoviris entre Novembre 2017 et Janvier 2022.

Texte intégral

Introduction

1Depuis la crise de 2008, les transitions « études-marché de l’emploi » des fractions les moins qualifiées de la jeunesse ont été davantage instables et insécurisées qu’elles ne l’avaient été depuis les années 1990 [Wolbers, 2014]. Dans le sillage des recommandations de l’Union européenne, les pouvoirs publics à Bruxelles ont mis en place des stratégies de lutte contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes. Néanmoins, l’approche standardisée de ces stratégies risque de ne pas atteindre ses objectifs, faute de reconnaître la diversité de situations et des trajectoires menant au décrochage ou au chômage. En particulier, les programmes qui visent les jeunes entre 18 et 30 ans labellisés comme « NEET » (neither in education, employment or training), menés dans le cadre de l’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) en collaboration avec le Fonds social européen, réduisent la problématique à une question d’employabilité individuelle. Ainsi, ces programmes tiennent peu compte du fait que la jeunesse est aussi traversée par la question sociale qui, à Bruxelles, s’articule aux questions d’ethnicité et aux processus de ségrégation spatio-résidentielle [Jacobs et Rea, 2007; Rea et al., 2009 ; Sacco et al., 2016]. En effet, Bruxelles est une ville fortement polarisée [Van Hamme et al. 2016] : les périphéries sont composées des quartiers les plus favorisés sur le plan socio-économique. Au contraire, les quartiers centraux et du Nord-Ouest de Bruxelles cumulent diverses difficultés et désavantages (faibles revenus, insécurité sur le marché du travail et dans les ménages) et concentrent davantage que les autres quartiers bruxellois des populations issues de l’immigration non-européenne. Ces phénomènes de ségrégation urbaine affectent particulièrement les jeunes générations puisque les enfants et les jeunes (0-19 ans) sont fortement représentés dans les quartiers défavorisés [Wayens et al., 2013].

2Notre contribution avance une analyse critique de la catégorie NEET que nous proposons d’affiner en plusieurs types, dont l’utilisation dans les politiques publiques bruxelloises permettrait de mieux cibler les jeunes qui en ont le plus besoin. Suivant la revue de la littérature qui indique que la catégorie NEET repose sur une approche simplifiée des inégalités sociales [pour la revue de la littérature, voir André et Crosby, 2022], notre analyse est basée sur une approche sociologique qui s’inspire de la sociologie des inégalités et de la jeunesse. Notre approche permet de dégager une typologie plus fine des situations NEET/non-NEET à partir d’un matériel ethnographique récolté auprès de jeunes des quartiers populaires de la capitale. Notre analyse comporte une approche compréhensive des trajectoires des jeunes qui contribue, d’une part, à déconstruire la catégorie statistique de NEET en des situations sociales diversifiées. D’autre part, la nouvelle catégorisation construite sur la base de notre matériel empirique montre combien les situations NEET résultent en réalité de trajectoires façonnées par des dynamiques structurelles, mais aussi par des rapports et des processus d’inégalités, qu’ils soient relatifs à la classe, à l’origine migratoire ou à leurs intersections, et qui affectent tant la sphère scolaire que le marché de l’emploi bruxellois.

1. Une approche par les inégalités et la différentiation de la jeunesse

3Notre analyse de la catégorie NEET repose sur un cadre théorique qui combine trois corpus de littérature distincts. La complémentarité de ces derniers offre une grille d’analyse pertinente pour le contexte bruxellois où les questions sociales et ethno-raciales se chevauchent [Franssen et al., 2014]. Premièrement, dans une filiation fréquente de la perspective bourdieusienne, la sociologie qualitative des inégalités sociales vise à analyser les positionnements différenciés à l’égard des inégalités, qu’il s’agisse des sentiments d’injustice ou des postures de résistance, mais aussi des processus d’incorporation des inégalités, de différentes formes de consentement ou des mécanismes contribuant à leur légitimation [Millet et Croizet, 2016]. Elle permet également d’étudier les processus et les enchaînements cumulatifs des inégalités au cœur des trajectoires des jeunes [Galland et Lemel, 2018]. Deuxièmement, nous avons mobilisé certains concepts de la sociologie américaine de l’immigration. Plus précisément, les études sur « l’assimilation segmentée » des deuxièmes générations [Portes et Zhou, 1993] ont souligné le rôle primordial d’attitudes gouvernementales et sociétales envers les étrangers et les communautés ethniques. Des politiques migratoires accueillantes et de soutien en matière d’emploi, de logement et de scolarité, favorisent l’intégration et la mixité sociale, tandis que des politiques restrictives, les préjugés et le racisme favorisent une « intégration vers le bas » menant à une ségrégation socio-ethnique. Ces deux corpus théoriques distincts se complètent en ce qu’ils ont en commun de montrer comment les trajectoires individuelles et la construction identitaire des jeunes sont structurées par des positions au sein de l’espace social et des rapports de domination, à la fois de classe, mais également ethnique, et peuvent donc se renforcer mutuellement. Ce faisant, ils font écho à notre troisième corpus théorique, la sociologie de la jeunesse. Celui-ci met notamment l’accent sur la différentiation sociale de la jeunesse et donc sur la diversité des parcours à devenir adulte, notamment dans les transitions études-emploi [Galland, 2011].

