Navigation – Plan du site

AccueilPublicationsCollection générale2024Qui a bâti Bruxelles ? Profil des...

2024
190

Qui a bâti Bruxelles ? Profil des artisans et entrepreneurs du secteur bruxellois de la construction vers 1865

Wie bouwde Brussel? Het profiel van vaklui en ondernemers in de Brusselse bouwsector rond 1865
Who built Brussels? The profile of artisans and entrepreneurs in the Brussels construction sector around 1865
Matthijs Degraeve
Traduction de Céline Ponsard
Cet article est une traduction de :
Wie bouwde Brussel? Het profiel van vaklui en ondernemers in de Brusselse bouwsector rond 1865 [nl]
Autre(s) traduction(s) de cet article :
Who built Brussels? The profile of artisans and entrepreneurs in the Brussels construction sector around 1865 [en]

Résumés

Vers 1865, Bruxelles était une ville en pleine mutation. De récentes études nous éclairent sur le rôle qu’ont joué divers acteurs dans le développement de la ville, tels que les pouvoirs publics et les propriétaires fonciers. Toutefois, nous en savons encore peu sur les artisans et les entrepreneurs du bâtiment qui ont physiquement façonné la ville. À l’aide des almanachs, registres des patentables, registres des électeurs et matrices cadastrales, cet article met en lumière le profil professionnel, sociodémographique et spatial de 2 445 entrepreneurs du secteur bruxellois de la construction vers 1865. Il s’en détache un groupe très hétérogène, actif dans toute la palette des métiers du bâtiment. Si quelques entrepreneurs fortunés étaient à la tête de grandes entreprises, l’organisation à forte main-d’œuvre et à petite échelle de la plupart des entreprises du bâtiment ouvrit également les portes de l’entrepreneuriat à un groupe considérable d’artisans relativement démunis, y compris des femmes et des migrants. Il en découla aussi une forte dispersion spatiale, permettant à ces entrepreneurs d’opérer sur les chantiers de leur quartier. Ces résultats contribuent à la connaissance historique de la formation du tissu urbain et du patrimoine bruxellois, de même qu’ils situent dans une perspective à long terme le besoin contemporain d’un ancrage local pour le secteur urbain de la construction.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour obtenir une meilleure résolution d’image, consultez l’article en ligne et, sous chaque illustration, cliquez sur « Original ».

Notes de l’auteur

Cette contribution émane de la thèse de doctorat de l’auteur : Building Brussels. Construction entrepreneurs in a transforming urban space (1830-1970), défendue à la Vrije Universiteit Brussel en 2021 sous la direction des promoteurs Heidi Deneweth, Stephanie Van de Voorde et Inge Bertels, dans le cadre du projet interdisciplinaire de la VUB « Building Brussels. Brussels city builders and the production of urban space (1794-2016) ».

Texte intégral

Introduction

1Durant la seconde moitié du 19e siècle, le développement urbain de Bruxelles s’accélère. Ce changement de physionomie est le fruit d’interactions complexes et en constante évolution entre pouvoirs publics, urbanistes, architectes, propriétaires fonciers, mais aussi entre entrepreneurs, artisans et ouvriers du bâtiment. Alors que les développements architecturaux et urbanistiques sont déjà bien connus depuis quelque temps [Strauven, 1975 ; Leblicq, 1982 ; Demey, 1990 ; Heymans, 1998], ce n’est que ces dernières années que nous avons obtenu de nouvelles perspectives historiques sur le rôle précis des différents acteurs impliqués. Si beaucoup d’études se sont concentrées sur ce qui se passait autour de la table à dessin, ou dans le chef des propriétaires fonciers et des pouvoirs publics [Zitouni, 2010 ; Debroux et al., 2015 ; Babar, 2016 ; De Beule, 2017 ; Sacré, 2019 ; Galavan, 2021], une bonne compréhension de l’aménagement de l’espace urbain requiert aussi d’en savoir plus sur les exécutants de terrain : ceux qui faisaient partie du secteur de la construction et qui, par leur travail, leur savoir-faire et leur esprit d’entreprise, ont physiquement façonné la ville [Bertels, 2009 ; Bertels et al., 2016].

2Jusqu’ici, les années 1860 et, par extension, toute la période du milieu du 19e siècle sont plutôt restées hors du champ de la recherche historique sur le monde de la construction bruxellois. C’est pourtant au cours de cette période cruciale que Bruxelles a connu une première phase d’essor fulgurant. L’importance politique et économique de la capitale en fait alors un puissant pôle d’attraction, entraînant dans l’agglomération urbaine un triplement du nombre d’habitants, d’environ 100 000 en 1831 à quelque 300 000 en 1865 [Leblicq et De Metsenaere, 1979]. Entre 1858 et 1877, la Belgique traverse sans discontinuer une phase de croissance économique et d’urbanisation [Duchêne, 2000], surtout à Bruxelles. Selon les recensements des bâtiments de 1856 et 1866, quelque 6 600 bâtiments sortent de terre dans toute l’agglomération urbaine au cours de cette décennie. Vers 1865, Bruxelles est donc une ville en pleine mutation. Ses faubourgs ne cessent de s’étendre, mais dans le centre-ville aussi, des quartiers populaires sont entièrement rasés pour faire place, d’une part, à la construction du Palais de justice et, d’autre part, au voûtement de la Senne et à l’aménagement des boulevards centraux.

3Bien que disposant de bonnes connaissances urbanistiques et architecturales sur cette période [De Beule, 2017 ; Loir, 2018], nous savons à peine qui étaient alors les acteurs sur le terrain. Là réside pourtant un potentiel important. Cette période d’essor urbain coïncide en effet avec le point de bascule de la deuxième révolution industrielle, qui posa les bases de l’organisation actuelle du secteur de la construction. Une perspective historique de cette période nous permettrait de mieux comprendre les besoins qui, aujourd’hui encore, caractérisent le secteur, tels que des ateliers idéalement situés dans la ville, la proximité des fournisseurs et l’afflux d’ouvriers qualifiés [De Boeck et al., 2020]. Pour appréhender ces besoins actuels sous une perspective à long terme, il est utile de découvrir comment les acteurs de la construction ont su réaliser une précédente phase de transformation urbaine.

4Il convient ici de mettre l’accent sur les nombreux artisans et entrepreneurs actifs à petite échelle et qui, hier comme aujourd’hui, forment le gros du secteur de la construction urbaine [Martini, 2016 ; Buyst, 1992]. D’un point de vue historique, l’intérêt s’est surtout porté jusqu’ici au cas concret d’artisans et d’entreprises de grande envergure, à l’esprit novateur et de bonne renommée [Jacqmin, 2001 ; Pesztat, 2018], soulevant dès lors la question de leur représentativité du secteur dans son ensemble. C’est pourquoi il nous faut un cadre quantitatif pour l’analyse historique du secteur de la construction urbaine, et c’est ce que cet article propose pour le Bruxelles du milieu des années 1860. Bien que nous manquions de sources directes sur les petites entreprises du secteur de la construction, la confrontation des données issues de diverses sources indirectes permet d’établir une liste aussi exhaustive que possible des artisans et entrepreneurs du secteur bruxellois de la construction et d’obtenir un éclairage précis sur leur profil professionnel, sociodémographique et spatial. Pour ce faire, nous avons puisé dans les registres des patentables (1864), les registres des électeurs (1865), les matrices cadastrales (1865) et les almanachs du commerce (1866), dont nous expliquons plus loin les particularités.

