Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2023Les toilettes publiques dans les ...

2023
186

Les toilettes publiques dans les espaces publics bruxellois : nécessité ou nuisance ?

Openbare toiletten in de Brusselse openbare ruimten: noodzaak of overlast?
Public Toilets in Brussels' Public Spaces: Necessity or Nuisance?
Lien Maes et Lucas Melgaço
Traduction de Laurie Guérif
Cet article est une traduction de :
Public Toilets in Brussels' Public Spaces: Necessity or Nuisance? [en]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Openbare toiletten in de Brusselse openbare ruimten: noodzaak of overlast? [nl]

Résumés

Pour que les espaces publics soient à la fois accessibles et accueillants, il est essentiel d’y mettre à disposition des toilettes publiques de qualité. Cette nécessité concerne tout particulièrement les femmes ainsi que des groupes plus spécifiques, notamment les personnes âgées, les personnes souffrant d’un problème de santé ou handicapées, et les personnes sans domicile fixe. Malgré leur importance, les toilettes publiques sont souvent synonymes de saleté et de désagréments, et évoquent des espaces utilisés à des fins pour lesquelles ils n’ont pas été conçus : consommation de drogues, rencontres sexuelles ou abris de fortune, par exemple. Ainsi, les toilettes publiques témoignent de la complexité des espaces publics partagés. À Bruxelles en particulier, des entretiens ont été menés auprès des autorités et des organisations concernées, et des observations ont été effectuées sur le terrain afin d’étudier l’importance que revêtent les toilettes publiques pour les espaces publics. Dans cet article, il est question des nuisances liées aux toilettes publiques et des difficultés rencontrées pour remédier de manière efficace aux usages détournés qui en sont faits.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Texte intégral

Introduction

1Les toilettes publiques sont des infrastructures essentielles pour assurer le caractère véritablement public des espaces publics. Les espaces publics, s’ils sont conçus pour que les gens s’y attardent et les apprécient (plutôt que pour servir de passage vers un autre lieu), doivent offrir des possibilités de satisfaire les besoins physiologiques fondamentaux de chacun. Pour que les structures sanitaires soient accessibles à tous, il faut les mettre à disposition gratuitement, sans quoi leur accessibilité pour les personnes en situation de pauvreté ou sans domicile s’en trouve compromise. Quiconque vit dans la rue ou y séjourne pendant de longues périodes doit impérativement avoir la possibilité d’utiliser des toilettes qui ne sont pas privées ou payantes. Dans bien des cas, ces toilettes servent également de point d’accès à l’eau ou de lieu d’intimité. En outre, il s’agit d’installations publiques essentielles pour les personnes âgées et les personnes souffrant d’un problème de santé ou handicapées. Les toilettes publiques sont très importantes aussi pour les femmes, pour les raisons évoquées dans la suite du présent article. Pourtant, dans de nombreuses villes du monde, dont Bruxelles (notre cas d’étude), le nombre d’urinoirs est bien plus élevé que le nombre d’installations sanitaires adaptées aux deux sexes.

2Les toilettes publiques ont beau constituer des éléments fondamentaux des infrastructures publiques, elles peuvent être à l’origine de problèmes et de désagréments, si bien qu’il n’est pas rare de voir des habitants et des commerçants s’opposer à leur implantation à proximité de leur domicile ou de leur établissement. Parmi les nuisances, on peut citer la saleté (à l’intérieur comme à l’extérieur des toilettes), la consommation de drogues et le vandalisme. Les sections suivantes traitent de l’intérêt porté par les chercheurs à la question des toilettes publiques, de leur importance à Bruxelles ainsi que de certaines des nuisances qui leur sont associées. Nous examinons ensuite les solutions envisageables et signalons en quoi certaines d’entre elles peuvent compromettre le caractère public même des espaces publics.

1. Les toilettes publiques dans la documentation scientifique

3Selon Anthony et Dufresne [2007 : 290], la plupart du temps, les toilettes publiques font l’objet « de plaisanteries, mais rarement de discussions sérieuses et d’actions politiques ». Il a fallu attendre les années 1960 pour que des publications sur le sujet fassent leur apparition dans la documentation scientifique (voir [Kira, 1974(1966) ; Wright, 1967]). L’une des raisons pour lesquelles les toilettes publiques sont si taboues tient à l’image de saleté et d’impureté qu’elles évoquent [Hanson et al., 2007], l’urine et les matières fécales étant généralement associées à la souillure. Selon Kira [1974 : 93], ces attitudes négatives à l’égard de nos déchets corporels s’expliqueraient par une volonté de se distancier complètement de « l’acte de les produire ». Douglas [2002] décrit la saleté comme un « désordre » et une « matière qui n’a pas sa place », et constate que même si les différentes cultures ne la gèrent pas toutes de la même manière, elles essaient toujours de la dissimuler ou de l’éliminer. Pour Barcan [2010], le manque de propreté et l’odeur fétide sont les principales raisons pour lesquelles les gens rechignent à utiliser les toilettes publiques. Pour l’anecdote, il ressort de l’étude de Henshaw [2013] sur les préférences olfactives que l’odeur des toilettes publiques compte parmi les odeurs considérées comme les plus désagréables dans l’environnement urbain.

4Étant donné le rôle essentiel que jouent les toilettes pour l’agrément de l’espace public, il est surprenant que la question ne soit pas plus souvent abordée dans les discussions universitaires et politiques. Selon Canham [2014 : 4], « lorsque l’on se trouve dans l’impossibilité de se soulager sans enfreindre les conventions sociales qui entourent cet acte même, il y a atteinte au droit de participer à la vie sociale dans la dignité ». De ce point de vue, un plus grand nombre de toilettes publiques pourrait permettre de remédier à cet état de fait et faciliter la mobilité des personnes dans les villes et, par conséquent, leur participation à la vie publique.

5En outre, ces installations contribuent à améliorer la santé des populations. La réduction du nombre de toilettes publiques gratuites se traduit par une diminution de l’hygiène des mains et une augmentation de la miction dans la rue, ce qui risque de favoriser la propagation d’infections [Greed, 2006]. Cependant, Greed souligne que ces mêmes toilettes publiques peuvent aussi contribuer à la transmission de maladies, en particulier lorsqu’elles ne sont pas bien entretenues.

