Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2023Prendre part à l’évaluation des p...

2023
181

Prendre part à l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention. Essais de participation citoyenne à Bruxelles

Deelnemen aan de beoordeling van het veiligheids- en preventiebeleid. Tests met burgerparticipatie in Brussel
Taking part in the evaluation of security and prevention policies. Trials of citizen participation in Brussels
Valérie Caprasse
Traduction(s) :
Deelnemen aan de beoordeling van het veiligheids- en preventiebeleid. Tests met burgerparticipatie in Brussel [nl]
Taking part in the evaluation of security and prevention policies. Trials of citizen participation in Brussels [en]

Résumés

Au départ d’un matériau empirique constitué notamment de focus groupes menés avec des professionnels de l’évaluation des services de prévention communaux et avec des citoyens bruxellois, cet article revient sur certains enjeux de la participation citoyenne à l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention en Région bruxelloise. D’une part, la nature même de ces politiques soulève des questions éthiques qui appellent, des vœux des acteurs professionnels, à des garanties procédurales. D’autre part, l’absence de certains profils de la population dans les dispositifs participatifs bruxellois interroge les acteurs professionnels et aboutit à la formulation de pistes, tant par les évaluateurs que par les citoyens rencontrés, pour tendre vers des processus plus inclusifs. Enfin, la production de nouvelles connaissances par la participation des citoyens se trouve également au cœur des enjeux identifiés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Notes de l’auteur

Cette recherche bénéficie d’un financement du Programme Anticipate-Prospective Research de la Région de Bruxelles Capitale – Innoviris.

Texte intégral

Introduction

  • 1 À travers son organisme d’intérêt public Safe.brussels.

1Emblématiques de la lutte contre l’insécurité urbaine et héritiers des premiers contrats de sécurité adoptés dès le début des années 1990, les services de prévention communaux, subsidiés par la Région de Bruxelles-Capitale1 et pour la plupart par le Service Public Fédéral Intérieur, accomplissent leurs missions de prévention à travers l’action de nombreux services de proximité (gardiens de la paix, éducateurs de rue, médiateurs de conflits, médiateurs scolaires, conseillers en technoprévention, etc.). Ces politiques qui existent depuis 30 ans maintenant, sont marquées par une volonté annoncée de proximité avec les citoyens, et pourraient dès lors offrir un laboratoire de pratiques en matière de participation citoyenne. Or en Région bruxelloise, si la participation citoyenne devient de plus en plus incontournable à l’échelon local, elle semble encore peu investie dans le champ particulier des politiques de sécurité et de prévention. Ce constat nous conduit donc à investiguer ce couple pour lequel Christine Schaut posait déjà, en 2006, la question suivante : « Participation citoyenne et sécurité publique : un couple mal assorti ? » [Schaut, 2006 ].

  • 2 Via le programme de financement Anticipate – Prospective Research. V. CAPRASSE (Chercheuse), S. SME (...)

2Dans le cadre d’une recherche financée par la Région de Bruxelles-Capitale – Innoviris2, nous nous intéressons spécifiquement aux enjeux que pourrait soulever l’association de citoyens à l’évaluation des actions menées par ces services prévention communaux. Il faut ici préciser que dès la mise en place de ces politiques, celles-ci se sont accompagnées d’un enjeu évaluatif, avec la création d’une fonction d’évaluateur interne au sein des communes. Ces acteurs professionnels sont notamment responsables de l’évaluation des projets et actions mis en œuvre au sein des communes en matière de prévention à destination des autorités subsidiantes.

  • 3 Nous ne pouvons présenter l’ensemble des résultats dans un seul article, ce qui nous a amenée à nou (...)

3Alors que cette recherche, composée de différentes étapes, doit aboutir à la réalisation d’un guide méthodologique en matière de participation citoyenne à l’élaboration et à l’évaluation de projets et de politiques de sécurité et de prévention, nous proposons de revenir dans cet article sur une partie des résultats3 qui concourront à la construction de ce guide. Quels sont les principaux enjeux identifiés par les professionnels de l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention ? Quelles sont les pistes envisagées pour répondre aux éventuelles difficultés ? Nous explorerons les réponses formulées tant par les évaluateurs que par des citoyens bruxellois interrogés dans le cadre de focus groupes. Si certains enjeux apparaissent spécifiques aux politiques de sécurité et de prévention, d’autres se révèlent communs à toute tentative de faire participer les citoyens à l’élaboration ou à l’évaluation de politiques.

4Dans un premier temps, nous présenterons la méthodologie générale de notre recherche et les méthodes de recueil de données qui ont été mobilisées (1). Nous reviendrons ensuite sur des enjeux soulevés par la nature même des politiques de sécurité et de prévention (2). Dans un troisième temps, nous aborderons la question du profil des publics participants et des enjeux d’inclusion qui en découlent (3). Avant de conclure, nous aborderons enfin l’enjeu de production de connaissances de ce type de processus (4).

