Navigation – Plan du site
2010
38

Bruxelles capitale de l’Europe : un choix écologiquement défendable ?

Brussel hoofdstad van Europa: een ecologisch verantwoorde keuze?
Brussels, capital of Europe: a sustainable choice?
Philippe Van Parijs et Jonathan Van Parys
Traduction(s) :
Brussel hoofdstad van Europa: een ecologisch verantwoorde keuze? [nl]
Brussels, capital of Europe: a sustainable choice? [en]

Résumés

Ce qui fait d’une ville une bonne capitale dépend de multiples critères. La prise de conscience écologique conduit à accorder plus d’importance à l’un d’entre eux : la localisation plus ou moins centrale au sein du territoire. Quelle ville européenne répond le mieux à ce critère ? Le choix de Bruxelles comme capitale de l’Union européenne est-il susceptible de résister à la croissance de son importance ? Et à la poursuite de l’élargissement vers l’Est ? Pour répondre à ces questions, cet essai définit quatre centres de gravité – « diplomatique », « démographique », « métropolitain » et « citoyen » – et mobilise des bases de données et techniques de calcul nouvellement disponibles.
Dans le cadre de l’Europe des 27, Prague arrive en tête du point de vue « diplomatique », Francfort du point de vue « démographique », Luxembourg du point de vue « métropolitain » et Bruxelles du point de vue « citoyen ». Dans un scénario maximaliste d’élargissement vers l’Est, ce quatuor est remplacé par Vienne, Munich, Strasbourg et Bruxelles. Le quatrième critère, le plus favorable à Bruxelles, est aussi, à première vue, le plus instable. L’essai se termine par une réflexion sur les mécanismes susceptibles d’assurer que Bruxelles garde la « centralité citoyenne » que les hasards de l’histoire lui ont conféré.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte développe la quatrième et dernière partie de « Un sustainable new deal pour la Belgique », intervention de Philippe Van Parijs au Forum annuel du Conseil fédéral pour le développement durable, Bruxelles, 16 novembre 2009 (www.belspo.be/frdocfdd/DOC/fora/SND_2009/van_parijs_tekst.pdf).

Texte intégral

Introduction

1Quelle est la ville d’Europe qui peut prétendre au titre de capitale idéale pour l’Union européenne ? La réponse à cette question dépend nécessairement de l’importance accordée à plusieurs critères. Pour beaucoup, le verdict dépendra par exemple de l’importance de l’Etat-membre dans lequel la ville est située, de son statut préalable de ville-capitale, de la robustesse de son appartenance à l’Union, de la ou des langues qui y sont parlées, de la distance qui la sépare de la frontière entre l’Europe germanique et l’Europe latine ou entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale, ou encore de l’interprétation symbolique qu’il est possible de donner au fait de la choisir. Tous ces critères importent sans doute à des degrés divers aux yeux de la plupart. Mais il en est un qui importe certainement aux yeux de tous : la localisation. A mesure que les considérations écologiques prennent plus d’importance et trouvent une traduction, entre autres, dans l’accroissement du coût des déplacements, c’est même un critère dont la pondération ne peut qu’aller croissant.

  • 2 Signé à Rome en mars 1957, le Traité de Rome devait entrer en vigueur le 1er janvier 1958. Lors d’u (...)

2Quelle est la ville européenne qui peut prétendre constituer la capitale idéale pour l’Union européenne d’aujourd’hui et de demain d’un point de vue écologique, ainsi défini par le souci de minimiser l’ampleur des déplacements ? Telle est la question à laquelle cet article vise à apporter une réponse rigoureuse par un usage inédit de données désormais aisément disponibles. Dans la foulée, nous répondrons bien entendu à la question connexe de savoir si Bruxelles constitue une capitale de l’Europe écologiquement défendable en ce sens. Mais nous ne répondrons pas à la question distincte de savoir si le choix de Bruxelles est écologiquement défendable au sens où son environnement physique et humain est à même d’accueillir durablement les institutions européennes. Nous ne répondrons pas non plus à la question plus vaste de savoir si, compte tenu de l’ensemble des critères pertinents, dont ceux mentionnés plus haut, Bruxelles constitue le meilleur choix. Et nous répondrons encore moins à la question tout à fait différente de savoir pourquoi Bruxelles est de facto devenue peu à peu, sans décision véritable, la capitale de l’Union européenne.2

  • 3 L’annexe 1 spécifie la méthode de calcul, et l’annexe 2 les sources des données utiisées.
  • 4 Une pondération différenciée des distances en fonction de l’ampleur présumée des nuisances associée (...)

3Pour identifier les villes dont la localisation est écologiquement la plus défendable, nous procéderons à un ensemble de simulation consistant à comparer des sommes de distances. Chacune d’elles correspond à une interprétation de notre question centrale : quelle est la ville européenne qui minimise l’ampleur des déplacements qu’occasionnerait son choix comme capitale ? Il s’agira de déterminer d’abord le « centre de gravité diplomatique » de l’Union européenne, en donnant le même poids à chacune des capitales ; ensuite le « centre de gravité démographique », en pondérant chaque pays en fonction de sa population ; puis le « centre de gravité métropolitain », en pondérant chaque ville en fonction de la population de son agglomération ; enfin le « centre de gravité citoyen », en pondérant chaque ville en fonction de l’importance de la présence d’organisations internationales.3 Chacune de ces simulations sera effectuée d’une part dans le cadre de l’Europe des 27 et d’autre part dans le cadre d’un scénario maximaliste d’élargissement vers l’Est, y-compris la Turquie. Des simulations plus subtiles qui tiennent compte par exemple du mode de transport ou de la nécessité dbergement permettraient d’affiner les résultats, mais ont peu de chances de les modifier profondément.4