6Les toilettes publiques posent également problème sur le plan de l’égalité de genre. Greed [1996], dans le cadre de ses recherches sur la Grande-Bretagne, a constaté que les toilettes pour hommes et pour femmes étaient réparties de manière disproportionnée. Les femmes ont davantage besoin de se rendre aux toilettes que les hommes et elles y passent plus de temps [Barcan, 2010]. Selon Barcan, cela s’explique notamment par des raisons d’ordre social : les femmes sont souvent amenées à s’occuper de bébés, d’enfants ou de personnes âgées. D’autre part, les périodes de grossesse et de menstruation, par exemple, constituent des raisons biologiques pour lesquelles une femme doit utiliser les toilettes publiques plus souvent qu’un homme [Greed, 2010]. Des chercheuses comme Edwards et McKie [1996] ont d’ailleurs fait observer que, dans la mesure où les femmes ont davantage besoin des toilettes publiques que les hommes, il n’est pas adéquat de prévoir un nombre égal de toilettes pour chaque sexe. Anthony et Dufresne [2007] ont remarqué que les hommes disposent généralement d’un urinoir gratuitement, alors que les cabines fermées, qui correspondent aux toilettes des femmes, sont le plus souvent payantes. Des auteurs tels que Browne [2004], Gershenson et Penner [2009], ou encore Blumenthal [2014] ont également évoqué le fait que l’aspect sexué de ces espaces, conjugué à leur faible nombre, est particulièrement préjudiciable aux populations transgenres. Une autre étude menée par Valentine [2016] au Royaume-Uni a montré que pour les personnes non binaires, un passage aux toilettes peut être très embarrassant, provoquant des sentiments de gêne et d’anxiété.

7Les toilettes ne sont pas seulement fréquentées par des gens qui ont besoin de se soulager ou qui souhaitent changer la couche d’un bébé. Barcan [2010 : 26] explique qu’elles répondent à différents besoins et pratiques, qu’il s’agisse de se laver et de changer de vêtements, de se maquiller, de s’abriter ou même de se masturber. En ce sens, les toilettes publiques doivent donc être considérées comme des « espaces polyvalents », d’où une complexité supplémentaire dans la mesure où elles constituent un petit coin d’intimité au sein des espaces publics, et favorisent par conséquent des pratiques plus déviantes telles que la consommation de drogues, voire des délits mineurs. Anthony et Dufresne [2007 : 277] ont souligné que « les toilettes publiques constituent des cachettes pratiques pour les délinquants ». Elles peuvent également servir à des rencontres sexuelles [Kingston et Thomas, 2014]. C’est pour cette raison que Bell et Binnie [2004 : 1812] les ont qualifiées de « lieux publics d’activités sexuelles » pour les homosexuels.

8Enfin, les toilettes publiques sont des espaces polémiques, ce qui transparaît clairement dans leur utilisation comme supports de graffitis. Les tags à l’intérieur expriment souvent une haine à l’égard des personnes homosexuelles [Slater et Jones, 2018 ; Anthony et Dufresne, 2007]. Toutefois, ces espaces peuvent aussi servir d’exutoire à des messages contradictoires, les graffitis étant utilisés pour remettre en question la bienséance, l’hétéronormativité et l’homophobie [Córdova Quero et Waters, 2006].

9Ce bref survol de la documentation montre la complexité de la question des toilettes publiques : bien qu’indispensables à la vie publique, elles sont également à l’origine de nuisances qui peuvent y porter atteinte. La section qui suit reprend cette réflexion dans le contexte d’une étude de cas sur les toilettes publiques à Bruxelles.

2. Méthode

10La présente étude porte sur l’offre de toilettes publiques à Bruxelles et sur les nuisances que leur présence peut engendrer. Notre méthode a principalement consisté à mener des entretiens auprès des autorités et organisations concernées de la Ville de Bruxelles. Au cours de ces échanges, les trois grandes questions suivantes ont été abordées. En quoi les toilettes publiques sont-elles importantes ? Quels sont les problèmes qui y sont liés ? Quelles solutions nos interlocuteurs envisageraient-ils, en tant que professionnels, pour résoudre ces problèmes ? Les services publics interrogés comprennent le service de propreté et le service de prévention de la Ville de Bruxelles, le collège échevinal des espaces verts, de la propreté publique et du bien-être animal, ainsi que la police locale. Ainsi, aussi bien les acteurs de terrain que leurs responsables ont été consultés. Les commerçants situés à proximité immédiate de toilettes ont également été entendus. Nous n’avons pas inclus les usagers des toilettes dans notre liste de parties prenantes, car nous nous sommes intéressés surtout aux solutions proposées par les décideurs politiques pour résoudre les problèmes recensés.

  • 1 https://www.infirmiersderue.be/sites/default/files/uploads/Documents/Outils/Plan_IDR_fontaine2121_B (...)

11Seules les toilettes publiques « donnant sur la voie publique » gérées par la commune ont été prises en considération dans cette étude. Les lieux d’aisance accessibles au public dans des lieux semi-publics tels que les gares et les stations de métro, ainsi que les urinoirs, n’ont pas été pris en compte. Les toilettes étudiées ont été sélectionnées à partir d’une carte1 établie par l’association sans but lucratif Infirmiers de rue et disponible sur le site web de la Ville de Bruxelles. Nous avons sélectionné six des dix toilettes publiques gérées par Bruxelles (code postal 1000) dans la Région de Bruxelles-Capitale (quai à la Houille 6, place Anneessens 5, boulevard Adolphe Max 57, place du Nouveau Marché aux Grains 4, place de la Bourse et rue Willem De Mol 2). La carte ci-après (figure 1) permet de les visualiser. Elle présente également d’autres toilettes et urinoirs situés en dehors des limites communales, afin de mettre en évidence la différence d’offre considérable entre ces deux types d’installations.

Figure 1. Carte des toilettes publiques visées par l’étude

Figure 1. Carte des toilettes publiques visées par l’étude

Cartographie réalisée par L. Melgaço

12La réalisation de l’étude s’est appuyée sur un travail d’observation sur le terrain (une dizaine d’heures) et de documentation photographique des différentes installations sanitaires. Au total, 16 entretiens ont été réalisés, dont 13 en face à face et trois par téléphone (contrainte imposée par les mesures sanitaires liées à la COVID-19). Les entretiens ont été menés essentiellement à l’aide de questions ouvertes, en français et en néerlandais. Ils ont été enregistrés, transcrits, traduits et codés manuellement. La collecte des données empiriques, qui s’est déroulée de décembre 2019 à mars 2020, a été réalisée par l’auteure principale du présent article.

3. Toilettes publiques à Bruxelles : on ne peut pas vivre sans, on ne peut pas vivre avec !

13Plusieurs personnes interrogées ont insisté sur l’importance de pouvoir disposer de toilettes publiques en nombre suffisant.

