Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10TransmettreL’œil sociologique. Transmettre l...

Transmettre

L’œil sociologique. Transmettre l’analyse sociologique par le documentaire photographique. Entretien avec Brice Le Gall

The Sociological Eye. Transmitting Sociological Analysis Through Photographic Documentary. Interview with Brice Le Gall
Brice Le Gall et Marie-Pierre Pouly

Résumés

Cet échange évoque les conditions de possibilité de la transmission sociologique en proposant un retour réflexif sur l’engagement sociologique avec et auprès des Gilets jaunes de trois ronds-points de l’Oise, appareil photo à l’appui. Il aborde d’abord le déroulement de cet engagement et la forme prise par les relations d’enquête qui ont permis la production d’un savoir sociologique différent de celui qui avait cours, concernant cette mobilisation, dans les univers médiatique et politique. Il revient ensuite sur l’élaboration d’un livre de photographie sociologique qui tente de mettre une analyse sociologique à la disposition de celles et ceux qui ont d’ordinaire peu de chance d’y avoir accès et souligne, à ce titre, l’intérêt qu’il y a à mettre en lumière le savoir-faire souvent invisibilisé des graphistes. Au-delà de la circulation des photographies et du livre chez les Gilets jaunes étudiés, l’échange décortique, pour finir, la réception de ce que l’on peut appeler la photographie sociologique dans les univers académique, journalistique et photographique.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1

Fig. 1

Couverture de l’ouvrage Justice et respect. Le soulèvement des Gilets jaunes (Le Gall, Cizeau & Traverse 2019). L’ensemble des illustrations présentées dans cet article proviennent de cet ouvrage. Les photographies sont toutes de Brice Le Gall.

1Brice Le Gall, sociologue et photographe, a publié en 2019, aux éditions Syllepse, avec Thibault Cizeau et Lou Traverse, un livre intitulé Justice et respect. Le soulèvement des Gilets jaunes, qui restitue leur engagement sociologique auprès des Gilets jaunes de trois ronds-points de l’Oise. Qu’est-ce qui porte un groupe de sociologues à observer, appareil photo à l’appui, un mouvement auquel elle et ils participent et les conduit à mobiliser en pratique des savoirs sociologiques incorporés pour placer le métier de sociologue au service de leur engagement et produire un point de vue informé par l’œil sociologique sur cette mobilisation ? Animé·e·s par la volonté de transmettre ce point de vue, cette connaissance engagée reposant sur des savoirs construits rigoureusement, mais aussi de mettre des outils de compréhension à la disposition des principaux protagonistes de cette lutte, les trois sociologues et un concepteur graphique, Richard Takvorian, ont construit un ouvrage qui tente d’abaisser le droit d’entrée dans la lecture et l’analyse sociologique sans en sacrifier la complexité. Cet échange restitue d’abord le déroulement de cet engagement sociologique – engagement qui a simultanément pris la forme d’une enquête –, puis aborde la forme prise par les relations d’enquête qui ont permis la production d’un savoir sociologique sur cette mobilisation. Dans un deuxième temps, il revient sur l’élaboration d’un livre qui tente, sans pour autant se payer de mots sur la possibilité d’atteindre cet objectif, de mettre une analyse sociologique à la disposition de celles et ceux qui ont d’ordinaire peu de chance d’y avoir accès. Ce faisant, il éclaire l’importance du graphisme et l’intérêt qu’il y a à mettre en lumière le savoir-faire souvent invisibilisé des graphistes. Les livres sont reçus dans plusieurs espaces : au-delà de sa réception par les Gilets jaunes, l’échange analyse, pour finir, la réception de ce que l’on peut appeler la photographie sociologique dans les univers académique, journalistique et photographique, ce qui revient en fin de compte à évoquer les conditions de possibilité d’un tel exercice de transmission sociologique.

L’enquête

Marie-Pierre Pouly : Quand le mouvement des Gilets jaunes commence, vous [Brice Le Gall] êtes déjà « sur le pont » car vous photographiez de nombreuses manifestations, dont celle du 17 novembre à Paris. Il est souvent précieux de rétablir une chronologie pour éviter l’illusion rétrospective sur un mouvement social, d’autant plus quand celui-ci a donné lieu à des perceptions très changeantes dans le champ intellectuel et à des hésitations sur le soutien à y apporter. Thibault Cizeau, sociologue, Lou Traverse, sociologue et travailleuse sociale, et vous, Brice Le Gall, sociologue et photographe, avez rejoint le mouvement d’emblée. Quel regard portez-vous sur les phases du mouvement ? À quel moment partez-vous sur les ronds-points ?

Brice Le Gall : C’est d’abord parce que nous nous reconnaissions dans les revendications et dans la colère des Gilets jaunes que nous sommes parti·e·s à leur rencontre. L’opportunité de documenter une forme inédite de mobilisation était mêlée à un sentiment d’obligation morale de soutenir ce combat. Ce travail n’a pas été initialement pensé comme une enquête académique et le cadre singulier de la rencontre avec les Gilets jaunes explique sans doute autant la facilité à produire certaines données que la forme prise par leur restitution. Il s’agissait d’un documentaire photographique rendant accessible, y compris aux enquêté·e·s, une analyse sociologique, d’un livre voulu aussi comme une « visibilisation » et une valorisation symbolique.

Le traitement médiatique inédit des « Gilets jaunes » a commencé bien avant l’« acte 1 » du 17 novembre. Les scènes d’émeutes des 24 novembre, 1er décembre et 8 décembre 2018 accentuent et transforment ensuite ce traitement médiatique. L’engouement des journalistes pour la redécouverte de cette France des « oubliés » cède rapidement la place à une focalisation sur Paris, ses scènes de violence, la présence de groupuscules d’extrême droite, les actes délictueux de certains Gilets jaunes, etc.

Dans les médias et le monde intellectuel, la lutte autour de l’interprétation du mouvement donne lieu à une « émeute de papier », selon l’expression de Gérard Mauger : analyses, prises de position le plus souvent fondées sur des micros-trottoirs réalisés en direct des manifestations ou sur les ronds-points. Face à une mobilisation aussi inédite qu’offensive sur le terrain, le pouvoir médiatique impose de prendre position. Schématiquement, ces prises de position vont du racisme de classe assumé à la compassion de façade. Il faut attendre l’enquête de la journaliste Florence Aubenas publiée dans Le Monde aux alentours de la mi-décembre 2018, ainsi que les prises de position de quelques historiens comme Gérard Noiriel pour lire des analyses moins manichéennes de la situation.

Dans le champ politique, la confusion règne et beaucoup d’organisations s’interrogent sur l’orientation du mouvement et l’opportunité de le soutenir. Les clivages traditionnels sont brouillés et le mouvement donne lieu à d’étonnants retournements à gauche comme à droite. À l’exception de la direction de la France insoumise qui affiche clairement son soutien aux Gilets jaunes tout au long du mouvement, la confusion sinon l’embarras prédominent. Le Medef, les Républicains et l’extrême droite font rapidement volte-face. Du côté de la gauche dite « radicale » et des confédérations syndicales, la nature de certaines revendications des Gilets jaunes, l’affichage du caractère « apolitique » du mouvement et le recours à des symboles comme le drapeau français et la Marseillaise empêchent les directions et certain·e·s militant·e·s d’intégrer cette mobilisation dans un ensemble de références communes. La crise ouverte par cette mobilisation n’est pas seulement politique et sociale. Elle est aussi intellectuelle et ébranle le monde des universitaires, des chercheur·e·s d’ordinaire moins prudent·e·s pour afficher leur soutien aux mouvements sociaux et aux classes populaires. Il faut attendre la mi-décembre pour qu’une tribune signée par un petit collectif d’universitaires appelle à rejoindre les Gilets jaunes, au nom, là encore, des dangers de la récupération par l’extrême droite.

C’est dans ce contexte confus, avec le sentiment d’un décalage entre ce que j’avais pu photographier et entendre sur le périphérique parisien le 17 novembre, que nous décidons de quitter Paris avec Thibault et Lou pour nous rendre sur les ronds-points de l’Oise juste après l’acte 3.

MPP : Au même moment, d’autres chercheur·e·s enquêtent déjà ou partent enquêter sur les ronds-points : dans ce contexte de flou interprétatif dans les champs intellectuel, médiatique et politique, quels intérêts, quelles trajectoires sont susceptibles de porter certain·e·s, dans le champ intellectuel et universitaire, à analyser cette mobilisation, voire à y participer ?