1. Quelques précisions méthodologiques

5La méthodologie empruntée par notre recherche relève d’une démarche empirique qui s’appuie, pour l’essentiel, sur des méthodes de récolte de données qualitatives, au travers d’entretiens individuels et de focus groupes (entretiens groupés). La rédaction de cet article repose principalement sur un matériau issu de sept focus groupes, réalisés entre janvier et juin 2021, avec des évaluateurs internes, d’une part, et des citoyens « ordinaires », d’autre part. Interroger tant les citoyens que les acteurs professionnels fait partie intégrante de notre approche méthodologique : une recherche sur la participation citoyenne ne pouvait faire l’impasse d’un recueil de données direct auprès des citoyens. Ces derniers ont été essentiellement questionnés sur les conditions et modalités à privilégier pour leur participation à des démarches participatives concernant les politiques de sécurité et de prévention.

  • 4 Nous avons veillé à répartir les treize participants, provenant des treize communes représentées su (...)
  • 5 Par principe, nous précisons ici le profil de la composition des panels, sans que les résultats pré (...)

6Quatre des focus groupes ont été menés avec les évaluateurs internes de treize communes bruxelloises, en deux tours distincts (autrement dit, deux groupes comprenant pour l’un six évaluateurs et pour l’autre sept, rencontrés à deux reprises chacun)4 au cours des mois de janvier et février 2021 (groupe 1) et en mai 2021 (groupe 2). Ils sont respectivement nommés « focus groupes évaluateurs n°1, 2, 3 ou 4 » dans la suite de l’article. Ces focus groupes se sont tenus à distance, par visioconférence, en raison de la crise sanitaire. Par ailleurs, nous avons également organisé trois focus groupes qui ont rassemblé dix-huit citoyens bruxellois. Le premier (nommé « focus groupes citoyens n°1 » dans la suite de l’article) a été réalisé avec sept citoyens ayant participé à une instance participative organisée par une commune bruxelloise, marquée par une forte dualité socio-économique. Cette instance institutionnalisée constitue un conseil consultatif de citoyens tirés au sort et nommés pour deux années, qui sont amenés à délibérer entre eux sur différentes thématiques relevant de l’intérêt communal. La première thématique qui leur a été soumise par les autorités locales est celle des incivilités. Notons que ce focus groupe s’est aussi organisé à distance en mai 2021, modalité à laquelle les participants étaient déjà habitués puisqu’ils avaient eux-mêmes pris part au conseil citoyens via une plateforme de visioconférence. Un second focus groupe (nommé « focus groupe citoyens n°2 ») a rassemblé six jeunes, âgés de 15 à 19 ans, habitant le même quartier bruxellois tandis qu’un troisième (nommé « focus groupe citoyens n°3) a été organisé avec des personnes adultes résidant dans un autre quartier bruxellois5. Ces deux zones géographiques ont la particularité d’être caractérisées par une forte précarisation socio-économique. Les participants à ces deux derniers focus groupes ont été mobilisés, avec l’aide du parrain de notre recherche, un service de prévention bruxellois, et plus spécifiquement des éducateurs de rue affectés aux quartiers considérés, qui nous ont permis de recruter des habitants du quartier. Les personnes ont été invitées personnellement à prendre part volontairement à ces rencontres, sur base des critères fixés d’âge et de résidence principale dans les quartiers sélectionnés, et sans condition de participation préalable à un processus participatif organisé par des autorités publiques. Les deux focus groupes ont été organisés en juin 2021 au cœur de chacun des quartiers, dans un local mis à disposition par le service de prévention. Cette proximité du lieu était recherchée pour faciliter la participation des citoyens.

  • 6 Ces politiques ont été choisies en raison de la proximité de leurs objets avec ceux des politiques (...)

7En outre, précisons que cet article se nourrit également d’une trentaine d’entretiens semi-directifs, menés préalablement aux focus groupes, avec des acteurs impliqués dans des processus de participation citoyenne à l’élaboration ou à l’évaluation de politiques de sécurité et de prévention, de politiques de la ville et de politiques de cohésion sociale6. Ces entretiens ont été réalisés pour répondre aux impératifs d’une première partie de notre recherche qui visait à proposer un inventaire des processus de participation citoyenne et à comprendre leurs objectifs, les difficultés, les ressources et les éléments facilitateurs pour leur mise en œuvre. Nous avons ainsi rencontré au cours de ces entretiens, outre certains évaluateurs internes bruxellois qui ont ensuite pris part aux focus groupes, des acteurs administratifs en charge de processus participatifs, des acteurs politiques locaux et régionaux et des représentants des pouvoirs subsidiants.

2. Des « objets » à manier avec prudence : l’appréhension des professionnels et le double enjeu (in)formatif

8Une partie des évaluateurs internes partagent une certaine appréhension à soumettre au « débat citoyen » les objets de la prévention de la délinquance et de la sécurité : un « objet qui peut être- stigmatisant », un « objet délicat » qui concerne notre modèle de société, un objet qui risque de faire poindre des réactions populistes ou teintées d’extrémisme. La crainte de faire émerger ou publiciser des réactions en faveur de dispositifs catégorisés comme plus sécuritaires en mobilisant la parole des citoyens se révèle très prégnante chez une partie de ces acteurs professionnels, ce qui fait d’ailleurs dire à l’un des évaluateurs qu’il préfère ne pas s’engager dans cette aventure.

