Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11MétiersAppréhender les usages d’une inst...

Métiers

Appréhender les usages d’une institution culturelle. Entretien avec Christophe Evans, responsable du service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’information

Framing the Uses of a Cultural Institution. Interview with Christophe Evans, Head of the Studies and Research Department of the Bibliothèque Publique d'Information (Paris)
Cécile Barth-Rabot et Christophe Evans

Résumés

Cet entretien avec Christophe Evans, sociologue, porte sur la possibilité pour les institutions culturelles de produire par elles-mêmes des connaissances sur leurs publics, à partir du cas singulier de la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Pompidou. Cet établissement national de lecture publique situé au centre de Paris a été doté, dès sa création à la fin des années 1970, d’un service Études et recherche, dont Christophe Evans est aujourd’hui responsable. Ce service fait de la Bpi un lieu inédit d’expérimentation et d’observation des publics des bibliothèques, mais aussi de réflexion sur ce que signifie, pour une institution, tenter d’appréhender ses usagers. Observatoire in situ mobilisant plusieurs disciplines, il enrichit les savoirs en matière de pratiques de lecture et d’usages des bibliothèques autant qu’il démontre l’intérêt des sciences sociales pour l’action publique.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1

Fig. 1

Espace de travail de la Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou.

© Sylvie Biscioni

Cécile Barth-Rabot : Qu’est-ce que la Bibliothèque publique d’information ? Quelles sont les spécificités de cet établissement dans l’espace des bibliothèques françaises ?

1Christophe Evans : Ouverte en 1977, la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Pompidou est un établissement de statut national en accès libre, c’est-à-dire gratuit et ouvert à tous les publics. Ses collections et ressources en accès direct sont consultables sur place (près de 400 000 monographies imprimées notamment, mais aussi de nombreuses ressources numériques). La Bpi propose également des ateliers de formation et des manifestations culturelles variées (expositions, rencontres-débats, séances de cinéma, etc.), ainsi qu’une offre à distance via son site web. Ses espaces publics, d’un volume de 10 000 m2, permettent d’accueillir librement (sans inscription) des publics nombreux (plus de 2 000 places assises, pas d’âge minimum requis), avec une amplitude horaire de 64 heures hebdomadaires et une ouverture tous les dimanches et jours fériés, peu courante en bibliothèque. Les maîtres-mots qui caractérisent l’activité de la Bpi sont l’actualité, l’information et l’encyclopédisme, ce qui tend à la différencier des bibliothèques patrimoniales, vouées à la conservation de documents. La Bpi se distingue également des bibliothèques municipales dont les collections sont accessibles en prêt et sont souvent moins volumineuses tout en couvrant des registres plus variés (notamment la littérature jeunesse, non représentée à la Bpi). Sous la tutelle du ministère de la Culture, elle a également pour mission de mettre en œuvre une politique de coopération nationale et internationale en matière de lecture publique, à laquelle son service Études et recherche (SER) participe pleinement.

Quel est le rôle du service Études et recherche de la Bpi ? Quels sont ses moyens ?

2Le service Études et recherche, créé dès l’origine de la Bpi pour observer « la réponse des publics » et servir d’interface entre le monde de la recherche et le monde des bibliothèques, a pour principales missions de réaliser des études appliquées sur les publics de la Bpi et de piloter des recherches, essentiellement sociologiques, sur les bibliothèques publiques, les pratiques de lecture ou encore l’accès à l’information. C’est donc à la fois un observatoire des publics (Evans 1998), installé à demeure dans une bibliothèque insérée dans un vaste centre international dédié à l’art contemporain (le Centre Pompidou), et un opérateur de recherche. Un peu unique en son genre à son ouverture à la fin des années 1970, la Bpi a en fait aussi été pensée comme étant l’occasion de fournir un terrain d’expérimentation aux chercheuses et aux chercheurs en sciences humaines et sociales, avec l’ambition de produire des réflexions d’ordre général, notamment sur le rapport à la culture et à ses institutions, sur la lecture et sur l’accès à l’information. Avec le temps, ces deux aspects (études appliquées et recherche fondamentale) se sont stabilisés autour de programmes récurrents d’études internes à la Bpi et de programmes de recherche nationaux, généralement annuels. En fonction des études et des recherches, le budget annuel du service (hors masse salariale) est d’environ 50 000 euros.