4Sur la toile de fond des réponses ainsi fournies aux diverses interprétations de notre question centrale, nous nous tournerons alors vers une question de plus en plus fréquemment posée et dont la pertinence ne peut aller que croissant. Etant donnés d’une part l’élargissement réalisé et prévisible de l’Union européenne vers l’Est et d’autre part l’importance croissante que nous allons être amenés à accorder aux considérations écologiques, le maintien de Bruxelles comme capitale de l’Union européenne n’est-il pas en passe de devenir de plus en plus précaire ?

  • 5 Voir Hein (2004, 2006a, 2006b, 2006c). En revanche, il rend difficilement tenable le va-et-vient pe (...)

5Dans l’ensemble de cette exploration, nous tiendrons pour acquis que la prise en compte des coûts des déplacements et/ou le développement de modes de communication virtuels ne dilueront pas la nécessité même d’une ville-capitale. Nous supposerons qu’on aura toujours – et même toujours plus – besoin d’un petit nombre de lieux, et même de préférence (précisément pour minimiser les déplacements) d’un lieu unique où l’on puisse communiquer, négocier, collaborer, se mobiliser par-delà les frontières des nations européennes, et cela côte à côte, face à face, voire bras-dessus bras-dessous, pas seulement en bloggant, en twittant ni même en skypant. La prise en compte croissante des considérations écologiques ne nous conduira pas à nous passer d’une ville-hub accueillant une activité transnationale intense. Elle ne condamnera même pas l’idée d’une « capitale polycentrique » s’opposant au modèle centralisateur des capitales des Etats-nations, du moins lorsqu’une certaine distance est jugée salutaire pour préserver lautonomie d’institutions telles que la Cour européenne de justice, la Banque centrale européenne ou certaines agences5. Mais elle nous forcera certainement à nous interroger sans tabou sur la localisation optimale de cette indispensable capitale.

Centre de gravité « diplomatique »

6Notre première simulation consiste à terminer le « centre de gravité diplomatique » de l’Union européenne , cest-à-dire dans laquelle des capitales des Etats-membres il est préférable de se réunir en supposant que la seule considération pertinente est la minimisation du nombre de kilomètres parcourus et qu’une personne et une seule doit à chaque fois venir de chacune des capitales.

  • 6 Ce n’est pas pour autant la raison qui fait qu’elle a été choisie. Si elle l’a été, c’est parce que (...)

7Considérons d’abord les Communautés européennes à leur origine, c’est-à-dire pour l’Europe des Six (Tableau 1). Parmi les six capitales de l’époque, quelle est celle qui permet de minimiser la distance totale par rapport aux autres. Réponse : Luxembourg, qui l’emporte de peu sur Bruxelles (+2,5 %) et plus nettement sur Bonn (+7,4 %). La capitale luxembourgeoise était donc, de ce point de vue, le choix optimal, lorsqu’elle a été choisie comme siège de la CECA en 1952.6 Six ans plus tard, les deux nouvelles commissions (CEE et Euratom) se sont installées à Bruxelles, et la Commission unique y est restée en 1967. Un déplacement rendu judicieux en 1974, en termes de minimisation des distances, avec l’adhésion du Royaume-Uni, de l’Irlande et du Danemark.

Tableau 1. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 6

Tableau 1. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 6

Note : La ville dont la somme des distances avec toutes les autres villes est la plus petite a un index de 100. Ceci vaut aussi pour les tableaux qui suivront. Les distances entre villes sont les distances orthodromiques calculées sur base de leurs coordonnées géographiques.

Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010).

  • 7 Si l’on avait ajouté d’autres grandes villes aux 27 capitales (comme nous le ferons pour les autres (...)

8Posons-nous maintenant la même question du « centre de gravité diplomatique » tel que défini plus haut, mais dans le cadre de l’Europe des vingt-sept (Tableau 2). Cette fois, c’est Prague qui l’emporte devant Vienne (+1,6 %) et Bratislava (+2,6 %). Bruxelles n’arrive ici quen neuvième position (+18,0 %), après Luxembourg (septième, +12,6 %), et avant Paris (douzième, +27,3 %).7

Tableau 2. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 27

Tableau 2. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 27

Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010)

9Passons maintenant à une troisième variante de cette première simulation. Quel est le « centre de gravité diplomatique » dans l’hypothèse maximaliste dun élargissement vers l’Est qui s’étendrait à l’ensemble de l’ex-Yougoslavie (Croatie, Montenegro, Macédoine, Serbie, Bosnie-Herzegovine, Kosovo), à lAlbanie, à la Moldavie et à la Turquie (Tableau 3). Nous ne choisissons pas ce scénario parce qu’il serait plus probable que d’autres : on pourrait par exemple considérer l’adhésion pleine de la Turquie ou de la Moldavie comme peu probable, ou comme moins probable que celle de l’Islande, de la Norvège ou de la Suisse. L’intérêt du scénario retenu est qu’il correspond à une hypothèse extrême de déplacement du centre de gravité, et que tout scénario envisageable dans les années à venir se traduira donc par un déplacement moins prononcé des « centres de gravité ».