« Va-t’en consulter les gens et puis les gens disent : “il faut mettre des grilles à l’entrée du quartier pour que les gens ne rentrent pas”. Soit tu les frustres, soit tu rentres là-dedans. (…) Il y a des sujets qui se prêtent mieux à la consultation populaire que d’autres. En l’occurrence, les questions liées à la prévention et à la sécurité… on sait que derrière cela il y a des enjeux de modèle de société. C’est à manipuler avec prudence. » (Christophe, évaluateur interne, extrait d’un entretien).

9Si ces évaluateurs ont davantage exprimé une crainte plus générale liée la typicité des objets de ces politiques, deux d’entre eux relient directement leurs craintes à un vécu professionnel.

« Non en fait, c’est vraiment un ressenti qu’on a lors de ces réunions [avec le cabinet du bourgmestre] où on se rend compte que dès (…) qu’il y a une plainte qui arrive en tout cas au cabinet, on essaie un petit peu de savoir ce qu’on peut faire tout simplement. Et en fait, 100 % des personnes veulent des caméras. » (Xavier, focus groupe évaluateurs n°1).

10Toutefois, il importe ici de souligner que ce ressenti n’est pas lié aux processus de participation citoyenne organisés, mais issu d’interpellations individuelles de citoyens en contexte émotionnel certain qui fait suite à une situation récente de victimisation.

11À travers l’expression de cette crainte, on peut préciser ce que d’autres auteurs ont déjà mis en évidence : les pouvoirs publics ont généralement tendance à éviter le sujet de la sécurité dans les processus participatifs, ces derniers le considérant comme trop sensible pour être discuté avec la population [Cossart et Talpin, 2015 ; Purenne et Balazard, 2020 ; Malochet, 2021]. Et lorsqu’une place lui est donnée, « ces dispositifs permettent (…) rarement d’aller (au mieux) au-delà de la consultation ou de la simple communication institutionnelle » [Purenne et Balazard, 2020 : 206].

12En réponse à la nature des politiques de sécurité et de prévention, qui charrie des considérations éthiques, et afin de réduire les risques de réactions populistes ou extrémistes, plusieurs évaluateurs mettent en exergue la nécessité d’éclairer les citoyens sur les enjeux en question, ce qui peut être fait par des experts et des universitaires, soulignent l’importance d’accompagner ces participants, et invitent à réfléchir sur la façon de formuler les questions qui peuvent induire des orientations sécuritaires, tout en insistant sur l’impératif d’accorder du temps à ces processus.

« Compte tenu, enfin vu la charge éthique on va dire des questions de prévention et de sécurité, (…) ça nécessite un éclairage très important et donc de nouveau du temps, (…) avec la présence, l’intervention d’experts indépendants, d’universitaires, etc. et l’associatif aussi (…) pour éviter ce risque de populisme, d’autocentrage. » (Julie, focus groupe évaluateurs n°1).

13Notons que le processus participatif qui avait à traiter des incivilités (celui auquel ont participé les citoyens du focus groupe citoyens n°1) a conduit à la production de recommandations par les citoyens en matière de lutte contre les incivilités, thématique relevant particulièrement de l’action des services de prévention communaux. À l’issue de ce processus qui s’est déroulé sur trois jours et qui était animé par des facilitateurs professionnels, les propositions citoyennes ont investi essentiellement des dimensions de cohésion sociale, avec entre autres des initiatives visant à mieux connaitre ses voisins, à instaurer des espaces de dialogue (création d’une radio, organisation de lieux de rencontres et d’échanges entre citoyens et responsables politiques…) ou encore à développer des aménagements de l’espace public qui soient plus inclusifs. Ce processus ayant été déployé en pleine crise sanitaire, on peut émettre l’hypothèse que ces propositions plutôt connotées de prévention sociale ont notamment été favorisées par un contexte extraordinaire marqué par une restriction très forte des liens sociaux. Le résultat, très éloigné des appréhensions formulées par des évaluateurs, est néanmoins suffisamment singulier pour être souligné.

14D’une certaine façon, ces résultats rejoignent aussi les observations d’un fonctionnaire de prévention bruxellois qui avait coordonné un panel de citoyens tirés au sort sur la radicalisation en 2017, à l’initiative et avec l’appui d’une structure privée spécialisée dans la conception et la mise en œuvre de processus participatifs. Il constate que, malgré la thématique relativement clivante, les propositions n’ont pas fait émerger des recommandations à caractère polarisant.

« Chercheuse : Au niveau du contenu durant la journée pour la radicalisation… on pourrait penser justement que le sujet va polariser…

François : Et bien non… Il y a eu unanimité sur le fait qu’il faille oublier ce concept. (…) Je trouve que le bon sens du citoyen a clairement mis les choses en évidence. On peut trouver des compromis assez faciles en écoutant la population ». (Extrait d’un entretien)

15Ce panel de 2017, qui a été facilité par des médiateurs professionnels et introduit par des experts, notamment académiques, a fait l’objet d’une évaluation scientifique par un centre de recherches universitaire. Sur la base de questionnaires complétés par les participants avant et après le processus, le rapport d’évaluation souligne qu’il est « assez remarquable » que les participants aient trouvé plus facile en fin de compte d’aboutir à des consensus, compte tenu de la « nature sensible et clivante » de la thématique [Pilet, 2017 : 20].