2. Méthode

4Contrairement aux travaux des NEET studies de type quantitatif, cet article s’appuie sur des données qualitatives produites dans le cadre d’une enquête de terrain menée auprès de jeunes Bruxellois issus des quartiers les plus appauvris de Bruxelles entre avril 2018 et août 2019. L’enquête de terrain a pris place sur plusieurs sites qui avaient été préalablement sélectionnés sur la base des secteurs statistiques les plus appauvris de 5 communes bruxelloises (Schaerbeek, Molenbeek, Bruxelles-Ville, Saint-Josse et Anderlecht) [Van Hamme et al., 2016]. Dans ces quartiers, les phénomènes de retard scolaire et de sortie précoce sans diplôme de l’enseignement secondaire supérieur étant élevés [Observatoire de la santé et du social, 2017], il était plus probable de rencontrer des jeunes dans des transitions études-emploi non stabilisées, bien que ces situations se rencontrent également dans les autres quartiers bruxellois.

5Notre canevas d’enquête de terrain a été élaboré en nous inspirant de la méthode ECRIS de Olivier de Sardan [1995], dispositif d’enquête multi-site et multi-chercheurs étudiant l’action publique, qui a été aménagé en fonction du thème et de la durée et contient trois phases. Lors de la première phase, une enquête exploratoire individuelle visait à dégager des indicateurs qualitatifs pour entamer les observations de terrain. Cette phase a conduit à la construction d’un outil d’enquête collective, à savoir les fiches ethnographiques visant à réorganiser le récit de trajectoire scolaire et de transition études-emploi autour d’indicateurs qualitatifs portant sur :

  1. Les niveaux objectifs et subjectifs des appartenances sociales (identifications, discriminations etc.) ;

  2. Les expériences de ruptures sociales et les bifurcations, les enchaînements des inégalités dans les trajectoires et les processus ;

  3. La sphère des « loisirs » et les sociabilités « jeunes » ;

  4. Le rapport aux institutions, dispositifs (agents, discours sur la méritocratie, modalités de l’action publique, etc.) et à la société (discours sur l’appartenance, responsabilités et l’identité) ;

  5. Les aspirations sociales, économiques, culturelles etc. ;

  6. Les types de ressources mobilisées : réseau familial, communautaire, alternatif.

6La seconde phase consistait en une enquête de terrain collective mobilisant 18 enquêteurs qui s’est déroulée pendant un mois au coin des rues et autres lieux de l’espace public des quartiers (square, autres petites places, parc etc.). Afin de diversifier la population d’enquête dans une perspective comparative, des jeunes inscrits dans des dispositifs d’action publique (maison de jeunes, raccrochage scolaire, insertion socio-professionnelle (ISP)), dans des situations de travail déclaré ou non déclaré ou de formation, mais aussi aux études ont également été rencontrés au fur et à mesure de la phase d’enquête collective. La troisième phase, des enquêtes ethnographiques plus approfondies dans les quartiers, visait notamment à approfondir le récit des jeunes sur leur trajectoire par le biais d’entretiens compréhensifs (en particulier le point de vue de jeunes en situation NEET ou présentant des risques de décrochage), ainsi qu’à diversifier la population en termes de genre.

  • 1 Les catégories émiques renvoient aux catégories des acteurs.rices telles qu’ils et elles les formul (...)

7Ces trois phases d’enquête de terrain ont principalement mobilisé des méthodes d’enquête qualitative de type ethnographique (échanges informels, récits de vie, observation directe). La sphère des sociabilités des jeunes au sein de différents réseaux de relations et collectifs d’appartenance informels tels que « les communautés » de quartier ou les groupes de « grands frères », pour employer des catégories émiques1, a été le canal privilégié tant pour les premières prises de contact avec les jeunes que pour les échanges et les observations sur le plus long terme. Cette immersion dans les quartiers populaires a conduit à s’entretenir de manière plus approfondie avec 93 jeunes dont la plupart était des garçons et avaient entre 17 et 25 ans. Cette surreprésentation des garçons dans la population d’enquête s’explique par le fait que les femmes étaient moins présentes dans les espaces publics des quartiers investigués mais aussi dans les dispositifs d’action publique visant le raccrochage et la formation. La plupart des personnes rencontrées étaient issues de la seconde génération de l’immigration non-européenne. L’analyse du matériel ethnographique a été menée dès l’étape du travail de terrain avec les fiches ethnographiques, qui organisent les données en fonction des différents indicateurs qualitatifs préalablement mentionnés, lesquels ont été affinés dans un va-et-vient entre la construction de l’approche théorique et les différentes phases de l’enquête de terrain.

3. Résultats

8A partir de la description de la population d’enquête, cette section présente les résultats de notre enquête de terrain en deux temps.