Tableau 3. Centre de gravité diplomatique de l’Europe « maximale »

Tableau 3. Centre de gravité diplomatique de l’Europe « maximale »

Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010)

10Sous cette hypothèse extrême, Vienne remplace Prague à la première place, suivie de très près de Bratislava (+0,2 %), puis de Budapest (+2,8 %). Prague recule en quatrième position (+3,1 %), Luxembourg à la douzième (+22,7 %) et Bruxelles à la dix-septième (+30,6 %), dépassée même par Rome et Sofia. A cette lumière, que l’on se limite au présent ou – encore plus – que l’on se projette dans l’avenir, il paraît bien difficile de faire de Bruxelles une capitale écologiquement défendable pour l’Union européenne. Prague aujourd’hui, Vienne peut-être demain semblent pouvoir se prévaloir d’atouts autrement convaincants.

Centre de gravité « démographique »

  • 8 Les coordonnées des centres démographiques de tous les pays ont été calculés par Hamerly (2006).

11Pareille conclusion serait cependant trop hâtive. Jusqu’ici, nos simulations ont accordé la même importance à la proximité de Tallinn ou de La Valette qu’à celle de Londres ou de Paris. Cela aurait du sens si les réunions qui se tiennent dans une capitale de l’Europe ne rassemblaient jamais qu’un ambassadeur unique, ou un nombre égal de représentants par pays. Mais il en va bien entendu tout autrement dans la vie réelle d’une capitale de l’Europe. Compte doit être tenu de l’ampleur relative des populations. Il s’agit dès lors maintenant de se mettre en quête dun « centre de gravité démographique », défini ici comme la ville qui minimise la distance totale aux centres démographiques des Etats-membres de l’Union, chacun pondéré par la population de l’Etat concerné.8

12Dans le cadre de l’Europe des ving-sept (Tableau 4), c’est alors Luxembourg qui reprend la tête parmi les capitales, suivie de Bruxelles, Paris, Prague et Amsterdam. Si cependant on admet, outre les capitales, les autres villes européennes comptant plus d’un million d’habitants ou accueillant des institutions internationales, Francfort et Strasbourg (+1,2 %) dépassent Luxembourg (+2,3 %), tandis que Cologne (+3,4 %) et Munich (+5,3 %) supplantent Bruxelles (désormais sixième, +8,1 %) et Paris (huitième, +12,2 %). Pareil classement rend le choix de Bruxelles moins aberrant que celui qu’inspire la recherche du « centre de gravité diplomatique ». Mais il ne fait pas de Bruxelles le choix écologiquement le plus défendable pour aujourd’hui, et encore moins pour demain.

Tableau 4. Centre de gravité démographique de l’Europe des 27

Tableau 4. Centre de gravité démographique de l’Europe des 27

L’index représente la somme des distances entre chaque ville et le centre démographique des pays pondérées par la population des pays.

Sources des coordonnées et population : Hamerly (2006), Wolfram|Alpha (2010).

13En cas d’élargissement « maximaliste » incorporant en particulier la masse que représente la Turquie, le « centre de gravité démographique », tel que défini, se déplacera en effet sans surprise vers le sud-est (Tableau 5). Munich occupera alors la première place devant Francfort (+1,5 %) et Strasbourg (+2,5 %), tandis que Prague (+3,2 %), Ljubljana (+4,5 %) et Vienne (+4,6 %) remplacent Luxembourg (septième, +5,9 %), Bruxelles (quinzième ville et neuvième capitale, +12,5 %) et Paris (vingtième, +16,8 %) au titre de trio de tête des capitales.

Tableau 5. Centre de gravité démographique de l’Europe « maximale »

Tableau 5. Centre de gravité démographique de l’Europe « maximale »

Faute de données, le centre géograpique, plutôt que démographique, a été utilisé pour les pays suivants : Turquie, Bosnie-Herzégovine, Montenegro, Serbie et Kosovo.

Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010), Hamerly (2006).

Centre de gravité « métropolitain »

14L’idée de « centre de gravité démographique » est certainement plus pertinente que celle de « centre de gravité diplomatique » pour évaluer la localisation d’une capitale potentielle du point de vue écologique. Cependant, les personnes les plus susceptibles de participer activement aux activités d’une capitale européenne ne sont pas un échantillon représentatif de l’ensemble de la population européenne, mais proviennent de manière tout à fait disproportionnée des grandes villes de l’Union. Ceci suggère une troisième approche, qui vise à terminer le « centre de gravité métropolitain ». Il s’agit cette fois de minimiser la somme des distances avec toutes les villes (capitales ou non) considérées dans l’approche précédent en pondérant ces distances par un coefficient égal au nombre de millions d’habitants des zones métropolitaines dont ces villes sont le centre.

15Si l’on considère l’Europe des vingt-sept, ce changement d’indicateur n’entraîne pas de bouleversement du classement (Tableau 6). Luxembourg n’en profite pas moins pour reconquérir la première place devant Paris (+0,4 %) et Strasbourg (+1,2 %) – au lieu de Francfort suivie de Strasbourg et Luxembourg –, tandis que Bruxelles remonte de la sixième (+8,1 %) à la quatrième place (+2,2 %).

Tableau 6. Centre de gravité métropolitain de l’Europe des 27

Tableau 6. Centre de gravité métropolitain de l’Europe des 27

Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010).