16Enfin, une majorité des évaluateurs estiment globalement ne pas être formés aux processus participatifs. Ils font part de leur besoin de bénéficier de formations en la matière, voire pour certains d’être accompagnés par des professionnels en processus participatifs. On peut d’ailleurs constater que dans le cadre de projets d’une certaine ampleur (budget participatif, création d’instances citoyennes [locales] délibératives…), les institutions s’appuient de plus en plus souvent sur des prestataires externes compétents en design participatif et dans la mise en œuvre de méthodes dites d’intelligence collective. Notons a contrario la réaction d’un évaluateur qui estime peu opportun de faire appel à des professionnels externes, associatifs ou privés, considérant que ces derniers ont souvent des « enjeux, des agendas différents » et « qu’à partir du moment où il s’agit de mener des politiques publiques, c’est aux autorités publiques de mener ce débat ».

3. Un impératif d’inclusion

17Une majorité des acteurs professionnels rencontrés relatent un autre problème, commun à nombre d’espaces participatifs : la monopolisation de ceux-ci par les habitués de la participation, voire les « professionnels de la participation » qui « tiennent toujours le crachoir », avec au premier rang des absents, les plus démunis, les jeunes, et les personnes d’origine étrangère. Or les services de prévention bruxellois se déployant plus significativement au sein de quartiers marqués par une précarisation socio-économique, les professionnels se montrent particulièrement concernés par cette question.

18Ce qui s’apparenterait à un effet d’(auto-)exclusion ne doit cependant pas être considéré comme une caractéristique intrinsèque des dispositifs participatifs selon certains auteurs comme Blondiaux ou Gourgues [Gourgues, 2013], car ce constat démontre avant tout que « cette forme d’engagement politique n’échappe pas plus que d’autres (comme l’élection ou le militantisme politique ou associatif) aux logiques sociales qui gouvernent l’accès à la participation politique » [Blondiaux, 2001 : 47-48].

19Par ailleurs, l’une des évaluatrices internes rencontrée en focus groupe estime qu’il faut « faire le deuil de l’idée que tout le monde ait envie de participer ». Partant de là, les analyses devraient également intégrer les motivations à participer, un facteur essentiel dans la compréhension du profil des participants citoyens. Certains auteurs ont ainsi mis en évidence différents motifs d’engagement ou de non-participation [Talpin et Mazeaud, 2010 ; Jacquet, 2020]. Entre autres, on retrouve, dans les résultats de leurs travaux, des motifs liés au devoir civique, à la recherche de relations sociales, à la recherche de développement de connaissances, à l’auto-(dés)habilitation (sentiment d’(in)compétence subjective), des motifs de concentration sur la vie privée, d’absence d’impact de la délibération pour des non-participants ou encore des motifs liés à la disponibilité temporelle.

20Face à ce constat de non-participation de pans entiers de la population, diverses pistes ont été évoquées en focus groupes. Nous proposons d’en aborder trois en particulier : la façon de « recruter » les citoyens et de les accompagner, la question des langues employées et la mise en place de solutions de garde pour les enfants afin de permettre aux parents de participer.

21Pour tenter de réduire les effets d’une autosélection qui conduiraient à la participation des personnes les plus éduquées et politisées, certains évaluateurs et citoyens invitent à un recrutement plus ciblé qui peut venir compléter, voire remplacer selon les besoins, un appel général à la population. Cette sélection peut notamment s’appuyer sur le travail des acteurs de terrain (personnes-ressources dans les quartiers, acteurs associatifs et acteurs de première ligne des services de prévention), et s’envisager à travers la participation à un événement existant, la création d’un événement prétexte à la rencontre, voire le porte-à-porte. Courriers et autres supports écrits, qui font régulièrement partie de l’arsenal de communication auquel recourent les autorités politico-administratives, sont souvent insuffisants pour toucher une frange de la population précarisée possédant très peu la culture de l’écrit. Par conséquent, cette démarche propose un véritable mouvement vers les citoyens, comme l’exprime cette citoyenne.

« En tant que citoyen, on doit tous ouvrir notre courrier ok. Mais vraiment, moi pour l’avoir vécu, c’est en allant dans le quartier à la rencontre des habitants comme disait Arnaud. (…) Faire aussi du porte à porte, donc ça aussi on l’a expérimenté. Et on trouve que ça marche bien. Parfois on est bien reçu, parfois pas vraiment. (…) vous donnez de votre temps, et vous avez plus de participation. ça imprègne les gens “ils sont venus jusqu’à ma porte et tout” ». (Ilhem, focus groupe citoyens n°3)

22À l’unanimité, les jeunes habitant un quartier défavorisé bruxellois, interrogés au cours d’un focus groupe, ont particulièrement attiré l’attention sur la nécessité d’instaurer un climat de confiance avant de les solliciter, ce qui passe à leurs yeux par une activité récréative et/ou par une personne de confiance de leur entourage, et d’insister sur la place importante que peut jouer l’éducateur de rue de leur quartier.