9Dans un premier temps (3.1. Typologie NEET/Non-NEET), nous reprenons la différence statistique entre NEET et non-NEET en y apportant plusieurs nuances et précisions qualitatives. Signalons d’emblée qu’au sein de notre analyse cette catégorie ne décrit pas des états individuels (« être » ou « ne pas être » NEET), mais bien de situations dans lesquelles les jeunes se retrouvent à un (plusieurs) moment(s) de leur vie. Cette démarche comprend plusieurs avantages. D’abord, elle nous permet de ne pas essentialiser la catégorie NEET afin d’éviter de représenter les jeunes dans cette situation comme étant en défaut par rapport au travail, l’école ou la formation. Ensuite, cette approche nous permet d’aborder les limites de cette première catégorisation et de les dépasser en y intégrant une dimension sociologique. Nous avons repris en effet la catégorie officielle NEET pour la croiser avec les données sociologiques des répondants. Etant donné que ce croisement n'expliquait pas à lui seul le passage (entrée, sortie, retour) par la situation NEET, nous nous sommes basé.es sur les récits des jeunes à propos de leur situation pour construire une typologie plus complexe des situations NEET et non-NEET. En effet, si la majorité des jeunes de notre population d’enquête fait partie de la seconde génération de l’immigration non-européenne et des classes populaires, il y a des variations qui distribuent ces jeunes dans un continuum allant des fractions les plus fragilisées aux fractions plus stabilisées des classes populaires, voire même aux classes moyennes. Ainsi, nous complexifions la typologie NEET/non-NEET en nous basant sur des éléments subjectifs que les jeunes ont narrés et des éléments objectifs tels que le niveau de qualification ou le travail des parents, ou encore la composition du ménage. Cela nous a conduit.es à décliner les situations non-NEET en trois types de situations : (1) de scolarité dans l’enseignement secondaire, (2) de travail déclaré ou de formation, (3) ou d’études supérieures ou haute école. Les situations NEET, quant à elles, se déclinent en deux types de situation : (4) discontinues et (5) hors système (cf. infra). Ces situations permettent de travailler par comparaison, de resituer et de décrire l’ensemble de ces situations comme associées à des positions dans l’espace social et comme reflétant l’intégration dans des segments différents de cet espace.

10Le deuxième temps de la présentation des résultats (3.2. L’analyse des trajectoires) vise à affiner la catégorie de NEET. Dans cet objectif, ce point ne traite pas des situations non-NEET, mais il se focalise sur les situations NEET « hors système » et les situations « discontinues », développant une analyse compréhensive des différentes trajectoires associées à ces deux types de situation.

3.1. Typologie NEET/NON-NEET

11La différence la plus marquante entre les jeunes en situation NEET et les autres réside dans le fait que les premiers ont le sentiment de ne pas être Belges – c’est-à-dire, d’appartenir à la société – et se sentent généralement discriminés. Au contraire, les jeunes qui n’ont pas connu de situations NEET, et ont connu une ascension sociale, affirment unanimement leur double appartenance ethnique : à la fois Belges et …, illustrant ainsi les trajectoires « d’intégration ascendante » [Portes et Zhou 1993] où l’origine ethnique n’est pas perçue comme un handicap ou objet de discrimination, mais plutôt comme une richesse reconnue. Ils partagent également le sens du mérite et adhèrent à l’idéologie de la méritocratie : dans leurs discours, c’est parce qu’ils ont travaillé dur et affronté leurs obstacles qu’ils ont réussi. De là, très souvent, les discriminations et le racisme ne sont pas perçus comme des systèmes de domination, mais plutôt comme des actes individuels de personnes malveillantes. Dès lors, le sentiment d’appartenance semble être le résultat de ce vécu de présence ou d’absence de discrimination. Les sentiments de non-appartenance et de discrimination sont donc les deux traits les plus communs entre NEET et les plus distinctifs par rapport aux non-NEET.

12A ces différences s’en ajoutent d’autres, à savoir le degré de méfiance ou confiance en l’Etat et ses diverses institutions. Ainsi, par exemple, les jeunes qui sont dans des situations de travail ou en formation se tournent fréquemment du côté des instances d’aides (recherche emploi, chômage, formation, etc.) et ont généralement une confiance majeure envers les institutions. Ce rapport conformiste aux institutions n’est pas le fruit du hasard : ces situations sont corrélées avec des milieux familiaux qui ont déjà une connaissance des institutions et une expérience tendanciellement positive. Au contraire, les jeunes en situation NEET ne perçoivent pas les institutions comme des vecteurs d’aide, de droits et une voie vers l’ascension socio-économique, mais principalement comme des instances de contrôle.

13Cette démarche typologique qui repose uniquement sur l’opposition NEET/non-NEET se heurte à plusieurs difficultés qui révèlent les limites de cette catégorie statistique si elle n’est pas affinée. Premièrement, ces difficultés concernent les dimensions temporelles et processuelles qui caractérisent les situations NEET. Concernant les dimensions temporelles, les données récoltées montrent en effet que le passage par une situation NEET correspond à des phases de transition vers l’âge adulte, dans lesquelles certains jeunes auront plus de probabilité de se trouver, mais également d’en ressortir à terme. Ainsi, un nombre significatif de jeunes avaient rencontré des situations NEET, parfois de manière prolongée (plusieurs années), mais n’étaient plus dans ce genre de situations au moment de la rencontre. Pour cette raison, au-delà de la situation, ils partageaient des caractéristiques avec les jeunes en situation NEET et dans notre analyse nous les avons intégrés dans la catégorie NEET. D’autres jeunes qui n’avaient pas connu de telles situations, par exemple les écoliers de l’enseignement secondaire ou les jeunes en formation, partageaient également des caractéristiques avec les jeunes qui étaient en situation NEET. Ainsi par exemple, parmi les jeunes rencontrés lors de l’enquête, une partie fréquentait encore l’école secondaire et avait une trajectoire scolaire caractérisée par des redoublements et des réorientations participant à la culture « contre-école » [Willis 2016]. Néanmoins, étant encore à l’école au moment de l’enquête (par définition, non NEET), ils soulignaient l’importance de finir leurs études pour augmenter leurs chances de réussite dans la vie, et semblaient donc motivés à obtenir leur CESS. Mais de nombreux éléments suggèrent qu’il est plus que probable que ces jeunes connaissent plus tard des situations NEET. En effet, les études sur le décrochage ont démontré comment des indicateurs tels que le faible niveau d’études des parents, les besoins économiques du ménage, les réorientations (précoces) et les redoublements augmentent les probabilités de décrochage [Campbell 2015 ; Nicaise et al. 2013 ; Danhier et al. 2014]. En outre, les décrocheurs auraient plus de probabilité de se retrouver dans des situations précaires au niveau financier (chômage) ou de la santé physique et mentale [De Groof and Elchardus, 2013 ; Psacharopoulos, 2007 ; De Witte et Mazrekaj, 2015]. Dès lors, ces situations sont en grande partie le résultat de différents (enchaînements de) processus relatifs notamment aux inégalités et nécessitent d’être étudiées comme telles, ce que nous ferons dans le second temps de la présentation des résultats.