BLG : Pour l’équipe que nous avons formée, au-delà de l’agacement vis-à-vis de certains silences ou de certaines prises de position, au-delà aussi des enjeux proprement intellectuels et politiques, c’est sans doute une expérience de la précarité et des difficultés économiques et un rapport incertain à l’avenir qui nous ont conduit·e·s à nous identifier aux Gilets jaunes. Au-delà de notre cas, l’hypothèse d’une homologie de positions pour comprendre les intérêts et les espoirs suscités par ce mouvement me semble plausible. Les « petits » chercheurs à l’avenir professionnel incertain – et plus généralement celles et ceux qui font l’expérience régulière de la domination – ont été relativement nombreux à se joindre à cette mobilisation, à tenter de la soutenir, sachant aussi que les possibilités de rentabiliser cet objet dans le champ académique et médiatique n’étaient pas nulles. De fait, ce mouvement semble aussi avoir été l’occasion de donner la parole à des chercheur·e·s relativement dominé·e·s, qu’on entend peu, voire pas du tout habituellement. Mais il faudrait mener cette enquête sur ces enquêteurs et ces enquêtrices…

Fig. 2

Fig. 2

Paris, place de l’Étoile, le 1er décembre 2018, lors de l’« acte 3 » des Gilets jaunes.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

MPP : Même si votre participation, appareil photo à l’appui, n’est pas pensée d’emblée comme une enquête en bonne et due forme, comment vous êtes-vous présenté·e·s aux manifestant·e·s et comment votre investissement s’est-il progressivement doublé d’une enquête ?

BLG : C’est en soutien affiché au mouvement mais avec notre regard de sociologues que nous avons rencontré les Gilets jaunes de l’Oise et participé pendant un an à la mobilisation. Ces conditions particulières font que notre enquête ne s’est présentée comme telle qu’au bout de quelques mois, lorsque nous avons décidé de compléter nos observations par une série d’entretiens dans les familles. Cette façon de procéder a entraîné très peu de refus de la part des Gilets jaunes. Le fait d’être connus et d’avoir partagé avec eux un ensemble de moments importants (manifestations, réveillon, barbecues, tractages, discussions, etc.) nous a rapidement conféré une place à part entière au sein des trois ronds-points que nous avons suivis. Nous avons navigué entre ces trois ronds-points de l’Oise, mais nous avons étudié de façon plus resserrée deux d’entre eux, du fait, d’abord, de la facilité d’accès au terrain (allié·e·s, accueil immédiat, etc.), mais surtout parce qu’ils semblaient plus typiques de ce qui faisait la spécificité de cette mobilisation : milieux plus populaires, surreprésentation des métiers manuels, en particulier du secteur de la logistique, intérimaires, chômeurs et chômeuses, majorité de non diplômé·e·s, etc.

En pratique, je crois que nous étions le plus souvent perçu·e·s comme des « journalistes sympas » auxquel·le·s on pouvait faire confiance, notamment grâce aux « photoreportages » et aux courts textes que nous diffusions sur les réseaux sociaux après les différentes actions ou après nos passages dans les cabanes. L’immortalisation d’une mobilisation souvent vécue comme un moment historique nous a assimilé·e·s à des allié·e·s et a créé une complicité, sinon un sentiment de dette réciproque, qui a atténué l’asymétrie de la relation enquêteur/enquêté. Le fait d’offrir ses photographies, d’accepter qu’elles soient utilisées voire détournées sans autorisation fait partie d’une attitude générale qui permet de gagner la confiance des sujets photographiés. Sur le terrain, la pratique qui consiste à montrer quelques images sur l’écran arrière de son appareil remplit la même fonction et permet dans certains cas de faire baisser la tension. Nos textes et nos photos « visibilisaient » leurs actions, portaient leur parole et contribuaient à souder le groupe en participant à la construction d’une mémoire collective.

MPP : Il existe une littérature abondante sur l’enquête en milieu populaire, qui met parfois l’accent sur les enjeux des relations asymétriques entre enquêteurs et enquêtrices plus doté·e·s de ressources de diverses natures et enquêté·e·s moins doté·e·s. Cette question s’est-elle posée sur les ronds-points de l’Oise que vous avez rejoints ?

BLG : Il me semble important de relativiser le poids des dispositions des enquêteurs et enquêtrices ainsi que la distance sociale supposée problématique entre le monde des sociologues et celui des classes populaires. Ni Thibault, ni Lou, ni moi, ne sommes issu·e·s des classes populaires et aucun·e d’entre nous ne disposait de relais personnels lorsque nous sommes arrivé·e·s sur les ronds-points. Bien sûr, notre jeunesse (relative), mais aussi le fait qu’aucun·e de nous trois n’incarne le monde intellectuel de façon « imposante » jouaient en notre faveur, de même qu’un ensemble de réflexes de « bon sens » comme l’ouverture, la simplicité, le fait de substituer la bise à la poignée de main, le tutoiement au vouvoiement, etc. Les dispositions de Thibault en particulier (l’utilisation d’un langage simple et direct, une pratique de la « vanne », une connaissance approfondie de l’actualité de plusieurs sports populaires, etc.) ont sans aucun doute facilité l’établissement d’une relation de confiance avec les Gilets jaunes, notamment les hommes, les jeunes, les ouvriers, chauffeurs routiers, syndiqués ou anciens syndiqués, autrement dit les plus enclins à vivre l’enquête comme une situation d’examen. Lou (travailleuse sociale) et moi étions plus porté·e·s à nous intéresser aux femmes (aides-soignantes, aides à domicile, ouvrières), ainsi qu’aux retraité·e·s et aux invalides, souvent prolixes et réflexifs sur leur histoire (en raison notamment de leur trajectoire et des fonctions objectives de leur métier). Dans notre cas, le différentiel de capital (scolaire et social) a fonctionné comme un levier. C’est précisément parce que les Gilets jaunes rencontrés nous ont vu·e·s comme des relais fiables et bienveillants de leurs histoires (« Eux, ils disent la vérité ») et/ou que nous représentions une opportunité d’accroître leur capital social que nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures. L’intégration partielle aux différents groupes permettait de ne pas nous laisser enfermer dans les conflits et les concurrences inter ou intra ronds-points, et notamment de nous tenir au courant des « embrouilles » sans avoir à prendre position. En fin de compte, il ne faut pas chercher à réduire à tout prix la distance sociale entre enquêteur et enquêté, ni surestimer l’importance de cet écart en alimentant une « mystique du terrain » qui conduit souvent à héroïser les enquêteurs et à « exotiser » les classes populaires.

MPP : Certains observateurs ont vu dans les ronds-points des lieux de parole, qui ont fourni des conditions propices à l’expression de celles et ceux dont la parole est habituellement inaudible. Par ailleurs, les enquêtes sur l’enquête ont souvent noté la propension inégale à prendre la parole, à s’adresser à celles et ceux (dont les sociologues) qui sont perçu·e·s comme en partie extérieur·e·s. Qu’en est-il sur les ronds-points observés ?

BLG : Si la propension à « parler de soi » est relativement moindre au sein des groupes sociaux les moins dotés en ressources symboliques, l’enquête peut néanmoins s’appuyer sur les personnes disposées à jouer le rôle d’informateurs et informatrices sur le terrain, sur certaines caractéristiques de la culture des classes populaires ou, dans notre cas, sur les enjeux proprement sociaux de la mobilisation pour les protagonistes.

En ce qui concerne les allié·e·s, il est important de souligner que les plus disposé·e·s à se saisir de l’offre de parole (c’est-à-dire souvent les moins éloigné·e·s de l’univers scolaire, les autodidactes ou les plus soucieux de promotion sociale ou culturelle) nous ont beaucoup facilité le travail : elles et ils étaient disposé·e·s à jouer le rôle de passeur, d’animateur, voire de porte-parole officieux. Leur centralité dans l’organisation de la vie des ronds-points et la sympathie dont elles et ils bénéficiaient nous ont beaucoup facilité les choses lorsqu’il s’agissait de nous introduire auprès d’autres Gilets jaunes. Les gratifications symboliques qu’elles et ils pouvaient retirer d’un contact privilégié avec nous tendaient aussi à renforcer leur position au sein de leur groupe et à nous identifier comme des allié·e·s. Les discussions que nous avons eues avec eux nous permettaient également de nous tenir au courant des derniers événements, de nous informer sur l’histoire de certains Gilets jaunes, d’éviter certaines maladresses ou, au contraire, de « jouer les naïfs » pour susciter des réactions et multiplier les points de vue sur un événement (en exploitant ainsi au maximum l’asymétrie d’information).