5L’accent est donc mis sur les entreprises enregistrées d’entrepreneurs qui travaillaient de manière indépendante, jusqu’à la plus petite échelle de l’entreprise unipersonnelle. Il ne s’agissait parfois que d’entrepreneurs qui exerçaient à titre accessoire ou sous le statut précaire de faux indépendant mais qui, vu les limites des sources, étaient toujours inscrits officiellement comme gérants de leur propre entreprise. Par conséquent, pour alimenter la recherche, tant le travail salarié qu’une part considérable des « dessous » informels de l’entrepreneuriat dans le secteur de la construction méritent encore d’être explorés, de même que les formes complexes d’interactions entre les divers acteurs du monde de la construction bruxellois.

6Dans la suite de cet article, nous dresserons un profil varié des artisans et entrepreneurs actifs dans le secteur bruxellois de la construction vers 1865. Nous nous pencherons d’abord sur la structure du secteur et les différences d’échelle dans la gestion d’entreprise. Nous aborderons ensuite les divers profils sociodémographiques des entrepreneurs, sous l’angle de leur niveau de prospérité, de leur origine et de leur sexe. Enfin, nous analyserons sous un angle spatial le point de chute de ces entrepreneurs dans la ville et la manière dont leur localisation s’articulait avec leurs chantiers.

1. Les métiers du secteur de la construction

  • 1 Almanachs, Archives de la Ville de Bruxelles [en ligne], site consulté le 25/01/2023, archives.brux (...)
  • 2 Pour 1866, il s’agit des communes de Bruxelles, Ixelles, Saint-Gilles, Anderlecht, Molenbeek-Saint- (...)

7L’étude repose sur un échantillon de 2 445 entreprises actives dans le secteur bruxellois de la construction vers 1865. Cet échantillon a été constitué à l’aide des « Almanachs du commerce et de l’industrie » de 1866, disponibles en ligne via les archives de la Ville de Bruxelles1. Ces almanachs étaient publiés annuellement pour l’ensemble de l’agglomération bruxelloise2. Une partie est classée par profession, avec mention du nom et de l’adresse de chaque entrepreneur. Nous avons ainsi pu retracer tous les entrepreneurs répertoriés sous un métier du bâtiment. Étant donné que les almanachs étaient loin d’être composés de manière systématique [Debroux, 2012: 105–107], ces données ont été complétées des entrepreneurs répertoriés dans les « registres des patentables » de 1864. Entre 1795 et 1919, tout entrepreneur devait demander chaque année une patente pour l’exercice de son métier. En fonction de leur secteur et de la taille de leur entreprise, ils se voyaient imposer un certain taux d’imposition. Dans les registres des patentables, les entrepreneurs sont mentionnés avec leur adresse, leur profession et le nombre de travailleurs [Kurgan-Van Hentenrijk, 1979]. Cette source fournit un éclairage tout aussi peu complet : les registres des patentables sont uniquement transmis pour la Ville de Bruxelles (où étaient alors établies environ 60 % des entreprises de la construction) et les plus petits entrepreneurs y sont sous-représentés, dans la mesure où les artisans sans travailleurs étaient exonérés de droit de patente depuis 1849 [Parisel, 1961: 97–99].

  • 3 Le recensement de la population de 1866 répertorie, dans la province du Brabant, 28 332 personnes a (...)
  • 4 Sur la base des recensements des industries de 1846 et 1896, l’emploi industriel total dans l’agglo (...)

8Néanmoins, sur la base de ces deux sources, nous avons pu constituer une base de données de 2 445 entreprises de la construction. Le secteur du bâtiment était donc déjà très vaste dans les années 1860. Sur la base d’une taille d’entreprise moyenne de 3,9 employés (entrepreneur compris), telle que nous l’avons déduite des registres des patentables, l'emploi total peut être estimé à quelque 9 640 personnes. Le recensement de la population de 1866 permet une estimation comparable d’environ 10 100 personnes3, ce chiffre pouvant grimper à quelque 15 000 actifs pendant la haute saison. Soit environ 15 à 23 % de l’emploi industriel total à Bruxelles4. Dans une ville en plein essor, il n’est pas étonnant que le secteur de la construction constitue l’un des principaux piliers de l’économie urbaine.

  • 5 Comme les entreprises pouvaient être répertoriées dans plus d’une catégorie, le nombre total d’entr (...)

9Le secteur de la construction était également très diversifié. Les processus de production complexes exigeaient une foule de compétences spécialisées, regroupées dans différents métiers. Selon les professions prises en compte, différentes délimitations du secteur sont possibles. Au tableau 1, le travail préparatoire en atelier et les fournisseurs de matériaux de construction sont pris en considération5.

Tableau 1. Structure des professions dans le secteur de la construction à Bruxelles, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Profession

Entreprises

Pourcentage

Menuisiers et charpentiers

690

26,7 %

Travailleurs du fer et de l’acier

424

16,4 %

Peintres

321

12,4 %

Maçons

207

8,0 %

Plafonneurs

187

7,2 %

Marbriers et tailleurs de pierres

142

5,5 %

Entrepreneurs (de travaux)

119

4,6 %

Vitriers

89

3,4 %

Producteurs de métaux non ferreux

88

3,4 %

Marchands de bois et scieries

86

3,3 %

Marchands de matériaux de construction

81

3,1 %

Couvreurs

62

2,4 %

Plombiers

61

2,4 %

Stucateurs

18

0,7 %

Parqueteurs

5

0,2 %

Archives de la Ville de Bruxelles

10Lorsque nous comparons les différents sous-secteurs, force est de constater l’importance qu’avaient encore les artisans du bois et du fer vers 1865. Un peu plus de 40 % du secteur de la construction était aux mains des menuisiers et charpentiers, qui réalisaient toutes sortes d’éléments de construction en bois [Houbrechts, 2015: 54–58], et des travailleurs du fer, principalement des serruriers-poêliers, qui produisaient des éléments de construction en fer en tous genres [Marneffe, 2020: 92]. À cette époque, la mécanisation et l’agrandissement d’échelle de la production du bois et du fer étaient en route, mais sans entraîner encore la disparition des nombreux petits ateliers en ville. La mécanisation de la construction était alors encore très limitée [Degraeve, 2019]. Sur les à peine douze machines à vapeur répertoriées dans les almanachs et les registres des patentables, six appartenaient à des menuisiers et des scieries, et trois à des artisans du fer. Deux plombiers et un marbrier en faisaient aussi déjà usage.

11Le tableau 2 montre qu’il s’agissait pour la plupart d’entreprises de petite envergure, leur taille moyenne étant établie sur la base des registres des patentables de 1864. Avec respectivement 3,6 et 3 employés par entreprise (entrepreneur compris), tant les menuiseries que les ferronneries étaient encore de très petite taille.