« Pour ceux qui travaillent aussi dehors comme les gens de Bruxelles Propreté, les balayeurs, ou certains qui vont de gauche à droite… Et c’est vrai que, quand vous devez aller aux toilettes et vous êtes sur la rue, ben, c’est vraiment un gros problème. Vous vous dites, aller dans un café ou dans quelque chose. Ben, à la limite, il faut prendre une consommation déjà. Et à 6 heures, il n’y a pas grand-chose d’ouvert. Oui, c’est vrai que c’est compliqué pour les gens qui sont tout le temps dehors. » (Gardien de la paix 3)

14Outre les fonctionnaires, les groupes que constituent les femmes, les personnes âgées, les enfants, les personnes ayant des problèmes de santé et les touristes ont été désignés au cours des entretiens comme ceux ayant le plus besoin d’accéder à des toilettes publiques :

« On peut ajouter aussi les personnes fragiles : les vieilles personnes, les personnes malades, [souffrant] d’incontinence ou quoi que ce soit. Et quand ils ont besoin de ça [des toilettes], ils n’en trouvent pas. Et surtout quand elles tombent en panne, ces toilettes. Là, ces gens-là, quand ils doivent faire, ils vont le faire sur un mur ou quoi que ce soit. Ils ne savent pas se retenir. » (Gardien de la paix 2)

15Il ressort des entretiens que Bruxelles ne met plus à disposition de toilettes gratuites sur la place de la Bourse. Les toilettes publiques qui y étaient présentes depuis 2008 ont été supprimées en 2019 en raison des nuisances qu’elles occasionnaient. Au moment où le travail de terrain a été effectué, il n’y avait plus que des urinoirs dans ce secteur. Les femmes sont donc obligées d’utiliser les sanitaires des établissements de restauration rapide comme McDonald’s ou Exki, ou les toilettes peu engageantes situées en sous-sol à l’entrée de la station de métro Bourse. Il est à noter que ces trois possibilités sont payantes. L’une des personnes interrogées a réaffirmé l’idée que les toilettes sont taboues, en précisant que le fait de devoir demander à autrui la permission de les utiliser peut causer une certaine gêne :

« Parfois c’est un peu gênant d’aller dans un restaurant et de le demander [d’aller aux toilettes] ou de devoir à chaque fois payer 50 cents quand on veut faire pipi. Donc euh… si c’est gratuit, c’est bien pour nous [les femmes] aussi. » (Conseillère en matière de propreté publique)

16Selon l’un des gardiens de la paix interrogés, l’offre actuelle de toilettes dans le secteur où il travaille est effectivement problématique pour les femmes :

« Il y a beaucoup de femmes qui nous demandent pourquoi elles n’ont pas de toilettes. C’est vrai que, pour une femme, il n’y en a pas beaucoup, hein. Quand tu vois pour l’homme… (…) On n’en a qu’une [toilette] sur tout notre site. Ici, quand une femme doit aller à la toilette… Comment elle fait ? C’est mal fait. Il y a aussi beaucoup de femmes SDF, donc euh... c’est un grand souci, quoi. » (Gardien de la paix 4)

17En outre, plusieurs personnes interrogées ont insisté sur l’importance des toilettes publiques pour les personnes sans domicile :

« Ce sont les seuls endroits sur la voie publique où [les sans-abri] ont accès à l’eau courante et à des installations sanitaires. » (Responsable du service de propreté)

« Elles [les toilettes] servent d’abris contre la pluie. Alors, ils y restent. On pourrait remplir des autobus avec tous les sans-abri qui y vivent. Les toilettes ne sont pas des endroits où l’on se sent chez soi, n’est-ce pas ? Parfois, je trouve des matelas, des lattes. » (Agent d’entretien)

« Sur la place Anneessens, la nuit, il y en a qui rentrent quand il fait froid. Ils rentrent et ils dorment à l’intérieur. Ils squattent même la toilette. Et maintenant, quand les personnes qui ont besoin de cette toilette-là viennent pour en faire usage, elles tombent sur ces personnes-là, et elles ont peur. » (Responsable des gardiens de la paix)

18La présence d’une brosse à dents dans le lavabo de l’une des cabines de toilette que nous avons visitées pourrait indiquer qu’il s’agit d’un lieu permettant aux personnes sans domicile de s’occuper de leur hygiène corporelle (figure 2).

Figure 2. Brosse à dents trouvée dans le lavabo des toilettes place du Nouveau Marché aux Grains

Figure 2. Brosse à dents trouvée dans le lavabo des toilettes place du Nouveau Marché aux Grains

Photo prise le 17 février 2020 par L. Maes

19La plupart des personnes interrogées ont rappelé l’importance des toilettes publiques dans les espaces publics et leur caractère indispensable pour certains groupes. Cependant, elles ont également évoqué les désagréments liés à la fréquentation de ces installations et à leur mauvais usage, notamment la présence, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de souillures qui peuvent être visuellement ou olfactivement incommodantes et même présenter des risques pour la santé des usagers, des agents d’entretien et des agents chargés du maintien de l’ordre public.

20Toutes les personnes interrogées ont cité la saleté, en particulier à l’intérieur des toilettes, au nombre des nuisances. Sur le marché de la place Anneessens, une vendeuse a évoqué cet aspect : « S’il y a un point négatif, c’est qu’elles sont souvent sales » (commerçante 2). Quelqu’un d’autre a mentionné l’odeur d’urine qui se dégage des toilettes : « Si vous passez par là [aux urinoirs] l’après-midi avant que les agents ne soient venus nettoyer... Oui, ça pue. Il en résulte un sentiment d’insécurité » (premier inspecteur principal de police).

21En plusieurs occasions, il a été facile de déterminer d’où provenait l’odeur âcre. Le sol des toilettes était souvent recouvert de déchets, notamment d’excréments, de papier hygiénique, de bouteilles en plastique vides et de papier d’aluminium. L’agent d’entretien a confirmé que les toilettes situées dans la zone du Pentagone à Bruxelles étaient régulièrement souillées. La figure 3, issue de l’une de nos observations, témoigne de ce phénomène.

Figure 3. La cuvette est obstruée. Des bouteilles en plastique, du papier hygiénique, des mégots de cigarettes, du papier d’aluminium et une serviette hygiénique jonchent le sol.

Figure 3. La cuvette est obstruée. Des bouteilles en plastique, du papier hygiénique, des mégots de cigarettes, du papier d’aluminium et une serviette hygiénique jonchent le sol.

