Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsFact Sheets2024Faire des économies avec la remis...

2024
189

Faire des économies avec la remise en logement ? Une comparaison des coûts avec ceux du sans-chez-soirisme

Besparen met herhuisvesting? Een kostenvergelijking met thuisloosheid
Does it cost less to rehouse the homeless? A comparison of the costs of rehousing and homelessness
Justine Carlier et Magali Verdonck
Traduction(s) :
Does it cost less to rehouse the homeless? A comparison of the costs of rehousing and homelessness [en]
Besparen met herhuisvesting? Een kostenvergelijking met thuisloosheid  [nl]

Résumés

La mise en place du projet « Housing First » dans plusieurs pays tels que la France et le Canada, a mis en évidence que permettre aux sans-abris d’obtenir un logement afin de les réinsérer dans la société pouvait parfois avoir un coût moindre pour l’État que le coût de les laisser dans la rue. Malgré une volonté politique belge et européenne de prévenir et de mettre fin au sans-abrisme, aucune étude n’a été réalisée sur son coût social en Belgique francophone, ne permettant donc pas d’évaluer les politiques mises en place et les changements éventuellement nécessaires. L’objectif de l’étude synthétisée ici est d’évaluer le coût social du sans-abrisme en Région de Bruxelles-Capitale, en tenant compte à la fois des coûts directs, mais aussi des coûts indirects, et de les comparer ensuite aux coûts associé à la sortie du sans-abrisme.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour voir les figures dans une meilleure résolution, accédez à l’article en ligne et cliquez sur « Original » en dessous de celles-ci.

Notes de l’auteur

Brussels Studies Institute, Bruss’Help, CPAS de Bruxelles-Ville, DIOGENES, DoucheFLUX, Droit à un toit/Recht op een dak, ainsi que 11 autres contributeurs dont les coordonnées sont reprises dans le rapport complet.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme « sans-chez-soi » se veut moins restrictif que le terme « sans-abri ». Une personne sans-a (...)
  • 2 L’intégralité de la recherche est à découvrir dans le rapport BAYENET, B., CARLIER, J., TOJEROW, I. (...)

1La nuit du 8 au 9 novembre 2022, Bruss’help a réalisé un dénombrement des personnes en situation d’exclusion liée au logement en Région de Bruxelles-Capitale (RBC) : 7 134 personnes ont été recensées, soit une augmentation de 18,9 % depuis le précédent dénombrement en 2020. Cette augmentation a à nouveau soulevé de nombreuses questions quant à l’efficacité des politiques publiques mises en place pour prévenir le sans-chez-soirisme1. La recherche résumée ici, réalisée dans le cadre du même questionnement, avait pour but d’objectiver la situation en estimant les coûts liés au sans-chez-soirisme et ceux liés à la remise en logement, afin, entre autres, de pouvoir les comparer2.

1. Le coût réel lié au sans-chez-soirisme en Région de Bruxelles-Capitale

1.1. Le coût réel annuel moyen par personne sans-abri

2En matière de coût lié au sans-chez-soirisme, il est assez immédiat de penser aux coûts liés aux dispositifs tels que les maisons d’accueil, les centres d’hébergement d’urgence, le travail de rue, etc. Ces dispositifs représentent un coût de plus de 65 millions d’euros en 2021 pour la COCOM, la COCOF, et l’État fédéral (voir le tableau 1). Ce chiffre ne tient pas compte des financements supplémentaires de la VGC, de la VG, de la RBC ni des dons privés, dont les données n’étaient pas disponibles. En divisant ce montant par le nombre de personnes dénombrées en 2020 (dernier chiffre disponible au moment de réaliser la recherche, soit 5 313), on obtient un montant moyen de 12 265,58 euros dépensé annuellement par personne sans-abri en 2021 (hors budget spécifique COVID).

3Ce montant peut déjà paraître important. Il ne tient cependant pas compte d’une série d’autres dépenses effectuées indirectement pour les personnes sans-abri. Les coûts totaux liés au sans-chez-soirisme peuvent en effet être classés en 4 catégories : les coûts directs (liés aux services spécifiquement dédiés aux personnes sans-abri, tels que repris au tableau 1), les coûts indirects (services qui ne sont pas spécifiquement dédiés aux personnes sans-abri), les pertes de recettes fiscales (liées au fait qu’une personne ne paie pas d’impôts ou de cotisations) et enfin le coût des années de vie perdues.