Tableau 2. Taille moyenne des entreprises (nombre d’ouvriers et d’entrepreneurs) par profession de la construction à Bruxelles, sur la base des registres des patentables (1864)

Profession

Emploi (ouvriers et entrepreneurs)

Entreprises

Taille moyenne de l’entreprise

Maçons

895

91

9,8

Marbriers et tailleurs de pierres

434

69

6,3

Plafonneurs

550

109

5,0

Couvreurs

148

37

4,0

Menuisiers

1456

405

3,6

Peintres

657

202

3,3

Travailleurs du fer et de l’acier

784

263

3,0

Plombiers

104

39

2,7

Producteurs de métaux non ferreux

123

52

2,4

Vitriers

73

58

1,3

Archives de la Ville de Bruxelles

12L’importance de quelques autres professions de la construction souligne le rôle déterminant du goût architectural de l’époque. Les maisons étaient encore souvent construites dans un style néoclassique relativement uniforme, avec une ornementation modeste. Les métiers du bâtiment ainsi à l’œuvre étaient peintres, plafonneurs, marbriers et tailleurs de pierres et stucateurs. Ensemble, ils représentaient environ un quart du secteur de la construction. Les peintres, surtout, constituaient un grand corps de métier. Eux aussi travaillaient à très petite échelle, avec en moyenne 3,3 personnes par entreprise.

13Avec respectivement 5 et 6,3 employés, les plafonneurs et les marbriers et tailleurs de pierres étaient d’une taille un peu plus grande. Tout comme les couvreurs et les maçons, ils suivaient une logique qui s’appliquait davantage aux métiers du gros œuvre comme les entrepreneurs de travaux. Pour ces derniers, les registres des patentables ne contiennent pas de chiffres relatifs à la taille de l’entreprise, mais sans doute en possédaient-ils de plus grandes encore. Poussée par la demande accrue en travaux de gros œuvre, la croissance de la taille de leur entreprise était le résultat de la nécessité et de la possibilité d’engager davantage d’ouvriers, surtout peu qualifiés, sur une base (semi-)permanente [Clarke, 1992]. L’essor continu de la ville offrit à quelques entrepreneurs, essentiellement maçons et menuisiers, l’opportunité de transformer leur établissement en entreprise de construction de grande envergure. Raison pour laquelle l’importance des entrepreneurs de travaux augmenta rapidement à cette époque. Sur des chantiers toujours plus grands et plus complexes, ils remplissaient une fonction de coordination cruciale. S’ils ne représentaient encore qu’à peine 5 % du secteur de la construction vers 1865, ils n’allaient pas tarder à éclipser et absorber les maçons. Et dès les années 1870, ils consolideront leur importance accrue dans la nouvelle catégorie professionnelle des « entrepreneurs généraux » [Bertels, 2011 ; Dobbels, 2021].

14Enfin, nous pouvons noter l’importance encore limitée des plombiers. Un système de distribution d’eau moderne était opérationnel à Bruxelles depuis 1856, mais il était toujours en cours d’extension, tandis qu’un nouveau système d’égouttage n’est entré en service qu’après le voûtement de la Senne en 1867-71. Peu de techniques modernes avaient déjà fait leur entrée dans les maisons. Ce n’est qu’après 1865 que les métiers liés aux équipements d’utilité publique, tels que les plombiers, commenceront à s’imposer en valeur sûre du secteur de la construction [Degraeve, 2022].

2. Profils sociodémographiques

15La diversité des métiers de la construction et de leur échelle d’activités avait de grandes incidences sur les différents profils sociodémographiques des entrepreneurs. Une ébauche de ces profils est ici réalisée sur la base de la position économique et sociale des entrepreneurs, de leur origine et de leur sexe.

16Le secteur de la construction se composait, d’une part, d’un petit nombre d’entrepreneurs très fortunés, à la tête de grandes entreprises. D’autre part, beaucoup dirigeaient des entreprises de petite taille, tout en ayant une position sociale à peine plus enviable que celle de leurs ouvriers, ou possédaient une entreprise unipersonnelle, sans travailleurs salariés. En 1864, 41 % des entrepreneurs du bâtiment bruxellois appartenaient à ce dernier groupe, 37 % employaient 1 à 3 ouvriers, 15 % en comptaient 4 à 10 , et seulement 7 % étaient à la tête d’une entreprise de plus de dix ouvriers.

17Par ailleurs, une distinction sociale peut être sommairement opérée sur la base du droit de vote. Dans le cadre du suffrage censitaire, de mise en Belgique de 1830 à 1893, il fallait payer un total d’au moins 42,32 francs en impôt foncier, impôt personnel et droit de patente pour bénéficier du droit de vote. Nous pouvons donc présumer que les votants jouissaient d’une certaine aisance et d’un certain statut social. Le registre des électeurs bruxellois de 1865, conservé dans les archives de la Ville, recense 504 entrepreneurs de la construction, soit 41 % de tous les entrepreneurs du bâtiment établis à Bruxelles-Ville. Ce pourcentage est comparativement beaucoup moins élevé que les 60 % de votants parmi les boulangers bruxellois en 1865, qui étaient en général plus aisés [Scholliers, 2021: 173]. Le registre des électeurs indique aussi les montants payés, qui variaient fortement d’un entrepreneur à l’autre : de 13 à 559 fr d’impôt personnel, avec une moyenne de 78 fr ; de 0,1 à 528 fr d’impôt foncier (moy. 57 fr) ; et de 2 à 191 fr de droit de patente (moy. 28 fr).

  • 6 E. Vanhaute, S. Vrielinck et T. Wiedemann, Base de données historique des statistiques cadastrales (...)

18Ceci montre déjà que les différences sociales ne peuvent être réduites à une simple opposition entre votants et non-votants. Une autre distinction peut être opérée sur la base de la propriété foncière. La promotion immobilière était une stratégie de revenus prisée par la classe moyenne inférieure [Crossick, 1984], surtout par les entrepreneurs de la construction qui bâtissaient souvent eux-mêmes leurs terrains à des fins spéculatives. Les matrices cadastrales, publiées pour la Ville de Bruxelles par P.C. Popp en 1865 et numérisées dans la base de données POPPKAD6, fournissent des informations – complétées d’une analyse des matrices des communes environnantes – sur la propriété foncière des entrepreneurs du bâtiment bruxellois. Quelque 30 % d’entre eux possédaient au moins une parcelle à Bruxelles ou dans les communes de la périphérie. La superficie totale allait de 24 m² à un peu plus de 4,4 hectares (moy. 244 m²) et le revenu cadastral variait de 33 à 10 962 fr au total (moy. 429 fr). La possession de leur propre logement, comprenant généralement ateliers et entrepôts, était l’apanage d’un pourcentage encore moins élevé (23,5 %). À nouveau, les superficies divergeaient fortement : d’à peine 9 m² à 1093 m² (moy. 60 m²). Les revenus cadastraux variaient, quant à eux, de 18 à 9 501 fr (moy. 270 fr).