Photo prise le 2 février 2020 quai à la Houille, par L. Maes

22Outre la saleté due aux déchets courants, aux excréments et à l’urine à l’intérieur des toilettes, de nombreuses personnes interrogées ont mentionné des détritus liés à la consommation de drogues, tels que du papier aluminium, des cuillères brûlées et des seringues :

« La toilette sur la place Anneessens est plus utilisée pour l’usage de la drogue. On y trouve des seringues. Ce sont pour la plupart des personnes qui ont une addiction à la drogue qui rentrent et qui retiennent les portes. Il y a aussi des problèmes de deal. » (Responsable des gardiens de la paix)

23Une personne a également évoqué le problème posé par la consommation de drogues dans deux autres sanitaires publics, quai à la Houille et place du Nouveau Marché aux Grains :

L. Maes : « Y a-t-il des problèmes particuliers ? »
Inspectrice principale de police : « Oui, des toxicomanes les utilisent. Les toilettes publiques ici, au Nouveau Marché aux Grains, et là-bas, quai à la Houille. Ils forcent les toilettes, s’y enferment et s’y injectent leur dose. Ensuite, ça peut prendre un certain temps avant qu’ils n’en ressortent. »

24Selon une des personnes interrogées, les toilettes publiques sont des endroits propices à la consommation de drogues, précisément parce qu’elles constituent des bulles privées au beau milieu des espaces publics :

« Le problème c’est que, pour les autres [les toxicomanes], ils ont un endroit cosy, fermé, éclairé, chauffé, avec de l’eau, où ils peuvent faire ce qu’ils veulent pendant le temps qu’ils veulent, avec autant de personnes qu’ils veulent. Donc voilà. Il pleut, il fait mauvais,… On ne sait pas, on va se poser tranquille, on va consommer tranquille. » (Gardien de la paix 3)

25Nos observations corroborent ces témoignages. Par terre dans les poubelles, il y avait régulièrement du matériel utilisé pour la préparation ou la consommation de drogues (figures 4 et 5).

Figure 4. Plusieurs morceaux d’aluminium brûlés se trouvent sur le sol des toilettes, ce qui indique une consommation de drogues (crack, méthamphétamine ou héroïne)

Figure 4. Plusieurs morceaux d’aluminium brûlés se trouvent sur le sol des toilettes, ce qui indique une consommation de drogues (crack, méthamphétamine ou héroïne)

Photo prise le 28 janvier 2020 place du Nouveau Marché aux Grains, par L. Maes

Figure 5. Seringues usagées trouvées dans la poubelle des toilettes publiques de la place Anneessens

Figure 5. Seringues usagées trouvées dans la poubelle des toilettes publiques de la place Anneessens

Photo prise le 17 février 2020 par L. Maes

26La consommation de drogues dures dans des toilettes publiques n’est cependant pas sans danger. Dans celles de la place Anneessens, une personne décédée a été retrouvée :

« Oui. Je me souviens, c’était dû à une surdose. Donc overdose. De l’alcool et des produits stupéfiants, donc de la drogue dure. Il avait dépassé la dose, hein. Ça ce n’est pas un cas rare ici dans le quartier. On les trouve beaucoup. Ou soit des agressions liées à des règlements de compte, aux deals. » (Responsable des gardiens de la paix)

27Par ailleurs, l’isolement que procurent les toilettes publiques sert parfois à commettre des infractions mineures. De nombreuses personnes interrogées ont signalé des actes de vandalisme tels que des tags à l’intérieur des cabines, l’utilisation de cailloux pour faire déborder les cuvettes, des dégradations des cloisons intérieures, ainsi que des dommages causés aux luminaires, aux miroirs ou aux lavabos. L’utilisation des toilettes par des voleurs à l’étalage et des pickpockets a également été évoquée :

« Je trouve régulièrement des alarmes de vêtements, des sacs à dos vides, des sacs à main et des portefeuilles vides. Bien sûr, toujours sans argent liquide. Les coupables les vident et laissent le matériel derrière eux dans la toilette. » (Agent d’entretien)

« Ils jetaient les sacs qu’ils arrachaient aux personnes. Ils les jetaient à l’intérieur. Parce qu’ils allaient à l’intérieur pour les fouiller. » (Gardien de la paix 2, à propos des toilettes situées chaussée d’Anvers)

28Les toilettes peuvent également servir à des délits plus graves. Les stewards de la Bruciteam ont signalé la découverte d’armes cachées dans celles de la place de la Bourse :

« Il y avait quelqu’un qui cachait des armes au-dessus, sur le toit de ces toilettes. Il y avait un petit rebord. En fait, les parois des côtés de ces toilettes remontaient un petit peu sur le dessus et donc le toit en fait permettait de cacher des choses au-dessus, quoi. On ne les voyait pas. Et là, en effet, on a trouvé des armes qui permettaient je suppose à la personne qui avait caché peut-être quelque chose dans les toilettes [...] en tout cas pour se défendre ou menacer. » (Responsable du service de prévention)

29Il convient de faire preuve d’une certaine prudence dans l’interprétation des cas spectaculaires de découverte d’une arme cachée ou d’un cadavre. Ce type d’événement peut facilement contribuer à la stigmatisation des toilettes publiques en tant que lieux dangereux. Or, il est important de noter qu’il s’agit d’incidents rares, non représentatifs des nuisances quotidiennes constatées dans les toilettes publiques et que nous avons évoquées ci-avant.

30Les nuisances ne se limitent pas à l’intérieur des lieux d’aisance. Pendant les deux séances d’observation des toilettes du boulevard Adolphe Max, qui sont hors service depuis un certain temps, une forte odeur d’urine a pu être détectée, même à distance. En y regardant de plus près, l’odeur provenait de la partie extérieure du bâtiment des toilettes, car des personnes avaient uriné sur les murs.

31Le même problème a été constaté aux toilettes publiques de la chaussée d’Anvers (à côté du parc Maximilien – une zone qui, lors de notre travail de terrain, était caractérisée par la présence d’un nombre élevé de migrants). Un gardien de la paix travaillant dans le quartier a indiqué ce qui suit :

« On a fait plusieurs interventions, parce que l’odeur était tellement forte. [...] C’était vraiment horrible. Ben, et comme les toilettes étaient fermées, ils urinaient tout autour. » (Gardien de la paix 3)

32L’agent d’entretien a lui aussi été témoin de ces comportements à plusieurs reprises :

« Ils peuvent voir, en regardant le marquage en haut, que cette installation est une toilette. Ils font donc leur truc contre le mur extérieur. Même quand je travaille. » (Agent d’entretien)

33Il y avait même des excréments autour des toilettes publiques. Les toilettes du Nouveau Marché aux Grains, au bord de la rue Dansaert, étaient dans ce cas. Lors des deux séances d’observation, elles se trouvaient dans un état de saleté à l’intérieur comme à l’extérieur (figure 6).