16L’élargissement « maximaliste » produit nécessairement à nouveau un glissement vers le sud-Est (Tableau 7). Cependant, malgré le poids d’Istamboul, ce glissement est nettement moins important avec cette pondération « tropolitaine » des distances qu’avec la pondération « nationale » utilisée précédemment. C’est cette fois Strasbourg qui occupe la première place devant Luxembourg (+1,3 %) et Francfort (+2,0 %) au lieu de Munich devant Francfort et Strasbourg. Et le trio de tête des capitales n’est pas affecté par l’élargissement : outre Luxembourg, Paris (huitième ville, +5,2 %) et Bruxelles (neuvième ville, +5,3 %). Prague n’arrive quen douzième position (+9,5 %) et Vienne en quinzième (+12,0 %).

Tableau 7. Centre de gravité métropolitain de l’Europe « maximale »

Tableau 7. Centre de gravité métropolitain de l’Europe « maximale »

Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010)

Centre de gravité « citoyen »

17Pour déterminer la localisation écologiquement le plus défendable pour la capitale de l’Europe, la recherche de son « centre de gravité métropolitain » est sans doute plus pertinente que la recherche de son « centre de gravité démographique ». Mais peut-être n’allons-nous pas encore assez loin. Après tout, ceux qui sont le plus intensément impliqués dans les activités d’une capitale européenne ne sont certes pas un échantillon aléatoire de l’ensemble des populations des états-membres, mais pas non plus de l’ensemble des populations de leurs zones métropolitaines. Ils sont de manière disproportionnée des personnes activement impliquées dans des organisations gouvernementales et non-gouvernementales ayant une dimension internationale. Situées au cœur de réseaux dont les ramifications atteignent tous les recoins du territoire, ces personnes ne sont pas distribuées uniformément sur l’ensemble de ce territoire, mais fortement concentrées en quelques lieux privilégiés de l’exercice d’une citoyenneté trans-nationale.

  • 9 Pour différencier les implantations en fonction de leur importance, nous avons accordé un poids tro (...)

18Ceci suggère une quatrième approche, qui pondère cette fois les distances à chaque ville, non par la taille de sa population, mais par l’intensité de son activité trans-nationale en ce sens. Pour mettre en œuvre cette approche, nous avons utilisé comme indicateur de cette intensité le nombre et l’importance des secrétariats d’organisations gouvernementales internationales et d’organisations non-gouvernementales que la ville accueille.9

19Considérons à nouveau d’abord l’actuelle Europe des ving-sept (Tableau 8) ? Cette fois, c’est Bruxelles qui occupe la première place, suivie de Luxembourg (+8,8 %) et de Paris (+12,2 %). Strasbourg arrive septième (+22,3 %), Francfort huitième (+23,3 %), Prague dix-neuvième (+74,8 %) et Vienne vingt-deuxième (+99,9 %).

Tableau 8. Centre de gravité citoyen de l’Europe des 27

Tableau 8. Centre de gravité citoyen de l’Europe des 27

L’index représente la somme des distances entre chaque ville et toutes les autres villes pondérées par le nombre de représentations d’organisations internationales gouvernementales ou non-gouvernementales présentes dans la les villes d’origine

Sources des coordonnées et organisations internationales : Union of International Associations (2008), Wolfram|Alpha (2010)

20Les secrétariats répertoriés dans l’Annuaire étant peu nombreux dans la périphérie orientale de l’Union européenne actuelle, même un élargissement maximaliste vers l’Est ne modifierait pratiquement pas ce classement (Tableau 9).

Tableau 9. Centre de gravité citoyen de l’Europe « maximale »

Tableau 9. Centre de gravité citoyen de l’Europe « maximale »

Sources des coordonnées et organisations internationales : Union of International Associations (2008), Wolfram|Alpha (2010)

Stabilité

  • 10 Cette conclusion serait encore renforcée si notre notion de localisation écologiquement défendable (...)

21Qu’est-ce qui émerge de cette séquence de simulations ? D’abord ceci. Si l’on adopte le point de vue « diplomatique », c’est-à-dire la minimisation de la somme des distances aux capitales des Etats-membres, alors la localisation écologiquement optimale a connu un déplacement significatif vers le Sud-Est suite aux élargissements récents et risque d’en connaître encore à l’avenir. Mais dès qu’on reconnaît les limites de cette interprétation de l’optimum écologique, il n’y a aucune raison de supposer que les élargissements successifs qui ont conduit à l’Europe des vingt-sept ni même les perspectives les plus audacieuses d’élargissement vers l’Est aient entraîné ou entraînent un tel déplacement.10 Si l’on tient compte des autres critères, les villes qui entrent en lice ne sont pas Prague, Vienne et Budapest, mais Luxembourg, Bruxelles et Paris, ainsi que Strasbourg et Francfort si le choix n’est pas restreint à des capitales. Même un élargissement maximal vers l’Est n’y changera pas grand-chose. Le classement entre ces cinq villes dépend dès lors essentiellement de l’importance relative accordée aux différents « centre de gravité » dans l’interprétation de ce qui est écologiquement optimal.