14Notre enquête met également en lumière le fait que les situations NEET reflètent des périodes transitoires assez caractéristiques de cette étape de vie qu’est la jeunesse où interviennent notamment des processus de « construction de soi » et « d’autonomisation du sujet » [Van de Velde, 2015] qui sont socialement différenciées. En effet, de nombreux jeunes rencontrés ont relaté des moments de leur parcours au cours desquels ils avaient différents questionnements sur eux-mêmes, sur leur identité, des attitudes de révolte et de distanciation avec leurs parents ou autres responsables, qui expriment ces dynamiques de construction de soi et de son autonomie. Chez certains, ces moments conduisent à des périodes de retrait plus ou moins longues à l’égard des études, du marché de l’emploi ou de tout autre circuit institutionnel. C’est le cas par exemple d’Aaliyah, fille de classe moyenne, qui relate avec une certaine fierté les deux années qui ont suivi l’obtention de son CESS (certificat d’enseignement secondaire supérieur) dans le général, et qu’elle qualifie de « rébellion ». Au cours de cette période, laquelle à ses yeux a permis de mieux comprendre ce qu’elle « voulait faire dans la vie », elle est restée une année en dehors des études et du marché de l’emploi, à traîner avec les jeunes du quartier et à voir un psychologue. Ensuite, ayant eu un problème avec la justice, elle fuit le foyer familial suite à des discussions intenses avec ses parents.

« J’ai fugué par la suite… Je suis resté un an chez une copine … C’est à ce moment j’ai commencé à travailler chez Carrefour, Colruyt… C’était mes potes qui me trouvaient des petits jobs…J’ai fini par m’inscrire à l’ULB et là je viens de finir mon bachelier et je vais m’inscrire en Master ! (…) J’ai maintenant beaucoup de motivation et d’énergie pour étudier ».

15Pendant tout ce temps, ses parents continuaient néanmoins à la soutenir financièrement. Ces moments de questionnement sur soi et de construction de son autonomie se retrouvent également chez d’autres jeunes issus de milieux sociaux moins privilégiés. Cependant, en raison de la différentiation des conditions d’existence et des univers familiaux, ces situations sont vécues de manière très contrastée, comme le montre la situation NEET de Jean qui est, comme il le dit, en « mode galère ».

Jean a 19 ans et est originaire du Congo-Kinshasa. Alors qu’il n’avait que 8 ans et qu’il était en train de jouer au football avec ses amis, des membres de sa famille sont venus le chercher et il s’est retrouvé dans un avion en direction de l’Europe. Après 8 mois dans un centre de détention en France, il a rejoint sa mère installée dans un quartier paupérisé de Bruxelles. Le père n’a finalement jamais quitté la RDC et la mère, qui est restée jusqu’ici sans papiers, travaille dans un café de manière non déclarée pour pouvoir élever sa progéniture. Jean ne va plus à l’école depuis presqu’un an car son activité de dealer, qu’il a entamée afin de subvenir à ses besoins et aider sa mère, lui prend tout son temps. Il n’a plus le temps d’ailleurs de faire du sport. Pourtant, comme il l’explique, il était assez doué pour le sport et rêvait d’être footballeur. Mais comme il le dit, il est en « mode galère ». Le « mode galère » dont il parle est celui des « jeunes qui lui ressemblent » qui sont dans la même situation de nécessité économique, de débrouille et de deal. (Notes du carnet de terrain issues d’un entretien compréhensif non enregistré)

16Tandis que des jeunes comme Aaliyah issus de milieux sociaux relativement privilégiés parlent de leur situation NEET comme d’une « année sabbatique », les jeunes de milieux précaires comme Jean sont en « mode galère », et donc ils disposent relativement moins de cette latitude et de temporalités pour « se chercher ». Ces périodes où le jeune « se cherche » sont d’ailleurs vécues beaucoup plus difficilement pour les jeunes de milieux précaires parce que, comme le montre le récit de Jean, leur trajectoire est marquée par un resserrement du champ des possibles (« il aurait aimé être footballeur »). En d’autres termes, la différence au sein des conditions d’existence conduit à ce que les situations NEET n’exercent pas leurs effets de la même manière sur les parcours des jeunes.

17Les difficultés liées à cette première typologie par le biais des situations indiquent bien qu’il convient de s’intéresser aux trajectoires individuelles des jeunes pour affiner la catégorie NEET, c’est ce à quoi s’attèle le point suivant.

3.2. L’analyse des trajectoires

18Cette deuxième partie de la présentation des résultats vise à affiner l’analyse en se focalisant sur les situations NEET (situations NEET « hors système » et les situations « discontinues »), en développant une analyse compréhensive des différentes trajectoires associées à ces dernières.