Mais la relative facilité d’accès aux plus précaires et leur propension à interagir avec nous sont surtout révélatrices des enjeux et des fonctions de cette mobilisation pour ses protagonistes. Au-delà des revendications proprement politiques, l’un des principaux moteurs de cette révolte réside dans la reconstruction de solidarités et dans la réaffirmation d’une forme de respectabilité populaire. « Nous sommes ici pour la justice et contre le mépris », pouvait-on souvent lire sur certains gilets jaunes. Cette mobilisation a aussi été l’occasion de réhabiliter des valeurs comme l’entraide, la solidarité, la convivialité, qui restent des caractéristiques structurantes des styles de vie populaires et qui favorisent évidemment l’intégration des enquêteurs et des enquêtrices lorsqu’elles et ils s’y reconnaissent et savent le montrer. Le sentiment souvent exprimé d’une « fierté » de se soulever contre ce gouvernement ou celui d’une « fraternité retrouvée » témoignent des effets et des enjeux de cette mobilisation pour les Gilets jaunes.

De même, pour les plus précaires, cette mobilisation a également été l’occasion de se défaire d’un sentiment d’inutilité voire d’indignité, de se réapproprier une forme de parole publique et de se percevoir comme une force collective. Cela ne signifie pas que les rapports de domination ont soudainement été neutralisés dans la mobilisation, mais il me semble que ces circonstances « extra-ordinaires » ont conduit, au moins temporairement, à atténuer l’asymétrie de la relation enquêteurs/enquêtés. Dans ce cadre, tout le monde ne prend pas la parole mais tout le monde a le droit de la prendre. L’« universalité » du combat garantit à la fois d’avoir quelque chose à dire et qu’un point de vue en vaut un autre. L’obligation de rester uni·e·s et de faire tenir le groupe impose une retenue, une euphémisation des réprobations et valorise la parole des plus dominé·e·s. Ces conditions particulières sont idéales pour enquêter, a fortiori si les sociologues mettent à disposition leurs compétences spécifiques : nous avons, par exemple, pris l’habitude de publier régulièrement des photographies et des petits textes pour entretenir l’espoir sur l’issue de cette révolte.

L’écriture

MPP : En visant un lectorat plus large que le public des ronds-points, qui a regardé, utilisé et échangé vos photographies, et lu et partagé ces brefs textes d’analyse à chaud, votre livre s’inscrit dans une lignée de textes qui, comme La misère du monde, sont des « interventions », au sens où Pierre Bourdieu concevait l’engagement intellectuel, s’appuyant sur des savoirs construits rigoureusement.

BLG : Notre livre s’inspire beaucoup, en effet, de La misère du monde. Sur cette question de la « neutralité axiologique » et de l’engagement sociologique (Mauger 2021), je me réfère à Bourdieu et à Weber. Les « pulsions » à l’origine d’un travail intellectuel ne sont jamais purement scientifiques et désintéressées. Les idées défendues sur le monde social à travers un livre ou un article ont presque toujours une dimension idéologique réappropriable sur le plan politique. Il me semble aller de soi que, sur un terrain comme un mouvement social, une posture d’enquêteur « neutre » serait aussi absurde que contreproductive pour produire du savoir. Bref, comme le disait Bourdieu, la « neutralité sociologique » est surtout une « illusion scolastique ».

Le fait que le rapport des chercheur·e·s à son objet ne soit pas « neutre » n’impose pourtant pas de verser dans un relativisme radical. La science n’a pas besoin d’être neutre pour construire des théories valides, c’est-à-dire fondées empiriquement, même si ces « vérités » sont vouées à être rectifiées, précisées, comme toute vérité scientifique.

MPP : Les photographies sont parfois pensées – à tort – comme « parlant d’elles-mêmes » ou comme un simple reflet du réel, alors qu’elles portent inévitablement un point de vue et que leur interprétation engage des schèmes d’appréciation et de perception. Et, du côté de la production des images, les photographes qui visent une reconnaissance artistique n’ont pas forcément la même définition de ce qui constitue une belle ou une bonne photographie que celle qui sera retenue avec des schèmes d’analyse sociologiques. Il existe une littérature abondante sur l’image, ainsi que des tentatives d’intégration de la photographie ou de l’image filmée à l’enquête sociologique. Y avez-vous trouvé des sources d’inspiration ?

BLG : De la fin des années 1970 au début des années 1990, la photographie devient progressivement un objet théorique, sous l’influence notamment de l’histoire culturelle, de la sémiotique, des arts visuels. Aussi riches soient-elles, ces recherches donnent malheureusement peu de pistes pour affronter les problèmes que pose l’intégration d’un appareil photo ou d’une caméra dans la démarche d’enquête ou encore l’articulation du texte sociologique à la photographie. Paradoxalement, alors qu’il existe une réflexion abondante sur l’image, cette littérature apparaît très dispersée et peu de travaux sociologiques tentent de mobiliser la photographie. Les normes d’expression du champ intellectuel consacrent la prééminence du texte sur l’image. Inversement, du côté de la photographie, la place souvent secondaire ou elliptique du texte repose sur l’opinion commune qu’une « bonne image » devrait se passer de commentaires, ce qui est très insatisfaisant puisque cela revient à évacuer la question, centrale, des conditions sociales de possibilité de réception des « œuvres », autrement dit celle de la maîtrise du « code » nécessaire au déchiffrement de l’image.

Bref, nous avions peu de modèles sur lesquels nous appuyer, à l’exception de la « BD photographique » de Vincent Jarousseau1. Il a donc fallu inventer une forme qui tente d’articuler différents types d’écriture : l’écriture textuelle à destination de publics variés mais aussi l’écriture photographique qui implique de construire des séries, de travailler dans l’optique d’un scénario, autrement dit de se donner les moyens de construire visuellement son objet.

L’articulation de ces écritures n’a rien d’évident, plus encore quand l’écriture se fait à plusieurs mains. Elle est au principe de compromis permanents qui engagent des conceptions de l’autonomie scientifique, de l’administration de la preuve mais aussi, plus généralement, le sens de ce travail pour chacun·e d’entre nous. Les enjeux de ce livre n’étaient pas les mêmes pour nous trois dans la mesure où, en dépit d’une perspective intellectuelle commune, nous entretenons des rapports différents à la photographie, à l’université, etc. En l’absence d’une « tour de contrôle », l’écriture collective d’un livre est le résultat d’une « cuisine » plus ou moins mystérieuse où sont mis à l’épreuve (et s’affrontent) les habitus et les intérêts de chaque auteur·e, qui sont par ailleurs retravaillés par les retours souvent précieux des relecteurs et relectrices.

MPP : Votre ouvrage défend en pratique la nécessité indissociablement sociologique et politique de relayer la parole des Gilets jaunes, de « rendre raison » de leur engagement auprès d’un large public, tout en essayant de disséminer, en recherchant une forme accessible, des instruments de défense contre les dimensions protéiformes de la domination. Vouloir rendre accessibles des analyses sociologiques conçues comme des instruments de défense implique nécessairement une réflexion sur les obstacles sociaux à la diffusion et à l’appropriation des analyses sociologiques. On peut penser que les images abaissent le droit d’entrée dans la lecture. Le texte des livres illustrés (documentaire photographique, bande dessinée documentaire, etc.) est plus aéré, plus facile d’accès sans doute pour un lectorat peu entraîné à lire des livres ; la présence des images autorise à ne pas lire le texte ou à ne le lire qu’en partie. Mais, on le sait, il n’y a pas d’image « brute » et, dans votre travail, les photographies, leur sélection, leur cadrage, leur mise en page portent un point de vue, construit sociologiquement. Le travail de sélection des clichés, de mise en page et le graphisme sont donc essentiels pour que la succession des images porte un point de vue sociologique indépendamment même du texte. Concrètement, comment avez-vous procédé ?