Centre de gravité dans l’UE27 (gauche) et dans l'élargissement maximal de l’UE (droite)

Centre de gravité dans l’UE27 (gauche) et dans l'élargissement maximal de l’UE (droite)

22Chacun des quatre centre de gravité mérite une pondération non nulle. Mais dans le court terme, il paraît légitime d’accorder une importance primordiale à linterprétation « citoyenne ». Où se trouvent aujourd’hui les personnes autres que les fonctionnaires européens activement associées au fonctionnement de la capitale de l’Europe. D’où doivent venir ceux qui participent régulièrement aux rencontres, grandes et petites, qui sont au cœur de la vie d’une capitale politique ? Cependant, comparée aux autres, la localisation de ce « centre de gravité citoyen » est particulièrement contingente. De ce fait, à première vue en tout cas, ce « centre de gravité citoyen » est celui qui est le plus susceptible de se déplacer. En effet, abstraction faite de l’impact d’éventuels élargissements, schématiquement exploré plus haut, qu’est-ce qui pourrait affecter la localisation des autres centres de gravité ?

23Pas grand-chose pour le centre de gravité diplomatique. Après le déménagement de Bonn à Berlin, on ne peut pas s’attendre à d’autres déplacements de capitale nationale dans un avenir même lointain. Il n’est par contre pas exclu que de nouvelles capitales apparaissent : Edimbourg ou Barcelone par exemple, voire Anvers ou Ajaccio. Mais tout cela serait peu de chose par rapport à l’impact des élargissements. Tant le centre de gravité démographique que le centre de gravité métropolitain sont susceptibles de se déplacer. Cela pourrait se produire par suite de mouvements migratoires importants, comme ce fut le cas par exemple, suite à la Wiedervereinigung, d’Allemagne de l’Est vers l’Allemagne de l’Ouest ou, suite aux élargissements, de la Pologne vers les Iles britanniques ou de la Roumanie vers l’Italie. Par l’effet combiné d’une natalité faible et d’une émigration importante, un pays comme la Bulgarie a perdu en une décennie près de 10 % de sa population. Mais ici encore, le mouvement ne peut être que lent et d’ampleur relativement limitée comparée à ce qu’entraînerait un élargissement majeur vers l’Est.

24Scissions, migrations massives et élargissements sont des événements rares, improbables et/ou lents. Si elle est loin d’être totale, la stabilité des centres de gravité « diplomatique », « mographique » et « métropolitain » n’en semble pas moins bien plus ferme que celle du centre de gravité « citoyen ». On crée ou déplace des secrétariats d’organisations bien plus rapidement et plus facilement qu’on n’ajoute ou déplace des capitales, ou qu’on ne grossit ou amaigrit, ajoute ou déplace des populations. L’avantage net dont jouit Bruxelles par rapport à toute autre ville selon le critère « citoyen » paraît donc beaucoup plus fragile que celui qui confère les premières places à Prague, Francfort ou Luxembourg selon les trois autres.

Network power, stalemate et sunk costs

25C’est en effet le choix de Bruxelles même, et dans une moindre mesure de Londres et de Paris, comme siège principal d’organisations transnationales qui est à la source de cet avantage. Si Bruxelles arrive en tête selon ce critère, c’est simplement parce qu’au fil du demi-siècle passé un nombre sans cesse croissant d’organisations pluri-nationales de tous ordres y ont élu domicile. Si ç’avait été à Luxembourg ou Strasbourg, à Prague ou à Vienne qu’elles s’étaient installées, ce ne serait pas Bruxelles qui serait aujourd’hui le « centre de gravité citoyen » de l’Europe. Et si elles partaient s’installer dans l’une ou l’autre de ces villes, Bruxelles cesserait rapidement de l’être. Y a-t-il des chances qu’un tel mouvement se produise ? Rien ne peut l’exclure entièrement, mais l’articulation de trois considérations le rend extrêmement improbable.

  • 11 Un exemple parmi d’innombrables autres. En 2000, le mouvement juif traditionnaliste Chabad-Lubavitc (...)

26Il y a d’abord le network power (Grewal 2008), qui bloque la possibilité dun déplacement graduel résultant de décisions décentralisées. Si le nombre d’organisations pan-européennes ou trans-nationales plaçant leur quartier-général à Bruxelles ne cesse d’augmenter, c’est au moins autant parce qu’il est important pour elles d’être localisées à proximité des organisations semblables qui y sont déjà qu’en raison de la proximité des institutions européennes en tant que telle.11 Plus il y a d’organisations qui ont déjà fait ce choix, plus les « externalités dagglomération » produisent un effet d’aimant auquel une organisation individuelle ne peut que très difficilement résister. Si déplacement il y a, il ne pourra advenir que top down, pas bottom up. Seul un déménagement résolu et délibéré des institutions européennes centrales qui, par leur installation et leur croissance, ont déclenché l’effet d’agglomération, pourrait désactiver le puissant network power intimement lié à la nature même de toute capitale politique majeure.

27Une telle décision de déménagement est-elle envisageable ? Il est permis d’en douter, en raison d’une seconde considération, logiquement indépendante de la première : le blocage, le stalemate, qui a d’emblée caractérisé le processus de décision européen sur cette question jugée particulièrement délicate. Même lorsque les Communautés européennes ne comptaient que six Etats-membres, ceux-ci ne sont jamais parvenus à s’accorder formellement sur le choix d’une capitale. C’est par défaut d’accord que la capitale de l’Etat-membre qui a assuré la première présidence tournante s’est graduellement incrustée dans le rôle de siège permanent des principales institutions politiques européennes. Et sil sest avéré impossible de parvenir à un consensus sur le choix d’une capitale quand seuls six Etats-membres ou neuf ou quinze avaient voix au chapitre et droit de veto, comment concevoir qu’on puisse y arriver à vingt‑sept ?

