Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2024Des façades neuves aux formes anc...

2024
188

Des façades neuves aux formes anciennes : Bruxelles et le plan urbanistique « Îlot Sacré » de 1960

Nieuwe voorgevels met vormen uit vervlogen tijden: Brussel en het stedenbouwkundig “Îlot Sacré”-plan uit 1960
New facades in the old style: Brussels and the “Îlot Sacré” urban plan of 1960
Dominik Scholz
Traduction(s) :
Nieuwe voorgevels met vormen uit vervlogen tijden: Brussel en het stedenbouwkundig “Îlot Sacré”-plan uit 1960 [nl]
New facades in the old style: Brussels and the “Îlot Sacré” urban plan of 1960 [en]

Résumés

Sur décision du conseil communal, la Ville de Bruxelles retrouva un aspect résolument historique à partir de 1960. De nombreux immeubles privés situés dans le centre historique se parèrent de façades en style ancien. Cette époque, connue comme destructrice envers la vieille ville, a paradoxalement mené à un renforcement de son caractère historique — un phénomène peu connu jusqu’ici. S’agit-il de l’expression particulièrement précoce d’une critique du progrès qui se manifestera ailleurs en Europe à partir des années 1970 ? Le présent article jette un nouveau regard sur l’urbanisme bruxellois. En analysant les acteurs et les discours, il s’interroge sur les raisons qui ont mené à la construction d’un nouveau centre-ville historique dans les années 1950 à 1970. L’article montre que ces raisons résident non pas dans le patriotisme local des mandataires communaux, mais dans une synergie complexe entre la politique urbanistique officielle, les protestations de la société civile et le désir d’épanouissement au niveau socio-économique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Toute reproduction, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans le consentement des propriétaires de l’œuvre et des Archives de La Ville de Bruxelles, est illicite.

Notes de l’auteur

Cet article est tiré d’une thèse de doctorat que l’auteur a soutenue à la Freie Universität de Berlin en 2017. La recherche et la publication sous forme d’un livre en 2019 ont été financées par la Fondation Gerda Henkel (Düsseldorf).

Texte intégral

  • 1 Plan d’aménagement de l’Ilot constitué par la Grand’Place et ses environs. Nomenclature des rues et (...)

1La Grand-Place est une merveille architecturale et une vitrine pour la Ville de Bruxelles. Le contraste est frappant avec les rues avoisinantes. La qualité architecturale y est moins somptueuse et les bâtiments qui s’y trouvent sont souvent dans un bien mauvais état : rez-de-chaussée abandonnés, façades vétustes, immeubles entiers inhabités et profusion de magasins de souvenirs pour touristes. Le développement socio-économique et urbanistique de cette zone fut profondément marqué par une réglementation urbanistique singulière, mais peu connue. Il s’agit du « plan d’aménagement particulier pour l’îlot constitué par la Grand’Place et ses environs » de 1960. Ce plan communal, appelé parfois « plan Îlot Sacré », fut élaboré par le service d’architecture de la Ville de Bruxelles, voté à l’unanimité par le conseil communal le 21 mars 1960 et officialisé par arrêté royal le 24 août 19601. Dès lors, et jusqu’à son abrogation en 1995, il réglait l’aspect des façades pour une large zone autour de la Grand-Place englobant pas moins de 691 immeubles. En effet, ce plan urbanistique avait pour objectif « de conserver ou de restituer aux voies publiques comprises dans ce périmètre leur caractère ancien et folklorique ». Pour les immeubles concernés, il s’appliquait à toutes les parties visibles, principalement les façades, et non pas aux parties invisibles (intérieur, cours, façades arrière) ni aux affectations, qu’il s’agisse d’habitation, de commerce ou de restauration. Pas moins de 46 % des façades reprises dans cette zone étaient « à conserver et à maintenir », et 28 % d’entre elles devaient, quant à elles, « être édifiées dans les styles des XVIIe et XVIIIe siècles […], quel que soit leur état actuel ». Ces styles reposaient sur l’utilisation de briques et d’enduits au mortier de chaux à peindre. Étant donné qu’une grande partie de ces façades étaient, en 1960, couvertes d’enduit blanc [Eloy, 1985], le remplacement de cet enduit par des briques visibles et la construction de pignons richement décorés amenèrent un changement profond, donnant à cette partie de la ville un aspect plus ancien. Bon nombre de façades en briques et de pignons à gradins ou à volutes qu’on retrouve dans les rues autour de la Grand-Place, datent d’après 1960 (figure 1).

Figure 1. Exemple d’une des nouvelles façades construites

Figure 1. Exemple d’une des nouvelles façades construites

Elle est située dans la petite rue des Bouchers 21. Situation vers 1955 à gauche et, à droite, le projet dessiné et approuvé en 1957 par Jean Rombaux, architecte communal, avec la façade telle qu’elle a été construite.

Archives de la Ville de Bruxelles, Travaux Publics, 77665.

2Conformément aux convictions urbanistiques de l’époque, le plan Îlot Sacré de 1960 se limitait à une planification passive. Il ne touchait pas à la propriété des immeubles et il n’imposait pas de travaux. Au contraire, il n’entrait en vigueur qu’au moment où les propriétaires voulaient modifier leurs bâtiments de leur propre initiative. Par conséquent, dès qu’une demande de permis d’urbanisme était introduite, ne serait-ce que pour remplacer des châssis ou pour solidifier un pignon, les propriétaires concerné·e·s étaient contraint·e·s de refaire l’ensemble à l’ancienne, ce qui pouvait nécessiter au préalable une démolition complète de la façade. Au lieu de préserver physiquement ce qui existait, le plan imposa la construction de nouvelles façades dans des formes anciennes évoquant un passé glorieux. Rompant avec l’approche urbanistique plutôt laxiste qui avait été en vigueur dans la Belgique de l’après-guerre, le plan Îlot Sacré donna ainsi une allure plus ancienne à la physionomie d’une large partie du cœur historique bruxellois.