Tableau 1. Budget de financement pour les différents services dédiés spécifiquement aux personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale en 2021

Tableau 1. Budget de financement pour les différents services dédiés spécifiquement aux personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale en 2021

Source : Budget ajusté de 2021 de la COCOM, de la COCOF et de l’État fédéral

Figure 1. Organigramme de l’ensemble des coûts liés au sans-chez-soirisme en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 1. Organigramme de l’ensemble des coûts liés au sans-chez-soirisme en Région de Bruxelles-Capitale

4Grâce une analyse de la fréquence moyenne d’utilisation de ces divers services, en nombre de jours par an, et à un certain nombre d’hypothèses, un coût annuel total lié à l’utilisation des services par personne sans-abri a pu être estimé entre 40 000 euros et 52 000 euros. Certains coûts repris à la figure 1 n’ont pas pu être inclus dans l’analyse comme l’aide alimentaire ou le coût lié au système pénal, ceci impliquant aussi une sous-estimation du coût réel.

Tableau 2. Estimation du coût annuel moyen par personne sans-abri en fonction de la fréquence d’utilisation des services en Région de Bruxelles-Capitale en 2019

Tableau 2. Estimation du coût annuel moyen par personne sans-abri en fonction de la fréquence d’utilisation des services en Région de Bruxelles-Capitale en 2019

Source : Calculs DULBEA. Les chiffres correspondent à l’année 2019, dernière année pour laquelle nous disposions de données complètes au moment de réaliser l’étude

1.2. La diversité des parcours et les conséquences en matière de coûts

5En plus d’être sous-évaluée, l’estimation d’un coût moyen du sans-chez-soirisme masque la diversité des parcours de vie et l’hétérogénéité dans l’utilisation des services à destination de ce public. Une analyse dite « par vignette » atténue cet effet en effectuant le même calcul pour des cas particuliers, en se basant sur les coûts estimés par service et par jour d’utilisation (voir tableau 3). Une première vignette se base ainsi sur la simulation du parcours d’un homme célibataire d’une quarantaine d’années ayant des besoins élevés d’accompagnement, combinant des problèmes de drogue, d’alcool et de santé mentale. Une deuxième vignette envisage le cas d’une jeune femme sans-abri ayant deux enfants, vivant dans la rue après une séparation car elle n’a pas pu supporter seule les coûts de son habitation. Une troisième vignette simule la situation d’un individu isolé ayant d’importants problèmes de santé mentale et se retrouvant à la rue à cause de loyers impayés. Ces trois premières vignettes sont inspirées de scénarios tirés des travaux de Pleace [2013]. Enfin, une dernière vignette est basée sur une simulation ad hoc du parcours d’un individu ne souffrant d’aucun problème de santé et ayant un usage très faible des services dédiés aux personnes sans-abri. Nous avons ainsi établi que le coût annuel du sans-chez-soirisme pouvait varier entre 30 000 et 85 000 euros par an, en fonction du type de profil et de l’utilisation des services dédiés qui en découlent.

Tableau 3. Estimation du coût annuel de quatre profils de personnes sans-abri grâce aux données de 2019

Tableau 3. Estimation du coût annuel de quatre profils de personnes sans-abri grâce aux données de 2019

Source : Calculs DULBEA. Les chiffres correspondent à l’année 2019, dernière année pour lesquelles nous disposions de données complètes au moment de réaliser l’étude

2. Le coût lié à la remise en logement en Région de Bruxelles-Capitale

2.1. Les programmes Housing First

6Face à l’augmentation du nombre de personnes sans-abri dans les rues de New York dans les années 1990 et à la suite du constat qu’une partie importante de ces personnes, souffrant de maladies mentales ou d’addiction, échappait aux programmes traditionnels de lutte contre le sans-abrisme, une profonde remise en question de ceux-ci a eu lieu [Pleace, 2016]. Dans les programmes traditionnels, une abstinence et une sobriété totales sont exigées des individus avant de pouvoir, en dernière étape d’un long processus, trouver un logement [Tsemberis, Gulcur et Nakae, 2004]. Pour répondre aux besoins de cette population, un modèle innovant renversant les codes a été développé, où le logement est considéré comme un droit fondamental. Au lieu de constituer la dernière étape d’un processus, il en devient la première étape, les bénéficiaires pouvant décider de recevoir ou non un traitement. De tels programmes sont également mis en œuvre en Belgique depuis 2013, sous le nom de Housing First. Ils comprennent une remise en logement ainsi qu’un accompagnement intensif.

2.2. Le coût annuel moyen de la remise en logement

7Afin de pouvoir comparer le coût lié au sans-chez-soirisme en RBC à celui lié à la remise en logement, nous nous sommes basés sur différents scénarios, dans lesquels les personnes ont accès à un logement social (ou privé à tarif social), pour lequel ils paient une partie de loyer grâce à une allocation de remplacement (chômage, incapacité de travail primaire, invalidité ou revenu d’intégration sociale), et où ils peuvent bénéficier d’un accompagnement (Housing First ou traditionnel) s’ils le désirent. Par rapport à l’accompagnement en rue, la remise en logement engendre un certain nombre de coûts supplémentaires spécifiques repris à la figure 2.