28La probabilité d’une décision collective optant pour une capitale distincte de Bruxelles est encore affaiblie par une troisième considération : les sunk costs, les investissements irrécupérables consentis à Bruxelles par les institutions de l’Union européenne, par les innombrables organisations installées à Bruxelles en raison de sa fonction européenne et par les familles des dizaines de milliers de personnes employées par les unes ou les autres. Cela va des immeubles laborieusement construits ou acquis, au fil des années, par la Commission, le Parlement et le Conseil, jusqu’aux représentations des Etats et des Régions et aux locaux – somptueux ou modestes – occupés par lobbyistes, consultants et associatifs de tout acabit. Le Parlement bavarois a mis des années à approuver l’acquisition et la rénovation à grands frais de l’ancien Institut Pasteur pour pouvoir installer sa délégation dans une élégante bâtisse jouxtant le Parlement européen, et de nombreuses associations moins bien dotées ont peu à peu trouvé des locaux pas trop coûteux ni trop mal situés. Toute velléité de déménagement général des institutions centrales se heurtera dès lors à une résistance intérieure et extérieure énorme.

29En effet, une fois rendue publique, ou même seulement sérieusement envisagée, la décision ne manquera pas de déclencher une flambée des prix immobiliers au lieu de destination et un écrasement de ces prix à Bruxelles. De ce fait, le coût financier infligé aux institutions et organisations comme à leurs employés serait phénoménal. En outre, le coût écologique – en constructions et en navettes – de la longue phase transitoire de double localisation, réduira inévitablement la force de tout argument écologique de long terme en faveur d’une localisation « diplomatiquement » ou « mographiquement » plus centrale. Certes, la capitale américaine s’est déplacée de Philadelphie à Washington DC et la capitale brésilienne de Rio à Brasila DF. Mais c’était en des temps et en des lieux où de grands espaces inoccupés pouvaient être appropriés sans coup férir et bien avant que les institutions politiques n’aient attiré autour d’elles une société civile les dépassant en ampleur. Au fil des deux derniers siècles, le centre de gravité démographique des USA s’est déplacé massivement vers l’Ouest, mais la capitale fédérale n’a pas donné le moindre signe de vouloir bouger d’un pouce.

30Paradoxalement donc, alors qu’il est bien plus facile de bouger des bureaux que de déplacer des capitales ou des populations, l’articulation de ces trois considérations rend le centre de gravité citoyen plus stable que les centres de gravité diplomatique, démographique et métropolitain. Y a-t-il néanmoins des conditions qui réussiraient à cadenasser la localisation de la capitale de l’Union européenne, à faire déménager celle-ci malgré la puissance conjuguée des trois mécanismes qui la retiennent en place ? Peut-être des querelles communautaires qui dégénèrent en guerre civile, ou l’implosion du système scolaire avec ses conséquences sur la criminalité, ou le développement d’un populisme anti-européen dans la majorité de l’électorat ? Il est cependant permis d’espérer que les autorités bruxelloises, belges et européennes auront la capacité de percevoir à temps, dans l’intérêt de tous, la nature et l’ampleur des problèmes et l’intelligence d’y apporter conjointement des solutions.

31Sous cette hypothèse, que l’on mette ou non fin à la double localisation des activités de routine du Parlement européen, Bruxelles continuera de se renforcer comme « centre de gravité citoyen » de l’Union européenne. Cela ne suffit pas pour garantir qu’elle soit la capitale optimale de l’Union européenne d’un point de vue écologique. Pour déterminer le choix optimal, même dans le cadre strict de notre projet, il faudrait assigner une pondération spécifique aux quatre critères de « gravité », ce que nous n’avons pas fait. Mais en raison de l’avantage qu’elle s’est durablement taillée comme centre de gravité citoyen, joint à sa proximité des centres de gravité démographique et métropolitain, il ne fait guère de doute que Bruxelles constitue, quant à sa localisation, une capitale écologiquement défendable pour l’Union européenne. Que cet avantage soit historiquement contingent, qu’il soit path-dependent, ne le rend pas pour autant instable.

32Cette assurance ne peut cependant être comprise comme une invitation à la complaisance et à la passivité. Elle doit au contraire motiver Bruxellois et Européens à faire chaque jour un peu plus de leur ville et de leur capitale une ville meilleure pour tous ceux qui y vivent et une meilleure capitale pour tous les citoyens de cette entité politique sans précédent dont elle forme le coeur.

Haut de page

Bibliographie

CARMEL Philip, (2005), « Battling for Europe’s Jews (Part 2). In capital of European Union, Chabad wields great influence », Jewish Telegraphic Agency Website (JTA), April 20, 2005.

CROISÉ-SCHIRTZ Edmée, (1996), « La bataille des sièges (1950‑1958) », in Le Luxembourg face à la construction européenne, Luxembourg : Centre d’études et de recherches européennes Robert Schuman, pp. 67‑104.

DEMEY Thierry, (1991), Bruxelles. Histoire d’une capitale en chantier. vol. 2 : De l’Expo 58 au siège de la C.E.E., Bruxelles, Legrain.