« Vu qu’on a grandi dans un quartier, on est plus confort dans la rue car on connait les gens et surtout quand ce sont des éducateurs qui y vont, c’est comme des amis. » (Enzo, focus groupe citoyens n°2)

23L’une des caractéristiques fondamentales des services de prévention relève précisément d’un travail de proximité avec la population, à travers notamment des acteurs tels que les travailleurs sociaux de rue ou les médiateurs de quartier, ce qui constitue aux yeux de certains évaluateurs une force pour pouvoir entrer en contact avec les citoyens et les inviter à participer. Mais ce qui fait aussi dire à l’un des évaluateurs que « si tu n’arrives pas à toucher les publics, c’est gênant ». En outre, une fois que les publics les moins outillés se retrouvent au sein de dispositifs participatifs, « ça demande vraiment énormément d’accompagnement ».

24Une autre modalité de sélection des publics consiste à recourir au tirage au sort, lequel favorise une plus grande diversité de profils sans toutefois la garantir.

« Et ce panel en plus c'était un peu pub Benetton. Il y avait un peu tous les styles, tous les gens, enfin personne ne se ressemblait vraiment. Donc moi j'ai trouvé cela vraiment hyper intéressant (…) Et donc une chose qui découle de cela, c'est que le panel de citoyens, du coup ça représente un large panel d'expériences. » (Guillaume, focus groupe citoyens n°1)

  • 7 Notons que ce tirage au sort est aujourd’hui couplé à des instances délibératives citoyennes et qu’ (...)

25Cette technique7 est de plus en plus mobilisée dans le cadre de la mise en œuvre de mini-publics délibératifs, une pratique qui consiste à réunir un panel de citoyens tirés au sort, invités à délibérer sur une question publique et à formuler, à l’issue d’une discussion argumentée, des recommandations collectives. La participation des personnes, suite à un tirage au sort, est facilitée notamment car elles « sont contactées personnellement, leur rôle est symboliquement valorisé dans les discours des autorités, une indemnité leur est attribuée (…) » [Sintomer, 2007 : 115]. Toutefois, certains évaluateurs rappellent que les « invisibles » ou « silencieux » ne se retrouvent pas forcément sur les registres de la population ou sur d’autres listings. Cette modalité ne peut donc répondre à elle seule aux besoins d’inclusivité des groupes les plus fragilisés.

26La question des langues, comme facteur d’inclusion, est également soulevée par une partie des citoyens rencontrés et par plusieurs professionnels, et justifiée par le contexte bruxellois : de nombreux habitants issus de l’immigration ne maitrisent ni le français ni le néerlandais. L’élargissement des langues proposées peut ainsi permettre de lutter contre certaines composantes du sentiment d’incompétence subjective, l’un des motifs de non-participation. Face aux coûts, souvent inaccessibles pour des entités locales, que peuvent entraîner ces adaptations linguistiques, des solutions ont été proposées, qui démontrent une aptitude à « bricoler » avec les ressources disponibles : mobiliser du personnel des services de prévention qui maitrise les langues recherchées, construire des outils visuels facilement compréhensibles par tous, utiliser les ressources d’un quartier en recourant aux compétences linguistiques d’habitants qui seraient défrayés pour le service rendu et qui pourraient trouver une valorisation personnelle et pécuniaire dans l’exercice de ces compétences au service d’une collectivité .

27En outre, proposer des solutions de garde aux parents, via l’organisation d’ateliers pour enfants par exemple, semble essentiel selon le point de vue des citoyens adultes issus d’un quartier plus défavorisé, dès lors que les processus impliquent des rencontres en présentiel. Alors que l’un des motifs de non-participation mis en exergue dans la littérature scientifique est précisément l’indisponibilité temporelle, ces solutions permettraient de s’attaquer à l’une des raisons qui peut freiner les citoyens, et en particulier des citoyennes, à prendre part à ce type d’expérience. À ce sujet, on nous rapporte aussi que l’organisation de ce type d’atelier constitue un moyen d’accrocher des personnes plus défavorisées.

« Au lieu d’exclure les enfants, on crée une activité (…) Donc en fait, ça permet de ramener plus de monde. Parce que la maman elle se dit, elle ne va pas venir en premier pour, excusez-moi de vous le dire mais, pour la participation (…), mais par contre, si elle se dit “ah ben il y a un petit truc pour mes enfants, je vais le poser là et faire quelque chose d’autre à côté, ça ne me dérange pas”. » (Ilhem, focus groupe citoyens n°3).

28Selon cette habitante, faute de divertissement à pouvoir offrir à leurs enfants pour des raisons financières ou d’isolement, les « mamans » verraient dans le processus participatif accompagné d’ateliers pour enfants une opportunité de faire bénéficier leurs enfants de moments agréables.

29Enfin, est également abordée la question de la reconnaissance des citoyens qui participent, laquelle peut revêtir différentes formes, symboliques ou financières. Notons que la question de leur rémunération a été particulièrement soulevée par celles et ceux qui sont issus d’un quartier fragilisé.