BLG : C’est en grande partie le savoir-faire du concepteur graphique du livre (Richard Takvorian) qui a permis d’articuler les différentes écritures de l’ouvrage. J’ai pris conscience, grâce à lui, de l’existence du graphisme comme « champ » : le graphisme est un univers et un langage à part entière, avec son histoire, ses écoles, ses expérimentations, ses avant-gardes, etc. La possibilité de travailler main dans la main avec lui était une condition de la réalisation de ce livre. Nous nous connaissions depuis plusieurs années et je savais que, tout en étant extérieur à l’univers académique, il comprendrait notre approche, lirait les textes et n’évacuerait jamais la question de la réception du message. La division du travail entre auteur·e·s et graphistes est parfois complexe, a fortiori peut-être sur ce type d’ouvrages où la question est centrale. Pendant plus de six mois, Richard nous a ainsi fait de nombreuses suggestions aussi bien sur la sélection et l’enchaînement des images que sur des systèmes graphiques susceptibles d’offrir différentes entrées dans le livre, d’engrammer différentes lectures. L’enjeu était de mettre en valeur les photographies tout en évitant l’écueil de la collection de « jolies images » déconnectées les unes des autres. Enfin, et fondamentalement, il s’agissait de mettre la photographie au service d’une analyse sociologique.

  • 2 Les photothèques modernes autorisent aujourd’hui un référencement détaillé des images grâce à un sy (...)

Schématiquement, nous disposions de deux outils/corpus : le premier était composé de nos lectures, notes de terrain, entretiens, etc. organisés en fonction du plan général que nous avions dégagé. Le second correspondait à une pré-sélection d’environ 800 images classées en fonction de leurs thématiques et de leur chronologie2. Parce qu’il semblait impératif de transmettre un point de vue sociologique indépendamment du texte, le travail a consisté d’abord à écrire chaque chapitre de manière visuelle en composant avec les limites de nos matériaux et les difficultés liées au caractère polysémique de la photographie.

Dans un premier temps, il s’agissait, en quelque sorte, de tracer un fil invisible entre les photos, de les faire converser de manière fluide ou au contraire de jouer sur les oppositions que permettaient les double-pages. La démarche revient, en quelque sorte, à écrire un film muet. Il s’agit donc de bien sélectionner les images de transition, d’ouverture et de fermeture de chaque chapitre, de revenir parfois en arrière en examinant les « rush » et en acceptant de piocher dans des photographies moyennes (d’un point de vue esthétique) lorsqu’elles s’avéraient nécessaires pour développer certaines idées sur le mouvement, ou encore de résister à la tentation de placer absolument une image qu’on juge réussie. Autant dire que cette partie du travail d’« editing » demande de négocier sans cesse entre des critères d’appréciation esthétiques (des considérations sur les formes et les oppositions) et des considérations sociologiques. Faute d’enquête préalable sur son lectorat, l’auteur·e n’a pas d’autres solutions que de faire des suppositions sur les interprétations probables des images et leur caractère suggestif.

Fig. 3

Fig. 3

Exemple d’images sélectionnées en ouverture d’un chapitre consacré à l’émeute du 1er décembre 2018.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Bien que le choix et l’enchaînement des photographies aient été guidés par l’interprétation sociologique, le texte est venu dans un second temps, « en appui » de la photographie. Les légendes ont parfois des statuts différents. Elles peuvent guider l’interprétation de l’image en donnant des éléments du contexte de la prise de vue, mais le plus souvent elles complètent la photographie en prolongeant le sens que nous donnons à l’image.

La photographie ne sert donc pas seulement à « illustrer » ou à valider empiriquement une interprétation sociologique. Le texte et l’image sont liés tout en étant partiellement autonomes. Ils peuvent faire l’objet d’une lecture séparée dans la mesure où nous avions conscience que le regard sur une image est très subjectif. Dans certains chapitres, nous avons utilisé un double système de légendes, qui propose différents niveaux d’interprétation : un niveau de lecture « factuel » et un second niveau plus « théorique » lorsque nous jugions que la montée en généralité ou qu’un concept pouvaient être utiles, notamment s’agissant de l’organisation des ronds-points, du rapport à la politique et du chapitre consacré aux fêtes. Là aussi, il fallait penser à des « systèmes visuels », à des « outils graphiques » comme des « décrochages » qui permettent de distinguer ces différents niveaux de lecture sans écraser les lecteurs par un texte trop long et trop dense. Toutes ces opérations qui touchent à la conception graphique du livre et aux contraintes éditoriales (format, nombre de pages, délais, etc.) impliquent des aller-retours permanents entre le texte et l’image et imposent souvent des compromis. D’une certaine façon, la réalité matérielle du livre (ses contraintes physiques en tant qu’objet) impose parfois aux auteur·e·s et au graphiste de se mettre à son service.

Fig. 4

Fig. 4

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Richard a conçu un graphisme qui s’accorde avec le fond sociologique de chaque chapitre sans sacrifier l’unité esthétique générale du livre, ni les usages a priori « fonctionnels » et « pragmatiques » que les lecteurs en feraient. Bien qu’il y ait un fil directeur dans chaque chapitre et une organisation de nos interprétations, il nous semblait nécessaire que le livre puisse être « lu » aussi par fragments, dans le désordre, en se « baladant » au gré des images. Sans doute parce qu’il conçoit depuis longtemps des ouvrages pour des auteur·e·s et des publics variés, qu’il a travaillé dans le cinéma et qu’il connaît bien les usages « décoratifs » qui sont faits des livres illustrés, Richard a su mettre son savoir-faire au service de la construction intellectuelle de l’objet, autrement dit nous donner une chance d’être entendu·e·s. Des éléments a priori insignifiants comme la présentation d’une chronologie, le choix des polices, leur taille, le fait d’intercaler une page noire à tel endroit, de faire « courir » un titre sur deux pages plutôt qu’une seule, de justifier [aligner] ou non le texte, de paginer au centre plutôt qu’en bas, etc. participent directement à la tonalité du message et donc à la production et à la réception du savoir. Ce travail sur la « forme » ne détermine pas seulement l’esthétique du livre. Il entre (ou non) en résonance avec le propos, une « bonne maquette » étant peut-être celle qui se fait oublier, celle qui met en valeur l’analyse et l’intention des auteur·e·s sans artifices trop visibles.

Fig. 5

Fig. 5

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Les différences de construction des chapitres 1 et 2 sont de bons exemples. Alors que le graphisme du premier chapitre sur l’organisation des cabanes contribue à « planter le décor » en s’appuyant sur des légendes plutôt denses qui mettent l’accent sur des régularités sociales, le chapitre 2 sur l’émeute affiche une tonalité nettement plus nerveuse et dynamique : l’usage des fonds noirs et l’intégration de repères temporels qui permettent de retracer le déroulement chronologique de la journée font partie des nombreuses trouvailles de Richard alors que nous ne savions pas comment rendre compte de cette dimension du mouvement. Il faudrait parler aussi de la fonction des images placées à « fonds perdus » ou avec des marges, de la place des photos que l’on peut fait « courir » ou non sur une double page, etc. Le travail sur le graphisme et la maquette ne consiste pas seulement à « faire joli ». Il revient de facto à créer une nouvelle image à partir d’autres images et symboles. Dans un livre un peu hybride, comme le nôtre, la maquette contribue à la fois à structurer le propos, à rythmer la lecture et à produire un sens propre pour celles et ceux qui ne lisent que les images. Il est regrettable que les oppositions entre l’« intellectuel » et le « créatif », la « conception » et l’« exécution », la « théorie » et la « technique » contribuent à laisser dans l’ombre ce savoir-faire des graphistes. En sciences sociales, l’utilisation de l’image pourrait être un formidable levier pour ouvrir la connaissance au plus grand nombre et tenter de la transformer en instrument d’émancipation. L’usage qui consiste à indiquer sur la couverture d’une œuvre les seuls noms des auteur·e·s (qui renvoie à la mythologie de l’« originalité » et de la « singularité » de l’auteur·e dans les univers intellectuels et artistiques) est révélatrice de l’invisibilisation du savoir-faire des graphistes.

MPP : Au-delà des photographies et du travail sur leur mise en page, comment avez-vous cherché à rendre accessible, en regard des photographies, un ensemble d’interprétations sociologiques ? En jouant sur la longueur, la lisibilité, l’effacement des références savantes, la langue utilisée ?