3L’existence méconnue de ce plan urbanistique pour les environs de la Grand-Place pose question du fait de la sévérité de son contenu et de sa temporalité atypique. Le discours académique décrit les années 1950 et 1960 comme une période qui était tout sauf respectueuse envers le tissu urbain existant et l’aspect historique des centres-villes, y inclus et surtout à Bruxelles [Van Loo, 2003 : 79-82]. La bruxellisation aurait défiguré le tissu urbain d’une manière anarchique par la construction d’autoroutes et de tours modernistes, mais ce discours passe sous silence la construction systématique de façades à l’ancienne dans le centre de Bruxelles (figure 2).

Figure 2. Rue de la Violette 24

Figure 2. Rue de la Violette 24

Un autre exemple d’une construction de nouvelles façades. À gauche la situation existante en 1956 ; à droite le projet dessiné en 1958 par les architectes Henry et Jean-Marie Gilson, qui a été construit juste après.

Archives de la Ville de Bruxelles, Travaux Publics, 77792.

4Dans une perspective plus large, les années 1950 et surtout 1960 furent fortement marquées dans le monde occidental par l’idée du progrès au niveau économique, technique et sociétal. Les urbanistes modernistes voulaient utiliser les connaissances et méthodes nouvelles pour profondément améliorer les villes existantes qu’ils·elles jugeaient insuffisamment adaptées. Par conséquent, ces urbanistes recommandaient dans la plupart des cas de démolir les anciens quartiers résidentiels, jugés vétustes et malsains pour la population, et de ne préserver que quelques bâtiments emblématiques. Un exemple fameux de cette nouvelle approche est le Brésil qui se dota d’une nouvelle capitale en 1960, Brasília. Alors que la capitale de la Belgique faisait référence à son passé glorieux par la construction de façades à l’ancienne prescrites par le plan Îlot Sacré, le Brésil célébrait la rupture radicale avec le passé en inaugurant sa nouvelle capitale, rigoureusement moderniste, au milieu de la forêt. La majorité des urbanistes occidentaux était d’avis que c’était la fonction d’un bâtiment qui devrait désormais prévaloir et que sa forme devrait s’y adapter. C’était la victoire de la raison sur l’émotion. Le plan Îlot Sacré à Bruxelles, au contraire, ne réglementait que la forme et pas du tout la fonction.

  • 2 Avant la présente étude, Claudine Houbart a partiellement évoqué le sujet, tout en focalisant son a (...)

5Quelles raisons motivaient les autorités communales à dresser un plan tellement atypique ? Quels étaient les acteurs impliqués et sur quels arguments se basaient-ils pour mettre en œuvre ce qu’on pourrait appeler une « historisation visuelle » du cœur de Bruxelles ? Sur la base de sources et d’archives étudiées pour la première fois2, cet article vise à expliquer l’adoption du plan Îlot Sacré par la synergie complexe entre la politique communale officielle, la transformation socio-économique générale et la mobilisation performante de groupes de protestation.

1. Une administration communale bruxelloise favorable de longue date aux styles traditionnels

6Le destin des centres-villes européens lors de l’industrialisation avait été intensivement étudié par l’ancien bourgmestre bruxellois Charles Buls à la fin du 19e siècle. Opposé à l’architecture monumentale favorisée par Léopold II, Buls était l’un des rares théoriciens en Europe à poser sur les centres urbains anciens un regard bienveillant. Selon lui, il s’agissait non pas de s’en débarrasser, mais bien de les soigner en tant que pôles d’identification et de les intégrer selon un aménagement du territoire harmonieux. En parallèle à cette réflexion se développa le besoin de se distinguer des styles français très populaires, jugés uniformes et cosmopolites. Dans la Belgique du 19e siècle avec sa forte tradition libérale, la construction d’immeubles dans un mélange éclectique d’éléments de type Renaissance et Baroque offrait aux propriétaires d’immeubles la possibilité de se distinguer et aux autorités publiques de mettre en avant le passé glorieux de la nation, dans un contexte de concurrence politique avec le voisin français. Le style utilisé, souvent appelé « néo-Renaissance flamande » ou encore « styles des XVIIe et XVIIIe siècles », au pluriel, jouait le rôle fédérateur d’un style national belge. L’idée de construire dans ces formes était fort répandue même au début du 20e siècle, comme en témoignent le réaménagement du centre-ville de Gand pour l’Expo 1913 et surtout la reconstruction de centres-villes démolis lors de la Première Guerre mondiale, comme à Ypres. Pour aider à dépasser le deuil national, de nombreux collèges échevinaux décidèrent de donner un aspect encore plus ancien à leurs villes afin d’évoquer un passé national glorieux. À la suite des énormes destructions de guerre dans le pays, la Commission Royale des Monuments et des Sites (CMRS) était, elle aussi, favorable à la construction de façades dans de telles formes [Scholz, 2019 : 45-46].

7À la Ville de Bruxelles, c’est surtout le Comité d’Études du Vieux Bruxelles (CEVB), fondé en 1903, qui influença les autorités communales en la matière. Ce comité, qui était présidé par le bourgmestre, acquit sa notoriété pour avoir inventorié de nombreux immeubles avant qu’ils ne soient démolis pour les travaux de la Jonction ferroviaire reliant les gares du Nord et du Midi [Meyfroots, 2001]. Il est peu connu en revanche pour sa réflexion prospective sur l’intégration respectueuse du cœur historique bruxellois dans les projets urbanistiques. Or, entre 1912 et 1938, le CEVB développa quatre propositions de plus en plus détaillées pour créer des zones historiques dans le centre de Bruxelles [Scholz, 2019 : 63-67]. L’auteur de deux de ces propositions était l’architecte communal François Malfait, qui prit la relève de Buls au CEVB à la mort de ce dernier en 1917. En accord avec la politique urbanistique belge de l’époque, mais à la différence de Buls, Malfait était ouvert à l’idée de construire des façades dans le style néo-Renaissance flamande.