4. Voix citoyennes, voies de connaissances, voies de (dé)publicisation de problèmes ?

30Si la participation citoyenne dans le cadre de l’évaluation de politiques de sécurité et de prévention fait naître des appréhensions, elle est aussi considérée par nombre d’évaluateurs internes comme un moyen pour élargir les « connaissances ». D’une part, en « éclairant des zones d’ombre » et, d’autre part, en disposant d’une meilleure connaissance de l’impact des actions menées. Grâce à une pluralité de points de vue, l’organisation de processus participatifs permet de renseigner autrement sur une situation. Dans ce cadre, les évaluateurs internes sont ainsi animés par l’objectif de proposer une action publique plus adaptée aux besoins de la population.

« Ça reflète aussi quand on fait une évaluation, le ressenti des citoyens par rapport à des actions mises en place qui peuvent différer de l’évaluation des professionnels, (…) parfois on se dit “tiens, telle action a eu du succès”, mais en réalité parmi les citoyens il n’y a rien, ils ont l’impression que la situation n’a pas changé, ils ont toujours l’impression d’avoir le même problème qui est présent. Ça peut aboutir à de nouvelles perspectives d’actions que celles imaginées au départ. » (Henri, focus groupe évaluateurs n°2).

31Au nom de son « savoir d’usage », ce savoir « plus familier » que l’habitant peut mettre à disposition de la sphère publique, et qui échappe « à une connaissance de dossier plus distanciée » [Damay et Mercenier, 2018 : 17], le citoyen peut, pour une majorité des évaluateurs internes, aider à « réduire les angles morts ». Ce savoir est surtout mobilisé dans le paradigme de la proximité, en premier lieu celui de la proximité géographique, car le « savoir d’usage est d’abord local ou microsectoriel » [Sintomer, 2008 : 117]. En outre, le citoyen est également porteur d’autres savoirs, qu’ils soient professionnels, militants ou relevant d’autres champs.

32C’est aussi son « bon sens », ce « savoir non systématique et tendanciellement non intéressé (“juger sans passion”) » [Sintomer, 2008 : 119], qui peut être mobilisé pour justifier la légitimité du recours à la participation citoyenne par certains acteurs, et qui est d’ailleurs aujourd’hui régulièrement convoqué dans la mise en œuvre des mini-publics délibératifs. Ou au contraire, ce savoir peut être mis en doute par certains évaluateurs internes lorsqu’ils considèrent que les citoyens ne seraient pas en mesure de prendre du recul sur les objets de la prévention, lesquels seraient justement trop chargés émotionnellement.

33Si une forme de consensus semble se dégager quant aux possibilités de construire de nouvelles connaissances grâce à des processus de participation citoyenne, les discours de certains évaluateurs internes questionnent la capacité des citoyens à se préoccuper de l’intérêt général. Ces doutes peuvent accompagner un scepticisme plus général à l’égard de la démocratie participative, au sein de laquelle les habitants et les associations sont perçus comme cherchant « à défendre leurs intérêts privés, non comme de potentiels partenaires pour une construction collective de l’intérêt général », et dont l’un des arguments est de considérer que la démocratie représentative permet de conduire des politiques cohérentes « tout en permettant aux citoyens de sanctionner les décisions prises au moment des élections » [Carrel, 2013 : 61].

34Aussi, il nous semble important de relever une conséquence de cet enjeu de production de connaissances : la publicisation ou la déconstruction d’une situation problématique. Si « les problèmes sociaux n’existent pas, en eux-mêmes, comme un ensemble de conditions sociales objectives, mais (…) sont fondamentalement les produits d’un processus de définition collective » [Blumer et Riot, 2004 : 189], ce que l’on qualifie de perspective constructiviste, la participation citoyenne peut être considérée comme potentiel processus de publicisation de problèmes sociaux. Par les éléments mis en lumière à travers ces processus, de nouveaux problèmes peuvent ainsi apparaître sur les devants de la scène publique et intégrer éventuellement l’agenda politique. Inversement, la participation citoyenne constitue aussi une voie pour déconstruire une problématique qui aurait été visibilisée, de manière disproportionnée, par un responsable politique, ou même par les médias, telle que nous le décrit une évaluatrice.

« Une autre force c’est que parfois, ce que j’appelle le relativisme. Donc parfois les politiques peuvent nous interpeller sur des sujets qui pour eux sont des grandes problématiques ou des sujets très graves pour lesquels [on doit] tout de suite se mettre en mouvement et tout de suite trouver une solution… Et lorsqu’on va un peu creuser avec les agents de terrain et qu’on fait des enquêtes citoyennes, donc on va interpeller les citoyens, on fait des diagnostics en fait, il s’avère que ce n’était pas si grave entre guillemets et c’est quelque chose de plus minime (…) » (Iris, focus groupe évaluateurs n°2).

35C’est d’ailleurs avant tout au niveau de leur pratique de diagnostics locaux de sécurité que les évaluateurs bruxellois considèrent l’association des citoyens la plus pertinente dans le cadre de l’évaluation : identifier et comprendre des situations problématiques qui relèvent de la sécurité et du vivre-ensemble avec et grâce aux citoyens et construire avec eux des pistes d’action pour répondre aux problèmes identifiés. Ce qui rejoint en substance ce que Callon et al. soulignent : la confrontation de spécialistes (ici les évaluateurs internes) et profanes (ici les citoyens « ordinaires »), qui détiennent chacun des savoirs spécifiques, serait de nature à enrichir les connaissances et à permettre l’exploration d’options non envisagées jusqu’alors [Callon, Lascoumes et Barthe, 2001].