BLG : Par son objet, son matériau et la diversité du public visé, cet ouvrage ne pouvait ressembler ni à un livre de sociologie académique, ni à un livre d’art. S’adresser seulement aux sociologues ou au public « cultivé » des expositions de photographies n’était pas le but visé. Or il faut reconnaître qu’il y a peu de modèles sur lesquels on puisse s’appuyer et qu’en tant que chercheur·e·s nous sommes peu préparé·e·s, et peut-être de moins en moins disposé·e·s, à « sortir » de l’écriture sociologique destinée aux spécialistes. Cet exercice demande du recul, de trouver la bonne distance par rapport à son sujet, des dispositions de « pédagogue », etc. Il expose en outre à être accusé de « griller les étapes », de ne pas respecter l’ordre des successions, qui autorise les plus reconnu·e·s académiquement à « vulgariser » ultérieurement.

Concernant l’écriture textuelle, nous avons surtout appliqué un ensemble de réflexes de bon sens : légendes courtes, neutralisation (autant que possible) du vocabulaire sociologique, invisibilisation des références bibliographiques (rapportées seulement en fin d’ouvrage), utilisation d’un ton qui se veut le plus sobre possible (en accord avec le graphisme), recours privilégié aux symboles et à la métaphore, etc. Le style d’écriture est également un peu différent dans les chapitres thématiques et les portraits « inter-chapitres » que nous avons rédigés sur le modèle de La misère du monde. Ces derniers ont été écrits de façon assez littéraire, dans une perspective « compréhensive », de manière à éviter les longueurs et l’aridité théorique. À travers ces portraits, auxquels s’ajoutent des « médaillons » plus courts et parfois de brefs comptes-rendus d’observation (le réveillon du 31), il s’agissait de produire une empathie, de favoriser l’identification aux Gilets jaunes en donnant à voir une diversité de « parcours biographiques », un « espace de cas ». Les photographies se veulent parfois plus intimistes lorsqu’elles ont pu être réalisées au domicile des Gilets jaunes. On peut lire ces portraits pour eux-mêmes, séparément, dans le désordre, même si, évidemment, la lecture dans leur ordre d’apparition est censée servir de transition ou donner un éclairage complémentaire aux chapitres. A contrario, les légendes des photographies qui figurent dans les six chapitres thématiques sont certes plus concises, mais souvent aussi plus « objectivantes » et peut-être plus arides. Elles mettent surtout l’accent sur les conditions sociales qui ont rendu possible la mobilisation, sur les fonctions de certaines pratiques (notamment les fêtes) ou encore sur des régularités sociologiques nécessaires pour éclairer la forme prise par la mobilisation en la rapportant au style de vie des classes populaires mobilisées : la centralité de la famille, le rapport à la force physique et aux valeurs de virilité, la division sexuée des tâches, les enjeux de respectabilité, le rapport pragmatique et fonctionnel à la politique, etc.

Fig. 6

Fig. 6

Exemple de double page mettant en évidence l’intérêt pour la « pratique » ou le « concret ». Ces savoir-faire sont rapidement apparus comme une dimension centrale de la mobilisation. Ces doubles pages mettent en lumière l’ancrage populaire du mouvement et donc l’enjeu que représente la construction des cabanes pour mobiliser au-delà des cercles militants.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Enfin, la structure générale du livre, l’enchaînement des chapitres ont aussi été pensés de manière à ménager des respirations dans la lecture et des styles d’écriture variés, pour changer de tempo, donner du rythme et faire écho à l’alternance des rythmes de la mobilisation. On alterne ainsi des chapitres plus ethnographiques et analytiques avec des chapitres moins légendés, plus « frappants », sur l’émeute, les voix de la manifestation ainsi que la répression politique et symbolique du mouvement. Cette construction a permis, je crois, de toucher diverses sensibilités, tout en rendant compte des différentes facettes du mouvement.

MPP : Comment navigue-t-on, dans l’écriture, entre le double écueil de l’héroïsation et de la description sous l’angle du manque ?

BLG : En fait, la principale difficulté que nous avons ressentie dans l’écriture du texte consistait à trouver les mots justes pour exposer, sans fard, des formes de domination et de misère des Gilets jaunes, sans qu’elles soient dévalorisantes ou désespérantes pour eux. Il fallait aussi faire comprendre en quoi le déterminisme sociologique n’est pas antinomique avec une disposition à la révolte et des stratégies visant à améliorer son existence. Ceci dit, avec le recul, je m’aperçois que ces craintes étaient largement surévaluées. Ce sont des problèmes d’intellectuel·le·s qui tiennent à un état du champ (des « controverses ») mais qui n’ont guère de sens pour les enquêté·e·s. Comme pour le « misérabilisme », la critique du « déterminisme » est surtout une préoccupation d’intellectuel·le·s et/ou peut-être de classes populaires en ascension qui ressentent le besoin de s’expliquer à elles-mêmes leur propre trajectoire. Les Gilets jaunes du livre nous ont souvent encouragé·e·s à montrer leurs misères et leurs faibles marges de manœuvre. Il y a aussi un « franc parler » populaire, une volonté de ne pas euphémiser la réalité de l’existence. Parce qu’ils ont souvent fait l’expérience intime de l’humiliation, leurs visions du monde témoignent d’un sens aiguisé des rapports sociaux, d’un point de vue parfois cru et brutal certes, mais aussi très socio-logique, que nous avons d’ailleurs essayé d’exploiter au maximum en donnant une place importante à leurs paroles. Faire de la sociologie avec le langage indigène, avec les mots des Gilets jaunes, est évidemment aussi une technique pour se donner une chance d’être entendu par ses enquêté·e·s. Mais à condition de mettre en forme leurs propos, de ne pas les jeter en pâture à l’ethnocentrisme ordinaire. C’est aussi l’une des fonctions de ce système de double légende que j’évoquais plus haut.

Fig. 7

Fig. 7

Exemple de court portrait sociologique permettant d’incarner la mobilisation et de diversifier les entrées dans la lecture de l’ouvrage.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Réceptions

MPP : Tout le travail graphique et textuel accompli repose sur l’hypothèse qu’il peut faciliter la lecture, abaisser le niveau d’entrée dans l’analyse sociologique, donner à voir et rendre intelligible tout en entretenant la croyance. Savez-vous, in fine, si le livre a pu être lu par celles et ceux qui ont participé à cette mobilisation ? La réception d’un livre est toujours difficile à appréhender et il est malaisé, faute d’enquête, de savoir comment le livre a été lu. On aimerait pourtant savoir si l’ouvrage a été feuilleté, lu, ou simplement, peut-être, exposé dans le logement, offert en cadeau, conservé avec les albums photos, etc. Et, si le texte a été lu, s’il l’a été in extenso, s’il a été survolé pour tomber sur les passages qui concernent le lecteur ou la lectrice. Mais peut-on tenter de connaître les modalités de cette réception si l’on considère que votre relation avec les Gilets jaunes, attentive à la domination symbolique, ne permet guère de les placer en situation d’interrogation quasi scolaire en leur demandant si elles et ils ont lu l’ouvrage ? Pouvez-vous, en somme, évoquer la réception de ce travail, la circulation de ces photographies et de cet objet-livre auprès des Gilets jaunes des ronds-points étudiés et au-delà ?

BLG : Comment rendre compte de la réception d’un ouvrage ou d’une simple photographie ? Il faudrait inventer des dispositifs pour accéder au for intérieur. La réception varie en fonction du support de diffusion, du contexte de lecture et, évidemment, en fonction des ressources, des dispositions et des intérêts de celles et ceux qui se retrouvent avec un livre entre les mains ou une photographie sous les yeux. Il faut en outre situer cette réception dans différents « espaces » : l’espace des Gilets jaunes, qui est lui-même différencié, mais aussi l’univers académique, celui de la photographie, du militantisme, du journalisme, etc. Tous ces gens ont appréhendé ce mouvement à travers un prisme spécifique. Faute d’enquête et de recul, je ne peux livrer que quelques anecdotes ou impressions sans doute trop sommaires et partielles.

L’objet-livre peut impressionner les personnes les moins dotées de ressources scolaires ou culturelles. Quelle que soit la volonté des auteur·e·s d’être accessibles, l’écriture est toujours porteuse d’une violence symbolique, même si les réseaux sociaux offrent peut-être un contrexemple intéressant d’écriture qui circule largement (sans support livresque) et même si la présence d’images peut abaisser le droit d’entrée. La formulation d’un jugement (positif ou négatif) suppose une assurance, une familiarisation avec l’objet, c’est-à-dire des dispositions de lettrés.