Figure 6. Photo d’excréments à côté des toilettes situées place du Nouveau Marché aux Grains

Figure 6. Photo d’excréments à côté des toilettes situées place du Nouveau Marché aux Grains

Photo prise le 28 janvier 2020 par L. Maes

34La pratique du tag est également récurrente sur les parois extérieures des toilettes publiques (figure 7). Ces exemples montrent que les nuisances ne se limitent pas à l’intérieur des toilettes, mais s’étendent à leurs alentours.

Figure 7. Un des nombreux exemples de toilettes publiques taguées à Bruxelles

Figure 7. Un des nombreux exemples de toilettes publiques taguées à Bruxelles

Photo prise le 28 janvier 2020 a parc de la Porte de Hal, par L. Maes

35Les exemples de nuisances qui précèdent ont souvent été évoqués dans le cadre des discussions relatives à la présence de certains groupes « indésirables » :

« Et là [rue du Vieux Marché aux Grains], souvent les toilettes sont squattées par euh, des toxicomanes, par des sans-abri et un peu de tout, quoi. Et c’est ça qui pose problème. Souvent les toilettes sont vraiment… Il y a des salissures là, donc à l’intérieur. » (Gardien de la paix 1)

« Et à l’intérieur, c’est tellement malpropre que personne n’ose y aller. Sauf si c’est une personne en errance, les personnes qui consomment de la drogue ou les dealers. » (Responsable des gardiens de la paix, à propos des toilettes situées place Anneessens)

« On l’a déjà vue [la toilette] dans des états… Ça [des excréments] se trouve par terre, c’est sur les murs. On y retrouve des préservatifs et voilà. Il y de la prostitution aussi qui se fait dedans. » (Gardien de la paix 2, à propos des toilettes situées chaussée d’Anvers)

« Si c’était éclairé, je pense que les mauvaises personnes resteraient à l’écart. On constate également que lorsqu’une rue n’est pas entretenue, elle attire encore plus de saletés. » (Commerçant 1, à propos des toilettes situées rue Dansaert)

4. Recherche de solutions à la problématique des nuisances (au risque de créer de nouveaux problèmes)

36Nos constatations concordent avec la documentation existante, puisqu’elles montrent que les toilettes publiques sont des éléments d’infrastructure essentiels à la mise en place d’espaces publics accueillants, accessibles et sains. Cependant, leur présence dans les espaces publics n’est pas sans poser des défis et des problèmes. Nous avons demandé à nos interlocuteurs ce qu’ils feraient pour y remédier et, parmi plusieurs idées, quatre pistes principales se sont dégagées de leurs réponses : suppression, contrôle d’accès, automatisation et surveillance.

4.1. Suppression

37L’une des réactions les plus simples face aux nuisances liées aux toilettes publiques est de les condamner. Ce type de suggestions se retrouve dans la documentation [Greed, 2009] et dans les constatations que nous avons faites à Bruxelles. En l’occurrence, la fermeture de toilettes en réponse à des nuisances a été mentionnée à plusieurs reprises :

L. Maes : « L’une de mes questions était de savoir si le bourgmestre est conscient des incivilités qui se produisent dans les toilettes. »
Responsable du service de prévention (à propos des toilettes situées place de la Bourse) : « Oui oui, bien sûr. Il est bien au courant. Et c’est pour ça qu’il a fait le choix d’ailleurs de retirer les toilettes en dur. »

38Il est rapide et peu coûteux de condamner des toilettes publiques. Toutefois, cette solution ne fait que détériorer la qualité des espaces publics pour les groupes les plus impactés. En outre, il existe des endroits à Bruxelles où, à l’heure actuelle, le nombre de toilettes est clairement insuffisant. Tel est le cas du parc Maximilien, qui est depuis longtemps un lieu de rassemblement pour les migrants récemment arrivés, et où il n’y a qu’une seule cabine de toilette publique gratuite, utilisée plusieurs fois par jour par un grand nombre de personnes :

« Tandis que les migrants ici, ils cherchent un lieu pour pouvoir se laver […]. Et comme vous donnez une toilette pour, on va dire quatre ou cinq cent personnes… La propreté, euh... Comment on va leur donner la propreté ? » (Gardien de la paix 2)

39Une autre personne a également signalé que cette unique cabine était insuffisante pour répondre aux besoins de centaines de personnes. En conséquence, elle est régulièrement hors service :

« Ces toilettes publiques ne sont pas censées recevoir autant de public. Donc c’est ça aussi qui fait que l’état est vraiment déplorable. » (Gardien de la paix 3)

40De toute évidence, une fermeture ne ferait qu’aggraver ces aspects. En outre, comme le soulignent Stanwell-Smith [2020] et Greed [2009], une réduction du nombre de toilettes publiques peut entraîner d’autres problèmes, tels que l’augmentation de la miction dans la rue. Enfin, la suppression de toilettes peut constituer une réponse inadéquate aux nuisances liées à la consommation de drogues, car elle ne fait que déplacer le problème :

« Je pense, si on les enlève [les toilettes]... vous allez déplacer un problème d’ici ailleurs. On va juste les repousser [les toxicomanes] et ils vont aller trouver un autre endroit. » (Agent d’entretien)

4.2. Contrôle d’accès

41Auparavant, Bruxelles disposait de toilettes publiques payantes, pour l’accès auxquelles il fallait s’acquitter de 20 centimes d’euro. Comme nous l’a indiqué une personne interrogée, « Au départ, il y a dix ans, l’intention était d’installer des toilettes payantes pour éviter le vandalisme » (responsable du service de propreté). Toutefois, il est rapidement apparu que cette mesure était insuffisante pour lutter contre les nuisances qu’elle visait, et qu’elle en créait même de nouvelles. Notre interlocuteur a apporté les précisions suivantes :

« Dans certains endroits, on a pu constater que les gens avaient trouvé une parade en plaçant une pierre entre le vantail et le montant de la porte. De cette manière, [les toilettes] étaient en quelque sorte librement accessibles... [Et puis] une bande de voleurs n’avait rien trouvé de mieux à faire que de forcer chaque semaine les portes de ces toilettes à pièces pour accéder à l’accepteur de pièces. » (Responsable du service de propreté)

42Après la suppression du dispositif à pièces en 2016, la fréquence de nettoyage est passée à deux fois par jour. Selon le même interlocuteur, la fréquence d’utilisation a doublé, ce qui nous conforte dans l’idée qu’il est nécessaire de mettre ces installations à disposition gratuitement.