8Comparée à d’autres villes belges, la Ville de Bruxelles resta très longtemps attachée à ce style. L’un des responsables de cet engouement persistant était Jean Rombaux, un collaborateur proche de Malfait au service communal d’architecture. Durant les 14 ans que dura leur collaboration à partir de 1928, Rombaux adopta les idées de Malfait en la matière et les amena à un niveau encore plus poussé. En effet, Rombaux n’accordait de la valeur qu’aux formes traditionnelles, rêvant de remettre des bâtiments dans leur état original, sans que celui-ci soit forcément connu ou documenté. Il envisageait une ville composée de façades en briques et plaidait pour enlever « l’odieux enduit » dont la plupart des façades étaient couvertes [Rombaux, 1956 : 72-79 ; Rombaux, 1960a]. Notons alors que dans les années 1950, durant la période de bruxellisation débutante, la tradition de construire de nouvelles façades néo-Renaissance flamande était donc encore bien présente au sein de l’administration communale.

9Au niveau politique, la situation était toute autre. À l’étroit dans le territoire exigu et densément bâti que formait la Ville de Bruxelles, le collège échevinal (libéraux et chrétiens-démocrates) ne se souciait guère des façades anciennes et craignait surtout que le dynamisme économique se déplace vers les autres communes de l’agglomération, où les terrains à bâtir étaient facilement disponibles. Par conséquent, les demandes d’investisseurs pour remplacer des immeubles existants par des tours, hôtels et sièges d’entreprise étaient souvent reçues favorablement. L’optimisme général et la croyance au progrès rendaient plus facile la décision de démolir des immeubles anciens. Les autorités communales et nationales convergeaient dans l’intention de moderniser la capitale pour augmenter sa monumentalité, pour réanimer des quartiers anciens et rendre la ville plus attractive au niveau commercial [Leloutre et Pelgrims, 2017].

2. La protestation efficace organisée par la Ligue Esthétique Belge et Défense de Bruxelles

  • 3 Archives de la Ville de Bruxelles (AVB), Bibliothèque, Bilan des activités de la Ligue « Défense de (...)

10Il serait faux de croire qu’aucune critique envers cet urbanisme destructif n’ait été formulée dans les années 1950. En effet, des voix se levèrent déjà à cette époque-là. Pensons à cet appel qui connut un vif succès, adressé en 1952 par un journaliste à l’élite du pays, qui leur enjoignait de ne pas céder le destin urbanistique de la Belgique aux élu·e·s politiques [Dupierreux, 1952]. Cet appel amena des architectes et des urbanistes, mais aussi des représentant·e·s du tourisme et des directeurs de musées, à fonder un groupe de protestation intitulé « Défense de Bruxelles » en 1953. Ils·elles se fixèrent comme objectif une « harmonieuse modernisation de la capitale dans le respect de ses beautés et de son passé »3. Un compromis raisonnable entre les deux courants leur paraissait nécessaire : « Notre principe est de ne pas opposer l’un à l’autre le passé et l’avenir de Bruxelles […], mais de concilier dans une saine compréhension du présent, deux points de vue qui ne semblaient divergents que parce qu’ils n’avaient point été suffisamment confrontés » [Van Damme, 1955].

  • 4 Extraits d’un mémorandum de monsieur Grosjean à des personnalités parlementaires sur la nécessité d (...)

11Alors que le groupe Défense de Bruxelles a été partiellement étudié [Deligne et Billen, 2009], un deuxième groupe de protestation est resté en dehors du focus de la recherche académique jusqu’ici : la Ligue Esthétique Belge, créée par le propriétaire des Galeries Royales Saint-Hubert, Pierre Grosjean, en 1953 également. Grosjean craignait une perte de revenus pour son bien immobilier, mais était aussi, et surtout, profondément convaincu de devoir lutter contre « le vandalisme » et « la dégradation esthétique de la Belgique » tout entière4. La beauté était pour lui un critère objectif et seuls les bâtiments érigés en style ancien méritaient d’exister. Ayant comme ambition de sauvegarder l’image idéalisée d’une Belgique en transition profonde, Grosjean arrivait à attirer un large public plutôt conservateur. Initialement proche du Parti social-chrétien (PSC), la Ligue Esthétique Belge comptait déjà 1 000 membres associés une année après sa constitution, dont des comtes, barons, ministres et des acteurs économiques comme la Société Générale de Belgique et l’Union Minière du Haut-Katanga. Les spécialistes en architecture ou en urbanisme n’étaient eux que peu représenté·e·s. Grosjean entretenait un lobbying efficace avec ces personnalités et institutions. De plus, il citait régulièrement les noms et titres illustres des membres qu’il représentait afin d’être entendu. Malgré une organisation décentralisée en comités provinciaux, le travail de la Ligue reposait en fait surtout sur l’implication du président fondateur lui-même [Scholz, 2019 : 87-95].

  • 5 Allocution à l’I.N.R. du 26 janvier 1954 [par Pierre Grosjean], in : AVB, Archives de la Ligue Esth (...)

12Nonobstant leurs spécificités marquées, les deux associations convergeaient autour du rôle positif à attribuer au tissu urbain du cœur historique dans la politique urbanistique ; toutes les deux critiquaient également le laxisme et la nonchalance qu’elles reprochaient aux membres du collège échevinal bruxellois. Elles lançaient des pétitions et confrontaient les élu·e·s par des lettres directes, ce qui leur valait un écho médiatique énorme au milieu des années 1950. Pierre Grosjean, le président de la Ligue Esthétique Belge, maîtrisait sa « surveillance des autorités » avec un professionnalisme marqué. Il leur reprochait une « inefficacité et […] une incohérence incroyables » [Ligue Esthétique Belge, 1953 : 13]. Après une présentation du manifeste de la Ligue au Palais des Beaux-Arts en décembre 1953, Grosjean s’adressa au grand public via la radio : « S’indigner ne suffit plus. Protester ne vaut guère mieux. Il faut s’opposer et il faut lutter »5.