Les Gilets jaunes que nous suivions se sont souvent emparés des images issues des reportages que nous diffusions à chaud sur les réseaux sociaux. Après une action importante, les photos étaient parfois attendues avec impatience pour ensuite être relayées sur les pages Facebook des groupes de l’Oise. Certains m’ont parfois demandé les fichiers originaux pour construire des diaporamas afin de ressouder le « collectif » dans des moments de crise ou encore pour faire des tirages et les encadrer pour les exposer dans leur domicile. D’autres encore venaient en piocher sur mon site internet et les recadraient sans complexe pour les transformer en « avatars » sur les réseaux sociaux, etc. Ces réappropriations variées sont difficiles à analyser tant elles dépendent des usages des réseaux sociaux par chaque protagoniste, des rapports à la mobilisation, à la culture, à la photographie, à leur propre image, etc. Si certains Gilets jaunes formulaient parfois des félicitations sur le texte (très descriptif qui accompagnait le reportage), je doute qu’il ait été lu, en particulier sur les réseaux sociaux. En tout cas, ces reportages publiés au fil de la mobilisation sur des supports de diffusion populaires participaient de facto à la construction d’une mémoire collective. Au-delà de la complicité nouée au fil des mois et de la fonction d’intégration que remplissait notre travail, ces reportages pouvaient aussi être perçus comme des outils de contre-propagande pour rendre respectable cette révolte. Ces commentaires émanaient presque toujours des plus doté·e·s en ressources culturelles ou politiques ou d’autodidactes aspirant à des formes de reconnaissance culturelle, comme un Gilet jaune très atypique sur l’un des ronds-points étudiés qui m’a écrit : « À chaque fois que tu publiais un reportage, chacun le regardait, se nourrissait de sa juste reconnaissance et on en parlait. L’œil que tu portais sur nous corrigeait l’humiliation constante dans laquelle nous enfermaient les médias nationaux. »

J’ai aussi été contacté par un jeune policier qui s’était reconnu sur une de mes séries après une manifestation. Guère surpris que les photographies circulent dans les commissariats et notamment auprès des services de renseignement (d’où l’importance de bien penser sa sélection et sa diffusion), je l’étais davantage par l’appréciation portée sur mes images. Alors que la photographie le montrait dans une posture agressive (on le voit braquer son LBD sur la foule dans un moment où la tension est palpable), ce policier m’a expliqué que « tout le monde ici [dans la brigade] les approuvait » et les trouvait « très jolies ». Au-delà du jugement esthétique, ce type d’appréciation sur le registre de la « vérité » (« approuvait ») rejoignait souvent, je crois, celui des Gilets jaunes lorsque nous diffusions une série d’images. Elle me paraît assez caractéristique de la réception de ce type de photographies chez certaines fractions des classes populaires, en particulier de l’attrait pour une photographie réaliste, descriptive, ou pour une série d’images qui retrace de manière « honnête », c’est-à-dire « fidèle », le déroulé des événements.

Concernant l’objet-livre, j’ignore à peu près tout de son usage par les Gilets jaunes que nous avons suivis. Pour certain·e·s, j’imagine qu’il a trouvé une place à côté des albums de familles qui étaient parfois les seuls livres dans les intérieurs visités. Pour d’autres, certaines photographies ont peut-être été découpées par commodité ou faute d’avoir osé me demander un tirage. En tout cas, rien n’autorise à penser qu’une lecture intégrale ait été la norme ni que l’on soit parvenu à transmettre des schèmes d’analyse sociologiques aux personnes les plus éloignées de ces productions culturelles, qui restent fondamentalement élitistes et distinctives. L’image remplit sans doute la même fonction que l’index des noms propres à la fin d’un ouvrage savant. Il sert à guider la lecture, à trouver directement ce que l’on cherche. Les chercheur·e·s manifestent également des rapports instrumentaux et intéressés à la lecture. Et il n’est pas rare que leur premier réflexe consiste à se rapporter aux pages du livre où leur nom est mentionné.

Le plus important réside sans doute dans la fonction de revalorisation symbolique remplie par ce travail, qui me paraît assez indépendante du contenu. Nous avons organisé une présentation du livre en « avant-première » auprès de celles et ceux que nous avons suivi·e·s pendant un an. La plupart sont venu·e·s à la librairie et l’accueil a été très chaleureux : certain·e·s ont acheté plusieurs livres malgré son prix, d’autres se sont transformé·e·s en quasi ambassadeurs de l’ouvrage, quelques larmes ont coulé. Ce qui nous a le plus marqué·e·s est peut-être l’émotion de certain·e·s lorsqu’elles et ils se sont découvert·e·s dans l’ouvrage. D’autres étaient manifestement déçu·e·s voire en colère de constater leur absence. Ces réactions rappellent les enjeux proprement symboliques de cette révolte et notamment les pages de Bourdieu dans Méditations pascaliennes qui évoquent l’importance d’un minimum de capital symbolique pour exister. La plupart des Gilets jaunes suivis sont très fiers d’avoir participé à ce mouvement et s’identifient toujours à ce combat. Leur faire une place dans un ouvrage qui raconte cette histoire (au détour d’une légende, d’une photographie ou d’un portrait) est évidemment valorisant pour celles et ceux qui n’ont d’ordinaire pas accès à la parole publique.

Sans exagérer son importance ni son utilité, je crois que la publication de l’ouvrage a été vécue par certain·e·s comme le prolongement de leur lutte pour une forme de reconnaissance sociale qui leur est souvent refusée dans leur vie quotidienne. Une des fonctions essentielles de ce mouvement a été d’arracher les classes populaires à l’invisibilité, c’est-à-dire à l’isolement, au silence, à l’inexistence. Il a redonné une fierté à celles et ceux que les difficultés de l’existence renvoient d’ordinaire à l’oubli et à la honte de soi. En ce sens, notre ouvrage s’inscrit en partie dans les fonctions de cette mobilisation : il matérialise leur participation à une histoire collective, à quelque chose de « grand », en même temps qu’il leur donne une existence publique positive, une identité légitime.

Dans la mesure où l’anonymisation était impossible, il a fallu expliquer a posteriori les libertés que nous prenions dans le récit de certains événements ou de certaines trajectoires. De nombreux Gilets jaunes nous assimilaient à des journalistes chargé·e·s de recueillir leur parole comme on cueille des champignons. L’idée que leur cas individuel n’était qu’un prétexte pour faire comprendre une idée plus générale, le fait de les mettre au service d’une démonstration, n’a évidemment rien d’évident pour les personnes directement concernées. Passer sous silence des événements subjectivement importants, mais sociologiquement moins pertinents dans la logique d’une démonstration, est souvent perçu comme une forme de déni de singularité. Ceci étant, nous nous attendions à des contestations beaucoup plus nombreuses. De façon révélatrice, les protestations ont émané des plus doté·e·s en ressources scolaires ou des plus mobilisé·e·s. De même, certains Gilets jaunes (là encore, les plus doté·e·s) m’ont demandé pourquoi nous avions écarté une de leurs images jugée plus « belle » ou valorisante, sans percevoir complètement que c’était l’interprétation (supposée) de la photo par un public extérieur qui nous importait. Ces réactions ne sont pas surprenantes. La volonté de contrôler son image et la résistance à l’objectivation sociologique me semblent beaucoup plus marquées chez les dominant·e·s et en particulier chez les intellectuel·le·s. Elles sont sans doute inhérentes à la restitution de toute enquête auprès des enquêté·e·s, mais il faut surtout s’en saisir comme une occasion inespérée d’expliciter sa démarche, ses intentions.

MPP : Dans un article récent (Le Gall 2021), vous essayez de montrer en quoi une pratique photographique à visée sociologique reste arrimée à la relation d’enquête. Le fait de savoir que l’on sera lu par les protagonistes exerce sans doute des effets de censure. La prise de vue, la sélection et le traitement des images ont sans doute aussi leur importance pour comprendre cette réception.