Comment expliquer la place privilégiée de la sociologie dans les approches de ce service ?

3La raison est à la fois historique et liée aux trajectoires individuelles des principaux acteurs qui ont participé à la configuration du service dès son origine. Avant même l’ouverture de la bibliothèque en 1977, une mission de recherche a été confiée à un jeune historien, Alain-Marie Bassy, qui a profité de « l’expérimentation Bpi » pour initier des recherches dans le champ des sciences sociales (sociologie, psychologie sociale) ; des recherches destinées notamment à observer le comportement des usagers dans un espace saturé d’informations et de médias. Il faut rappeler ici que le créateur et premier directeur de la Bpi, Jean-Pierre Seguin, était issu de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et qu’il s’était adressé à Henri Jean-Martin, célèbre historien du livre et de l’édition, et par ailleurs lui-même conservateur à la BnF, pour qu’il lui recommande un jeune chercheur.

  • 1 L’ouvrage Publics à l’œuvre. Pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Cent (...)

4Pour étudier les pratiques de lecture dans un lieu innovant en matière d’accès à l’information, plus que d’étudier le livre lui-même en tant que support matériel ou les autres supports d’information (sociologie de la lecture plutôt qu’histoire ou sociologie du livre et des médias), l’apport des sciences sociales a semblé pertinent à Alain-Marie Bassy. Prenant sa suite, en tant que responsable du service, Jean-François Barbier-Bouvet, venant lui-même du service d’études et de recherche du ministère de la Culture (l’ancêtre de l’actuel DEPS – Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation), a prolongé et renforcé ce travail en multipliant les travaux d’étude et de recherche, notamment sur la question des « faibles lecteurs » – l’enquête « Pratiques culturelles » de 1981 ayant montré une érosion de la pratique de lecture de livres en France (Bahloul 1990 ; Peroni 1988). Comme Martine Poulain, qui le rejoindra rapidement au début des années 1980, il s’engage dans une thèse de sociologie de la culture sous la direction de Jean-Claude Passeron, thèse dont l’objet porte précisément sur les publics de la Bpi (les publics de la bibliothèque générale pour Jean-François Barbier-Bouvet et les publics de la Salle d’actualité pour Martine Poulain)1.

5Quand je dis que la raison est historique, c’est aussi pour signaler le statut de la sociologie dans la société française de l’époque : dans les années 1970-1980, la sociologie faisait en effet l’objet d’une demande sociale relativement forte, exprimée par les « tutelles » (ministère de la Culture, directions des institutions culturelles) autant que par le monde universitaire. On peut dire qu’au sortir de la crise de mai 68, l’État français, et à travers lui certains de ses ministères, s’est tourné vers les sciences sociales pour tenter de comprendre les mutations profondes qui bouleversaient la société dans tous ses registres (politique, éducatif, culturel, etc.). N’oublions pas que la sociologie à cette époque était alors elle-même en voie d’institutionnalisation à l’Université (les premières licences et doctorats n’avaient été créés qu’en 1958), et qu’elle fédérait autour d’elle de nombreuses chercheuses et chercheurs mais aussi de nombreuses étudiantes et étudiants : un « marché » se constituait. La sociologie de la lecture (et avec elle celle des publics des bibliothèques) ne prend ainsi son essor qu’à partir du début des années 1980, en s’émancipant notamment des études littéraires et de la sociologie de la littérature – l’historien Roger Chartier parle à ce propos d’un passage « du livre au lire » (Chartier 1985). Le service Études et recherche de la Bpi y contribue activement. Avec le temps, cette position relativement dominante de la sociologie tend à s’effriter, sans doute parce que la société française et les milieux culturels peinent à s’approprier la critique sociologique des effets limités des politiques de démocratisation de la culture et que la sociologie est concurrencée par d’autres disciplines (sciences de l’information et de la communication, marketing culturel, etc.) et d’autres agendas politiques (qui favorisent des études moins critiques et à rendement plus rapide).

Comment ce service a-t-il évolué avec le temps ?