13Depuis 1953, le collège échevinal de Bruxelles se voyait donc confronté à de lourdes critiques sur l’absence d’une politique cohérente et respectueuse en matière d’urbanisme. De plus, la Ligue Esthétique Belge avait réussi à convaincre un puissant conseiller communal, Raymond Scheyven, de se faire membre. C’est l’interpellation au conseil communal faite par Scheyven, le trésorier national du PSC, le 22 mars 1954, qui finit par déclencher un changement profond. Il exigeait du collège de mener une politique urbanistique globale et d’y inclure la Ligue Esthétique Belge et Défense de Bruxelles [Au Conseil communal de Bruxelles, 1954]. À la suite de la critique acerbe formulée par Scheyven, Pierre Merten (PSC), l’échevin des Travaux publics, se vit contraint d’agir. Il prépara une réponse détaillée pour la séance du 14 juin 1954. Ce jour-là, il ouvrit un nouveau chapitre dans la politique urbanistique de la Ville. En réaction immédiate à la pression médiatique mise par la Ligue Esthétique Belge et Défense de Bruxelles, Merten annonçait vouloir désormais traiter le tissu urbain avec respect et regarder la vieille ville comme un élément positif à intégrer dans la politique urbanistique [Bulletin communal de la ville de Bruxelles, 1954 : I, 762-787]. Cette déclaration fondamentale ne resta pas lettre morte. Une première conséquence directe consista à accorder un budget financier pour la construction de façades d’immeubles privés dans le style néo-Renaissance flamande. À partir de 1954, les propriétaires de ces immeubles pouvaient systématiquement demander une aide financière communale à hauteur de 25 % des coûts des travaux s’ils·elles modifiaient leurs façades dans un tel style. Le budget communal mis à disposition à cette fin allait augmenter graduellement chaque année. Une deuxième conséquence fut la création d’une commission communale d’Urbanisme, à laquelle étaient invitées la Ligue Esthétique Belge et Défense de Bruxelles. Tout projet de plan urbanistique devait désormais être discuté dans cette commission, ce qui octroyait une influence politique directe à ces deux groupes de protestation.

3. La réinvention des îlots sacrés

14La nouvelle manière d’envisager le Vieux Bruxelles par le collège échevinal bruxellois franchit une étape supplémentaire en 1956, à l’occasion d’un changement de personnel. Le bourgmestre libéral Van De Meulebroeck désirant se retirer, c’est Lucien Cooremans, membre du même parti et habitant près de la Grand-Place, qui reprit l’écharpe maïorale. Cooremans profita de son discours inaugural au conseil communal le 27 février 1956 pour annoncer l’étape suivante : la mise en place de tout un programme urbanistique visant à créer des zones historiques dans le centre historique. Selon lui, la modernisation de Bruxelles « ne [pouvait] pas se faire au détriment des témoignages vénérables du passé : il [fallait] déterminer des “îlots sacrés” où le visage ancien des demeures et des sites [devait] rester intact » [Scholz, 2019 : 101-104]. Tout comme l’échevin des Travaux publics, Merten, allait le répéter par la suite, Cooremans précisa la fonction de compensation pour la démolition d’autres quartiers que devaient jouer les « îlots sacrés ». En contrepartie de leur mise en place, les terrains du centre historique ne tombant pas sous cette formule devaient eux rester libres de toute contrainte urbanistique afin de permettre une transformation profonde du tissu urbain.

15C’est le bourgmestre Cooremans lui-même qui forgea l’expression « îlots sacrés », un terme qui s’établit par la suite [Scholz, 2019 : 103-104]. Le concept quant à lui était antérieur : Cooremans chargeait l’architecte communal Jean Rombaux de la concrétisation de ce programme urbanistique, qui s’appuyait sur le travail réalisé pendant les premières décennies du 20e siècle par le Comité d’Études du Vieux Bruxelles (CEVB) et par son ancien supérieur François Malfait. Ce comité, même si peu actif, existait encore dans les années 1950. Rombaux se basa sur le travail de documentation du CEVB et sur les 1 500 photos prises à l’époque lorsqu’il dressa la liste de toutes les façades concernées par les démolitions associées à la Jonction Nord-Midi. De plus, Rombaux définit le territoire du premier îlot sacré, celui situé autour de la Grand-Place, peu ou prou selon le tracé délimité par Malfait en 1918. Le programme des îlots sacrés représentait donc une suite directe des plans élaborés plus de 30 ans auparavant. Rombaux reprit aussi l’idée d’aller plus loin que la zone de la Grand-Place en définissant comme zones historiques plusieurs autres ensembles situés dans le centre historique. Tout comme le CEVB à l’époque, Rombaux prévoyait un deuxième îlot sacré autour de la Vieille Halle-aux-Blés. Les six autres îlots à créer selon Rombaux, en 1956, étaient le Grand Sablon, la place du Béguinage, la place des Martyrs, la place des Barricades, la place du Congrès et finalement, comme huitième îlot sacré, le Parc de Bruxelles et ses environs. Le territoire repris par tous ces îlots devait couvrir environ un cinquième du Pentagone (figure 3).

Figure 3. Plan du centre-ville bruxellois, dessiné par l’architecte communal Jean Rombaux, montrant l’endroit des huit îlots sacrés prévus (daté entre février 1956 et le 1er avril 1957)

Figure 3. Plan du centre-ville bruxellois, dessiné par l’architecte communal Jean Rombaux, montrant l’endroit des huit îlots sacrés prévus (daté entre février 1956 et le 1er avril 1957)

Archives de la Ville de Bruxelles, Cabinet du Bourgmestre Lucien Cooremans, planche 255, carton 2

16C’est lors d’un événement organisé par la Ligue Esthétique Belge en 1958 que Merten confirma ces plans et lança officiellement le programme des futurs huit îlots sacrés. En effet, Rombaux se voyait renforcé par le lobbying continu qu’exerçait la Ligue au niveau politique. Elle maintenait la pression, alertait les médias et organisait des événements publics. Son statut de membre de la commission communale d’Urbanisme donnait à la Ligue Esthétique Belge un poids énorme. Main de fer dans un gant de velours, son président Grosjean devint l’homme fort qui dominait le travail et les décisions de cette commission. Ainsi arriva-t-il à valider une longue liste d’amendements pour le plan particulier d’aménagement du premier îlot sacré qui se vit doté d’une tonalité encore plus restrictive, en donnant la priorité absolue à l’esthétique des façades, sans se soucier d’autres besoins essentiels des habitant·e·s et commerçant·e·s concerné·e·s (figure 4).