19La grande majorité des entrepreneurs du bâtiment bruxellois louaient donc un logement modeste, ne possédaient pas de foncier, ne bénéficiaient pas du droit de vote et employaient tout au plus trois ouvriers. De l’autre côté du spectre social se trouvait une couche supérieure d’entrepreneurs fortunés, qui faisaient partie de l’élite bourgeoise de Bruxelles. Un petit groupe de neuf entrepreneurs, dont les entrepreneurs-menuisiers Pierre Pelseneer et Pierre-Joseph Godefroy, disposaient, selon les almanachs, du prestigieux droit de vote pour élire des juges au tribunal de commerce de Bruxelles.

20Un deuxième aspect du profil sociodémographique des entrepreneurs du bâtiment réside dans leur origine. Le secteur de la construction, avec ses nombreuses possibilités de travail peu qualifié à des salaires relativement élevés, est connu pour sa grande accessibilité et son pouvoir d’attraction pour les travailleurs migrants [Scholliers, 1990]. Plusieurs historiens ont déjà observé une grande mobilité des ouvriers du bâtiment vers les villes en expansion [Barjot et Colin, 2006 ; Martini, 2016 ; Grossutti, 2021], dont certains finissaient par créer leur propre entreprise [Corbin, 1975]. Un regard quantitatif sur l’origine des entrepreneurs du bâtiment bruxellois vers 1865 permet de vérifier dans quelle mesure non seulement le travail, mais aussi l’entrepreneuriat, étaient ouverts aux migrants. Comme il était encore très inhabituel, dans les années 1860, de voir des entrepreneurs extérieurs à Bruxelles venir travailler dans la capitale ou y établir leur entreprise existante, nous supposons qu’il s’agissait de personnes qui avaient d’abord trouvé du travail dans le secteur en tant qu’ouvrier salarié, avant de se lancer plus tard en tant qu’indépendant.

  • 7 L’échantillon aléatoire a été constitué en recherchant les entrepreneurs de la construction par ord (...)

21Sur la base des lieux de naissance répertoriés dans le registre des électeurs de 1865, nous pouvons retracer l’origine de 521 entrepreneurs bruxellois du bâtiment. S’agissant d’entrepreneurs relativement aisés et jouissant du droit de vote, ils ont été complétés d’un échantillon aléatoire de 95 entrepreneurs sans droit de vote, extraits du registre de la population de 18667. L’analyse finale a été réalisée sur un échantillon de 609 lieux de naissance pouvant être retracés avec certitude.

  • 8 Merci à Sven Vrielinck (LOKSTAT Université de Gand) pour le « shapefile » et les coordonnés des com (...)
  • 9 Basé sur les données de Paul Kevers (spoorweggeschiedenis.be) et les données vectorielles du réseau (...)

22La figure 1 situe ces lieux de naissance sur une carte de Belgique du 19e siècle, sauf pour les personnes nées à Bruxelles-Ville ou à l’étranger8. La carte montre aussi les lignes ferroviaires aménagées en 1855 afin de préciser leur influence sur les parcours migratoires9. Les lieux de naissance sont répartis en sept catégories. Sur la base de l’importance relative des entrepreneurs non votants, des estimations de pourcentage ont été calculées par catégorie.

Figure 1. Lieux de naissance des entrepreneurs bruxellois de la construction vers 1865 (hors Bruxelles et étranger)

Figure 1. Lieux de naissance des entrepreneurs bruxellois de la construction vers 1865 (hors Bruxelles et étranger)

23Une courte majorité de 56 % des entrepreneurs bruxellois du bâtiment avaient émigré dans la capitale au cours de leur vie. Alors que, pendant cette période, environ la moitié des habitants de Bruxelles y étaient nés [Leblicq et De Metsenaere, 1979 ; Eggerickx, 2013], ils n’exploitaient donc que 44 % des entreprises de construction locales.

24Comme lors de périodes précédentes, 16 % provenaient de l’arrière-pays immédiat dans un rayon de 20 km de la ville, à l’instar de 14 entrepreneurs venus d’Uccle et 8 de Watermael-Boitsfort. Cependant, grâce à l’augmentation du trafic ferroviaire, on pouvait déjà parcourir de plus longues distances au milieu du 19e siècle. Sachant que la navette quotidienne n’est apparue que dans les années 1870 [Vanhaute, 2003 ; Schepers et al., 2020], nous pouvons présumer que ces trajets représentaient encore, dans les années 1860, des migrations réelles. En 1865, 14 % des entrepreneurs bruxellois du bâtiment étaient nés dans une autre ville belge de plus de 10 000 habitants, principalement Gand (13 entrepreneurs), Anvers (12) et Bruges (8).

25Dans les années 1860, le réseau ferroviaire avait aussi permis de désenclaver les campagnes et la main-d’œuvre rurale excédentaire de tout le pays se retrouvait à Bruxelles. Un phénomène d’autant plus prégnant dans les années de crise 1845-1847 et 1853-1856 [Ronsijn et Vanhaute, 2018]. En 1865, 6 % des entrepreneurs du bâtiment bruxellois provenaient des provinces du nord. À cela s’ajoutaient encore 6 % en provenance du Hainaut, de Namur ou de Liège. Par ailleurs, un autre impact particulièrement important fut l’inauguration en 1855 de trois lignes ferroviaires venues désenclaver plusieurs villages du sud de la province du Brabant (arrondissement de Nivelles). À nouveau, 6 % étaient originaires de cette région qui, durant le 19e et au début du 20e siècle, continua à faire office de réservoir de main-d’œuvre pour le secteur de la construction bruxellois [Scholliers, 1990 ; Van Den Eeckhout, 1980].

26Enfin, plusieurs entrepreneurs de la construction étaient nés à l’étranger, principalement dans de grandes villes bénéficiant de bonnes liaisons ferroviaires : aux Pays-Bas (Rotterdam, Bois-le-Duc, Maastricht, Breda, etc.), en France (Paris, Valenciennes, Dunkerque, etc.), dans les états allemands (Aix-la-Chapelle et Cologne) et dans un canton suisse (Tessin). En 1866, leur proportion de 8 % était légèrement supérieure aux 5 % de l’ensemble de la population bruxelloise qui était née à l’étranger [Greefs et Winter, 2020].

27Il en ressort que la relation entre migration et construction ne concernait pas uniquement le travail salarié, mais aussi l’entrepreneuriat. Sans guère de barrières de financement à surmonter pour créer leur propre entreprise [Wellings, 2008], les entrepreneurs du bâtiment formaient un groupe ouvert, également facilement accessible aux travailleurs migrants.

28Un troisième aspect se rapporte au sexe des entrepreneurs bruxellois du bâtiment. Le secteur de la construction est réputé être une industrie dominée par les hommes, mais cette perception doit être replacée dans son contexte historique. L’implication des femmes, en particulier dans l’entrepreneuriat, était plus forte au 19e siècle qu’aujourd’hui. Pour étayer cette perspective, nous avons sélectionné, dans les almanachs (1866) et les registres des patentables (1864), tous les entrepreneurs désignés comme femmes sur la base d’un titre féminin (veuve, par exemple), d’un prénom féminin ou d’un nom de profession féminisé.