43Il est inadéquat d’appréhender la gestion des toilettes publiques dans une logique commerciale. L’imposition de frais pourrait n’être que la première étape vers leur privatisation complète. Greed [2003a : 104] estime que « les toilettes publiques sont une cible facile pour les mesures d’économie et la privatisation, car leur mise à disposition n’est pas obligatoire et elles sont souvent considérées comme un gaspillage de ressources plutôt que comme un atout économique ». En conséquence, affirme Greed, leur nombre risque de diminuer et d’être concentré dans des zones qui peuvent garantir un rendement économique, et non dans des zones où les besoins sociaux sont importants. Même si la privatisation des toilettes est un phénomène amplement documenté, c’est apparemment l’inverse qui se produit à Bruxelles, où des toilettes publiques auparavant payantes ont été rendues gratuites. Pour l’instant, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une réponse particulière à une problématique ponctuelle, ou si elle s’inscrit dans le cadre d’une stratégie plus générale visant à rendre toutes les toilettes publiques gratuites aux points d’utilisation.

4.3. Automatisation

44L’automatisation a été évoquée à plusieurs reprises. Par exemple, pour remédier à la saleté constante des toilettes, de nombreuses personnes interrogées ont évoqué l’idée de toilettes automatisées dont le sol est systématiquement nettoyé après chaque passage :

« Après chaque utilisation de ces toilettes publiques, une brosse et un pulvérisateur sortent du local technique et nettoient en principe toute la surface, en emportant tous les déchets qui jonchent le sol. De fait, les déchets sont évacués. C’est une solution, cette technologie utilisée pour nettoyer le problème spécifique des papiers ou des saletés qui traînent par terre ». (Responsable du service de propreté)

45Cette solution présente toutefois l’inconvénient d’être coûteuse :

« Mais oui, je sais bien qu’un tel modèle est deux fois plus cher que n’importe quel autre type de toilettes publiques [rires]. Il s’agit donc toujours de faire la part des choses en fonction de ce qui est le plus intéressant, n’est-ce pas ? » (Responsable du service de propreté)

« Ça coûte très cher en eau, oui. » (Conseillère en matière de propreté publique)

46L’automatisation s’applique également au déverrouillage de la porte (ouverture automatique après une durée déterminée). Cela se fait déjà à Bruxelles. Toutefois, les personnes interrogées estiment que cette solution est limitée pour lutter contre les nuisances : « Oui, mais ils calent la porte, avec un morceau de bois ou n’importe. Ils calent la porte et ils vont rester autant de temps qu’ils veulent » (Gardien de la paix 1).

4.4. Surveillance

47Selon de nombreuses personnes interrogées, les usagers des toilettes publiques seraient potentiellement dissuadés de les utiliser de manière inappropriée si elles étaient davantage surveillées. Cet effet dissuasif pourrait être assuré par l’installation de caméras, l’amélioration de l’éclairage, la présence de préposés aux toilettes ou des changements dans la conception des toilettes. Au sujet de l’installation de caméras, un officier de police interrogé a indiqué ceci :

« Lorsque nous observons quelqu’un, nous savons si cette personne consomme des drogues et de quel type. Si l’on peut constater qu’untel fréquente régulièrement les lieux ou que ce genre d’individus y vient très souvent, nous pourrons alors effectuer une surveillance à l’aide d’une caméra extérieure et intervenir lorsque nous estimerons que ça suffit, nous devons attraper [cet individu] parce que, euh, il est assurément sous l’emprise de la drogue. Mais à part ça... À l’intérieur, il n’y a guère de possibilité [d’installer une caméra], non ? » (Premier inspecteur principal de police)

48Comme le reconnaît lui-même cet inspecteur de police, cette solution a ses limites. Pour des raisons évidentes, les caméras ne filmeraient pas l’intérieur des toilettes, où se produisent la plupart des nuisances.

49Selon plusieurs de nos interlocuteurs, un éclairage plus important à proximité des toilettes permettrait une meilleure visibilité. L’éclairage des installations les rendrait moins propices à certaines pratiques indésirables, telles que la consommation de drogues. Comme l’a indiqué une personne interrogée : « Je pense qu’il faut déjà des toilettes plus éclairées. Je sais que la lumière peut un peu jouer, aux alentours et sûrement à l’intérieur » (conseillère en matière de propreté publique). Cette solution présente les mêmes inconvénients que la précédente, à savoir les coûts économiques et environnementaux y afférents.

50Par ailleurs, les personnes interrogées ont mis en avant les avantages de l’affectation de préposés aux toilettes à titre permanent, communément désignés à Bruxelles par l’expression « madame pipi » :

« Moi je pense [qu’il faut] des toilettes publiques bien gérées avec quelqu’un qui va assurer les entrées, les sorties, nettoyer après chaque passage. Qu’il y ait systématiquement un contrôle social lié à la propreté du lieu, mais pas que ça, finalement. Ça empêche alors tout le monde de s’en servir pour sa propre utilisation […]. Je pense qu’il peut tout à fait ne pas y avoir de nuisances ou pas de désavantages, ou en tout cas pas d’utilisations alternatives. » (Responsable du service de prévention)

51Outre le coût élevé de la présence d’un préposé pour chaque sanitaire public, la question se pose également de savoir si ces sanitaires doivent rester ouverts la nuit :

« Mais évidemment, tout cela a un coût si l’on veut placer quelqu’un à ce poste. Et on peut difficilement garantir l’ouverture des toilettes 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, n’est-ce pas ? » (Responsable du service de propreté)

52Selon un homme interrogé qui travaillait à proximité de la gare de Bruxelles-Nord, la présence de préposés aux toilettes n’est pas une solution gérable, compte tenu du nombre élevé d’usagers. Il a également mis en doute la sécurité des préposés (dont la plupart, selon lui, sont des femmes d’un certain âge) : « Mais est-ce que ça va aider avec le nombre de personnes qui est là ? Est-ce qu’elle, même psychologiquement ou mentalement, va supporter ce nombre, ce flux des personnes ? » (Gardien de la paix 2).