BLG : L’acte photographique ne peut être réduit à des considérations purement techniques, esthétiques ou intellectuelles. Et les décisions souvent infra-conscientes du photographe sur le terrain ou au moment de l’editing ont évidemment des répercussions sur la réception de son travail. À certaines conditions, qu’il faudrait expliciter, la photographie participe à la dignité du photographié. Lorsqu’on photographie des êtres sociaux et qu’on s’interroge sur les opérations que l’on est amené à faire au moment de la prise de vue ou lors du développement des images, on peut réaliser à quel point l’autonomie des photographes est très relative, en particulier dès lors qu’il s’agit de diffuser ses images auprès des photographié·e·s tout en préservant la relation d’enquête. Comme le remarque Gérard Mauger dans la préface de notre livre, il y a un côté « album de famille » dans les images utilisées. Elles résonnent en partie, je crois, avec les attentes implicites de certains Gilets jaunes, leur goût pour le réalisme, leur rejet de l’ésotérisme, etc.

La manière de photographier dépend probablement autant de l’habitus du photographe que de la relation nouée avec les photographié·e·s et le public auquel la photographie est destinée, plus ou moins consciemment. Mais les formes de censure ou d’autocensure qui en découlent ne sont pas spécifiques à la pratique photographique. Elles se posent dans toute situation d’enquête et rappellent l’illusion de la « neutralité » de l’observateur ou de la prétendue « transparence » de la réalité. Ces problèmes épistémologiques sont des problèmes pratiques qui permettent de comprendre la réception d’une « œuvre », même si le photographe en a rarement conscience.

J’ai réalisé a posteriori à quel point je respectais la mise en scène de soi qui a cours au sein des classes populaires. Cadrer de face en utilisant un grand angle, sans aucune dissimulation, utiliser des procédés de développement comme le noir et blanc (N&B) qui renforce la dimension historique de l’image, accorder une place centrale aux moments d’effervescence collective, privilégier un certain symbolisme dans la construction du corpus d’images pertinentes, etc. Ce sont des exemples parmi d’autres de ces « choix » en apparence purement « techniques » ou « esthétiques » qui sont le produit à la fois d’une relation d’enquête fondée sur la confiance, la collaboration (où l’empathie des photographes pour les photographié·e·s est manifeste) mais aussi d’impensés esthétiques, académiques, historiques qu’il faudrait pouvoir révéler grâce à un travail sociologique.

Fig. 8

Fig. 8

Compiègne, février 2019.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Fig. 9

Fig. 9

Bois de Lihus, avril 2019. Focaliser « spontanément » sur la famille et en particulier sur les scènes auxquelles participent les enfants sur les ronds-points fait écho à la centralité des valeurs familiales en milieu populaire. Ce type de prises de vue participe sans doute des stratégies inconscientes qui s’imposent ici au photographe pour s’intégrer au groupe ou entretenir la confiance de ses enquêté·e·s.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Fig. 10

Fig. 10

Dans un espace médiatique où certaines fractions des classes populaires sont au mieux invisibles, au pire associées au « déclin », à la « fermeture », au « passé », etc., mettre en avant des visages en utilisant des procédés esthétisants peut contribuer à revaloriser les personnes usées par le travail manuel et les conditions d’existence.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

Fig. 11

Fig. 11

Focaliser sur les moments de solidarité est une manière de contribuer à souder le groupe par la photographie. En ce qu’elle symbolise ce sentiment de « fraternité retrouvée » si souvent exprimé au début du mouvement, l’image ci-dessus remplit une fonction « commémorative » voire « d’intégration ». Cette image a d’ailleurs été intégrée dans un diaporama conçu par un Gilet jaune et diffusé ensuite sur les réseaux sociaux.

Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall

MPP : Si l’ouvrage a vécu une première vie auprès de ses protagonistes, il fait partie du corpus grandissant des analyses sociologiques du mouvement. Le caractère hybride, le format « non identifié » de l’ouvrage, à la jonction entre photographie, reportage documentaire et sociologie, n’a peut-être pas été un avantage pour le faire exister dans l’univers académique ?

BLG : Pour différentes raisons, nous n’avons pas vraiment entrepris de diffuser ce livre dans le monde académique ni dans celui de la photographie. C’est sans doute la destinée sociologique normale des « petits auteurs » : lorsque leur capital social et symbolique est assez limité, la réception de leur travail est confidentielle, à moins de déployer des efforts considérables. Les rapports de domination dans l’univers académique jouent évidemment dans la diffusion et la réception des productions sociologiques. Ce qui est évidemment problématique, non pas pour notre ouvrage, mais pour les progrès de la connaissance sur le monde social.

L’apparence « a-théorique » de l’ouvrage, « l’invisibilisation » des concepts et l’absence de citation des collègues n’aident pas à susciter l’intérêt des sociologues et des politistes. Le fait d’assumer explicitement une posture « engagée » nous expose de facto à une disqualification scientifique, à être suspecté·e·s d’idéologie. En fait, c’est surtout du côté des « jeunes » anthropologues, souvent engagé·e·s dans le mouvement des Gilets jaunes, que notre travail a suscité un intérêt. Dans cette discipline, le rapport au « terrain » et l’utilisation des images sont sans doute un peu différents de celui des sociologues et surtout des politistes, pour lesquels les prétentions théoriques sont souvent des signes extérieurs de l’« excellence » académique.

MPP : Défendant en pratique la notion de « photographie sociologique » – catégorie à vrai dire peu cristallisée, tant dans l’univers sociologique que photographique –, le livre se présente également comme un reportage photographique. Dans le cadre de ce qui peut être reconnu dans l’univers artistique, il s’inscrit ainsi dans la lignée de la photographie sociale. Comment caractériseriez-vous la réception de cet ouvrage dans l’univers photographique, y compris dans son versant journalistique ?

BLG : Concernant le monde de la photographie, c’est plutôt l’indifférence qui l’a emporté, mais pour des raisons spécifiques, dont l’explicitation impliquerait de faire la sociologie de cet univers. Outre nos dispositions défaillantes pour faire connaître notre travail, je crois que la « photographie sociologique » qu’on a essayé de faire exister dans ce livre est passablement décalée, désajustée vis-à-vis des attentes et des manières de faire de la photographie aujourd’hui. La photographie « documentaire » ou « sociale » est un genre relativement marginal qui me semble structurellement tiraillé entre son pôle commercial (le monde de la presse) et son pôle « intellectuel » (le monde de la « photographie d’auteur·e »). Du côté du pôle commercial, notre livre avait relativement peu de chances d’intéresser. Il n’est pas ajusté à l’usage des images dans ces circuits de diffusion.

L’univers journalistique fait mauvais ménage avec une approche sociologique de la photographie. On pouvait l’observer sur le terrain pendant les manifestations des Gilets jaunes : les photos-reporters transféraient parfois leurs images aux rédactions ou aux agences en plein milieu des gaz lacrymogènes. Ces photographes sont soumis à la temporalité de la presse et d’Internet, la concurrence est rude et leur autonomie très faible : avant même d’aller sur le terrain, la plupart ont en tête l’image qu’il faut rapporter pour avoir une petite chance de publication. Le travail d’editing que j’évoquais tout à l’heure leur échappe : elles et ils ne peuvent ni choisir les images à diffuser, ni les développer en conséquence tandis que les légendes qui les accompagnent au moment de la publication sont rédigées par d’autres.

Aucune rédaction ne financerait aujourd’hui un travail comme celui que nous avons réalisé. C’est une conséquence de l’état de ce secteur, du poids des logiques économiques, de la conception étroite de « l’actualité », de la course à l’audimat qui implique de produire presque toujours les mêmes produits. C’est d’ailleurs seulement parce que certaines maisons d’édition voyaient que ce mouvement durait que nous avons eu l’opportunité de publier un livre sur le sujet. S’il n’avait pas été inscrit dans l’actualité, nous n’aurions eu aucune chance d’être publié·e·s. Notre approche est très différente, elle requiert à la fois du temps et une conception artisanale du métier, dans laquelle l’auteur·e contrôle toute la chaîne de production de sa photographie.