DEMEY Thierry, (2007), Bruxelles, capitale de l’Europe, Bruxelles, Badeaux.

GREWAL David Singh, (2008), Network Power. The Social Dynamics of Globalization, New Haven, Yale University Press.

HAMERLY Greg, (2006), Population-weighted European state centers, Baylor University, Computer Science Department.

HEIN Carola, (2004), The Capital of Europe. Architecture and Urban Planningfor the European Union, Westport (CT), Praeger, 2004.

HEIN Carola, (2006a), The Polycentric and opportunisitc capital of Europe, in Brussels Studies nº 2, December 2006, 8 p. http://brussels.revues.org (consulté 17 mars 2010).

HEIN Carola, (2006b), « Brussels and the Capital of Europe », Bruxelles lEuropéenne, Cahiers de la Cambre Architecture 5, pp. 18‑50.

HEIN Carola, (2006c), « European Spatial Development, the Polycentric EU Capital, and Eastern Enlargement », Comparative European Politics 4 (2/3).

LETHÉE Mathieu, (2003), LEurope à Bruxelles dans les années 1960, mémoire de licence en histoire, Université catholique de Louvain, 2003.

MONNET Jean, (1976), Mémoires, Paris, Fayard.

SARACENO Elena ed. Brussels Capital of Europe. Brussels: European Commission, October 2001, 140 p.

Union of International Associations, (2008), Yearbook of International Organizations 2008‑2009 – vol. 5: Statistics, Visualizations and Patterns, 13th edition, München, KG Saur Verlag.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Méthode de calcul

Soit i, les points d’origine (ville ou centre démographique d’un pays),
j, les points de destination (capitales européennes potentielles),
dij, la distance orthodromique entre i et j,
pi, la pondération du point i.
Les simulations proposées visent à identifier le point de destination j qui minimise

Les points de destination sont des villes, et les points d’origine sont des villes ou des centre démographiques de pays (tels que calculés par Hamerly 2006).

Les distances utilisées sont les distances orthodromiques, c’est-à-dire les distances les plus courtes entre deux points sur la surface de la terre, mesurées en suivant la surface de la sphere.

Les distances sont pondérées

  • par 1 pour le centre de gravité diplomatique,

  • par la population des états pour le centre de gravité démographique,

  • par la population des zones métropolitaines pour le centre de gravité métropolitain,

  • par le nombre de secrétariats d’organisations gouvernementales internationales ou d’organisations non gouvernementales pour le centre de gravité citoyen.

Annexe 2 : Sources

Coordonnées des villes : Wolfram|Alpha curated data (2010), www.wolframalpha.com (consultation en janvier 2010).

Centres démographiques des pays : Hamerly (2006), sur base de données démographiques du Socioeconomic Data and Applications Center (Columbia University) et des coordonnées géographique des entités administratives des pays européens.

Population des pays: Wolfram|Alpha curated data (2010), www.wolframalpha.com (retrieved in January 2010).

Population des zones métropolitaines : Institut national de la Statistique et des études économiques (2007), Agglomérations urbaines de l’Union européenne de plus de 1 million d’habitants, France.

Nombre de secretariats principaux et régionaux d’organisations gouvernementales internationals et d’organisations non-gouvernementales : Union of International Associations (2008).

Haut de page

Notes

2 Signé à Rome en mars 1957, le Traité de Rome devait entrer en vigueur le 1er janvier 1958. Lors d’une réunion tenue en urgence à Paris le 6 janvier 1958, il est devenu patent que les six Etats-membres des Communautés instituées par le traité, unanimes pour vouloir un siège unique pour toutes les institutions européennes, ne parviendraient pas à s’accorder sur le choix de la ville destinée à l’accueillir. Le hasard de l’ordre alphabétique a confié à la Belgique la première présidence du Conseil des ministres de la Communauté économique européenne, et donc la responsabilité de loger ses premiers fonctionnaires. Le gouvenement belge jeta son dévolu sur un immeuble de bureaux que la compagnie d’assurances Royale Belge (aujourd’hui Axa) faisait construire en bordure du Parc du Cinquantenaire. Voir Demey 1991 : 175‑181 et 2007 : 187‑194, Lethée 2003. Le besoin irrépressibe de nouveaux locaux, joint à l’indécision persistante, fit le reste.

3 L’annexe 1 spécifie la méthode de calcul, et l’annexe 2 les sources des données utiisées.

4 Une pondération différenciée des distances en fonction de l’ampleur présumée des nuisances associées au moyen de transport utilisé aurait pour effet probable d’accentuer, à court et à long terme, l’avantage relatif des villes situées dans la zone densément peuplée et fortement interconnectée de l’Europe du Nord-Ouest.

5 Voir Hein (2004, 2006a, 2006b, 2006c). En revanche, il rend difficilement tenable le va-et-vient permanent du Parlement européen en raison de la double localisation de ses activités de routine. Voir par la pétition www.oneseat.eu qui rassembla un million de signatures en septembre 2006 à l’initiative de l’eurodéputée (aujourd’hui commissaire) suédoise Cecilia Malmström et fait écho à d’innombrables plidoyers tant économiques et démocratiques qu’écologiques en faveur d’un siège unique pour le Parlement européen.

6 Ce n’est pas pour autant la raison qui fait qu’elle a été choisie. Si elle l’a été, c’est parce que le gouvernement belge – un cabinet social-chrétien homogène dirigé par le Liégeois Pholien – s’est obstiné à proposer Liège, alors que les cinq autres Etats-membres étaient prêts à se rallier à Bruxelles. Voir Monnet (1976 : 433), Croisé-Schirtz (1996).