6Avec le temps, d’autres disciplines sont venues renforcer les recherches essentiellement sociologiques pilotées par le service, notamment l’histoire, l’anthropologie, et même plus récemment la socio-économie (sans augmentation du nombre de chargés d’études : trois personnes en tout, et sans accroissement du budget). À la demande du ministère de la Culture, un programme de recherche consacré aux impacts économiques des bibliothèques a ainsi été confié en pilotage au service Études et recherche de la Bpi ; suite à la signature d’un contrat de recherche en 2018 avec le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé, UMR 8019) qui a pour particularité d’associer économistes, sociologues et philosophes, l’étude, placée sous la direction de Florence Jany-Catrice, a été orientée sur la question de la « valeur socioéconomique des bibliothèques publiques2 ».

7Côté observation des publics de la Bpi, une mission d’évaluation a par ailleurs récemment été confiée au service par la direction de l’établissement : à la fois pour analyser les données de fréquentation sur place et d’audience en ligne, et pour garantir une production rigoureuse et réflexive d’indicateurs. Ces indicateurs quantitatifs destinés à alimenter le tableau de bord de la direction de la Bpi sont désormais traités par le service Études et recherche, qui assure, non pas la production des données, mais leur contrôle, leur mise en commun et leur valorisation. Une telle demande de la direction témoigne d’une évolution des besoins dans le sens de données opérationnelles stratégiques disponibles rapidement. Sa prise en charge par un service tel que le SER permet toutefois d’engager un dialogue fructueux sur les questions liées à la définition des indicateurs, la fiabilité et la pertinence statistique, tout comme sur la question des indicateurs qualitatifs alternatifs (« qualitatifs » au sens de la méthode, c’est-à-dire produits via des méthodes qualitatives : entretiens semi-directifs, focus groups, etc.).

8Outre les nombreuses collaborations avec des équipes de recherche universitaires et des bureaux d’études spécialisés, le service a travaillé avec le Département des études, de la prospective, des statistiques et de la documentation (DEPS) du ministère de la Culture, notamment en 2011 dans le cadre d’une enquête nationale sur la lecture des bandes dessinées. Il est également en contact régulier avec de nombreux partenaires responsables des études de public dans les bibliothèques (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Bibliothèque de Sciences Po). Mais sa configuration « études appliquées » et « recherche fondamentale » le singularise fortement.

Qu’est-ce qu’être sociologue dans une institution comme la Bpi ? Quelle place y occupez-vous et comment cette place a-t-elle évolué ? En quoi consiste votre travail dans ce service ?

9Être sociologue spécialiste des publics des bibliothèques à la Bpi, c’est être à la fois dehors et dedans. Pour ma part, cette double posture me convient très bien. Je suis dehors, dans la position d’un observateur : mon rôle est de témoigner de l’expérience des usagers en tentant de me mettre à leur place – car on ne fait pas que prélever des informations descriptives sur les publics de la Bpi, on tente aussi et surtout de comprendre comment ils la perçoivent et comment ils l’utilisent, quelle place elle trouve dans leur propre système de pensée. Je suis aussi dedans, parce que, comme tous mes collègues, je participe à l’accueil des publics dans le cadre de permanences de service public, mais également parce que je tente de traduire nos données d’études et de recherches pour que l’institution en fasse le meilleur usage.

10L’approche sociologique permet une forme de décentrement par rapport à l’institution, qui peut se révéler utile pour celle-ci. Je donne un exemple : on peut très bien centrer un questionnaire d’enquête sur la façon dont les services et les ressources d’une bibliothèque sont utilisés ou pas (c’est une pratique très courante dans les enquêtes institutionnelles), mais on peut aussi faire un pas de côté et s’intéresser aux pratiques et aux représentations des usagers, en ne se focalisant pas systématiquement ou pas uniquement sur les services proposés par l’établissement ou sur les problèmes que celui-ci rencontre dans son offre de service. On passe de cette façon d’une démarche d’évaluation des services (utilisés ou pas, plus ou moins qu’avant…) à une démarche plus compréhensive, plus large, et souvent plus intéressante : que font les usagers dans ou en dehors des limites institutionnelles qui leur sont proposées, que font-ils ailleurs sur d’autres scènes sociales (chez eux, à l’Université, dans d’autres bibliothèques ou d’autres établissements culturels) ? Alain-Marie Bassy aimait ainsi rappeler que le bibliothécaire « institue » l’espace, et que l’usager le « restitue ».