3.2.1. Trajectoires et situations NEET hors système

19L’analyse des trajectoires des jeunes qui ont connu des situations NEET hors système va nous permettre de mieux comprendre les raisons structurelles qui les ont façonnées. Le parcours de Jean est particulièrement illustratif.

Les difficultés scolaires de Jean ont commencé dès son entrée dans l’enseignement secondaire dans la seule école « qu’il avait trouvée ». Après un deuxième redoublement, Jean explique « avoir pété un câble à l’école », ce qu’il justifie par les « mauvaises influences » et certains pairs qui « le cherchaient ». Ces difficultés comportementales surgies après ses redoublements lui vaudront d’ailleurs un passage en IPPJ (Institution publique de protection de la jeunesse). Se retrouvant ensuite dans une école professionnelle qui est loin de correspondre à ses aspirations, puisqu’il la qualifie « d’école pour les voyous », il finit par suspendre sa scolarité principalement pour des raisons financières, l’âge de la majorité atteint n’aidant pas non plus à ce qu’il la poursuive. (Notes du carnet de terrain issues d’un entretien compréhensif non enregistré)

20Les jeunes rencontrés lors de l’enquête qui se trouvaient dans des situations hors système cumulaient des conditions d’existence très difficiles telles que des parents sans emplois ou revenus, des foyers monoparentaux qui peinent à nourrir la fratrie et, dans certains cas, des statuts migratoires précaires (séjour temporaire, absence de statut légal). Les travaux sur la scolarité des jeunes Bruxellois [Jacobs et Rea, 2007] ont montré que ces situations familiales se traduisent souvent par des problèmes de réussite scolaire parmi les fractions les plus instables/fragiles des classes populaires. Comme l’illustre la totalité des récits de jeunes qui ont permis de dégager les situations NEET hors système, ils ont en effet abandonné leur scolarité après avoir abouti dans les filières les plus dominées du champ éducatif (enseignement professionnel) et ont fait part des multiples difficultés rencontrées à l’école : réorientations, redoublements, changements d’école, confrontation à des propos racistes et dénigrants de la part de professeurs, des éducateurs ou de la direction, renvois, difficultés à trouver des nouvelles écoles, décrochage. L’inadéquation entre leur faible capital culturel et les catégories de l’institution scolaire est doublée par les conditions économiques qui pèsent sur le foyer familial. Dans le sillage de Bourdieu et Passeron [1964] qui ont mis en avant la fonction de légitimation des inégalités sociales de l’institution scolaire, certains travaux récents [Millet et Croizet 2016] ont montré le rôle de la méritocratie dans la construction des inégalités scolaires. L’analyse des récits de leur trajectoire indique qu’en dépit de leurs difficultés objectives, les jeunes semblent adhérer fortement aux discours de la méritocratie et de la responsabilité individuelle véhiculés par l’institution scolaire. Leurs difficultés scolaires, le décrochage et les « conneries » qu’ils disent avoir faites sont souvent vécus et intériorisés comme la conséquence de leur inadéquation individuelle à l’école et relevant de leur propre responsabilité. Il s’ensuit que ce sont ces mêmes discours qu’ils invoquent pour justifier leur parcours déviant des institutions et les conduisant dans les réseaux informels afin de soutenir (voire porter pour certains) l’économie familiale, ainsi que s’émanciper de leur situation sociale dominée.

21En revanche, les jeunes ne mobilisent plus le référentiel de la responsabilité individuelle lorsqu’il est question de la police, mais mettent en avant la responsabilité de l’Etat dans leur parcours de décrochage. En effet, les contacts fréquents avec la police et avec l’institution judiciaire (lorsque certains se font arrêter) participent tout autant à la construction de leur rapport aux institutions bruxelloises qui finissent par être perçues comme contraires à leur émancipation. Cette perception est renforcée par le fait que ces jeunes voient la ségrégation urbaine et la différence de traitement (entre quartiers riches et pauvres, entre jeunesses issues de l’immigration et jeunesse blanche) comme une forme de racisme. Selon Nabil, c’est ce désinvestissement de l’Etat à l’égard des quartiers populaires qui explique son parcours de décrochage :

« En 2015, on nous a demandé ce qu’on voulait, la commune est venue. On a demandé un nouveau terrain de foot, mais ils ont fait des travaux, cela a pris 3 ans pour poser des grillages sur du béton. Ils ont dit que c’était à cause du deal. Un jeune Belge d’Uccle il aurait eu son terrain. Trois ans pour prendre cette décision. Pendant ce temps-là, j’ai commencé à fumer, me droguer, à dealer et j’ai arrêté l’école (…) ça m’a démotivé sur la Belgique. Je me suis demandé mais pourquoi je n’étais pas considéré comme Jérôme d’Uccle ? » (Notes du carnet de terrain issues d’un entretien compréhensif non enregistré)

22L’envie d’émancipation et la responsabilisation à l’égard de son propre parcours sont donc associées dans les propos avec le racisme perçu au sein de la société : rapports plus que problématiques avec les forces de l’ordre auxquelles les jeunes ont fréquemment été confrontés tout au long de leur trajectoire, manque de reconnaissance des minorités immigrées et/ou musulmanes alors qu’elles ont contribué à la construction du pays dans l’après-guerre, non-reconnaissance des diplômes obtenus au pays d’origine. Il en résulte que la responsabilisation à l’égard de son propre parcours et l’envie d’émancipation de ces jeunes vont de pair avec une méfiance dans les institutions bruxelloises qui, dans les meilleurs des cas sont perçues comme ne contribuant pas à leur ascension sociale, ou, de manière plus générale, comme des formes de contrôle.