Figure 4. L’une des 500 plaquettes que la Ligue Esthétique Belge a distribuées aux commerçant·e·s du quartier en 1960 pour les encourager à construire des façades neuves en style ancien

Figure 4. L’une des 500 plaquettes que la Ligue Esthétique Belge a distribuées aux commerçant·e·s du quartier en 1960 pour les encourager à construire des façades neuves en style ancien

Archives de la Ville de Bruxelles, Archives de la Ligue Esthétique Belge, boîte V

  • 6 Voir lettre de Pierre Merten, Echevin des Travaux Publics, à Victor Bure, Directeur Général de l’Ad (...)

17Le plan particulier d’aménagement pour le premier des îlots sacrés fut achevé par Rombaux fin 1959 et adopté en 1960. Pour réussir, il fallait à la fois l’héritage du 19e siècle que continuait de valoriser l’architecte communal Jean Rombaux, et les forces militantes de Défense de Bruxelles et, surtout, de la Ligue Esthétique Belge. Cette synergie atypique, qui s’établit à Bruxelles entre 1954 et 1960, a été rendue possible par deux facteurs. Le premier est le degré d’autonomie communale qui existait en Belgique. Si un collège échevinal voulait appliquer des principes considérés comme dépassés ailleurs depuis longtemps, il était libre de le faire. Les instances supérieures du ministère des Travaux publics devaient se contenter de veiller à l’application des prescriptions urbanistiques peu contraignantes en vigueur en Belgique depuis 1946 [André, après 1961]. Le deuxième facteur est à trouver dans le fait que ces instances nationales décidèrent sciemment de ne pas empêcher l’adoption du plan îlot sacré, ce qui, ici aussi, est lié à l’intervention de la Ligue Esthétique Belge. Son président Pierre Grosjean étendit son lobbying à la personne de Victor Bure, le puissant directeur général de l’Urbanisme au sein du ministère des Travaux publics, qu’il inclut dès le début dans la réflexion et avec qui il discuta le plan à plusieurs reprises6.

4. Les conséquences négatives déployées par le plan urbanistique du premier îlot sacré

18L’orientation unilatérale du « plan Îlot Sacré », à l’époque appelé « numéro 1 », déploya ses effets radicaux dès son entrée en vigueur en 1960. Les premières personnes concernées étaient les propriétaires d’immeubles. Toutes leurs demandes de permis d’urbanisme devaient passer par les mains de Jean Rombaux. L’architecte communal essayait de pousser les propriétaires à doter leurs immeubles de façades à l’ancienne sur base du budget mis en place à cette fin depuis 1954 déjà. En témoigne une série de façades en briques qui portent des plaques indiquant les années 1956, 1958, 1960 ou encore 1961 sur leurs pignons (figure 5).

Figure 5. Détail de la façade située dans la rue de la Violette 24 indiquant l’année de construction 1958

Figure 5. Détail de la façade située dans la rue de la Violette 24 indiquant l’année de construction 1958

Cf. aussi illustration 2.

Photographie prise par l’auteur en 2024

  • 7 Lettre de M. van Nuffel d’Heynsbroeck, président de l’asbl Œuvre de l’Hospitalité, à Lucien Coorema (...)
  • 8 Lettre d’Adrien Bosmans, directeur du bureau d’architecture Gudrun, à la direction des Finances de (...)

19À partir de 1960, armé du plan Îlot Sacré, Rombaux profita des nouvelles prescriptions plus sévères pour imposer ses préférences stylistiques avec rigueur. Les propriétaires étaient généralement mécontent·e·s de « l’obligation de construire des façades dans le style du XVIIe siècle »7. Ce n’était pas uniquement l’imposition d’un « style tout à fait spécial »8 qui les fâchait, mais aussi la multiplication de coûts qu’elle entraînait. Le co-financement par la Ville de Bruxelles pour les façades, qui continua d’être accordé pendant les années 1960 et 1970 au moins, ne couvrait que 25 % de ces coûts et n’aidait nullement à améliorer les conditions de l’habitat ou du commerce. Par conséquent, les propriétaires préféraient renoncer à un investissement sur fonds propres et céder leurs immeubles à la location. L’un de ces propriétaires eut d’ailleurs recours à la presse pour alerter largement des énormes coûts des façades en style de néo-Renaissance flamande et de la débâcle financière qui attendaient les propriétaires après l’achat d’un immeuble tombant sous le coup de la prescription du plan Îlot Sacré [Van de Voorde, 1973] (figure 6).

Figure 6. Une façade en brique située dans la rue de la Madeleine 15 qui a été construite au début des années 1970 sur base des prescriptions urbanistiques du plan îlot sacré de 1960

Figure 6. Une façade en brique située dans la rue de la Madeleine 15 qui a été construite au début des années 1970 sur base des prescriptions urbanistiques du plan îlot sacré de 1960

Les deux autres façades à gauche et à droite datent d’avant l’entrée en vigueur du plan et sont plus anciennes.

Photo prise par l’auteur en 2024

  • 9 Lettre de Jean Rombaux, Architecte principal de la Ville de Bruxelles, à Léon Reumont, Ingénieur pr (...)

20Convaincu de devoir défendre Bruxelles contre les modernistes, Jean Rombaux se montrait sourd aux plaintes d’ordre financier. Par conséquent, dans la zone reprise dans le plan se multiplièrent les constructions de nouvelles façades d’allure ancienne, comme celles des bureaux de la Kredietbank (appelée KBC depuis 1998) situés rue de la Montagne ou encore celles de la Galerie Agora. Cette dernière est l’exemple le plus frappant de la focalisation extrême sur l’aspect visuel : construite au milieu des années 1960, la galerie fut dotée de façades en briques pour ses entrées situées dans la rue des Éperonniers et dans la rue de la Colline, sans qu’un immeuble ou une toiture fussent rajoutés derrière (figure 7). Même Rombaux avoua que « la situation anormale […] [commençait] à provoquer de sérieuses critiques de la part de personnes averties »9.