Figure 2. Organigramme des coûts liés à la remise en logement en Région de Bruxelles-Capitale

Figure 2. Organigramme des coûts liés à la remise en logement en Région de Bruxelles-Capitale

8À l’augmentation de ces coûts est toutefois associé un moindre recours à une série de services (dont les coûts diminuent), comme le montre la comparaison reprise au tableau 4.

Tableau 4. Évolution de l’utilisation des différents services par les bénéficiaires du programme Housing First en Belgique (en nombre de jours par personne)

Tableau 4. Évolution de l’utilisation des différents services par les bénéficiaires du programme Housing First en Belgique (en nombre de jours par personne)

Source : Tableau réalisé sur la base des données du rapport de Valsamis (2016)

9Grâce à l’estimation de l’utilisation moyenne des services précédemment cités (figure 1), et en y ajoutant les aides sociales, revenus et accompagnement possibles une fois les personnes relogées (figure 2), nous avons estimé que le coût total de la remise en logement pouvait varier entre 33 000 (revenu d’intégration sociale + logement social et pas d’accompagnement) et 74 000 euros par an (revenu d’incapacité de travail primaire + logement privé avec compensation au loyer, avec accompagnement de type Housing First). Le tableau 5 ci-dessous détaille le coût de divers cas de figure. De manière générale, nous voyons qu’avec un revenu d’intégration sociale, le coût de remise en logement est le plus faible, alors que l’indemnité d’incapacité de travail primaire engendre le coût le plus élevé. Nous constatons que le coût de la remise en logement peut donc parfois être inférieur au coût du statut de sans-chez-soi et qu’il est rarement beaucoup plus élevé.

Tableau 5. Estimation du coût annuel moyen d’une personne remise en logement social, en fonction de la fréquence d’utilisation des services et du type de revenu de remplacement, avec un accompagnement Housing First en Région de Bruxelles-Capitale en 2019

Tableau 5. Estimation du coût annuel moyen d’une personne remise en logement social, en fonction de la fréquence d’utilisation des services et du type de revenu de remplacement, avec un accompagnement Housing First en Région de Bruxelles-Capitale en 2019

Source : Calculs DULBEA

Lecture du tableau : Par exemple, une personne remise en logement avec accompagnement Housing First, bénéficiant du revenu d’invalidité et ayant un recours modéré aux services (82 jours/an) engendre un coût de 54 618 euros annuels.

  • 3 Estimation réalisée sur la base du simulateur des loyers de Bruxelles Logement pour un studio de 40 (...)

10Si l’accompagnement Housing First est remplacé par un accompagnement traditionnel, le coût diminue de 27 euros par jour, soit 9 855 euros par an. Enfin, si une personne se trouve en logement privé avec compensation de loyer (la différence entre le loyer moyen d’un logement social et celui d’un logement privé est payée par l’État, celle-ci s’élevait à environ 300 euros par mois3), cela augmente le coût de la remise en logement d’environ 3 500 euros par an.

3. La nécessité de réaliser une analyse complémentaire avec un caractère dynamique

11Cette étude a permis de mettre en lumière un fait important : dans certains cas, le coût de la remise en logement est inférieur à celui de la poursuite du sans-chez-soirisme. Si ce constat peut surprendre, il n’a fait que confirmer l’intuition du personnel de première ligne.

12Pourtant notre analyse a été de type statique car portant sur le coût annuel d’une année donnée. Elle ne prenait pas en compte les éléments dynamiques influençant, vraisemblablement en sens opposés, les coûts liés aux deux options. Le fait de se retrouver en rue peut également détériorer l’état de santé des personnes sans-abri faisant ainsi augmenter les besoins de ces personnes : la prévalence des problèmes de santé mentale, physique et de consommation étant plus élevée pour les personnes sans-abri que pour la population en générale [Latimer et al, 2014). A contrario, une fois relogée, une personne pourrait dans un premier temps avoir besoin de davantage d’accompagnement et de soins, mais grâce à une meilleure santé, à plus de stabilité et une éventuelle activité professionnelle, ces besoins pourraient diminuer au fil du temps, faisant ainsi diminuer les coûts. La comparaison pencherait peut-être encore plus en faveur du relogement dans certains cas spécifiques. Une étude analysant les coûts de façon dynamique serait utile pour confirmer ce point.

Haut de page

Bibliographie

CULHANE, D. P., METRAUX, S. et HADLEY, T., 2002. Public service reductions associated with placement of homeless persons with severe mental illness in supportive housing. In : Housing policy debate, vol. 13, n°1, pp. 107-163.

HORVAT, N., et STRIANO, M., 2020. Dénombrement des personnes sans-abri et mal logées en Région de Bruxelles-Capitale, Bruss’Help. Sixième édition 9 novembre 2020.