23L’analyse des trajectoires a mis en avant les causes structurelles qui les ont conduits à se tourner principalement du côté des circuits informels et/ou illicites pour se débrouiller. La situation NEET hors système qui renvoie à des situations au sein desquelles les jeunes ont décroché de l’école, ne sont ni au travail, ni inscrits dans une formation et ne recourent à aucune institution d’aide résulte bien en effet de différents facteurs, processus et enchaînements de processus qui sont en lien avec les inégalités structurelles au sein de la société. Le cadre de référence des jeunes dans la situation hors système gravite autour des différentes « organisations informelles » [Whyte, 1943] qui structurent les quartiers étudiés. Le non-recours aux institutions et aux services doit se comprendre à partir de cette perspective, le parcours de ces jeunes leur ayant appris que l’on « ne peut compter sur personne » à part sur soi-même. Mais on voit bien que ces situations ne sont pas le résultat de décisions individuelles. Plutôt, elles résultent des enchaînements de processus relatifs aux inégalités sociales dans les trajectoires, en ce compris l’expérience des institutions au sein des familles via l’expérience qu’en ont eu les parents dans leurs propres démarches avec les institutions. Ainsi, avec Portes et Zhou [1993] nous pouvons dire que les trajectoires de ces jeunes reflètent une « intégration vers le bas », s’assimilant, pour reprendre l’expression de ces auteurs, à une « underclass » urbaine. En effet, ces jeunes s’identifient surtout au groupe de pairs plutôt restreint constitué de compagnons de galère plutôt qu’à leur communauté ethnique, et encore moins à la société majoritaire. Néanmoins, ce que ces récits nuancent est que cette intégration est subie, mais paradoxalement aussi assumée comme démarcation du groupe majoritaire, aussi bien que des membres de la communauté à laquelle ils appartiennent qui s’obstinent à suivre « le système » qui les opprime. Dès lors, l’intégration vers le bas peut aussi constituer une ressource pour ces jeunes.

3.2.2. Situations NEET discontinues

24Les situations NEET discontinues renvoient à des situations de travail non-stabilisé. Sur le plan des origines familiales, ces jeunes de notre échantillon viennent de milieux relativement moins fragilisés que les jeunes rencontrés dans des situations hors système, mais demeurent pour la plupart issus de familles modestes des classes populaires. Ils ont aussi des trajectoires plus hétérogènes par rapport à la catégorie hors système. D’un côté, une partie de ces jeunes n’étaient pas en train d’étudier à l’école ou dans l’enseignement supérieur, ne suivaient aucune formation ou ne travaillaient de manière déclarée. De l’autre côté, d’autres avaient eu récemment un travail ou avaient des perspectives de retourner aux études ou de suivre une formation. On retrouve aussi dans cette catégorie des jeunes avec un travail temporaire ou en formation au moment de l’enquête, mais qui risquaient de se retrouver sans travail ou formation ou qui par le passé avaient été en dehors de toute institution (travail déclaré/formation) pendant plusieurs mois à une année. En d’autres termes, il s’agit de jeunes comme Amir dont la situation de travail n’est pas stable et qui oscille entre emploi, formation, et chômage, ce qui est assez caractéristique des parcours de transitions école-travail des jeunes faiblement qualifiés.

Amir a arrêté l’école en cinquième professionnelle suite à plusieurs réorientations. Après une période de remises en question en dehors de toute institution et mobilisant les activités des organisations informelles du quartier pour s’en sortir, il a fini par trouver un contrat de durée déterminée d’agent de prévention STIB dans le cadre d’une « convention premier emploi » qui lui redonne une certaine assise, même s’il ne veut pas à ce stade penser à la suite qui sera donnée à ce contrat déterminé. (Notes du carnet de terrain)

25Ce type de situations NEET permet de mettre en avant que les décisions des individus ne dépendent pas de leur attitude mais d’abord et avant tout de l’absence d’opportunités de stabilité d’emploi sur le marché du travail bruxellois et qui façonne des trajectoires discontinues, notamment pour les moins qualifiés. A ce propos, ils ont en commun de ne pas avoir fini leurs études dans les filières les plus valorisées de l’enseignement secondaire belge. Si, au même titre que les jeunes en situation hors système, ils sont nombreux à avoir eu des trajectoires scolaires compliquées, la majorité a néanmoins obtenu un CESS, mais dans les filières de l’enseignement technique ou professionnel, ou ont arrêté leurs études supérieures à un moment où elles étaient bien entamées.

26Au niveau du rapport aux institutions ainsi qu’aux services du secteur non-marchand qu’ils associent à l’Etat, les jeunes en situation discontinue se positionnent de manière critique. En effet, les démarches bureaucratiques, le manque d’écoute, le jugement, voire la suspicion envers les usagers, poussent certains à n’y recourir qu’en dernière instance ou à ne plus y recourir, trouvant des pistes vers le travail ou les bonnes formations en mobilisant leur capital social. En d’autres termes, ces jeunes critiquent les modalités de la mise en œuvre de l’Etat social actif qu’ils expérimentent dans leurs transitions école-travail et qui semblent directement contribuer aux « accrocs » de leur trajectoire. La relation qu’Aya entretient avec le CPAS est exemplaire de ces rapports.