11Être sociologue à la Bpi, c’est aussi, bien sûr, jouer un rôle de connecteur avec le monde de la recherche puisque nous contractualisons avec des chercheuses et des chercheurs pour nos études (ce qui requiert d’ailleurs une activité de veille concernant l’actualité des recherches dans de nombreux domaines). Cela suppose également de se rapprocher des instances qui valorisent la recherche, en particulier côté enseignement ou édition : il faut préciser à ce propos que les chargé·e·s d’étude du service Études et recherche de la Bpi sont parfois invités dans des cycles de formation initiale ou continue, dans des colloques ou des journées d’étude. Ils et elles publient par ailleurs les résultats de leurs travaux sous forme d’articles dans des revues spécialisées ou sous la forme d’ouvrages, notamment au sein de la collection « Papiers / Bibliothèque publique d’information » des Presses de l’Enssib. Pour ma part, je suis depuis 2013 responsable du service où j’ai commencé, fin 1996, en tant que chargé d’études en sociologie. Je participe par conséquent un peu moins aux activités d’études appliquées que par le passé mais mes tâches d’animation d’équipe, de programmation des études et de la recherche ainsi que de suivi administratif des dossiers en cours se sont accrues.

Pourquoi une institution cherche-t-elle à connaître ses publics ? Est-on dans une démarche de « benchmarking » ou de recherche ?

12Pour une bibliothèque telle que la Bpi, qui ne possède pas de fichier d’inscrits, qui ne délivre pas de tickets (payants ou exonérés), et dont les collections et services sont en accès libre et autonome, il est décisif de disposer régulièrement d’éléments de connaissance des publics qui dépassent le simple ressenti ou la seule comptabilité des entrées : la démarche d’enquête est impérative. Il ne s’agit pas de benchmarking à proprement parler, même si la comparaison avec d’autres établissements produisant des données tirées d’enquêtes de terrain peut bien entendu se révéler utile. S’agit-il pour autant d’une démarche de recherche au sens fort ? Oui et non : c’est avant tout, pour les études appliquées consacrées aux publics de la Bpi, un effort de production d’indicateurs pertinents (quantitatifs ou qualitatifs) destinés à orienter l’activité et à répondre aux interrogations des personnels, voire à en susciter (notamment de la direction). Au service Études et recherche nous considérons toutefois que les études appliquées, quand elles sont bien faites, sont susceptibles d’alimenter la recherche, et que la recherche elle-même peut avoir des traductions opérationnelles et professionnelles directes (c’est déjà le cas dans le domaine de la recherche-intervention). C’est un horizon que l’on n’atteint pas toujours mais qui reste une préoccupation permanente.

Quelles sont les méthodologies employées dans ces enquêtes ? Lesquelles défendez-vous ? Comment accéder à « l’expérience sensible des usagers » ?

13Globalement, on peut dire que notre attirail méthodologique est assez classique pour nos activités d’études de public et de recherche (Evans 2011) : méthodes quantitatives (enquêtes par questionnaires, essentiellement administrés en face-à-face) et méthodes qualitatives (entretiens semi-directifs approfondis, observations, focus groups). Nous faisons souvent en sorte de combiner les méthodes pour garantir une meilleure compréhension des phénomènes étudiés tout en nous astreignant à une forme de rigueur méthodologique systématique, quelles que soient les techniques utilisées et à toutes les étapes de la démarche : phases préparatoires, phase de terrain, phases de traitement et de synthèse des données. Le recours aux focus groups, qui permettent, il faut le dire, d’obtenir assez rapidement des données, mais qui sont aussi tributaires des phénomènes de dynamique de groupe qu’ils génèrent, a été pour nous l’occasion de nous réapproprier une méthode souvent associée aujourd’hui au marketing alors qu’elle relève pleinement du bagage sociologique dans la tradition américaine de recherche sur les médias des années 1950-1960. Il peut nous arriver aussi d’utiliser à l’occasion des méthodes un peu plus expérimentales qui nous ont conduits par exemple à proposer des tâches à réaliser à des personnes recrutées préalablement pour les confronter à des interfaces numériques (chercher une ressource dans notre interface de recherche fédérée, utiliser notre site web pour y trouver des renseignements précis tout en réalisant des entretiens en cours et à l’issue des tâches proposées, etc.).