53Certaines personnes interrogées ont évoqué des toilettes publiques « anti-criminalité » équipées de grilles ajourées. Cette conception offre juste assez d’intimité aux usagers à l’intérieur, tout en augmentant la visibilité depuis l’extérieur. Elle pourrait décourager les personnes qui se rencontrent dans les toilettes pour se livrer à des activités indésirables, telles que le trafic et la consommation de drogues. Voici un témoignage en ce sens :

« Parce que bon, dans les toilettes, vous avez quatre ou cinq personnes qui vont là-dedans. Tandis que, quand il y a un truc comme ça, on sait voir qui est là-dedans. On voit les chaussures, ou que c’est une [seule] personne ou quoi. Et c’est dissuasif. » (Gardien de la paix 1)

54Selon une autre personne interrogée, ce type de toilettes ne résoudrait pas le problème de la toxicomanie :

« Je ne sais pas si cela va effrayer un drogué qui a vraiment besoin de sa dose. Car oui, ils se faufilent parfois à plusieurs, mais ils le font aussi tout seuls. Alors... Difficile, hein ? » (Inspectrice principale de police)

55Quelqu’un d’autre encore a préconisé de concevoir des aménagements moins propices à la consommation de drogues :

« En fait, ça met mal à l’aise, tout ce qui est toxicomanie. Euh, il faut trouver une solution pour que [les toxicomanes] soient mal à l’aise, qu’ils ne restent pas longtemps. » (Gardien de la paix 3)

56L’installation de lampes fluorescentes bleues dans les cabines de toilettes [Greed, 2009] est peut-être la solution à laquelle cet interlocuteur fait allusion. Mais si ce type de lumière empêche les personnes consommatrices de localiser facilement leurs veines, il peut également s’avérer très gênant pour certaines catégories de personnes (par exemple, les personnes aveugles, les malvoyants ou les autistes). En outre, face à ce cas de figure, les personnes qui s’injectent des drogues peuvent faire preuve de créativité, par exemple en surlignant leurs veines à l’aide de marqueurs fluorés [Greed, 2003b].

57À la place d’une conception inhospitalière des lieux, certaines personnes interrogées ont pensé à des aménagements partant du principe que la consommation de drogues est, dans une large mesure, inévitable dans les toilettes publiques, comme dans n’importe quel espace public. Afin de résoudre le problème des seringues usagées qui traînent çà et là, par exemple, une solution proposée serait de mettre en place des conteneurs pour leur élimination en toute sécurité : « Je pense que dans le futur ils feront ça. Ils ont commencé déjà à mettre des poubelles pour les cigarettes » (Gardien de la paix 1). La mise au rebut des seringues dans des conteneurs appropriés réduirait les risques de contact avec une aiguille usagée. Cette mesure aurait un effet bénéfique sur le plan de la santé publique et permettrait de rendre l’environnement de travail plus sûr pour les agents d’entretien des toilettes et autres travailleurs communaux.

Conclusions

58En accord avec une grande partie de la documentation existante, notre étude montre que la mise à disposition de toilettes publiques accessibles et gratuites profite à de nombreuses catégories de personnes, notamment les femmes, les personnes âgées, les personnes souffrant d’un problème de santé, les sans-abri et les migrants, qui sont autant d’exemples évidents. En outre, nous avons constaté que les personnes sans domicile utilisent souvent les toilettes à d’autres fins que la seule satisfaction de leurs besoins physiologiques, par exemple pour s’abriter des intempéries, pour consommer de la drogue ou même pour y dormir.

59Actuellement, dans le centre de Bruxelles, le nombre de toilettes publiques est limité et elles ne sont pas toujours accessibles. Dans bien des cas, cela tient aux différentes formes de nuisances qu’elles peuvent occasionner. D’une part, les toilettes sont perpétuellement sales et, d’autre part, la présence de certaines catégories de personnes peut également être problématique, ou du moins bien souvent perçue comme telle. De plus, ces désagréments ne se limitent pas à l’intérieur des cabines, mais s’étendent à leurs abords. Ainsi, le défi que les décideurs politiques doivent relever consiste à mettre à disposition davantage de toilettes, sans que cela ne s’accompagne des inévitables nuisances qui y sont liées.

60Les personnes interrogées ont proposé plusieurs solutions toutes faites pour y remédier, selon les cas. Pour la plupart, il s’agit d’idées de suppression, de contrôle d’accès, d’automatisation et de surveillance. Ces mesures peuvent toutefois avoir des effets limités, car les problèmes qu’elles visent à résoudre sont liés à des phénomènes structurels tels que le sans-abrisme et la consommation de drogues dans les espaces publics. En conséquence, même si ces solutions sont opportunes, il convient de les considérer avec circonspection : nombre d’entre elles peuvent engendrer plus de problèmes qu’elles ne sont censées en résoudre.

61Deux idées se dégagent clairement de notre réflexion. Tout d’abord, la mise à disposition et l’entretien des toilettes publiques constituent une problématique complexe, à l’image de la complexité des espaces publics. En d’autres termes, toilettes publiques et nuisances vont presque inévitablement de pair, et il est impossible de régler ce problème uniquement au moyen de solutions rapides. Ensuite, si l’on souhaite que les espaces publics bruxellois soient accueillants, accessibles et ouverts à la diversité, il conviendrait d’œuvrer plus avant à la mise en place d’un plus grand nombre de toilettes publiques gratuites et bien entretenues.

Haut de page

Bibliographie

ANTHONY, K. H. et DUFRESNE, M., 2007. Potty Parity in Perspective: Gender and Family Issues in Planning and Designing Public Restrooms. In : Journal of Planning Literature. Vol. 21, nº 3, pp. 267-294.

BARCAN, R., 2010. Dirty Spaces: Separation, Concealment, and Shame in the Public Toilet. In : MOLOTCH, H. et NOREN, L. (dir.). Toilet: Public Restrooms and the Politics of Sharing. New York : NYU Press. Pp. 25-42.

BELL, D. et BINNIE, J., 2004. Authenticating Queer Space: Citizenship, Urbanism and Governance. In : Urban Studies. Vol. 41, nº 9, pp. 1807-1820.

BLUMENTHAL, D., 2014. Little Vast Rooms of Undoing: Exploring Identity and Embodiment Through Public Toilet Spaces. Londres : Rowman & Littlefield International.

BROWNE, K., 2004. Genderism and the Bathroom Problem: (re) materialising Sexed Sites, (re)creating Sexed Bodies. In : Gender, Place & Culture. Vol. 11, nº 3, pp. 331–346.