29Au total, 83 femmes étaient actives en tant qu’entrepreneurs du bâtiment à Bruxelles vers 1865. Elles représentaient 3,2 % de tous les entrepreneurs de la construction, ce qui est conforme à de précédentes conclusions [Lemmens, 1986]. Ainsi, si l’entrepreneuriat dans la construction était déjà nettement masculin à l’époque, ce pourcentage n’en était pas moins bien supérieur aux proportions relevées dans le secteur au 20e siècle [Heyrman, 2001], comme à peine 0,4 % à Bruxelles en 1965 [Degraeve, 2021]. Des facteurs socioculturels ont favorisé le retrait des femmes d’une implication active dans le monde de l’entreprise [Honeyman et Goodman, 1991 ; Vickery, 1993], surtout dans les secteurs à forte main-d’œuvre comme la construction [Crossick et Haupt, 1995 ; Heyrman, 2001]. De plus, grâce au niveau de vie en hausse d’une classe moyenne croissante, les veuves étaient moins contraintes de poursuivre l’entreprise de leur défunt mari pour survivre.

30Vers 1865, cette évolution n’était pas encore aussi avancée. Dans de nombreux cas, un niveau de vie précaire obligeait les femmes à reprendre les rênes de l’entreprise de construction. Dans 81 % des cas, il s’agissait de veuves qui avaient repris l’entreprise de leur défunt mari. Quelques-unes géraient l’entreprise avec leur fils jusqu’à ce que celui-ci soit prêt à reprendre seul le flambeau. Elles semblaient donc remplir uniquement un rôle de transition entre hommes propriétaires d’entreprise [Crossick et Haupt, 1995 ; Nenadic, 1993], mais des études de cas ont montré que certaines veuves avaient aussi endossé un rôle direct de dirigeante [Kay, 2009].

31Ainsi, à Bruxelles, Marie Pierret était une entrepreneure à succès. En 1831, son mari Henri Leemans avait créé son entreprise de maçonnerie et de construction générale avec huit ouvriers. À son décès en 1853, les effectifs avaient grimpé à 70 ouvriers. Sa veuve Marie Pierret reprit l’affaire et, en 1864, elle avait 72 ouvriers à son service, soit plus que n’importe quel autre entrepreneur du bâtiment bruxellois à cette époque. En ce compris sa propre habitation, elle possédait pas moins de 26 parcelles : 13 à Saint-Josse-ten-Noode, 3 à Schaerbeek et 10 à Bruxelles, ce qui indique que Marie Pierret était aussi pleinement impliquée dans des projets de promotion spéculative. Elle remplit toutefois aussi de facto un rôle de transition, puisque son fils Henri-Guillaume Leemans reprit la direction de l’entreprise en 1865.

3. Les entrepreneurs de la construction dans l’espace urbain

32Marie Pierret gérait son entreprise depuis un immeuble de la rue de Laeken à Bruxelles, tout près des boulevards du centre en construction et des nombreux marchands de matériaux du port. De là, elle pouvait aussi entreprendre des chantiers à Schaerbeek et à Saint-Josse-ten-Noode. Le point de chute des entrepreneurs du bâtiment jouait souvent un rôle essentiel dans leurs activités. En témoigne l’étalement spatial des entreprises de construction, qui a été mis en lumière au moyen du logiciel Brussels Historical GIS, développé par l’IGEAT (ULB). Il identifie des adresses historiques et attribue des coordonnées sur la base de la carte Popp de 1865 pour la Ville de Bruxelles, et de la carte topographique de l’Institut cartographique militaire de 1893 pour les communes périphériques. 2 507 adresses (92 %) ont ainsi pu être localisées. Sur la Figure 2, les localisations d’entreprises qui en résultent sont reproduites sur une carte du Dépôt de la Guerre de 1869.

Figure 2. Localisation d’entreprises de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Figure 2. Localisation d’entreprises de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB) sur une carte du Dépôt de la Guerre (1869)

33La carte montre en premier lieu la forte dispersion des entrepreneurs du bâtiment à travers la ville. Grâce à leurs besoins limités en espaces – d’ordinaire, un petit atelier ou entrepôt suffisait –, les entreprises pouvaient souvent s’installer dans ou à proximité de l’habitation des entrepreneurs, qui pouvaient ainsi répondre aux besoins en construction et rénovation dans leur propre quartier.

34Au niveau des activités des entreprises, quelques schémas sont néanmoins observables. Les fournisseurs de bois et d’autres matériaux de construction se concentraient dans la zone du port, au centre, près des gares et du canal vers Charleroi, inauguré en 1832. Comme ils dépendaient de leur approvisionnement en matériaux lourds, ils pouvaient ainsi comprimer fortement leurs coûts de transport. De plus, les larges parcelles dans ces quartiers, destinées aux industries urbaines, répondaient à leurs importants besoins de stockage [Vandyck, 2020]. Si d’autres sous-secteurs concentraient 20 à 25 % d’entreprises dans la vaste zone du canal, ce pourcentage atteignait 57 % pour les marchands de bois et les scieries et 60 % pour les marchands de matériaux de construction.

Figure 3. Localisation des marchands de matériaux de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Figure 3. Localisation des marchands de matériaux de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB)

35Bon nombre de marchands de matériaux se tournaient aussi vers les faubourgs en plein développement. Avec, là aussi, des schémas notables. Vers 1865, environ 58 % des entreprises de construction étaient encore installées dans le centre-ville historique (le « Pentagone »), mais les différences entre les sous-secteurs étaient grandes. Les producteurs d’éléments de construction en métaux non ferreux (82 %), les vitriers (75 %) et les plombiers (68 %) étaient fortement représentés dans le centre. Ils avaient besoin de leurs propres ateliers de production. Leur investissement dans une infrastructure appropriée se traduisait aussitôt par une certaine inertie localisationnelle, un ancrage à cet endroit, où l’entreprise restait ensuite souvent active pendant des décennies.

36Dans d’autres branches d’activités, les entrepreneurs étaient plus souples d’un point de vue localisationnel. Outre les marchands de matériaux de construction (36 % dans le centre), les marbriers et tailleurs de pierres (41 %), les entrepreneurs de travaux (45 %) et les maçons (46 %) quittèrent rapidement le centre-ville. Les marchands de matériaux de construction et les marbriers et tailleurs de pierres s’établirent dans les faubourgs afin de limiter le coût de transport de leurs lourdes marchandises vers les nombreux chantiers à proximité. Quant aux entrepreneurs de travaux et aux maçons, ayant peu besoin d’espaces propres, ils se réinstallaient facilement là où la demande pour leurs services était la plus forte.

Figure 4. Localisation des producteurs de métaux non ferreux (82 % dans le centre) et des marbriers et tailleurs de pierres (41 %) à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Figure 4. Localisation des producteurs de métaux non ferreux (82 % dans le centre) et des marbriers et tailleurs de pierres (41 %) à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)

Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB)

  • 10 Étant donné qu’entre 1828 et 1871 les nouvelles constructions étaient exonérées d’impôt foncier pen (...)