14Notre service a pour principe de marcher sur deux jambes : quantitatif/descriptif et qualitatif/compréhensif. Nous n’hésitons pas en revanche à mettre en valeur les démarches qualitatives d’enquête, parfois mal connues (confondues avec l’enquête journalistique) et surtout considérées comme étant moins utiles que les démarches quantitatives, du fait de la petite taille des corpus étudiés, alors que la création d’artefacts dans le domaine statistique est courante (les échantillons étant parfois trop faibles, les questions mal posées, les données surinterprétées, etc.). Vous posez la question de la manière dont on peut prétendre accéder à « l’expérience sensible des usagers » (Evans 2020), c’est justement une thématique qui ne peut être explorée finement que par le recours à des méthodes qualitatives de recherche, et en particulier à des entretiens semi-directifs approfondis, qui supposent une grande ouverture dans le questionnement et peu d’influence de la part de l’intervieweur ou de l’intervieweuse, c’est-à-dire le moins possible de questions fermées, des relances qui reposent sur ce que la personne interviewée vient de dire, des reformulations, etc.

Que nous disent les sciences sociales sur les usages des bibliothèques ?

15Les sciences sociales et les enquêtes montrent que les usages des bibliothèques ont globalement évolué au cours des dernières décennies et que les profils de leurs usagers ont également un peu changé. On observe un peu plus de mixité sociale, générationnelle et sexuelle dans les bibliothèques d’une manière générale que dans d’autres établissements culturels, si l’on met de côté le cinéma : toutes les tranches d’âges sont représentées, même si elles ne sont pas à l’équilibre ; on y trouve des femmes mais aussi des hommes (alors que la lecture de livres est une pratique qui continue de se féminiser) ; enfin, tous les milieux sociaux sont représentés même si les milieux sociaux supérieurs le sont tendanciellement plus. On peut également constater que les usages du lieu ont globalement augmenté au détriment parfois de l’usage des collections ou du moins de l’emprunt de documents, en particulier de livres. Il faut dire que l’évolution de ces usages est aussi liée à un changement assez général des bibliothèques, qui sont devenues des espaces dans lesquels il est beaucoup plus facile et agréable que par le passé de séjourner et de se livrer à des activités studieuses (travail sur place des publics étudiants ou scolaires) ou « ludiques » (consultation des ordinateurs ou des périodiques dans les espaces actualité par les publics retraités). Certaines recherches aujourd’hui, notamment les travaux de Joëlle Le Marec avec qui nous collaborons beaucoup, s’intéressent ainsi à la façon dont les usagers « habitent » les bibliothèques et au fait que ces institutions culturelles d’un genre particulier (non marchandes, moins élitistes que par le passé, ouvertes à différentes modalités d’appropriation) remplissent des fonctions protectrices très importantes pour les individus à une époque où la précarité des conditions d’existence tend à se généraliser (Camus, Cretin & Evans 2000 ; Le Marec 2021).

Les politiques publiques de la culture et les institutions culturelles vous semblent-elles avoir besoin des sciences sociales ?