La dernière fois qu’Aya avait droit à des allocations sociales elle a attendu quatre mois avant d’aller au CPAS. En effet, lors d’une visite antérieure, l’assistant social lui avait fait des remarques déplacées. Elle explique : « je voulais avancer dans le dossier, l’administration, il fallait envoyer un mail et alors j’ai sorti mon deuxième GSM sur lequel j’ai la 3G. Et là le mec me fait la remarque style “ah, tu viens au CPAS, pourtant t’as deux GSM et la 3G…” ». Ainsi, Aya ressentait fortement la ruse qu’il fallait user pour « ne pas avoir d’histoires au CPAS ». Pour elle, c’était la preuve qu’en fait l’assistant social ne l’écoutait pas et ne l’acceptait pas pour ce qu’elle est, transformant ainsi la question du revenu en une question morale plutôt que juridique. Selon Aya, « au CPAS tout est très formel, il n’y a pas la place pour se confier ». Outre les procédures administratives, ce sont donc ce jugement et le manque d’écoute qui rend Aya critique à l’égard des institutions. (Notes du carnet de terrain)

27Ainsi, comme les jeunes en situation hors système, le rapport aux institutions, en particulier l’école et la police, est directement façonné par des formes de discriminations et de racisme dont ils disent avoir été systématiquement victimes ou témoins. Néanmoins, à la différence des premiers, l’image négative que les institutions renvoient aux jeunes ne conduit pas à un repli sur les organisations informelles. Contrairement aux jeunes en situation hors système, ceux en situation discontinue ont la volonté de participer pleinement à la société majoritaire mais se sentent freinés à cause des préjugés envers leurs origines.

28Ces trajectoires viennent complexifier davantage le cadre théorique de l’intégration segmentée [Portes et Zhou, 1993] en ce que leur « intégration vers le bas » est néanmoins marquée d’incorporation de discours et valeurs majoritaires. En effet, le sentiment d’exclusion correspond à une situation de mise à la marge plutôt que d’exclusion totale, où le cadre de référence change. Ceci explique les stratégies différentes utilisées par les jeunes en situation discontinue. Ainsi, par exemple, bien qu’ils s’identifient au quartier, ces jeunes en ressentent dans le même temps les limites incapacitantes contrairement à leurs homologues hors système. Ce n’est d’ailleurs pas sur les organisations informelles qu’ils bâtissent leur avenir. Il leur arrive même de percevoir le quartier comme lieu de mauvaises influences qui les entraînent dans de mauvaises voies, et aspirent alors à investir d’autres lieux de la ville.

Conclusion

29Nos résultats indiquent que les situations NEET ne seront pas résolues à travers des programmes qui les envisagent sous l’angle de l’employabilité individuelle. En effet, notre analyse indique que les situations NEET ne dépendent pas uniquement de l’attitude des jeunes à l’égard des études ou de l’emploi. Outre la reproduction des inégalités sociales à l’école par différents mécanismes, l’organisation du travail ne parvient pas également à créer une stabilité pour un nombre significatif de jeunes Bruxellois en situation de dominations multiples. Sans minimiser leur capacité d’action et leurs stratégies, ces derniers subissent une série de discriminations qui, pour les jeunes issus de ménages précaires, s’enchevêtrent aux difficultés de leur milieu pour façonner des trajectoires qui les éloignent de l’école, des institutions de l’insertion socio-professionnelle (ISP) et du marché du travail. Par ailleurs, notre analyse indique également que les programmes essayant de résoudre les questions de décrochage et d’ISP des jeunes Bruxellois au départ de la catégorie NEET risquent de ne pas atteindre ceux qui en ont le plus besoin. Les exemples contrastés des situations NEET indiquent combien la période de « jeunesse » prend des formes très différenciées selon les milieux sociaux, l’origine migratoire et leurs intersections. Ainsi, pour atteindre ses objectifs, l’action publique envers les jeunes en situation NEET devrait inclure des indicateurs qualitatifs qui reflètent la diversité des problématiques et des situations décrites ci-dessus. Ils permettraient de circonscrire des publics prioritaires en tenant compte de critères tels que l’indice socio-économique des quartiers de résidence, les revenus et la composition du ménage, les qualifications des parents et la « provenance scolaire » (écoles, filières fréquentées). En somme, notre analyse invite à transformer et affiner la catégorie statistique de NEET en un ensemble de variables à pondérer et comportant une dimension cumulative afin de construire des indicateurs de risques.

Haut de page

Bibliographie

ANDRÉ, G. et CROSBY A., 2022. The NEET category from the perspective of inequalities: toward a typology of school-to-work transitions among youth from lower class neighborhoods in the Brussels region (Belgium). In : Journal of Youth Studies, DOI :10.1080/13676261.2022.2098707.

BOURDIEU, P. et PASSERON, J.-C., 1964. Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris : éditions de Minuit.

CAMPBELL, C., 2015. High School Dropouts After They Exit School: Challenges and Directions for Sociological Research. In : Sociology Compass, 9 (7), pp. 619-629.

DANHIER, J., JACOBS, D., DEVLEESHOUWER, P., MARTIN, E. et ALARCON A., 2014. Vers des écoles de qualités pour tous ? Analyse des résultats à l’enquête PISA 2012 en Flandre et en Fédération Wallonie-Bruxelles, Bruxelles : Fondation Roi Baudouin.

DE GROOF S. et ELCHARDUS, M., 2013. Dealing with early school leaving and youth unemployment: An Introduction. In : De Groof S., Elchardus M. (eds.), Early school leaving & youth unemployment, Amsterdam/Louvain : Amsterdam University Press and Lannoo Campus, pp. 7-19.