37Enfin, comment s’articulaient ces localisations d’entreprises par rapport aux chantiers où s’activaient les entrepreneurs de la construction ? Au sujet du lien entre simples chantiers de construction et entrepreneurs du bâtiment, peu de sources sont en général disponibles et bien d’autres recherches s’imposent. Une rare opportunité nous est offerte en nous concentrant, dans la base de données POPPKAD, sur la promotion immobilière spéculative à laquelle se livraient les entrepreneurs de la construction10. Deux concentrations d’activités de construction avec un profil social différent ont été étudiées plus en détail : autour de la rue Marie-Thérèse, dans le quartier Léopold, où l’on construisait pour la bourgeoisie, et au sud-ouest du centre-ville, où l’on construisait pour la classe ouvrière et la classe moyenne inférieure. Le rayon d’action de 19 entrepreneurs en activité y variait de moins de 100 mètres à un peu plus de 3,5 kilomètres. On parcourait en moyenne 1,1 kilomètre. Quelque 54 % travaillaient à moins de 1 kilomètre du chantier, 41 % entre 1 et 3 kilomètres, et seulement 5 % parcouraient plus de 3 kilomètres [Degraeve, 2021: 403–409]. Ceci confirme la thèse d’un secteur de la construction surtout actif, jusqu’au cœur du 20e siècle, au niveau local, intra-urbain [Whitehand, 1992]. Alors que les ouvriers étaient déjà géographiquement très mobiles vers 1865, les entrepreneurs eux-mêmes conservaient un ancrage très local pour répondre aux besoins de la population urbaine locale.

Conclusion

38En proposant un large aperçu quantitatif de la composition et de l’organisation du secteur bruxellois de la construction vers 1865, cet article répond à une double nécessité. D’une part, un éclairage sur le profil des entrepreneurs et artisans du bâtiment en tant qu’acteurs cruciaux de la croissance et du développement de l’espace urbain, offre une perspective à long terme sur les besoins et enjeux qui caractérisent encore aujourd’hui le secteur de la construction. D’autre part, il permet une meilleure compréhension historique de cette période peu étudiée, mais cruciale pour Bruxelles, du développement urbain vers 1865. Avec près de 2 500 entreprises et 10 à 15 000 employés (quelque 15 à 23 % de l’emploi industriel à Bruxelles), c’est un secteur de la construction déjà très important à l’époque qui répondait aux besoins en construction d’une capitale en pleine croissance et industrialisation.

39Via une base de données de 2 445 entrepreneurs de la construction, constituée à l’aide d’almanachs du commerce, de registres des patentables, de registres des électeurs et de matrices cadastrales, nous avons pu obtenir une image variée de leur profil professionnel, sociodémographique et spatial. Les activités professionnelles montrent tant l’organisation moderne émergente d’un secteur de la construction en transformation – avec une importance croissante des entrepreneurs de travaux – que l’organisation toujours à forte main-d’œuvre, peu mécanisée et à petite échelle d’un grand nombre de simples artisans. Ces différences sont à l’origine d’une grande diversité des profils sociodémographiques. Tandis qu’un petit groupe de riches entrepreneurs a pu accumuler beaucoup de capital sous l’effet de la forte urbanisation, l’entrepreneuriat était également ouvert, au vu des faibles exigences de capital, à un grand groupe d’artisans avec peu de moyens, y compris des migrants. Pour eux, le secteur de la construction à Bruxelles offrait, vers 1865 comme aujourd’hui, d’importantes opportunités d’emploi local et de mobilité sociale. Plus encore que par après, l’entrepreneuriat était alors également ouvert aux femmes, avec également des chances de succès, comme dans le cas de Marie Pierret.

40La taille du secteur et la petite échelle des entreprises expliquent aussi leur fort étalement spatial. Selon les besoins propres à chaque profession, certains entrepreneurs recherchaient des canaux de transport, d’autres restaient attachés au centre-ville et d’autres encore se déplaçaient facilement vers les faubourgs en développement. Cela permettait aux entrepreneurs d’être actifs sur les chantiers de leur quartier. Pour satisfaire une demande croissante et variée en construction et rénovation, l’ancrage local, la présence et la proximité des entreprises de construction et de leurs fournisseurs dans la ville étaient essentiels. Cette perspective à long terme confirme l’importance du besoin contemporain de continuer à libérer en ville l’espace nécessaire à ces acteurs, toujours chargés de l’entretien et de la rénovation du bâti urbain [De Boeck et al., 2020].

Merci à Sven Vrielinck (LOKSTAT Queteletcentrum voor Historische Statistieken, Université de Gand) pour l’accès à la base de données POPPKAD, et à Tatiana Debroux et Didier Peeters (ULB IGEAT) pour l’utilisation de l’outil Brussels Historical GIS. Cet article a été rédigé avec le soutien du Fonds de la Recherche scientifique – Flandre (FWO) (postdoctoral fellowship FWOTM1101).

Haut de page

Bibliographie

BABAR, Louise, 2016. La grande propriété foncière bruxelloise au XIXe siècle : l’usage des archives cadastrales en géographie urbaine. In : Belgeo. Revue belge de Géographie. Vol. 1.

BARJOT, Dominique et COLIN, Mariella, 2006. L’émigration-immigration italienne et les métiers du bâtiment en France et en Normandie. Cahier des Annales de Normandie, 31. Caen : Musée de Normandie.

BERTELS, Inge, 2009. De uitvoerders op het terrein. Een braakliggend onderzoeksdomein. In : CORNILLY, Jeroen (dir.), Bouwen aan wederopbouw 1914/2050. Architectuur in de Westhoek. Ypres : Erfgoedcel CO7. pp. 177–191.

BERTELS, Inge, 2011. Building contractors in late-nineteenth-century Belgium: from craftsmen to contractors. In : Construction History. vol. 26, pp. 1–18.

BERTELS, Inge, DENEWETH, Heidi, HOREMANS, Boris et VAN DE VOORDE, Stephanie, 2016. Pour une historiographie de l’entrepreneur du bâtiment (1400-2000). In : FLEURY, François, BARIDON, Laurent, MASTRORILLI, Antonella, MOUTERDE, Rémy et REVEYRON, Nicolas (dir.), Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux : Recueil de textes issus du deuxième congrès francophone d’histoire de la construction. Paris : Picard. pp. 1189–1199.

BUYST, Erik, 1992. An Economic history of residential building in Belgium between 1890 and 1961. Studies in Social and Economic History, 23. Louvain : Universitaire Pers Leuven.

CLARKE, Linda, 1992. Building capitalism: historical change and the labour process in the production of the built environment. Londres : Routledge.

CORBIN, Alain, 1975. Archaïsme et modernité du Limousin au XIXe siècle. Paris : Marcel Rivière.

CROSSICK, Geoffrey, 1984. The petite bourgeoisie in nineteenth-century Britain: the urban and liberal case. In : CROSSICK, Geoffrey et HAUPT, Heinz-Gerhard (dir.), Shopkeepers and Master Artisans in Nineteenth-Century Europe. Londres : Routledge. pp. 62–94.