CANHAM, R., 2014. Talking Toilets: Assessing the accessibility of public toilet provision in Ottawa, Ontario. Rapport pour la campagne GottaGo! Disponible à l’adresse : https://gottagocampaign.files.wordpress.com/2014/04/talking-toilets-gottago-report.pdf.

CORDOVA QUERO, H. et WATERS, J., 2006. Public Thea/ologies from the Inner Sanctum: A Queer Look at Public Restroom Graffiti. Réunion annuelle de l’American Academy of Religion, 2006. Washington, D.C.

DOUGLAS, M., 2002. Purity and Danger: An Analysis of Concepts of Pollution and Taboo. Londres : Routledge.

GERSHENSON, O. et PENNER, B. (dir.), 2009. Ladies and Gents: Public Toilets and Gender. Philadelphie : Temple University Press.

GREEC, C.H., 2010. Creating a Nonsexist Restroom. In : MOLOTCH, H. et NOREN, L. (dir.). Toilet: Public Restrooms and the Politics of Sharing. New York : NYU Press. Pp. 117-141.

GREED, C. H., 2009. The Role of the Public Toilet in Civic Life. In : GERSHENSON, O. et PENNER, B. (dir.). Ladies and Gents: Public Toilets and Gender. Philadelphie : Temple University Press. Pp. 35-47.

GREED, C. H., 2006. The role of the public toilet: pathogen transmitter or health facilitator? In : Building Services Engineering Research & Technology. Vol. 27, nº 2, pp. 127-139.

GREED, C. H., 2003a. Public Toilets in the 24-Hour City. In : World Toilet Conference. Taipei. Pp. 99-119.

GREED, C. H., 2003b. Inclusive Urban Design: Public Toilets. Londres : Routledge.

GREED, C. H., 1996. Planning for women and other disenabled groups, with reference to the provision of public toilets in Britain. In : Environment and Planning A: Economy and Space. Vol. 28, nº 3, pp. 573-588.

EDWARDS, J. et MCKIE, L., 1996. Women’s Public Toilets: A Serious Issue for the Body Politic. In : The European Journal of Women’s Studies. Vol. 3, nº 3, pp. 215-230.

HANSON, J., BICHARD, J. et GREED, C. H., 2007. The Accessible Toilet Resource. Londres : University College London.

HENSHAW, V., 2013. Urban Smellscapes: Understanding and Designing City Smell Environments. New York : Routledge.

KINGSTON, S. et THOMAS, T., 2014. Public Sex. In : ATKINSON, R. (dir.). Shades of Deviance: A Primer on Crime, Deviance and Social Harm. Londres : Routledge. Pp. 45-48.

KIRA, A., 1974[1966]. The Bathroom. New York : The Viking Press.

ROYAL SOCIETY FOR PUBLIC HEALTH (RSP), 2019. Taking the P***: The Decline of the Great British Public Toilet. Londres : Royal Society for Public Health. Disponible à l’adresse : http://www.rsph.org.uk/uploads/assets/uploaded/e6cda5d7-bc38-4479-9a517703c22b1316.pdf

STANWELL-SMITH, R., 2010. Public toilets down the drain? Why privies are a public health concern. In : Public Health. Vol. 124, nº 11., pp. 613-616.

VALENTINE, V., 2016. Non-Binary People’s Experiences in the U.K. Edimbourg : Scottish Trans Alliance. Disponible à l’adresse : www.scottishtrans.org/wp-content/uploads/2016/11/Non-binary-report.pdf.

WRIGHT, L., 1967. Clean and decent: The fascinating history of the bathroom and the water closet and of sundry habits, fashions and accessories of the toilet principally in Great Britain, France, and America. Toronto : University of Toronto Press.

Haut de page

Notes

1 https://www.infirmiersderue.be/sites/default/files/uploads/Documents/Outils/Plan_IDR_fontaine2121_B2_web.pdf

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte des toilettes publiques visées par l’étude
Crédits Cartographie réalisée par L. Melgaço
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre Figure 2. Brosse à dents trouvée dans le lavabo des toilettes place du Nouveau Marché aux Grains
Crédits Photo prise le 17 février 2020 par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 3. La cuvette est obstruée. Des bouteilles en plastique, du papier hygiénique, des mégots de cigarettes, du papier d’aluminium et une serviette hygiénique jonchent le sol.
Crédits Photo prise le 2 février 2020 quai à la Houille, par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Figure 4. Plusieurs morceaux d’aluminium brûlés se trouvent sur le sol des toilettes, ce qui indique une consommation de drogues (crack, méthamphétamine ou héroïne)
Crédits Photo prise le 28 janvier 2020 place du Nouveau Marché aux Grains, par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 5. Seringues usagées trouvées dans la poubelle des toilettes publiques de la place Anneessens
Crédits Photo prise le 17 février 2020 par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Figure 6. Photo d’excréments à côté des toilettes situées place du Nouveau Marché aux Grains
Crédits Photo prise le 28 janvier 2020 par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 7. Un des nombreux exemples de toilettes publiques taguées à Bruxelles
Crédits Photo prise le 28 janvier 2020 a parc de la Porte de Hal, par L. Maes
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7154/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lien Maes et Lucas Melgaço, « Les toilettes publiques dans les espaces publics bruxellois : nécessité ou nuisance ? »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 186, mis en ligne le 26 novembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/brussels/7154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.7154

Haut de page

Auteurs

Lien Maes

Lien Maes a fait des études pour devenir animatrice socioculturelle et criminologue. Son mémoire intitulé Necessities, incivilities and remedies in public spaces: A study of public toilet facilities in Brussels lui a valu de remporter le prix N-Brussel dans le cadre des Thesis Awards en 2021. Elle travaille actuellement comme référente sociétale au sein de la cellule Prevention & Social Cohesion de la STIB-MIVB.


lien.maes[at]mivb.brussels

Lucas Melgaço

Lucas Melgaço est professeur associé au département de criminologie de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Il est le coordinateur du projet Gatherings mené dans le cadre du programme Horizon Europe et portant sur normes communes pour la sécurité, le respect de la vie privée et le coût de la surveillance des rassemblements publics. Sur le plan scientifique, il s’intéresse principalement à la criminologie urbaine, aux surveillance studies, aux technologies policières, aux espaces publics et au maintien de l’ordre public. Il est l’auteur de Melgaço, L., 2020. ‘Porn’ graffiti in public space: Between moralization and agonism. In : Tijdschrift over Cultuur & Criminaliteit. Vol. 10, nº 1, pp. 71-83.
lucas.melgaco[at]vub.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search