DE WITTE, K. et MAZREKAJ, D., 2015. Vroegtijdig schoolverlaten – Evidence based beleidsaanbevelingen, Bruxelles : Itinera Institute.

FRANSSEN, A., CARLIER, D. et BENCHEKROUN, A., 2014. Les transitions des jeunes entre l’enseignement et l’emploi à Bruxelles : défis pour la gouvernance. In : Brussels Studies [en ligne]. Notes de synthèse, n° 73, mis en ligne le 27 janvier 2014, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1198

GALLAND, O., [1997] 2004. Sociologie de la jeunesse. Paris : Armand Colin (troisième édition).

GALLAND, O. et LEMEL, Y., 2018. Sociologie des inégalités. Paris : Armand Colin.

JACOBS, D. et REA, A., 2007. Les jeunes Bruxellois, entre diversité et adversité. In : Brussels Studies [en ligne]. Collection générale, n° 8, mis en ligne le 03 septembre 2007, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/427

MILLET, M. et CROIZET, J.-C., 2016. L’école des incapables. La maternelle, un apprentissage de la domination. Paris : La Dispute.

Nicaise I., De Witte K., Lavrijsen J., Lamote C. et Van Landeghem, G., 2013. Towards a Basic Qualification for All in the EU. A Social, Educational and Economic Agenda, Leuven: Metaforum KU Leuven.

OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL DE BRUXELLES, 2017. Aperçus du non-recours aux droits sociaux et de la sous-protection sociale en Région bruxelloise. Cahier thématique du Rapport bruxellois sur l’état de la pauvreté 2016. Commission communautaire commune : Bruxelles.

OLIVIER DE SARDAN, J.-P., 1995. Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris : Karthala.

PORTES, A. et ZHOU, M., 1993. The Second Generation: Segmented assimilation and its Variants. In : Annals of the American Academy of Political and Social Science, 1er novembre 1993, vol. 530, n°1, pp. 74-96.

PSACHAROPOULOS G., 2007. The Costs of School Failure – A Feasibility Study, EENEE Analytical Report No. 2 prepared for the European Commission.

REA, A., NAGELS, C. et CHRISTIAENS, J., 2009. Les jeunesses bruxelloises : inégalité sociale et diversité culturelle. In : Brussels Studies [en ligne]. Notes de synthèse, mis en ligne le 02 février 2009, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/951

SACCO, M., SMITS, W., KAVADIAS, D., SPRUYT, B. et D’ANDRIMONT, C., 2016. Jeunesses bruxelloises : entre diversité et précarité. In : Brussels Studies [en ligne]. Notes de synthèse, n°98, mis en ligne le 25 avril 2016, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/1339

VAN DE VELDE, C., 2015. Sociologie des âges de la vie. Paris : Armand Colin, pp. 42-60

VAN HAMME, G., GRIPPA, T. et VAN CRIEKINGEN, M., 2016. Mouvements migratoires et dynamiques des quartiers à Bruxelles. In : Brussels Studies [en ligne]. Collection générale, n° 97, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/brussels/1331

WAYENS, B., JANSSENS, R. et VAESEN, J., 2013. L’enseignement à Bruxelles : une gestion de cris complexe. In : Brussels Studies [En ligne], Notes de synthèse, n° 70, mis en ligne le 29 août 2013, consulté le 25 janvier 2022. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/brussels/1181.

WHYTE, W. F., [1943]1993. Street Corner Society. The social structure of an Italian Slum, 4th edition, Chicago and London: The University of Chicago Press.

WILLIS, P., 2016. Learning to labour. Abingdon: Routledge.

WOLBERS, M. H.J., 2014. Introduction: Research on school-to-work transitions in Europe. In : European Societies, vol. 16, n°2, pp. 167-174.

Haut de page

Notes

1 Les catégories émiques renvoient aux catégories des acteurs.rices telles qu’ils et elles les formulent par opposition aux catégories étiques qui renvoient à celles des chercheur.es.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine André et Andrew Crosby, « Être ou ne pas être NEET ? La complexité des transitions études-marché de l’emploi à Bruxelles »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 175, mis en ligne le 22 janvier 2023, consulté le 26 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/brussels/6357 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.6357

Haut de page

Auteurs

Géraldine André

Géraldine André est professeure à l’UCLouvain. Au sein de l’UCLouvain, elle est membre du GIRSEF qui est un centre de recherche interdisciplinaire sur la socialisation, l’éducation et la formation. Ses intérêts de recherche s’inscrivent dans les champs de la sociologie de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation. Elle a publié avec Andrew Crosby The “NEET” category from the perspective of inequalities: toward a typology of school-to-work transitions among youth from lower class neighborhoods in the Brussels region (Belgium) dans le Journal of Youth Studies.
geraldine.andre[at]uclouvain.be

Andrew Crosby

Andrew Crosby est chargé de cours invité en sociologie de l’éducation et de la formatoin (FOPA-UCL) et chercheur associé au BIRMM (VUB). Il a publié avec Géraldine André The “NEET” category from the perspective of inequalities: toward a typology of school-to-work transitions among youth from lower class neighborhoods in the Brussels region (Belgium) dans le Journal of Youth Studies. Il obtint son doctorat à l’ULB avec une recherche ethnographique des centres fermés de l’office des étrangers en Belgique. Il a contribué à l’ouvrage Migration Control in Practice (PUB, 2022).
andrew.crosby[at]vub.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search