16Oui, résolument. Il ne faut évidemment pas s’attendre à une autre réponse de ma part étant donné ma position professionnelle… Je peux toutefois consolider cette réponse avec quelques exemples rapides : comment penser que l’on pourrait tirer les leçons de la mise en place du pass Culture par le ministère de la Culture ou que l’on pourrait bien comprendre les effets et impacts des bibliothèques publiques sans faire appel à la recherche en sciences sociales ? Ces questionnements importants, pour qu’on leur trouve des réponses adaptées, pertinentes, solides, durables, méritent une approche réflexive, critique, pluridisciplinaire et parfois inscrite dans la longue durée. Comment penser qu’une approche évaluative standardisée et limitée dans le temps pourrait suffire ? La demande est forte pourtant, comme je l’ai déjà dit, pour des études « flash », qui permettent de produire très rapidement des indicateurs frais, mais qui ne garantissent pas nécessairement une bonne compréhension des phénomènes observés. Les enquêtes statistiques se succèdent ainsi aujourd’hui à un rythme soutenu en ce qui concerne l’évolution des pratiques de lecture, mais elles produisent parfois des données assez convenues, qui ont une portée limitée en termes de connaissance des représentations et attentes des lectrices et lecteurs contemporains). Idem pour les institutions culturelles : la recherche, en particulier dans le champ des sciences sociales très adapté à ce secteur, est susceptible de leur apporter épaisseur, largeur de vue, distance salutaire, et une meilleure compréhension des enjeux dans lesquels elles sont insérées : pourquoi les publics de nombreuses institutions culturelles sont-ils vieillissants et se sont-ils féminisés ? Comment ces institutions pourraient-elles attirer les publics jeunes ? Je pense pour ma part qu’il s’agit là de questionnements auxquels les enquêtes de satisfaction ou les études marketing, centrées sur la recherche de publics « prospects », ne peuvent répondre en profondeur.

Mener des études en interne plutôt que de les confier à des cabinets extérieurs ouvre-t-il des possibilités ? Cela présente-t-il des risques ?

17Avoir la possibilité (les compétences, l’expérience, le budget et l’appui de l’établissement et des tutelles) de conduire des études en interne nous apporte beaucoup : notamment une capacité de réaction assez grande et une expertise sur l’objet qui peut être très utile (avec la possibilité de puiser dans un référentiel d’études très important : près de 45 ans d’études à la Bpi !). Cela présente également des risques puisqu’il peut être plus difficile pour nous de nous décentrer que pour un bureau d’études pour lequel chaque terrain, chaque « client », est susceptible d’être abordé comme une terra incognita (du moins pour ceux qui ne standardisent pas trop leurs procédures et outils d’enquête). Le risque, c’est aussi de s’installer dans une routine scientifique et méthodologique. Mais il existe des moyens de remédier à ces problèmes : participer à des groupes de travail inter-institutions (avec la BnF, les bibliothèques universitaires, les bibliothèques de la Ville de Paris, etc.), renouveler régulièrement l’attirail méthodologique, intégrer de nouvelles et nouveaux collègues, faire des voyages d’étude… Les programmes de recherche qui nous conduisent à collaborer avec des chercheuses et chercheurs extérieurs nous permettent évidemment aussi de réviser nos points de vue et nos ancrages théoriques et/ou méthodologiques. C’est l’intérêt pour nous des études appliquées (internes) associées aux activités de recherches (externes).

Les connaissances fournies par les enquêtes donnent-elles lieu à des ajustements de la part de l’institution ? Les enquêtes de la Bpi sont-elles aussi exploitées en dehors de la Bpi elle-même ?

18Bien sûr, et heureusement. Une partie des connaissances issues des enquêtes permettent d’orienter l’activité, qu’il s’agisse des études appliquées ou de la recherche. Je peux donner un exemple significatif parmi d’autres : une enquête sur les personnes en situation de grande fragilité sociale réalisée à la Bpi sous la direction de Serge Paugam et Camila Giorgetti (Paugam & Giorgetti 2013) a permis de montrer que les personnes sans domicile fixe qui fréquentaient la bibliothèque étaient heureuses de pouvoir le faire comme n’importe quel autre usager de l’établissement, sans être stigmatisées (étiquetées « SDF »). Cela a incité mes collègues à beaucoup de prudence quand il s’est agi de proposer des services « adaptés » – généreux sur le fond (permanences sociales, rencontres avec des associations, etc.), mais qui pouvaient justement avoir pour conséquence de « cibler » un profil spécifique d’usager et de le singulariser. Des collègues d’autres bibliothèques publiques et universitaires nous disent aussi consulter nos études et s’inspirer à la fois de nos résultats et démarches. Cela m’avait d’ailleurs conduit à coécrire, avec les personnes responsables des études à la BnF, un article sur les lycéens venant réviser dans les grandes bibliothèques publiques (Chevallier & Evans 2013) : nos travaux se fertilisent mutuellement et se disséminent de cette façon.