7 Si l’on avait ajouté d’autres grandes villes aux 27 capitales (comme nous le ferons pour les autres “centres de gravité”), Prague et Vienne seraient restées en tête, mais Francfort se serait pointée à la troisième place. On peut cependant supposer que la restriction aux capitales d’Etats-membres s’impose dans le cas du « centre de gravité diplomatique ».

8 Les coordonnées des centres démographiques de tous les pays ont été calculés par Hamerly (2006).

9 Pour différencier les implantations en fonction de leur importance, nous avons accordé un poids trois fois plus grand à un secrétariat principal d’organisation qu’à un secrétariat national ou régional, tel que répertorié dans l’Annuaire des organisations internationales (détails en annexe 2).

10 Cette conclusion serait encore renforcée si notre notion de localisation écologiquement défendable avait pris en compte le mode de déplacement le plus probable. On peut par exemple supposer que la distance entre Paris et Londres a beaucoup plus de chance d’être parcourue en train que la distance entre Londres et Vienne, tandis que la probabilité d’utiliser l’avion pour aller d’Athènes ou Istamboul à Paris ou à Prague doit être à peu près la même.

11 Un exemple parmi d’innombrables autres. En 2000, le mouvement juif traditionnaliste Chabad-Lubavitch crée un organe de coordination européen, qu’il installe rue Froissart à bruxelles. Comme le dit son site, « as befits the Rabbinical Centre of Europe, its offices are situated at the centre of the European Union ». En 2004, interpellé par des organisations juives plus oecuméniques, comme la Conference of European Rabbis, Ricardo Levi, directeur du Group of Policy Advisers de Romano Prodi, président de la Commission européenne leur suggère de « open a Brussels office in order to counteract the Rabbinical Centers influence among European legislators and officials ». (Carmel 2005). La Conférence des Rabbins européens ne paraît pas avoir suivi cette recommandation jusqu’ici, mais bien le Congrès juif européen, qui ouvre un bureau à Bruxelles en octobre 2009. (http://www.ism-france.org/news/article.php?id=12903&type=communique)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 6
Légende Note : La ville dont la somme des distances avec toutes les autres villes est la plus petite a un index de 100. Ceci vaut aussi pour les tableaux qui suivront. Les distances entre villes sont les distances orthodromiques calculées sur base de leurs coordonnées géographiques.
Crédits Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010).
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 2. Centre de gravité diplomatique de l’Europe des 27
Crédits Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 3. Centre de gravité diplomatique de l’Europe « maximale »
Crédits Source des coordonnées : Wolfram|Alpha (2010)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 4. Centre de gravité démographique de l’Europe des 27
Légende L’index représente la somme des distances entre chaque ville et le centre démographique des pays pondérées par la population des pays.
Crédits Sources des coordonnées et population : Hamerly (2006), Wolfram|Alpha (2010).
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 5. Centre de gravité démographique de l’Europe « maximale »
Légende Faute de données, le centre géograpique, plutôt que démographique, a été utilisé pour les pays suivants : Turquie, Bosnie-Herzégovine, Montenegro, Serbie et Kosovo.
Crédits Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010), Hamerly (2006).
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 6. Centre de gravité métropolitain de l’Europe des 27
Crédits Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010).
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 7. Centre de gravité métropolitain de l’Europe « maximale »
Crédits Sources des coordonnées et population : INSE (2007), Wolfram|Alpha (2010)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 8. Centre de gravité citoyen de l’Europe des 27
Légende L’index représente la somme des distances entre chaque ville et toutes les autres villes pondérées par le nombre de représentations d’organisations internationales gouvernementales ou non-gouvernementales présentes dans la les villes d’origine
Crédits Sources des coordonnées et organisations internationales : Union of International Associations (2008), Wolfram|Alpha (2010)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 9. Centre de gravité citoyen de l’Europe « maximale »
Crédits Sources des coordonnées et organisations internationales : Union of International Associations (2008), Wolfram|Alpha (2010)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Centre de gravité dans l’UE27 (gauche) et dans l'élargissement maximal de l’UE (droite)
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://journals.openedition.org/brussels/docannexe/image/762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Van Parijs et Jonathan Van Parys, « Bruxelles capitale de l’Europe : un choix écologiquement défendable ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 38, mis en ligne le 17 mai 2010, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/brussels/762 ; DOI : 10.4000/brussels.762

Haut de page

Auteurs

Philippe Van Parijs

Philippe Van Parijs est docteur en philosophie (Oxford) et en sciences sociales (Louvain), responsable de la Chaire Hoover d’éthique économique et sociale (Louvain) et professeur invité à Harvard et Leuven. Il est auteur, entre autres, de Linguistic Justice for Europe and for the World (Oxford University Press, à paraître).

Articles du même auteur

Jonathan Van Parys

Après avoir étudié l’économie aux Facultés universitaires Saint Louis et à l’UCL et travaillé au Centre de recherche en économie des FUSL et à la division « Global location strategies » de IBM Consulting, Jonathan Van Parys a rejoint le département de recherche opérationnelle du SAS Institute. Il bénéficie actuellement d’une pause-carrière.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons Licence CC BY

Haut de page
  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • OpenEdition Journals