Figure 7. Façades neuves de la Galerie Agora situées dans la rue des Eperonniers 11, construites en 1963, qui n’ont pas été équipées d’immeubles derrière et par lesquelles l’on peut regarder le ciel

Figure 7. Façades neuves de la Galerie Agora situées dans la rue des Eperonniers 11, construites en 1963, qui n’ont pas été équipées d’immeubles derrière et par lesquelles l’on peut regarder le ciel

Photographie actuelle prise par l’auteur en 2024

  • 10 Le plan directeur du centre-ville bruxellois rédigé par le groupe Tekhnê en 1962 a été d’un fonctio (...)

21Les propriétaires d’immeubles n’étaient pas les seuls à interpeller le collège échevinal à propos des conséquences négatives que le plan Îlot Sacré avait sur le développement socio-économique et urbanistique. Les urbanistes professionnels également déploraient au début des années 1960 que le collège échevinal ait impliqué des groupes de protestation comme la Ligue Esthétique Belge dans l’élaboration du plan, et non pas des spécialistes tels qu’eux [Scholz, 2019 : 170-172]. De manière inattendue, un élément qui allait accélérer le changement de perspective fut l’indépendance du Congo en 1960. La même année qui vit l’adoption du plan Îlot Sacré, prévu comme le premier plan des huit à concrétiser, laissa abruptement sans emploi une série d’urbanistes et ingénieurs qui avaient planifié des aéroports, barrages et quartiers neufs au sein de l’Office des Cités Africaines. Même si ces spécialistes avaient comme intention de travailler dorénavant pour de jeunes pays d’outre-mer, en créant à Bruxelles le légendaire bureau d’étude Tekhnê10 en 1960 [Moniteur Belge, 29/09/1960, 3896 : 1617-1619], le collège échevinal de Bruxelles voulait, lui aussi, profiter de leur expertise coloniale. La volonté de changer radicalement de politique en matière d’urbanisme fut stimulée par le ministre belge de la Santé, qui critiquait les conditions d’habitat au centre-ville bruxellois vers la fin de 1960 et qui mit à disposition du collège échevinal bruxellois des subsides pour la « lutte contre les taudis » [Scholz, 2019 : 152]. Pour y répondre, le collège chargea le bureau Tekhnê en janvier 1961 d’élaborer un « plan directeur » radicalement moderniste pour tout le centre-ville. Ce plan avait pour objectif principal les conditions de l’habitat, mais aussi la circulation automobile et le développement économique. Il ne reprit pas les sept autres îlots sacrés dont Rombaux avait commencé à dresser les plans. Ceux-ci ne virent donc jamais le jour. La phase pendant laquelle le collège échevinal se montrait ouvert à l’idée de renforcer l’aspect historique des façades situées au centre-ville a donc duré de 1954 à 1960 seulement. En abandonnant la création des autres îlots sacrés pour stimuler désormais l’affectation et non l’apparence des immeubles, le collège devança la nouvelle loi d’urbanisme, adoptée en 1962, qui interdisait désormais aux communes belges de dresser des plans urbanistiques sans définir l’affectation des terrains concernés.

22Le seul plan Îlot Sacré mis en place, l’ancien îlot sacré numéro 1, se vit alors confronté à des tentations de modifications par l’échevin des Travaux publics de l’époque, Paul Vanden Boeynants (PSC), étant donné ses effets négatifs sur le développement de l’habitat et du commerce. Cette tentative n’aboutit pas toutefois, à cause de la complexification de la prise de décision politique engendrée par la fédéralisation de la Belgique. Celle-ci résulta en la division de la CMRS en deux, la création de l’Agglomération bruxelloise et l’affaiblissement du pouvoir national en termes d’urbanisme. Par conséquent et contre le gré de presque toutes les parties concernées, le plan Îlot Sacré de 1960 resta en vigueur et ses prescriptions furent effectivement appliquées jusqu’à son abrogation en 1995 par la nouvelle Région de Bruxelles-Capitale, créée six ans auparavant [Scholz, 2019 : 150-231].

Conclusion

23La tentation est grande de porter un jugement négatif sur l’ancienne obligation de construire des façades neuves en style ancien telle qu’elle figurait, à partir de 1960, dans le plan urbanistique de l’îlot sacré pour les environs de la Grand-Place. Encore faut-il rappeler que, à l’époque, la protection du patrimoine architectural telle qu’elle est définie au début du 21e siècle n’existait pas encore. Pour les contemporains du plan, la seule option pour faire face à la modernisation radicale et sauvage de la ville qui rompait avec le tissu urbain hérité consistait à renforcer l’aspect ancien des façades, et ceci uniquement pour certaines zones. La Ligue Esthétique Belge militait pour cette option afin de préserver, à quelques endroits au moins, l’image de la Belgique d’antan. C’est grâce à la mobilisation de la Ligue Esthétique Belge, active depuis 1953, que l’architecte communal, Rombaux, a pu développer une telle politique urbanistique, qui était déjà dépassée ailleurs. La synergie entre le lobbying efficace d’un groupe conservateur et la présence d’un courant nostalgique au sein de l’administration communale a pu être réalisée et concrétisée faute de règles urbanistiques strictes au niveau national et grâce à l’autonomie communale dont Bruxelles bénéficiait en la matière, comme toute autre commune belge.

24Le programme des huit îlots sacrés, dont seul le premier a été concrétisé sous forme d’un plan urbanistique en 1960, s’intégrait d’ailleurs parfaitement dans le concept du zonage fonctionnel qui était promu par le mouvement moderne au niveau international depuis les années 1930. Le zonage divisait le tissu urbain en entités géographiques fonctionnelles dont certaines étaient à moderniser en renforçant l’aspect historique des façades, sur base de prescriptions sévères. En revanche, d’autres zones ont connu une modernisation sous des formats totalement libres. On pourrait donc conclure que le Vieux Bruxelles tel qu’il était envisagé par le programme des îlots sacrés de la fin des années 1950 faisait ainsi parfaitement partie de la modernisation fonctionnelle au niveau urbanistique ; le Vieux Bruxelles sous forme du programme des îlots sacrés était un produit de la modernisation et non pas un vestige soigneusement préservé.