Que diriez-vous aux collègues des institutions culturelles qui cherchent à mieux connaître leurs publics ? Et à celles et ceux qui considèrent les sciences sociales avec méfiance ?

19Je serais tenté de leur conseiller de se jeter à l’eau et de faire un essai, en s’appuyant pourquoi pas sur l’expérience d’autres établissements ayant un peu d’expérience en la matière. Nombreuses sont en effet aujourd’hui les professionnelles et professionnels dans les ministères ou les établissements qui peuvent apporter des conseils en amont, au cours ou en aval des études (en participant notamment, comme cela se fait souvent, à des comités de pilotage en tant qu’expert·e·s ou consultant·e·s extérieur·e·s). Si je devais toutefois à ce stade – c’est-à-dire très en amont – donner un conseil important, ce serait d’être très au clair sur les besoins et sur la commande : que cherche-t-on à savoir et quels problèmes se posent concrètement ? Quand le questionnement est clair, les choix méthodologiques sont plus faciles et l’interprétation des données beaucoup plus efficace. Je suis trop souvent confronté à des études qui vont dans le mur justement parce que ce questionnement initial n’est pas explicité. La démarche d’enquête, avant la question des moyens et de l’expertise, n’exonère jamais d’un travail préalable de réflexion sur les objectifs, les données déjà disponibles, et c’est aux commanditaires des études qu’incombe pour beaucoup ce travail, plus qu’à celles et ceux qui les réalisent.

Haut de page

Bibliographie

Bahloul Joëlle (1990). Lectures précaires. Étude sociologique sur les faibles lecteurs. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Barbier-Bouvet Jean-François & Poulain Martine (1986). Public à l’œuvre. Pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou. Paris, La Documentation française.

Camus Agnès, Cretin Jean-Michel & Evans Christophe (2000). Les Habitués. Le microcosme d’une grande bibliothèque. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Chartier Roger (1985). « Du livre au lire ». In Chartier Roger (1985) (dir.). Pratiques de lecture. Paris : Éditions Payot & Rivages. Repris dans (1997). « Sociologie de la communication ». Réseaux, 1 : 271-290.

Chevallier Philippe & Evans Christophe (2013). « Attention, lycéens ! Enquête sur les publics réviseurs à la Bpi et à la BnF ». Bulletin des Bibliothèques de France, 58(2) : 24‑29.

Evans Christophe (1998). La Bpi à l’usage. 1978-1995 : analyse comparée des publics de la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Evans Christophe (2011). Mener l’enquête. Guide des études de publics en bibliothèque. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Evans Christophe (dir.), avec Amar Muriel, Bastard Irène, Cognat-Bertrand Line, Diminescu Dana, Fromion Stéphanie, Gaudet Françoise, Goldin Daniel, Lobbé Quentin, Raynaud Caroline & Vigué-Camus Agnès (2020). L’Expérience sensible des bibliothèques. Six textes sur les publics des grands établissements. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Le Marec Joëlle (2021). Essai sur la bibliothèque. Volonté de savoir et monde commun. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Paugam Serge & Giorgetti Camila (2013). Des pauvres à la bibliothèque. Enquête au Centre Pompidou. Paris, Presses universitaires de France.

Peroni Michel (1988). Histoires de lire. Lecture et parcours biographiques. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage Publics à l’œuvre. Pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, est une synthèse de ces deux thèses de sociologie (Barbier-Bouvet & Poulain 1986).

2 Plus d’informations sur le site de la Bpi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Espace de travail de la Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou.
Crédits © Sylvie Biscioni
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Barth-Rabot et Christophe Evans, « Appréhender les usages d’une institution culturelle. Entretien avec Christophe Evans, responsable du service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’information »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/bssg/1188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.1188

Haut de page

Auteurs

Cécile Barth-Rabot

Université Paris Nanterre / Centre européen de sociologie et de science politique-Centre de sociologie européenne (Cessp-CSE)

Christophe Evans

Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou / Service Études et recherche

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search