CROSSICK, Geoffrey et HAUPT, Heinz-Gerhard, 1995. The petite bourgeoisie in Europe 1780-1914. Enterprise, Family and Independence. Londres : Routledge.

DE BEULE, Michel, 2017. Bruxelles, Histoire de planifier. Urbanisme aux 19e et 20e siècles. Sprimont : Mardaga.

DE BOECK, Sarah, DEGRAEVE, Matthijs et VANDYCK, Frederik, 2020. Maintaining small-scale production space in the city: the case of Brussels construction companies (1965-2016). In : Brussels Studies. 27 septembre 2020. vol. 147.

DEBROUX, Tatiana, 2012. Des artistes en ville. Géographie rétrospective des plasticiens à Bruxelles (1833-2008). Thèse de doctorat en géographie. Bruxelles : Université libre de Bruxelles.

DEBROUX, Tatiana, DECROLY, Jean-Michel, DELIGNE, Chloé, DESSOUROUX, Christian, LOIR, Christophe et VAN CRIEKINGEN, Mathieu, 2015. La production d’ensembles résidentiels élitaires (Bruxelles XVIIIe-XXe siècles). In : Genèses. vol. 99, no 2, pp. 69–92.

DEGRAEVE, Matthijs, 2019. Vakmanschap in tijden van massaproductie. De Brusselse bouwnijverheid in de negentiende en twintigste eeuw. In : Tijd-Schrift: Heemkunde en lokaal-erfgoedpraktijk in Vlaanderen. vol. 9, no 1, pp. 7–27.

DEGRAEVE, Matthijs, 2021. Building Brussels. Construction entrepreneurs in a transforming urban space (1830-1970). Thèse de doctorat en histoire. Bruxelles : Vrije Universiteit Brussel.

DEGRAEVE, Matthijs, 2022. From lead casters to sanitary installers. The evolution of the plumbing trade in nineteenth-century Brussels. In : Construction History. vol. 37, no 2, pp. 87–105.

DEMEY, Thierry, 1990. Bruxelles. Chronique d’une capitale en chantier. Du voûtement de la Senne à la jonction Nord-Midi. Bruxelles : Paul Legrain.

DOBBELS, Jelena, 2021. Building a Profession. A History of General Contractors in Belgium. Bruxelles : VUBPress.

DUCHÊNE, Vincent, 2000. De brutobinnenlandse kapitaalvorming in woongebouwen in België tussen 1830 en 1890: reconstructie en analyse van de investeringen en van het investeringsgedrag. Thèse de doctorat en histoire. Louvain : KU Leuven.

EGGERICKX, Thierry, 2013. Transition démographique et banlieue en Belgique : le cas de Bruxelles. In : Annales de démographie historique. vol. 126, no 2, pp. 51–80.

GALAVAN, Susan, 2021. Permitted designs: regulatory control and the late nineteenth-century Brussels row house. In : Construction History. vol. 36, no 1, pp. 25–47.

GREEFS, Hilde et WINTER, Anne, 2020. Cities in Motion. Mobility, migration selectivity and demographic change in Belgian cities, 1846-1910. In : BLONDÉ, Bruno, GEENS, Sam, GREEFS, Hilde, RYCKBOSCH, Wouter, SOENS, Tim et STABEL, Peter (dir.), Inequality and the City in the Low Countries (1200-2020). Studies in European Urban History, 50. Turnhout : Brepols. pp. 79–100.

GROSSUTTI, Javier P., 2021. From Guild Artisans to Entrepreneurs: The Long Path of Italian Marble Mosaic and Terrazzo Craftsmen (16th c. Venice – 20th c. New York City). In : International Labor and Working-Class History. vol. 100, pp. 60–86.

HEYMANS, Vincent, 1998. Les dimensions de Céline Ponsard2024-02-21T14:44:00cpl’ordinaire : la maison particulière entre mitoyens à Bruxelles. Fin XIXème - début XXème siècle. Paris : L’Harmattan.

HEYRMAN, Peter, 2001. Vrouwelijke zelfstandige arbeid in de 19de en 20ste eeuw. Een kwantitatieve duiding. In : VAN MOLLE, Leen et HEYRMAN, Peter (dir.), Vrouwenzaken, zakenvrouwen. Facetten van vrouwelijk zelfstandig ondernemerschap in Vlaanderen, 1800-2000. Gand : Provinciebestuur Oost-Vlaanderen. pp. 49–94.

HONEYMAN, Katrina et GOODMAN, Jordan, 1991. Women’s Work, Gender Conflict, and Labour Markets in Europe, 1500-1900. In : The Economic History Review. vol. 44, no 4, pp. 608–628.

HOUBRECHTS, David, 2015. Artisans du bois en Wallonie et à Bruxelles. Hier et aujourd’hui. Les dossiers de l’IPW, 14. Namur : Institut du Patrimoine wallon.

JACQMIN, Yves, 2001. Ambachtslui en bouwplaatsen in het Brussel van de 19de eeuw. In : Erfgoed en ambachten. Sprimont : Mardaga. pp. 27–34.

KAY, Alison, 2009. The Foundations of Female Entrepreneurship: Enterprise, Home and Household in London, c. 1800-1870. Londres : Routledge.

KURGAN-VAN HENTENRIJK, Régine, 1979. Les patentables à Bruxelles au XIXe siècle. In : Le Mouvement Social. vol. 108, pp. 63–88.

LEBLICQ, Yvon, 1982. L’urbanisation de Bruxelles aux XIXe et XXe siècles (1830-1952). In : Villes en mutation xixe-xxe siècles, 10e colloque international, Spa, 2-5 sept., Actes. Bruxelles : Crédit communal de Belgique. pp. 335–394.

LEBLICQ, Yvon et DE METSENAERE, Machteld, 1979. De groei. In : STENGERS, Jean (dir.), Brussel. De groei van een hoofdstad. Bruxelles : Fonds Mercator. pp. 167–177.

LEMMENS, Peter, 1986. Bevorderingsmogelijkheden voor de Brusselse middenstandsvrouwen in de tweede helft van de 19de eeuw. Een kwantitatief-historisch onderzoek. Mémoire de licence en histoire. Bruxelles : Vrije Universiteit Brussel.

LOIR, Christophe, 2018. Le patrimoine néoclassique. Bruxelles, Ville d’Art et Céline Ponsard2024-02-21T14:53:00cpd’Histoire, 57. Bruxelles : Région de Bruxelles-Capitale.

MARNEFFE, Françoise, 2020. Le poêle en fonte, un objet Céline Ponsard2024-02-21T14:53:00cprévolutionnaire. In : Bruxelles Patrimoines. vol. 33, pp. 82–99.

MARTINI, Manuela, 2016. Bâtiment en famille : migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle. Paris : CNRS.

NENADIC, Stana, 1993. The Small Family Firm in Victorian Britain. In : Business History. vol. 35, no 4, pp. 86–114.

PARISEL, Claire, 1961. Les artisans de la Ville de Bruxelles de 1816 à 1860. Mémoire de licence. Bruxelles : Université libre de Bruxelles.