LATIMER, E., RABOUIN, D., MÉTHOT, C., McALL, C., LY, A. et DORVIL, H., 2014. At Home/Chez soi Project-Montréal Site Final Report/Projet Chez soi-Rapport final du site de Montréal. Calgary: Mental Health Commission of Canada.

PLEACE, N., BENJAMINSEN, L., BAPTISTA, I. et BUSCH-GEERTSEMA, V., 2013. The costs of homelessness in Europe: An assessment of the current evidence base. Feantsa (Fédération Européenne des Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri).

PLEACE, N., 2016. Guide sur le logement d’abord en Europe, FEANTSA (Fédération Européenne des Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri).

TINLAND, A., GIRARD, V., LOUBIÈRE, S. et AUQUIER, P., 2016. Un chez-soi d’abord. Rapport intermédiaire de la recherche. Volet quantitatif. Direction générale de la Santé. France.

TSEMBERIS, S., GULCUR, L. et NAKAE, M., 2004. Housing first, consumer choice, and harm reduction for homeless individuals with a dual diagnosis. In : American Journal of Public Health. Vol. 94, n°4, pp. 651-656.

VALSAMIS, D., 2016. Analyse d’efficience des pratiques Housing First menées dans le cadre de Housing First Belgium en Belgique, IDEA Consult. http://www.housingfirstbelgium.be/fr/

Haut de page

Notes

1 Le terme « sans-chez-soi » se veut moins restrictif que le terme « sans-abri ». Une personne sans-abri est quelqu’un qui n’a pas de toit. Une personne sans-chez-soi peut parfois avoir un toit mais sans qu’il s’agisse d’un endroit à soi (ex : foyer d’urgence, accueil chez des amis, etc.).

2 L’intégralité de la recherche est à découvrir dans le rapport BAYENET, B., CARLIER, J., TOJEROW, I. et VERDONCK, M., 2022. Le sans-chez-soirisme : Suite ou fin ? réalisé pour le compte de Syndicat des Immenses et de Droit à un toit/Recht op een dak. https://dulbea.ulb.be/wp-content/uploads/2023/06/Sans-chez-soirisme_rapport-final-et-resume-operationnel.pdf

3 Estimation réalisée sur la base du simulateur des loyers de Bruxelles Logement pour un studio de 40m² à Forest et un appartement 1 chambre à Schaerbeek.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Budget de financement pour les différents services dédiés spécifiquement aux personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale en 2021
Crédits Source : Budget ajusté de 2021 de la COCOM, de la COCOF et de l’État fédéral
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 1. Organigramme de l’ensemble des coûts liés au sans-chez-soirisme en Région de Bruxelles-Capitale
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre Tableau 2. Estimation du coût annuel moyen par personne sans-abri en fonction de la fréquence d’utilisation des services en Région de Bruxelles-Capitale en 2019
Crédits Source : Calculs DULBEA. Les chiffres correspondent à l’année 2019, dernière année pour laquelle nous disposions de données complètes au moment de réaliser l’étude
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 3. Estimation du coût annuel de quatre profils de personnes sans-abri grâce aux données de 2019
Crédits Source : Calculs DULBEA. Les chiffres correspondent à l’année 2019, dernière année pour lesquelles nous disposions de données complètes au moment de réaliser l’étude
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-4.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 2. Organigramme des coûts liés à la remise en logement en Région de Bruxelles-Capitale
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-5.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 4. Évolution de l’utilisation des différents services par les bénéficiaires du programme Housing First en Belgique (en nombre de jours par personne)
Crédits Source : Tableau réalisé sur la base des données du rapport de Valsamis (2016)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 5. Estimation du coût annuel moyen d’une personne remise en logement social, en fonction de la fréquence d’utilisation des services et du type de revenu de remplacement, avec un accompagnement Housing First en Région de Bruxelles-Capitale en 2019
Crédits Source : Calculs DULBEA
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7283/img-7.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Carlier et Magali Verdonck, « Faire des économies avec la remise en logement ? Une comparaison des coûts avec ceux du sans-chez-soirisme »Brussels Studies [En ligne], Fact Sheets, n° 189, mis en ligne le 11 février 2024, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/brussels/7283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.7283

Haut de page

Auteurs

Justine Carlier

Justine Carlier est économiste, doctorante au Département d’économie appliquée de l’Université libre de Bruxelles, le DULBEA. Après avoir travaillé sur la question du sans-chez-soirisme, ses travaux portent à présent sur le bien-être au travail.
justine.carlier[at]ulb.be

Magali Verdonck

Magali Verdonck est docteure en économie et Senior economist au Département d’économie appliquée de l’Université libre de Bruxelles, le DULBEA. Ses travaux portent sur les finances publiques et l’évaluation des politiques publiques. Elle a publié récemment une étude relative à la taxation des grands patrimoines en Belgique pour le compte du Bureau fédéral du Plan.
magali.verdonck[at]ulb.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search