Ce travail a pu intéresser quelques journalistes passé·e·s par des cursus en sciences sociales, mais surtout en raison de son ancrage dans l’actualité. Mathieu Dejean nous a notamment laissé une grande autonomie dans la présentation de notre travail sur le site internet des Inrockuptibles. Face aux journalistes, la double casquette de photographe et de sociologue est difficile à imposer. Même du côté des médias indépendants, moins soumis à la pression de l’audimat, nous avons été sollicité·e·s essentiellement pour la photographie. Il fallait souvent « se battre » ou « ruser » pour parler du fond du mouvement et tenter de faire passer des bribes d’analyses sociologiques3. C’est surtout du côté des journalistes indépendants (notamment Antoine Peillon) ou de radios locales animées par des animatrices bénévoles consciencieuses et libérées des contraintes médiatiques que nous avons eu le sentiment de nous faire entendre4. Il va de soi que l’on est plus ou moins pré-ajusté·e à la valorisation de son travail dans les médias. C’est un travail à part entière qui met à l’épreuve les dispositions des auteur·e·s, même lorsqu’elles et ils sont habitué·e·s à enseigner.

À côté de la presse, il existe quelques espaces de « consécration artistique » pour la photographie documentaire, mais ces derniers sont difficiles d’accès pour des autodidactes de l’image. En raison de son histoire, la photographie documentaire n’intéresse guère les critiques et les galeristes. Les ouvrages ou les magazines spécialisés qui lui donnent une visibilité sont relativement rares et survivent difficilement. Et, bien qu’il existe encore quelques festivals qui lui sont dédiés (comme le festival Barrobjectif), il faut parvenir à se démarquer à travers des sujets relativement exotiques ou en donnant une touche ésotérique à son travail. Même du côté du pôle le plus « autonome » de la photographie documentaire, l’articulation entre le texte sociologique et la photographie n’a rien d’évident : en tout cas, elle reste à inventer pour qui voudrait séduire les critiques photographiques. À titre d’exemple, une partie de notre travail sur les Gilets jaunes a été présentée et remarquée dans le cadre de la « Bourse du talent » (un concours en partenariat avec la BnF). Mon travail a été changé de catégorie. Il n’était pas envisagé comme du « reportage » mais comme du « portrait ». Cela me semble révélateur du snobisme de cet univers, où il faut impérativement surprendre, faire mine de casser les codes pour exister. Surtout, j’ai eu le sentiment que le texte n’était pas lu, qu’il était envisagé comme une chose un peu barbare qui viendrait en quelque sorte parasiter la lecture de la photographie. Il faut évidemment voir qui sont les « juges », leurs formations, etc.

Le constat est à peu près le même dans les festivals ou les revues : la place très réduite qu’il est possible de consacrer au texte est révélatrice de cette difficulté d’articuler les deux.

MPP : Au-delà de la faible existence institutionnelle et esthétique de la photographie dite « sociale », du décalage qu’entraîne son accompagnement textuel, les critères esthétiques (plutôt que sociologiques), très soumis aux évolutions du champ de la photographie (en tant que champ artistique), ne sont-ils pas déterminants dans la réception photographique de votre travail ?

BLG : Comme n’importe quel univers, le champ de la photographie a un droit d’entrée. Au fil du temps, il s’institutionnalise, se professionnalise et tend à se refermer en définissant ses propres règles, ses propres critères d’appréciation et de légitimation des œuvres. Dans le monde de la presse comme dans celui de la photographie d’auteur, mes images ne trouvent pas forcément d’écho, il faut bien l’avouer. Leur construction et l’usage du N&B leur donne une touche « trop connue », « trop classique », qui renvoie à un ancien temps du photoreportage, jugé aujourd’hui un peu « ringard » même si des photoreporters des années 1960 et 1970 ont été canonisé·e·s. Les injonctions à la couleur, ainsi qu’au flou (« artistique »), sont très fortes aujourd’hui. La construction des « reportages » s’inscrit de plus en plus souvent dans une sorte de micro-histoire où l’on traite un sujet à partir d’une personne que l’on suit sur le temps long. Cela donne des choses intéressantes mais on est très loin d’une approche en termes d’espace social qui donnerait à réfléchir aux différences, aux variations, etc. Derrière ces considérations esthétiques et intellectuelles se dissimulent donc des usages codifiés relativement rigides de la photographie. Pour exister dans cet univers, il faudrait se soumettre aux modes en vigueur, c’est-à-dire renoncer aux raisons pour lesquelles ce travail a peut-être une utilité pour nous et pour les Gilets jaunes. Ainsi en vient-on à se poser des questions très générales, comme celle des sacrifices que l’on est prêt à faire pour se faire reconnaître dans un univers, celle de son « droit à l’existence », celle du sens que l’on donne à son travail…

Haut de page

Bibliographie

Le Gall Brice (2021). « L’observation photographique. Auto-analyse d’une enquête sur les Gilets jaunes ». Revue internationale d’anthropologie du politique, 2. [En ligne] http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=506 [consulté le 15 janvier 2022]

Le Gall Brice, Cizeau Thibault & Traverse Lou (2019). Justice et respect. Le soulèvement des Gilets jaunes. Paris, Syllepse.

Mauger Gérard (2021). « Neutralité axiologique et engagement sociologique ». Savoir/Agir, 57 : 69-79.

Haut de page

Notes

1 Jarousseau Vincent (2019). Les raisins de la colère. Paris, Les Arènes.

2 Les photothèques modernes autorisent aujourd’hui un référencement détaillé des images grâce à un système de mots clés, ce qui facilite considérablement la tâche lorsque l’on travaille sur des séries thématiques.

3 Vidéo « Les Gilets jaunes comme vous ne les avez jamais vus ». Entretien avec Brice Le Gall et Serge d’Ignazio. Le Media, 25 septembre 2019.

4 Émission « La Vie en jaune », Radio Valois Multien, le 26 décembre 2019, interview autour de Justice et Respect. Le soulèvement des Gilets jaunes. Éditions Syllepse, 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=tCuSxwQ2YRg

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Crédits Couverture de l’ouvrage Justice et respect. Le soulèvement des Gilets jaunes (Le Gall, Cizeau & Traverse 2019). L’ensemble des illustrations présentées dans cet article proviennent de cet ouvrage. Les photographies sont toutes de Brice Le Gall.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 939k
Titre Fig. 2
Légende Paris, place de l’Étoile, le 1er décembre 2018, lors de l’« acte 3 » des Gilets jaunes.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 3
Légende Exemple d’images sélectionnées en ouverture d’un chapitre consacré à l’émeute du 1er décembre 2018.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 4
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 5
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 6
Légende Exemple de double page mettant en évidence l’intérêt pour la « pratique » ou le « concret ». Ces savoir-faire sont rapidement apparus comme une dimension centrale de la mobilisation. Ces doubles pages mettent en lumière l’ancrage populaire du mouvement et donc l’enjeu que représente la construction des cabanes pour mobiliser au-delà des cercles militants.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Fig. 7
Légende Exemple de court portrait sociologique permettant d’incarner la mobilisation et de diversifier les entrées dans la lecture de l’ouvrage.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 867k
Titre Fig. 8
Légende Compiègne, février 2019.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 9
Légende Bois de Lihus, avril 2019. Focaliser « spontanément » sur la famille et en particulier sur les scènes auxquelles participent les enfants sur les ronds-points fait écho à la centralité des valeurs familiales en milieu populaire. Ce type de prises de vue participe sans doute des stratégies inconscientes qui s’imposent ici au photographe pour s’intégrer au groupe ou entretenir la confiance de ses enquêté·e·s.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 10
Légende Dans un espace médiatique où certaines fractions des classes populaires sont au mieux invisibles, au pire associées au « déclin », à la « fermeture », au « passé », etc., mettre en avant des visages en utilisant des procédés esthétisants peut contribuer à revaloriser les personnes usées par le travail manuel et les conditions d’existence.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 11
Légende Focaliser sur les moments de solidarité est une manière de contribuer à souder le groupe par la photographie. En ce qu’elle symbolise ce sentiment de « fraternité retrouvée » si souvent exprimé au début du mouvement, l’image ci-dessus remplit une fonction « commémorative » voire « d’intégration ». Cette image a d’ailleurs été intégrée dans un diaporama conçu par un Gilet jaune et diffusé ensuite sur les réseaux sociaux.
Crédits Source : Le Gall, Cizeau & Traverse 2019. © Brice Le Gall
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1124/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Le Gall et Marie-Pierre Pouly, « L’œil sociologique. Transmettre l’analyse sociologique par le documentaire photographique. Entretien avec Brice Le Gall »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 10 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/bssg/1124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.1124

Haut de page

Auteurs

Brice Le Gall

CESSP-EHESS

Marie-Pierre Pouly

Maîtresse de conférences, Université de Limoges, GRESCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search