PESZTAT, Yaron (dir.), 2018. Blaton : une dynastie de constructeurs - een dynastie van bouwers. Bruxelles : AAM.

RONSIJN, Wouter et VANHAUTE, Eric, 2018. From the hungry 1840s to the dear 1850s: the case of Belgium’s food price crisis, 1853–56. In : Agricultural History Review. vol. 66, no 2, pp. 238–260.

SACRÉ, Alix, 2019. Le chemin de fer dans la ville. Gares et urbanisation au nord-est de Bruxelles 1850-1930. Bruxelles : CFC-Éditions.

SCHEPERS, Ingrid, POLASKY, Anne, VERHETSEL, Ann et DE BLOCK, Greet, 2020. Organising the Work-Home Split by the Urban-Rural Link. In : BLONDÉ, Bruno, GEENS, Sam, GREEFS, Hilde, RYCKBOSCH, Wouter, SOENS, Tim et STABEL, Peter (dir.), Inequality and the City in the Low Countries (1200-2020). Studies in European Urban History, 50. Turnhout : Brepols. pp. 101–122.

SCHOLLIERS, Peter, 1990. Loonontwikkeling, conjunctuur en arbeidsverhoudingen in het bouwvak in Brussel en Parijs, 1855-1940. In : Belgisch tijdschrift voor nieuwste Céline Ponsard2024-02-21T14:55:00cpgeschiedenis. vol. 21, no 1–2, pp. 1–47.

SCHOLLIERS, Peter, 2021. Brood: Een geschiedenis van bakkers en hun brood. Anvers : Vrijdag Uitgevers.

STRAUVEN, Francis, 1975. 19e-eeuwse architectuur en stedebouw te Brussel. In : Openbaar Kunstbezit Vlaanderen. no 13, pp. 147–149.

VAN DEN EECKHOUT, Patricia, 1980. Determinanten van het 19e eeuws sociaal-economisch leven te Brussel. Hun betekenis voor de laagste bevolkingsklassen. Thèse de doctorat en histoire. Bruxelles : Vrije Universiteit Brussel.

VANDYCK, Frederik, 2020. Built to construct. Learning from the architecture of construction workplaces in the Brussels-Capital Region. Thèse de doctorat en sciences de l’ingénieur-architecture. Bruxelles : Vrije Universiteit Brussel.

VANHAUTE, Eric, 2003. Leven, wonen en werken in onzekere tijden. Patronen van bevolking en arbeid in België in de “lange negentiende eeuw”. In : BMGN - Low Countries Historical Review. vol. 118, no 2, pp. 153–178.

VICKERY, Amanda, 1993. Golden Age to Separate Spheres? A Review of the Categories and Chronology of English Women’s History. In : The Historical Journal. vol. 36, no 2, pp. 383–414.

WELLINGS, Fred, 2008. British Housebuilders: History and Analysis. Londres : John Wiley & Sons.

WHITEHAND, Jeremy W.R., 1992. The making of the urban landscape. Oxford : Blackwell.

ZITOUNI, Benedikte, 2010. Agglomérer. Une anatomie de l’extension bruxelloise. Bruxelles : VUBPress.

Haut de page

Notes

1 Almanachs, Archives de la Ville de Bruxelles [en ligne], site consulté le 25/01/2023, archives.bruxelles.be/almanachs.

2 Pour 1866, il s’agit des communes de Bruxelles, Ixelles, Saint-Gilles, Anderlecht, Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek et Saint-Josse-ten-Noode.

3 Le recensement de la population de 1866 répertorie, dans la province du Brabant, 28 332 personnes actives dans les professions reprises sous le tableau 1. En 1866, quelque 36 % de l’emploi brabançon était situé dans l’agglomération bruxelloise, soit une estimation de 10 102 employés dans le secteur bruxellois de la construction. La relative concentration des activités de construction à Bruxelles et le recensement de la situation au 31 décembre (pendant la basse saison) laissent néanmoins supposer un nombre réel encore plus élevé.

4 Sur la base des recensements des industries de 1846 et 1896, l’emploi industriel total dans l’agglomération bruxelloise était estimé en 1865 à 64 800 personnes.

5 Comme les entreprises pouvaient être répertoriées dans plus d’une catégorie, le nombre total d’entreprises reprises dans ce tableau (2 580) est supérieur au nombre réel de 2 445 entreprises uniques.

6 E. Vanhaute, S. Vrielinck et T. Wiedemann, Base de données historique des statistiques cadastrales POPPKAD, Queteletcentrum voor Historische Statistieken, Université de Gand.

7 L’échantillon aléatoire a été constitué en recherchant les entrepreneurs de la construction par ordre alphabétique sur la base du nom de rue.

8 Merci à Sven Vrielinck (LOKSTAT Université de Gand) pour le « shapefile » et les coordonnés des communes belges.

9 Basé sur les données de Paul Kevers (spoorweggeschiedenis.be) et les données vectorielles du réseau ferroviaire contemporain de l’Unité de Géomatique de l’Université de Liège (Atlas de Belgique, https://old.atlas-belgique.be/).

10 Étant donné qu’entre 1828 et 1871 les nouvelles constructions étaient exonérées d’impôt foncier pendant huit ans (Pasinomie, 1827-1830: 148-150), les constructions récentes apparaissent ici avec un revenu cadastral de 0 fr Là où les entrepreneurs du bâtiment étaient propriétaires de ces nouvelles habitations, on peut en déduire qu’ils étaient impliqués peu de temps auparavant dans leur construction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Lieux de naissance des entrepreneurs bruxellois de la construction vers 1865 (hors Bruxelles et étranger)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 2. Localisation d’entreprises de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB) sur une carte du Dépôt de la Guerre (1869)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Figure 3. Localisation des marchands de matériaux de construction à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Titre Figure 4. Localisation des producteurs de métaux non ferreux (82 % dans le centre) et des marbriers et tailleurs de pierres (41 %) à Bruxelles vers 1865, sur la base des almanachs (1866) et registres des patentables (1864)
Crédits Archives de la Ville de Bruxelles. Géolocalisation via Brussels Historical GIS (IGEAT, ULB)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/7359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthijs Degraeve, « Qui a bâti Bruxelles ? Profil des artisans et entrepreneurs du secteur bruxellois de la construction vers 1865 »Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 190, mis en ligne le 17 mars 2024, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/brussels/7359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/brussels.7359

Haut de page

Auteur

Matthijs Degraeve

Matthijs Degraeve possède un doctorat en histoire et un master en conservation des monuments et sites. Sa thèse, passée en 2021 à la VUB, portait sur les entreprises bruxelloises de la construction (1830-1970). En 2023, il a publié dans Urban History sur les schémas spatiaux de ces entreprises. Depuis 2022, il est chercheur post-doctorant FWO à la VUB. Dans le cadre du projet « Plumbing the City », il étudie l’impact de la réglementation sanitaire sur l’utilisation de l’eau et le métier de plombier à Bruxelles, Londres et Paris (1850-1940).


matthijs.degraeve[at]vub.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search