Conclusion

36Si pour certains évaluateurs internes, le couple « participation citoyenne » et « politiques de sécurité et de prévention » est à éviter en raison des thématiques qu’ils jugent trop sensibles, pour d’autres, cette union est envisageable moyennant le respect de certaines garanties procédurales : du temps, des processus éclairés et des professionnels suffisamment formés aux méthodes d’intelligence collective. C’est surtout dans la capacité des citoyens à éclairer des zones d’ombre et à construire de nouvelles connaissances que ces professionnels perçoivent l’intérêt de la participation citoyenne à l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention.

37Alors que les services de prévention communaux se déploient particulièrement dans des quartiers bruxellois plus fragilisés socioéconomiquement, associer les citoyens à l’évaluation de projets et politiques de sécurité et de prévention requiert une attention particulière aux « silencieux » et aux « invisibles » pour les professionnels interrogés, ce qui doit toutefois éviter de se transformer en une forme d’injonction à participer. Pour tenter de lutter, entre autres, contre les effets du « cens caché » [Gaxie, 1978], de démonter ces mécanismes d’(auto-) exclusion des espaces de participation politique quels qu’ils soient et qui sont directement liés aux capitaux socioculturels, des pistes concrètes sont ainsi abordées, non seulement par ces professionnels mais également par des citoyens originaires de quartiers défavorisés. Ces pistes révèlent la capacité des acteurs à faire montre d’ingéniosité dans l’art d’utiliser les ressources à leur disposition. Les propositions formulées par des citoyens issus d’un quartier défavorisé pour améliorer l’inclusivité de ces processus tentent de valoriser les habitants du quartier par leur intégration à l’organisation même du dispositif. Ce faisant, elles mènent à repenser la configuration habituellement top down de ces dispositifs et tendent vers des processus plus collaboratifs.

38En Région bruxelloise, le fourmillement actuel en matière de nouveaux dispositifs participatifs (budgets participatifs, conseils citoyens, commissions délibératives mixtes…), qui sont de plus en plus institutionnalisés que ce soit au niveau local ou régional, témoigne certainement d’un contexte favorable au développement de processus participatifs à l’évaluation. Au demeurant, si la participation citoyenne à l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention suscite des questionnements, c’est certainement parce qu’elle dépasse les monopoles habituels de la production de connaissances et de la représentation politique, tout en y ajoutant une dimension éthique tout à fait singulière. En d’autres termes, parce qu’elle se situe au croisement d’enjeux de pouvoirs et de savoirs.

Haut de page

Bibliographie

BLONDIAUX, Loïc, 2001. Démocratie locale et participation citoyenne : la promesse et le piège. In : Mouvements. 11-12/2001, vol. 5, no 18, pp. 44-51. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2001-5-page-44.htm

BLUMER, Herbet et RIOT, Laurent, 2004, Les problèmes sociaux comme comportements collectifs In: Politix. 07/2004, vol. 17, no 67, pp. 185-199. Disponible à l’adresse : https://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_2004_num_17_67_1630

CALLON, Michel et LASCOUMES, Pierre et BARTHE, Yannick, 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris : Editions du Seuil.

CARREL, Marion, 2013. Faire participer les habitants. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Lyon : ESN Editions.

COSSART, Paula et TALPIN, Julien, 2015. Lutte urbaine. Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma-Gare. Vulaines-sur-Seine : Editions du Croquant.

DAMAY, Ludivine et MERCENIER, Chloé, 2018. Démocratie participative. Quelques éclairages sur les enjeux. In : Mouvement communal. 01/2018. no 924, pp. 12-22.

GAXIE, Daniel, 1978. Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris : Seuil.

GOURGUES, Guillaume, 2013. Les politiques de démocratie participative. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

JACQUET, Vincent, 2020. Comprendre la non-participation. Les citoyens face aux dispositifs délibératifs tirés au sort. Bruxelles : Peter Lang.

LASCOUMES, Pierre, LE GALÈS, Patrick, 2007. Sociologie de l’action publique. Paris : Armand Colin.

MALOCHET, Virginie, 2021. La sécurité est-elle vraiment « l’affaire de tous » ? Les limites de la participation citoyenne en France dans un domaine typiquement régalien. In : Participations. vol. 1, no 29, pp. 41-71. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-participations-2021-1-page-41.htm

MAZEAUD, Alice et TALPIN, Julien, 2010. Participer pour quoi faire ? Esquisse d’une sociologie de l’engagement dans les budgets participatifs. In : Sociologie. vol. 1, no 3, pp. 357-374. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-sociologie-2010-3-page-357.htm

MAZEAUD, Alice, 2012. L’instrumentation participative de l’action publique : logiques et effets. Une approche comparée des dispositifs participatifs conduits par la région Poitou-Charents. In : Participations. vol. 1, no 2, pp. 53-77. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-participations-2012-1-page-53.htm

MINCKE, Christophe, SMEETS, Sybille et ENHUS, Els, 2009. La sécurité à Bruxelles. In : Brussels Studies, Note de synthèse, EGB no 2, 05/01/2009. Disponible à l’adresse : https://journals.openedition.org/brussels/882

PILET, Jean-Benoît, 2017. Rapport d’évaluation scientifique We Are Molenbeek/WAM 1080. Bruxelles : Université libre de Bruxelles.