25C’est cet élément urbanistique qui distingue le programme des îlots sacré de la « Belgique Joyeuse », le complexe folklorique qui avait existé brièvement à l’Expo 58. En effet, les deux concepts ont été réalisés plus ou moins en même temps, mais l’élaboration du programme des îlots sacrés avait déjà commencé avant le début de l’exposition. L’Expo était une initiative du gouvernement belge et la Belgique Joyeuse émanait du soutien de la fédération des brasseurs belges, alors que les îlots sacrés ressortaient du domaine communal. Même lorsqu’il fut suggéré au bourgmestre Cooremans de transférer la Belgique Joyeuse au centre-ville après la fin de l’Expo 58, il ne fit pas le lien entre le centre folklorique, fabriqué en plâtre d’une qualité non pérenne, et son projet urbanistique communal qu’il jugeait nécessaire pour le développement futur de la Ville. Le programme des îlots sacrés et la Belgique Joyeuse répondaient au même besoin de rassurer la population pendant une période d’hypermodernisation, mais ils n’étaient pas liés entre eux au niveau de la genèse [Scholz, 2019 : 122-123].

26Le « plan Îlot Sacré » était déjà un anachronisme lors de son entrée en vigueur en 1960 ; il le resta pendant 35 ans. Ce qui survécut est une situation urbanistique artificiellement figée avec des immeubles vétustes qui se cachent derrière de nouvelles façades en style ancien. Le plan amplifia aussi la tradition du façadisme, qui s’est propagée à de nombreux endroits de la Région bruxelloise. Au niveau de ses dimensions géographiques, l’ancien plan Îlot Sacré fut d’ailleurs réactivé en 1998 pour former la zone tampon qu’avait exigée l’UNESCO afin de déclarer la Grand-Place comme patrimoine mondial. Le terme « îlot sacré », quant à lui, survécut à la suite de la décision de l’union des commerçants de la rue des Bouchers de s’appeler « Commune Libre d’Îlot Sacré » depuis 1960 [Longcheval, 2012]. Ainsi le terme est-il désormais associé non pas à un programme urbanistique de la fin des années 1950 qui allait couvrir une large partie du centre-ville en réaction à la bruxellisation, mais au caractère gastronomique et folklorique de quelques ruelles touristiques.

L’auteur remercie chaleureusement ses promoteurs de thèse, Chloé Deligne (ULB) et Dieter Gosewinkel (FU Berlin), pour l’accompagnement, et aussi Claire Billen (ULB) d’avoir aidé à définir la thématique de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

ANDRE, L. [après 1961]. L’évolution législative de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire. In : Ministère des Travaux publics. Administration de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire (dir.), Principes d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Bruxelles. pp. 25-45.

Au Conseil communal de Bruxelles. L’aménagement du centre de la capitale provoque l’intervention de délégués des trois partis. In : Le Soir. 23/03/1954.

DELIGNE, C. et BILLEN, C., 2009. La Ville et l’Expo 58. Entre modernité, héritages et patrimoine urbains. In : DELIGNE, C. et JAUMAIN, S. (dir.), L’Expo 58. Un tournant dans l’histoire de Bruxelles. Bruxelles : Le Cri. pp. 45-68.

DUPIERREUX, R., 1952. Les laideurs de Bruxelles et le Compromis des nobles. In : Le Soir. 21/06/1952.

ELOY, M., 1985. Influence de la législation sur les façades bruxelloises. Bruxelles : Commission Française de la culture de l’agglomération de Bruxelles.

HOUBART, C., 2012. Raymond Lemaire et les débuts de la rénovation urbaine à Bruxelles ». In : Urban History Review. vol. 41, no 1, pp. 37-56.

LELOUTRE, G. et PELGRIMS, C., 2017. Le roadscape bruxellois. Le rôle de la route dans la rénovation urbaine ou la coproduction d’une infrastructure paysagère. In : DEBROUX, T., VANHAELEN, Y., et LE MAIRE, J. (dir.), L’entrée en ville. Aménager, expérimenter, représenter. Bruxelles : Editions de l’Université. pp. 43-62.

LIGUE ESTHETIQUE BELGE, 1953. Manifeste de la Ligue Esthétique Belge. Bruxelles.

LONGCHEVAL, A., 2012. 50 ans de la Commune Libre de l’Ilot Sacré. In : Cercle d’Histoire de Bruxelles. Mars 2012, pp. 3-10.

ROMBAUX, J., 1956. Église Saint-Nicolas-Bourse à Bruxelles. Mise à jour des vestiges de l’avant-corps occidental de l’époque romane. In : Annales de la Société Royale d’Archéologie de Bruxelles. vol. 48, pp. 71-94.

ROMBAUX, J., 1960. Restauration de la tour de l’ancienne église S.S. Pierre et Paul à Neder-Over-Heembeek. In : Cahiers Bruxellois. vol. V, pp. 268-269.

SCHOLZ, D., 2019. Altstadtneubau in Brüssel und Lyon. Politische Geschichte eines zeituntypischen Phänomens (1952-1979). Münster : Waxmann.

VAN DAMME, D., 1955. Défendre Bruxelles. In : Revue du Touring Club de Belgique. vol. 61, pp. 154.

VAN DE VOORDE, J., 1973. Les cauchemars d’un propriétaire de maison « classée »… ou l’histoire d’un divorce entre la loi et le bon sens. In : La Dernière Heure. 21/04/1973.

VAN LOO, A., 2003. Chronologie de l’architecture en Belgique. In : VAN LOO, A. (dir.), Dictionnaire de l’architecture en Belgique de 1830 à nos jours. Anvers : Fonds Mercator, pp. 16-113.