PURENNE, Anaïk et BALAZARD, Hélène, 2020. Les tensions entre police et citoyens sont-elles solubles dans la démocratie délibérative ? L’exemple d’un dispositif participatif à Vaulx-en-Velin. In : Lien Social et Politiques. 2020, no 84, pp. 204-222. Disponible à l’adresse : https://www.erudit.org/fr/revues/lsp/2020-n84-lsp05292/1069450ar/

SCHAUT, Christine, 2006. Participation citoyenne et sécurité publique : un couple mal assorti ?. In : SMEETS, Sybille, SERON, Vincent. Participation citoyenne et sécurité publique. Enjeux émergents et expériences locales. Bruxelles : Politeia, pp. 121-140.

SINTOMER, Yves, 2007. Le pouvoir au peuple. Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative. Paris : La Découverte.

SINTOMER, Yves, 2008. Du savoir d’usage au métier de citoyen ? In : Raisons politiques. 08/2008. vol. 3, no 31, pp. 115-133. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2008-3-page-115.htm

SMEETS, Sybille, 2009. L’évaluation des politiques de sécurité et de prévention en Belgique. In : ROBERT, Philippe (dir.), L’évaluation des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance en Europe. Paris : L’Harmattan. pp. 47-68.

TALPIN, Julien, 2019. Le tirage au sort démocratise-t-il la démocratie ? Ou comment la démocratie délibérative a dépolitisé une proposition radicale, In : Participations. 2019, Hors Série, pp. 453 - 473. Disponible à l’adresse : https://www.cairn.info/revue-participations-2019-HS-page-453.html

Haut de page

Notes

1 À travers son organisme d’intérêt public Safe.brussels.

2 Via le programme de financement Anticipate – Prospective Research. V. CAPRASSE (Chercheuse), S. SMEETS (Promotrice, CRPSD ULB), C. TANGE (Co-Promoteur, INCC), « La participation citoyenne à l’évaluation des dispositifs de sécurité et de prévention de la Région de Bruxelles-Capitale », Décembre 2019 - Décembre 2023.

3 Nous ne pouvons présenter l’ensemble des résultats dans un seul article, ce qui nous a amenée à nous focaliser sur certains d’entre eux.

4 Nous avons veillé à répartir les treize participants, provenant des treize communes représentées sur les dix-neuf, en deux groupes d’une certaine homogénéité quant au profil des communes. Pour déterminer le profil des communes, nous avons eu recours à une classification sur base de leur contexte socio-économique local (niveau de revenus et statut socioprofessionnel de la population, évolution démographique, degré d’urbanisation, etc.) proposée par Belfius, principal bailleur de fonds des collectivités locales. Cette typologie a pour avantage d’aboutir à la construction de cinq clusters pour les communes bruxelloises, facilitant une répartition des évaluateurs internes en deux groupes partageant, au sein de leurs communes, des réalités socioéconomiques relativement proches. Voir https://research.belfius.be/wp-content/uploads/2018/06/Typologie-des-communes-FR_tcm_78-150618.pdf.

5 Par principe, nous précisons ici le profil de la composition des panels, sans que les résultats présentés dans cet article ne soient forcément discriminants en fonction de ce profil. Ils le sont toutefois pour d’autres volets pratiques de notre recherche, qui ne font pas l’objet de cet article.

6 Ces politiques ont été choisies en raison de la proximité de leurs objets avec ceux des politiques de sécurité et de prévention et parce qu’elles offrent davantage de terrains d’investigation de processus de participation citoyenne que les politiques de sécurité et de prévention.

7 Notons que ce tirage au sort est aujourd’hui couplé à des instances délibératives citoyennes et qu’en tant que tel, ce couplage est presque devenu un automatisme procédural, qui a notamment été initié dans le cadre d’expériences de théoriciens de la démocratie délibérative. Voir notamment l’article de Julien Talpin sur l’origine de l’appariement des pratiques délibératives et du tirage au sort, et sa généralisation [Talpin, 2019].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Caprasse, « Prendre part à l’évaluation des politiques de sécurité et de prévention. Essais de participation citoyenne à Bruxelles »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 181, mis en ligne le 11 juin 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/brussels/6834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.6834

Haut de page

Auteur

Valérie Caprasse

Valérie Caprasse est chercheuse en criminologie au Centre de recherches Pénalité, Sécurité & Déviances de l’Université Libre de Bruxelles. Ses travaux portent principalement sur les politiques de sécurité et de prévention, au sein desquelles elle a travaillé en tant que chargée de projets. Elle a co-dirigé un ouvrage Résister ! De l’adaptation à la dissidence en terrains criminologiques qui paraîtra fin 2023 aux Editions de l’Université de Bruxelles.


valerie.caprasse[at]ulb.be

Haut de page

Financement

Innoviris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search