Haut de page

Notes

1 Plan d’aménagement de l’Ilot constitué par la Grand’Place et ses environs. Nomenclature des rues et immeubles tombant sous l’application de l’article 4 de la réglementation différentielle. Vu et adopté définitivement par le Conseil Communal en séance du 21.03.1960, in : Service Public Régional de Bruxelles, Bruxelles Développement urbain, Direction de l’Urbanisme, dossier D2043/82-001, commune de Bruxelles.

2 Avant la présente étude, Claudine Houbart a partiellement évoqué le sujet, tout en focalisant son analyse sur le personnage d’un acteur précis [Houbart, 2012]. La présente étude repose sur le dépouillement systématique du fonds du Bourgmestre et du fonds de la Ligue Esthétique Belge conservés aux Archives de la Ville de Bruxelles ; de tous les débats importants menés au Conseil Communal de Bruxelles de l’époque ; du fonds René Lefébure aux Archives du Palais Royal ; des archives urbanistiques de l’ancienne province de Brabant conservés à l’administration régionale de Bruxelles.

3 Archives de la Ville de Bruxelles (AVB), Bibliothèque, Bilan des activités de la Ligue « Défense de Bruxelles » depuis sa fondation, Bruxelles 05/01/1956, p. 1.

4 Extraits d’un mémorandum de monsieur Grosjean à des personnalités parlementaires sur la nécessité de la défense esthétique des cités et des paysages (s.d., s.l.), in : AVB, Archives de la Ligue Esthétique Belge, boîte G.

5 Allocution à l’I.N.R. du 26 janvier 1954 [par Pierre Grosjean], in : AVB, Archives de la Ligue Esthétique Belge, boite F, classeur « allocutions, interviews ».

6 Voir lettre de Pierre Merten, Echevin des Travaux Publics, à Victor Bure, Directeur Général de l’Administration de l’Urbanisme au ministère des Travaux Publics, du 10/03/1960, in: SPRB, Bruxelles Développement urbain, Direction de l’Urbanisme, dossier D2043/82-001, commune de Bruxelles.

7 Lettre de M. van Nuffel d’Heynsbroeck, président de l’asbl Œuvre de l’Hospitalité, à Lucien Cooremans, bourgmestre de Bruxelles, 04/10/1958, in : AVB, Cabinet du Bourgmestre Lucien Cooremans, 154/1 « Divers », farde « 1959 », pour la rue de la Violette 24.

8 Lettre d’Adrien Bosmans, directeur du bureau d’architecture Gudrun, à la direction des Finances de la Ville de Bruxelles, 19.11.1958, in : AVB, TP, 77665, pour la Petite rue des Bouchers 21.

9 Lettre de Jean Rombaux, Architecte principal de la Ville de Bruxelles, à Léon Reumont, Ingénieur principal de la Ville de Bruxelles, 27/08/1965, in : AVB, TP, 82066, pour la galerie Agora.

10 Le plan directeur du centre-ville bruxellois rédigé par le groupe Tekhnê en 1962 a été d’un fonctionnalisme tellement rigoureux par rapport à l’application de la Charte d’Athènes que le plan et tout le groupe ont été la cible des critiques formulées par des contestations des mouvements sociaux des année 1970. Le fait que le plan n’ait jamais été adopté officiellement et que ses détails n’aient pas été publiés, ont contribué au caractère légendaire du groupe Tekhnê.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exemple d’une des nouvelles façades construites
Légende Elle est située dans la petite rue des Bouchers 21. Situation vers 1955 à gauche et, à droite, le projet dessiné et approuvé en 1957 par Jean Rombaux, architecte communal, avec la façade telle qu’elle a été construite.
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles, Travaux Publics, 77665.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-1.png
Fichier image/png, 832k
Titre Figure 2. Rue de la Violette 24
Légende Un autre exemple d’une construction de nouvelles façades. À gauche la situation existante en 1956 ; à droite le projet dessiné en 1958 par les architectes Henry et Jean-Marie Gilson, qui a été construit juste après.
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles, Travaux Publics, 77792.
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-2.png
Fichier image/png, 479k
Titre Figure 3. Plan du centre-ville bruxellois, dessiné par l’architecte communal Jean Rombaux, montrant l’endroit des huit îlots sacrés prévus (daté entre février 1956 et le 1er avril 1957)
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles, Cabinet du Bourgmestre Lucien Cooremans, planche 255, carton 2
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 4. L’une des 500 plaquettes que la Ligue Esthétique Belge a distribuées aux commerçant·e·s du quartier en 1960 pour les encourager à construire des façades neuves en style ancien
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles, Archives de la Ligue Esthétique Belge, boîte V
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 5. Détail de la façade située dans la rue de la Violette 24 indiquant l’année de construction 1958
Légende Cf. aussi illustration 2.
Crédits Photographie prise par l’auteur en 2024
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Figure 6. Une façade en brique située dans la rue de la Madeleine 15 qui a été construite au début des années 1970 sur base des prescriptions urbanistiques du plan îlot sacré de 1960
Légende Les deux autres façades à gauche et à droite datent d’avant l’entrée en vigueur du plan et sont plus anciennes.
Crédits Photo prise par l’auteur en 2024
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Figure 7. Façades neuves de la Galerie Agora situées dans la rue des Eperonniers 11, construites en 1963, qui n’ont pas été équipées d’immeubles derrière et par lesquelles l’on peut regarder le ciel
Crédits Photographie actuelle prise par l’auteur en 2024
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominik Scholz, « Des façades neuves aux formes anciennes : Bruxelles et le plan urbanistique « Îlot Sacré » de 1960 »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 188, mis en ligne le 28 janvier 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/brussels/7246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.7246

Haut de page

Auteur

Dominik Scholz

Après avoir étudié l’Histoire à Berlin, à Sarrebruck et à Paris, Dominik Scholz a défendu sa thèse de doctorat à la Freie Universität de Berlin en 2017. Il a été membre du « Laboratoire interdisciplinaire en Etudes urbaines » (ULB) et membre fondateur du « Arbeitskreis Historische Belgienforschung », le forum allemand de recherches portant sur l’histoire de la Belgique.
scholz_dominik[at]web.de

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search